You're gonna hear me roar - Auguste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

RUN WITH THE MOON

avatar

conter son règne
[titre de mon champ]: OSSATURE: : 45 ans [titre de mon champ]: CONTRAT: : Veuf [titre de mon champ]: BESOGNE: : Boucher, orfévre des chairs [titre de mon champ]:
[titre de mon champ]: ÉCORCE: : 122 ans en réalité [titre de mon champ]: ÉCHINE: : Werewolf, pur alpha [titre de mon champ]: PRESTIGE: : Sens accrus, chaleur corporelle élevée, force surhumaine [titre de mon champ]: GANG: : Bras droit de Klaus, second de la meute Rublev [titre de mon champ]: BAFOUILLES: : 18 [titre de mon champ]: PACTE: : 07/04/2017



Message
Sujet: You're gonna hear me roar - Auguste   Jeu 20 Avr - 17:20
Il y avait pas grand chose dans ce monde qui fasse grandement chier Giovanni. D’ailleurs, à bien y réfléchir, il y avait pas grand monde qui osait le faire chier non plus... A moins de vouloir se prendre un poing dans la tronche et un coup de pied bien profond dans le cul : dans cet ordre s’il vous plait ! Ouais, parce que malgré son côté bordélique, Gio suivait un certain ordre logique qui lui était parfaitement personnel. Du coup entre deux tranchages secs de gigots d’Antonio (le clochard au coin de la rue), il était pas rare de l’entendre râlé sur tout et n’importe quoi - d’autant plus quand on était en pleine Ligue des Champions, ce Del Piero quel glandeur p’tain.

Et aujourd’hui dérogeait pas à la règle ; derrière son étal, Giovanni était en train d’affuter ses lames, un cigare dans la bouche -osef l’hygiène- la radio à plein tube à côté de lui qui diffusait « Roar » de Katy Perry... Gio était fan inconditionnel, en plus d’être complètement bonnasse, cette meuf savait chanter.

- Auguste ! Gueula t-il assez fort pour se faire entendre par dessus la musique.

La boucherie commençait à se remplir de monde et Giovanni lança quelques jurons de son cru, en regardant les escaliers qui descendaient dans la cave, là ou se trouvait ses réserves et sa chambre froide. Le manque de réponse lui arracha un grognement ; sérieusement qu’est ce gosse glandait au juste ? Parfois il se demandait comment Klaus avait fait pour le mordre ; il devait être crever ou une connerie du genre pour se gourer à ce point. Auguste était un brave môme mais qui donnait sérieusement envie à Giovanni de secouer dans tout les sens pour le réveiller un peu.

- Votre fils est pas là pour vous aider aujourd’hui ?

Da fuck ?!

Gio faillit en avaler son cigare ! Pour la peine, il lança un regard vers la cliente ; une vieille mémé de cinquante pige qui le regardait avec un petit sourire du style : « les gosses tous les mêmes, rhalala ! Moi de mon temps... » sauf que Gio en avait complètement rien à ciré de « son temps », parce qu’en vérité il était assez vieux pour avoir vécu la même période qu’elle dans sa jeunesse.

- M’dam, pour l’bien de l’humanité j’espère que j’aurais jamais de gosse...

Et pour son bien à lui, il espérait ne jamais avoir un môme du niveau d’Auguste qui frôlait le noob en terme de « badasserie ».

- D’ailleurs, s’cusez moi !

Agacé, Gio planta ses couteaux dans le bois de son comptoir pour se diriger vers l’escalier.

- Auguste t’vas m’faire l’plaisir d’arreter de te masturber deux s’condes ! Si tu t’ramènes pas d’ici cinq minutes j’descend te faire un deuxième trou d’balles ! On a du monde !

Pas que... mais ils avaient une réputation à tenir quand même !

_________________
GO FUCK YOURSELF
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

RUN WITH THE MOON

avatar

conter son règne
[titre de mon champ]: OSSATURE: : 30 ans [titre de mon champ]: CONTRAT: : Célibataire [titre de mon champ]: BESOGNE: : Apprenti boucher & artiste [titre de mon champ]:
[titre de mon champ]: ÉCHINE: : Loup-garou [titre de mon champ]: PRESTIGE: : Trop grosse empathie [titre de mon champ]: GANG: : De la meute Rublev [titre de mon champ]: BAFOUILLES: : 79 [titre de mon champ]: PACTE: : 11/04/2017



Message
Sujet: Re: You're gonna hear me roar - Auguste   Jeu 20 Avr - 19:25
Giovanni gueule, il gueule, il gueule, il ne sait faire que ça après tout. Gueuler. Gueuler, et faire le boucher. Même en loup, il est bruyant, à hululer à la lune même si les nuages sont noirs. Parfois, je l’imagine avec une femelle, et j’essaye de savoir lequel des deux est le plus bruyant. Elle ou lui ? Ça serait une discussion intéressante à faire avec les gars de la meute. Pas avec ces avortons de la boucherie, des hommes, des vrais. Ma langue claque sur notre palais tandis que mes yeux inspectent les dégâts de la pièce. Rien de pire que de tes cuisses. Idiot, Auguste, idiot. Je masse mes yeux, un long soupire s’échappent de mes lèvres. Je me sens faible, par ta faute, presque incapable de tenir sur mes jambes lorsque je tente de me relever. L’odeur tanique de sang chatouille mes narines, faisant gargouiller mon ventre. Voilà, monsieur je-mange-pas-pendant-plusieurs-jours (ou mangé trop et se fait vomir, au choix) puis-je-décide-de-me-faire-saigner-à-blanc-pour-me-nettoyer-de-mes-péchés. Quel gros con. Rompu par une habitude blasée, je te confectionne un joli bandage sur ses cuisses. Tu empestes à vingt kilomètres, chaque employé de cette boucherie va savoir ô combien tu es fragile. Bouffon. Nous pouvons entendre les gros pas de Giovanni bouger, là-haut, et tu ne peux pas t’empêcher de frissonner, imaginant tant bien que mal la raclée qui t’attend. Faible.
« - J’arrive, putain ! »
Je suis capable de gueuler aussi fort que lui, pas besoin d’être un alpha pour cela. Je renfile ma blouse blanche au couleur de la boucherie, quittant la minuscule salle de bain. Malgré la tête tournante, nous arrivons à bon port, en haut, à la boutique. J’offre un sourire froid à mon supérieur, le saluant d’une brève inclinaison de tête avant de me tourner vers la mamie.
« - Ah, madame Acerbi ! Excusez le, il est toujours aussi vexé d’avoir un fils mieux que lui. »
Je lui offre un sourire charmeur qui fait rougir ses joues flétries, glissant une oeillade moqueuse à Giovanni. J’ai certes énormément de difficulté à me comporter en société, mais Klaus m’a appris quelques cordes de flatteries. Les humains adorent ça. Un peu surprise par le brusque changement entre toi et moi, Mamie Acerbi se fait tranquillement refourguer le double de sa commande habituelle. Elle offre même un généreux pourboire pourque je puisse, je cite : « m’offrir quelques sucreries. » La transition entre grimace et sourire ne se fait pas très bien, mais elle doit trop être myope pour y remarquer quoi que ce soit. Un maigrichon qui bégaye à chacun de ses mots ne fait rien avancer au business de Giovanni, il m’arrive d’ailleurs de souvent me demander pourquoi il te garde. Par pitié, sûrement. Tu es des nôtres malgré tout, et on ne laisse pas l’un des nôtres faire la manche dans le caniveau.
La journée avance bien, la caisse s’emplit, l'étale se vide. Je pique quelques bouts de lard dès que le boss a le dos tourné, sinon j’aurai pas été foutu de finir la journée (la faute à qui, hein). Je me calque sur tes habitudes, ne brisant ainsi pas la petite routine de la boutique, à la seule exception que je réponds à Giovanni dès qu'il gueule trop fort. La boutique brille maintenant de mille feux sous notre coup de panosse, je peux enfin m'écrouler sur une caisse, observant l'une de mes mains trembler compulsivement.
« - On chasse, ce soir ? Le kid est encore dans l’une de ses crises destructrices. »
(La faute à qui, hein ?) Tendant le bras, je récupère une des entrecôtes restantes, plantant mes dents dedans, animal. Cuir les choses, c'est une perte de temps, une perte de saveur et une perte d’énergie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

RUN WITH THE MOON

avatar

conter son règne
[titre de mon champ]: OSSATURE: : 45 ans [titre de mon champ]: CONTRAT: : Veuf [titre de mon champ]: BESOGNE: : Boucher, orfévre des chairs [titre de mon champ]:
[titre de mon champ]: ÉCORCE: : 122 ans en réalité [titre de mon champ]: ÉCHINE: : Werewolf, pur alpha [titre de mon champ]: PRESTIGE: : Sens accrus, chaleur corporelle élevée, force surhumaine [titre de mon champ]: GANG: : Bras droit de Klaus, second de la meute Rublev [titre de mon champ]: BAFOUILLES: : 18 [titre de mon champ]: PACTE: : 07/04/2017



Message
Sujet: Re: You're gonna hear me roar - Auguste   Ven 23 Juin - 12:49
Fallait pas non plus pousser mémé dans les orties, et Giovanni enfonça le bout de sa lame de boucher dans le comptoir en bois pour se tourner vers Auguste. Ou Zeki. Ou whatever ; il commençait sérieusement à lui casser les couilles avec ses problèmes de schizo : est ce qu’il avait la gueule d’un psy franchement ? Il avait pas la patience non plus, et il leva la main pour foutre une claque derrière la nuque du louveteau !

- Parle mieux p’tit con, prévint-il entre dans un grognement bourru. Ou j’te fais nettoyer les carcasses dans la chambre froide !

Il avait reçu une nouvelle arrivée de viande ce matin ; volailles, bœufs surtout et deux trois humains version sashimi : Gio savait déjà à qui il allait les revendre. La charogne trainait toujours dans les parages, et les certains wendigos faisaient pas la fine bouche… puis qu’on ne vienne pas lui faire des remarque sur sa barbaque. Giovanni mettait un point d’honneur à dépiauter la chaire humaine avec  autant de minutie que s’il s’occupait d’une cote de porc premier choix. Bah ouais, le professionnalisme avant tout !

La journée passa dans son rythme effréné habituel, entre commande de la clientèle et celle pour la soupe populaire, Giovanni finissait toujours transpirant, recouvert de sang et de manière rouge et gluante… On avait la classe ou pas. Il balança son tablier sous le comptoir, avant de s’adosser pour s’allumer tranquillement son cigare.

- C’soir j’avais prévu d’aller aux putes gamin.

Il roula des épaules, juste histoire de pouvoir détendre un peu ses muscles tendus et endoloris.

- T’peux venir avec moi s’tu veux… Tirer un coup, ça t’permettra p’tet d’enlever le palmier que t’as dans le cul. Ca détendra Auguste avec un peu d’chance.

Gio éclata de rire en lui donnant une brusque tape dans le dos de Zeki.

_________________
GO FUCK YOURSELF
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

RUN WITH THE MOON

avatar

conter son règne
[titre de mon champ]: OSSATURE: : 30 ans [titre de mon champ]: CONTRAT: : Célibataire [titre de mon champ]: BESOGNE: : Apprenti boucher & artiste [titre de mon champ]:
[titre de mon champ]: ÉCHINE: : Loup-garou [titre de mon champ]: PRESTIGE: : Trop grosse empathie [titre de mon champ]: GANG: : De la meute Rublev [titre de mon champ]: BAFOUILLES: : 79 [titre de mon champ]: PACTE: : 11/04/2017



Message
Sujet: Re: You're gonna hear me roar - Auguste   Sam 24 Juin - 16:35
Giovanni devrait t'envoyer plus souvent nettoyer les corps morts, tu kiffes ça. Dans tes périodes maniaques, la maison ferait pâlir celle de Barbie encore sous film plastique. Mais j'aime pas ça, le nettoyage je le laisse aux oméga. Ces loups sont inutiles, tous bons à récurer les chiottes. Trop faible pour protéger et nourrir la meute, du maauvais genre pour faire des petits en bonne santé… Ils en font quoi, dans les autres meutes, les noient ? S'il n'avait pas eu cette empathie déréglée, Klaus ferait ça, c'est un loup fort après tout, Giovanni et moi le soutenant. Malgré ton corps de lâche, presque valable à un raté d’oméga, nous restons des bêtas. Des combattants. Le sang me manque. La viande me manque, elle manque à ton ventre vide de malade. Alors je la croque, nue, merveilleuse. C'est du boeuf, c'est du porc. Je finis les restes laissés par les clients, ne me démontant pas. Selon mes narines, elles ne feront pas un jour de plus. J'écoute d'une oreille distraite les mots de mon patron, un brin déçu.
« - Je ne suis pas adepte de ce genre de chasse là. »
Et toi encore moins. Tu flippes dès que l'on t’effleure dans le métro alors pénétrer quelqu'un, faire un corps à corps, tu poses un véto d'avance. Je ne suis pas comme toi. Le sexe c'est bien, mais à des fins reproductives. Papa dans maman, oui ; papa dans l'amant, non. Je cille à peine lorsque les grosses paluches de Giovanni secouent notre carcasse, pesant le pour et le contre de la proposition. À vrai dire, je suis également novice dans le sexe humain, préférant de loin ma forme lupine pour soulever de la louve en chaleur. Mais la décision est prise, mon visage se fendant d'un sourire animal.
« - Et tu me la payes ? »
Et ouais mon gars, personne ne s'y attendait. Mais le loup est un animal pas franchement prévisible. Je raccroche ma blouse, me sentant plus ferme sur nos deux jambes après ce petit en-cas.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé
conter son règne



Message
Sujet: Re: You're gonna hear me roar - Auguste   
Revenir en haut Aller en bas
 
You're gonna hear me roar - Auguste
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» (winnie) and you're gonna hear me roar.
» You're Gonna Hear Me Roar
» 04. You're gonna hear us roar
» Hear me roar ▬ arkhaan [fiche validée]
» Hear me roar ! [Voie du tigre I PV Opalyne]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RIGOR MORTIS ::  :: EST-
Sauter vers: