Supplices réciproques ♦ ft. Selene

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

ESSENCE OF CHAOS

avatar

conter son règne
[titre de mon champ]: OSSATURE: : vingt-deux ans [titre de mon champ]: CONTRAT: : célibataire, valse d'âme en âme, glisse sur les corps sans jamais trouver satisfaction. [titre de mon champ]: BESOGNE: : Folâtre flagorneur, d'un cœur frivole pour les formes gémellaires de ces dames. [titre de mon champ]: FABLE: : le strict minimum, les fables qu’on narre aux bambins, les colportages qu’on se murmure de bouche à oreille. [titre de mon champ]: ÉCHINE: : humain jusqu’aux tréfonds sa pleutrerie. [titre de mon champ]: PRESTIGE: : D'un rare talent pour le caprice et les enfantillages. [titre de mon champ]: GANG: : Engeance d'un fidèle de la Sacra Corona, ne saurait pourtant se considérer des leurs. [titre de mon champ]: BAFOUILLES: : 22 [titre de mon champ]: PACTE: : 03/04/2017



Message
Sujet: Supplices réciproques ♦ ft. Selene   Mer 3 Mai 2017 - 15:04

Supplices réciproquesft. Selene

Les nuages se sont amoncelés en un instant, nappes opaques impromptues qui sont venues obscurcir le ciel auparavant azur en tristes nuances de gris. L’ondée battante surprend soudain les badauds, chasse les oisifs des places découvertes de la cité en martelant résolument ses pavés irréguliers. Puis le vent, sournois, s’allie à la pluie, fait serpenter les cordes d’eau sous les arcades, insuffle des courbes retorses aux lignes aqueuses comme pour contrarier ceux qui auraient prétendus être à l’abri sous ces maigres parapets de pierre. On se hâte, on presse le pas pour ne pas finir trempé. On échange des adieux à la va vite, on lance des embrassades à la volée avant de fuir le mauvais temps pour regagner son logis, car personne n’aime les gifles humides qu’assènent les intempéries.
Et surtout pas Dilettino. En hédoniste accompli, l’homme frivole abhorre le mauvais temps. Il peste pour lui-même, rage de cette surprise qui envenime assurément son humeur et il resserre son manteau pour protéger son cou. Plus que les désagréments qu’apportent la bise humide, c’est ses conséquences qui le bisquent ; la douce qu’il a cherché à apprivoiser a filé dès la première goutte, prétextant avoir du linge à rentrer pour ne pas finir entre ses griffes. Qu’elle lui échappe donc, elle ne perd rien pour attendre, car c’est mal connaître le gamin capricieux que de croire qu’il se contentera d’une seule tentative. L’échec n’est pas une option dont il se contente, lui le magnifique et l’opulent qui croit que rien ne saurait lui résister. Alors il grince des dents, et remet son succès à plus tard.

Quoi qu’il en soit, ses plans tombent à l’eau - et le parallèle vaseux avec l’orage n’est pas sans lui arracher un bref sourire. La journée touche à sa fin, et bientôt, s’ajoutant à la pluie, la nuit viendra draper Rome de ténèbres. Mais alors que pour la majorité se prépare le sommeil, pour les oiseaux nocturnes tel que lui, ce n’est que le commencement. Les heures à venir sont celles de la décadence, celles des récréations déliquescentes dans lesquelles il est si prompt à se vautrer. Avisant mentalement le quartier, il liste dans son esprit les lieux capables de le satisfaire. Ses pupilles brillent alors qu’il échafaude de nouveaux projets, qu’il dessine à l’encre de ses pensées le déroulement de sa soirée.

. : .

Quelques heures plus tard.
Après s’être rincé le gosier de liqueurs diverses, après s’être étiolé dans les derniers degrés de quintessences hors de prix, Dilettino prend le chemin des clubs et s’y pointe avec l’aisance qu’apporte l’habitude. Pourtant, d’ordinaire, il est rare qu’il s’expose seul, tant il apprécie que ses suivants - qu’il affuble du vulgaire et dérisoire statut d’amis - le glorifient. Saluant le videur, dans la poche duquel il glisse un billet comme on flatte son chien d’une sucrerie, il plonge dans l’euphorique chaos qu’il règne à l’intérieur, là où les corps fiévreux s’attirent et se repoussent, fascinant reflux où hommes et femmes se pressent les uns contre les autres et où l’on s’enivre des moults parfums dont s’est aspergé le beau sexe. Avec plaisir, Dilettino se fraye un chemin en se laissant ballotter par la masse mouvante pour parvenir au centre de la piste de danse. D’un regard circulaire, il s’informe des femmes en présence, adresse des oeillades discrètes à celles qu’il apprécie. Puis il se mêle aux danseurs, se trémousse comme tous les autres sur le rythme que marquent les basses, s’agite en se laissant conquérir par les mélodies persistantes.
Des minutes, voire des heures plus tard, alors que sa vision s’est esquintée sur les multiples breuvages ingurgités, que ses pas se font incertains et ses sourires aléatoires, il s’octroie le temps d’une pause, s’extirpe hors de la mêlée pour se diriger vers les lieux d’aisances et soulager son service trois pièces. Le blond pousse la porte, cherche du regard les urinoirs qu’il ne trouve pas. « - Merde, j’me suis gouré. » il constate avec évidence.
Demi-tour. Sourire. Elle.

_________________

▲⛛▲ la vie est bizarrement faite ; elle se contrefout souverainement des convenances, de la décence et des bonnes manières.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

DROWN YOUR SOUL

avatar

conter son règne
[titre de mon champ]: OSSATURE: : 20 ans....à jamais, à partir de cet instant où elle a goûté à ce sang. La morsure... le sang... la chair... Du sang... encore du sang... Toujours du sang... C'est le sang d'un vampire, de cet homme important pour elle *Maxwell*, qui stoppe son horloge à ses 20 ans. Sans le met pourpre, elle pourrait se changer en sel, statut friable dans le souffle du vent. C'est la contrepartie de ce plaisir malsain. [titre de mon champ]: CONTRAT: : Célibataire... [titre de mon champ]: BESOGNE: : Etudiante en littérature et LEA Anglais / Serveuse dans un petit café pendant ses heures libres [titre de mon champ]: @Tumblr
[titre de mon champ]: FABLE: : Son instruction sur les sirènes est en cours avec son mentor... Les vampires grâce à Maxwell... Les lycans par des relations hasardeuses... [titre de mon champ]: ÉCORCE: : 20 ans. Pour le moment, son temps est le même que son âge. Dans un an, à la même époque, elle aura pris un an mais pas son corps. [titre de mon champ]: ÉCHINE: : Sirène/Polpo (Lil'Octoppy) [titre de mon champ]: PRESTIGE: : Sang empoisonné, nectar dangereux pour quiconque veuille s'en nourrir (dû à son espèce) ; variance de l'iris (dû à sa double personnalité) ; régénération, hypnose, séduction, voix enchanteresse que serait une sirène sans ces quelques facultés [titre de mon champ]: GANG: : Son allégeance devrait revenir à la reine; pourtant son mentor l'a éloignée de la royauté, ne la tenant informée que du strict minimum. Reniant ainsi son allégeance, elle ne suit qu'elle et les principes de son mentor [titre de mon champ]: @EFFIGIE: : Ana de Armas, @Shury / Signature : @Shury [titre de mon champ]: BAFOUILLES: : 284 [titre de mon champ]: PACTE: : 12/02/2017



Message
Sujet: Re: Supplices réciproques ♦ ft. Selene   Dim 7 Mai 2017 - 14:47


Supplices Réciproques
“Toute douleur qui n'aide personne est absurde.”


Je déambule dans les rues sous les cordes mouillées profitant de l'eau qui glisse sur mon corps. Les gens aux alentours, courent se réfugier sous des préaux et rentrent chez eux. J'observe leurs danses précipitées. L'eau est une bénédiction qui me purifie. J'ai l'impression qu'Ondine m'appelle par ses torrents de pluie qui se déversent sur la ville. Dans quelques heures, je devrais rejoindre des amis dans un club réputé de la ville. Ce n'est pas ce que je préfère mais c'est l'anniversaire de Sonia Alors je vais faire un effort pour elle. Les gens m'observent alors que j'avance tranquille sous la pluie avec des pas légers comme si elle ne faisait qu'un avec moi. Je me dirige vers le logement d'un ami pour me changer.

Cheveux ondulées qui retombent dans le dos en souplesse, corps mis en valeur par un bustier bleu et un pantalon moulant noir, elle se regarde dans le miroir pour se maquiller légèrement. Un coup d'oeil à la fenêtre montre une accalmie. On en profite pour se rendre au club.

     

La chaleur des corps envahit l'espace. L'ivresse de l'ambiance s'empare des esprits. L’oppressante atmosphère pèse sur ses épaules pendant qu'elle faisait quelques pas de danse sur la piste en compagnie de mes amis. Tournoyant, mouvant, elle ne veut qu'oublier cet espace confiné et reclus. Lieu clos. Lieu étouffant. Elle qui ne voyait que par les étendues d'eau, le ciel ouvert sur l'infini. Elle ne voulait plus y penser. Ne pas penser à ce lieu. Les heures meurent sous les musiques et les verres. Le flux humain tourne autour d'elle, l'effleure et la caresse mais ne l'affecte pas. Elle oublie la place. Ses amis étaient complètement ivres. Ils s'amusent comme des fous.

N'en supportant pas plus, j'avance vers les toilettes.

M'appuyant sur un lavabo, je regarde mon reflet. Mon regard vert pailleté d'argent m'interroge sur ma présence dans ce lieu décalé. Mes cheveux sont remontées à la vite autour d'un pique que j'avais sur moi. La chaleur des spots et humaine se reflètent sur mon corps par des gouttelettes de sueur. Je me penche pour prendre de l'eau dans le creux de mes mains jointes et me la jette sur le visage. Me rafraîchissant, l'eau court sur moi, se répandant dans mon cou, ma nuque, ma poitrine, mon dos...
Appuyée sur le lavabo, l'eau, glissant encore sur moi, le bruit de la porte se fait entendre. Je relève mon visage vers l'inconnu. Oui, c'est bien un homme qui vient de pénétrer dans les toilettes des femmes. Je l'observe alors qu'il s'exprime. Je ne vois pas en quoi ça me regarde en fait. Je me détourne du miroir pour me diriger vers la sortie. J'arrive près de lui pour sortir. Je pose ma main sur la porte encore ouverte vu qu'il est dans l'encadrement. Excuse-moi j'aimerais passer.

egotrip



_________________
Lil'Octopy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

ESSENCE OF CHAOS

avatar

conter son règne
[titre de mon champ]: OSSATURE: : vingt-deux ans [titre de mon champ]: CONTRAT: : célibataire, valse d'âme en âme, glisse sur les corps sans jamais trouver satisfaction. [titre de mon champ]: BESOGNE: : Folâtre flagorneur, d'un cœur frivole pour les formes gémellaires de ces dames. [titre de mon champ]: FABLE: : le strict minimum, les fables qu’on narre aux bambins, les colportages qu’on se murmure de bouche à oreille. [titre de mon champ]: ÉCHINE: : humain jusqu’aux tréfonds sa pleutrerie. [titre de mon champ]: PRESTIGE: : D'un rare talent pour le caprice et les enfantillages. [titre de mon champ]: GANG: : Engeance d'un fidèle de la Sacra Corona, ne saurait pourtant se considérer des leurs. [titre de mon champ]: BAFOUILLES: : 22 [titre de mon champ]: PACTE: : 03/04/2017



Message
Sujet: Re: Supplices réciproques ♦ ft. Selene   Lun 15 Mai 2017 - 16:07

Il se souvient d’emblée. Leur première rencontre, leurs premiers ébats, le plaisir retors éprouvé à blesser la candide. Mais surtout, le retour de bâton, la personnalité latente, le mr. Hyde au docteur Jekyll, le monstre dissimulé dans l’ombre de l’ange, la bête dangereuse qui s’est vengée de sa perversion. Selene ; une femme qu’il n’est pas prêt d’oublier, bipolaire flambante sur laquelle il s’est brûlé les doigts. Mi figue mi raisin, son regard azuré trace les lignes séraphiques de l’être et s’accompagne d’un sourire inconvenant. Pourtant son palpitant à loupé un battement, son tambour sanguin s’est tu un infime instant, saisi de surprise et d’horreur au souvenir des douleurs infligées. Mais il n’est pas question de laisser transparaître l’effroi qui sommeille en son sein. Non. Orgueilleux - et ce bien plus que sa faiblesse ne devrait le lui permettre -, l’humain s’acharne à obtenir l’ascendant. A se montrer vainqueur dans une lutte qui semble le donner perdant d’avance. Têtu, il reste campé là, ne daigne pas bouger pour la laisser s’échapper.

« - Excuse-moi j’aimerais passer.
- Qu’est-ce qu’y a poupée, t’es pressée ? » roucoule le blond d’une voix éraillée par l’alcool, lui barrant le passage en s’appuyant sur les bordures écaillées de l’encadrement. Il ne la laissera pas filer ainsi, alors qu’il tient sa revanche. Dilettino esquisse une moue narquoise à la commissure de ses lèvres, s’impose nonchalamment alors que son corps entier est aux aguets du danger auquel il fait face. Sa tête tangue, ou plutôt, c’est le monde devant lui qui oscille dangereusement. Grinçant des dents, le gosse plisse les yeux pour faire le point, pour être certain de cerner ses moindres faits et gestes. Sa vision se voile, ses oreilles bourdonnent, et sans la musique qui frappe lourdement son épiderme et le fait vibrer, il penserait presque perdre conscience. Pas maintenant. Le capricieux secoue la tête ; il faut se ressaisir. Il incruste ses doigts dans le montant, enfonce ses ongles pour s’agripper et se rattacher à la réalité vaseuse dans laquelle gît sa conscience émoussée. Il la regarde à nouveau, plus précautionneusement, comme s’il craint qu’elle lui tombe sur le râble et le dévore. Qu’est-elle, au juste ?

Soudain, il se rappelle. La première fois, lorsqu’ils se sont fait souffrir, il a remarqué un détail. Il ne s’en souvenait pas, mais maintenant qu’il l’a face à lui, son esprit lui impose cet indice oublié. D’ailleurs, ça tient presque du miracle, étant donné les difficultés qu’il présente à se tenir debout. Dilettino braque ses phares sur les iris de la femme. Vert ? Argenté ? Tout est flou ; il ne saurait dire. Pourtant l’information est essentielle. A qui fait-il face ? L’angélique ingénue, celle qui sourit malgré la torture ? Ou la folle furieuse, celle qui lui rend au centuple les souffrances infligées ? Les couleurs sont essentielles, mais il ne distingue plus. De son interlocutrice dépend son attitude. Il hausse les épaules pour lui-même, car au final, il a trop d’amour propre pour s’en tenir là, que ce soit la naïve ou la redoutable à qui il s’adresse.

« - T’avais pourtant d’autres projets, l’autre fois. » il ricane, passant sa langue sur ses lèvres alors qu’il l’observe sans ambiguïtés. Chez le jeune hédoniste, tout appelle à la concupiscence. Son corps frémit déjà, à l’idée de conquérir à nouveau les monts et vallées de sa délicieuse chair, à l’idée de se venger de ce qu’elle lui a fait subir. Quel idiot ; il ne comprend pas. Ne comprendra jamais. Que dans l’obscurité romaine règnent de multiples terreurs aux dents acérées, et qu’il ne saurait gagner. Son altercation avec Cesare aurait dû le lui apprendre, la panique qui l’avait gagné aurait dû lui rappeler de se tenir à l’écart. Mais c’est plus fort que lui. Il faut qu’il se montre sournois. Il faut qu’il joue les braves et puissants, qu’il bâillonne son âme qui crie au secours pour leurrer les autres d’un despotisme qu’il feint.

_________________

▲⛛▲ la vie est bizarrement faite ; elle se contrefout souverainement des convenances, de la décence et des bonnes manières.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

DROWN YOUR SOUL

avatar

conter son règne
[titre de mon champ]: OSSATURE: : 20 ans....à jamais, à partir de cet instant où elle a goûté à ce sang. La morsure... le sang... la chair... Du sang... encore du sang... Toujours du sang... C'est le sang d'un vampire, de cet homme important pour elle *Maxwell*, qui stoppe son horloge à ses 20 ans. Sans le met pourpre, elle pourrait se changer en sel, statut friable dans le souffle du vent. C'est la contrepartie de ce plaisir malsain. [titre de mon champ]: CONTRAT: : Célibataire... [titre de mon champ]: BESOGNE: : Etudiante en littérature et LEA Anglais / Serveuse dans un petit café pendant ses heures libres [titre de mon champ]: @Tumblr
[titre de mon champ]: FABLE: : Son instruction sur les sirènes est en cours avec son mentor... Les vampires grâce à Maxwell... Les lycans par des relations hasardeuses... [titre de mon champ]: ÉCORCE: : 20 ans. Pour le moment, son temps est le même que son âge. Dans un an, à la même époque, elle aura pris un an mais pas son corps. [titre de mon champ]: ÉCHINE: : Sirène/Polpo (Lil'Octoppy) [titre de mon champ]: PRESTIGE: : Sang empoisonné, nectar dangereux pour quiconque veuille s'en nourrir (dû à son espèce) ; variance de l'iris (dû à sa double personnalité) ; régénération, hypnose, séduction, voix enchanteresse que serait une sirène sans ces quelques facultés [titre de mon champ]: GANG: : Son allégeance devrait revenir à la reine; pourtant son mentor l'a éloignée de la royauté, ne la tenant informée que du strict minimum. Reniant ainsi son allégeance, elle ne suit qu'elle et les principes de son mentor [titre de mon champ]: @EFFIGIE: : Ana de Armas, @Shury / Signature : @Shury [titre de mon champ]: BAFOUILLES: : 284 [titre de mon champ]: PACTE: : 12/02/2017



Message
Sujet: Re: Supplices réciproques ♦ ft. Selene   Dim 21 Mai 2017 - 12:40


SUPPLICES RÉCIPROQUES
“toute douleur qui n'aide personne est absurde.”


Alors que la chaleur étouffante m'enveloppe, je peine à garder mes esprits. Ce lieu n'est pas un endroit que je préfère. Confiné et suffocant, il m'irrite proprement. Je pense que j'ai assez fait durer la torture. C'est ce que j'avais décidé en face de ce miroir sale. Mais actuellement, quelqu'un avait envie de faire durer cette oppressante situation.

Au premier abord, je ne le reconnus pas. C'est quand il parla que les souvenirs reviennent. La rencontre avec cet homme, les tortures, les humiliations.... tout n'est que vive douleur dans mon esprit. Mon corps irradie de souffrances comme si les flashs se déroulaient à l'instant. Mais aussi, le plaisir volé à chaque instant. Le charnel enflammé par la passion. Cet homme a double tranchant.

Je me recule de deux pas, m'éloignant de mon bourreau. Me postant droite pour ne pas montrer la frayeur de mon cœur, je reste face à lui. Je le vois tanguer. Il est saoul, vraiment saoul.

Ecarte-toi Dil ! Je t'en prie, laisse-moi passer.

Comme un sursaut de conscience, il me regarde dans les yeux. Sondant mon regard, ses yeux embrumés par l'alcool ne semble pas trouver l'information qu'ils cherchent. Je fronce des sourcils. Qu'essais-t-il de faire ? Que va-t-il se passer ? Cela faisait un moment qu'on ne s'était pas croisé. Je reste sur mes gardes. Avec lui, on ne s'est pas sur quel plaisir, on va tomber.

Il ricane et prononce une phrase. Je rougis au rappel des dits projets. Le sang battant chaque veine de mon corps. Je porte mes bras autour de moi face à son regard. C'est comme s'il me déshabille. Les souvenirs de ses mains glissantes me font frémir. L’envoûtement de la sirène est un trait présent même chez l'humaine. Elle appelle, attire le sexe opposé à la luxure. Et cette pose innocente ne fait que décupler son charme. L'eau encore présente sur mes chairs glisse vicieusement sur ma gorge, ma poitrine dévoilée par le bustier.

Je ne vois pas de quels projets tu parles ! J'aimerais sortir de ce club, voilà mon projet actuel! Maintenant, ça a été un plaisir mais je dois y aller.

Je me rapproche de lui, pose une main sur son bras pour le repousser.

egotrip



_________________
Lil'Octopy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

ESSENCE OF CHAOS

avatar

conter son règne
[titre de mon champ]: OSSATURE: : vingt-deux ans [titre de mon champ]: CONTRAT: : célibataire, valse d'âme en âme, glisse sur les corps sans jamais trouver satisfaction. [titre de mon champ]: BESOGNE: : Folâtre flagorneur, d'un cœur frivole pour les formes gémellaires de ces dames. [titre de mon champ]: FABLE: : le strict minimum, les fables qu’on narre aux bambins, les colportages qu’on se murmure de bouche à oreille. [titre de mon champ]: ÉCHINE: : humain jusqu’aux tréfonds sa pleutrerie. [titre de mon champ]: PRESTIGE: : D'un rare talent pour le caprice et les enfantillages. [titre de mon champ]: GANG: : Engeance d'un fidèle de la Sacra Corona, ne saurait pourtant se considérer des leurs. [titre de mon champ]: BAFOUILLES: : 22 [titre de mon champ]: PACTE: : 03/04/2017



Message
Sujet: Re: Supplices réciproques ♦ ft. Selene   Mar 30 Mai 2017 - 12:05
“Il n’y a que les prêtres et les fous pour être aussi téméraires, et pour ma part, je n’ai jamais été en très bon termes avec Dieu.” Le Nom du Vent, Patrick Rothfuss

Assurément, son esprit était des plus sinoques pour avoir l’audace de se confronter à de telles puissances. Ou alors n’était-ce qu’un surplus d’orgueil, qu’un débordement d’amour-propre de son coeur qui manquait tant d’assurance. Car autrement, qui aurait souhaité mesurer ce corps fragile, ces petites mains si lisses de n’avoir jamais connu le moindre effort, cette peau si blanche de n’avoir jamais eu à supporter l’ardente chaleur du soleil, à la force dévastatrice des monstres qui rodaient ici bas une fois la nuit venue ? À leurs pouvoirs si multiples et ahurissants qu’en temps normal, ils auraient relevés de la plus pure fantaisie ? Son monde était sens dessus dessous, mais au fond, cela avait toujours été le cas. Bien avant qu’il ne découvre de quelles horreurs aux dents pointues était faite sa ville, bien avant qu’il n’ait à se confronter à ces légendes oubliées, il avait déjà eu le coeur retourné et l’âme en peine. Le Dilettino d’antan, le petiot à la bouille rieuse, il s’était tapi au plus profond, avait creusé un trou jusqu’à ce que la lumière ne l’atteigne plus, pour que personne ne puisse venir l’y chercher. Le gamin, le marmot, il pleurait, il était secoué d’interminables tremblements, il criait famine, car il avait faim de reconnaissance.

Quoi qu’il en soit, s’il luttait, c’était de la plus idiote des façons. Débauché, ivre, il toisait la femme qu’il avait conquise avec le regard de celui qui possède plus qu’il n’aime, qui convoite plus qu’il ne se passionne. Dilettino ne lui fit même pas le plaisir de faire semblant de bouger. Il resta appuyé lourdement contre le montant des toilettes. « - Je t’en prie, laisse moi passer ! » il reprit d’une voix pincée, aiguë et dérisoire pour se moquer de Selene. Son regard coula le long de la gorge de la jeune femme, imitant le chemin des gouttelettes d’eau ruisselantes sur son buste. Elle, elle s’impatientait. Elle voulait le fuir. Lui avait nullement l’intention de l’y autoriser.

Il frissonna cependant au contact de sa main, électrisé, lorsqu’elle s’approcha en renouvelant sa demande. Dilettino s’avança d’un pas, comme pour résister à l’embryon de charge de Selene, et c’est alors que, le corps lourd et chancelant, il trébucha droit sur elle. Emporté tant par l’inertie du mouvement que par son inaptitude à maîtriser totalement ses gestes, le blond s’accrocha aux épaules de la jeune femme et ils firent ainsi quelques pas malhabiles vers l’arrière, manquant de peu de s’effondrer, comme deux funambules sur une corde invisible. Il se redressa en prenant appui sur elle, puis, le visage presque contre le sien, se mit à rire à gorge déployée, amusé par leur gigue impromptue.

Puis soudain, reprenant conscience de leur conversation, son regard se fit sévère. « - Tu veux rentrer chez toi… c’est ça ? Il pencha la tête de côté, puis laissa courir innocemment un doigt de la gorge nue de Selene jusqu’à son nombril. Il appuya doucement de son index sur son ventre. Tu es fatiguée ? Tu travailles demain ? Très bien… je comprends. Il esquissa un sourire contrit dans lequel on lisait sa malveillance. Il exerça une nouvelle pression. Dans ce cas… il s'apprêtait à conclure, retirant sa main de l’abdomen de Selene. Je t’accompagne. » Il lui tourna le dos en pivotant sec, comme si c’était d’ores et déjà décidé.

_________________

▲⛛▲ la vie est bizarrement faite ; elle se contrefout souverainement des convenances, de la décence et des bonnes manières.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

DROWN YOUR SOUL

avatar

conter son règne
[titre de mon champ]: OSSATURE: : 20 ans....à jamais, à partir de cet instant où elle a goûté à ce sang. La morsure... le sang... la chair... Du sang... encore du sang... Toujours du sang... C'est le sang d'un vampire, de cet homme important pour elle *Maxwell*, qui stoppe son horloge à ses 20 ans. Sans le met pourpre, elle pourrait se changer en sel, statut friable dans le souffle du vent. C'est la contrepartie de ce plaisir malsain. [titre de mon champ]: CONTRAT: : Célibataire... [titre de mon champ]: BESOGNE: : Etudiante en littérature et LEA Anglais / Serveuse dans un petit café pendant ses heures libres [titre de mon champ]: @Tumblr
[titre de mon champ]: FABLE: : Son instruction sur les sirènes est en cours avec son mentor... Les vampires grâce à Maxwell... Les lycans par des relations hasardeuses... [titre de mon champ]: ÉCORCE: : 20 ans. Pour le moment, son temps est le même que son âge. Dans un an, à la même époque, elle aura pris un an mais pas son corps. [titre de mon champ]: ÉCHINE: : Sirène/Polpo (Lil'Octoppy) [titre de mon champ]: PRESTIGE: : Sang empoisonné, nectar dangereux pour quiconque veuille s'en nourrir (dû à son espèce) ; variance de l'iris (dû à sa double personnalité) ; régénération, hypnose, séduction, voix enchanteresse que serait une sirène sans ces quelques facultés [titre de mon champ]: GANG: : Son allégeance devrait revenir à la reine; pourtant son mentor l'a éloignée de la royauté, ne la tenant informée que du strict minimum. Reniant ainsi son allégeance, elle ne suit qu'elle et les principes de son mentor [titre de mon champ]: @EFFIGIE: : Ana de Armas, @Shury / Signature : @Shury [titre de mon champ]: BAFOUILLES: : 284 [titre de mon champ]: PACTE: : 12/02/2017



Message
Sujet: Re: Supplices réciproques ♦ ft. Selene   Dim 25 Juin 2017 - 0:37


Supplices réciproques
“toute douleur qui n'aide personne est absurde.”


Reprenant mes paroles avec une imitation irritante, mon regard s'assombrit mais reste toujours vert. Ses yeux naviguent sur moi, me faisant frissonner... d'horreur ? D'envie ? D'impatience ? Je veux juste fuir. Partir d'ici, loin de lui. Loin avant que le cercle vicieux ne reprenne et nous imbrique encore dans sa roue infernale. Cependant, il semblerait que Dil ne pense pas pareil car il ne bouge pas. Je me rapproche pour le bouger de l'espace pour passer. Ce que je n'avais pas prévu c'est que lui avance d'un pas me surprenant. Il n'avait par contre pas la stabilité pour se maintenir sur sa route et il trébuche vers moi. S'accrochant à mes épaules, je me fais emportée par son poids qui me fait reculer contre le mur que je venais de quitter. Sérieusement, avec lui, je me retrouve tellement de fois plaquée contre quelque chose que je ne les calcule plus à mesure. Il se redresse en prenant appui sur moi ce qui m'arrache une grimace sous le poids qu'il exerce.

C'est pas possible, Dil ! …


Je me fais couper par le rire de ce dernier. Je le regarde énervée. Franchement, il commence vraiment à m'ennuyer là. Je veux partir de ce supplice mais mon bourreau semble ne pas vouloir lâcher sa proie. Il prend un air sévère en me parlant. Ce regard me met une tension dans le corps. Le début du cercle. L'enfer est à mes pieds, je peux franchir la porte. Ou plutôt Dil me pousse pour passer l'encadrement enflammé. Il penche la tête. Je ne peux pas reculer, plaquer contre le mur. Je ne peux fuir le contact. Je déglutis alors que son doigt me fait frissonner avant qu'une chaleur grandisse en mon sein. La pression sur mon ventre me fait retenir ma respiration en écoutant ses questions... Questions qui n'attendent pas de réponse, je le sais. C'est pourquoi, je m'attarde pas à y répondre. Mon regard remonte vers sa bouche pour y voir le faux sourire repenti. Le regret qu'il exprime n'est que le masque d'une idée plus lascive. Je tente de le repousser, de partir avant qu'il ne sorte quelque chose de complètement ahuri. Mais il est trop tard, sa bouche mouve et ses lèvres forment ses véritables pensées.

Comment ça tu m'accompagnes ? Tu ne viendras pas chez moi, Dil.

Mais trop tard, il avait pivoté et prenait déjà la direction de la salle. Je le suivis un instant avant de me faufiler entre les personnes pour arriver à la porte avant lui. Ce n'est pas sans compter sur sa volonté de me suivre. On se retrouve tous les deux, dehors, à la sortie, sous la pluie battante. Il me retient par le bras. Je me répète alors.

Tu ne viendras pas chez moi Dil !

Je tente de me libérer mais il resserre sa prise. Que va-t-il faire maintenant ?


egotrip



_________________
Lil'Octopy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne



Contenu sponsorisé
conter son règne



Message
Sujet: Re: Supplices réciproques ♦ ft. Selene   
Revenir en haut Aller en bas
 
Supplices réciproques ♦ ft. Selene
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Ecurie de Selene
» Le Tableau | Selene
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]
» Haïti - Économie : Selon Daniel Supplice la diaspora est prête a investir mais..
» Mission d'escorte. [Pv: Selena et Alexandre Tiresias]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RIGOR MORTIS ::  :: EST :: → CLUBS-
Sauter vers: