Some food brings back more memories than others. ~ Ft. Mü MacGrioghair

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Colin O'Kelly
SORCIERS - TO KNOW IS LIKE A HUNGER
OSSATURE: : 37 CONTRAT: : Éternel célibataire. Soit l'amour me pourrit au nez ou bien mon âme soeur n'existe tout simplement pas. Ça m'empêche pas de goûter le menu. BESOGNE: : Maître brasseur. Je fais dans le whisky et la bière.
FABLE: : ... Si tu veux parler de tous mes plans culs, ils sont tous réels, love. ÉCORCE: : 118 ans. Je suis majeur de mon centenaire! ÉCHINE: : Les O'Kelly sont que des soricers... enfin presque. PRESTIGE: : Maîtrise des états aqueux, de l'atomisation des liquides et des coeurs de ses chéries. GANG: : Je suis la brise fraîche qui passe dans une cave lorsqu'on ouvre la porte. @EFFIGIE: : Chris Pine, © Mad Hattress , bazzart BAFOUILLES: : 345 PACTE: : 18/04/2017



Message
Mar 16 Mai - 6:49









Some food brings back more memories than others.



Il est 10h du matin et Colin entame son porridge assis à une table du pub. T-shirt, jeans, rien de trop extravagant. Le porridge et Colin, c’est le petit baume, la petite simplicité qui le ramène sur les côtes irlandaises. Il ne manque que l’air salin. C’est le petit moment de nostalgie dans sa journée. Rien de farfelus. Juste de l’avoine et un café filtre. Il passe en détail les rapports de ses brassins et la distillation du whisky à l’aide de sa tablette électronique. Il regarde le rapport de la semaine dernière et s’arrête au message d’alarme.

Une idée mijote dans son esprit. Ça fait une semaine qu’il nourrit et héberge un loup-garou, plus aussi loup qu’il n’y paraissait la première fois. Leur relation ne s’est toujours pas améliorée. Certes, il est enfermé dans une cellule de verre renforcé, mais  il est plus têtu que Colin n’avait espéré. Il doit le nourrir par le passe-plat sinon il se jette dessus pour lui arracher l’aorte. Difficile de créer des liens d’amitié dans cette situation. Colin n’avait tout de même pas incité l’étranger à contaminer toute une cuve de bières pour jouer avec un lycan dans une cellule. Il fait quelques cliques et une application de surveillance vidéo s’ouvre. Il observe l’inconnu qui refuse de parler faire les cents pas dans sa cellule. Il prend une gorgée de son café et se recule dans la chaise en réfléchissant. Puis, l’inspiration lui vint telle une bouffée de vent qui ferme une porte par surprise. Il bondit de sa chaise et se dirige vers le réfrigérateur derrière le bar. Il tasse quelques bouteilles, en prend une ou deux. Puis, il ouvre le placard aux aromates et prend quelques flacons.

Les mains remplies de bouteilles, il se dirige au sous-sol, entre le code de sécurité, puis réussit de justesse à traverser la porte sans échapper de bouteilles.

Les parfums d’houblon et de malt ne laissent pas l’amateur de bière en Colin indifférent. Il prend une bonne respiration et sourit tout simplement. Il ne se fatigue jamais de ce mélange d’odeurs, trop de souvenirs lui sont attachés. Il continue sa traversée jusqu’au mur du fond, où il baragouine quelques sanscrits et des runes apparaissent en même temps qu’une porte.

En entrant dans la pièce, Colin accourt vers le comptoir d'expérimentation. Il dépose en urgence les bouteilles avant de les échapper sur le comptoir à côté des alambiques, erlenmeyers et béchers en tout genre.  Le bruit du verre qui s’entrechoque à apparemment réveiller la bête qui dormait parce qu’un homme nu se met à mitrailler la paroi en verre trempée de la cellule.

- Laisse-moi sortir espèce d’ordure. J’n’sais même pas pourquoi tu m’as enfermé. Et pourquoi je suis à poils?!

Et oui, le loup de la semaine dernière en était à sa première transformation. C’est un mordu sans même un mentor, une meute, une famille. Colin a essayé d’avoir une discussion avec lui à ce sujet, mais sa position de geôlier psychopathe semble ruiner sa crédibilité. Colin soupire.

- Je t’ai déjà tout expliqué à ce sujet. Une fois calmé, je t’aurais bien laissé partir, mais à présent tu risques de tout balancer à la police.

Une sonnette retentit. Le portable de Colin vibre. Il a quelqu’un qui l’attend à la porte du pub.

- Je reviens dans quelques minutes, mate.

Colin quitte la pièce sous les cris et les injures du prisonnier. Il remonte au rez-de-chaussée. Un homme l’attend derrière la porte. Les carreaux en losange teintés de vert, de rouge et de bleu l’empêchent de distinguer la personne. Il ouvre la porte et voit son vieux pote, Mü. Colin est surpris en premier lieu, mais la surprise laisse place rapidement à la joie de retrouver un ami. Il le sert dans ses bras.

- Ça fait longtemps que tu es à Rome? Tu fais quoi de bon? Tu restes pour combien de temps? Mais où sont mes manières. Entre, entre.

Colin recule et se dirige derrière le comptoir.

- Il est un peu tôt pour du whisky. Il y a du café si t’en veux. Sinon... Y a toujours du whisky!

Il éclate de rire en tenant une tasse d’une main et du whisky de l’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Mü MacGrioghair
WENDIGOWAK - TEAR YOU APART
OSSATURE: : 60 ans CONTRAT: : Veuf BESOGNE: : Beffroi pour le Vatican ÉCORCE: : 290 ans ÉCHINE: : Wendigo GANG: : Soldat de Dieu BAFOUILLES: : 69 PACTE: : 28/04/2017



Message
Lun 12 Juin - 12:43
Il y a des amitiés étranges, faites de rebondissements historiques. Celle que Mü entretient avec Colin est l’une d’entre elles. Historique, avec des relents d’armées de libération et de mépris à l’anglais. En plus, ils apprécient tous les deux la bonne chair, les bons plats et les bonnes boissons. Le cerf avait prévu de lui rendre visite, cela allait de soit, il pensait même emmener Keir, le petit étant très intéressé par tout ce qui est culinaire. Mais Keir, en brave adolescent, fait cordialement la gueule à son père, ne digérant pas son destin de devenir un auguste prêtre. Fils ingrat. Du coup, c'est un Mü seul qui se présente aux portes du royaume du brasseur. Dès que l’on s’approche de l’endroit, des odeurs de maltes et de houblon enchantent les narines du beffroi, le faisant sourire comme un homme heureux. Il se rend compte alors que durant toutes ces années, Colin lui a manqué. A moins que ce soit ses créations ? Difficile à dire, l’amitié étant une chose difficile à appréhender, même pour un vieil homme comme Mü. Et l’irlandais lui ouvre la porte et comme son habitude,sans réellement lui laisse le temps d’en placer une ou de même le saluer, il le bombarde de questions.
« - Tu n’as pas changé ! Toujours aussi insupportable. Il rit doucement avant de paternellement lui ébouriffer les cheveux. Je suis arrivé il y a quelques jours avec mes trois derniers, le Vatican redemande du boucher. »
Le wendigowak laisse échapper un sourire qui ne dit rien qui vaille, faisant honneur à sa réputation. Il le suit à l'intérieur de la brasserie, les yeux curieux, laissant ses sens s’imprégner des lieux. Quelque chose cloche, mais il n’arrive pas à mettre le droit dessus. À la malice, il préfère se concentrer sur les paroles de son vieil ami, restant malgré tout sur ses gardes en vieux cerf rompu au combat.
« - Mieux, regarde ce que je t'ai apporté, tout droit de mon village ! »
Une vieille fierté patriotique fait briller les yeux de l’écossais tandis qu'il dépose la bouteille de whisky des Highlands sur le comptoir.
« - Si tu me fais un breuvage cafe-whisky avec ça, je te déshérite. »
Oui, ils n’ont aucun lien de parenté, ils ne sont même pas de la même race mais Mü restera mieux, père de milliers d’enfants, même les bâtards et les adoptés. Tout en humant son verre, les yeux mi-clos de bonheur, l’odeur qui le fait tiquer depuis son arrivée atteint enfin sa mémoire olfactive. Un sourire s’étire sur ses lèvres, prédateur.
« - Et explique moi pourquoi tu as un louveteau dans ton sous-sol. »
Décidément, Colin est tout en surprise aujourd'hui ! La curiosité de Mü est titillée, il ne sortira pas d’ici avant d’avoir des explications. Et c'est borné, un cervidé, lorsque ça veut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Colin O'Kelly
SORCIERS - TO KNOW IS LIKE A HUNGER
OSSATURE: : 37 CONTRAT: : Éternel célibataire. Soit l'amour me pourrit au nez ou bien mon âme soeur n'existe tout simplement pas. Ça m'empêche pas de goûter le menu. BESOGNE: : Maître brasseur. Je fais dans le whisky et la bière.
FABLE: : ... Si tu veux parler de tous mes plans culs, ils sont tous réels, love. ÉCORCE: : 118 ans. Je suis majeur de mon centenaire! ÉCHINE: : Les O'Kelly sont que des soricers... enfin presque. PRESTIGE: : Maîtrise des états aqueux, de l'atomisation des liquides et des coeurs de ses chéries. GANG: : Je suis la brise fraîche qui passe dans une cave lorsqu'on ouvre la porte. @EFFIGIE: : Chris Pine, © Mad Hattress , bazzart BAFOUILLES: : 345 PACTE: : 18/04/2017



Message
Jeu 20 Juil - 21:54




Colin replace ses cheveux en rigolant. Ce fichu Mu, toujours là pour paterner. Quoi qu’il soit irlandais, il préférait aller fricoter chez la sorcière du village durant sa jeunesse au lieu d’aller à la messe comme tout bon catholique. Il n’adhère donc pas du tout à l’obsession que son vieil ami porte à la religion et encore moins sa tendance à procréer au fil des années.
 
-  Juste tes trois derniers? Sais-tu au moins combien d’enfants tu as engendré sur cette foutue planète? Une chance que je suis sorcier, sinon j’aurais des doutes sur mon paternel.
 
Il rigole de plus belle. Il grimace cependant sous l’allusion que son whisky soit moins bon que du scotch highlander.
 
-  Si ce n’était pas de notre amitié et du fait que je sais que ce scotch soit de la bombe, je t’aurais botté ton cul de wendi en dehors de mon pub.
 
Il s’empare de la bouteille et lui verse un verre. Pas besoin d’ajouter de la glace, Colin laisse jouer un peu sa magie et rafraichit le breuvage sans en diluer une goutte. Il en fait de même pour lui et hume les effluves pour s’en délecter au maximum. Alors qu’il trempe ses lèvres sur le rebord de son verre, il peine à avaler sa gorgée lorsque Mü mentionne le loup problématique au sous-sol. Qu’est-ce qu’il croyait? Qu’un vieux wendigowak comme lui aurait l’odorat ramolli au fil des ans? Il se prend une nouvelle gorgée avant de lui répondre, histoire de trouver les mots pendant ce temps.
 
- Rien ne t’échappe hein? C’est plus une épine dans le pied qu’autre chose à vrai dire.
 
Il s’accote sur son comptoir pour commencer son histoire comme un irlandais sait raconter des histoires.
 
- Well, you know…   Une chose en entraîne une autre. J’allais pénard vérifier mes densités quand j’ai découvert un loup dans ma cuve. J’essaie de résonner, mais rien à faire. Le bougre a complètement cédé à la bête. Je décide alors de l’enfermer le temps que la nuit passe pour discuter avec lui mano à mano. Et là pas de bol. Il est en crise hystérique parce que c’est un nouveau transformé et il pense que je suis le psycho qui l’a drogué et capturé. Je voulais bien tester des cocktails sur lui… Mais là c’est galère par dessus galère. Pas moyen de le faire plier. Et la torture, c’est trop d’effort pour moi. Va falloir que je m’en débarrasse sans qu’il cause de soucis à mon business…
 
Il regarde au loin en réfléchissant. Puis une idée s’immisce dans son esprit. Il se retourne vers Mü avec un sourire machiavélique en espérant que son ami soit sur la même longueur d’onde que lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Mü MacGrioghair
WENDIGOWAK - TEAR YOU APART
OSSATURE: : 60 ans CONTRAT: : Veuf BESOGNE: : Beffroi pour le Vatican ÉCORCE: : 290 ans ÉCHINE: : Wendigo GANG: : Soldat de Dieu BAFOUILLES: : 69 PACTE: : 28/04/2017



Message
Lun 31 Juil - 15:13
Un sourire grognard s'étire sur les lèvres du vieux wendigowak lorsque le petit Colin lui parle de sa marmaille. Il les aime, ses gosses, même ceux qu'il ne connaît pas.
« - C'est vrai que ta mère était une belle plante... »
Mais Mü ne l'a pas sautée. Le père avait l'oeil alerte lorsqu'il était dans les parages, sa réputation de défaiseur de couples le précédent. Au cours de ces dernières années, Mü s'est calmé, se poser, avec femme et enfants, aidant énormément. Mais la femme est morte et digérée, les enfants sont grands. Rome a changé, les lupas se sont effacées pour laisser place à des escorts masculins. Mü n'a aucun problème avec les bites, une de temps en temps de ne fait pas tiquer - surtout lorsqu'elle est bien utilisée - mais il reste avant tout un grand amateur de chair aux formes rondes, aux seins épais et aux hanches marquées. C'était bien, les femmes, avant. Colin n'a rien du femme et encore moins un quelconque objet sexuel. Colin, malgré maintenant les siècles, restera toujours le gamin en colère qu'a connu Mü. C'est comme l'un de ses mômes à force. Mü est un wendigowak étrange, trop vieux, trop empathe.
Verre à la main, il ignore dans un sourire carnassier la maigre menace du brasseur. Il préfère changer de sujet, s'enquérant du fumet canin qui titille ses narines, ayant finalement mis un nom dessus. C'est le sourire aux lèvres, avec un sourire certain, qu'il écoute Colin. Décidément, c'est bel et bien pas son fils : le paternel avait le même don pour les histoires. Un loup-garou, poché à la bière. Les idées de Mü s’assombrissent dans la lumière, il salive, imaginant milles supplices salés, mijotés, dégustés. Ses prunelles croisent les bleues du brasseur, les grands esprits se rencontrent.
« - Emmène moi vers lui, Colin. »
The Butcher est de retour, les yeux froids et le visage inquiétant. The Butcher a faim. Il le suit donc dans les entrailles de sa brasserie, l’odorat bercé par les effluves de maltes et de houblons. Un loup, un louveteau en colère, effrayé. Détaillant son corps nu de ses yeux, évaluant la marchandise, Mü demande à Colin, posé :
« - As-tu déjà mangé du loup, mon garçon ? »
Les mains de Mü glissent dans ses poches, ses doigts calleux caressant le couteau militaire qui ne le quitte jamais, imaginant avec une certaine excitation la lame soulever la chair de l'homme dans la cuve.
Mü a faim.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Colin O'Kelly
SORCIERS - TO KNOW IS LIKE A HUNGER
OSSATURE: : 37 CONTRAT: : Éternel célibataire. Soit l'amour me pourrit au nez ou bien mon âme soeur n'existe tout simplement pas. Ça m'empêche pas de goûter le menu. BESOGNE: : Maître brasseur. Je fais dans le whisky et la bière.
FABLE: : ... Si tu veux parler de tous mes plans culs, ils sont tous réels, love. ÉCORCE: : 118 ans. Je suis majeur de mon centenaire! ÉCHINE: : Les O'Kelly sont que des soricers... enfin presque. PRESTIGE: : Maîtrise des états aqueux, de l'atomisation des liquides et des coeurs de ses chéries. GANG: : Je suis la brise fraîche qui passe dans une cave lorsqu'on ouvre la porte. @EFFIGIE: : Chris Pine, © Mad Hattress , bazzart BAFOUILLES: : 345 PACTE: : 18/04/2017



Message
Mer 20 Sep - 20:57



Tout, mais pas ça. Comparer sa mère avec une plante ou une fleur à butiner, c’était au-delà des aptitudes du sorcier. Heureusement, il savait que son père tenait beaucoup trop la bride courte pour que sa mère puisse regarder ailleurs. Et pour une fois, dieu merci. Colin se voyait mal avec un vieux pote qui se serait tapé sa mère. Probablement une raison pour mettre fin à leur amitié de longue date, mais voilà que ce scénario ne s’est pas réalisé et grand bien en fut. De ce fait, Colin peut déguster un scotch aussi parfait que son whisky. Jamais, il n’oserait avouer la possibilité qu’un whisky, scotch ou bourbon soit meilleur que le sien. C’est juste impossible avec la fierté qu’il octroie à son produit de prédilection. Ses bières à la limite peuvent avoir le bénéfice du doute, mais pas son whisky. Il en est encore plus fier que son sang de sorcier irlandais et pour tout dire, il est très attaché à ses racines celtiques.
Colin profite de l’arôme fumé du scotch avant d’acquiescer à la demande de son ami pour descendre dans son laboratoire. Il sait pertinemment ce qu’il vient d’éveiller en son ami. Une faim vorace et loin d’être jolie à l’œuvre. Le loup allait saigner et être découpé en morceaux juste assez petit pour que Mü puisse en faire une bouchée, si et seulement si la faim de la bête n’était pas si importante pour le moment. C’est dans ces moments où Colin titille à l’idée que n’importe quelle pièce de viande s’équivalent pour le wendigo. Il est sûr que s’ils se trouvaient tous les deux cloitrés dans une pièce, son status passerait de vieil ami à filets mignons de sorcier. Il n’est pas illusionné jusqu’à croire que la nature de Mü ne prendrait pas le dessus dans une telle situation. Malgré son affection pour ce bougre, Colin pense toujours à une sortie de secours pour éviter ce genre de situation. Comme quoi, le nourrir au lieu d’être au repas est une bonne alternative. En plus, il sait que la mort du loup est inévitable. Il doit mettre fin à ses jours, sinon il est clair que sa nature sera dévoilée à tous, et il devra s’enfuir de Rome. Son projet commence tout juste à prendre forme. Il est trop pragmatique pour risquer de tout perdre.
Il prend une gorgée et se dirige vers la porte menant à l’escalier qui descend dans sa fabrique. Chaque pas l’amenant plus près de son laboratoire secret obscurcit son visage. L’heure aux plaisanteries est dépassée et Colin est bien conscient de l’exécution qui s’apprête à avoir lieu. Il se rend jusqu’au fond de l’usine et prend une tournant vers la gauche entre deux cuves avant d’appuyer la paume de sa main contre le mur. Il récite quelques mots en sanskrit et des runes s’illuminent avant de dévoiler une porte dissimulée jusque-là. Il traverse la porte et prenant soin de la laisser ouverte pour la bête derrière lui.
L’homme nu dans la cellule reste un moment immobile, assis sur son lit avant de réaliser que le sorcier est accompagné d’une autre personne. Son visage s’illumine d’un coup, et il accourt vers la vitrine pour la marteler de ses pieds et supplier la deuxième personne de le sortir de là.
- VOUS! Appelez la police! Sortez-moi d’ici!!!
Si seulement il savait les intentions de Mü, il se cacherait au fond de la cellule et tenterait de trouver quelque chose pour se défendre. Quitte à se mettre inconsciemment en mode lou-loup par mécanisme de défense. Colin n’a pas encore désactivé le coupeur de son entre la cellule et le laboratoire. Le loup n’entend donc pas la remarque de Mü tant qu’à la diète de Colin.
- Euh, non. Et si je ne me trompe pas, Lycan ou pas, ça reste un humain. Je vais pas risquer de devenir une bête sympathique comme toi par curiosité.
Il éclate de rire à l’idée. Devoir se nourrir de chair humaine pour garder son joli minois pendant des siècles n’est pas son premier plan afin de gagner quelques bougies sur son gâteau de fête. L’éclat dans les yeux de Mü jette cependant une ombre de remord sur la conscience de Colin.
- Peux-tu le tuer rapidement avant de le charcuter? À part se saouler dans une de mes cuves, son casier est assez pur.
Il se dirige vers le côté droit de la cellule et déverrouille la porte pour que Mü puisse y entrer dans la pièce en blanc immaculé. Cependant, les deux pièces restent coupées de tout son qui pourrait provenir de l’une ou l’autre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas
 
Some food brings back more memories than others. ~ Ft. Mü MacGrioghair
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» CNN: Food prices rising across the world
» 6 Worst Fast-Food Burgers (and What You Should Eat Instead!)
» Save The human right to food: International mission to Haiti
» Enfant abandonné ou tué devant Food for the Poor- Attention photos sensibles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RIGOR MORTIS ::  :: EST :: → BARS-
Sauter vers: