Bad company - Samael

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

WICKED GAME

avatar

conter son règne
[titre de mon champ]: OSSATURE: : 35 ans sous les affres illusoires du regard humain [titre de mon champ]: CONTRAT: : Concubinage libertin [titre de mon champ]: BESOGNE: : Bras droit du Suprême et homme à tout faire du clan Datura [titre de mon champ]:
[titre de mon champ]: ÉCORCE: : 120 années écoulées au fil de ses voyages nomades [titre de mon champ]: ÉCHINE: : Sorcier [titre de mon champ]: PRESTIGE: : Maitre des ombres - manipulation des ombres [titre de mon champ]: GANG: : Coven Datura [titre de mon champ]: @EFFIGIE: : Riccardo Scamarcio [titre de mon champ]: BAFOUILLES: : 68 [titre de mon champ]: PACTE: : 26/03/2017



Message
Sujet: Bad company - Samael   Mar 6 Juin 2017 - 22:46
Il en avait marre.

Ca ne suffisait plus.

Les joies et la facilité de la masturbation n’arrivait plus à évacuer cette tension lourde et insistante qui appuyait toujours plus fermement sur ses épaules. Les journées s’enchainaient inlassablement, et il commençait sérieusement à en avoir marre à essayer de décrypter les hiéroglyphes qui servait d’écriture à Gildi. Erebe pinça les lèvres tandis que son regard s’attardait sur les dossiers et autres paperasses administratives qui s’amoncelaient perversement dans un coin de son bureau. Sifflant, il s’empara du haut de la pile, froissa la première feuille qui s’y trouvait, la roula en boule et la jeta violemment en direction de la poubelle.

Un léger sourire satisfait s’esquissant sur ses lèvres quand sa cible atteignit son but. Un papier à s’occuper en moins.

Le QG du clan Datura était silencieux à cette heure avancée –un fucking miracle- de la nuit... Sa montre indiquait presque vingt deux heure et il était encore là, à essayer de s’extraire de ses obligations professionnelles – et c’était toujours mieux que de se dire qu’il était au chomage. Erebe passa une main dans sa tignasse, ébouriffant davantage ses mèches, ses doigts glissant le long de son visage aux traits tirés et las. Tant pis pour ce soir, il méritait bien de se détendre un peu… surtout après cette journée à enchainer rendez vous pour les affaires et autres magouilles de Gildi.

La tension qui pensait lourdement contre son épaule le fit grimacer, il avait besoin de se détendre. Réellement. Son corps ne demandait qu’à exploser, qu’à imploser, qu’à se laisser glisser dans les bras d’une jouissance délivrante.

Il avait simplement besoin de sentir une peau amie contre la sienne, de caresser de la paume la courbe d'un sein ou d'une hanche, de gouter du bout de la langue la saveur amer d’une transpiration au creux d’une gorge... Et de se laisser guider jusqu’à la jouissance par le bruit rassurant et narcotique d’une chair claquant contre une autre, avec violence et envie, au rythme symphonique des gémissements et des coups de reins.

Grognant, Erebe se leva, enfila rapidement sa veste et quitta la table qui servait de table de travail/bureau, saluant vaguement les collègues qui prenaient leur garde de nuit. Une clope au bout des lèvres, il se dirigea vers sa voiture en direction du bar de la ville. A cette heure ci, le Figaro devrait bien abriter une âme charitable qu’il pousserait dans son lit, ou qu’il baiserait dans les toilettes... à ce stade, il n’était pas difficile.

Une bouffée de chaleur, mêlé d’odeur d’alcool et de fumée de cigarette lui frappa le visage quand il y mit les pieds. Une musique s’élevait en fond sonore et Erebe s’adossa au bar, déjà investis par quelques poivrots, une bière à la main et les yeux planant dans la pièce. Il ne devait pas se précipiter, il possédait tout de même des principes et des préférences. Non, il se devait d’analyser, s’armer de son sourire et s’adonner à son petit tour de passe-passe hypocrite.

Savourant le gout de sa bière, un coude appuyé sur le bar, il repéra après quelques minutes une jeune femme de l’autre côté de la salle. Brune, aux grands yeux verts, elle lui dédiait quelques œillades faussement timides alors que son sourire d’un rouge éclatant était une invitation à la luxure. Erebe esquissa un sourire amusé, son regard la dévisageant ouvertement... Parfait, il avait trouvé sa cible du soir.

Une main dans la poche de son jean, l’autre tenant fermement sa bouteille de bière, le sorcier s’apprêtait à se diriger vers elle quand il sentit un regard qui le fixait obstinément.

« Un problème ? Demanda t-il alors en se tournant vers son voisin de comptoir, arquant un sourcil agacé. »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Bad company - Samael
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Canadian company to explore for gold in Haiti
» Misery loves my Company.
» Flander's company!
» Haiti: The corporate vultures circle
» No Monsanto in Haiti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RIGOR MORTIS ::  :: EST :: → CLUBS-
Sauter vers: