“Sometimes a woman needs a man for company, no matter how useless he is.” Feat Gia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

DROWN YOUR SOUL

avatar

conter son règne
[titre de mon champ]: OSSATURE: : 27 ans [titre de mon champ]: CONTRAT: : célibataire [titre de mon champ]: BESOGNE: : Parasite [titre de mon champ]: ÉCORCE: : 200 ans [titre de mon champ]: ÉCHINE: : Sirène Orc [titre de mon champ]: PRESTIGE: : à remplir [titre de mon champ]: @EFFIGIE: : Yolandi Visser @Swan [titre de mon champ]: BAFOUILLES: : 16 [titre de mon champ]: PACTE: : 06/06/2017



Message
Sujet: “Sometimes a woman needs a man for company, no matter how useless he is.” Feat Gia   Ven 16 Juin - 14:46
“Sometimes a woman needs a man for company, no matter how useless he is.” 



Les heures commençaient à s'assombrir. La nuit commençait à voiler Rome comme une chape de plomb. Cela ne faisait pas une grande différence pour Asteria. La jeune femme se sentait  cependant plus à son aise dans les profondeurs du soir qui lui rappelaient les océans . Elle entra sans se soucier des regards étranges qui s'attardaient sur elles ou des individus peu fréquentables qui trainaient dans le coin. Elle avait conscience de se trouver en haut de la chaîne alimentaire. La femme savait qu'elle était un prédateur. Elle se rappelait toujours les mots de son père à ce sujet. Il l'avait bien brieffé. Préparé comme un bête de concours pour la chasse et pour repérer le danger. Ses yeux foncés se perdait dans l'observation de ses différentes connaissances massées autour d'elle. Certains étaient des flics avec qui elle s'était déjà amusée, d'autres des amusements passagers. Pour elle,  c'était aussi des humains qui avaient la chance d'être encore en vie. Asteria avait toujours du mal même après toutes ces années passées à Rome à considérer les humains comme dignes d'intérêt.

Ils s'étaient très souvent montrés décevant de son point de vue. Ils étaient des jouets fragiles et changeant mais ils permettaient de se faire la main. Quand un mourrait, les autres en parlaient parfois mais finissait toujours par oublier. La jeune sirène  ne savait pas comment ils faisaient pour que les leurs finissent par devenir aussi inconséquent car elle ne pouvait oublier la disparition de son père. Qu'importe le temps que cela pourrait durer, ce trou continuerait de l'émietter lentement et sûrement comme une falaise qui s'érode sous les assauts de l'eau. Les individus mélangés lui tendirent des billets. La monnaie des humains, rien d'autre que du papier mais cela valait tout l'or du monde pour peu qu'on en ait beaucoup. Ils parlaient de cet inspecteur de police occupé à cultiver son alcoolisme. Ils lui donnaient des conseils sur comment elle devait procéder en lui donnant même des exemples de phrases et de ton à employer. Elle hochait la tête, elle aurait accepté pour ne pas s'ennuyer de toute manière. L'argent n'était qu'un petit bonus nécessaire bien qu'elle n'en eut pas besoin. Cela l'amusait qu'il pense qu'il se servait d'elle alors qu'elle aurait pu tous les éventrer sans le moindre soucis. Elle sourit avec un regard de poupée doux et perdu. Elle savait jouer de cette expression qui semblait innocente mais ne faisait que masquer la créature mauvaise et décharnée qui nichait sous cette apparence humaine.

Une fois que son briefing fut terminé. Elle s'approcha de l'homme et sans lui demander la permission, elle prit son verre, se permettant même de le terminer. L'alcool fort brûla légèrement sa gorge mais elle ne toussa pas pour autant. Elle regarda l'interlocuteur pendant qu'il la dévisageait se permettant de lui sourire. Elle répondit aux questions dans ses yeux avec une phrase péremptoire et provocatrice. "Tu as bien assez bu, non, mon chou ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN x fourrure à malmener

avatar

conter son règne
[titre de mon champ]: OSSATURE: : 49 s'étiole au faciès marbré de l'ancien. fissures notées au masque pourrissant d'un carnaval passé. [titre de mon champ]: CONTRAT: : divorce notifié. le myocarde cogne de noces nouvelles, l'attrait retrouvé, les bacchanales mortuaires pour un noctule enivrant. [titre de mon champ]: BESOGNE: : inspecteur, police criminelle. le canon logé à la paume, le sang en rigole sur la parure et les lippes. traque de la fourberie humaine. paluches plongées à la fange, aux cercles infernaux. moissonneur de pécheurs. crocs aux cuisseaux. [titre de mon champ]:
[titre de mon champ]: ÉCORCE: : 147, vie de moitié incisée. tombeau encore éloigné. [titre de mon champ]: ÉCHINE: : lupus sous l'échine du mensonge. monstre au revers du costume. l'humain est un pyjama, une erreur, le voile d'une stupeur cannibale. [titre de mon champ]: GANG: : nostra regno. paluches à la poudre séquestrée. paquets revendus au contrat malsain des trafiquants. picaille prospère. orbes clos aux transactions. [titre de mon champ]: @EFFIGIE: : MIKKELSEN (faust, crac in time, karma) [titre de mon champ]: BAFOUILLES: : 3388 [titre de mon champ]: PACTE: : 14/12/2016



Message
Sujet: Re: “Sometimes a woman needs a man for company, no matter how useless he is.” Feat Gia   Lun 26 Juin - 15:28
Do not search for my heart anymore
the wild beasts have eaten it.



“On fête l’anniversaire de Felice ce soir… Tu viens ?”
“J’ai l’air d’avoir l’choix d’ma réponse ?”

S'encanailler jusqu’à l’aube. Suivre les fous à leur piège, s’enfermer à la taverne de la tentation. Pourquoi avoir prononcé l’acceptation. Pourquoi avoir hoché la tête alors qu’il sait où se terminent les soirées portées par la police. Cabaret. La dernière fois, c’est un bar qui s’est fait témoin de leur déchéance. Boire. Fibonacci ne sait refuser, n’y arrive plus.

Décadence nocturne. S’amorce la chute, la dégringolade aux limbes alcoolisées. Fêlures de plusieurs semaines. C’est l’abandon pour ce soir, comme d’autres, c’est la nécessité de s’envoyer le whisky jusqu’à se trouer le foie, jusqu’à s’en déloger le crâne de pensées voraces. De ses collègues qui l’ont accompagné, de ces ignares venus fêter un anniversaire pour lequel il a oublié tout présent, Giacomo ne suit pas la troupe. Égaré au recoin du cabaret. Les billes ne scrutent pas la plèbe féminine, oublient que la chair est à disposition, qu’il suffirait de quelques mots et tendresses falsifiées pour ramener la viande. Ennui. Faiblesse. Les verres s’alignent au bar. Shots diversifiés. Alcool nuancés qu’il a commandé. Chaleur réconfortante à l'oesophage. L’esprit s’embrouille, les pensées se mélangent, forment une opacité à sa rétine fatiguée. Du collègue qui s’approche, lui demande comment il va, pourquoi il s'embrume à sa solitude, Giacomo ne répond pas, chasse avec véhémence l’importun. Loup étranglé d’une opale naissante. Lune mauvaise qui s'élèvera dans quelques jours.

Septième descente.
Huitième.

Le neuvième cercle appartient à une autre, main sournoise agrippant le verre, versant le liquide à la gorge poupée. Tension musculaire. L’animal se voûte plus encore. Boule de nerfs. “Allonge la monnaie pour m’payer le verre que tu m’as chapardé.” Monocorde pression. L’inspecteur tourne la tête après plusieurs secondes, à ces moments de réflexion brouillés. “J’ramène pas d’putes ce soir.”




_________________
it will stop your breath, how cruel I can be. But you understand, don’t you? You are clever enough. I am a demanding creature. I am selfish and cruel and extremely unreasonable. The more you love me, the more I will ruin you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

DROWN YOUR SOUL

avatar

conter son règne
[titre de mon champ]: OSSATURE: : 27 ans [titre de mon champ]: CONTRAT: : célibataire [titre de mon champ]: BESOGNE: : Parasite [titre de mon champ]: ÉCORCE: : 200 ans [titre de mon champ]: ÉCHINE: : Sirène Orc [titre de mon champ]: PRESTIGE: : à remplir [titre de mon champ]: @EFFIGIE: : Yolandi Visser @Swan [titre de mon champ]: BAFOUILLES: : 16 [titre de mon champ]: PACTE: : 06/06/2017



Message
Sujet: Re: “Sometimes a woman needs a man for company, no matter how useless he is.” Feat Gia   Mar 18 Juil - 12:01

Asteria apprécie immédiatement la stature calme de son défi du soir. Il est tout à fait dans le genre d'hommes qui l'intéressent. Il est grand avec de l'expérience. Et puis il a ce regard froid embrumé d'alcool, ce regard qui veut dire qu'il résiste et se rebiffe si on tente de le soumettre. Asteria y voit naturellement un challenge. La sirène apprécie de ne pas s'ennuyer, de pouvoir sortir dehors pour foutre le bordel lorsqu'elle n'a pas mieux à faire. Malheureusement pour ses semblables, il est assez rare qu'elle trouve une autre occupation que celle-ci. Les doigts blancs enserrent le verre comme une griffe. Lestement, elle le repose sur le comptoir avec un bruit caractéristique de glace qui cogne sur le rebord. Sa bouche se fend d'un sourire, si on peut appeler la déformation de ses traits aussi humainement.

"Je n'ai pas d'argent, je préfère prendre les verres des inconnus." Elle s'accoude à son tour sur le rebord alors que ses yeux ne quittent pas son regard. Il détourne soudainement la tête comme confus. Elle se love contre son flanc, passant un bras presque chaleureux contre son dos. Elle se penche se redressant sur la pointe des pieds pour murmurer à son oreille. "ça tombe bien alors vu que je ne suis pas à vendre." Elle susurre d'une voix douce qui teinte comme du cristal aux oreilles. Elle reprendre la parole sur le ton de la confidence. Elle sait que les hommes sont souvent réactifs à des stimulus claires et elle ne compte pas le laisser repartir car elle a pris un engagement. Et puis pour être honnête, il a quelque chose qui lui plaît. "Je sais ce que les hommes comme toi désirent. Laisse-moi te l'offrir." Ses lèvres se sont presque posées sur l'oreille de Giacomo alors que son souffle se perd contre son lobe. Lentement, elle laisse la pression redescendre en se remettant dans sa position précédente accoudée contre le bar mais plus proche de lui. "Commence par m'offrir un verre que l'on discute." ajoute-t-elle impérieusement tout en ayant le sourire dans la voix d'une innocence qu'elle a perdu il y a bien longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN x fourrure à malmener

avatar

conter son règne
[titre de mon champ]: OSSATURE: : 49 s'étiole au faciès marbré de l'ancien. fissures notées au masque pourrissant d'un carnaval passé. [titre de mon champ]: CONTRAT: : divorce notifié. le myocarde cogne de noces nouvelles, l'attrait retrouvé, les bacchanales mortuaires pour un noctule enivrant. [titre de mon champ]: BESOGNE: : inspecteur, police criminelle. le canon logé à la paume, le sang en rigole sur la parure et les lippes. traque de la fourberie humaine. paluches plongées à la fange, aux cercles infernaux. moissonneur de pécheurs. crocs aux cuisseaux. [titre de mon champ]:
[titre de mon champ]: ÉCORCE: : 147, vie de moitié incisée. tombeau encore éloigné. [titre de mon champ]: ÉCHINE: : lupus sous l'échine du mensonge. monstre au revers du costume. l'humain est un pyjama, une erreur, le voile d'une stupeur cannibale. [titre de mon champ]: GANG: : nostra regno. paluches à la poudre séquestrée. paquets revendus au contrat malsain des trafiquants. picaille prospère. orbes clos aux transactions. [titre de mon champ]: @EFFIGIE: : MIKKELSEN (faust, crac in time, karma) [titre de mon champ]: BAFOUILLES: : 3388 [titre de mon champ]: PACTE: : 14/12/2016



Message
Sujet: Re: “Sometimes a woman needs a man for company, no matter how useless he is.” Feat Gia   Hier à 18:15
Do not search for my heart anymore
the wild beasts have eaten it.



Blondasse au faciès curieux. Loin des canons délogés de leur magazine suintant la retouche bistouri. Trogne étrange. Fascinante serait le terme si l'alcool n'embuait pas chaque mécanisme de réflexion. Sirène devrait hurler l'alarme du lupin. Absence. Trou des réactions. Le sourcil se lève, fragmente le visage, informe de la curiosité qui habite le crâne. Voleuse de consommations. Bandit des bars. Le verre revient à sa paluche. Inspection de quelques gouttes qu'elle aurait égaré au fond. Rien. "Va emmerder d'autres pochards, j'suis pas d'humeur à la parlote de comptoir." Noyer quelques chagrin. Lequel. Il ne se souvient même pas. Plus. Dégringolade des réactions. Huit verres au gosier. Animal ne supportant pas l'ambre au foie.
 
Mioche venant jouer au serpent contre sa couenne. Muscles aussitôt bandés d'une réaction de défiance. Entrave du corps. Malgré le geste canaille, il se surprend à y clore les paupières. Lupin recherchant le contact, proximité de chacun.  

Pas une fille des nuits alcoolisées. Pas une fille où les billets se logent à la corolle. Mensonge claironne le cerveau à présent éveillé. Regard qu'il laisse toujours fixé aux bouteilles alignées, tente d'y lire quelques noms, de trouver une distraction différente à la sorcière venant déposer son venin. "Me fais pas croire qu'avec tout ton cirque, t'es juste là pour m'sucer ou t'faire prendre contre l'mur des chiottes." Carne usée. Plus de quoi séduire la jeunesse, sauf les pochées de vodka, fillettes à la vingtaine de nez poudré. Résignation. Et celle qui la côtoie à présent n'empeste pas les vapeurs du soir. Pute sous le couvert de paroles vipères. La lucidité s'envole, encore, se fait la malle pour le souffle à l'oreille, la proximité devenant danger d'une Lilith marchandant ses péchés.  

Les hommes comme lui. Les charognards. Queutards. Connards. C'est l'ébauche d'un sourire, d'une risette tordue annonçant les desseins noirs. Si elle savait ce qui arrive aux fillettes. Le corps éventré, malmené. Les mises en pièces. "Comme moi. Si t'veux savoir, j'baise pour m'vider, rien d'plus. Donc si t'veux être mon trou du soir, ça peut s'négoçier, sans monnaie." Vulgarité péchant à chacun des mots. L'incapacité à servir le dialogue éclatant, celui auquel on s'attendrait de l'apparat dans lequel il est vautré. Enfin il pivote, lorgne à nouveau vers l'Offrande. Barman qu'il apostrophe, commande la moquerie d'un cocktail. "Un jus d'orange pour la gosse." Vodka versée en accompagnement. Coude au bar. Paluche fermée sur un verre vide. "C'est quoi ton catalogue ?" Le vice proposé, ce marchandage du corps. Refus de croire qu'elle s'intéresse uniquement à la chair. "Si tu tiens à ta jolie bouille, change de cible. J'laisse des traces."


_________________
it will stop your breath, how cruel I can be. But you understand, don’t you? You are clever enough. I am a demanding creature. I am selfish and cruel and extremely unreasonable. The more you love me, the more I will ruin you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé
conter son règne



Message
Sujet: Re: “Sometimes a woman needs a man for company, no matter how useless he is.” Feat Gia   
Revenir en haut Aller en bas
 
“Sometimes a woman needs a man for company, no matter how useless he is.” Feat Gia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» NY Times: The Woman Who Would Be Haiti's Next President
» Presentation of the Red Woman
» [UPTOBOX] The Woman [DVDRiP]
» Emma Frost - Ice Woman -
» DC New 52 : WONDER WOMAN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RIGOR MORTIS ::  :: OUEST :: → CABARET-
Sauter vers: