he's a man, he's a guru

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Doris Babbucci
SIRÈNES - DROWN YOUR SOUL
[titre de mon champ]: OSSATURE: : chagrin entropique, déclin, décennies cumulées sur la chair [titre de mon champ]: CONTRAT: : la belle disparue, rogne essentielle, myocarde en deuil, mémoire d'un sourire envolé [titre de mon champ]: BESOGNE: : blue velvet, bar des pouilleux où se proclame la reine, plaque tournante de la glèbe vermineuse, carrefour des jolies raclures [titre de mon champ]:
[titre de mon champ]: ÉCORCE: : 595'y, à l'aube des grandes découvertes [titre de mon champ]: ÉCHINE: : ombre de charon, linceul rubicond, murmure ouaté lorsque sillonne le kraken dans le vestige des condamnés [titre de mon champ]: PRESTIGE: : charme méphitique, tromperie de la chair, glousse le fauve immortel [titre de mon champ]: @EFFIGIE: : cate blanchett (@LAZARE) [titre de mon champ]: BAFOUILLES: : 1103 [titre de mon champ]: PACTE: : 21/12/2016



Message
Sujet: he's a man, he's a guru   Sam 17 Juin - 14:51
DORIS
&
NEMO
abattoir blues

Canicule.
Un suaire perle la chair sous le crépuscule ascendant. D’un mois estival où domine la touffeur jusqu’au fuseau le plus sombre, l’Océanide regrette les blizzards marins et le jovien ballet au creux des flots. Dans la moiteur viscérale du funeste dédale, l’ombre où s’articulent mécréants et fornicateurs, la flavescente ambule sans esclandre en direction du bistrot qu’elle a dépouillé à Charon deux mois plus tôt. Blue velvet, ça prophétise la nuance, ça émoustille la curiosité à ceux qui galvaudent au méandre limitrophe.

Au confluent des crapules, Doris soutire les tuyaux nécessaires pour dénicher l’engeance maudite. Fléau de ses entrailles, rejeton répudié, c’est dans le sillage du monstre engendré par son égoïsme qu’elle tente de colmater ses bavures. Quelque part dans le maquis de l’auguste capitale, ambitionne le fils monstrueux, le doux leviathan.

Absorbée dans ce galimatias crânien, la cadence estompe pourtant de sa vélocité. Bouquet incisif exsudant d’une venelle latérale. Troublée, houleuse, elle s’y écluse, eschée par un parfum familier. Fragrances du sang et de l’océan enchevêtrés dans un pétrichor méphitique. Babines qui tressaillent lorsqu’au détour d’une voie sans issue, se dresse une noble stature. Les calots glissent au sol, où jonchent des cadavres encore chauds. Sous le crachat de l’opale, l’un d’eux dévoile trogne familière. Stefano, un habitué du bistrot. Un client sous contrat. Rictus au labre. Prenant appui contre la brique, les radius s'enlacent sous le sein moulé de sombre soie.

« C’était un client important, me voilà fort embarrassée… »

Pourtant, impavide, le timbre conserve son flegme, ravale son fiel au regard du meurtrier. Sourire contrit. Myocarde en émoi. Depuis son retour, pas une seule visite, ni moindre invite pour le cadet adulé.

« Le bulldog hein ? Tu t’es attiré un surnom bien atypique »

Familiarité, à l’oubli d’un physique bouleversé, d’une jouvence anémique. Du haut de ses cinquante ridules, Doris néglige l’idée qu’il ne puisse deviner l’aînée sous l’ossature fanée. Rousseur perdue, blêmie par une naufrage d'ivresse.

CODAGE PAR AMIANTE

_________________



HORREUR SYMPATHIQUE
mon âme fêlée, veut de ses chants, peupler l'air froid des nuits

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Nemo babbucci
SIRÈNES - DROWN YOUR SOUL
[titre de mon champ]: OSSATURE: : la quarantaine, le goût de la macération est omnipotent [titre de mon champ]: CONTRAT: : Il n'envisage plus une quelconque relation depuis la présence possessive, envahissante, oppressante, hostile, calamiteuse d'un poulpe un peu trop collant qui se veut l'exclusivité d'une relation fraternelle, Doris la malice. [titre de mon champ]: BESOGNE: : Bang Bang j'te mets le gland de mon revolver sur la tempe #Flic #viedemerde [titre de mon champ]: ça casse le mythe
[titre de mon champ]: ÉCORCE: : 500 piges dans la saveur du temps [titre de mon champ]: ÉCHINE: : un kraken...non je déconne, je suis un vaillant, robuste et fier hippocampe. #viedemerde [titre de mon champ]: PRESTIGE: : Cracheur de bulles #kidibull - Vision affûtée #Oeil de lynx [titre de mon champ]: GANG: : no way. [titre de mon champ]: @EFFIGIE: : mille nuits [titre de mon champ]: BAFOUILLES: : 297 [titre de mon champ]: PACTE: : 31/12/2016



Message
Sujet: Re: he's a man, he's a guru   Lun 19 Juin - 20:46
Labyrinthe de confusion



Loin des galoches avec les accrocheuses de roubignoles, ripailleuses d’écus, c’était plutôt un baiser tiède et jaugé du bout de ses lippes poupardes. Il pouvait deviner le grand Coquin se cueillir dans la poudre d’escampette qui créchait dans le sphincter de son embout en papier. Un chaos de palliatifs infectait sa cigarette d’un symptôme subtil et recherché. Le sentiment d’être écaillé. Et tandis qu’il s’échinait contre la mort dans un cirrus capiteux, le charbon de ses caboches roulait sur les charognes fraîchement décousues de vie. Ils polissaient le sol avec esthétique, exhibant un spectacle cramoisi d’amarante. Coquelicot et opium.  Lâcher prise. Une tâche malaisée quand on venait de s’appliquer à un escarmouche saignante, de quoi repaître les lécheurs du coin. Prunes incandescentes. Il transpirait la satiété. Une facette macabre de lui qu’il se cachait bien de peindre au grand public. Quelques rondes vermeilles glissaient sur les rigoles avachies de son faciès pour finir leur course sur le bulbe éclopé de ses lèvres. Bouquet salé et grisant sur palais. Une affaire escamotée en résultante dérisoire. Trois contre un. Iniquité manifeste qu’il avait réprimée derrière l’allonge de ses poings et, en dernier soutien, son revolver.

Un relent coutumier s’était à l’instant échoué dans l’encadrement gibbeux de ses narines. Sentiment douillet devant cette fragrance familière. Ses sourcils rondouillards s’étaient escalés, défripant son front replet de sillons marris. C’était un arôme leste qui lui évoquait le Grand Bleu. La trogne de son poulpe meublait ses pensées tandis qu’il se laissait absorbé par cette empreinte confortable.  Pourtant, ce n’était pas le portrait pimpant et crapuleux de Doris qui se distinguait de la grande nébuleuse mais une trogne éreintée par le quintal de la vie. Amalgame dans ses mânes. Branle-bas qui ralliait furtivement ses sourcils dans une étreinte penaude.

« Navré… » Se contentait-il de soupirer entre deux becquées d’opium, les pupilles s’empâtant d’ébène et d’absence.

« Je tape pas dans les vieilles… »

Le Bulldog ? C’était le petit nom d’amour dont l’avaient gratifié bas-fonds de Rome.

« Tu vas faire quoi ? Me tabasser pour avoir tué ton client ? Ou me violenter ? J’suis pas sûr qu’elle bande encore avec ce que j’ai pris… »

Dans une adresse disetteuse il s’était laissé choir sur l’asphalte moite, avec pour fantaisie le toit du monde tapi d’étoiles. « Regarde-moi ça ! A mes côtés, une scène farouche qui démontre le dam des Hommes. Et pourtant, il suffit de lever les yeux pour rencontrer la beauté du monde…C’est quoi ton p’tit nom ? Tu sens bon…tu me rappelles quelqu’un… Tu as pris un bain de mer ? »  Jacteur à ses heures, il appréciait la présence de l’incertaine.  

(c) AMIANTE

_________________

NECROSE.

-- Le renard accuse le piège, pas lui-même.  -© signature by anaëlle.



@Lorelei
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Doris Babbucci
SIRÈNES - DROWN YOUR SOUL
[titre de mon champ]: OSSATURE: : chagrin entropique, déclin, décennies cumulées sur la chair [titre de mon champ]: CONTRAT: : la belle disparue, rogne essentielle, myocarde en deuil, mémoire d'un sourire envolé [titre de mon champ]: BESOGNE: : blue velvet, bar des pouilleux où se proclame la reine, plaque tournante de la glèbe vermineuse, carrefour des jolies raclures [titre de mon champ]:
[titre de mon champ]: ÉCORCE: : 595'y, à l'aube des grandes découvertes [titre de mon champ]: ÉCHINE: : ombre de charon, linceul rubicond, murmure ouaté lorsque sillonne le kraken dans le vestige des condamnés [titre de mon champ]: PRESTIGE: : charme méphitique, tromperie de la chair, glousse le fauve immortel [titre de mon champ]: @EFFIGIE: : cate blanchett (@LAZARE) [titre de mon champ]: BAFOUILLES: : 1103 [titre de mon champ]: PACTE: : 21/12/2016



Message
Sujet: Re: he's a man, he's a guru   Dim 16 Juil - 15:09
DORIS
&
NEMO
abattoir blues


Chute des géants.
Ça suinte, ça cogne jusqu’au museau retroussé de l’ondine. Bibine pestilentielle et mouscaille nébuleuse, panaché toxique dont se pâme la carrure avachie du commissaire. Plus clochard que noble paladin, l’esquisse peine Doris.  Piteux, mochard et fripouille, sous un duvet maculé, la rétine pétroleuse, l’aimé, l’adorable poney, affiche paroxysme d’indigence. Une décade pour ruiner l’échine et ôter le masque. Que s’est-il passé à l’absence de son épopée ?

Vomissures, les répliques s’articulent dans un ébat prosaïque.
Paroles qui scandalisent, ébranlent l’auguste caboche. Benjamin qui ne saisit pas, ignore l’identité sous la trogne flétrie. Jeunesse fanée qu’elle doit endosser au poids du chagrin qui s’enracine depuis une décennie. Rousseur disparue et malice calcinée, millésimes de pétulance naufragés dans l’écume désenchanté. Nemo mériterait indulgence à l’anatomie tourneboulée de son aînée. Du galbe tendre et éthéré, l’oiselle n’est plus que muse anémique.  Mais l’Hafgufa ne consent à quelque bienveillance.

« Je m’égare quelques temps et tu m’oublies déjà ? »

L’amertume pimente le timbre chevrotant. Au freux échu à même le malthe, la flavescente réduit l’écart et rejoint l’ingrat. Insolite position lorsqu’elle fléchit vertèbres pour présider sur les cuisses dodues du quidam insolent. A califourchon, sans se soucier de l’ambigüité équivoque dont s’imprègne la scène, Doris visse ses calots insurgés sur la mine poivrot de son petit poney. Les bras encerclent les cervicales et blottissent l’écroué front contre front. Fièvre contre torpeur hivernale.  

« Je te l’ai déjà dit…à petits feux, ils te tuent, ces humains auxquels tu t’attaches tant »

Ephémères qu’elles méprisent, ne saisit pas l’attachement du cadet à cet univers. La bouche se tord d’un grime à la puanteur qui exhale de l’hommasse ossature.

« Depuis quand chasses-tu le dragon ? »

Blâme des merdes inhalées. Trop souvent, elle a contemplé les conséquences, les jeunots logés sous la cime, haletants et transis, pieux pêcheurs en quête de leur ostie. Trop souvent, l’aube théâtrale aux carcasses mortes échues sur le bitume. Doris se garde de semonces et darde d'inquiétude le luron qu'elle chérit tant.


CODAGE PAR AMIANTE

_________________



HORREUR SYMPATHIQUE
mon âme fêlée, veut de ses chants, peupler l'air froid des nuits

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé



Message
Sujet: Re: he's a man, he's a guru   
Revenir en haut Aller en bas
 
he's a man, he's a guru
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Fear To Fire II
» Liste des fruits du demons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RIGOR MORTIS ::  :: SUD-
Sauter vers: