(roue du rp) filet du diable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

conter son règne
[titre de mon champ]: OSSATURE: : carcasse millénaire, vieille branche trainant sa cuirasse à travers les âges. [titre de mon champ]: CONTRAT: : âme voyageuse, baluchon de vie. [titre de mon champ]: BESOGNE: : oeil vagabond, curieux des fourmis cavalant sous son regard moqueur. [titre de mon champ]:
[titre de mon champ]: FABLE: : il nargue les diablotins de pacotille, observe leur lutte depuis un olympe ressuscité. querelles dont il se moque. [titre de mon champ]: @EFFIGIE: : LΛZΛRE [titre de mon champ]: BAFOUILLES: : 304 [titre de mon champ]: PACTE: : 19/11/2016



Message
Sujet: (roue du rp) filet du diable   Sam 17 Juin - 17:45
filet du diable


(16H00. CIRQUE GITAN). Les cirques vont et viennent, farandoles de caravanes et spectacles saisissants. Le cirque gitan souhaite présenter des nouveautés, accueille quelques talents pour des nocturnes représentations. Les habiles sont invités à se présenter. De quelques tentes plantées à l’extérieur de la ville, c’est la plus éloignée qu’il faut côtoyer, oser pénétrer et présenter ses capacités. Cinq personnes seulement attendent sous le cagnard romain. Chacun passe, sort. Camille, tu te retrouves à l'intérieur. Ingénieur de la terre. La magie bouillonne, s’évade. Cataclysme. Des pervenches par centaines envahissent le chapiteau.

LEONE. Tu es contraint de jouer à l’employeur, de recruter ces tours qui feront l’exclusivité du cirque pour quelques soirées.

CAMILLE. C’est la curiosité qui t’as poussé en dehors de la ville, et peut être une parole affectueuse de Gildi mentionnant que la magie berce la structure du cirque. Te voilà devant Leone. Maladresse de la magie.


(c) AMIANTE

_________________
compte pnj.
ne pas mp.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

WICKED GAME

avatar

conter son règne
[titre de mon champ]: OSSATURE: : 30 ans [titre de mon champ]: CONTRAT: : Célibataire [titre de mon champ]: BESOGNE: : Illusionniste dans un cirque gitan - contrebandier de parchemins magiques [titre de mon champ]:
[titre de mon champ]: ÉCORCE: : 30 ans [titre de mon champ]: ÉCHINE: : Sorcier [titre de mon champ]: PRESTIGE: : Magie noire - Il est ce qu'on appelle un marionnettiste. Il peut prendre le contrôle de toute créature mentalement plus faible que lui et le manipuler comme un pantin. [titre de mon champ]: GANG: : Membre reconnu d'une communauté gitane [titre de mon champ]: BAFOUILLES: : 44 [titre de mon champ]: PACTE: : 05/06/2017



Message
Sujet: Re: (roue du rp) filet du diable   Dim 18 Juin - 22:39
filet du diable


Elle posa sur moi ses grands yeux suppliants et je lui cédai, sans plus de sommation supplémentaire, ce nouveau caprice. Ma mère savait comment s’y prendre pour obtenir de moi tout ce qu’elle désirait, en ce compris ce qui ne m’intéressait pas le moins du monde. D’après elle, le chef avait besoin d’un homme « solide » pour auditionner des artistes locaux pour le cirque et il avait, paraît-il, immédiatement pensé à moi. Mouais ! Je soupçonnais cette version des faits montée en partie de toutes pièces. Mario se méfiait de moi depuis l’accident du flic qui nous poussa à la fuite. Il détestait cette relation particulière que j’entretenais avec sa fille, Lubya. Je doutais sérieusement d’avoir été son premier choix, mais je ne discutai pas. Je haïssais décevoir celle qui, durant des années, s’occupa de moi comme si j’étais son gosse. Je m’habillai à la hâte et je rejoignis le chapiteau transformé en salle de casting, méfiant et alourdi par la pression. Il n’était pas question d’attiser les doutes du chef à mon égard. J’avais tout intérêt à ne pas me planter et à dénicher la perle rare qui en valait par essence le coup. C’était d’autant plus capital que Mario, me confirma, qu’à choisir, il aurait préféré qu’Angelo s’y colle. C’était sa coqueluche au camp. Nul n’ignorait que le grand patron rêvait qu’il marie Lubya. Moi, ça me rendait malade. J’y pensais et j’évitais dès lors d’opposer à mon supérieur une remarque fielleuse de mon cru. Ça me démangeait pourtant. Moi, je n’avais strictement aucune envie de me coller à l’exercice désagréable de refouler des manants sans talent qui se vexeront d’être justement apprécié par les gens de métiers. Oui. J’aurais largement préféré sillonner les rues de Rome en quête d’informations sur le meurtre de mes parents, d’autant que les premiers numéros furent une véritable catastrophe. J’en soupirai d’ennui tandis que Maria me secouait d’un geste du coude. Elle renversa le mien qui, posé sur la table, soutenait ma tête pesante de soucis et de lassitude. « Concentre-toi… » me tança-t-elle alors que je m’endormais. Je protestai. Je l’étais bel et bien ou, du moins, en partie.

Au terme du dixième spectacle raté, je n’espérais plus impressionné quiconque par mes trouvailles ou grâce à mon sens aigu de dénicheur de talent. Nul doute que railleries et quolibets m’accueilleraient à l’heure où je retrouverais mes congénères. À moins d’un miracle… bien sûr. Et, je m’étais peut-être trompé. Je le sus à l’instant même où cet homme à l’eau couleur ébène pénétra dans « l’arène. »  Il semblait être arrivé ici par hasard. Son œil hagard, bien que pétillant d’intelligence, nous fixait presque sans nous voir, du moins, était-ce l’impression qu’il me laissa lorsque je l’invitai à nous démontrer qu’il était le meilleur dans sa spécialité. Quelle était-elle d’ailleurs ? Avais-je oublié de poser la question ? Où l’avait-il savamment éludée ? Je ne savais plus, mais ce n’était plus très important à présent qu’un nuage de volatiles tournoyait sous la bâche immense du cirque. Était-ce des corbeaux ? Des hirondelles ? Je n’aurais su dire. Ma vue était brouillée par la poussière et les copeaux de bois qui recouvraient la piste et qui s’envolaient à chaque coup d’ailes de ces oiseaux de malheur. « Leone, fais quelque chose avant que tout s’effondre, nous y compris » s’écria Maria. Elle était douée pour l’exagération. Nous n’en étions pas vraiment là. De plus, je n’étais pas certain d’être capable d’interrompre ce qui ressemblait à un sortilège. « Tu es marrante toi, je suis supposée faire quoi ? » À refouler mes propres pouvoirs, je n’étais plus qu’un sorcier de pacotille. « J’en sais rien, c’est toi le type bizarre ici… » Peut-être, mais je n’avais rien du divin. Avais-je seulement la capacité et la puissance d’interagir avec ce phénomène inexpliqué ? J’en serais étonné… à moins que…à moins que ça vaille le coup d’essayer puisque je forçai la main d’un futur suicidé violent. Qu’est-ce qu’un essaim d’oiseaux contre la volonté d’un homme finalement ? J’ordonnai aux bestioles de mettre un terme à leur ballet gracieux, mais dangereux et, après avoir puisé une quantité faramineuse d’énergie dans mes réserves, ils obtempérèrent, non sans chanter leur frustration. Quant à moi, j’étais épuisé. « Qu’est-ce que c’est que ça… ? » lançais-je au visiteur, veillant à ne pas l’offenser. À quoi bon vérifier s’il était à l’origine de cette éruption… c’était évident. « Est-ce que vous pourriez vous arranger pour qu’ils se taisent ? J’ai un mal de crâne carabiné… » Je me massai les tempes, mais la migraine était bien logée. « Peut-être même qu’on pourra discuter un peu comme ça, parce qu’il semblerait que vous soyez engagé. »

Jusqu’alors appuyé sur la table, persuadé que je vacillerais au premier geste, je finis par me redresser. Je rajustai mon nœud de cravate et j’adressai un sourire d’encouragement à Maria qui se signait comme si sa vie en dépendait. « Je vais aller nous chercher à boire. Enfin, pour nous et notre invité. » Elle le salue d’une révérence sans le regarder et prit congé sans demander son reste. « Leone. Je m’appelle Leone. Je suis illusionniste dans ce cirque, mais je me contente de tour de passe-passe. Et, ça, ça n’en était pas un. C’est quoi comme forme de magie exactement ? » l’interrogeais-je en tirant deux chaises. « Maintenant que nous sommes seuls, vous pouvez parler sans crainte… du moins si vous le désirez. »    





(c) AMIANTE

_________________
Latcho drom
Une femme pourtant venait chaque semaine. elle connaissait les Gitans depuis près d'une année sans avoir vaincu leur sauvagerie. C'était la responsable d'une bibliothèque. Elle pensait que les livres sont nécessaires comme le gîte et le couvert.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

WICKED GAME

avatar

conter son règne
[titre de mon champ]: OSSATURE: : 25 ans [titre de mon champ]: CONTRAT: : Marié avec les portefeuille de ses daddy/mummy [titre de mon champ]: BESOGNE: : Yolo [titre de mon champ]: ÉCORCE: : 61 ans [titre de mon champ]: ÉCHINE: : Sorcier [titre de mon champ]: PRESTIGE: : Élémentaire terre [titre de mon champ]: GANG: : Worship Gildi (Coven Datura) [titre de mon champ]: BAFOUILLES: : 95 [titre de mon champ]: PACTE: : 14/03/2017



Message
Sujet: Re: (roue du rp) filet du diable   Jeu 22 Juin - 11:59
Encore une fois, Camille a merdé. C'est tellement régulier chez lui que ça n’étonne plus personne. Pourtant, la journée était partie d’un bon pas. Les oiseaux qui chantent, sa plante d’amazonie lui avouant qu’elle est complètement acclimatée à la météo romaine, une entrevue furtive de Gildì complètement nu… Oui, tout s'annonçait bien. Mais être Camille Samedi est un malus non négligeable dans la bonne conduite d’une journée. Camille en a marre d'être lui-même, surtout le jeudi. Parce que le mercredi, c'est toujours soirée cabaret au bras de son daddy. Alcool, poudre, papier et putes. Oui, certes, Camille en est lui-même une, mais quand même. Le vieux s’intéresse maintenant aux orgies, sa femme devenant sûrement de plus en plus terrible au lit. Mais Camille a mal partout, des ecchymoses ci et là, des suçons à tire l’arigot sur les épaules, les lèvres encore douloureuses parles baisers à répétitions. Il aurait boité comme un canard s'il n’avait pas tant de fierté. En plus de ça, il y a les migraines et les brûlures d’estomac dues au champagne. Même le plus cher, il ne supporte pas. Mais il boit quand même, la raison n’est pas vraiment le deuxième prénom de notre garçon.
Peut-être même qu'il n’aurait jamais mis les pieds sous ce chapiteau s’il n’était pas en état aussi chaotique. Camille a toujours eu cette tendance à faire n’importe quoi les lendemain de soirées, la redescante d’endorphine peut-être. Les cirques, c'est pas trop trop son kiffe, n’aimant pas voir les éléphants, les lions et les lamas brisés juste pour le bon plaisir les idiots. Mais d'après Gilou, ici, c'est pas pareil. C'est bien. C'est alors dans l’optique d’impressionner le suprême que Camille s'est levé ce matin. Il veut lui prouver qu'il est capable de faire quelque chose de sa vie et pas que sucer des bites pour ramener un pécule. Mais Camille rate, comme toujours. Il voulait faire pousser une marguerite et l’offrir au beau gosse du jury. Mais l’univers étant contre lui, il s'est fait piqué par un putain de moustique de merde. Camille est un garçon puissant lorsqu'il se donne la peine (lorsqu'il n’oublie pas qu'il est un sorcier) mais il est instable par le manque de pratique. Du coup, c'est Ragnarok. Lorsqu'on provoque l’Apocalypse sans faire exprès, il faut faire comme si on l’a fait exprès. Alors Camille garde son air blasé, les mains dans les poches de son jogging, alors qu'il tente vainement de rappeler les pervenches qui hurlent au dessus de leur tête. Il réussit seulement à apaiser la terre. Son sourcil se arque sur son front lorsque les piafs s’en vont, lorsque le bégé pâlit sous l’effort. Ah, on n’est pas tout seul. S’arranger pour les faire taire ? Les animaux, ce n’est pas forcément son truc, il parle aux plantes lui. Mais il essaye, le donnant un coup de cerveau. Elles s’éloignent, emportant avec elles leurs piaillements. L’autre sorcier parle mais Camille est trop occupé à observer, un brin choqué, la femme faire. À vrai dire, lorsqu'il était encore aux États-Unis, un bon nombre de gens se signait sur son passage, priant pour sa couleur de peau. Mais elle s’en va. Tant mieux. Le garçon s’écroule sur la chaise qu'on lui tend, les lèvres pincées. Enfin, il se concentres sur les dires du gars. Leone. Camille, je fais parti du coven Datura, nous sommes des bohémiens élémentaires. Tu connais peut-être Gildì ? Camille pense avec une certaine naïveté que tout le monde connaît son Gilou, surtout ceux qui vivent sur les routes. Élémentaire terre. Habituellement je m’occupe des plantes, j’avais jamais communiqué avec des pioupiou avant. Parce que croyez-moi, si Camille avait pu faire les Oiseaux d’Hitchcock, maman ne l'aurait pas foutu à la porte. Peut-être qu'il pourrait lui offrir une fleur maintenant tout de suite ? Mais usant sa carte charme, l’afro-américain pose sa tête sur ses mains, partant dans l'une de ces logorrhées dont il a le secret : Du coup je suis pris ? Pour combien de temps ? Parce que je veux pas partir de Rome moi, j’ai mes clients et tout. Parce que mon vrai métier c'est de sucer et de brouter des partis intimes, c'est cool, je me fais un paquet avec. Mais bon, le changement c'est tout aussi cool. Dis moi pas que tu es à cent pour cent hétéro, hein, parce que tu es plutôt sexy. Il lui offre un sourire grognard pour ponctuer sa phrase. Leone pourrait être un neo-nazi homophobe raciste que Camille le dragouillerait quand même, ayant toujours quelques difficultés à voir le mal.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé
conter son règne



Message
Sujet: Re: (roue du rp) filet du diable   
Revenir en haut Aller en bas
 
(roue du rp) filet du diable
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» ♣ FILET DU DIABLE | RPG | HP
» Filet du Diable || RPG Harry Potter
» 1er cours : Le filet du diable
» Quand la rhétorique prend le relais des baguettes... [Pv Calli]
» Your Destiny || Forum RPG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RIGOR MORTIS ::  :: PÉRIPHÉRIE ROMAINE-
Sauter vers: