(roue du rp) what are we, science or magic ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Memento Mori
MAÎTRE DU JEU - FROM HELL
OSSATURE: : carcasse millénaire, vieille branche trainant sa cuirasse à travers les âges. CONTRAT: : âme voyageuse, baluchon de vie. BESOGNE: : oeil vagabond, curieux des fourmis cavalant sous son regard moqueur.
FABLE: : il nargue les diablotins de pacotille, observe leur lutte depuis un olympe ressuscité. querelles dont il se moque. @EFFIGIE: : LΛZΛRE BAFOUILLES: : 378 PACTE: : 19/11/2016



Message
Dim 18 Juin 2017 - 12:48
malleus maleficarum


(MARCHÉ DES ANTIQUAIRES. 8H30) Le nord de Rome se borde d’un marché à ciel ouvert, d’une conquête d’antiques objets présentés aux marchands avides. La foule déambule entre les propositions : vases, tableaux, miroirs, objets de petites factures. Les antiquaires fouillent à la recherche de précieux qu’ils pourraient revendre, d’autres se promènent, le museau levé vers les boutiques exaltant le luxe de leurs parures à vendre.

MAIREAD. les marchés d’arts sont ta spécialité. Te voilà plongée au bain de la foule, à chercher la véracité entre les palabres mensongères des marchands. Tes billes se posent, rapaces, sur ce manuscrit tenu par une jeune femme. Objet que tu viens à convoiter.

GIULIA. les marchés d’art sont une occasion de remplir ton appartement, de collectionner ces objets que d’autres nomment babioles. Ton oeil s’égare sur un manuscrit illustré, pages médiévales de ce qui semble être un préquel au tristement célèbre malleus maleficarum.


(c) AMIANTE

_________________
compte pnj.
ne pas mp.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Invité
Invité



Message
Lun 19 Juin 2017 - 9:45



What are we, science or magic ?
Giulia • Mairead
CVs dans le sac, je parcours le marché des antiquaires. La fin de mes études approchant, je me dois de trouver un stage afin de faire certifier que j'avais bien appris ce que je mettais sur mon CV. Si l'université d'art est plus laxiste que le droit pour faire les dits stages, je n'avais désormais plus le choix, après avoir repousser l'échéance à plusieurs reprises à cause des cours. M'estimant pas aussi fermé que mes camarades, j'ai choisi d'aller déposer des CVs chez des antiquaires. Pour avoir écouter discrètement les conversations, ce n'était pas forcément le premier endroit où ils iraient déposer les leurs.

Partie de bonne heure, je ne cesse de rentrer dans les boutiques pour y déposer des CVs. Pour le moment, je ne suis pas trop exigeante : du moment qu'on accepte le CV et qu'on me promet d'appeler, j'estime que c'est une petite victoire. Même si cela ne me donne pas le précieux stage, c'est déjà mieux que rien du tout en fait. Et puis, je commence seulement ma recherche. Il est encore bien trop tôt pour désespérer !

Je suis sur le point de rentrer dans une boutique lorsque qu'un stand attire mon attention. En effet, j'ai choisi plutôt un bon jour pour faire des prospections. Avec la tenue du marché d'antiquaires, j'ai encore plus de possibilités pour trouver ce que je veux. Pourtant, ce n'est pas un potentiel futur stage qui attire mon attention. C'est un livre plutôt ancien. Mais ancien jusqu'à quel point ?

-Je peux ?

Le marchand me donne l'autorisation afin que je puisse le feuilleter. Je n'arrive pas à savoir de quand il date précisément mais le titre de l'ouvrage me parle assurément. On dirait une sorte de manuel pour découper joyeusement les hérétiques dans mon genre. Ca ressemble à ce que j'avais pu voir pour mon exposé avec Morgana, il y a déjà quelques semaines maintenant. Enfin, je pense que c'est ça car le livre m'a l'air écrit en latin. Le fait qu'il soit écrit en latin me conforte dans l'idée que c'est plutôt vieux. Après tout, c'est bien dans les débuts de l'imprimerie qu'on écrivait les livres en latin. Et mon latin n'a jamais été extraordinaire, faut se l'avouer. Je comprends bien un ou deux mots par-ci, par-là mais pas toutes les phrases. C'est plus les illustrations qui me permettent de deviner ce qu'il en est. J'alterne successivement entre haussement et froncement de sourcils quand je feuillette l'ouvrage délicatement.

Nan mais ils avaient vraiment de l'imagination dans les exécutions graphiques ! Quelques siècles plus tôt, je serais restée à Londres et non à Rome, c'est tout net !
Fiche codée par NyxBanana
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Mairead G. Salvatore
SORCIERS - TO KNOW IS LIKE A HUNGER
OSSATURE: : Pas plus de 22 ans. CONTRAT: : Il paraît qu'elle est amoureuse... un beau blond, sorcier dans son genre. (Gabriele) BESOGNE: : Avec deux ans d'avance, Maisy est un petit génie dans son genre, l'art est son domaine, elle expertise, restaure et même organise des fouilles archéologiques. Le tout dans l'entreprise de ses parents depuis le mois de mai. Elle a un master en histoire et histoire de l'art spécialité art médiéval et renaissance, bien qu'elle connaisse un peu tout avec sa mémoire absolue. Elle est également une peintre assez connue en Europe, elle vend ses toiles anonymement sous le pseudo de Ginevra ou Ginny.
FABLE: : Elle est née dans le paranormal, elle est le paranormal, c'est une sorcière, quoi de plus magique ? ÉCORCE: : Elle a l'âge qui est indiqué sur sa carte d'identité. Elle n'a que 22 ans et déjà la vie semble ne pas lui avoir fait de cadeau, elle est maudite dans la jeunesse, condamnée à ne pas vivre une vie complète. ÉCHINE: : Les Sorcières sont-elles des créatures ? Parce que Maisy en est une. Elle est l'héritière d'une longue lignée de sorcière Wicca, sa grand-mère a même été Suprême il y a plusieurs décennies. PRESTIGE: : Maisy est une Suprême, une élue par la Magie pour guider un groupe de sorcier. Cela fait d'elle une sorcière toute puissante. Elle contrôle toutes les formes de magie mais la wicca reste sa branche principale, elle a le don de manipulation des sensations. Tout ce qu'un humain ou une créature peut ressentir elle peut le modifier. C'est comme cela qu'elle peut soulager une migraine ou genre heureuse une personne dépressive. GANG: : Avant c'est une pro famille, une pro Salvatore et O'Hara. Puis vient son Coven, sa deuxième famille... ensuite viendra ses proches. @EFFIGIE: : Katherine McNamara by carole71 BAFOUILLES: : 222 PACTE: : 02/06/2017



Message
Lun 19 Juin 2017 - 16:09

   


what are we, science or magic ?
ft
GIULIA


La chaleur est déjà élevée. Rome est une ville du sud de l’Italie. La chaleur arrive tôt, dans l’année et dans la journée. J’ai du mal à m’y faire parfois. C’est une des raisons qui fait que je m’exile très souvent en Irlande l’été. Seulement maintenant que j’ai un travail, cela risque d’être un peu plus compliqué. L’Irlande est loin et je dois travailler aujourd’hui. Je suis debout depuis plusieurs heures déjà, j’ai voulu profiter de la fraicheur de l’aube. J’ai fait une petit jogging avant de me lancer dans une folle quête. J’ai un client, un client qui semble s’intéresser au passé que mes semblables ont pu avoir. L’Inquisition, cette folle chasse aux sorcières que le monde à subit à la fin du Moyen-Age.  J’ai déjà fait beaucoup de recherches sur les écrits que l’on peut trouver sur le sujet. L’Eglise en a écrit un sacré paquet, il faut dire qu’on n’était pas très bien vu à cette époque, des monstres, des créatures venues de l’Enfer, les enfants du diable. Enfin je crois que les termes sont très nombreux, la plupart sont péjoratifs à mon grand regret, le monde ne voit pas la sorcellerie du bon côté. On peut le comprendre aisément, certaines formes de magie sont plus agressives que d’autres. Je ne fais pas partie des mauvaises personnes, des mauvaises sorcières, ma magie est tout restée blanche et je n’ai pas l’intention de me faire avoir comme les autres suprêmes de mon coven. Je veux rester dans le droit chemin. Bien sûr, j’ai réussi à mettre la main sur des journaux intimes datant du XVII e siècle, des femmes pratiquant. On y trouve leurs histoires, leurs formules, ce qu’elles vivent au quotidien. Parfois certains journaux s’arrêtent sans jamais être terminés, je suppose alors que l’auteure est décédée prématurément.

En tout cas ce client est Anglais, il est passionné par le monde de la sorcellerie et pourtant n’est même pas doté de pouvoirs. Je crois juste qu’il croit à pas mal de légendes sans savoir ce qui est vrai de ce qui est faux. Cela m’amuse ce genre de personnes. Je les appelle les rêveurs, ils ont envie de croire en quelque chose qui les dépassent, ils ont envie de voir le monde avec un large éventail de probabilités. Il réinvente ce que l’on connait. J’aime ça.

La commande a été très précise. Mon acheteur paye ma famille pour que je trouve le célèbre Marteau des Sorciers. Pamphlet écrit par l’Eglise lors de cette fameuse Inquisition. Il révèle les pires choses pour nous. Comment torturer une personne comme moi et je peux vous dire que l’imagination ne manquait pas. Il y a aussi des listes de peines de morts. Vous saviez vous que les buchers n’ont jamais été officiellement pratiqués sur le nouveau continent ( soit les Etats-Unis ? ) En France et en Angleterre on se faisait un malin plaisir à brûler les femmes à la chevelure aussi cuivrer que la mienne. Non aux USA on écrasait les hommes ou les femmes accusés de pactiser avec le diable avec des pierres jusqu’à la suffocation. Sympathique n’est-ce pas ? La pendaison était sans doute la mort la plus fréquente. Je pense savoir où je peux trouver une édition datant de l’Inquisition. C’est l’une des caractéristiques de mon acheteur avec une préface d’un monstre. Je dis monstre parce que l’homme qui l’a écrit était un prêtre qui était devenu célèbre pour le nombre de sorcières attrapées. Cela en fera sans nuls doute le pire récit pour les sorcières. C’est un paradoxe de chercher cela mais peu importe. La plupart des faits qui sont racontés ne me semblent pas tout à fait juste et maintenant les croyances sont différentes. Je vais le trouver et j’espère qu’aujourd’hui me portera chance.

Au milieu de la matinée, je fais une pause. Je pose sur les marches de la place d’Espagne. Je m’enfile une glace au yaourt sucrée avec des morceaux de fraises et un coulis de chocolat par-dessus. Cela me rafraîchit. Je me prends un café frappée au starbucks pour continue pour me rafraichir.  Je repars dans la lancée avant la que les cloches du Vatican ne sonnent midi. Je me lance dans une rue touristique pleine de monde. Elle est pleine d’antiquaire, pleine de librairie et de magasins hautes coutures. Elle est très familière, j’ai grandi dans cette rue ou presque. Je commence par quelques vieilles librairies sans trouver le manuscrit que je souhaite.  C’est alors qu’un petit stand attire mon attention, des vieux bouquins partout. Je m’avance, j’adore l’odeur de vieux papier, vieil encre. Je fouine quelque peu sans mettre le bazar, la paille du café frappée en bouche. Je ne trouve pas, jusqu’à ce que par hasard à nouveau mes yeux se posent sur le titre du manuscrit qu’une jeune femme tient dans ses mains, juste à côté de moi. J’hésite deux secondes !

« - Oh euhm, bonjour… Euh, je suis désolée mais serait-ce la fameuse édition du marteau des sorcières, le malleus maleficarum, ne me dites pas que c’est aussi l’édition du XVII e siècle ? Celle du prêtre mandaté par le Vatican, on peut dire qu’il en a brulé des sorcières… Je cherche ce manuscrit depuis des lustres, vous êtes ma sauveuse, enfin… désolée je suis un peu mal polie et relativement pressée… Je m’appelle Mairead et il me faut absolument ce livre… ! »

Je lui fais un petit sourire maladroite, j’espère qu’elle n’a pas l’intention de l’acheter, je peux tripler le prix, ce n’est pas un soucis, je suis une pro de la négociation et j’ai un budget trèèèèès large.



© Frimelda, sur une proposition de © Blork

_________________


Pour autant que je sache, il n'existe que deux émotions qui font tourner le monde année après année. L'une est la peur. L'autre, le désir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Invité
Invité



Message
Jeu 22 Juin 2017 - 16:54

   

   
What are we, science or magic ?
Giulia • Mairead
A partir du moment où j'ai commencé à feuilleter l'ouvrage, la raison première de ma vadrouille dans ce quartier de Rome sort de mes pensées. Même si cela est répréhensible, je pense que je ne suis nullement à blâmer pour une telle attitude. Après tout, il y a tellement plus d'intérêt à feuilleter soigneusement un ouvrage que de déposer des CVs sans avoir une réelle chance de trouver le fameux sésame validant mon année. Bizarrement, depuis ce matin, je comprends mieux pourquoi le chômage ne diminue pas spécialement en Italie !

Au cours de ma lecture (enfin plutôt l'observation des gravures), je suis interpellée. Surprise, je lève la tête comme ayant la main dans le pot à cookies. Il me faut quelques secondes pour m'apercevoir qu'il s'agit d'une personne légèrement plus jeune que moi qui me parle. Ayant reprise mes esprits, j'écoute avec attention les paroles qui me sont destinées.

-Oh ! Bonjour ! Je suis Giulia ! Pardon, j'étais absorbée par les joyeux dessins de l'ouvrage, je ne vous ai pas entendu arrivée !

Je dis de manière assez cynique le joyeux de ma phrase. Après tout, éviscération, ordalie et autres trucs du même genre sont difficilement qualifiable de joyeux !

-Je ne saurais dire s'il s'agit de ce livre et de cette édition en particulier : c'est écrit en latin et je suis un poil rouillée. Mais les gravures ont l'air d'être de ce siècle. Enfin, je pense. Et si je me souviens bien de mes cours.

Mes mots semblent s'embrouiller légèrement. Même si j'ai des notes plutôt bonnes, l'assurance de la jeune fille est légèrement déconcertante.

Je passe la main dans mes cheveux avant de me souvenir que la jeune fille m'a dit être intéressée par le livre.

-Oh pardon -Mairead, c'est ça ? Je suppose que vous voulez y jeter un oeil ?

N'étant décidément pas motivée à reprendre ma prospection, je demande après lui avoir passer le bouquin :

-Ne vous sentez pas obligée de répondre si cela vous gêne mais vous vous intéressez à ce genre de lecture ? C'est pour un travail scolaire ?

Je pense qu'il doit s'agir de la raison pour laquelle elle s'intéresse à ce livre. Elle me paraît un poil jeune pour avoir fini ses études...
Fiche codée par NyxBanana
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Mairead G. Salvatore
SORCIERS - TO KNOW IS LIKE A HUNGER
OSSATURE: : Pas plus de 22 ans. CONTRAT: : Il paraît qu'elle est amoureuse... un beau blond, sorcier dans son genre. (Gabriele) BESOGNE: : Avec deux ans d'avance, Maisy est un petit génie dans son genre, l'art est son domaine, elle expertise, restaure et même organise des fouilles archéologiques. Le tout dans l'entreprise de ses parents depuis le mois de mai. Elle a un master en histoire et histoire de l'art spécialité art médiéval et renaissance, bien qu'elle connaisse un peu tout avec sa mémoire absolue. Elle est également une peintre assez connue en Europe, elle vend ses toiles anonymement sous le pseudo de Ginevra ou Ginny.
FABLE: : Elle est née dans le paranormal, elle est le paranormal, c'est une sorcière, quoi de plus magique ? ÉCORCE: : Elle a l'âge qui est indiqué sur sa carte d'identité. Elle n'a que 22 ans et déjà la vie semble ne pas lui avoir fait de cadeau, elle est maudite dans la jeunesse, condamnée à ne pas vivre une vie complète. ÉCHINE: : Les Sorcières sont-elles des créatures ? Parce que Maisy en est une. Elle est l'héritière d'une longue lignée de sorcière Wicca, sa grand-mère a même été Suprême il y a plusieurs décennies. PRESTIGE: : Maisy est une Suprême, une élue par la Magie pour guider un groupe de sorcier. Cela fait d'elle une sorcière toute puissante. Elle contrôle toutes les formes de magie mais la wicca reste sa branche principale, elle a le don de manipulation des sensations. Tout ce qu'un humain ou une créature peut ressentir elle peut le modifier. C'est comme cela qu'elle peut soulager une migraine ou genre heureuse une personne dépressive. GANG: : Avant c'est une pro famille, une pro Salvatore et O'Hara. Puis vient son Coven, sa deuxième famille... ensuite viendra ses proches. @EFFIGIE: : Katherine McNamara by carole71 BAFOUILLES: : 222 PACTE: : 02/06/2017



Message
Ven 30 Juin 2017 - 18:06

   


what are we, science or magic ?
ft
GIULIA


Mes journées sont devenues des courses dignes des jeux olympiques. Je me lève à l’aube, je pars courir, je me vide un peu la tête, j’en ai besoin, la récente élection en tant que suprême me prend vraiment la tête et je ne sais pas vraiment comment je dois m’y prendre encore, je vois bien les regards des autres. Je vois bien qu’ils ne croient pas en moi, je vois bien que pour eux je ne suis qu’un nom qui sera ajouté à la longue liste des suprêmes Aconits mortes. J’ai peur, bien entendu, qui n’aurait pas peur d’avoir autant de responsabilité d’un seul coup à alors que je n’ai pas atteint 23 ans. Tout le monde je suppose, cependant il faut que je me batte et que je leur montre de quoi je suis capable. Alors entre mon nouvel emploi dans la boîte de mon père et l’élection je me sens totalement surpassée. Je cours partout, je n’arrête pas, je crois même que j’ai perdu des kilos à force de sauter repas. Je ne fais que manger sur le pouce et en plus rien de très sain, moi qui aime la cuisine, je suis en manque de petits plats, vraiment ! Je vais me faire inviter chez ma mère au plus vite moi, cela serait une sage décision !
En tout cas après avoir couru, je repasse à mon appartement, je prends un peu de temps pour me doucher, me préparer, vous me direz, il n’est pas 8heures du matin lorsque je repars avec parfois un café dans l’estomac quand j’ai le temps. J’ai toujours à l’un de mes bras, mon casque de scooter, j’ai une petite vespa qui va partout et qui se faufile à travers la circulation. Dans Rome, c’est le meilleur moyen d’arriver à l’heure, même les bus ou les tramways ne sont pas toujours fiables. Rome n’est pas la ville aux milliers de scooters pour rien ! Une vraie italienne ne se déplacent qu’avec un deux roues ! Règle de base ! Enfin à mon avis
Le matin, si je suis dans les rues aussi tôt c’est pour faire tous les marchés aux puces que je peux trouver, j’ai mes adresses mais parfois il suffit d’une minute pour rafler la pièce tant désirer. Généralement je ne repars jamais les bras vides, si je ne trouve pas pour les clients, c’est pour moi que je trouve et mon appartement entasse un tas de bordel chiné à droite et à gauche. Je suis une grosse droguée des brocantes ! J’adore tout dans ses endroits, les vieilles odeurs, les différents styles, le vécu, l’histoire que l’on peut trouver. Je dirais que l’art est le meilleur moyen de laisser une empreinte sur le monde, pour chaque période, chaque époque. On peut retracer tellement de choses avec des tableaux, des meubles, des pièces artistiques, des livres et j’en passe, car passé un certain âge, tout devient de l’art à mes yeux.
Ce matin ne fait pas exception. J’ai à trouver un bouquin pour un acheteur de l’entreprise familiale. Un gros poisson, une baleine ! Il aime l’art et n’a pas de limite de prix quand il veut quelque chose. Mon père me teste en me le confiant sur cette requête qui va me faire courir d’abord tout Rome, puis peut-être même la France ou l’Angleterre si je ne trouve pas. Je pense pouvoir la trouver sur Rome mais cela va me demander de la dextérité. Je suis courageuse et je vais me lancer à la poursuite de ce manuscrit si précieux. Cet acheteur s’intéresse de près à la magie et aux sorcières, j’ignore s’il connait l’existence réelle des sorcières et de tout ce qui va avec mais je trouve cela marrant. A mon avis il a de sérieux doutes mais je ne peux pas l’affirmer. En tout cas sa requête est on ne peut plus étrange car c’est un recueil écrit par l’Inquisition pour savoir comment reconnaître les sorcières mais surtout comment les tuer pour être sûr qu’elles retombent et brûlent en Enfer. Triste livre qui s’avère finalement intéressant. Pour en avoir lu quelques extraits d’un bouquin plus récent, je peux vous dire qu’il en avait des manières de faire souffrir une sorcière, vraiment beaucoup. Ils avaient de l’imagination. Si seulement, à l’époque ils savaient à quel point on était bien plus nombreuses qu’ils ne pouvaient l’imaginer, ils n’en ont pas éliminer tant que cela lorsque l’on regarde proportionnellement.
Je fais une pause pour manger un petit truc, je prends un café aussi. Mon ventre me remercie car il criait famine. Je suis dans l’une des rues les plus chères de Rome, il y a un tas de bouquinistes de luxe si on peut dire, un tas d’antiquaires. Je dois tous les faire. Je commence par celui qui m’inspire le plus. Et rapidement je crois que je tiens quelque chose. Mon regard se pose sur une jeune femme qui tient ce que je crois être ma recherche. Elle semble en pleine lecture et je me permets d’être impolie pour la couper. Je lui demande si c’est bien le manuscrit en recherche.

Je finis quand même par me présenter. J’ai en face de mois, une adorable jeune femme. Elle ne semble pas trop savoir répondre. Je me dis que je vais pouvoir l’acheter si elle n’est pas vraiment intéressée. Elle me propose de jeter un coup d’œil et j’avoue que je ne me fais pas prier. Je le prends avec soin et je lis les mots écrits effectivement en latin.

« - Il est effectivement en Latin, ce n’est pas un souci ».

Je vérifie quelques notes et je sens mon cœur s’accélérer. C’est effectivement la pièce que je recherche, cela va m’éviter de retourner dans toutes les bouquines de livre de la ville !

« - C’est dingue, il est dans un état de conservation génial ! On ne dirait pas qu’il a vécu plusieurs siècles. Les enluminures sont magnifiques. Je comprends que vous ayez été admirative ! »

Je lui adresse un sourire sympathique, je continue de regarder tout en l’écoutant.

« - Et bien, oui j’adore les manuscrits, je me suis spécialisée dans ce domaine mais je vous avoue qu’il n’est pas vraiment pour moi, c’est pour mon boulot, je bosse dans une entreprise d’art. J’ai un acheteur, un gros client de la boite pour laquelle je travaille, qui me paye pour lui dénicher cet exemplaire précisément. J’ai couru dans pas mal de boutiques et je ne pensais pas trouver l’ouvrage aujourd’hui. Enfaîte c’est un peu grâce à vous ! »

Je souris à nouveau et je retourne vers le manuscrit. J’aime déjà son odeur d’ancien et d’encre.

« - Et vous alors, pourquoi vous vous intéressez au fameux marteau des sorcières ? Ce n’est pas une lecture que l’on voit souvent, cela m’intrigue »

A voir si j’ai peut-être une chasseuse en face de moi ? Qui sait…


© Frimelda, sur une proposition de © Blork

_________________


Pour autant que je sache, il n'existe que deux émotions qui font tourner le monde année après année. L'une est la peur. L'autre, le désir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Invité
Invité



Message
Mar 25 Juil 2017 - 21:05

   

   
What are we, science or magic ?
Giulia • Mairead
Discuter avec Mairead est particulièrement intéressant. Lorsqu'elle parle, on sent clairement qu'elle est passionnée par ce qu'elle raconte. Son enthousiasme à voir l'ouvrage est communicatif. Dommage qu'elle n'envisage pas d'être prof, certains de mes plus jeunes camarades seraient ravis d'avoir une personne aussi passionnée en enseignante. Je sourie largement lorsqu'elle évoque les enluminures en ajoutant également :

-Et puis comme on dit : un livre avec de jolies images donne tout de suite plus envie de le lire qu'un écrit en tout petit dans une police très serrée.

Lorsqu'elle m'explique la raison pour laquelle elle est intéressée par l'ouvrage, mon coeur se met à battre rapidement. Plusieurs raisons peut expliquer cet emballement : une certaine jalousie de voir cette jeune fille bien plus jeune que moi avoir une situation professionnelle alors que je galère à trouver un stage, la joie d'avoir pu me rendre utile mais aussi l'excitation. Excitation car la spécialité dans laquelle elle travaille ne m'a pas échappé. Peut-être qu'elle sera d'accord pour repartir avec un de mes cvs ? Profitant de son interrogation sur mon intérêt quant au livre, je réponds le plus sincèrement du monde en espérant ne pas apparaître comme sans gêne ou de lui forcer la main.

-J'ai eu l'occasion de mentionner cette oeuvre dans l'un de mes travaux de groupe à l'université. Bon, c'est vrai que c'était assez subsidiaire au travail que j'avais à faire, je devais parler des illustrations des tortures et supplices infligés aux hérétiques et sorciers dans l'art, mais ça a aidé à contextualiser le propos. Vu que c'est assez récent, j'ai pu m'empêcher de m'attarder sur les illustrations.

Remettant une mèche de cheveu en place, je continue assez rapidement :

-En effet, je suis ici pour déposer des cvs. J'étudie en histoire de l'art et j'ai un stage de fin d'année à faire pour valider mon diplôme.

Tout en parlant, je montre la pochette contenant les papiers en question.

-Peut-être que je parviendrai à trouver une entreprise qui embauche pour un stage afin que je puisse valider mon diplôme.

De toutes manières, ce n'est pas comme si j'avais le choix de toutes façons de ce côté-là.
Fiche codée par NyxBanana
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Mairead G. Salvatore
SORCIERS - TO KNOW IS LIKE A HUNGER
OSSATURE: : Pas plus de 22 ans. CONTRAT: : Il paraît qu'elle est amoureuse... un beau blond, sorcier dans son genre. (Gabriele) BESOGNE: : Avec deux ans d'avance, Maisy est un petit génie dans son genre, l'art est son domaine, elle expertise, restaure et même organise des fouilles archéologiques. Le tout dans l'entreprise de ses parents depuis le mois de mai. Elle a un master en histoire et histoire de l'art spécialité art médiéval et renaissance, bien qu'elle connaisse un peu tout avec sa mémoire absolue. Elle est également une peintre assez connue en Europe, elle vend ses toiles anonymement sous le pseudo de Ginevra ou Ginny.
FABLE: : Elle est née dans le paranormal, elle est le paranormal, c'est une sorcière, quoi de plus magique ? ÉCORCE: : Elle a l'âge qui est indiqué sur sa carte d'identité. Elle n'a que 22 ans et déjà la vie semble ne pas lui avoir fait de cadeau, elle est maudite dans la jeunesse, condamnée à ne pas vivre une vie complète. ÉCHINE: : Les Sorcières sont-elles des créatures ? Parce que Maisy en est une. Elle est l'héritière d'une longue lignée de sorcière Wicca, sa grand-mère a même été Suprême il y a plusieurs décennies. PRESTIGE: : Maisy est une Suprême, une élue par la Magie pour guider un groupe de sorcier. Cela fait d'elle une sorcière toute puissante. Elle contrôle toutes les formes de magie mais la wicca reste sa branche principale, elle a le don de manipulation des sensations. Tout ce qu'un humain ou une créature peut ressentir elle peut le modifier. C'est comme cela qu'elle peut soulager une migraine ou genre heureuse une personne dépressive. GANG: : Avant c'est une pro famille, une pro Salvatore et O'Hara. Puis vient son Coven, sa deuxième famille... ensuite viendra ses proches. @EFFIGIE: : Katherine McNamara by carole71 BAFOUILLES: : 222 PACTE: : 02/06/2017



Message
Mar 5 Sep 2017 - 15:57

   


what are we, science or magic ?
ft
GIULIA



Je fais un grand sourire à Giulia. Elle détient là un ouvrage tellement important. C’est le premier client que j’ai et j’ai bien l’intention de lui trouver ce qu’il désire, je ne veux pas décevoir, impossible. Je veux faire mes preuves, JE DOIS faire mes preuves. Ce n’est pas parce que c’est mon père qui dirige l’entreprise que je dois être une mauvaise collaboratrice. En tout cas, elle n’a pas idée de l’aide indirect qu’elle me procure, c’est juste génial. Elle m’aide beaucoup. J’espère en tout cas qu’elle n’a pas l’intention de l’acheter, cela dit, je peux lui racheter double prix sans soucis ce n’est pas un problème. J’admire les enluminures, elles sont relativement tardives mais cela n’empêche qu’elles ne soient pas magnifiques, l’Inquisition à la Renaissance fut les prémices de ce qu’on appelle aujourd’hui l’Opus Dei. Bien sûr, l’Opus est une organisation secrète, l’Inquisition elle ne se privait pas pour montrer à tout le monde qu’elle existait. Je ne peux pas m’empêcher d’entamer la conversation. Je lui demande ce qu’elle fait comme étude après lui avoir expliquer les raisons de ma venue ici. Je sais que mon âge étonne souvent. Pourtant j’ai validé mon master il y a quelques mois et je travaille. Je suis tout à fait capable de gérer mon boulot. Je l’écoute mentionner ses écrits pour l’université, elle aussi semble passionnée et je trouve cela agréable de croiser une personne qui aime autant que moi l’art. Elle mentionne les sorciers d’ailleurs et le fait qu’elle tienne le Marteau, me fait me demander si elle n’est pas elle-même une sorcière. J’hésite, je ne veux pas être trop curieuse. Je garde la question pour moi pour le moment. Elle m’annonce qu’elle est ici pour déposer des cvs et trouver un stage pour valider son année.
« - Bon courage dans tes rech…Oh.. Oh mais j’y pense, je suppose que tu connais l’entreprise d’expertise d’art Salvatore ? Mon père est le PDG, je sais que cela fait relativement prétentieux présenter de la sorte mais c’est juste pour en venir aux faits que je pourrais t’avoir un entretient ? Ils sont souvent à la recherche de stagiaire et tu sembles passionnée ! Enfin si cela t’intéresse bien sûr ! On n’a pas mal de possibilité dans l’entreprise, donc à toi de voir si tu veux te joindre à nous ! Qu’en penses-tu ? »
Je lui fais un léger sourire, je repasse une mèche rebelle derrière mon oreille, j’ai toujours dans les mains l’ouvrage et doucement je tourne les pages de l’ouvrage, j’ai toujours une de ses craintes d’abîmer les objets d’art. J’ose tout de même ma question sur les sorcières, de façon relativement vaste sans qu’elle puisse se dire que c’est ciblé.
« - Dis-moi, pourquoi avoir choisi le thème de la torture chez les sorciers ? Ce n’est pas très commun… tu as une affection particulière pour la sorcellerie ou c’est juste de la curiosité ? Excuse- moi si je suis curieuse, c’est juste que l’on rencontre peu de personne qui aime ces thèmes-là. Alors du coup je suis un peu curieuse, j’espère que cela ne te dérange pas ? »
Je regarde un peu autour de moi, je suis sûre que si je me mets à fouiner dans cet endroit, je repars avec encore des choses pour mon appartement mais celui-ci regorge déjà d’un tas d’objets anciens que j’ai déniché, il faut que j’apprenne à me maîtriser sur l’achat compulsif avec l’art.

© Frimelda, sur une proposition de © Blork

_________________


Pour autant que je sache, il n'existe que deux émotions qui font tourner le monde année après année. L'une est la peur. L'autre, le désir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas
 
(roue du rp) what are we, science or magic ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» EDH for magic
» Cherche Roue KTM
» roue à cliquets
» Age of Magic
» Magic Work - Les bizarr'Sisters

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RIGOR MORTIS ::  :: NORD :: → VIA CONDOTTI-
Sauter vers: