Respirare | Calliope & Giorgio

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Giorgio A. Reppucci
HUMAINS - DISSOLVED VOICES
OSSATURE: : 34 ans CONTRAT: : En couple avec Calliope Tinovia, et papa dans quelques mois... Un défi de taille qui l'attend, mais il n'est pas sûr d'y être prêt. Cela dit, il fera tout pour, soyez-en sûrs. BESOGNE: : Expert en Histoire de l'Art au sein de la Fondation de Breuillac depuis début octobre et occasionnellement prof particulier d'Histoire de l'Art. Le blond essaye de reconstruire sa vie après sa sortie de prison début mars, où il a passé cinq longues années pour avoir tué trois personnes sous l'effet du sang de vampire, qu'il consommait à l'époque sans se douter que ce n'était pas une drogue comme les autres. Héritier d'une famille aristocratique tyrolienne, il a été renié par son père à cause de ses déboires.
FABLE: : Longtemps ignorant, Giorgio a découvert que les monstres existent réellement, que les mortels tels que lui sont en danger sans même s'en rendre compte. Le blond s'est récemment fait mordre par un vampire, frôlant la mort. Plus que jamais, la menace est devenue tangible à ses yeux, la peur le guette une fois la nuit tombée. Les monstres existent, personne n'est réellement en sécurité. ÉCHINE: : Humain, proie potentielle. @EFFIGIE: : Dan Stevens by Morsmordre (c) BAFOUILLES: : 3368 PACTE: : 02/01/2017



Message
Dim 18 Juin - 16:37


❝Respirare❞
Calliope & Giorgio

Début mai, quelques jours après ce rp


Ce voyage en Haut-Adige s'était plutôt bien passé. Giorgio en était soulagé, surtout qu'il s'attendait au pire. Dix-sept ans loin de sa ville natale, loin de son père... Cela faisait vraiment longtemps qu'ils ne s'étaient pas parlés. Ils avaient coupé tout contact, laissant une animosité douloureuse s'installer fermement entre eux. Et puis, il ne fallait pas non plus oublier que le blond avait sérieusement merdé pendant ces dernières années à Rome. Son géniteur était au courant, et ne devait pas être fier de lui. Comment ne pas s'attendre au pire alors ? Mais la vérité était que son père avait... changé. Ou peut-être qu'il ne correspondait tout simplement pas à l'idée que le Tyrolien s'était fait de lui depuis son départ à Rome ? Il ne saurait dire exactement, mais en tout cas, l'homme était content d'avoir renoué avec son père et de voir qu'ils pouvaient encore se réconcilier. Cela allait mettre du temps, et cela allait lui demander un effort considérable pour oublier sa rancune tenace, mais désormais, le jeune Reppucci sentait que c'était possible.

De retour à Rome, la vie reprenait son cours. Il donnait ses cours particuliers, se plongeait dans l'Histoire et l'Art, passait du temps avec Calliope. Il se sentait réellement revivre depuis qu'il avait retrouvé la jeune femme en sortant de prison. Elle l'avait tellement aidé... Jamais il ne pourrait la remercier comme elle le mériterait vraiment. Aujourd'hui, Giorgio était heureux. Certes, ce n'était pas facile tous les jours. Parfois, de vieux souvenirs revenaient le hanter, le torturer. Ses peurs les plus profondes refaisaient surface, menaçaient de l'engloutir, de le briser. Mais la brune était toujours là pour le sauver. Pour lui rappeler qu'il était plus fort qu'il ne le pensait, et qu'il avait de bonnes raisons pour se battre. Il allait être père dans quelques mois, fonder une famille. Qui aurait cru qu'il aurait cette chance malgré tout ce qu'il avait pu faire de mal par le passé ? Il fallait qu'il saisisse cette chance, et le trentenaire le savait.

On était samedi. Le soleil s'était déjà couché, la nuit avait commencé à recouvrir la ville éternelle de son voile sombre. Giorgio avait préparé une petite surprise pour Calliope. Rien de particulièrement extraordinaire, mais son instinct lui disait que la Piémontaise en serait ravie. Mystérieux, le professeur lui avait juste dit de se faire belle, parce qu'il allait l'emmener quelque part. Sourire énigmatique, regard brillant d'enthousiasme, lui aussi avait bien changé depuis sa sortie de prison. L'homme avait enfilé une chemise blanche et un costard bleu marine, sobre mais élégant. Puis, quand sa petite amie fut prête, ils quittèrent l'appartement et montèrent dans la voiture, direction le quartier de Trastevere. Une fois arrivés à destination, la voiture fut garée quelques mètres plus loin, puis les deux jeunes gens descendirent de celle-ci. Giorgio regarda Calliope, souriant. Sa main alla chercher la sienne, ses doigts s'entremêlant à ceux de la future maman.

« Au fait... Je t'ai déjà dit que t'es vraiment belle ce soir ? »

Un léger rire s'échappa de la bouche de l'ancien détenu, alors qu'il caressait tendrement la joue de l'Italienne du bout des doigts. Ils se mirent alors en marche, lentement, mais le blond gardait pour le moment le secret sur l'endroit vers lequel ils se dirigeaient à présent. Bien entendu, il avait réussi à attiser la curiosité de sa petite amie.

« Plus que quelques secondes, et tu sauras où l'on va... »

Et voilà : au fond de la rue étroite, dans une maison traditionnelle de ce quartier romain, se trouvait un restaurant. Mais pas n'importe lequel, il s'agissait de l'un des meilleurs et plus chic de Rome et donc, l'un des plus chers. Mais qui aime ne compte pas, pas vrai ? Il voulait juste lui faire une belle surprise, lui montrer qu'il l'aimait et qu'il était un homme heureux en ce moment. Loin de se douter des nuages gris qui allaient assombrir son avenir dans quelques semaines...

« Et voilà, nous sommes arrivés ! J'espère que cette petite surprise te plaira, amore mio... »

Dit-il en souriant. En espérant qu'elle n'était jamais venue ici auparavant...


© Pando

_________________
❝I'll be good❞ I'll be good, I'll be good. And I'll love the world like I should. For all of the light that I shut out, For all of the innocent things that I've doubt. For all of the bruises that I've caused and the tears, For all of the things that I've done all these years. Yeah, for all of the sparks that I've stomped out, For all of the perfect things that I doubt. (c) Astra


Dernière édition par Giorgio A. Reppucci le Mar 15 Aoû - 18:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Calliope Tinovia
HUMAINS - DISSOLVED VOICES
OSSATURE: : Vingt-sept années CONTRAT: : En couple avec un ex-drogué, ex-détenu, tueur, et qui s'inquiète de tout ♥.... Et enceinte ♥ BESOGNE: : Assistante Vétérinaire, autrement dit larbin de vétérinaire. Ou aussi sa seconde paire de main. ©Bitterblue
FABLE: : Je suis au courant pour le surnaturel, les monstres, les créatures... Appelez-les comme vous voulez. Je sais comment le monde qui m'entoure est dangereux. Mais tout n'est pas noir. Je sais aussi que certaines créatures surnaturelles ne nous veulent pas de mal... Pas plus qu'un humain lambda en tout cas. @EFFIGIE: : Ashley Greene, ©Dandelion, ©Bitterblue(Aesthetic) BAFOUILLES: : 1988 PACTE: : 29/01/2017



Message
Dim 18 Juin - 21:53
Giorgio & Calliope // Respirare
⚜ You and me. Forever. ⚜

 
Nous voilà de retour sur Rome après notre voyage de quelques jours à Glorenza. Quelques jours de dépaysement, de repos, de promenades et de découvertes. Le Haut-Adige est vraiment une région très jolie. J’y retournerai avec plaisir, d’autant plus que finalement, la rencontre entre Giorgio et son père s’est plutôt bien passée. Disons qu’il s’attendait à bien pire. Et j’avoue que, même si j’avais eu Monsieur Reppucci au téléphone avant de partir là bas, j’avais quelques appréhensions aussi. Mais tout s’est bien passé, je crois même que le père de Giorgio m’aime bien. Et puis, le fait de lui annoncer la grossesse a été une bonne idée aussi pour détendre un peu l’atmosphère et apporter des bonnes nouvelles. Ces petites vacances m’ont d’ailleurs fait du bien. J’en ai profité pour me reposer, essayer de reprendre des forces là où les nausées et la fatigue liées à la grossesse avaient puisé. Je me sens toujours fatiguée, mais c’est plus supportable qu’avant. D’autant plus que Gertrud, la gouvernante des Reppucci, m’a donné des herbes à infuser qui font des merveilles sur mes nausées. Elles sont à présent nettement moins nombreuses et nettement plus supportables.

Samedi soir. Giorgio m’informe qu’il faut que je me prépare, que je me fasse belle. Je l’interroge du regard, cherchant à savoir pourquoi, mais il ne me dit rien. Une surprise donc ? Je lui souris, déjà ravie. J’adore les surprises, même si je suis toujours tellement impatiente de savoir ce que c’est à chaque fois… Je file donc me préparer, sans me faire prier. J’ouvre mon armoire, et cherche quoi mettre. Je sors un pantalon slim, que j’enfile. Enfin… Que j’essaie d’enfiler… Parce que je n’arrive plus à le fermer. Je soupire. La galère commence déjà ? Je vais dans la salle de bain me peser. Deux kilos en plus… Je regarde mon ventre. Un œil extérieur ne verrait certainement pas le changement, mais moi je le vois déjà. C’est léger, mais je perçois l’arrondi qui commence à se faire. Je retourne finalement dans la chambre, me demandant donc ce que je vais me mettre. Je prends une robe noire, et l’enfile. Au moins, je rentre encore dedans. Je mets des escarpins noirs, assortis avec ma robe moulante noire. Je relève mes cheveux en un chignon, passe par la case maquillage dans la salle de bain, et rejoins finalement Giorgio dans le salon. Je lui souris. Il est élégant dans son costume bleu. Enfin prêts, nous sortons, prenant la direction du quartier de Trastevere, à l’ouest de Rome. J’aime bien ce quartier. Nous sortons de la voiture et Giorgio vient me prendre la main, tout en me complimentant sur mon apparence. Je lui souris tendrement.

« Merci. Tu es très élégant aussi, amore mio. Il va falloir que je refasse ma garde robe… Je voulais mettre un pantalon, mais je ne rentre déjà plus dedans… Je n’avais pas prévu de prendre du poids aussi vite… »

Je sais que Giorgio doit voir le changement, lui aussi. Il connait mon corps. Je ne sais pas s’il y avait déjà prêté attention par contre. Nous nous mettons en marche. Je regarde mon petit-ami, essayant de deviner l’endroit dans lequel nous allons. Je fais une moue boudeuse lorsqu’il me dit de patienter encore quelques secondes. C’est trop long, quelques secondes. Mais la réponse à ma question ne se fait effectivement pas attendre longtemps. J’aperçois au bout de la rue, un restaurant. LE restaurant de Rome. Le meilleur, mais aussi le plus cher. Je regarde Giorgio, incrédule. Il me confirme que c’est bien ici, que c’est bien ma surprise. Je n’y crois pas vraiment. Je lui souris, en secouant la tête.

« C’est… J’adore mais… C’est hors de prix ! Tu es sûr qu’on peut se le permettre ?... » Je me rends compte de mes paroles, et me reprend tout de suite. « Désolé ! En fait, je ne sais pas trop quoi dire… Merci, c’est une super surprise. Ti amo, amore mio. »

Je l’embrasse, avant que nous ne nous engagions dans l’entrée du restaurant.
 
⇜ code by bat'phanie ⇝

_________________
Look in my eyes...
« Oh you can't tell me it's not worth tryin' for, I can't help it there's nothin' I want more, I would fight for you, I'd lie for you, Walk the wire for you, I'd die for you. You know it's true, Everything I do, I do it for you » by Wiise


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Giorgio A. Reppucci
HUMAINS - DISSOLVED VOICES
OSSATURE: : 34 ans CONTRAT: : En couple avec Calliope Tinovia, et papa dans quelques mois... Un défi de taille qui l'attend, mais il n'est pas sûr d'y être prêt. Cela dit, il fera tout pour, soyez-en sûrs. BESOGNE: : Expert en Histoire de l'Art au sein de la Fondation de Breuillac depuis début octobre et occasionnellement prof particulier d'Histoire de l'Art. Le blond essaye de reconstruire sa vie après sa sortie de prison début mars, où il a passé cinq longues années pour avoir tué trois personnes sous l'effet du sang de vampire, qu'il consommait à l'époque sans se douter que ce n'était pas une drogue comme les autres. Héritier d'une famille aristocratique tyrolienne, il a été renié par son père à cause de ses déboires.
FABLE: : Longtemps ignorant, Giorgio a découvert que les monstres existent réellement, que les mortels tels que lui sont en danger sans même s'en rendre compte. Le blond s'est récemment fait mordre par un vampire, frôlant la mort. Plus que jamais, la menace est devenue tangible à ses yeux, la peur le guette une fois la nuit tombée. Les monstres existent, personne n'est réellement en sécurité. ÉCHINE: : Humain, proie potentielle. @EFFIGIE: : Dan Stevens by Morsmordre (c) BAFOUILLES: : 3368 PACTE: : 02/01/2017



Message
Lun 19 Juin - 13:02


❝Respirare❞
Calliope & Giorgio
Il savait à quel point il avait de la chance. Sans Calliope, qui sait où est-ce qu'il pourrait être aujourd'hui... La brune lui avait tendu la main, l'avait accueilli, l'avait accepté comme il était, avec ses qualités et ses défauts. Il allait être papa. Il avait repris sa vie en mains, s'était redressé après une longue traversée du désert. Bref, il allait beaucoup mieux, quelques mois à peine après sa sortie de prison. Il ne pouvait que lui être reconnaissant pour tout ce qu'elle avait fait pour lui. Il ne pouvait que remercier la vie pour cette deuxième chance qu'elle lui avait donnée. Une deuxième chance qu'il ne comptait pas gaspiller, puisqu'il savait à quel point elle était précieuse.

Sortant de la voiture, le Tyrolien prit la main de la jeune femme, lui faisant un compliment sur son apparence. Elle était tellement belle ce soir... Les yeux de l'homme ne pouvaient la quitter, attirés par son charme indéniable. Giorgio fit une sorte de révérence lorsque Calliope lui dit que lui aussi était très élégant, puis laissa un léger rire s'échapper d'entre ses lèvres. La Piémontaise se plaignait ensuite du fait qu'elle n'avait pas pu mettre de pantalon parce qu'elle ne rentrait plus dedans. Visiblement, sa prise de poids l'avait prise de surprise. L'Italien passa ses bras autour du cou de l'assistante vétérinaire, souriant.  

« C'est normal, non ? Ça fait partie de cette aventure qu'est la grossesse... Donc ouais, il va falloir sans doute que tu refasses ta garde-robe ! Mais, tu sais que pour moi tu seras toujours la plus belle, hein ? »

Dit-il, avant de lui adresser un clin d'œil complice. Désormais, il était temps de lui faire découvrir sa surprise. Il ne savait pas si l'intuition féminine de Calliope lui avait permis de deviner la surprise qu'il avait préparée pour ce soir, mais en tout cas, il espérait qu'elle en serait contente. L'Italienne le méritait, plus que quiconque. Après, certes, il n'était pas - ou plus - un riche aristocrate, mais il avait réussi à mettre un peu d'argent de côté pour lui faire une belle surprise qui lui ferait plaisir. Une façon de la remercier pour tout et de célébrer leur amour. L'amour, c'était encore un concept qu'il découvrait lentement... Mais il savait tout de même que les femmes aimaient ce genre d'attentions, alors il n'avait pas hésité. Il tenait à ce qu'elle sache qu'il l'aimait, qu'il ferait tout pour elle. Restait à savoir comment elle allait réagir.

Les yeux de la brune s'écarquillèrent, son regard reflétait son incrédulité. Giorgio sourit, ravi de voir que son plan avait parfaitement marché. Elle n'en revenait pas, et cela se voyait aisément. Le blond leva les mains lorsque l'assistante vétérinaire lui rappela que c'était hors de prix, lui demandant s'il était sûr qu'ils pouvaient se le permettre. Sans se défaire de son sourire, le professeur la laissa s'excuser pour ce qu'elle venait de dire. Il comprenait sa réaction, cette réalité n'était pas la leur. Ils ne nageaient pas dans des piscines pleines de pièces d'or, eux. Mais un effort pour mettre de l'argent de côté était toujours possible quand on voulait vraiment offrir un cadeau à la personne qu'on aimait.

« T'inquiète, chérie. J'avais un peu d'argent de côté, justement pour une occasion de ce genre... Je voulais te faire une belle surprise, tu le mérites amplement. »

L'héritage familial... Voilà un sujet délicat, auquel il avait pensé, mais dont il n'avait pas osé parler à son père. Peut-être la prochaine fois, quand il viendrait leur rendre visite à Rome, comme il leur avait promis. Giorgio ne pouvait nier que, désormais qu'il allait avoir un enfant, il y pensait à nouveau. Pendant des années, il avait évité de le faire, voulant s'épargner les mauvais souvenirs que sa relation houleuse avec son père réveillait. Tant pis s'il avait renié, s'il avait honte de lui. Mais là, les choses étaient en train de changer. Lui-même était en train de changer. Il allait devenir père, fonder une famille. Il était en train de se reconstruire, de reconstruire sa vie. Et, non moins important, il avait fait un pas vers la réconciliation avec son père. Alors pourquoi pas ? Peut-être que son géniteur reviendrait sur sa décision et lui permettrait d'avoir une vie plus sereine du point de vue financier. Pour le moment, il devait continuer de travailler et mettre un peu d'argent de côté, comme il le faisait depuis quelques semaines, voilà tout.

Ses lèvres se collèrent à celles de la brune, tendrement. Aujourd'hui, Giorgio était un homme comblé, ignorant complètement que sa vie allait devenir un véritable enfer prochainement. Tout lui semblait tellement parfait en ce moment, comme un rêve éveillé. La juste récompense après ces cinq années douloureuses derrière les barreaux. Le trentenaire passa sa main derrière le dos de Calliope, tandis qu'ils se dirigeaient finalement vers l'entrée du restaurant. A l'intérieur, une musique jazz résonnait doucement, apaisante et stimulante à la fois. Ils étaient dans un univers plus chic, qui n'était pas tout à fait le leur, mais dans lequel l'ancien détenu ne se sentait pas mal à l'aise. Les soirées chic, il ne pouvait pas dire qu'il n'en avait pas l'habitude, vu les origines. Et puis bon, ce n'était pas le manoir de Glorenza non plus. Mais il ne pourrait nier en tout cas que ce restaurant était vraiment classe. S'installant à une table déjà réservée pour eux, près de la fenêtre donnant sur la petite place illuminée, ils allaient désormais devoir passer à une étape compliquée : choisir ce qu'ils allaient manger. L'Italien venu des Alpes jeta un œil au menu, avec un léger sourire en coin.

« Ça va être dur de choisir maintenant... Entre les spécialités typiques et les plats innovants. »

Un carpaccio pour l'entrée ? Un risotto comme plat principal ? Ou bien une de ces pizzas qui, rien que de lire la description, le faisaient baver encore plus que le chien de Pavlov ? Dilemme, dilemme... Au moins pour le vin, il savait déjà quoi choisir : un bon Chianti était toujours une valeur sûre.


© Pando

_________________
❝I'll be good❞ I'll be good, I'll be good. And I'll love the world like I should. For all of the light that I shut out, For all of the innocent things that I've doubt. For all of the bruises that I've caused and the tears, For all of the things that I've done all these years. Yeah, for all of the sparks that I've stomped out, For all of the perfect things that I doubt. (c) Astra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Calliope Tinovia
HUMAINS - DISSOLVED VOICES
OSSATURE: : Vingt-sept années CONTRAT: : En couple avec un ex-drogué, ex-détenu, tueur, et qui s'inquiète de tout ♥.... Et enceinte ♥ BESOGNE: : Assistante Vétérinaire, autrement dit larbin de vétérinaire. Ou aussi sa seconde paire de main. ©Bitterblue
FABLE: : Je suis au courant pour le surnaturel, les monstres, les créatures... Appelez-les comme vous voulez. Je sais comment le monde qui m'entoure est dangereux. Mais tout n'est pas noir. Je sais aussi que certaines créatures surnaturelles ne nous veulent pas de mal... Pas plus qu'un humain lambda en tout cas. @EFFIGIE: : Ashley Greene, ©Dandelion, ©Bitterblue(Aesthetic) BAFOUILLES: : 1988 PACTE: : 29/01/2017



Message
Mar 20 Juin - 10:40
Giorgio & Calliope // Respirare
⚜ You and me. Forever. ⚜

 
Ma prise de poids m’a surprise. Je ne m’en suis rendue compte que ce soir, en voulant mettre un de mes pantalons. Etant donné que je ne mets que des pantalons assez amples, dans lesquels je suis à l’aise, pour aller au bureau, mes kilos superflus ne m’avaient pas dérangée. Et il faut avouer que ça fait quelques temps que nous ne sommes pas sortis, de peur de croiser une créature nocturne dans la ville. Ce soir, apparemment, Giorgio a décidé de braver le danger pour me faire une surprise. Après avoir finalement trouvé une tenue dans laquelle je rentre, nous partons en direction du quartier ouest de Rome. J’aime bien ce quartier. Tout juste arrivés et sortis de la voiture, Giorgio me complimente sur mon apparence. Je le remercie, le complimentant à mon tour, et lui indique qu’il va falloir que je refasse ma garde robe étant donné que j’ai pris les premiers kilos liés à la grossesse. Je souris à ses paroles, hochant la tête.

« Tant que ces kilos sont liés à notre enfant ça me va. Et puis… C’est signe que bébé va bien, non ? »

Je souris. L’annonce de cette grossesse il y a quelques mois a été brutale, j’ai mis plusieurs semaines à l’accepter. Mais aujourd’hui, je suis heureuse de devenir mère, surtout avec Giorgio. C’est le premier avec qui je me pose réellement, et je ne le regrette pas. Je suis toujours heureuse de le retrouver en rentrant du boulot le soir. Il multiplie les attentions et les cadeaux. La preuve encore ce soir. Je le suis, main dans sa main, curieuse de découvrir où il m’emmène. Je remarque soudain le restaurant au coin de la rue. Restaurant chic et cher que je ne pensais pas dans nos moyens. Je lui en fais la remarque, avant de le remercier tout de même pour cette surprise. Je secoue la tête avant de lui répondre.

« Tu es fou… Mais merci. »

Nous nous embrassons tendrement. Giorgio pose sa main sur mon dos nu, et nous nous dirigeons vers l’entrée du restaurant. L’ambiance jazz et chic à l’intérieur me fascine. Je ne suis pas habituée à ce genre d’endroit. Avec mes parents agriculteurs, ou mon petit salaire d’assistante vétérinaire, autant dire que je n’ai jamais été une habituée des restaurants gastronomiques. Mais étrangement, je m’y sens plutôt bien.  Je n’ai pas cette impression de ne pas être à ma place. Nous nous installons à une table près de la fenêtre. L’ambiance de la petite place illuminée dehors rend l’atmosphère encore plus romantique. Une soirée parfaite qui s’annonce. Le calme avant la tempête. Le paradis avant l’enfer. Nous regardons les menus. Je souris à ses paroles.

« Bon courage, ça sera moins compliqué pour moi. Je dois déjà éliminer les carpaccios de ma carte, et les autres viandes rouges vu que je n’ai le droit que de la manger bien cuite et… Il en est hors de question. »

Je finis de regarder la carte, lorsqu’un des serveurs vient prendre notre commande. Je demande finalement un de leur risotto, ainsi que de l’eau, et laisse Giorgio commander son plat et son vin. Nous demandons aussi un apéro, sans alcool pour moi évidemment, avant notre repas. Je regarde un instant par la fenêtre, une fois le serveur parti, puis reporte mon attention sur mon petit ami.

« J’aime bien le quartier ouest… On pourrait peut-être chercher dans le coin, quand on déménagera ? J’ai une amie dont les parents bossent dans l’immobilier, si je me souviens bien. Elle pourrait peut-être nous donner un coup de main pour trouver. Je lui demanderai. »

Cela faisait un petit moment que je n’avais pas revu Jillian. Mais je serai heureuse de reprendre contact avec elle, et je pense que ça serait réciproque. J’espère en tout cas. Nous nous sommes connues il y a plusieurs années, suite à mon agression. Un mal pour un bien dans ce cas là. Mais c’est vrai que j’aimerai bien habiter le quartier ouest. Le calme y régnant me changerait de mon appartement actuel, en plein dans l’agitation de la ville. Pratique pour sortir, aller dans les bars, mais moins pour une vie de famille tranquille. Le bébé dormira certainement mieux si l’environnement est calme. A espérer que ce soit dans nos moyens…
 
⇜ code by bat'phanie ⇝

_________________
Look in my eyes...
« Oh you can't tell me it's not worth tryin' for, I can't help it there's nothin' I want more, I would fight for you, I'd lie for you, Walk the wire for you, I'd die for you. You know it's true, Everything I do, I do it for you » by Wiise


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Giorgio A. Reppucci
HUMAINS - DISSOLVED VOICES
OSSATURE: : 34 ans CONTRAT: : En couple avec Calliope Tinovia, et papa dans quelques mois... Un défi de taille qui l'attend, mais il n'est pas sûr d'y être prêt. Cela dit, il fera tout pour, soyez-en sûrs. BESOGNE: : Expert en Histoire de l'Art au sein de la Fondation de Breuillac depuis début octobre et occasionnellement prof particulier d'Histoire de l'Art. Le blond essaye de reconstruire sa vie après sa sortie de prison début mars, où il a passé cinq longues années pour avoir tué trois personnes sous l'effet du sang de vampire, qu'il consommait à l'époque sans se douter que ce n'était pas une drogue comme les autres. Héritier d'une famille aristocratique tyrolienne, il a été renié par son père à cause de ses déboires.
FABLE: : Longtemps ignorant, Giorgio a découvert que les monstres existent réellement, que les mortels tels que lui sont en danger sans même s'en rendre compte. Le blond s'est récemment fait mordre par un vampire, frôlant la mort. Plus que jamais, la menace est devenue tangible à ses yeux, la peur le guette une fois la nuit tombée. Les monstres existent, personne n'est réellement en sécurité. ÉCHINE: : Humain, proie potentielle. @EFFIGIE: : Dan Stevens by Morsmordre (c) BAFOUILLES: : 3368 PACTE: : 02/01/2017



Message
Jeu 22 Juin - 13:06


❝Respirare❞
Calliope & Giorgio
« Oui... Et ça, c'est le plus important. »

Lui répondit-il lorsque Calliope dit que tant que ces kilos étaient liés au bébé, cela lui irait. Surtout que c'était bon signe, normalement. Giorgio sourit. Ils allaient passer à la prochaine étape : la découverte du restaurant. Le plan du trentenaire fonctionna à merveille, les yeux de la brune ne cachant pas sa surprise. L'homme la rassura en ce qui concernait les prix exorbitants de ce restaurant, lui expliquant que ce n'était pas un simple coup de tête, mais bien une sortie prévue depuis quelques temps. Elle le méritait amplement, qu'importe le prix à payer. Il voulait juste qu'ils passent une bonne soirée, qu'ils s'amusent. Certes, les créatures existaient, le monde n'était pas tout rose, ce n'était pas toujours facile... Mais ils ne pouvaient pas s'arrêter de vivre. Non, il fallait aller de l'avant, profiter de la vie, profiter de leur jeunesse, être heureux.

Les deux jeunes gens finirent par entrer enfin dans le restaurant. L'ambiance lui plaisait, ce côté chic ne lui étant pas réellement étranger. Le blond posa son regard sur la Piémontaise, observant sa réaction, ses yeux brillants. Il aimait la voir ainsi, fascinée, heureuse. Puis ils s'installèrent à une table près de la fenêtre, soigneusement choisi d'avance par le Reppucci. Giorgio regarda Calliope pour la énième fois, lui souriant. L'ambiance était parfaite, tout était parfait ici. Et surtout, ils étaient ensemble. En l'espace de deux, trois mois, tellement de choses avaient changé dans sa vie. Cette femme avait tout changé, l'avait changé lui. L'avenir lui semblait tellement prometteur en cet instant... Comme s'il était passé du pire cauchemar au rêve le plus absolu. Hélas, une période turbulente approchait et il ne s'en doutait même pas. Au moins, cela lui permettait de profiter de cette belle soirée comme il se devait. Désormais, il allait falloir choisir ce qu'ils allaient manger. Pas facile lorsqu'on se retrouvait face à autant de plats alléchants. Par contre, Calliope avait moins de choix, en effet... Les joies de la grossesse. Le Tyrolien sourit.

« Faudra qu'on revienne ici dans quelques mois... Quand tu pourras manger ou boire ce que tu voudras. »

Dit-il avec un petit sourire désolé. C'était vrai que son état actuel la limitait un peu dans ses choix... Mais c'était pour le bien du bébé, et c'était temporaire, bien entendu. Sa main se glissa sur celle de l'Italienne, avec tendresse, avant qu'un serveur ne vienne prendre leur commande. Giorgio opta finalement pour un risotto au saumon et un bon Chianti. Il était le seul à pouvoir boire d'alcool, et là... eh bien, il devait avouer qu'il n'avait pas envie de s'en priver, surtout pas ce soir ! Les commandes furent donc prises et le serveur s'éloigna, les laissant à nouveau seuls. Sa petite amie lança alors un sujet dont ils devraient effectivement parler : où déménageraient-ils dans quelques mois ? L'arrivée de ce bébé changeait tout, leur relation stable également. Le blond n'avait pas peur de faire un pas important pour leur avenir, de rendre les choses encore un peu plus officielles. Restait à trouver le bon quartier et le bon appartement ou maison...  

« J'aime bien aussi... Même si à bien y réfléchir, j'ai toujours vécu de l'autre côté du Tibre depuis que je suis arrivé à Rome. Mais un quartier de l'ouest, ouais, ça me conviendrait parfaitement. Faudra qu'on se renseigne davantage... Mais c'est génial le fait que tu aies une amie qui pourrait nous donner un coup de main. On en aura besoin, je le sens... »

Dit-il avec un sourire en coin.

« Qu'est-ce qui te tenterait le plus, un appartement ou une maison ? Avec un jardin, beaucoup d'espace pour le petit ou petite... Depuis que j'ai quitté le Haut-Adige, j'ai toujours vécu dans des apparts... Mais si on pouvait trouver un endroit spacieux, dans un quartier sympa, ce serait bien. Trastevere, c'est beau et typique, mais il y a de plus en plus de touristes... Par contre, le quartier de Monteverde m'a toujours plu aussi, j'ai connu des profs qui vivaient là-bas, les plus aisés, bien entendu. C'est beau, plutôt tranquille, il y a beaucoup de parcs pas loin... Et ce n'est pas trop loin du centre-ville. Ce serait cool si ton amie pouvait nous trouver une maison pas trop chère là-bas... T'en dis quoi ? »

L'avenir. Ce monstre qui ne lui faisait plus peur désormais... Mais qui allait lui faire du mal très bientôt.


© Pando

_________________
❝I'll be good❞ I'll be good, I'll be good. And I'll love the world like I should. For all of the light that I shut out, For all of the innocent things that I've doubt. For all of the bruises that I've caused and the tears, For all of the things that I've done all these years. Yeah, for all of the sparks that I've stomped out, For all of the perfect things that I doubt. (c) Astra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Calliope Tinovia
HUMAINS - DISSOLVED VOICES
OSSATURE: : Vingt-sept années CONTRAT: : En couple avec un ex-drogué, ex-détenu, tueur, et qui s'inquiète de tout ♥.... Et enceinte ♥ BESOGNE: : Assistante Vétérinaire, autrement dit larbin de vétérinaire. Ou aussi sa seconde paire de main. ©Bitterblue
FABLE: : Je suis au courant pour le surnaturel, les monstres, les créatures... Appelez-les comme vous voulez. Je sais comment le monde qui m'entoure est dangereux. Mais tout n'est pas noir. Je sais aussi que certaines créatures surnaturelles ne nous veulent pas de mal... Pas plus qu'un humain lambda en tout cas. @EFFIGIE: : Ashley Greene, ©Dandelion, ©Bitterblue(Aesthetic) BAFOUILLES: : 1988 PACTE: : 29/01/2017



Message
Dim 25 Juin - 22:33
Giorgio & Calliope // Respirare
⚜ You and me. Forever. ⚜

Je regarde le menu, bien chargé.  Mais j’ai tout de même moins de choix que Giorgio. Je n’ai pas le droit aux crustacés ou aux fruits de mer. Certains fromages sont interdits aussi. Sans parler de la viande saignante. Je choisis finalement un risotto végétarien, alors que mon petit-ami se commande un risotto au saumon avec du Chianti. Je tourne les yeux sur la petite place dehors. La nuit étant tombée, les lampadaires éclairés l’illuminent en lui donnant un petit air magique. La musique d’ambiance, un petit morceau de jazz qui m’est inconnue, mais que j’apprécie, renforce cette ambiance chaleureuse. Je reporte mon attention sur Giorgio, l’informant que je me verrai bien habiter ici, lorsque nous déménagerons. Je suis heureuse d’entendre qu’un quartier de l’ouest lui conviendrait aussi. Il me sourit, et me demande ce que je préfèrerai entre un appartement ou une maison. Je souris à mon tour à ses remarques, et hoche la tête.

« Une maison avec un jardin, ça serait parfait. On pourrait même mettre une balançoire pour le bébé. Je ne connais pas trop les quartiers de l’ouest, je n’y viens pas souvent, mais je te fais confiance si tu dis que Monteverde serait parfait. Je contacterai Jillian pour savoir si elle peut nous aider… J’espère surtout que les tarifs resteront dans notre budget… »

Je sais que ce quartier fait parti des plus riches endroits de Rome. Mais nous ne sommes pas riches, c’est bien ça le problème. Le père de Giorgio est plutôt aisé, j’ai pu le voir, seulement je sais qu’il a déshérité Giorgio, et je n’ose pas mettre le sujet sur le tapis. Ce n’est pas à moi d’en parler. Je ne me vois vraiment pas aller quémander quelque chose comme ça. Je me suis toujours débrouillée par moi-même. Et au final, nous avons toujours vécu avec peu de moyens. Alors ça ne me dérange pas, même si j’avoue que j’aimerai élever mon enfant sans penser à l’argent. Le serveur revient avec le vin de Giorgio, et ma carafe d’eau, puis nous informe qu’il va chercher nos plats. Je regarde avec envie le vin rouge couler dans le verre du professeur, sans rien dire. Je ne lui en veux pas, je ne veux pas le priver de ce qu’il aime, juste parce que moi je ne peux pas en prendre. Ce serait égoïste. Surtout que je n’ai rien à lui reprocher, il a toujours été attentionné avec moi. Encore plus depuis que nous sommes au courant pour la grossesse. Le serveur nous ramène finalement nos plats en nous souhaitant un bon appétit. Je le remercie, et souhaite aussi un bon appétit à Giorgio.

« Merci pour la soirée. »

Je lui souris, avant de goûter mon risotto. Délicieux. Un vrai régal pour les papilles. Même pour mes papilles capricieuses de femme enceinte. Je repense soudain à notre voyage à Glorenza, et regarde Giorgio.

« Au fait… Tu as eu des nouvelles de ton père depuis qu’on a quitté Glorenza ? C’est peut-être un peu tôt, mais… Il avait l’air tellement heureux de te retrouver… Comment tu sens l’avenir ? »

C’est peut-être effectivement un peu tôt pour avoir des nouvelles. Nous venons presque juste de le quitter. Mais son père avait l’air tellement heureux… Je suis presque sûre qu’il aurait été capable de joindre Giorgio. Ou alors il a préféré le laisser tranquille un petit instant, ne pas l’étouffer. Cela serait surement judicieux effectivement.
⇜ code by bat'phanie ⇝

_________________
Look in my eyes...
« Oh you can't tell me it's not worth tryin' for, I can't help it there's nothin' I want more, I would fight for you, I'd lie for you, Walk the wire for you, I'd die for you. You know it's true, Everything I do, I do it for you » by Wiise


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Giorgio A. Reppucci
HUMAINS - DISSOLVED VOICES
OSSATURE: : 34 ans CONTRAT: : En couple avec Calliope Tinovia, et papa dans quelques mois... Un défi de taille qui l'attend, mais il n'est pas sûr d'y être prêt. Cela dit, il fera tout pour, soyez-en sûrs. BESOGNE: : Expert en Histoire de l'Art au sein de la Fondation de Breuillac depuis début octobre et occasionnellement prof particulier d'Histoire de l'Art. Le blond essaye de reconstruire sa vie après sa sortie de prison début mars, où il a passé cinq longues années pour avoir tué trois personnes sous l'effet du sang de vampire, qu'il consommait à l'époque sans se douter que ce n'était pas une drogue comme les autres. Héritier d'une famille aristocratique tyrolienne, il a été renié par son père à cause de ses déboires.
FABLE: : Longtemps ignorant, Giorgio a découvert que les monstres existent réellement, que les mortels tels que lui sont en danger sans même s'en rendre compte. Le blond s'est récemment fait mordre par un vampire, frôlant la mort. Plus que jamais, la menace est devenue tangible à ses yeux, la peur le guette une fois la nuit tombée. Les monstres existent, personne n'est réellement en sécurité. ÉCHINE: : Humain, proie potentielle. @EFFIGIE: : Dan Stevens by Morsmordre (c) BAFOUILLES: : 3368 PACTE: : 02/01/2017



Message
Lun 26 Juin - 14:30


❝Respirare❞
Calliope & Giorgio
Le blond était ravi de voir qu'ils étaient sur la même longueur d'onde. Une maison avec un jardin, c'était ce qui le tentait le plus, et visiblement c'était pareil du côté de Calliope. Giorgio eut un sourire songeur lorsque la brune évoqua une balançoire pour le bébé, avant d'acquiescer d'un hochement de tête. L'Italien imaginait déjà leur petite famille dans ce jardin, partageant de beaux moments ensemble. Une vie de famille... Il n'en avait jamais rêvé, curieusement. L'idée de devenir père, d'avoir de telles responsabilités, cela ne l'avait jamais tenté. Au contraire, il avait toujours été un vrai fêtard, tête en l'air, un jeune homme qui ne s'attachait jamais réellement à qui que ce soit. Puis était venue cette terriblement période de déchéance, qui avait culminé finalement dans un long séjour en prison, qui l'avait bien changé.

Désormais, quand il ne s'y attendait définitivement plus à être heureux aux côtés de quelqu'un, à fonder une famille, non pas parce qu'il n'en avait pas forcément envie mais surtout parce qu'il avait perdu tout espoir... le voilà futur papa, amoureux de Calliope, rêvant d'une maison avec un jardin. Cette pensée le fit sourire. Trastevere, Monteverde... Ils étaient d'accord sur le fait qu'ils aimeraient bien s'installer dans l'un des quartiers de l'ouest, mais il restait encore à décider lequel. Néanmoins, Giorgio ne s'en faisait pas plus que cela ; après tout, ils avaient encore le temps pour voir lequel leur conviendrait le plus et pour voir plusieurs maisons aussi, surtout avec l'aide de cette amie de Calliope. Une amie dont le prénom lui était familier. Le blond regarda sa petite amie, arquant légèrement un sourcil, intrigué. Serait-ce... Jillian ?  Sa Jillian ?  

« Attends... T'as dit Jillian ? Jillian Gioconda ? Une jeune fille, blonde, hyper souriante, journaliste stagiaire, et qui a un humour sans limites ? Parce qu'en fait, je connais une Jillian, c'était mon élève dans ce lycée où je travaillais il y a quelques années... On s'est croisés il y a quelques semaines, et on a eu une conversation particulièrement agréable. Elle était au courant pour mon séjour en prison, et pourtant... Elle ne m'a pas pointé du doigt, ne m'a pas jugé. Très mature pour son âge, très ouverte d'esprit... Je ne m'y attendais pas vraiment. »

Une très belle surprise, effectivement. Surtout étant donné les rumeurs qui avaient circulé à l'époque sur l'ancien professeur et cette élève avec qui il avait failli coucher. Une grossière erreur qui lui avait valu de se faire virer, alors qu'il était un prof très prometteur... Le premier pas dans son chemin vers sa chute terrible. La jeune journaliste avait bien fouiné pour découvrir où il habitait, avec même soudoyé des livreurs de pizza... Des méthodes peu orthodoxes, mais efficaces, qui lui avaient permis de parler avec le Tyrolien, de connaître la vérité même si elle ne pourrait jamais publier un article sur le sang de vampire, et de dire à l'ancien détenu qu'elle le croyait et qu'elle était de son côté. Qui l'aurait cru, hein ?

Le serveur revint enfin avec le vin que le trentenaire avait commandé et la carafe d'eau pour Calliope, avant de leur ramener les plats tant attendus. Giorgio le remercia poliment à son tour, avant de souhaiter un bon appétit à la brune également. Le risotto était excellent, rien à dire là-dessus. Goût et texture exquis, ses sens s'en réjouissaient de ce régal. La réaction de la jeune femme ne trompait pas non plus, son risotto était tout aussi délicieux que le sien. Visiblement, il n'avait pas dépensé de l'argent en vain, et cela restait une satisfaction, bien entendu. Le regard de la future maman croisa celui du professeur particulier. Calliope lança un sujet auquel il ne s'attendait pas vraiment. Son sourire s'effaça un peu, son regard s'assombrit. Son père... Cela restait un sujet sensible. Certes, ce voyage à Glorenza leur avait permis de renouer après dix-sept ans d'éloignement, mais... Ils avaient encore besoin de temps. Lui, avait encore besoin de temps pour reconstruire une relation avec son géniteur. Giorgio attendit quelques secondes avant de prendre la parole.

« Je lui ai demandé de me donner du temps. Il était d'accord, qu'il fallait y aller doucement. Je lui ai aussi promis de l'appeler, mais... Je n'ai pas encore osé. Ce n'est toujours pas facile pour moi. Les mauvaises habitudes, tu vois... Je l'ai haï pendant dix-sept ans. La moitié de ma vie, quoi. Et c'était beaucoup plus facile comme ça. »

Le regard cristallin de l'humain se perd dans le vague pendant quelques instants, avant de se poser à nouveau sur la belle Italienne. Le Reppucci soupira.

« Mais je l'appellerais, promis. Je vais peut-être l'inviter à passer quelques jours à Rome cet été, histoire qu'on se voie, qu'on parle, qu'on essaye de rattraper le temps perdu. Pour moi, pour notre enfant... Pour nous. » Un sourire se peignit sur les lèvres de l'homme, qui glissa sa main sur celle de Calliope. « Tu sais, il t'aime bien, mon père... Il m'a dit plusieurs fois que t'es une femme remarquable, que j'avais de la chance... Et il a tellement raison. Si seulement je n'avais pas merdé comme je l'ai fait, si seulement j'avais... ouvert les yeux il y a cinq ans. T'étais là et pourtant, je ne te voyais pas... »

Dit-il, avant de sourire. Que ferait-il sans elle, hein ? Que serait-il devenu si elle ne lui avait pas ouvert la porte ce soir-là, quelques heures après qu'il soit sorti de prison ? Il n'osait même pas l'imaginer.


© Pando

_________________
❝I'll be good❞ I'll be good, I'll be good. And I'll love the world like I should. For all of the light that I shut out, For all of the innocent things that I've doubt. For all of the bruises that I've caused and the tears, For all of the things that I've done all these years. Yeah, for all of the sparks that I've stomped out, For all of the perfect things that I doubt. (c) Astra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Calliope Tinovia
HUMAINS - DISSOLVED VOICES
OSSATURE: : Vingt-sept années CONTRAT: : En couple avec un ex-drogué, ex-détenu, tueur, et qui s'inquiète de tout ♥.... Et enceinte ♥ BESOGNE: : Assistante Vétérinaire, autrement dit larbin de vétérinaire. Ou aussi sa seconde paire de main. ©Bitterblue
FABLE: : Je suis au courant pour le surnaturel, les monstres, les créatures... Appelez-les comme vous voulez. Je sais comment le monde qui m'entoure est dangereux. Mais tout n'est pas noir. Je sais aussi que certaines créatures surnaturelles ne nous veulent pas de mal... Pas plus qu'un humain lambda en tout cas. @EFFIGIE: : Ashley Greene, ©Dandelion, ©Bitterblue(Aesthetic) BAFOUILLES: : 1988 PACTE: : 29/01/2017



Message
Mar 27 Juin - 0:23
Giorgio & Calliope // Respirare
⚜ You and me. Forever. ⚜

Une maison et un jardin avec une balançoire pour notre enfant. Je l’imagine déjà, cette petite balançoire toute simple, faite d’une planche de bois et de deux cordes, accrochée à la branche la plus solide de l’arbre du jardin. Je vois déjà Giorgio pousser notre petite fille, ou notre petit garçon, en riant tous les deux aux éclats. Portrait d’une famille heureuse. Si on m’avait dit il y a encore quelques mois que je viendrai à m’imaginer ma vie en mère de famille parfaite… Moi qui ne voulait pas me poser, qui ne me sentais pas prête… J’aimais ne pas avoir d’attache, naviguer d’un homme à un autre, d’un style à un autre. Je ne me voyais tellement pas mère déjà. Certainement pas avant quelques années. Pas un manque de maturité, juste pas l’envie. Juste l’envie de profiter de la liberté trouvée depuis mon arrivée à Rome. Je sors de mes pensées pour lui parler de mon amie Jillian. Giorgio tilt sur le prénom, me faisant une description parfaite de la blonde excentrique que je connais. Une élève de Giorgio. Entendre ça me fait bizarre, et me rappelle mes sept ans d’écart avec mon petit ami. Je l’oublie souvent au quotidien, notre différence d’âge ne se voyant pas tellement. Je hoche la tête à ses paroles.

« Jillian est comme ça. Ce n’est pas quelqu’un qui juge au premier regard. Elle a ce besoin de creuser au plus profond pour découvrir l’âme toute entière. Elle fera une journaliste hors pair si ses patrons et collègues lui donnent sa chance. » Je fais la moue aux derniers mots de Giorgio. Mature pour son âge ? De mémoire, elle et moi ne sommes pas si éloignées niveau âge ! « Comment ça ‘mature pour son âge’ ?! Tu insinues que je ne suis pas mature ? Je crois que nous avons que deux ans d’écart avec Jillian ! »

Je le taquine. Je sais que ce n’est pas ce qu’il voulait dire. Je le laisse s’empêtrer un instant avant de rigoler doucement. Le serveur nous amène finalement les boissons, puis les risottos. Délicieux. Je crois effectivement que je n’ai jamais mangé quelque chose d’aussi bon. Je me débrouille bien en pâtisserie, mais je ne maîtrise que les bases en cuisine. Je ne fais jamais très sophistiqué. Le sucré m’a toujours plus attirée. J’amène le sujet du père de Giorgio sur le tapis. Chose que je regrette presque directement après avoir parlé en voyant le visage de Giorgio se refermer. Je l’écoute et hoche la tête.

« Désolé, je ne voulais pas te mettre la pression, ce n’était pas mon but. Je comprends parfaitement que tu ai besoin de temps, et tant mieux si ton père le respecte. Il ne faut pas trop te brusquer… Ne l’invite que si tu en as vraiment envie, ne te force pas. Si tu le fais, c’est pour toi. Ne le fais pas pour quelqu’un d’autre. » Je caresse doucement sa main qui vient de se poser sur la mienne. « Arrête de ressasser le passé, Giorgio, on ne pourra pas le changer. Tout ce qui compte c’est qu’on soit heureux maintenant. Peut-être que nous ne serions pas ensemble aujourd’hui si nous avions gardé le contact il y a cinq ans. Et alors, je préfère amplement le présent actuel. Je suis heureuse avec toi, c’est tout. » Je lui souris doucement « Aller, pense plutôt au dessert que tu vas choisir ! »
⇜ code by bat'phanie ⇝

_________________
Look in my eyes...
« Oh you can't tell me it's not worth tryin' for, I can't help it there's nothin' I want more, I would fight for you, I'd lie for you, Walk the wire for you, I'd die for you. You know it's true, Everything I do, I do it for you » by Wiise


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Giorgio A. Reppucci
HUMAINS - DISSOLVED VOICES
OSSATURE: : 34 ans CONTRAT: : En couple avec Calliope Tinovia, et papa dans quelques mois... Un défi de taille qui l'attend, mais il n'est pas sûr d'y être prêt. Cela dit, il fera tout pour, soyez-en sûrs. BESOGNE: : Expert en Histoire de l'Art au sein de la Fondation de Breuillac depuis début octobre et occasionnellement prof particulier d'Histoire de l'Art. Le blond essaye de reconstruire sa vie après sa sortie de prison début mars, où il a passé cinq longues années pour avoir tué trois personnes sous l'effet du sang de vampire, qu'il consommait à l'époque sans se douter que ce n'était pas une drogue comme les autres. Héritier d'une famille aristocratique tyrolienne, il a été renié par son père à cause de ses déboires.
FABLE: : Longtemps ignorant, Giorgio a découvert que les monstres existent réellement, que les mortels tels que lui sont en danger sans même s'en rendre compte. Le blond s'est récemment fait mordre par un vampire, frôlant la mort. Plus que jamais, la menace est devenue tangible à ses yeux, la peur le guette une fois la nuit tombée. Les monstres existent, personne n'est réellement en sécurité. ÉCHINE: : Humain, proie potentielle. @EFFIGIE: : Dan Stevens by Morsmordre (c) BAFOUILLES: : 3368 PACTE: : 02/01/2017



Message
Jeu 29 Juin - 22:38


❝Respirare❞
Calliope & Giorgio
Le monde était plus petit qu'on ne le pensait. En effet, Giorgio fut surpris d'apprendre que cette amie dont parlait Calliope était Jillian, son ancienne élève, qu'il avait d'ailleurs rencontrée récemment, ce qu'il ne manqua pas de dire à la brune. Sa petite amie confirma que la blonde était comme ça, qu'elle ne jugeait pas au premier regard et qu'elle avait ce besoin de creuser plus profondément pour pouvoir découvrir l'âme toute entière. L'Italien hocha la tête. Sans doute ferait-elle une excellente journaliste si on lui donnait une chance, et il l'espérait sincèrement pour la jeune Gioconda. Jeune, mais assez mature... Une remarque qui sortit tout naturellement, et qui n'échappa à la future maman. Mince. Giorgio la regarda, un peu pris de court par son propre raisonnement. C'est vrai que Jillian n'était plus vraiment une gamine, hein... Et qu'elle n'avait que deux ou trois ans d'écart par rapport à Calliope. Le trentenaire n'avait pas du tout pensé à ce détail, tiens.

« Euh... Non, non... Pas du tout. C'est juste que, enfin... En fait, je crois qu'involontairement, dans ma tête, Jillian est toujours mon ancienne élève, et donc une gamine... Mais la gamine a grandi, visiblement. »

L'assistante vétérinaire finit par éclater doucement de rire, lui arrachant à son tour un léger rire, alors qu'il se sentait un peu ridicule, pour le coup. Mais c'est vrai qu'il n'y pensait pas souvent, à ces sept ans d'écart avec Calli'... En même temps, cela ne sautait pas forcément aux yeux. Continuant de manger, savourant ce risotto exquis, Giorgio contempla la vue sur cette petite place illuminée dehors. Cette soirée était parfaite, tout se passait comme prévu. Le Tyrolien était ravi de lui avoir fait cette surprise, que la belle brune méritait amplement. La conversation reprit, puis la jeune femme lança un sujet assez sensible pour le professeur : sa relation avec son père. Relation inexistante pendant dix-sept ans, jusqu'à ce qu'il se décide à retourner en Haut-Adige, avec Calliope, renouant ainsi avec son paternel. Cela n'effaçait pas tout ce qui s'était passé entre eux, l'absence, la déception, la haine qu'il avait longtemps entretenue vis-à-vis de Mario Reppucci.... Mais c'était un premier pas important. Ils n'étaient pas encore passés à l'accolade amicale, mais au moins il avait réussi à lui serrer la main et à le regarder dans les yeux. A lui parler. Il ne manquait plus que... tout le reste. Inévitablement, le visage de l'homme se ferma, vieille habitude qu'il ne pouvait pas contrôler. Pour lui, son père était encore synonyme de douleur, c'était comme ça.

« Non, tu ne me mets pas la pression... J'en ai envie, en fait. C'est en partie pour ça que je suis allé en Haut-Adige. Pour renouer. Mais... C'est pas facile, une partie de moi a juste envie que la situation reste telle qu'elle l'est... De rien attendre de sa part. J'en ai eu ma dose de déceptions avec mon père, je ne veux pas revivre ça... Mais je sais, la vérité est que si je ne fais rien, ça ne changera jamais. Et puis, les choses se sont bien passées là-bas, mieux que je ne m'y attendais... Alors pourquoi pas ? Même si je dois me forcer un peu... Ça vaut la peine, peut-être »

Il haussa les épaules. Parfois, se forcer ne menait à rien de bon, mais dans ce cas, l'ancien détenu était persuadé que l'inverse était possible. On verrait bien. En tout cas, son père lui avait plusieurs fois dit que Calliope était une femme remarquable et qu'il avait de la chance de l'avoir. Pour une fois, ils étaient bien d'accord sur quelque chose... Giorgio ne put s'empêcher de penser à voix haute, et d'avouer qu'il avait été stupide de ne pas avoir su la remarquer avant que sa vie ne s'écroule. Des regrets, encore et encore... L'Alpin en avait beaucoup, tout au fond de son âme, et ce serait probablement le cas pendant pas mal de temps encore. Impossible autrement, en même temps. Après tout ce qu'il avait vécu, après toutes les erreurs qu'il avait commises, toutes les vies qu'il avait brisées - y compris la sienne -, impossible de ne pas s'en vouloir, de ne pas avoir de regrets. Néanmoins, Calliope l'arracha de ces pensées sombres, caressant tendrement sa main. Ses paroles l'apaisèrent, lui mirent du baume au cœur. Je suis heureuse avec toi, c’est tout.  

Sa main serra celle de la brune, son regard clair la remercia silencieusement. Il avait envie de la serrer dans ses bras et de ne plus jamais la lâcher. Un sourire sincère se peignit sur les lèvres du professeur.

« Figure-toi, je sais déjà ce que je vais choisir... Et non, ce ne sera pas un Apfelstrudel, et tant pis si cela ne correspond pas à mon statut de presque-Autrichien ! Je crois que je vais prendre un tiramisu... Hum... Quoique, j'hésite encore, finalement. Bon, faudra déjà que je termine ce risotto d'abord, hein. »

Dit-il avec un sourire amusé. Les fantômes du passé s'étaient éloignés à nouveau, emportés loin d'ici par ce vent de bonheur qui soufflait sur son cœur. La vie lui faisait moins peur, maintenant qu'il savait qu'il avait Calliope à ses côtés, qu'il n'était pas seul. Bien entendu, il ne s'attendait pas à une vivre dans une mer de roses, mais aujourd'hui, il avait la force nécessaire pour affronter les tempêtes. Ou du moins, il le croyait… Cela restait encore à prouver, et bien plus tôt qu’il ne s’y attendait...


© Pando

_________________
❝I'll be good❞ I'll be good, I'll be good. And I'll love the world like I should. For all of the light that I shut out, For all of the innocent things that I've doubt. For all of the bruises that I've caused and the tears, For all of the things that I've done all these years. Yeah, for all of the sparks that I've stomped out, For all of the perfect things that I doubt. (c) Astra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Calliope Tinovia
HUMAINS - DISSOLVED VOICES
OSSATURE: : Vingt-sept années CONTRAT: : En couple avec un ex-drogué, ex-détenu, tueur, et qui s'inquiète de tout ♥.... Et enceinte ♥ BESOGNE: : Assistante Vétérinaire, autrement dit larbin de vétérinaire. Ou aussi sa seconde paire de main. ©Bitterblue
FABLE: : Je suis au courant pour le surnaturel, les monstres, les créatures... Appelez-les comme vous voulez. Je sais comment le monde qui m'entoure est dangereux. Mais tout n'est pas noir. Je sais aussi que certaines créatures surnaturelles ne nous veulent pas de mal... Pas plus qu'un humain lambda en tout cas. @EFFIGIE: : Ashley Greene, ©Dandelion, ©Bitterblue(Aesthetic) BAFOUILLES: : 1988 PACTE: : 29/01/2017



Message
Jeu 29 Juin - 22:48
RP TERMINE

_________________
Look in my eyes...
« Oh you can't tell me it's not worth tryin' for, I can't help it there's nothin' I want more, I would fight for you, I'd lie for you, Walk the wire for you, I'd die for you. You know it's true, Everything I do, I do it for you » by Wiise


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas
 
Respirare | Calliope & Giorgio
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Calliope Ningyo [Fiche Technique]
» Galerie de Calliope
» Reward 35 000 § [Pv Calliope]
» ~~Calliope~~
» [100%] Calliope ♣ I'm the darkness on your soul, the sweetness on your life, and the dream on your mind

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RIGOR MORTIS ::  :: OUEST-
Sauter vers: