#. INTRIGUE (solstice d'été)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

ANATOMY OF THE SOUL

avatar

conter son règne
[titre de mon champ]: OSSATURE: : Le temps peint et grave sa peau de trente années passées. [titre de mon champ]: CONTRAT: : La docteure vagabonde seule, pour compagnie unique ses petits protégés. Arachnide sadique, folle qui se délecte de ses morbides expériences sur de pauvres juvéniles. Petits voués à une torture éternelle. [titre de mon champ]: BESOGNE: : Derrière la chevelure de feu, derrière ses orbes bleu ciel, se cache l'innommable, l'affreux. La folie d'une mortelle possédée par l'espérance de soigner, de les sauver. La certitude que le Mal se crée dans l'enfance, s'enfonce dans leur corps tendre qui ne demande qu'à être ouvert pour enlever l'infâme putréfaction. [titre de mon champ]:
[titre de mon champ]: FABLE: : Les surnaturels sont partout, emplissant le monde de leur infection maudite. Espoir de les guérir. [titre de mon champ]: ÉCHINE: : Chair tendre et éphémère, mort éternelle : humaine. [titre de mon champ]: PRESTIGE: : Les scalpels ouvrent les chairs tendres, les gants blancs sont rougis par le sang. [titre de mon champ]: GANG: : Astragale aux mains du Vatican. Noire destinée. [titre de mon champ]: @EFFIGIE: : Holland Roden ~ Blondie (Tumblr) + Signature ~ Endlesslove [titre de mon champ]: BAFOUILLES: : 24 [titre de mon champ]: PACTE: : 15/06/2017



Message
Sujet: Re: #. INTRIGUE (solstice d'été)   Dim 9 Juil - 19:16

Solstice estival

(shakespeare) ▽ Stars, hide your fires; Let not light see my black and deep desires.
Figure désarticulée, le corps svelte de la rousse gisait dans un siège. Eteinte, fatiguée, sanguinolente mais vivante. Les souvenirs se confondent, se meuvent dans une tempête incohérente. La respiration est lente et monotone, hémoglobine qui dégouline. L’agitation s’esquisse naturellement, mais l’aristocrate y reste étrangère. Une sorte de fantôme encore animé par la vie.

Alors que les corps gisent sur le sol, sur les sièges, que le sang et la panique règne en maître, elle reste la poupée inactive. Celle qui n’est pas atteinte par l’agitation, par la peur… par rien. Juste une sorte de monde flou qui s’orchestre autour de sa personne. Des sens obstrués. Aux yeux d’autrui, elle est morte. En elle, elle vit et survivra. Ses prunelles sont attirées par un corps. Homme perdu sous les décombres. Les humains peuvent, doivent, être sauvés. Les autres doivent périr. Elle essaie de se relever. Seul résultat, pathétique asticot. Une larve sachant à peine bouger.

Et puis, l’horreur se dessine sous ses yeux bordés de noir. Une masse informe se jette sur la figure. Adrénaline irradiant ses veines. Les formes et l’espace s’éclaircissent, se mettent au clair. Une main tremblante plonge dans son sac. Un sal buveur de sang (Marius), d’après ses observations. Un monstre éternel, une petite vermine volante.

Main tremblante qui tente de remplir une seringue en verre, mais qui réussit. Dilution de verveine mélangée savamment par une experte comme elle. Geste simple et rapide. Créature déconcentrée. Le geste feint l’air comme une lame, et la pointe fend les tissus pour injecter son produit. « Crève… » murmurent les frêles lèvres.

Les yeux de saphir s’attendent à voir la bête nocturne s’étaler de tout son long sur le sol avant de crever comme le vulgaire insecte qu’il est. Mais il n’en est rien. Visiblement, aucune trace de vampirisme. Juste un poisson écoeurent qui se tortille hors de l’eau…
(c) AMIANTE


_________________
❧ Cani disgustosi, mostri sporchi ❧
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

conter son règne
[titre de mon champ]: OSSATURE: : carcasse millénaire, vieille branche trainant sa cuirasse à travers les âges. [titre de mon champ]: CONTRAT: : âme voyageuse, baluchon de vie. [titre de mon champ]: BESOGNE: : oeil vagabond, curieux des fourmis cavalant sous son regard moqueur. [titre de mon champ]:
[titre de mon champ]: FABLE: : il nargue les diablotins de pacotille, observe leur lutte depuis un olympe ressuscité. querelles dont il se moque. [titre de mon champ]: @EFFIGIE: : LΛZΛRE [titre de mon champ]: BAFOUILLES: : 306 [titre de mon champ]: PACTE: : 19/11/2016



Message
Sujet: Re: #. INTRIGUE (solstice d'été)   Mar 11 Juil - 14:08




(solstice d'été)


intrigue (set free your demons)



       




grésillements aux oreilles. annonce faisant pivoter les encéphales secoués dans leur boîte crânienne. rendez-vous... tunnel, la voix crépite dans les hauts-parleurs du wagon délabré. vos gueules, ça crache sur le côté, à ceux qui ont cédé à la panique, à ceux qui pleurent en tenant leurs membres blessés, leurs proches décédés. écoutez, ça murmure encore. rendez-vous... tunnel...



☞ vous êtes invités à abandonner la carcasse du wagon pour vous aventurer dans les tunnels, sombres dédales menant aux souterrains de rome. obéirez-vous à votre courage ou succomberez-vous à la lâcheté ?

des créatures ont élu domicile au cœur du tunnel. dénuées de toute humanité, elles vivent dans les ténèbres depuis des siècles, emprisonnées dans leur véritable apparence. noctules géantes sautant à la gorge des lupins conquérants. memento mori vous met en garde, les souterrains ne sont pas sûrs.






_________________
compte pnj.
ne pas mp.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

WICKED GAME

avatar

conter son règne
[titre de mon champ]: OSSATURE: : Tu brilles sous ta jouvence. La fontaine coule allègrement. Tes années sont semblables à une plume, virevoltant au gré du vent, porté par une légèreté accommodante. [titre de mon champ]: CONTRAT: : Vive passion et amour puéril, tu t'apprêtes à aimer pour la première fois. [titre de mon champ]: BESOGNE: : Ton poignet est ferme. D'un geste épuré, tu deviens une légende. Un artiste. Un Créateur. Tes doigts brillent. Tu deviens un démon. Un critique. Un faiseur de pluie. [titre de mon champ]: ÉCHINE: : Diablotin. Divinité. Tu te joues des lois de Dame Nature. Tu es un sorcier. [titre de mon champ]: PRESTIGE: : Petit diable aux cornes d'espérance. De tes doigts crépitants, tu fais du sorcier un roi. Sous ton tableau, il devient invincible. [titre de mon champ]: GANG: : Douce famille. Nul autre ne mérite ton allégeance. [titre de mon champ]: @EFFIGIE: : William Moseley [titre de mon champ]: BAFOUILLES: : 172 [titre de mon champ]: PACTE: : 18/06/2017



Message
Sujet: Re: #. INTRIGUE (solstice d'été)   Jeu 13 Juil - 13:44


« As soon as there is life, there is danger. »

► Non prendete quel metrò !

« Tu n'as qu'à prendre le métro. » La voiture avait démarré en trombe, et ta sœur t'avait simplement quitté. Ce n'était pas elle. Elle allait bien revenir. Jamais vous ne vous étiez autant disputé. Pour la première fois. Pour la première fois, tu lui avais tenu tête. Et elle n'avait pas aimé. Te voilà condamné aux diables souterrains. Tu t'approches de la bouche de l'auguste cerbère qui avale tant d'arlequins. Ils ont tous une routine si coquette. Un costume serré, des talons bruyants. Non. Tu n'avais envie d'entrer dans la fosse. Tu es devant l'imposante sculpture qui gardait ton styx. Une dernière fois, tu te retournes. Tu espères entendre ses pneus crépirent, sa voix t’appelant tendrement. Tu n'entends rien. C'est le vide. Tu descends. L'escalier est sombre, et tu te refuses à écouter les bousculades de ce peuple affamé. Tu poses tes écouteurs, et dans un silence mélodieux, tu avances vers ton destin.

Chaos. Tu n'avais besoin que de ça. Les gens crient. Tu perçois ceux-ci, alors que la mélodie refuse de s'arrêter. Le rythme est entraînant, puis, dans un silence complaisant, tu entends ton âme feindre les larmes. Tu perds l'équilibre, projeté contre ce métal hurlant. Tu sens son infâme froideur, pâle destrier de ta propre destruction. Tu fermes les yeux subitement, laissant l'eau vermillonne couler le long de ton visage angélique. Tu vois. Tu sens. Tu ressens ce vide coloré. Tu aimes l'appeler ton chaos. Et c'est lui qui dessine ton destin.

Ta vue se trouble, et tu perds l'équilibre. Cette bouche de métro sera t-elle ton sépulcre ? La question te vient en tête, mais tu n'oses y apporter une réponse. Tu penses à elle, infâme souvenance de ton passé. Comme une ombre qu'on ne peut attraper, son visage disparaît dans le simulacre d'une bouffée d'oxygène. Tu te forces à inspirer à mesure que la coulée agressif caresse ton visage. Puis, la dispute ridicule te vient en tête. Elle disparaît dans un flottement doux, presque dérisoire. Si aujourd'hui est ton dernier soupir, tu ne lui en voudras pas. Tes yeux se ferment, à nouveau. Tu inspires plus fort. Tu te raccroches à la vie, pris par un sentiment de nostalgie. Ce jour ne sera comme cette glorieuse journée. Morphée te berce en personne. Tu ressens cette amertume, coincé entre le rêve onirique et phantasme voluptueux. Et tu cours, tu te raccroches à la vie. Tu te saoules avec le bruit des corps qui t'entourent comme des lianes nouées de tresses sans comprendre la détresse des mots que tu envoies.1

Tu ouvres les yeux, portés par la fureur de la situation. Tu secoues la tête, comme pour éloigner ce mauvais rêve. Tes idées sont troubles, et les images qui défilent n'ont aucun sens. Tu vois une arme, puis seringue. Tu penses halluciner. Tu sens ton liquide de vie couler le long de ta joue. Par réflexe, tu l'essuies en te relevant difficilement. Tu as besoin d'un appuie. Tu ne peux tenir debout, visiblement affecté par ce sacrilège qui se déroule devant tes yeux innocents. Tu fais deux pas. C'est difficile. Ta vue te revient. Mais, ton crane t'es douloureux. Tu te laisses tomber sur un siège, non sans faire pression sur ta blessure au crâne. Tu as vu pire. Elles t'ont formé à résister à pire. Foutu famille. Puis, les hauts parleurs grésillent. Tu refuses d'écouter, mais tu entends un bourdonnement inquiétant. Désormais, tu le sais. Tu es en danger, et elles ne sont pas là. Cette fois, tu es seul.

1 : Hier, on a osé me lancer le défi « Tu n'arriveras pas à caser du Balavoine dans ton rp. » Je voulais dire bonjour à cette personne.☺
(c)wanheda - ne pas reproduire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ESSENCE OF CHAOS

avatar

conter son règne
[titre de mon champ]: OSSATURE: : 28 ans [titre de mon champ]: CONTRAT: : Mariée à son poisson rouge. [titre de mon champ]: BESOGNE: : Interne en médecine légiste. Oui elle aime dépecer les morts , c'est moins bruyant que les vivants. [titre de mon champ]:
[titre de mon champ]: FABLE: : Tout à fait. Elle veut à tout prix trouver des lycans pour les disséquer , ou avoir la preuve de l'existence des vampires... [titre de mon champ]: @EFFIGIE: : Rose Bertram. [titre de mon champ]: BAFOUILLES: : 29 [titre de mon champ]: PACTE: : 27/06/2017



Message
Sujet: Re: #. INTRIGUE (solstice d'été)   Ven 14 Juil - 16:12
boom boom boom - intrigue
   

Margreth sourit aux réponses de sa collègue de fortune (@Alessandra Ottone ) , elle l'aime bien cette demoiselle, elle a l'air sympa, nature, pas trop chiante, ouais normalement notre docteur n'aime pas trop les gens, sauf quand ils sont mort, mais là, le courant passe plutôt bien. Dans d'autres circonstances ça aurait pu donner quelque chose de bien, mais bon, là, tout de suite, avec tous les cadavres, la panique et le sang (ambiance qui, au fond, ne dérange pas Margreth plus que ça) c'est un peu difficile de socialiser. Et puis le petit gamin au chat pose le doigt sur un truc plutôt intriguant de toute façon, sur ce gars (@Marius L. Vitale ) , qui apparemment est « spécial » d'après ses propres mots... Comment? Pourquoi? Bonne question, mais elle n'a pas le temps d'y répondre, la blondie doit déjà se concentrer sur autre chose, cette flic qui demande si quelqu'un a des connaissances médicales, évidemment Margreth lui répond, affirmant sans gêne être médecin légiste mais médecin tout de même. Personne ne semble vraiment réagir à ses mots d'ailleurs ni même à sa petite boutade, l'humour semble s'être évaporer en même temps que les chances de survie de la moitié des passagers. Tant pis, de toute façon, les choses vont trop vite pour s'en offusquer, puisque , alors qu'elle espérait suivre du regard le « gars spécial » qui se met à se déplacer , une voix métallique et presque incompréhensible raisonne dans le métro chaotique.

« Rendez-vous... Tunnel... » Rendez-vous tunnel? Serais-ce les secours qui tente de communiquer avec de potentiels survivants? Sans doute, ou alors il s'agit d'un piège des personnes responsables de tout ce merdier? Ça aussi c'est possible. Margreth se met alors à réfléchir à toute les possibilités comme elle l'aime le faire, à calculer les probabilités, histoire de voir quelle décision serait la moins dangereuse … pour elle-même. Ben oui, faut pas non plus lui demander de sauver tout le monde, inutile de le dire, ce n'est pas un super héros et quoi qu'il arrive, sa vie restera la priorité dans tout ce foutoir , sa vie et celle du chat bien sur, de plus soyons hon... hey une minute elle fait quoi celle-là ( @Astoria L. de' Medici ) avec sa seringue? La blondie penche la tête sur le côté, telle un petit chaton surpris face à la scène qu'elle observe. What the fuck ? C'est quoi ça ? Pourquoi la rouquine s'amuse à planter une aiguille dans le cou de monsieur Spécial ? C'est une espèce de réflexe du à la panique ? Non, peu probable, on plante pas les gens avec une seringue pleine d'un produit non identifié quand on a peur, c'est trop élaboré... Alors quoi donc ?...  « Bon , je pense que tout le monde a entendu le petit message, j'opte pour suivre les consignes , on devrait aller dans les tunnels plutôt que d'attendre ici que le wagon finisse par exploser ou prendre feu... » Elle enchaine, rapidement, trop. «  ...Et sinon quelqu'un connait cette gamine qui vient quand même de planter une aiguille dans le cou de monsieur spécial ?... » Ouais parce que peut-être que personne avait capter leur délire....

HJ:
 
   

   

   
☆☆☆ Beerus

_________________

   
MADNESS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

OPUS DEI

avatar

conter son règne
[titre de mon champ]: OSSATURE: : vingt neuf proies traqués [titre de mon champ]: CONTRAT: : célibataire, le coeur et corps libre de toute chaînes [titre de mon champ]: BESOGNE: : chasseresse à l'Opus Dei [titre de mon champ]:
[titre de mon champ]: FABLE: : bercée depuis son plus jeune âge dans les mythes et légendes et formés à tuer ces dieux factices [titre de mon champ]: PRESTIGE: : un flingue dans un main, la détermination dans l'autre, machine humaine, le sang bouillant qui appelle le sang [titre de mon champ]: GANG: : Enchaîné à l'Opus Dei [titre de mon champ]: @EFFIGIE: : karen gillan (ava) madhattress (signa) alas (gif) tumblr [titre de mon champ]: BAFOUILLES: : 71 [titre de mon champ]: PACTE: : 10/04/2017



Message
Sujet: Re: #. INTRIGUE (solstice d'été)   Sam 15 Juil - 8:54
Ignorer l'agitation l'entourant, se contenter de se concentrer sur une tâche simple. Faire profil bas, elle n'a pas le choix. S'occuper d'un blesser, magnifique passe temps qui la dégoûte au plus haut point tandis que tout autour, ça s'agite, le ton monte parfois, les tensions se crée et chacun s'isole peu à peu. Sinistre situation, le sang qui continue de couler alors qu'elle en a la certitude, des monstres sont présent dans ce métro. Elle en a même amener un, cette pensée la révolte au plus haut point, pauvre petite inconsciente, elle regrette, elle aurait mieux fait de l'enchaîner dans une cave, une porte blinder et plusieurs chaînes l'aurait peut être retenu pour la journée. Ou peut être pas, en réalité, elle l'ignore. Elle ne connaît que vaguement les effets du solstice sur les monstres, ce n'est pas un situation qu'elle maîtrise, elle n'a jamais chasser ce jour-là et elle commence a comprendre pourquoi. La situation s’envenime de minute en minute en restant ici, ils devaient bouger, du moins, tout ceux qui en était capable. Ou alors elle devait contacté l'Opus Dei... Non, c'était trop risqué. Tandis qu'elle réfléchit à une solution, la voix d'une femme attire son attention (Margreth) à propos d'une seringue et d'une jeune fille. D'instinct, elle se retourne vers le lieux de la scène, était-il toujours debout ? Rapidement, elle se ressaisit tandis qu'elle allait bondir jusqu'à lui. Non ! Elle ne devait rien montrer envers lui, cela ruinerait la maigre couverture qu'elle s’était créée, même si elle avait récupérer son arme, qu'elle a immédiatement ranger, elle ne pouvait pas risquer de se mettre en mauvaise posture, là c'était l'étrange jeune femme (Astoria) qui avait grillé sa couverture, l'homme poisson ne semblait souffrir d'aucun mal en particulier à cet instant, par chance. Mais si elle lui avait injecté de la caulerpa et qu'il ne réagit pas, la situation est alors encore plus mauvaise qu'initialement.

Puis elle se remémore l'appel dans les hauts parleurs du wagon, en bien piteuse état, qui parlait des tunnels. Oui, c'était le seul moyen de sortir, mais n'étais-ce pas risquer ? Elle soupire, pas le choix. Elle se relève, se dirige vers une vitre brisé, se coupe très légèrement la main en effleurant l'acier en morceau. Elle penche la tête hors du wagon, vers les ténèbres des tunnels. Il lui faut quelques instants pour discerner d'étranges et sinistres silhouette, elle est incapable de définir ce qu'il s'agit avec certitude, mais celle-ci sont bien trop grandes, trop menaçante et sont apparu trop rapidement pour être de quelconques renfort, elle crache un juron. « Merde... » Craignant que ses instincts de chasseresse voient juste, des monstres en plus... Ce ne serait pas le moment, pas du tout, cela ne ferait qu'empirer une situation déjà fortement inconfortable pour tout être dans ce métro en ruine. Pourtant, il faut bien trouver un moyen de fuir, et rapidement. Son regard replonge dans le wagon, cherchant l'aide d'une quelconque alliée.

_________________
Back to Fire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

WICKED GAME

avatar

conter son règne
[titre de mon champ]: OSSATURE: : Dix-sept printemps à courir dans les champs de fleurs. Le dix-huitième se joue présentement sur le bitume [titre de mon champ]: CONTRAT: : L'amour ? C'est quoi ? A quoi bon s'enquiquiner avec ça ? [titre de mon champ]: BESOGNE: : Je cours entre mes classes de danse afin d'en faire mon métier et la pose de steack oignons sauce salade sur des pains, quand il ne s'agit pas de plonger des frites dans de l'huile marronasse ou pire, de récurer les toilettes. Tout ça pour se faire un peu d'argent de poche. [titre de mon champ]:
[titre de mon champ]: FABLE: : La Fontaine, Grimm, Disney. [titre de mon champ]: ÉCHINE: : Sorcière, sorcière, prend garde à ton... [titre de mon champ]: PRESTIGE: : Magie des Astres, comme cela sonne poétique. (Je parle avec des âmes errantes, sans même le savoir.) [titre de mon champ]: @EFFIGIE: : Emily Ruhl [titre de mon champ]: BAFOUILLES: : 75 [titre de mon champ]: PACTE: : 03/05/2017



Message
Sujet: Re: #. INTRIGUE (solstice d'été)   Sam 15 Juil - 21:23
Elle avait crié, ou plutôt énoncé quelque chose qui n'avait pas vraiment de sens, comme un soliloque à un soi éloigné. Il n'y avait d'ailleurs pas eu d'écho en réponse à sa remarque. Peut-être qu'elle était quand même tombée dans quelques oreilles, mais quelle importance. La tension était palpable et il était compréhensible que les mots quelques qu'ils soient se perdent dans l'espace. Elle-même peinait à capter une phrase entière, trop de voix en même temps, de cris, d'effrois ou encore de prise de bec. Maintenant qu'elle avait pleinement retrouvé l'usage de ses tympans, le brouahah se faisait infernal. Il fallait qu'elle ouvre les yeux.
Allez, t'as pas peur, ouvre les yeux.

Si, elle avait peur un peu quand même. C'est là qu'un fessier se posa sur son dos. (Gabriel) Enfin elle le sentit à travers le siège qui s'enfonçait légèrement et parce qu'elle avait eu le dos courbé, accroupie comme elle était, genoux au sol. Elle tenait toujours la main de la jeune morte dans la sienne. Alors la surprise lui fit ouvrir les yeux. Elle vit en premier un drôle d'insecte se faufiler dans une fissure en se sentant observé. Puis le sol, penché. Enfin son cadre de vue sur la situation : comme une forêt de jambes découpant des pleins et des creux, un puzzle de scènes dont tout ou parties ont été censurées. Les troncs de mollets sont teintés, du chocolat au beige pâle en ce mois d'été où les jambes se dénudent. Un paysage pentu qui serait des plus appréciables dans cette lumière tamisée s'il n'y avait pas du sang au plancher, des corps endormis et d'autres choses dont il ne vaut mieux pas parler. Elle voit un groupe qui s'agite et discute vivement, un homme (Marius) penché sur une autre personne, son buste caché par un arbre. Un très gros arbres, avec son jumeau pas loin. Ces deux là qui se sont enracinés sur sa tête, sans gêne. Il y a une forme étrange également, créature fantomatique qui confirme son rêve. Trop de monde en réalité.

Enfin, elle tombe sur la belle au bois dormant, celle qui git à ses côtés, entre ses mains. Elle est morte réalise-t-elle. Elle sursaute et se cogne la tête sur ce maudit siège et ce foutu fessier. « Aïe. » Brin d'énervement. Non, elle aime ce siège qui la protège de ce monde de tarés. Elle voit une fille s'approcher d'une brèche dans la carlingue, vitre brisée. Premier visage en vie qu'elle distingue, jamais vu avant. Elle est belle cette fille, avec son teint de rose et cheveux roux. Instant fugace, car elle a les idées ailleurs. Comme d'engueuler celui qui a eu l'idée de se mettre là. Un petit shot d'adrénaline, ça ne fait pas de mal.

Elle sort sa tête de là-bas dessous, par la porte de sortie la plus proche, sans réfléchir. Entre ses jambes, c'est cocasse. Elle le regarde d'en-dessous avec dédain. Oui c'est d'en-bas mais c'est hautain. En vrai elle a parlé avant de le voir, sinon elle n'aurait pas parlé. C'est comme ça, quand on croise quelqu'un d'aussi mal à l'aise que soi on n'a pas toujours envie de lui crier dessus. Elle a son ton de campagnarde délicieusement nasillard et elle ne gueule pas d'ailleurs, c'est plus dans l'énergie, qui s'estompe vers la fin, comme ses mots. Maintenant qu'elle a croisé son regard, elle redevient timide. « On n'a pas idée de s'assoir sur les autres... »

Elle ne le connait pas. Pas plus que la fille aux belles boucles. Pas plus que la rousse qui s'est approché du trou. Pas plus que la morte. Pas plus que les autres ; elle regarde frénétiquement autour d'elle. Un songe sans visage c'est quand même étrange, même pour un rêve. Elle se renfonce dans sa cachette. Cette fois, elle n'a pas pris de drogue elle est sûre. Alors comment expliquer qu'une personne suce le sang d'une autre ? Et autres faciès étranges. L'un d'eux l'a regardé en plus, elle en est certaine. (Marius ?) Crise d'angoisse. Elle fond en larmes et se met à pleurer. Fuir avec la belle au teint de note qui a suggéré de suivre la voix du haut-parleur ? Maintenant elle se rappelle. Ou se terrer ici, en espérant que cela passe tout seul ? Comme un cauchemar. Réveille-toi Nunzia, réveille-toi. Elle se dit. Mais elle sait.
« Maman... » Elle murmure. Qui a pu entendre ? Peut-être la morte, ou lui sur son toit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

DROWN YOUR SOUL

avatar

conter son règne
[titre de mon champ]: OSSATURE: : Trente trois années accrochées à sa carte d'identité. [titre de mon champ]: CONTRAT: : Lui se veut seul, mâle solitaire sans accroche mais elle ne le laissera jamais filer. Pour la pureté de leur nom et de leur engeance ô combien maudite. [titre de mon champ]: BESOGNE: : Directeur artistique de la maison de haute couture portant les initiales de sa famille. Le R & le M s'inscrivent sur chacune des tenues. [titre de mon champ]:
[titre de mon champ]: ÉCORCE: : Plusieurs siècles de richesse, presque 400 ans qu'il essaye de quitter le monde [titre de mon champ]: ÉCHINE: : Squalo. Il n'en a pas le comportement et beaucoup le pense un hippocampe. Mais lorsqu'on voit la soeur qui le suit comme son ombre on comprends toute les vérités qui s'attachent à leur nom. [titre de mon champ]: PRESTIGE: : Il sent, il voit. Il fascine également, de ses yeux bleus si particuliers. Il se nourrit de sang, se gave d'horreur et vomi la terreur qui le consume. [titre de mon champ]: @EFFIGIE: : Raphaël Personnaz by Shiya [titre de mon champ]: BAFOUILLES: : 58 [titre de mon champ]: PACTE: : 10/07/2017



Message
Sujet: Re: #. INTRIGUE (solstice d'été)   Mer 19 Juil - 15:06
Thème


Il n'arrivait à s'échapper de la chape de plomb qui était tombé sur son esprit. Pour une fois qu'il prenait le métro, pour une fois qu'il se mêlait à la plèbe, voilà qu'il était victime d'un attentat. Immédiatement, ses pensées vont jusqu'aux choses dont on les gave à la télévision, jusqu'aux images qui s'échappent de cet écran qu'il a vu se colorer aux fils des années. Il pense immédiatement à un attentat mais ses pensées lui sont arrachées au moment même où l'inconscience vient le prendre entre ses bras trop doux et agréables dans lesquels il se perd. Trop longtemps sûrement car il se réveille seulement alors que résonnent les grésillements. Rendez vous. Les mots s'étirent, envelopper par des bruits nouveaux. Ses sens se réveillent, enfin et plus que tout, c'est son odorat qui se met à frémir. Le requin en lui se pourlèche les babines. Il ne tiendra pas. D'un regard, il cherche sa soeur. Adélaïde n'est pas là, jamais elle ne se melera à la foule, préférant une voiture avec chauffeur privé, loin de ses humains qu'elle méprise. Elle seule pourrait l'aider. Il a besoin d'aide ! Il a besoin qu'on l'empêche de tuer, qu'on l’assomme de médicament. Car le requin a bien sentit le carmin qui s'écoule lentement de plaies alléchantes.  

Il n'y a personne que tu connais. Si ! Là, là bas ! Un visage que tu as déjà vu, un visage que tu sais immortel, qui a déjà rit de toi à trop de reprise. Un visage
Marius ! que crient les lèvres qui n'attendent qu'à leur tour d'être rougie de carmin. Marius qui vient de se faire attaquer par une créature que Louis ne connaît pas et ne voit pas. A moitié, enfermé par le voile pourpre qui vient de s’emparer de sa vision. Trop de sang. Trop de perfection.

Il s'approche, pas trop vite, de cette démarche de chasseur que seul le requin tapi dans son coeur possède. Il ne peut le cacher, les autres visages cachés par la proie qui s'affiche à lui (@Astoria L. de' Medici). La faim se fait plus forte. La faim se fait enivrante. Et ses doigts s’agrippent à la chevelure de la demoiselle. Pas touche avec ta seringue la chasseuse. Il l'éloigne et la lâche plus loin. Louis n'a plus toute sa tête, plus vraiment conscience que son visage n'est que trop connu pour tout ceux qui l'entourent. La noblesse dans son sang et qui s'accroche aux lettres gravés sur ses vêtements ne ment pas. Mais tous ne doivent être passionné de mode. Il tente, au plus profond de lui, de réveiller l'humanité que le requin envoie paître d'un sourire carnassier. Il a peur. Pour tout ceux qui l'entoure. Car pour l'instant, le sang ne l'a pas rendu fou. Juste bien trop joueur.

_________________
I never want to see you unhappyI thought you'd want the same for me


En italien dans le texte
En français dans le texte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

DROWN YOUR SOUL

avatar

conter son règne
[titre de mon champ]: OSSATURE: : Fin de vingtaine et début de trentaine, un flou vaporeux qui peine à changer. [titre de mon champ]: CONTRAT: : De trop nombreuses conquêtes éphémères qui se sont fanées, sans jamais parvenir à trouver la perle dans sa coquille, âme jouissant de sa pleine liberté, sans attache. [titre de mon champ]: BESOGNE: : Déposer des pierres précieuses sur les cous dénudés, joaillier alors que le jour défile, artiste de rue lorsque le feu de la soif commence à ravager les entrailles. Crapahuteur au Vatican lorsque la nuit tombe, pour tenter de mieux comprendre les hommes. [titre de mon champ]:
[titre de mon champ]: ÉCORCE: : Six-cent-quatre-vingt-sept années d'errance, observateur silencieux qui voit le monde se perdre peu à peu. [titre de mon champ]: ÉCHINE: : Être de l'eau qui se doit de retourner à l'eau, dévorant quelques vies pour survivre. Pesce aux écailles d'un bleu sombre et aux éclats lazuli qui scintillent dans les flots à la manière d'une voûte nocturne. [titre de mon champ]: PRESTIGE: : Douce cristalline qui joue entre les doigts, domptée à merveille, docile et protectrice avec son enfant, le laissant également respirer dans les profondeurs, branchies striant les flancs peu importe la forme. Doux murmure inné pour séduire les âmes et les saisir entre mes filets, ainsi qu'une carne qui se referme sous les maux. [titre de mon champ]: GANG: : Opportuniste solitaire, grimaçant alors que celle qui se dit reine est évoquée, seul maître de mon échine, détournant le regard des bas fonds vers lesquels elle entraine son peuple. [titre de mon champ]: @EFFIGIE: : Brendon Urie (Kidd - avatar & Mad Hattress - gifs,signa) [titre de mon champ]: BAFOUILLES: : 1477 [titre de mon champ]: PACTE: : 09/04/2017



Message
Sujet: Re: #. INTRIGUE (solstice d'été)   Mer 19 Juil - 16:21

« Solstice »

Effluves sanguines qui s'échappent, carmin caressent onctueusement les papilles, ravivent le derme, exquises malgré l'urgence, la monstruosité un peu trop exposée. Poignet inconscient qui n'émet pas de résistance, percé de tenailles aiguisées. Veine dans ce capharnaüm, alors qu'une voix semble s'exprimer d'outre-tombe, détournant l'attention du geste opéré en retrait, enregistrant vaguement les indications insufflées. Pourtant ne pas avoir le luxe d'en quémander d'avantage, maigres gorgées dont il faudrait se contenter, alors que la furie (Astoria) surgit, perce l'échine de son dard supposé venimeux. Verveine inutile, bien capable de rire de sa tentative pathétique si la situation avait été différente. Elle n'eut en réponse qu'un sifflement venimeux, à deux doigts de lui sauter à la gorge pour avoir osé interrompre le geste, empêtré dans un instinct primaire qui prenait doucement le pas.

Elle eut certainement de la chance dans son malheur, alors qu'une autre silhouette intervint pour la remettre à l'ordre, patronyme s'échappant de ses lèvres. Haussement de sourcil face à Louis dérobant ce qui aurait dut être proie, retrouvant un élan de lucidité, revers de main s'empressant d'effacer les preuves laissées par ce qui pouvait-être qualifié d’amuse-bouche, rentrant les crocs un tant soi peu apaisés bien que la faim demeure. « Ça suffit. » Intervention avant qu'il n'arrive malheur et donne le ton à un bordel sans nom, alors que les crocs de tous ne quémandent qu'à s’enfoncer, massacre qu'il valait mieux éviter. Toiser la rousse à la seringue qui venait de se faire couper le sifflet, créature qui ne perdrait certainement rien pour attendre, tâchant de mémoriser ses traits, avant d'en revenir au requin qui semble en proie aux vapeurs sanguines. « Reprends-toi, ce n'est pas le moment. » Murmure sec insufflé, loin des sarcasmes lancés à propos de son régime habituel, visiblement perdu dans les bas-fonds de ses propres instincts. Manquer d'ajouter de faire ça discrètement. Réalité que quelques regards se portaient vers nos magouilles, très certainement suspects, n'oubliant pas que Vergile serait capable de lui tirer une balle entre les deux yeux en moins d'une seconde qu'il faudrait pour le dire. Si je fus en partie hors des trajectoires de la chasseresse de par notre duo bancal, ce n'était pas le cas de mon acolyte squale.

Mâchoire qui se crispe, regard se glissant vers les entrailles nocturnes vers lesquelles nous étions amenés à pénétrer avant d'en revenir au groupe abandonné quelques instants plus tôt, n'oubliant pas de garder le requin à l’œil en ne le lâchant désormais plus d'une semelle. « Nous ferions mieux de trouver une sortie au plus vite. » Commencer à devenir claustrophobe dans ses dédales à la chaleur accablante, ne rêvant que d'une ondine fraîche et délicieuse à l'air libre.  


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

WICKED GAME

avatar

conter son règne
[titre de mon champ]: OSSATURE: : 37 [titre de mon champ]: CONTRAT: : Éternel célibataire. Soit l'amour me pourrit au nez ou bien mon âme soeur n'existe tout simplement pas. Ça m'empêche pas de goûter le menu. [titre de mon champ]: BESOGNE: : Maître brasseur. Je fais dans le whisky et la bière. [titre de mon champ]:
[titre de mon champ]: FABLE: : ... Si tu veux parler de tous mes plans culs, ils sont tous réels, love. [titre de mon champ]: ÉCORCE: : 118 ans. Je suis majeur de mon centenaire! [titre de mon champ]: ÉCHINE: : Les O'Kelly sont que des soricers... enfin presque. [titre de mon champ]: PRESTIGE: : Maîtrise des états aqueux, de l'atomisation des liquides et des coeurs de ses chéries. [titre de mon champ]: GANG: : Je suis la brise fraîche qui passe dans une cave lorsqu'on ouvre la porte. [titre de mon champ]: @EFFIGIE: : Chris Pine [titre de mon champ]: BAFOUILLES: : 236 [titre de mon champ]: PACTE: : 18/04/2017



Message
Sujet: Re: #. INTRIGUE (solstice d'été)   Jeu 20 Juil - 5:47


Colin découvre son environnement cauchemardesque.  Il n’en est pas à sa première scène post-apocalyptique. Il réussit à se relever et titube en tenant la main de Rosa qui l’entraine vers un ami qu’il considère comme son frère maintenant. (@Isiah di Conti) Pourtant, tout ce qui l’importe pour le moment se nomme Rosa. L’état paranoïde de son ami ne réussit pas à l’atteindre.
 
Son crâne le fait toujours autant souffrir, mais il parvient à se concentrer sur les détails qui l’entourent. Il constate que Rosa est proche de la crise de nerf, ou plutôt du carnage sanguin. Malgré sa condition d’humain, il réussit lui-même à sentir le sang tout autour d’eux. Il n’a pas de mal à imaginer à quel point ce doit être envahissant pour une créature qui s’en nourrit.
 
Rosa semble être à peine capable de se contenir. C’est alors que l’annonce du tunnel retentit et une idée vient à Colin. Et s’ils s’aventuraient dans le tunnel? Dans la noirceur, les gens vont se perdre, se disperser. Sa dulcinée pourra en choper un ou deux au passage et personne ne s’en rendra compte. Ce sera comme la dernière fois. Il lui donne être repue et après il déguste une Rosa satisfaite qui voudra bien le récompenser.
 
Tout souriant, il fait par de son plan à Rosa en susurrant à son oreille.
 
- Rosa chérie, et si on allait dans le tunnel? En plus de sortir d’ici, tu pourrais t’occuper d’un ou deux égarés sur le chemin?
 
Il débusque un tuyau assez petit décroché du plafond par l'explosion et l’insère dans l’ouverture des portes qui sont restées fermées après l’explosion. En forçant, il réussit à ouvrir assez pour qu’il puisse passer entre et sortir du wagon. Il saute en dehors. Le choc retentit dans son crâne. Il grimace en se massant rapidement le front. Puis comme si de rien n’était, il se retourne en souriant vers Rosa et lui tend la main pour l’aider à descendre du wagon.
 
- Par ici la sortie!
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

DROWN YOUR SOUL

avatar

conter son règne
[titre de mon champ]: OSSATURE: : 43 ans qu'elle arpente le monde, les lunettes de vue sont désormais nécessaires sur les scènes de crime. [titre de mon champ]: CONTRAT: : Célibataire, après deux grands amours, l'un divorcé, l'autre séparée. [titre de mon champ]: BESOGNE: : Lieutenant de police scientifique, montée en grade depuis ses débuts il y a vingt ans. [titre de mon champ]:
[titre de mon champ]: FABLE: : complètement ignorante de tout ce qu'il se passe dans les ombres et les sous-sols, elle veut bien croire à des puissances paranormales, mais ne les cherche pas dans son quotidien (et elle devrait pourtant). [titre de mon champ]: ÉCHINE: : hybride humaine / sirène qui s'ignore et croit qu'elle a simplement la malchance d'être une de ces personnes avec un dessèchement de la peau rapide et élevé. [titre de mon champ]: @EFFIGIE: : lena headey, arté / sign, kat [titre de mon champ]: BAFOUILLES: : 96 [titre de mon champ]: PACTE: : 23/06/2017



Message
Sujet: Re: #. INTRIGUE (solstice d'été)   Jeu 20 Juil - 10:59
L’incertitude se fait jour dans l’esprit de la policière tandis qu’un message grésillant retentit en provenance des hauts-parleurs secoués par l’accident. Si les yeux sont vrillés sur la grille béante qui laisse voir la membrane qui se secoue à chaque plausive, elle reste attentive à tout ce qu’il se passe autour et essaie de comprendre, de mettre bout à bout les informations dont elle dispose. Mais personne encore n’est venu lui annoncer que les créatures surnaturelles pullulaient dans Rome, et tout ce qu’elle voit, ce sont d’éventuels tarés qui utilisent des armes plus ou moins sophistiquées -la seringue la laisse interdite alors qu’elle a des souvenirs d’assassinat par Cosa Nostra qui ont pu être faits à l’injection de cyanure liquide dans les veines du condamné. Les dents grincent et Zola ne sait quoi dire, quoi faire. L’instinct lui hurle de ne pas obtempérer vis-à-vis de l’injonction des hauts-parleurs, mais quel piège cela pourrait-il être alors qu’une bombe a explosé et abîmé le wagon et peut-être le reste de la rame ? Et qui serait assez con pour attendre planqué dans la pénombre des couloirs ? Non, le message doit effectivement provenir du centre de contrôle des transports en commun romains… 

Oui mais, un wagon aussi endommagé que cela, avec des victimes qui se comptent sur les doigts d’une ou deux mains, est-ce qu’on l’abandonne vraiment pour aller avec les survivants dans les couloirs ? Elle voudrait bien retrouver le réseau providentiel qui lui a permis d’appeler les secours, mais il semblerait qu’il n’y a plus rien du tout.

Autour d’elle ça s’agite, certains votent pour mettre les voiles, pour remonter le couloir souterrain et rejoindre la surface par le dédale. D’autres crient, pleurent, restent terrifiés et prostrés dans leur malheur, comme cette jeunette qui appelle sa mère d’une petite voix plaintive. Zola enjambe un corps, pour poser une main protectrice sur l’épaule de la blondinette ( @nunzia baratteri ) et lui intimer d’une voix rassurante et douce : « Eh là, ça va aller, ne t'en fais pas, tu vas la revoir bientôt, ta maman, hein ? » S’occuper de quelqu’un lui permet de garder la tête froide, plutôt que d’essayer d’empêcher certains à s’entretuer. Elle frotte l’épaule et le dos de la demoiselle, -l’enfant- et se tourne vers les autres déjà débout, déjà prêts à foutre le camp, et leur lance : « Faut que quelqu’un reste là avec les blessés, ne serait-ce que pour les rassurer si besoin, s’ils se réveillent, s’ils ne comprennent rien. Si l’un d’entre vous peut assurer cette fonction, je peux venir avec vous : on ne sait jamais s’il y a d’autres charges explosives planquées dans le souterrain… » De ces mots, elle se trahit comme une humaine qui ne sait rien de tout ce monde fantastique qui l’entoure ; une naïve créature lors du solstice d’été ; une ignorante, en d’autres termes. S'ils s'estiment suffisamment prudents, elle restera là, et attendra les secours définitifs. Elle désigne toutefois son sac et indique pour poursuivre : « J'ai une lampe de poche dans mon sac, si l'un de vous veut bien le fouiller pour la prendre, elle pourrait vous être utile. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé
conter son règne



Message
Sujet: Re: #. INTRIGUE (solstice d'été)   
Revenir en haut Aller en bas
 
#. INTRIGUE (solstice d'été)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Sujets similaires
-
» Résumé de l'intrigue
» INTRIGUE #1 ☠ halloween party
» ♣ intrigue oo5.
» la presentation de Solstice de Nuit
» "Une femme d'esprit est un diable en intrigue." [Eléonore - Emmanuelle]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RIGOR MORTIS ::  :: EST :: → METRO-
Sauter vers: