tombeau des lucioles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

DROWN YOUR SOUL

avatar

conter son règne
[titre de mon champ]: OSSATURE: : chagrin entropique, déclin de la chair, deux décennies en deux mois [titre de mon champ]: CONTRAT: : la belle disparue, rogne essentielle, myocarde en deuil, mémoire d'un sourire envolé [titre de mon champ]: BESOGNE: : blue velvet, bar des pouilleux où se proclame la reine, plaque tournante de la glèbe vermineuse, carrefour des jolies raclures [titre de mon champ]:
[titre de mon champ]: ÉCORCE: : 595'y, à l'aube des grandes découvertes [titre de mon champ]: ÉCHINE: : ombre de charon, linceul rubicond, murmure ouaté lorsque sillonne le kraken dans le vestige des condamnés [titre de mon champ]: PRESTIGE: : charme méphitique, tromperie de la chair, glousse le fauve immortel [titre de mon champ]: @EFFIGIE: : cate blanchett (@CARNAVAGE , @LAZARE) [titre de mon champ]: BAFOUILLES: : 821 [titre de mon champ]: PACTE: : 21/12/2016



Message
Sujet: tombeau des lucioles   Dim 25 Juin - 11:52
DORIS
&
SANTO
the sound of silence

Le son du silence.  
Roi sur l’empire minéral, le règne survit au-delà des décades, par-dessous les bagatelles du temps et de l’usure. Les bouquets s’ébrouant de foehn à longueur de fuseau comme un unique tintamarre en cette vaste nécropole. Parfois, l’écho décousu d’un roulis de gravier, les oscillants clapotis augurant triste quidam entre les sépulcrales chrysalides. Le galbe de chair parmi les fantômes d’un âge désuet.

Au domicile des mânes, le marasme s’enchâsse dans l’échine humaine et nielle l’Hafgufa d’une fiévreuse pâmoison.  Le cœur en lipothymie à mesure que s’ébranle l’immuable dans l’ossuaire des éphémères, Doris sillonne, muette, dévorée par quelques mendiantes velléités. Mépris de l’endroit, des carcasses mises en conserve, ce fieffé saumurage. A la préférence des corps dilapidés, noyés jusqu’au plafond de l’écume.  

Pourtant, l’auguste céphalopode est là, dressé parmi les stèles  d’une solennité anthracite. Méconnaissable, la dégaine fastidieuse, la rousseur disparue, blêmie par l’élégiaque discorde jaillie de la désinvolte une décennie plus tôt. Le deuil longtemps oublié, émoi obsolète rangé dans un coin de l’esprit depuis le naufrage maternel.  Des siècles de fantaisie et d’insouciance, jusqu’à ce que sa belle lui fut extorquée. Ivresse de plusieurs vies pour le sublime fauve. Rune, le prénom fait encore écho sous l’ocre toison, pousse le monstre jusqu’au seuil de sa tombe. Sous les quinquets taciturnes, le grenat demeure silencieux, insensible.

Un bouquet frais et chatoyant enlumine la pierre, synonyme d’un pâturage récent jusqu’à ce bestial patronyme. Magyar, se murmure les ogres millésimes, lignée transylvanienne, survivante, les prestigieux sous l’opale, les nobles wendigos. Lignée aujourd’hui éteinte, démantelée. La chute des géants. Doris se refuse encore à l’idée. Amour des croque-mitaines.

Mémoire d’une trogne, de l’étreinte tendre, des baisers chauds contre le labre fragile de sa jolie goule. Au souvenir, l’ossature s’affaisse, rejoins la pierre, l’herbe alentours comme un moelleux linceul.  Sous son manteau corbeau, l’immaculée pose caboche sur le tombeau, scelle paupières. Noirceur léthargique d'une âme en peine.


CODAGE PAR AMIANTE

_________________



HORREUR SYMPATHIQUE
mon âme est fêlée veut de ses chants peupler l'air froid des nuits, au bord d'un lac de sang, sous un grand tas de morts et qui meurt, sans bouger, dans d'immenses efforts.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
tombeau des lucioles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Pourquoi est-ce que les lucioles meurent tellement vite ? - Tombeau de Lucioles
» Quand je t'ai vue, je t'ai reconnue, en toi résonnait mes pas. PV Tombeau des Lucioles
» Quand l'eau ruisselle et que les lucioles dansent
» Route nationale numéro 2 un tombeau à ciel ouvert
» [Mission] Un Tombeau sous l'océan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RIGOR MORTIS ::  :: SUD :: → CIMETIÈRE-
Sauter vers: