(roue du rp) roadgame

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Memento Mori
MAÎTRE DU JEU - FROM HELL
OSSATURE: : carcasse millénaire, vieille branche trainant sa cuirasse à travers les âges. CONTRAT: : âme voyageuse, baluchon de vie. BESOGNE: : oeil vagabond, curieux des fourmis cavalant sous son regard moqueur.
FABLE: : il nargue les diablotins de pacotille, observe leur lutte depuis un olympe ressuscité. querelles dont il se moque. @EFFIGIE: : LΛZΛRE BAFOUILLES: : 363 PACTE: : 19/11/2016



Message
Mer 28 Juin - 17:05
roadgame
(21 JUIN. MINUIT. ROUTE BORDANT LA PLAGE) Sillons d’une voie goudronnée. Les véhicules se font rares lorsque minuit toque aux églises romaines. La plage est déserte de bipèdes. Remous de la mer. Le calme berce les quelques volatiles venus s’échouer le temps d’un repos. Brouillard amenuisant la vision. Gronde un véhicule au loin. Phare unique annonçant l’arrivée d’une moto. Virages pris avec excellence jusqu’au dernier, jusqu’à la silhouette que tu percutes, Theo. Accident. Fracas des métaux, des chairs. Craquent les tissus humains sous le poids du choc. Valsent les corps dans un curieux ballet d’hémoglobine.

Théo. tu es le premier à ouvrir les yeux, à pouvoir constater les dégâts. Ton corps est perforé de quelques débris. Serait-ce de l’argent ou simplement de l’aluminium ?

Selene. que faisais-tu au bord de la route ? Tes plaies sont diverses, ton sang empoisonné se répand au goudron, se rapproche de la silhouette du barbare t’ayant percutée.

(du fait que le rp se déroule le 21 juin, jour du solstice d'été et du dérèglement de la magie et des pouvoirs, votre capacité de régénération est amoindrie)


 
(c) AMIANTE

_________________
compte pnj.
ne pas mp.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Theo Burns
LYCANS - HOWL TO THE MOON
OSSATURE: : 26 ans CONTRAT: : Célibataire BESOGNE: : Infirmier
ÉCORCE: : 78 ans d'existences dans son corps de mi-homme mi-bête. ÉCHINE: : Lycanthrope depuis le premier jour. PRESTIGE: : Toutes celles attribuées au loup-garou incluant aussi une forte intuition et la capacité à savoir ce qui se cache sous leurs enveloppes humaines. GANG: : Bêta de la meute Vinter @EFFIGIE: : Chris Wood BAFOUILLES: : 361 PACTE: : 17/06/2017



Message
Dim 2 Juil - 22:21

ROADGAME
( Selene L. Angelo & Theo Burns )

Overtime. Theo survivait tout juste à cette longue journée de travail. La fatigue ainsi que le solstice d’été dans le corps, il ressemblait à n’importe quel humain lambda. Faible et épuisé. Simple corps humain, il coiffa son casque et grimpa le plus rapidement sur sa moto. Bien qu’il aimait son travail, il préférait de loin être à l’extérieur. Entre l’air frais et l’air à l’antiseptique, le choix n’était pas difficile. En quelques secondes, il attrapa la limite de vitesse permise sur cette nouvelle route et profita de celle-ci peu fréquentée pour la dépassée.  10km/h ou 20km/h de plus, ça ne devrait pas changer grand-chose vue qu’il n’y avait littéralement personne.

L’air flattait son corps vêtu de sa veste cuivrée noire tandis que ses yeux bleutés admiraient le début de la plage. Ça veste dont la fermeture éclair n’avait pas été fermée flottait sous l’effet du vent. L’infirmier n’avait pas passé ici depuis longtemps à cause des rénovations bloquant la route. La beauté du paysage lui manquait. L’air, légèrement saline, lui manquait. L’endroit, au complet, lui manquait. Perdu dans ses pensées, il en oubliait presque qu’il conduisait. D’un coup de volant rapide vers la droite, il esquiva la voiture lui étant apparu au visage. Fier de sa déviation, il retourna la tête vers l’arrière afin de regarder l’objet qui aurait pu causer sa mort défiler plus loin. N’ayant même pas le temps de remettre le regard dans la bonne direction, Theo s’envola. Pirouette dans les airs, un autre corps volait avec lui. De façon abstraite, ça aurait pu être romantique. Deux corps s’envolant ensemble, sauf que dans ce cas-ci, ça allait faire mal. Les deux corps en sang finnisèrent par retomber sur le sol, puis la moto à son tour. Les trois aussi dispersés étaient en piteuse état.

Quatre ou cinq minutes devaient s’être écouler sans que Theo ne réagisse à quoi que ce soit. C’était compréhensible, sa tête avait subi un méchant coup. Puis, de sa gueule sorti un puissant chiale de douleur. Une pièce en argent de sa moto s’était logée profondément dans sa cuisse. Oh que oui, ça brulait. Il roula sur le ventre et rampa jusqu’à son sac à dos. Le sol était couvert de flaques rougeâtres dont Theo tentait d’éviter le plus possible. Fouillant rapidement dans ses choses, il y sortit sa trousse de soins et s’assied à côté. Sortant les outils nécessaires, il entailla plus grandement la plaie afin de pouvoir y glisser la pince. Ses dents grincèrent entre elles, son visage se plissait de douleur. Lorsque la pince arriva à saisir le morceau, Theo râla bruyamment de douleur. Il le tira hors de son corps sentant le brulement contre les parois de l’entaille. Enfin terminé, il lança le morceau dans la direction de l’autre corps. L’autre corps? Le loup l’avait oublié. Il tira deux bouts de tissus de son sac et en appliqua un sur sa plaie pour éviter l’hémorragie. Toujours en exerçant la lourde pression sur l’ouverture, il se leva avec embarras sur ses deux pieds. Un pied devant l’autre, dans la direction de jeune femme, il valsait difficilement entre les taches rouges sur le sol. La douleur le rongeait toujours et la cicatrisation ne se faisait pas aussi bien qu’à l’habitude.

En avançant, Theo huma l’air. L’air qui devait sentir l’océan, l’eau ou bien la plage, avait maintenant saveur d’hémoglobine. Habitué des odeurs du sang, celui-ci était différent. Assez différent pour en comprendre qu’il n’avait pas affaire avec une humaine. De plus, le loup-garou faisait partie des Vinters et son intuition confirmait la théorie. Encore à quelques mètres de l’être surnaturel dont il n’en savait pas encore la nature, il y voyait les blessures par-dessus blessures. Aussi altruiste que l’infirmier fût, c’était son devoir de l’aider.

Sans vraiment y penser, il s’apprêtait à poser ses mains dénudées de gants sur les plaies empoisonnées.
code by hanska.


Dernière édition par Theo Burns le Lun 3 Juil - 3:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Selene L. Angelo
SIRÈNES - DROWN YOUR SOUL
OSSATURE: : 20 ans....à jamais, à partir de cet instant où elle a goûté à ce sang. La morsure... le sang... la chair... Du sang... encore du sang... Toujours du sang... C'est le sang d'un vampire, de cet homme important pour elle, qui stoppe son horloge à ses 20 ans. Sans le met pourpre, elle pourrait se changer en sel, statut friable dans le souffle du vent. C'est la contrepartie de ce plaisir malsain. CONTRAT: : Célibataire... BESOGNE: : Etudiante en littérature et LEA Anglais / Serveuse dans un petit café pendant ses heures libres @Tumblr
FABLE: : Son instruction sur les sirènes est en cours avec son mentor... Les vampires grâce à Maxwell... Les lycans par des relations hasardeuses... ÉCORCE: : 21 ans ÉCHINE: : Sirène/Polpo (Lil'Octoppy) PRESTIGE: : Sang empoisonné, nectar dangereux pour quiconque veuille s'en nourrir (dû à son espèce) ; variance de l'iris (dû à sa double personnalité) ; régénération, hypnose, séduction, voix enchanteresse que serait une sirène sans ces quelques facultés GANG: : Son allégeance devrait revenir à la reine; pourtant son mentor l'a éloignée de la royauté, ne la tenant informée que du strict minimum. Reniant ainsi son allégeance, elle ne suit qu'elle et les principes de son mentor @EFFIGIE: : Ana de Armas, @Shury / Signature : @Shury BAFOUILLES: : 305 PACTE: : 12/02/2017



Message
Dim 2 Juil - 23:05


Roadgame
Mourir est tout au plus l'antonyme de naître, L'antonyme de vivre reste à trouver


Le 21 juin …. chaque année, à cette date, mon corps chauffe. La sirène veut sortir, faire des ravages. Séduire... hypnotiser... Manger... Dévorer... Halètement suffocant... Je sors de ma maison... Je dois manger... j'ai faim... l'envie dévorante envahit mon être... La sirène part sur les routes telle une marionnette guidée par l'appel de la chair. La nature monstrueuse reprend son droit dans les chairs tendres de la jeune femme. Souvent, ce jour, je prends un congé … loin des clients, loin des hommes... Nourriture tellement tentante.... Viandes sous mes dents... Carnage organique...Déambulation éphémère dans le brouillard de la nuit... L'éclat de la lune pâle regarde la scène... Corps perdu le long de la route... Au loin, le bruit solitaire d'un moteur... je n'y fais pas attention... mon regard porte vers la mer invisible mais audible... je pense à mon prochain festin qu'elle va accueillir dans ses entrailles. Le grondement et la lumière augmente.... Tellement que je me tourne vers le bruit. Mon regard argenté voit le véhicule le percuter. Les bras au devant de mon visage, je me retrouve propulser quelques mètres plus loin. La douleur englobe mon échine... Une plaie sur ma main... je l'observe, le regard trouble... Elle ne se referme pas aussi vite que d'habitude. Mon sang … liquide carmin... se répand autour de moi... comme une fleur s'épanouissant dans l'espace. Je bouge ma tête vers la silhouette non loin... mon meurtrier ? Un rire s'élève dans mon esprit... Le maudit aqueux chemine vers lui... qui de lui ou moi est un meurtrier ? Ma pensée s'égare vers la personne qui, maintenant, compte le plus pour moi. « Max... » Le voile sombre de l'inconscience tombe sur mes paupières.

Une silhouette se profile au loin... Je souris avec bonheur alors que je me dirige vers elle. Les traits encore flous... mais au fond de moi, je la connais. La sirène et l'humaine la reconnaissent. Œil droit vert, œil gauche argenté. Cette rencontre du hasard... qui pourtant lui a tant apporté. Cette personne qui l'a accepté comme une unité. Je me rapproche... étrangement ses traits ne se clarifient pas. Le bonheur de la voir se transforme en peur quand je la vois disparaître peu à peu. Tendant le bras... courant en avant... la peur... la perte... s'inscrivent sur mon visage. N-no.... non ! Ne pars pas ! Ne me laisse pas ! Je m'étais pourtant promise de profiter du temps qui m'était accordé... de ne pas demander plus que ce qu'il voulait bien me donner. Mais je ne peux m'en empêcher … je souhaite plus de souvenirs à ses côtés. Beaucoup plus... Je t'en prie... ! Le désespoir commence à s'emparer de mon cœur en même temps qu'une froideur s'infiltre dans mes entrailles. Je me mets à courir après lui. Maxwell ! Le cri sort de mes lèvres, meurtries de douleur. Douleur ? Je m'arrête pour regarder mes bras qui se couvrent de blessures... et que le sang s'écoule abondamment autour de moi. Je relève les yeux pour voir la silhouette partir dans le brouillard. Je tombe sur mes genoux... au milieu de la mare rougeâtre. Le regard brouillé de larmes, les bras tendus vers l'avant... appelant un souvenir.

La douleur reprend le pas sur mon inconscience. J'ouvre mes paupières lourdes, des larmes de douleur coulant. Je tombe alors sur un homme qui s'apprête à me toucher. Malgré mes blessures multiples, pour certaines profondes, je recule tant bien que mal.

Non ! Non ! Ne me touchez pas ! Restez loin ! Ne vous approchez pas !

Mon cri sort de mes lèvres meurtries, écho de mon rêve. Mes personnalités se mélangent, ne savant pas comment gérer la situation. La sirène veut se venger alors que l'humaine veut le protéger. Je lève mes bras mais je tente de ne pas le toucher. Un douleur plus aiguë se fait sentir quand je vois un objet long planté sur mon côté droit, me traversant de part en part. Je le regarde alors que mon regard vert se change en argent. Je l'attrape et je le tire de moi. J'attends que ma régénération se fasse mais rien ou trop lentement. Je commence à paniquer. Que m'arrivait-il ? Pourquoi ça ne guérissait pas ? Je regarde l'homme encore, me tenant assez loin.

Qu'avez-vous fait ? Que m'avez-vous fait ?


egotrip




Rappel:
 

_________________

♠️ Lil'Octopy ♠️
(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Theo Burns
LYCANS - HOWL TO THE MOON
OSSATURE: : 26 ans CONTRAT: : Célibataire BESOGNE: : Infirmier
ÉCORCE: : 78 ans d'existences dans son corps de mi-homme mi-bête. ÉCHINE: : Lycanthrope depuis le premier jour. PRESTIGE: : Toutes celles attribuées au loup-garou incluant aussi une forte intuition et la capacité à savoir ce qui se cache sous leurs enveloppes humaines. GANG: : Bêta de la meute Vinter @EFFIGIE: : Chris Wood BAFOUILLES: : 361 PACTE: : 17/06/2017



Message
Lun 3 Juil - 4:32

ROADGAME
( Selene L. Angelo & Theo Burns )

Commençant à s’accroupir au-dessus de la jeune inconsciente, elle ouvra ses paupières plongeant son regard dans le mien. Puis d’un coup, elle s’affola avant que l’infirmer la touche. « Non ! Non ! Ne me touchez pas ! Restez loin ! Ne vous approchez pas ! » Le trouvait-elle si répugnant? Tout ce qu’il voulait, c’était l’aider. « Ne t’en fait pas, je suis infirmier. » Il avait parlé avec tant de conviction que n’importe qui aurait pu être soulagé. Après tout, étant infirmier il se devait de bien savoir parler aux patients. Il passa le revers de sa main libre sous son propre menton pour essuyer le sang qu'il sentait couler. « Je mets des gants et je t’enlève ça! » Avait-il dit avec une tonalité de voix qui diminuait la gravité de la chose. Encore en panique, elle reculait tant bien que mal de s’éloigner de l’altruiste. Theo se remit à genoux devant elle, puis, en seule seconde, les prunelles de la femme changèrent de couleur. Dans un élan de colère ou bien de rage, elle arracha le morceau de son corps. Theo assistait au spectacle sans cligner les paupières. Elle non plus ne semblait pas cicatriser. Peu importe la créature qu’elle était, elle subissait le même sort que le lycanthrope. Pour faire preuve de sang-froid, il enfila ses gants bleus en faisant claquer le bout des poignets. Theo était tellement têtu. Tout ce qui venait de se passer était de sa faute et il avait le pouvoir d’en régler une bonne partie. Bref, il reprit le bout de tissus qu’il avait laissé tomber pour mettre ses gants et le lança à la créature qui avait rajouté de la distance entre lui et elle. « Appuie sur l’ouverture avec ça, ça devr… » Il n’eut pas le temps de terminer, la sirène l’interrompit. « Qu'avez-vous fait ? Que m'avez-vous fait ? » Choqué par ce qui se passait, il en diminua inconsciemment la pression sur sa propre plaie ce qui lui dessina une longue ligne rouge sinueuse sur sa cuisse. « C’était un accident. Je suis vraiment désolé. » Ne sachant plus trop quoi faire, il leva la tête vers le ciel étoilé. Bon dieu sait qu’il n’était pas croyant, mais ce geste lui permit de reprendre ses esprits. « Y’a-t-il quoi que ce soit que je peux faire pour t’aider? » Il sentait la jeune femme très réfractaire à recevoir de l’aide.


Spoiler:
 
 
code by hanska.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Selene L. Angelo
SIRÈNES - DROWN YOUR SOUL
OSSATURE: : 20 ans....à jamais, à partir de cet instant où elle a goûté à ce sang. La morsure... le sang... la chair... Du sang... encore du sang... Toujours du sang... C'est le sang d'un vampire, de cet homme important pour elle, qui stoppe son horloge à ses 20 ans. Sans le met pourpre, elle pourrait se changer en sel, statut friable dans le souffle du vent. C'est la contrepartie de ce plaisir malsain. CONTRAT: : Célibataire... BESOGNE: : Etudiante en littérature et LEA Anglais / Serveuse dans un petit café pendant ses heures libres @Tumblr
FABLE: : Son instruction sur les sirènes est en cours avec son mentor... Les vampires grâce à Maxwell... Les lycans par des relations hasardeuses... ÉCORCE: : 21 ans ÉCHINE: : Sirène/Polpo (Lil'Octoppy) PRESTIGE: : Sang empoisonné, nectar dangereux pour quiconque veuille s'en nourrir (dû à son espèce) ; variance de l'iris (dû à sa double personnalité) ; régénération, hypnose, séduction, voix enchanteresse que serait une sirène sans ces quelques facultés GANG: : Son allégeance devrait revenir à la reine; pourtant son mentor l'a éloignée de la royauté, ne la tenant informée que du strict minimum. Reniant ainsi son allégeance, elle ne suit qu'elle et les principes de son mentor @EFFIGIE: : Ana de Armas, @Shury / Signature : @Shury BAFOUILLES: : 305 PACTE: : 12/02/2017



Message
Lun 3 Juil - 20:29


Roadgame
mourir est tout au plus l'antonyme de naître, l'antonyme de vivre reste à trouver


Perdue dans la douleur, sonnée par le choc, je regarde l'homme en face de moi. Il ne fallait pas qu'il me touche surtout pas. Sinon la mort l'appellerait aussi rapidement que celle qui a emporté ma famille adoptive. Je m'éloigne lui criant de ne pas me toucher. Il a alors précisé qu'il était infirmier... avec tant de conviction. Toute son application part en fumée, mon visage ne reflète actuellement que l'horreur de la situation. Pour le moment, il ne devait en aucun cas me toucher avec quelque chose ou sans rien. Il suffit d'une goutte, aussi infime qu'elle soit, pour qu'il tombe à mes pieds sans vie. Je vois sur lui des blessures pour lesquelles il devrait porter son attention aussi. La douleur embrouille encore mes pensées. La sirène veut sortir... tentant de se retenir encore un temps pour permettre à l'homme de s'éloigne. Mais il ne semble pas comprendre.... en même temps si je ne lui explique pas... la panique me submerge alors que je m'éloigne de lui.

D'une voix légère, il me signale qu'il allait mettre des gants... qu'est-ce que cela changerait ?? Rien, absolument rien. Bougeant encore, la douleur perçant mes chairs, je comprends vite que j'avais un morceau figé dans mon corps. J'observe ce que je trouve en moi, dans mes plaies ensanglantées, un objet plongé dans mon échine. Il s'agenouille devant moi, prêt à m'aider. La sirène se déchaîne, n'acceptant pas l'aide d'un humain. Se rebellant, elle ressort. Les yeux argents observent avec rage l'objet avec de s'en saisir pour le sortir de mes entrailles. La douleur me fait hurler. Mon cri résonne dans la nuit. Reprenant pied, en fermant fort des yeux, je regarde ma plaie. Faisant fi que c'était peut être un humain, voire même un chasseur, j'attends ma cicatrisation.... que ne se fit pas. Que se passe-t-il ? Pourquoi ? J'entends un petit claquement non loin. Relevant le regard sur l'homme, que faisait-il ? Je ne veux pas qu'il me touche cet humain ou je le bouffe ! Refermant un œil sous la douleur de mon mouvement vif,  je recule encore en attrapant le tissu qu'il me lance. Perplexe, je regarde mes blessures qui ne se referment pas. Pourquoi ? Qu'avait-il fait ? J'exprime directement ma pensée. Je vois le choc passé sur son visage... un filet de sang descendre d'une blessure que je n'avais pas remarqué... L'odeur sanguine paralysant mes sens...

Levant la tête vers le ciel étoilé, il s'excuse relatant un accident. Le choc et la parole de l'homme fait reprendre le contrôle de sa personnalité la plus douce. Le regard vert, larmoyant, le regarde pendant qu'il me demande comment il peut m'aider. Toutefois, il ne pouvait rien faire. C'était soit je guérissais, soit je mourrais. Et la seconde option ne me semble pas envisageable.

Vous ne pouvez rien faire, à moins que vous ne souhaitiez mourir. Mon sang est … comment dire... dangereux ? Je ne sais pas comment vous l'expliquer... Je sais que ça peut être étrange... un humain... heum... je veux dire...

J'essaie d'expliquer mais comment le dire... si c'est un humain, il aurait peur ou alertera les autorités ou me prendra pour une folle. Chaque phrase est sortie avec douleur. J'halète sous la géhenne. Je grince des dents pour me placer un peu mieux. Observant mon corps couvert de blessures, mes vêtements déchirés... déjà bien légers... Je regarde ensuite la personne en face de moi, la main portée sur ma blessure béante. Le sang s'écoule à flots, je tente de me concentrer pour ne pas qu'il n'aille partout. Je vois sa cuisse dans le même état que mes côtes.

Vous devriez vous soigner.... Vous en faites pas pour moi.

Malgré mon apparente phrase, au fond, la panique s'immisce dans toutes les cellules de mon corps. Mon regard change encore. Je ne sais plus sur quel pied danser... Argenté, je regarde les étoiles alors que je tente de me lever avec difficulté pour me rapprocher d'un appui pour mon dos. Analysant mes plaies, je me parle... déboussolée, sous la douleur.

Pourquoi ? … Pourquoi ça ne cicatrise pas ? Je me suis pourtant nourri, hier... Ça ne devrait pas. Pourquoi ?

J'en oublie de me cacher aux yeux des autres... de protéger mon identité. Humain ? Chasseur ? Autres races ? Qu'importe pour le moment, je ne vois que ma survie. Pourtant, ça pourrait être grave si en face de moi, c'est un ennemi. J'entends le chant de la mer, de l'océan.. maintenant que mon esprit recommence à se focaliser petit à petit sur la réalité. L'océan, mon domaine, mon élément... peut être que lui m'aidera. Je me relève avec difficulté, appuyant sur ma plaie... oubliant présentement la personne avec moi, pour me diriger lentement vers l'endroit où je pourrais atteindre l'eau.

egotrip




HRP:
 

_________________

♠️ Lil'Octopy ♠️
(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Theo Burns
LYCANS - HOWL TO THE MOON
OSSATURE: : 26 ans CONTRAT: : Célibataire BESOGNE: : Infirmier
ÉCORCE: : 78 ans d'existences dans son corps de mi-homme mi-bête. ÉCHINE: : Lycanthrope depuis le premier jour. PRESTIGE: : Toutes celles attribuées au loup-garou incluant aussi une forte intuition et la capacité à savoir ce qui se cache sous leurs enveloppes humaines. GANG: : Bêta de la meute Vinter @EFFIGIE: : Chris Wood BAFOUILLES: : 361 PACTE: : 17/06/2017



Message
Mar 4 Juil - 5:35

ROADGAME
( Selene L. Angelo & Theo Burns )

Lui ayant offert son aide à plusieurs reprises, Theo lui demanda donc ce qu’il pouvait faire pour elle. C’était presque la même chose, mais indirectement dit. Il faut savoir parler à ses bêtes têtues qui refusent qu’on les soigne. Après tout, toutes les créatures surnaturelles ne chérissent pas l’idée de se faire panser par un humain aux nombreux risquent qu’ils comportent. Tous ces monstres qu’ils sont, ils ont tous leurs secrets. « Vous ne pouvez rien faire, à moins que vous ne souhaitiez mourir. Mon sang est … comment dire... dangereux ? Je ne sais pas comment vous l'expliquer... Je sais que ça peut être étrange... un humain... heum... je veux dire » Bien sûr que non, Theo n’était pas suicidaire.

Même si ses parents l’avaient préservé de leur mieux du reste du monde surnaturel et de ses atrocités, Theo s’approchait quand même de la quatre-vingtaine et avait fini par rencontrer des êtres spéciaux de toutes sortes. Pour la première fois, il avait affaire à une sirène-poulpe selon les informations que laissaient difficilement s’écouler la bouche de cette dernière. Son don lié au Vinter avait détecté qu’il s’agissait d’une sirène, mais le sang dangereux avait éclaircit le reste. Cette espèce n’était encore qu’une légende à ses yeux jusqu’à présent. Il en entendait plusieurs les décrire, mais il n’en avait jamais vu.

Bref, pour ce qui en était de Theo, il allait falloir qu’elle creuse plus loin pour savoir quelle bête se cache sous son enveloppe charnelle.

« D’accord, je ne forcerai pas la note pour vous toucher », c’était-il permit d’humoriser en étouffant un petit rire taquin. C’est genoux commençant eux aussi à s’irriter sur le sol, il allongea ses jambes en avant de lui. « Oh putain! C’est pas jolie hein? » Ses yeux d’un magnifique bleu en était hypnotisé par l’ampleur de la blessure et la lenteur de sa guérison. Il leva seulement ses prunelles vers la sirène puis les redéposa sur le même objectif qu’elle avait, le sang sur la cuisse du loup. « Vous devriez vous soigner.... Vous en faites pas pour moi » Il hocha lâchement la tête faisant semblant qu’il abandonnait l’idée de l’aider. Têtu ce loup, non? S’étirant le bras disponible, il prit dans sa trousse une aiguille et un fil. On y va à la bonne vieille méthode. Après avoir fait le nœud au bout de l’aiguille fabriquée d’un alliage de fer et d’argent, il n’hésita pas à lui faire pénétrer sa peau. L’argent lui brulait la plaie à chaque fois qu’elle y entrait, mais il devait faire avec ce qu’il avait. « Argghh! », échappa-t-il de douleur. Tandis qu’il continua, il sortit de son autre main, qui n’avait plus besoin de tenir le tissus, son téléphone portable heureusement encore intact. Rapidement, il appuya sur l’écran de son téléphone intelligent afin de demander à un bon ami de se meute de passer le prendre. Un petit texto confirmant qu’il serait là dans peu de temps le rassura.

« Pourquoi ? … Pourquoi ça ne cicatrise pas ? Je me suis pourtant nourri, hier... Ça ne devrait pas. Pourquoi ? » La sirène avait le même problème que lui. Coïncidence des astres probablement. Un autre point attira l’attention du loup qui leva alors la tête. Je me suis pourtant nourri, hier. Beurk?! Elle devait s’en être pris à n’importe qu’elle personne pour seulement en satisfaire ses besoins. Si seulement toutes les bêtes de son espèce étaient aussi conscientisées que Rosa. Rosa! L’écho de son prénom entre ses deux oreilles vint lui sonner une cloche. Il avait peut-être une idée qui serait salvatrice pour la blessée. Il redescendit les yeux pour finir le dernier point de suture, mais lorsqu’il prit l’initiative de se lever, il vit la jeune femme prendre direction vers l’océan. « Hé toi, attend! J’ai un truc à te proposer… » Il laissa le suspense se prolonger tandis qu’elle ne s’était toujours pas tournée. Faisait-elle la sourde d’oreille? S’en foutant royalement, il savait qu’elle l’entendait. À cette distance, n’importe quel humain pouvait l’entendre. « J’ai un pote qui vient me ramasser et me rapporte chez moi. J’ai de la place pour toi et un peu de ton… » Il prit une pause. « de ton type de bouffe que je garde pour une amie. » Theo avait-il finalement piqué sa curiosité? « Ne me pose pas trop de questions et mon ami en fera de même. » En même temps, il espérait que sa solution soit la bonne. Lui donner ce qu'elle a besoin pour préserver sa beauté et rester en vie allait probablement aider la guérison. Du sang.

Finalement debout, il tourna la tête vers la route puisque son ouïe fine entendait la voiture s’approcher. « Alors… t’embarques? » Theo savait que c’était un choix difficile. Jamais il n’aurait suivi à l’aveuglette un inconnu. Pourtant, c’est ce qu’il lui demandait de faire. Les choix de chacun sont différents et dépendent tous du vécu de l’être en question. Oui ou non? Et si elle sautait vraiment dans la gueule du loup…



Spoiler:
 
 
code by hanska.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Selene L. Angelo
SIRÈNES - DROWN YOUR SOUL
OSSATURE: : 20 ans....à jamais, à partir de cet instant où elle a goûté à ce sang. La morsure... le sang... la chair... Du sang... encore du sang... Toujours du sang... C'est le sang d'un vampire, de cet homme important pour elle, qui stoppe son horloge à ses 20 ans. Sans le met pourpre, elle pourrait se changer en sel, statut friable dans le souffle du vent. C'est la contrepartie de ce plaisir malsain. CONTRAT: : Célibataire... BESOGNE: : Etudiante en littérature et LEA Anglais / Serveuse dans un petit café pendant ses heures libres @Tumblr
FABLE: : Son instruction sur les sirènes est en cours avec son mentor... Les vampires grâce à Maxwell... Les lycans par des relations hasardeuses... ÉCORCE: : 21 ans ÉCHINE: : Sirène/Polpo (Lil'Octoppy) PRESTIGE: : Sang empoisonné, nectar dangereux pour quiconque veuille s'en nourrir (dû à son espèce) ; variance de l'iris (dû à sa double personnalité) ; régénération, hypnose, séduction, voix enchanteresse que serait une sirène sans ces quelques facultés GANG: : Son allégeance devrait revenir à la reine; pourtant son mentor l'a éloignée de la royauté, ne la tenant informée que du strict minimum. Reniant ainsi son allégeance, elle ne suit qu'elle et les principes de son mentor @EFFIGIE: : Ana de Armas, @Shury / Signature : @Shury BAFOUILLES: : 305 PACTE: : 12/02/2017



Message
Jeu 6 Juil - 0:15


Roadgame
mourir est tout au plus l'antonyme de naître, l'antonyme de vivre reste à trouver


Avec une touche d'humour, il me rassure sur le fait de ne pas me toucher. Je fais un semblant de sourire où l'ombre de la douleur cohabité. Ma main toujours appuyé sur mes côtes déchirées se colore de rouge alors qu'il commente la situation ? La blessure ? Je ne savais pas trop … Son regard porté vers la blessure, je compris de suite. Je porte mon regard au loin. Oui, ce n'était pas jolie... en plus, ça me fait mal... Je ne sais pas encore comment je garde conscience. Ma nature doit être sacrément résiliente pour tenir ainsi... Cela va-t-il durer ?

Je porte mon regard sur sa blessure lui précisant de se soigner. Malgré la gravité de mon état, je préfère qu'il se soigne pour ne pas qu'il s'occupe de moi et ainsi s'empoisonner. Mon esprit est embrouillé par la douleur. Je le vois hocher la tête pour me signaler que c'est ce qu'il allait. Je soupire alors de soulagement. Je le regarde s'étirer pour attraper une trousse de secours ? Ne m'avait-il pas dit qu'il était infirmier ? Il semble vraiment équipé même au cœur de la nuit. Est-il passionné par son métier ? Je me pose des dizaines de questions pour rester éveillée.. ne pas sombrer. La panique submergeant peu à peu mon être, je regarde le ciel étoilé pendant que ma sirène sort alors que l'homme en face lâche un son de douleur. Je le regarde alors pour le voir se recoudre la plaie avec une aiguille brillante. Je l'observe un moment, hypnotisée par sa brillance qui se ternit par le sang. Appuyée sur le mur, je porte enfin mon regard sur mon état... assez critique... surtout au vu de la quantité de sang qui s'était écoulée. Me rappelant de la mare de sang m'entourant dans mon songe, où je voyais …. Ne pas y repenser ! Pas maintenant ! Je vois les diverses coupures sur mon corps. Les vêtements sont à jeter. Aucune des autres blessures n'est aussi grave que celle que je maintient. J'exprime mon incompréhension de pleine voix. Normalement j'aurais dû être soignée, mettre remise en chemin vers ailleurs. Il semblerait que le destin ne veut pas me laisser tranquille pour aujourd'hui. Est-ce que cela fait partie des choses anormales qui m'arrive le 21 juin ? Une chaleur étouffante... une faim insatiable.... et maintenant, un ralentissement de la cicatrisation. Une régénération amoindrie ? C'est assez dangereux. Il faudra que je m'en souvienne pour les années à venir, si c'est une conséquence de ce jour... enfin si je m'en sors. Par ailleurs, qu'est ce que le 21 juin a de particulier ? A force de me poser des questions, je commence à reprendre mes esprits, bien que la douleur borde encore mon cerveau et mon corps. C'est là que j'entends la mer.... L'océan qui n'est pas très loin. Poséidon m'appelle. Je veux aller me réconforter dans ses bras. Pleurer auprès d'Amphitrite ma douleur. Je me relève, appuyant sur ma plaie, et je marche difficilement... lentement.... secouée de tremblements de douleur. Je ne fais que suivre l'écho des vagues.

La voix de l'homme perce mon rêve marin... il veut me proposer un truc ? Il ne voit pas que je ne suis pas dans un état qui me permet de faire quoique ce soit ? Ce n'est pas comme si j'allais me retourner pour sauter de joie et lui dire « génial ! Qu'est-ce que c'est ? » Non vraiment pas. N'étant pas si loin, j'entends la suite.. même si je continue de me diriger vers l'océan. Super ! Un pote vient le chercher et qu'est-ce que ça a avoir avec moi ? La géhenne est trop présente dans mon corps pour que je puisse me permettre de faire mon arrogante actuellement. Donc je n'en pense pas moins mais mes lèvres restent closes pour ne pas laisser échapper mes cris et mes halètements de douleur et de souffrance. Mais la suite de son discours m'intrigue de suite, me stoppant dans mon avancée. Je me retourne lentement... Mon type de bouffe ? Il se fiche de moi ? Il est mon type de bouffe.... Se propose-t-il comme repas ? Tout comme son ami peut très bien être mon type de nourriture ! Il est complètement inconscient ? Mais surtout pourquoi je m'en soucis ? Ce n'est qu'un humain... ce n'est que de la nourriture de toute façon... Je bâillonne mon sentiment humain qui me pousse à la bonté vers les hommes. Actuellement, je n'ai juste besoin que de me nourrir non ? Il a réussi à me détourner de mon objectif premier. Les yeux brillants, je le regarde analysant... la possibilité qu'il puisse savoir qu'elle était ma nourriture.. à moi... une sirène. A moins … à moins que ce ne soit un chasseur ? … Impossible il m'aurait tué directement... sans passer par la case « j'ai de quoi te nourrir ». Je hoche la tête pour ne pas trop poser de questions... de toute manière, je n'avais pas envie de parler plus qu'il n'y fallait. Je fais taire chaque pensée qui me venait. Chaque question qui m'envahit et que je n'hésitais pas à poser, seront tues. Mais je sais qu'au fond, je demanderai des réponses plus tard... et j'en exigerai les réponses.

Il tourne la tête vers une route vide... Je le regarde perplexe avant de voir une voiture s'arrêter à sa hauteur. Il l'avait entendu avant qu'elle n'arrive. Je l'observe intensément... Il n'était en fait pas si humain que ça... il semblerait... La méfiance reprend le contrôle. Qui est-il vraiment ? Il me propose d'embarquer... Je continue d'observer …. Devrais-je suivre cet inconnu ? …. Mais en même temps, s'il n'était pas humain... sait-il réellement ce qu'il me fallait pour survivre ? Peut-il vraiment m'aider ? Je tourne la tête vers l'océan respirant l'air marin... J'avais déjà fais confiance à un parfait inconnu et cela s'est révélé être une rencontre extraordinaire.... mais en même temps, ma vie n'était pas en jeu. Je reporte mon attention sur ma blessure... c'est pour le moment la seule solution... peut être pas la meilleure d'un point de vue sécuritaire ou du moins pour mon intégrité ... mais j'espère, au fond, qu'il allait vraiment m'aider... En même temps, il ne me l'aurait pas proposer sinon. Je lève la tête vers lui et la portière ouverte avant de faire un premier pas vers l'inconnu... encore une fois, je me jette dans le danger …. ou peut être pas ? Je monte dans la voiture saluant l'autre personne avant qu'une effluve me prenne au nez...une odeur remplissant l'habitacle... un parfum boisé. Je connaissais cette odeur ! Les lycans ! Me raidissant dans le fauteuil arrière,  je ne bouge plus trop les regardant à tour de rôle. Un murmure échappe de mes lèvres.

Loups....

Je ne sais plus trop si j'avais bien fait maintenant... de plus, ils devront changer de voiture... Comment allaient-ils nettoyer le sang empoissonné que je mettais un peu partout sans le toucher... Tout à coup, je pense aux personnes qui devront s'occuper de nettoyer la route... Y allait-il avoir un hécatombe ? Une fugace sourire sadique apparaît sur mes lèvres... avant que je ne repense à ma situation actuelle... coincée avec deux loups.

egotrip



_________________

♠️ Lil'Octopy ♠️
(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Theo Burns
LYCANS - HOWL TO THE MOON
OSSATURE: : 26 ans CONTRAT: : Célibataire BESOGNE: : Infirmier
ÉCORCE: : 78 ans d'existences dans son corps de mi-homme mi-bête. ÉCHINE: : Lycanthrope depuis le premier jour. PRESTIGE: : Toutes celles attribuées au loup-garou incluant aussi une forte intuition et la capacité à savoir ce qui se cache sous leurs enveloppes humaines. GANG: : Bêta de la meute Vinter @EFFIGIE: : Chris Wood BAFOUILLES: : 361 PACTE: : 17/06/2017



Message
Dim 9 Juil - 23:18

ROADGAME
( Selene L. Angelo & Theo Burns )

Elle avait suivi. Comme une jeune femme naïve, elle entrait par la portière arrière que Theo gardait ouverte. Bien assise, il glissa un regard vers le bas pour vérifier qu’il pouvait fermer la porte et le fit aussitôt. Avant d’ouvrir la sienne et de s’asseoir, il se pencha pour observer l’énorme plaie qui gravait toujours sa cuisse. Le sang coulait et coulait sans ralentissement dans son débit. Ça en avait même taché la fin de son short. Sans le bout de tissus, il posa sa paume sur la plaie pour réduire le sang afin de ne pas aggraver l’état de la voiture. Elle était déjà couverte de sang séché et quelques touffes de poils pouvaient avoir été oublié lors du dernier passage de l’aspirateur.  En bref, cette voiture n’avait jamais été acheté dans le but d’être un modèle de collection. Elle nous dépannait dans ces cas-ci par exemple. Maintenant tous dans la voiture, Theo fit une courte salutation de la main au chauffeur, son ami, puis descendit la fenêtre afin de prendre l’air. La fatigue commençait à prendre le dessus sur son corps d’humain faible. Étant plutôt muet durant tout le trajet, ses prunelles n’arrêtèrent jamais de se reposer pendant des incontrôlables cinq minutes. Toujours pas arrivé, Theo tourna les épaules vers le milieu de la voiture pour mieux voir la brunette. « Ça va derrière? Tu survies? » Oui, on pouvait se permettre de dire qu’ils étaient en situation de survie. Habituellement, leurs plaies à chacun auraient dû se mettre à cicatriser depuis longtemps. Son teint était si pâle qu’il ne fallait pas être un géni pour comprendre que son corps réclamait sa nourriture, sa source de vie. « Il ne reste plus longtemps avant qu’on arrive. Tient bon. » Elle passait directement avant sa propre santé. Pourquoi? Aucune idée, c’était dans son tempérament. Altruisme jusqu’au bout de ses orteils, il en était ainsi.

« Tu pourrais accélérer un tout petit peu, s’il-te-plait? », dit-il à voix basse à l’autre loup. Le trajet lui avait paru prendre une éternité. « Si tu regardais plutôt en avant au lieu de ta copine qui tâche la bagnole, t’aurais peut-être remarqué qu’on est sur le coin de ta rue. » Bouche-bé, Theo ne répondit rien de plus et rien de moins qu’un merci avant de quitter la voiture. Son ami n’avait jamais trop aimé les sirènes. C’était ce que ses parents lui avaient transmis comme façon de penser. Qui d’entre nous avait réellement pu se faire ses propres jugements sans que leurs parents les influences. Les parents de Theo avaient essayé de lui laisser cette opportunité, mais sa naïveté et son inconnaissance de ce monde l’avait mené vers un piège des chasseurs. Par la suite, il tira la poignée de la porte arrière laissant alors la sirène s’y sortir. La maison qu’il avait était une belle petite maison. Avec ses nombreuses années de vie à accumuler l’argent, on en voyait le résultat par l’allure extérieure de celle-ci. Le petit garage juste à côté normalement rempli par la moto allait rester vide pendant deux ou trois autres semaines en attendant l’achat d’une nouvelle.

Guidant la marche, Theo monta l’unique marche, inséra la clé à l’intérieur de la serrure puis poussa sur la porte. En entrant dans la petite pièce qui servait d’entrée, la lumière s’alluma en détectant leur présence. « Fait comme chez toi, je vais t’installer le bain et tout ce qu’il te faut… » Puis, retroussant le nez venant de se rendre compte qu’il avait oublié le fait que son sang coulait un peu partout, il reprit la parole. « Enfin, essaie tout de même de ne pas en mettre partout s’il-te-plait. » Ce n’était pas méchant, mais Theo tenait à sa vie. L’infirmier se dépêcha alors à faire couler le bain dans la toilette du premier étage et, pendant ce temps, il descendit au sous-sol. Theo avait complètement laissé la sirène seule à l’étage du dessus. D’ailleurs, il n’avait rien à volé. Theo avait fait retirer de sa maison toute photographie ou objet pouvant lier les chasseurs à ceux qu’il aime. Les anciennes photos de lui et de son ex-copine avait suivi aussi. On pouvait dire que cette maison était assez impersonnelle. C’était son nouveau mode de vie qui lui permettait de ne mettre personne d’autre en péril que lui. Ayant été derrière la bibliothèque du sous-sol, il ouvrit le petit frigo et tira deux grosses poches de sang normalement destinées à Rosa. Sans plus attendre, il referma la porte du frigo et remonta vers la salle de bain les pochettes dans l'autre main.

Spoiler:
 
 
code by hanska.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Selene L. Angelo
SIRÈNES - DROWN YOUR SOUL
OSSATURE: : 20 ans....à jamais, à partir de cet instant où elle a goûté à ce sang. La morsure... le sang... la chair... Du sang... encore du sang... Toujours du sang... C'est le sang d'un vampire, de cet homme important pour elle, qui stoppe son horloge à ses 20 ans. Sans le met pourpre, elle pourrait se changer en sel, statut friable dans le souffle du vent. C'est la contrepartie de ce plaisir malsain. CONTRAT: : Célibataire... BESOGNE: : Etudiante en littérature et LEA Anglais / Serveuse dans un petit café pendant ses heures libres @Tumblr
FABLE: : Son instruction sur les sirènes est en cours avec son mentor... Les vampires grâce à Maxwell... Les lycans par des relations hasardeuses... ÉCORCE: : 21 ans ÉCHINE: : Sirène/Polpo (Lil'Octoppy) PRESTIGE: : Sang empoisonné, nectar dangereux pour quiconque veuille s'en nourrir (dû à son espèce) ; variance de l'iris (dû à sa double personnalité) ; régénération, hypnose, séduction, voix enchanteresse que serait une sirène sans ces quelques facultés GANG: : Son allégeance devrait revenir à la reine; pourtant son mentor l'a éloignée de la royauté, ne la tenant informée que du strict minimum. Reniant ainsi son allégeance, elle ne suit qu'elle et les principes de son mentor @EFFIGIE: : Ana de Armas, @Shury / Signature : @Shury BAFOUILLES: : 305 PACTE: : 12/02/2017



Message
Mer 12 Juil - 18:40


Roadgame
mourir est tout au plus l'antonyme de naître, l'antonyme de vivre reste à trouver


Stressée et légèrement paniquée... ironie bonjour.... complètement plutôt,  je reste droite sur mon siège. La tension de la découverte de leur nature me fait appuyée un peu trop fortement sur ma blessure. Une grimace apparaît alors sur mon visage. Silencieuse, je regarde droit devant moi... comme si mon esprit était parti autre part... pas bien loin, puisque j'entends la question du premier loup. Mon regard a repris son éclat vert... Pour calmer la peur et la méfiance envers l'autre espèce, l'humaine a repris ses droits. Je murmure lentement.. pendant que des tremblements de douleur parcourent mon corps.

Oui...

Je hoche de la tête quand il précise qu'on arrive bientôt. La sirène se débat intérieurement... la survie dépend de son besoin d'être soignée... actuellement, la nourriture est son seul objectif.. Elle aimerait se rebeller mais l'humaine semble avoir réussi à la brider pour un petit temps... Je tente de stopper les tremblements... la douleur... la sueur qui transparaît... Panique, peur... méfiance... tout se mélange. J'entends la voix du loup parler à son collègue pour accélérer... le silence de l'habitacle permet d'entendre distinctement. La réponse du second loup me fait froncer les sourcils... il ne semble pas satisfait de ma présence dans la voiture. Cela se ressent dans sa façon d'être... à moins qu'il ne soit toujours ainsi... à rejeter les autres ? Je ne connais pas assez les loups... j'en ai côtoyé qu'un seul... et ce n'est pas le plus sympa qui existe je pense. Poussant ma nature sirène a son extrême, il sourit des tortures que je peux faire endurer à mes victimes. La honte s'empare de moi... Je n'ai jamais voulu cela mais la sirène n'a pas vraiment de mentor quant à la façon de chasser... elle se nourrit simplement prenant les exemples .. modèles qu'on veut bien lui montrer. Très vite, je comprends le sadisme derrière tout cela... Je suis peut être, tout du moins la sirène, une emmerdeuse de première, arrogante et imbue mais je ne suis pas sadique au point d'aimer voir souffrir mes victimes. Revenant sur terre à l'arrêt de la voiture, je tourne la tête vers l'extérieur.

Merci, et évitez de toucher au sang.

Je murmure ses mots avant de voir se refermer la portière et de suivre mon percuteur-sauveur (?) avec difficultés. J'observe la maison. Elle est vraiment très belle... un style bien différent de la mienne. A-t-il pris modèle des maisons dans les grands quartiers ? J'entre derrière lui dans un vestibule. Je hoche de la tête quand il me dit de faire comme chez moi. La sirène lutte pour sortir et sauter à la gorge du loup pour se nourrir mais quand il parle de bain, elle se calme. Je regarde le loup perplexe... Il a donc deviné ma nature... au moins comme ça, il n'y a pas à se cacher. Il me précise toutefois de ne pas en mettre partout... j'observe ma blessure et je me doute qu'il ne voudrait pas mourir pour un incident si bête. Sur ces derniers mots, il partit me laissant complètement seule dans sa maison. Je fais de gros yeux... comment ne pas en mettre partout si il ne me dit pas ou est la salle de bain.. ? Avançant d'un pas non sûr, je suis le bruit de l'eau qui coule tout en regardant autour de moi... La maison est vide de souvenirs... Même la mienne qui ne contient quasiment aucune photo semble vivante de souvenirs.. Mais après, je ne suis pas vraiment arrêtée sur les détails préférant rejoindre l'eau au plus vite.

J'arrive enfin dans la salle d'eau. Je retire mes vêtements... enfin ce qu'il en reste... dans un coin de la pièce pour que le sang ne se répande pas partout. Je file ensuite dans l'eau... soupirant à son contact. J'observe mes chairs ce n'est pas joli à voir. L'eau commence à prendre une teinte rougeâtre.. Oups … Je coupe l'eau, la baignoire assez remplie pour ne pas en mettre partout. A la porte, le loup revient. Sauf que je n'ai pas l'assurance de mon côté sirène, alors je me retourne dos à lui en rougissant.

Hum... merci...pour tout ça... Je m'appelle Selene au fait. Ça sera plus simple, je pense.

Tournant simplement la tête pour me présenter, je tombe sur les deux poches de sang. Mon cœur commence à battre fortement, ma respiration se saccader. Mon regard devient argenté et fiévreux. J'attends sans bouger ce qu'il compte faire ne quittant pas des yeux le sang qui semble m'appeler.

egotrip



_________________

♠️ Lil'Octopy ♠️
(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Theo Burns
LYCANS - HOWL TO THE MOON
OSSATURE: : 26 ans CONTRAT: : Célibataire BESOGNE: : Infirmier
ÉCORCE: : 78 ans d'existences dans son corps de mi-homme mi-bête. ÉCHINE: : Lycanthrope depuis le premier jour. PRESTIGE: : Toutes celles attribuées au loup-garou incluant aussi une forte intuition et la capacité à savoir ce qui se cache sous leurs enveloppes humaines. GANG: : Bêta de la meute Vinter @EFFIGIE: : Chris Wood BAFOUILLES: : 361 PACTE: : 17/06/2017



Message
Dim 23 Juil - 5:05

ROADGAME
( Selene L. Angelo & Theo Burns )

Sautant plusieurs marches dans les escaliers de bois pour se rendre plus rapidement à l’étage supérieur, il jongla quelques fois avec les poches de sang. Enfin sur le pallier, il traversa le petit corridor et poussa la porte qui était entrouverte de la salle de bain. Il tira le bas de son t-shirt taché pour le replacer et releva le bout de son nez vers la chair féminine, dénudée mais meurtrie de la sirène qui pataugeait dans la baignoire. Galant, il détourna le regard vers le plafond bien qu’elle avait fait assez rapidement sa prude. « Ça y est…? Puis-je regarder? » Il attendit un peu la réponse puis descendit le menton.  Voyant les nombreuses plaies ainsi que les gouttes de sang qui dessinaient sur sa peau, il lui tourna le dos et s’avança vers l’armoire du haut de la pièce. « Hum... merci...pour tout ça... Je m'appelle Selene au fait. Ça sera plus simple, je pense ». Tournant de peu ses épaules pour voir la sirène, il lui répondit toujours en étirant son autre bras dans l’armoire.  « Moi, c’est Theo. »  De l’armoire, il en sortit deux petites serviettes carrées qu’il ne déplia pas. Ramassant les deux sacs d’hémoglobines dans une seule main, il s’approcha de la sirène, s’étira le bras, et lui déposa dans les mains le sang emballé. « Tu sais comment ça s’ouvre ou tu préfères que je le fasse? ». L'infirmier l'avait déjà fait pour Rosa et une autre fois lors d'une fausse manœuvre pendant ses études en soins infirmier. Quoique les plus barbares des sirènes pouvaient se permettre d'y plonger à pleine dent et d'en déchiqueter l'enveloppe. Ironiquement à la sauvagerie des femmes-poissons, il se retint pour lui proposer un paille.

Theo s’assit alors sur le bord de la baignoire et déposa à côté de lui l’un de ses bouts de tissus blanc. « Ça te dérange si? » Ne terminant pas sa phrase par des mots, mais plutôt en faisant semblant de nettoyer le sang avec le tissus assez épais, le message semblait s’être assez bien compris. « Je vais faire attention, essaie de ne pas m’éclabousser », dit-il en regardant le bain dont l’eau n’était plus aussi clair que le verre. Il lui fit un sourire pour soutenir qu'il en avait pas peur. Enfin, presque pas..

Avec précaution, il s’assura qu’aucune partielle de sa chair allait être en contact avec le sang grâce à la serviette qui agissait comme barrière et éponge en même temps. Il ouvra à faible pression le robinet pour mouiller le tissu et le tordit au-dessus d’une plaie au niveau de son épaule. L’eau se mélangea au sang terminant la chute de se mélange dans la baignoire. Répétant ceci de nombreuse fois sur les multiples plaies couvrant le corps de Selene, Theo était trop captivé par la sirène qu’il en oubliait sa propre plaie, son propre sang qui sortait entre les points de suture.


Spoiler:
 
 
code by hanska.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas
 
(roue du rp) roadgame
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Cherche Roue KTM
» roue à cliquets
» A VENRE ROUE HONDA CRF
» La Roue de la Fortune
» cherche roue arriere pour ktm sxf 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RIGOR MORTIS ::  :: PÉRIPHÉRIE ROMAINE :: → PLAGE-
Sauter vers: