chapel of unreason (medea)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

ADMIN x fourrure à malmener

avatar

conter son règne
[titre de mon champ]: OSSATURE: : 49 s'étiole au faciès marbré de l'ancien. fissures notées au masque pourrissant d'un carnaval passé. [titre de mon champ]: CONTRAT: : divorce notifié. le myocarde cogne de noces nouvelles, l'attrait retrouvé, les bacchanales mortuaires pour un noctule enivrant. [titre de mon champ]: BESOGNE: : inspecteur, police criminelle. le canon logé à la paume, le sang en rigole sur la parure et les lippes. traque de la fourberie humaine. paluches plongées à la fange, aux cercles infernaux. moissonneur de pécheurs. crocs aux cuisseaux. [titre de mon champ]:
[titre de mon champ]: ÉCORCE: : 147, vie de moitié incisée. tombeau encore éloigné. [titre de mon champ]: ÉCHINE: : lupus sous l'échine du mensonge. monstre au revers du costume. l'humain est un pyjama, une erreur, le voile d'une stupeur cannibale. [titre de mon champ]: GANG: : nostra regno. paluches à la poudre séquestrée. paquets revendus au contrat malsain des trafiquants. picaille prospère. orbes clos aux transactions. [titre de mon champ]: @EFFIGIE: : MIKKELSEN (faust, crac in time, karma) [titre de mon champ]: BAFOUILLES: : 3325 [titre de mon champ]: PACTE: : 14/12/2016



Message
Sujet: chapel of unreason (medea)    Dim 2 Juil 2017 - 10:27
MEDEA
&
GIACOMO
someone’s going to confiscate your blood / or forbid you from breathing"
Sorcière. Zaira. Plusieurs fois il a imaginé ses crocs à la chair, plusieurs fois il a songé à arracher le pyjama humain, s’en draper à l’intérieur d’une peau sanguinolente de méfaits accomplis. Vengeance devenue douce fantaisie à la caboche du loup esseulé. Fantaisies seulement pour celui ne possédant aucune capacité à grogner contre la maîtresse. Muselé de sortilège. Baigné à la magie andrinople que rien ne défait. C’est au soir qu’il a suivi la silhouette panthère, s’est glissé au dos. Action du lupin traquant la proie qu’il sait complexe à abattre. Centenaire créature baignée de magie, auréolée d’une grâce divine. Reine et Déesse. L’éducation a ancré l’idée que la sorcellerie fricote avec les divins, qu’ils se sont élevés, panthéon de leur création. Lupus devenu craintif des églises, de ces religieuses pierres bordées d’hagiographiques représentations. Abattre. Faire naître le déluge après son action. D’un plan, des prévisions que d’autres auraient minutieusement préparés, il n’en possède que les idées, des ébauches, des soupçons, quelques chemins déviés. Bondir et voir. Déchirer et tuer. Labyrinthe de venelles dans lesquelles s’enfoncent les disgraciés. Poursuite d’ambitions noires.

S’échauffe la guerre.
S’encourage la mort.

Le flingue reste au poitrail, ne rejoint pas la paume. C’est la mort qu’il veut ressentir, toucher les pulsations menant à la cadavérique représentation. La mutation s’amorce. Belliqueuse créature. S’allongent les phalanges, formant les griffes avides de ruisseaux rouges. Unique métamorphose d’une colère troublée de peur. A la forme entièrement lupine, la chance n’équivaut pas. Humain et bête. Mélange sporadique. Infâme. Il semble de ces créatures ayant trouées l’écran d’un cinéma. D’un bond, il parvient à encercler la gorge, faire étau au cou du cygne noir. Abruti préférant savourer la mort. Secondes qu’elle ne lui accorde pas. Riposte immédiate d’une magie venant expulser le pouilleux, le ramenant à sa misère ; le trottoir.

Grondement d’élytres au derrière de sa carcasse. Froissement de l’air. Il s’imagine la présence de Santo, rassurante, croit à la venue du Sauveur. Défiance. Répulsion. S’ombrage la silhouette inconnue. Corbeau des malheureux derniers. Responsable des pièges semés aux semaines passées. Ignorance du visage. Seule la peur gargouille aux tripes de l’animal. Bêtes gerbées de l’enfer. Craquelures à la surface d’un monde ayant relégué les monstres au placard. Combat de titans en pause. Malaise. Giacomo se relève, la face barbouillée de boue, martelée d’un pavé rencontré de trop près. Au centre d’une arène. Harpies à chacun de ses bords. C’est l’impression d’être le jouet que ne veulent pas s’échanger les marmots. “Mettez-vous sur la gueule après, chacun son tour.” Pitoyable prestance de celui souhaitant s’incarner comme la figure dominante d’une partie déjà perdue.

Déferlante.
Les globes n’en comprennent que le quart de l’action.

CODAGE PAR AMIANTE

_________________
it will stop your breath, how cruel I can be. But you understand, don’t you? You are clever enough. I am a demanding creature. I am selfish and cruel and extremely unreasonable. The more you love me, the more I will ruin you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

GOD HATES FANGS

avatar

conter son règne
[titre de mon champ]: OSSATURE: : perpétuité cramponnée aux pétales d'une fleur de l'âge fauchée à deux décades. [titre de mon champ]: CONTRAT: : myocarde somnolant, pétrifié en sa lave, sous la cendre des siècles. [titre de mon champ]: BESOGNE: : scylla sème kyrielle de mues en sa sombre scissure, amoncèle autant de têtes. nihiliste (des)incarnée, elle n'est rien pour personne, elle est sa propre légion. [titre de mon champ]:
[titre de mon champ]: ÉCORCE: : près de sept siècles, qu'elle se l'écrit, sa posthume tragédie. [titre de mon champ]: GANG: : sibyllin pygmalion, elle est consigliere de la nostro regno, revers occulte de loreto. [titre de mon champ]: @EFFIGIE: : n. vodianova // (sign. & ava. by lazare) [titre de mon champ]: BAFOUILLES: : 252 [titre de mon champ]: PACTE: : 11/02/2017



Message
Sujet: Re: chapel of unreason (medea)    Jeu 13 Juil 2017 - 3:24
chapel of unreason

       

sell me your soul.
there are no other takers.

Couvent des Carmes, aux abords de Rome.

Du fatras sidéral criblant l'empyrée, le mauvais œil dégringole, ignescent et cramoisi, trouant la touffeur de l'éther occulte dont s'outre l'atrium. En vol, il balafre une gueule, en percute une seconde, et achève son cuisant itinéraire au mitan d'un troisième front qui, à l'impact, se scinde d'une ride camuse, puis capitule. « Il nous a p't-être grillés. », mâchonne le miré, pharynx et mandibule sanglés entre opprobre et anxiété, scrutant la cime de ses grolles. Flairés, corrige la Moniale, en sourdine, et pour cause, ces trois corniauds schlinguent si fort la connerie que la locution prend soudain, en l'occurrence, tout son putain de sens. Elle, par contre, n'est plus bien loin de se les griller, de facto, aux feux algides de son ire, lichant déjà le cratère au fond duquel le tiercé d'idiots continue décidément de raviner son cinéraire. « Le modus était l'même pour lui que pour les autres... on n'a pas compris, ma Sœur. » Rictus. C'est bien là, que le bât blesse. Cave canem, gare au chien, avait seriné la Consigliera, à l'esgourde de sa propre pouliche, et en particulier à celles de ces trois têtes brûlées de labadens, ci-présents, censés assurer la relève de l'épigone succube, en journée. Lui n'est pas les autres, et à l'aulne de tel axiome, la vigilance était tenue d'émousser l'hardiesse dont s'affûte, d'ordinaire, les seconds couteaux. Acte manqué. Mouscaille qu'il lui incombe, a priori, de récurer. Encore. Toujours. Carnese déroge, alors, à sa catalepsie minérale et exhorte, d'une nutation, les ilotes à marcher sur ses pas, n'offrant plus, dès lors, qu'un verso lugubre aux quinquets papillonnant tous azimuts la méfiance légitime, escomptée, quoique tardive. « Antiope. Où est-elle ? », s'enquiert la Ménade, lapidaire, menant sa bacchanale à travers patio, puis à l'ombre des corridors somnolents de l'ermitage. À la mention du coryphée manquant, le chœur barbote, toutefois, mal à l'aise. « On n'sait pas, m'dame... », ânonne l'un, épaulé du suivant, « On a perdu le contact, depuis son réveil. Elle nous a juste chargé d'vous prévenir qu'on avait... bah, paumé la cible. » Ainsi, tout n'est peut-être pas foutu. L'Amazone, a contrario de ses laquais, peut se targuer d'un renom. « Où est-elle ? », qu'elle insiste, rossant d'une épaule un battant de bois, puis un suivant. L'antre spartiate de l'hydre les bâfre, tous les quatre, d'une bouchée. « Hm... pas bien loin de la gare, sans doute. » De sous le pucier, malle est tractée. Arsenal qui se décèle, entre bréviaires et chapelets. Le poing pâle se rabat sur la crosse d'un Beretta, en hâte englouti sous bure, à l'ourlet pas si canonique d'un bas nylon. « C'est un couvent. », que ça grogne, pourtant, et d'une phalange, désigne chacun. « Vous ne mouftez pas. Vous ne sortez pas. Vous n'existez pas. » Dans un vortex d'étoffes lugubres, la lourde frappe ses encoches, enfin, et profitant du courant d'air, s'envole la Nemrod.

◦  ✝  ◦


C'est la trace d'Antiope, et non celle de Fibonacci, que l'olfaction détecte, aux abords du district présumé. Layon arachnéen s'enchevêtrant au dédale des voiries les plus indigentes contreboutant le faste de la cité des Papes. La Braconnière, escomptant être filée, a jalonné sa progression d'indices subtils, illisibles si ce n'est de son mentor. Brave fille. La fierté confiante se galvaude, toutefois, à mesure que la piste se caractérise. Il est des fragrances qui ne plaisent pas. Pestilence musquée. Un remugle de mystères que la foulée soulève, comme pruine lui encollant désormais les narines écœurées. Lupus. Non, c'est en-deça. Veneficium. Glaviot de fiel contre macadam, la stryge jure. Hostilité viscérale. Peu de ces crevures s'en sont vues amnistiées.

Ce n'est plus à l'odeur, qu'elle s'oriente, désormais.
Mais au bruit, et à la fureur.

Une Harpie disloquée mange le pavé en stridulant sa dolente frustration, au moment même où l'ultime virage est débordé. Membres rompus. Elle gigote, ahane, rampe à la façon d'un phalène broyé. Mollesse de poupée. Vaudou, rugissent de concert les synapses de la spectatrice, contemplant l'horreur depuis la fosse. L'œil torve se déporte de l'anatomie tourmentée d'Antiope, effleure la trogne écorchée de l'inspecteur, et puis, se rive à la... « Salope. » Entrée en scène, sans tambour ni trompettes, mais au chant du canon. Ça dégaine, vise et tire. Quatre fois. Quatre ampoules pulvérisées, grésillant en haut de lampadaire.

Tombe la nuit, la noire, la vraie.

◦  ✝  ◦


« TIRE ! », que ça rauque, depuis son fin fond d'enfer.

Portrait lacéré, calot droit épampré, la Vampe vrille, diablesse au corps. L'ébène se cramponne, à califourchon sur sa carcasse effondrée, et lui taquine désormais le myocarde de la pointe d'un ongle. Chimère. Ses neurones métamorphosés en vers lui rongent la raison. L'illusion est palpable, corporelle. Pompe chaque larme d'ardeur dont sait encore s'épandre le métabolisme mort-vivant. Tribut d'une victoire qui atermoie, car c'est nonobstant à la stryge de mener la valse. Quand bien même ça lui scie guiboles et bras. Quand bien même ça lui mitonne l'encéphale. Cervelle qu'elle se figure ruisselant de son crâne-chaudron, via l'estuaire mis à nu d'un tympan perforé. « TIRE, PUTAIN ! », qu'elle feule derechef, à l'intention du lupin, qu'elle ne voit plus, éborgnée qu'elle est, focalisant son reliquat de vision sur la Furie lui fouaillant les flancs. Et puis, enfin, vocifère le calibre. Antiope ? Fibonacci ? Nul n'est, semble-t-il, touché ni par la foudre, ni par la grâce. Mais la prudence de la sorcière vacille, exhibe une faille. Le mirage frémit, mais pas la gueule de Scylla qui, vorace, baise pour de bon la gorge tantôt entamée de la Gorgone. Passionnément.

À la ruine de créature de crouler sur son vandale.
Et ça gronde, ça tète, ça mâchonne de bien aise.

Défroque exsangue, qu'elle néglige sitôt vidangée de la moindre goute de fuel. Lorsque la Triomphante se dresse, ce n'est point en toisant la Vaincue, mais le Lâche. Indolente allure, contrastant avec sa dégaine de nonne outragée, elle rôde jusqu'à lui. En dextre, son trophée oscille en cadence. Tête de négresse grimant l'épouvante du jugement dernier. Halte à bout portant du cabot, visse ses opales régénérées aux prunelles adverses. Ne pipe mot, labre clos. Mutisme méprisant. D'un cahot de mâchoire souillée, c'est un tacot, roulant au pas, plein phare en leur direction, qu'elle se contente de signaler. Puis, de l'index, pointe la charogne écimée de la Mégère. Volte-face, rallie la dépouille inerte d'Antiope, dont elle affrète sa basse échine. Le profil oblique, tandis qu'elle se redresse. « Charognards. », qu'elle susurre. Autrement dit, Opus Dei. Ce qu'il lui reste de main à couper, qu'ils déboulent à point nommé, pour achever le boulot. « Fuis. »

   

(c) REDBONE


_________________
feast
upon
vices
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
chapel of unreason (medea)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Chapel et lag
» Vente : gambison archer et chapel de fer
» Comparaison des armures blue def/forti/eva
» [RP][La Chapelle] Confessionnal de la Chapelle de l'Ost
» Friendship never fades [PM] (Sujet anniversaire ♥)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RIGOR MORTIS ::  :: EST-
Sauter vers: