Sous la clarté de la lune → Madd' 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Sixte C. Wisthler
VATICAN - ANATOMY OF THE SOUL
[titre de mon champ]: OSSATURE: : Trente-six fleurs fanées dans son jardin d'Eden. [titre de mon champ]: CONTRAT: : Libre, sans attaches. [titre de mon champ]: BESOGNE: : Medecin chercheur pour le Vatican / Ténor demi-caractère se produisant occasionnellement au Teatro Costanzi [titre de mon champ]:
[titre de mon champ]: FABLE: : Inévitable, puisqu'il y est confronté chaque jour. [titre de mon champ]: ÉCHINE: : Humain, fragilité égale à celle de l'éphémère [titre de mon champ]: PRESTIGE: : Connaissances médicales accrues [titre de mon champ]: GANG: : Néant. [titre de mon champ]: @EFFIGIE: : Jj Feild - Didi [titre de mon champ]: BAFOUILLES: : 291 [titre de mon champ]: PACTE: : 30/12/2016



Message
Sujet: Sous la clarté de la lune → Madd'    Mer 5 Juil - 22:28

 

 
« La pleine lune est pour les  non-humains. Elle peut en rendre fou plus d'un, quand on s'y attend le moins. » - Radu Œculescu

 
 
 


« Sixte ? Que signifie cette allure de dandy ? »  La voix chevrotante fit écho dans le couloir de l'immeuble, se solda par un sifflement foireux d'admiration. « ...  Tu sais qu'avec une trentaine d'années en moins... » La vieille lança à l’intéressé un regard faussement lubrique. Une grimace fugace déforma les traits de Wisthler. « Ne fais pas le dégoûté, j'ai eu beaucoup de succès il fut un temps. » « Dites, vous ne devriez pas rejoindre votre appartement ? » Questionna t-il, interrogeant sa montre du regard. « Si, aide moi tu veux ? » « Vous allez me mettre en retard. » «  C'est qui ? » « Une amie. » « Ça commence toujours ainsi. »

La vieillarde était veinarde ; Aujourd'hui Sixte était de bonne grâce, car aujourd'hui il voyait Maddelena. Cette perspective - en plus de le réjouir - avait tendance à le rendre d'humeur badine. C'est sans broncher qu'il conduisit sa voisine jusqu'à la porte de son appartement. « Il faudra que tu me la présentes un jour. Elle est bonne à marier ? … Il est plus que temps que tu te maries. » L'affirmation sembla interloquer le médecin. « Me marier ? » Il lança un regard à l'aïeul, avant de reprendre ; « Nous sommes en 2017 madame Coletti.. Le sexe est une industrie et les sentiments ont la plupart du temps l'allure de kleenexs froissés.  Subjectivement je dirais que la mode actuelle n'est pas en adéquation avec l'idée du mariage. » D'une main dans le dos de l'âgée, il la fit entrer dans son logis. « Passez une agréable soirée ! » Scanda t-il, tout en refermant la porte derrière la vieille qui continua à argumenter.

*
 

C'est à pied qu'il gagna la Place du peuple, non sans perdre un peu de son temps à Via Condotti. Il s'égara dans une confiserie, y acheta un ballotin de fines friandises pour Del Sarto. Et c'est en courant qu'il effectua les derniers mètres qui l'amenèrent jusqu'à la terrasse d'un café, où il y trouva Maddelena.  « Excuse pour le retard... C'est totalement irrespectueux, je te l'accorde... » Parvînt-il à articuler le souffle court, tout en gagnant sa place. « Tu me crois si je te dis qu'une mamie essayait de me draguer ? » De sa poche il sortit le sachet de sucreries, tendit le bras pour déposer son présent devant la chasseuse. « Cadeau. » Il étudia Madelena d'un regard avant de la questionner, un sourire aux lippes ; « Alors, quoi de neuf depuis la dernière fois ? »

*


Sincèrement, il aurait aimé que l'italienne reste plus longtemps. Hélas, elle finit par annoncer précipitamment son départ. Sixte tel un gamin insatisfait contesta, inutilement - Del Sarto quitta malgré tout le bistrot, coupant court à leur agréable entrevue.

C'est avec un regard suspicieux que Wisthler observa la chasseuse prendre la poudre d'escampette en direction du Pincio, trouvant particulièrement suspect la façon dont elle abrégea l'échange..  Tout comme sa soudaine instabilité. Sans plus attendre, il cala un billet sous son verre et s'en alla la pister.

Errer à travers un parc à cette heure n'avait strictement rien de rassurant, aussi Sixte n'en menait pas large. Il était bien placé pour savoir qu'un humain isolé traînant dans les sous-bois était une proie facile, une friandise sur pattes pour monstres gourmands.

Mentalement, il maugréait contre Madd' qui l'incitait involontairement à prendre des risques ; Ce n'était pas la première fois qu'il s'improvisait espion.  Jusqu'à présent, il avait excellé dans le domaine - Tout portait a croire que cette fois encore, cela se passerait bien. Du moins c'est ce qu'il s’efforçait à espérer.

Car la tâche était ardue - il peinait à suivre la louve, s'enchevêtrant quelquefois dans des ronces oubliés par les jardiniers du site. Être aucunement nyctalope, plusieurs fois il perdit Del Sarto de vue, pour la retrouver quelques mètres plus loin, masse mouvante dans la pénombre. Elle cessa sa progression une fois parvenue au sein d'une clairière, piètrement éclairée par les rayons blafards d'une lune à son apogée. D'ici quelques minutes, la femme laisserait place au prédateur.

 
Code by Sleepy

_________________
« Au cœur des ténèbres, le ravi n'a qu'un crédo - n'y voir que du bleu » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Maddelena Del Sarto
LYCANS - HOWL TO THE MOON
[titre de mon champ]: OSSATURE: : Vingt-neuf années [titre de mon champ]: CONTRAT: : Danseuse solitaire bien trop attachée à sa liberté, sauvage feu follet ondoyant au regard d'une Mère Lune rougeoyante. L'Eros en émoi revendique sa dame, marquage insidieusement primaire qui les dévore. [titre de mon champ]: BESOGNE: : Chasseuse de l'Opus Dei sur les traces d'une longue tradition familiale reléguée au rang de molosse hargneux : faisant fi de la rage meurtrière agitant son bourreau, l'animal a abandonné la caresse de ses crocs dans ses chairs. [titre de mon champ]:
[titre de mon champ]: ÉCORCE: : Trente et une années [titre de mon champ]: ÉCHINE: : Carcasse humaine qui se délite sous le craquement de l'os et des soies délicates. Morsure empoisonnant le sang, une nature qu'elle exècre autant qu'elle la combat. Omega mordue. [titre de mon champ]: GANG: : Opus Dei, main sanglante apostolique postiche. dogue qu'on mène sur la trace des monstres, enchaîné aux croyances des plus ferventes. chair à abattre, once négligeable qu'on débecte. [titre de mon champ]: @EFFIGIE: : emma stone (petons), lazare (sign) [titre de mon champ]: BAFOUILLES: : 1562 [titre de mon champ]: PACTE: : 01/02/2017



Message
Sujet: Re: Sous la clarté de la lune → Madd'    Ven 1 Sep - 11:13
sous la clarté de la lune
Aux heures les plus sombres, et ce même lorsque plus la moindre petite étincelle d'espoir ne laissait pressentir d'une inclinaison favorable pour l'avenir, Del Sarto avait toujours su faire la part des choses. Amène ou réaliste, ces dernières années n'avaient guère été aisées, tant par la rudesse du choc premier que par l'avilissement auquel elle avait elle-même contraint sa personne, tout au moins la Bête. Muselée. Cruel, le constat des charmes envolés, des instincts nouvellement mortifères et des caprices délétères de l'entourage ne pouvant souffrir sa simple vision dans les cabinet privatifs de l'Opus Dei. N'y était-elle donc plus chez elle ? De toute évidence, questionnements à répétition n'y feraient rien, la leçon était à retenir, aussi mordante soit-elle, déracinement profondément dévastateur. Sixte perdurait, au sein de ces ouragans à répétition, de ces bises plus glaciales que les neiges de l'est, tout comme Mia l'avait fait par ses propres moyens. Deux âmes qui ne se détournaient point, sans craindre les bravades face à un Vatican qui n'était que marbre blanc et cruor rouge, lorsqu'on venait gratter un tant soit peu la surface dont l'éclat, la splendeur pâle, n'étaient qu'un masque qu'il n'était point aisé d'arracher. Par le passé déjà, l'enfant devinait ce que ces portes closes soustrayaient au regard du commun des mortels, pour épargner les cœurs fragiles, disait sa mère ; pour ne pas avouer porter atteinte à la dignité humaine autant qu'animale et à l'éthique, savait-elle dès lors. Des bêtes de foire qu'elle traquait dans l'innocence de l'exercice, doux euphémisme qu'elle payait chaque jour. De traqueur à traquée. D'appréciée à désavouée. D'idéaliste à désabusée. La douce complainte du chaperon rouge.

Une matinée tout à fait ordinaire passée en les murs de l'Organisation. Cerbère à la muselière fragile sujet aux brimades régulières de ses anciens pairs, elle avait discrètement tangué d'un pied à l'autre tout en accordant toute son attention aux nouvelles directives, les doigts crispés tandis que les muscles de ses cuisses tressautaient. Épuisement quotidien qu'elle n'était point parvenu à enrayer, renforcé par le pistage scabreux, pour ne pas dire légitimement emmerdant, du lupus. Sitôt libérée de sa cage aux barreaux rongés par l'acide. Comment avait-elle pu glorifier cette enceinte, l'explication lui échappait à l'instant. Étreints par de même bras, unis sous la coupole d'une de ces nombreuses églises à la magnificence fallacieuse, l'on ne lui ferait plus avaler des couleuvres. Dieu n'était rien d'autres qu'une sommation du pape pour créer la terreur dans les psychés déjà fragilisés de son peuple. Une invention, fantasmagorique et cruelle, à laquelle elle ne se dévouerait plus.

Terrasse d'un café, Del Sarto attendait patiemment jusqu'à ce que Sixte fasse son entrée. Toujours un brin fringant, le costume seyant. N'aurait-elle pu l'aimer ? Tout aurait été si simple. Au souvenir d'un bal non si lointain qu'elle le prétendait, un rictus étira le coin de ses lèvres et elle se mit à sourire, notant avec attendrissement l'attention portée aux friandises, avec ces afflictions passagères qu'ont les femmes. Déjà elle s'échappe, la brûlure délicate de ses lèvres effleurant la joue de son ami. Mère Lune n'attendait point, dans toute sa miséricorde, et c'est en monts et broussailles que la rouquine s'évade, attendant l'ultime désaveu.

Craquement sordide du bois séché, fournaise ritale dans laquelle l'animal s'ébroue, tous les sens de la bête à peine éclose s'érigent contre l’intrus. Incartades patentées, joutes soudaines des palpitants à la gémellité inéluctable, c'est les crocs qu'elle offre pour tout spectacle, méfiante. Pourquoi l'a-t'il suivi, elle ne sait, mais de la pénombre accouchée surgissent les fauves. Si l'Artémis refrénait à grand mal les élans meurtriers, l'épuisement fit mouche, et sans plus attendre, rôdant autour du quidam, la lupa gronda avant de violemment se saisir d'une cheville dont le crissement sinistre ne laissait guère de doute sur le sort qu'elle lui réserverait.

(c) AMIANTE

_________________
i must endure, endure & still endure
Some people don’t realize what they have until it’s gone, but that does not always mean they are supposed to get it back.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Sous la clarté de la lune → Madd' 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Sous la clarté de la Lune et la nuit obscure. [Medu-chawn]
» Sous le Clair de Lune~ Feat. Petite Lune
» Déambulation sous le cynique clair de lune...[PV: Ame]
» Acier contre chair, un duel sous le regard de la lune! [Pv Steph et Almace, Présent] [Saskatchewan, Canada]
» Quand une pieuvre s'adresse à un lion, mieux vaut le faire sous le regard de la lune. ♦ Intrigue IdF

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RIGOR MORTIS ::  :: NORD-
Sauter vers: