La colère d'une Sirène [Elias]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

DROWN YOUR SOUL

avatar

conter son règne
[titre de mon champ]: OSSATURE: : 28 ans [titre de mon champ]: CONTRAT: : Célibataire [titre de mon champ]: BESOGNE: : Strip teaseuse, douce tentatrice des hommes. Attrapeeuse de proie pour un maléfique sorcier [titre de mon champ]:
[titre de mon champ]: ÉCORCE: : 80 années à se demander ce qu'elle fait sur terre. [titre de mon champ]: ÉCHINE: : Peuple de l'eau, beauté Funeste aux écailles Azur. [titre de mon champ]: PRESTIGE: : Régénération, Douce Hypnose d'une beauté malveillante, Respire sous l'eau et contrôle son élément. [titre de mon champ]: GANG: : Soumise d'un misérable Sorcier sans coeur. [titre de mon champ]: @EFFIGIE: : Shay Mitchell @JAE signature @YOU_COMPLETE_MESS [titre de mon champ]: BAFOUILLES: : 566 [titre de mon champ]: PACTE: : 14/06/2017



Message
Sujet: La colère d'une Sirène [Elias]   Lun 10 Juil - 14:35
La colère d'une Sirène  

       



 Doux rictus, jolie créature qui se dandine dans cette vaste pièce à la recherche de sa futur proie. Poppy était habillé d'un simple body rouge assorti à son rouge à lèvre. Perché sur ses hauts talons de  10 cm on ne pouvait pas la louper c'était évident. A vrai dire tous les regards se posaient sur elle mais peu lui importait elle devait ramener un humain ce soir et ce n'était donc pas vraiment la joie de vivre dans sa tête. Ce job elle ne le supportait plus mais le pire n'était pas de danser pour des hommes mais plutôt de ramener chaque soir des humains derrière. Continuant à marcher dans la pièce rempli de monde elle sentit une main se poser sur son épaule et remarqua un homme qui travaillait pour la famille du sorcier s'arrêter devant elle. Sans rien dire il lui montra du doigt un jeune homme qui était de dos et seul à boire son verre tranquillement. Soupirant légèrement elle fit un signe de tête pour montrer qu'elle avait comprit avant de se diriger vers l'homme en question. Sans dire elle déposa une douce main sur l'épaule du jeune homme et au moment ou il tourna son regard vers elle Poppy resta un instant sans bouger. Ce jeune homme était encore un enfant tout droit sortit du monde des adolescents. Il devait sûrement avoir la majorité mais pas encore assez pour en avoir profité. Ouvrant doucement la bouche tout en esquissant un sourire Poppy essaya de ne pas trahir son étonnement. « Je suis désolé de vous déranger mais vous avez été choisi pour une danse gratuite avec une danseuse. » Faisant signe à une danseuse non loin de là de s'occuper du client Poppy attendit qu'il disparaisse de sa vue avant de tourner les talons. La colère faisait rage et la Sirène qui était en elle avait envie de tout casser mais elle se retenait, serrant les poings pour éviter de crier. Continuant d'avancer en silence elle poussa la porte battante qui donnait sur les vestiaires et le bureau d'Elias avant d'aller en direction de celui ci.

Voyant la porte du bureau au bout du couloir, Poppy avança plus rapidement sentant que sa colère ne faisait que grandir petit à petit. L'homme qui travaillait pour la famille d'Elias apparu devant elle, essayant de lui bloquer le passage. « Poppy tu as une tâche et tu n'es pas au bon endroit pour l'accomplir. » S'arrêtant net, Poppy envoya son poing dans la face de l'homme qui tomba contre la porte du bureau d'Elias. « Je suis au bon endroit merci de t'en être inquiété abruti. » passant au dessus du corps inerte de l'homme de main, Poppy entra sans même prévenir de son arrivée sachant très bien qu'elle n'arrivait plus à se contrôler. Elle voulait bien amener des humains qui avaient déjà eu une vie avant tout ça mais pas des enfants qui sortaient tout juste de l'adolescence. Il n'avait eu aucune vie et ne connaissait encore rien de son avenir et ce n'est pas Poppy qui lui enlèverait ça ce soir. S'approchant d'Elias sans rien dire elle leva sa main pour lui donner une gifle. En temps normal elle n'aurait jamais osé lever la main comme ça sur le Sorcier et peu lui importait comment il allait la punir ce soir elle ne ferait pas ce que l'autre homme lui avait demandé. Replaçant son bras le long de son corps elle soupira pour essayer de se calmer avant de prendre enfin la parole. « J'accepte beaucoup de chose depuis que je suis là... » Elle marqua un temps d'arrêt tout en faisant les cent pas dans le bureau pour éviter de le cogner à nouveau. « Mais ça je peux pas ! »  Passant une main dans ses cheveux elle continua d'avancer avant de pointer du doigt l'homme au sol qui était en train de se relever. « La prochaine fois que je reçois l'ordre d’envoûter un homme qui vient tout juste de sortir de l'adolescence je l'égorge et boirais son sang c'est clair ? »

Jusqu'à maintenant Poppy n'avait jamais été aussi en colère. La mort de sa sœur l'avait rendu triste et en deuil pendant beaucoup d'années mais jamais autant en colère. Elle voulait laisser une chance aux jeunes, la chance qu'elle n'avait jamais eu elle ! Offrant un regard noir à l'homme qui se relever enfin elle continua « Je rigole pas tu y passera un jour et ce jour là tu pourra ravaler ton rictus imbécile. » Elle était très sérieuse, le jour ou elle pourrait Poppy n'hésitera pas une seule seconde à lui ôter la vie pour toute les vies qu'il lui a demandé. Se retournant doucement elle plongea cette fois ci son regard noir dans celui d'Elias. Croisant les bras contre sa poitrine pour éviter de faire du mal à quelqu'un elle reprit la parole toujours de cette voix froide qu'elle avait rarement. « Cet ordre venait il de toi ? » Ses traits ne se détendaient pas et son regard ne trahissait aucune peur pour une fois. « Je pensais que tu devenais un peu plus humain mais je me trompais si ca vient vraiment de toi ! »  

(c) REDBONE


HJ:
 

_________________
Noirceur de la beauté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

WICKED GAME

avatar

conter son règne
[titre de mon champ]: OSSATURE: : Toujours dans la force de l'âge malgré mes quarantes années d'apparence. [titre de mon champ]: CONTRAT: : L'encre déjà répandu sur le papier, tamponné et signé comme on dit. Mais je ne souhaite pas me restreindre à une seule fleur, me faisant rebelle, je butine sans aucun sérieux. [titre de mon champ]: BESOGNE: : Le plaisir et quel plaisir, celui de la chair. Parce que c'est mon domaine, j'en ai fait mon métier en ouvrant ce lieu de dépravation. [titre de mon champ]:
[titre de mon champ]: ÉCORCE: : Les années qui se succèdent, les saisons aussi, j'en ai perdu le compte, mais j'ai vu passer beaucoup trop d'hiver. Les cent vingt printemps on été aisément dépassé de ce que je sais. [titre de mon champ]: ÉCHINE: : Mon sang vermeille est parcouru d'une magie ancestrale, faisant de moi l'un des élus, puissant mage sorti tout droit de l'enfer. [titre de mon champ]: PRESTIGE: : l'Alchimie est mon dada, mais je me suis perdu dans les arcanes des ténèbres un peu trop souvent que j'en ai perdu ma propre réalité. Le contact humain, ne m'est en rien chaleureux, mais froid, horrifique quand je vol ce qui leur reste de dignité, leurs propres vies. [titre de mon champ]: GANG: : Versé dans les noirs secrets de la magie, j'appartiens au coven des coven, celui dont on craint les engeances. Hellebore est son nom, un mot que je souheterais ne plus jamais entendre. [titre de mon champ]: @EFFIGIE: : Chris Evans (Schizophrenic, Bazzart) [titre de mon champ]: BAFOUILLES: : 52 [titre de mon champ]: PACTE: : 23/05/2017



Message
Sujet: Re: La colère d'une Sirène [Elias]   Jeu 13 Juil - 18:40

la colère d'une sirène.
Mon dieu c'est terrible !

Un nouveau soupir de lassitude venait traverser mes lèvres fines, quand je vis sur mon bureau une énième plainte de mes danseuses. Ça faisait trois jours de suite que des humains se permettaient de harceler mes danseuses durant leurs shows, notamment en les touchant, ce qui était strictement interdit. Les seuls contacts possibles devaient venir d'elles et non d'eux. Si ça continuait comme ça, elle finirait par toute démissionner et mon business en pâtirait fatalement. De toute manière, j'avais volontairement réduit la sécurité dans la salle pour la renforcer autour, dans les différentes ailes du bâtiment pour empêcher Poppy de s'échapper. C'était une sirène que mes parents ont achetée par le passé et du coup, ils me l'ont envoyé pour que je me serve d'elle pour attirer les humains dans nos filets. Je me doutais bien ce que ça leur apportait de kidnapper des humains de cette manière, mais j'avais refusé d'y participer, d'en connaître les détails. Ils faisaient bien ce qu'ils voulaient de toute façon. Du moment que je faisais mon boulot, ça ne risquait pas de les gêner. Sauf que depuis peu ce simple boulot commençait à m'être réellement pénible. Je détestais devoir la séquestrer comme ça, la retenir prisonnière dans ce bâtiment. J'avais même acheté les appartements du dessus pour m'y installer, comme ça, j'étais certain de ne pas la perdre de vue. Toute façon depuis que mes parents retenaient sa mère en otage, elle s'était calmée et ce n'était pas plus mal, malgré la sécurité renforcée, je lui laissais d'avantage de liberté, profitant de sa docilité pour me donner bonne conscience en n'étant moins sur son dos. Par moment, j'essayais même de l'aider indirectement pour qu'elle se sente mieux ici. Bien entendu, je le faisais toujours de manière discrète, car j'étais surveillé, nombres des sorciers présents dans ma sécurité était des espions de mes parents, prêts à leur rapporter le moindre détail de mes occupations. Ils avaient plus confiance en moi depuis quelques années maintenant. Je m'étais clairement opposé à eux, mais ils avaient refusé catégoriquement de m'écouter. Ne trouvant aucun accord, ils avaient fini par me menacer en utilisant ma petite sœur comme un otage. Depuis lors, j'étais donc obligé de continuer mon boulot, mais j'en faisais le minimum, montrant clairement ma désapprobation. Le problème, c'est que le Coven semblait avoir un certain intérêt à posséder des sorciers alchimistes dans leur groupe, ce qui ajoutait une difficulté supplémentaire pour moi.

Du bruit se fit entendre dans le couloir, me faisant sortir de mes pensées. Au final, je n'avais pas bougé de mon bureau, les papiers toujours dans ma main, quand un bruit de chute se fit entendre derrière la porte avant de la voir s'ouvrir à la volée. Et encore un soupir... C'était Poppy et elle semblait folle de rage et cette dernière semblait dirigée droite sur moi. Je n'étais même plus surpris, de toute façon, elle avait décidé de m'accuser de tous les maux de la terre, surtout depuis que j'avais tué sa sœur. Bien que j'eusse été forcé, j'ai préféré lui cacher la vérité. Il était mieux qu'elle continue de me haïr, qu'elle me voit comme son ennemi. Ça me faciliterait la tâche à moi aussi. Car si elle finissait par comprendre que j'étais une victime, son comportement risquerait de changer. D'ailleurs, j'accueillis la violente claque sur ma joue avec un hoquet de surprise, bon ça, je ne l'avais pas prévu et je n'appréciais pas trop qu'elle en vienne aux mains de cette manière. Mais je me contentais de serrer les dents, alors que je retenais ma respiration un moment pour garder mon calme. Si elle n'avait pas été si importante pour mes parents, je pense que je l'aurais démoli en retour. D'ailleurs, je ne comprenais pas comment cette sirène arrivait à me mettre dans cet état. À chaque fois que je la voyais, j'avais le sang qui chauffait, j'étais d'autant plus facilement irritable et nerveux en sa présence. Quoi qu'il en soit je finissais par retrouver mon calme et sans dire un mot, je me contentais de plonger mon regard dans le sien, prenant un air impassible et détaché, malgré le feu qui brûlait en moi. Si j'avais été un élémentaire, je pense que mon bureau aurait pris feu aussitôt. Non, j'étais qu'un alchimiste avec un pouvoir effroyable. En tout cas, pour le moment, je la laissais déverser toute sa colère sur le garde derrière la porte, qui se relever difficilement. Elle lui avait donné une belle branlée. Si je n'avais pas été surveillé, je crois que j'aurais bien rigolé. En tout cas, elle semblait réellement furax. Je l'avais déjà vu en colère, mais à ce point-là jamais. Mais ce qui m'étonnait le plus c'était que c'était à cause d'un simple gamin. Certes, ça aurait pu m'horrifier moi aussi, mais je n'avais pas le loisir de faire preuve de pitié. Pour le moment, j'étais obligé de suivre les ordres, le futur de ma sœur en dépendait.

En tout cas, elle me faisait limite frémir, le regard noir qu'elle jeta à l'homme qui se relevait était terrifiant. Je pense que si elle l'avait pu, elle l'aurait désintégré juste avec ce regard. Mais maintenant, c'était moi qui en faisais les frais, puisque ce même regard noir plongea dans le mien, mais contrairement à l'autre espion derrière la porte, car c'était le cas, je ne détournais pas le regard, plongeant mon regard infiniment impassible et calme dans le sien. Je devais jouer le jeu, je ne pouvais pas laisser l'autre bon à rien derrière rapporter tout ça à mes parents, sinon ils seraient capables de tuer sa mère. En tout cas, elle terminait enfin son monologue et j'allais pouvoir peut-être lui répondre. Le tout était de savoir comment le faire pour qu'elle comprenne que j'étais surveillé. Car je ne pouvais pas non plus mentir comme ça. Soupirant profondément pour démontrer ma lassitude, je désignais la porte à l'autre zozo. « Laisse-nous s'il te plaît, j'aimerais lui parler en privé. », lançais-je d'une voix calme mais où on sentait déjà une légère impatience. Le fait qu'il proteste ne m'aidait pas d'ailleurs. « Ça va être simple. Si je dois me lever pour te foutre à la porte, tu n'en réchapperas pas vivant. », cette fois-ci ma voix était mortellement calme, d'une froideur absolu. Quand on me connaissait un peu, mon passé également, on savait que ce n'était pas des paroles en l'air et que j'étais mortellement sérieux. Le voir, blêmir et se précipiter en dehors du bureau me procura une joie immense. Mais très vite étouffé pour me concentrer sur le vrai problème, c'est-à-dire : Poppy. Relevant les yeux vers elle, enfoncé dans mon fauteuil. « Pour te répondre, non l'ordre ne venait pas de moi. Je ne choisis pas les cibles, mais je savais que c'était un adolescent, oui. », lançais-je d'une voix calme, suffisamment basse pour ne pas être entendu de derrière la porte. « Je n'imagine sûrement pas à quel point c'est dur pour toi tout ça. Mais s'il te plaît, la prochaine fois, évite de te comporter comme ça. Surtout devant cet homme. », lançais-je sur le ton de la reproche. « N'oublie pas que mes parents retiennent toujours ta mère. Je n'ai vraiment pas envie que ça dégénère une nouvelle fois. », terminais je en ne lâchant pas son regard, ne cachant pas mon inquiétude.  

egotrip



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La colère d'une Sirène [Elias]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» La colère.
» La colère d'un père
» La colère de Guy Boucher
» Que ce passe-t-il?! Où suis-je?
» La Sirène...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RIGOR MORTIS ::  :: EST :: → CLUBS-
Sauter vers: