Mano nella borsa | Micaela Orsini [+18]

 :: supplément au voyage :: CENTRE-VILLE :: FONTAINE DE TREVI
Mano nella borsa | Micaela Orsini [+18] - Dim 20 Aoû 2017 - 21:35
avatar
embryon
embryon


EFFIGIE : Luca Argentero
BAFOUILLES : 1194
PACTE : 19/05/2017
OSSATURE : 35 ans
CONTRAT : Célibataire
BESOGNE : Gérant d'un restaurant
FABLE : La vie n'est pas suffisamment compliquée comme ça, il faut maintenant qu'on nous invente des problèmes aux allures de créatures fantastiques ? Allons bon, ce ne sont que des conneries ! Du moins, c'était ce que je croyais...avant qu'elle n'entre dans ma vie et ne foute tout en l'air.
ÉCHINE : Plus humain, tu meurs.
PRESTIGE : J'ai un sens inné pour...rien en fait ! M'attirer des emmerdes ?
GANG : Je me suffis à moi tout seul, en tant que Roi Suprême de la Maladresse et des Autruches
CREDIT : SHADOW DANCER








Mano nella Borsa








Revenir en haut Aller en bas
Mano nella borsa | Micaela Orsini [+18] - Mar 22 Aoû 2017 - 23:09
avatar
hybrides
hybrides


EFFIGIE : Penelope Cruz
BAFOUILLES : 4009
PACTE : 15/02/2017


OSSATURE : 42 ans, petit gabarit musclé et plein de ressources
CONTRAT : Célibataire
BESOGNE : Pas le temps de faire autre chose que chasser pour l'Opus Dei
FABLE : Des vilains pas beaux qu'il faut buter et je crois que je suis douée.
ÉCHINE : Un truc bâtard qui s'ignore, j'aurais du sang de loup dans les veines.
CREDIT : moi // Signature, Justayne


Mano nella borsa  Vittorio & Mica



☾ ☾ ☾ ☾ ☾


Opus DeiLes batailles de la vie ne sont gagnées ni par les plus forts, ni par les plus rapides mais par ceux qui n'abandonnent jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Mano nella borsa | Micaela Orsini [+18] - Ven 25 Aoû 2017 - 0:23
avatar
embryon
embryon


EFFIGIE : Luca Argentero
BAFOUILLES : 1194
PACTE : 19/05/2017
OSSATURE : 35 ans
CONTRAT : Célibataire
BESOGNE : Gérant d'un restaurant
FABLE : La vie n'est pas suffisamment compliquée comme ça, il faut maintenant qu'on nous invente des problèmes aux allures de créatures fantastiques ? Allons bon, ce ne sont que des conneries ! Du moins, c'était ce que je croyais...avant qu'elle n'entre dans ma vie et ne foute tout en l'air.
ÉCHINE : Plus humain, tu meurs.
PRESTIGE : J'ai un sens inné pour...rien en fait ! M'attirer des emmerdes ?
GANG : Je me suffis à moi tout seul, en tant que Roi Suprême de la Maladresse et des Autruches
CREDIT : SHADOW DANCER








Mano nella Borsa








Revenir en haut Aller en bas
Mano nella borsa | Micaela Orsini [+18] - Mer 6 Sep 2017 - 19:31
avatar
hybrides
hybrides


EFFIGIE : Penelope Cruz
BAFOUILLES : 4009
PACTE : 15/02/2017


OSSATURE : 42 ans, petit gabarit musclé et plein de ressources
CONTRAT : Célibataire
BESOGNE : Pas le temps de faire autre chose que chasser pour l'Opus Dei
FABLE : Des vilains pas beaux qu'il faut buter et je crois que je suis douée.
ÉCHINE : Un truc bâtard qui s'ignore, j'aurais du sang de loup dans les veines.
CREDIT : moi // Signature, Justayne


Mano nella borsa  Vittorio & Mica



☾ ☾ ☾ ☾ ☾


Opus DeiLes batailles de la vie ne sont gagnées ni par les plus forts, ni par les plus rapides mais par ceux qui n'abandonnent jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Mano nella borsa | Micaela Orsini [+18] - Sam 9 Sep 2017 - 22:12
avatar
embryon
embryon


EFFIGIE : Luca Argentero
BAFOUILLES : 1194
PACTE : 19/05/2017
OSSATURE : 35 ans
CONTRAT : Célibataire
BESOGNE : Gérant d'un restaurant
FABLE : La vie n'est pas suffisamment compliquée comme ça, il faut maintenant qu'on nous invente des problèmes aux allures de créatures fantastiques ? Allons bon, ce ne sont que des conneries ! Du moins, c'était ce que je croyais...avant qu'elle n'entre dans ma vie et ne foute tout en l'air.
ÉCHINE : Plus humain, tu meurs.
PRESTIGE : J'ai un sens inné pour...rien en fait ! M'attirer des emmerdes ?
GANG : Je me suffis à moi tout seul, en tant que Roi Suprême de la Maladresse et des Autruches
CREDIT : SHADOW DANCER








Mano nella Borsa

La prochaine fois...fidéliser...de nombreuses ardoises...indices répétitifs qui ne laissent aucune place au doute. Nous allons recommencer. Remettre le couvert, pour rester dans un vocabulaire adéquat ! L'idée est séduisante, me fait sourire, me laisse miroiter une foule de possibilités. De positions ? Elle ne marche pas, elle danse. Chaloupe ses jambes de sorte que sa croupe m'appelle, me provoque. Je ris en passant pouce et index sur mes paupières, conscient que toutes les bonnes choses ont une fin. Je me lève de ma chaise quand elle propose que nous dînions. J'acquiesce, prêt à m'atteler à la tâche, d'autant que nous n'avons plus une goutte de vin pour étancher notre soif...lorsqu'elle précise sa pensée. Je sais exactement de quelle bouteille il s'agit.

" Frascati Superiore. L'excellence des vins pour une femme exceptionnelle... "

Si j'en fais trop ? Je ne sais pas. Du moins, je ne me force pas. Ou un peu ? Evoquer son vin, maintenant, alors qu'elle venait de me faire jouïr, c'était une ironie du sort difficile à encaisser. Heureusement, j'ai juste eu le temps de me détourner d'elle pour aller récupérer la boisson et le plat principal, le temps qu'elle s'installe. J'essaye tant bien que mal de dresser proprement, de me reconnecter dans le moment présent et d'effacer les images qui me viennent en tête. Deux assiettes d'un côté, la bouteille de l'autre, je la rejoins comme si j'avais oublié notre nudité commune. Cigarette au bec, la belle me dévisage. Je pose le vin sur la table avant son assiette, repoussant sa pochette pour gagner de la place et remarque la poignée. Je fais presque immédiatement le lien avec les menottes et demande.

" As-tu l'intention de t'en servir pour me contraindre à faire quelque chose ? Parce que...je ne pense pas que ce soit nécessaire... ", dis-je, un sourire en coin.

J'ouvre le vin et la sert, comme si de rien n'était. Après tout, qui sait sur quel genre de type on peut tomber dehors, à cette heure ? L'arme pourrait être factice...dans n'importe quelles autres mains ! Micaela, en revanche, n'hésiterait pas à appuyer sur la détente : j'en étais convaincu. Le contrôle devait faire partie de son mode de vie, de sa façon d'être. Si elle m'avait laissé faire, tout à l'heure, c'était selon son bon vouloir...pas parce que je le lui avais imposé. Je n'étais qu'une marionnette consentante, un jouet avec options plutôt divertissant. Lucide et prêt à profiter de ce qu'elle voulait bien me donner.

Je m'installai face à elle, levant mon verre pour trinquer avant de me désaltérer. L'excellence...rafraîchissante à souhait. Je coupai ma viande, la goûtai, appréciai sa saveur et m'interrompis en pleine mastication, sentant sa cheville remonter lentement l'intérieur de ma jambe gauche. Sans aller trop loin. Juste ce qu'il faut de caresse. Une séduction toute en finesse, très agréable. Je remis un second morceau de viande en bouche, sans la quitter des yeux, complètement à sa merci.





Revenir en haut Aller en bas
Mano nella borsa | Micaela Orsini [+18] - Sam 23 Sep 2017 - 18:22
avatar
hybrides
hybrides


EFFIGIE : Penelope Cruz
BAFOUILLES : 4009
PACTE : 15/02/2017


OSSATURE : 42 ans, petit gabarit musclé et plein de ressources
CONTRAT : Célibataire
BESOGNE : Pas le temps de faire autre chose que chasser pour l'Opus Dei
FABLE : Des vilains pas beaux qu'il faut buter et je crois que je suis douée.
ÉCHINE : Un truc bâtard qui s'ignore, j'aurais du sang de loup dans les veines.
CREDIT : moi // Signature, Justayne


Mano nella borsa  Vittorio & Mica

Y a pas à dire, il est gaulé comme un Dieu. Non mais mâtez-moi ce corps. TOUT ce corps. Je tire sur ma tige posant mes yeux sans aucune gêne un peu partout avant de m’arrêter sur sa queue, affichant un air ravi en le contemplant. Je recrache la fumée, prisonnière de ma bouche.

– T’es vachement bien foutu quand même…on te l’a déjà dit, j’espère ? Pourquoi je lui cacherais mon émerveillement, bien que je le lui aie murmuré durant nos ébats. Beau, un cuisinier hors pair en plus d’être un amant d’enfer…tu m’en donnes encore des frissons. T’as d’autres qualités comme ça que j’ignore ? Méfie-toi tu possèdes presque tous les critères qu’une femme cherche avant de passer la corde au cou d’un mâle. J’agite mes doigts comme si je lui jetais un sort. mariage….mariage…houuuuu Lançais-je telle une incantation avant de rire et de tirer à nouveau sur ma cigarette.

Oui c’était bien le Frascati Superiore. Je ne peux rien reprocher à Vittorio. Ce mec est trop parfait que ça en deviendrait louche. Eloignant ma cigarette pour humer le plat quand il pose mon assiette. Je n’imaginais pas qu’il aurait aperçu la cross de mon flingue mais je n’ai rien à cacher, souris même quand il m’en fait la remarque. Plaçant la cigarette entre mes lèvres, je le sors sans le pointer dans sa direction mais le prenant bien en main.  

– Je devrais peut-être…tu es tellement parfait que ça t’en rend suspect. Je joue à retirer le cran de sécurité puis le remet aussitôt avant de ranger le flingue dans ma pochette. Je sais que je n’en ai pas besoin pour te soumettre à mes désirs les plus dépravés. Je retire la cigarette de mes lèvres pour aller l’écraser dans son évier et la balancer dans la poubelle à côté des capotes. Deux déjà…je crois que tu ne détestes pas …menottes ou pas….flingue ou pas.

Je rejoins la table, transpirant la débauche totale.

-  Quel est ton secret Vittorio ? Je suis certaine que tu caches quelque chose…je ne connais personne de lisse et d’irréprochable…par expérience. Je retrouve mon tabouret, pioche dans mon assiette et m’extase en appréciant les saveurs. Faut-il que je torture à nouveau ton corps pour t’extorquer ce ou ces secrets ?

Ma cheville vient flirter contre sa jambe, allant jusqu’à l’intérieur de sa cuisse sans pouvoir l’atteindre davantage. Je triche de la manière la plus charmante, usant d’une séduction indirecte, buvant mon vin sans le quitter des yeux, lui offrant ensuite un sourire prometteur.

– Je vais te faire un aveu Vittorio…plutôt une proposition. Je n’ai pas pour habitude de tourner autour du pot mais ça, je crois que tu l’auras deviné. Ma vie…fait que je n’ai pas souvent l’occasion de m’amuser. Je continue mes caresses sur sa jambe. …pas le temps…c’est compliqué surtout. La proposition que je veux te faire est simple et se résume en un seul mot : sexfriend. J’aurais pu dire : PCR – plan cul régulier - mais je sais montrer un peu de diplomatie quand même. Je le laisse digérer l’info puis reprends. Pas besoin de te faire un dessin. Je t’appelle pour savoir si je t’ai libre et on baise. Du sexe rien que du sexe. Ça détend  et on se prend pas la tête avec des sentiments qui te rendent esclave.

Je bois une grosse gorgée de vin, j’avoue que sa réponse me rend anxieuse mais bon s’il ne veut pas, je ne vais pas lui tirer la gueule pour autant.

– Te prends pas la tête non plus si le jeu ne te tente pas. Ça m’est difficile de faire des projets sur du long terme sinon je t’aurais bien épousé.

J’imagine que des questions vont tomber, je patiente tournant la bouteille de vin vers moi pour lire l’étiquette.

- …Vulpesco…tiens c’est amusant, ce nom me dit quelque chose…quelle importance j’ai dû le lire sur une autre bouteille.

Je m’en reverse un peu avant de le regarder.



©️ Justayne

☾ ☾ ☾ ☾ ☾


Opus DeiLes batailles de la vie ne sont gagnées ni par les plus forts, ni par les plus rapides mais par ceux qui n'abandonnent jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Mano nella borsa | Micaela Orsini [+18] - Lun 25 Sep 2017 - 21:59
avatar
embryon
embryon


EFFIGIE : Luca Argentero
BAFOUILLES : 1194
PACTE : 19/05/2017
OSSATURE : 35 ans
CONTRAT : Célibataire
BESOGNE : Gérant d'un restaurant
FABLE : La vie n'est pas suffisamment compliquée comme ça, il faut maintenant qu'on nous invente des problèmes aux allures de créatures fantastiques ? Allons bon, ce ne sont que des conneries ! Du moins, c'était ce que je croyais...avant qu'elle n'entre dans ma vie et ne foute tout en l'air.
ÉCHINE : Plus humain, tu meurs.
PRESTIGE : J'ai un sens inné pour...rien en fait ! M'attirer des emmerdes ?
GANG : Je me suffis à moi tout seul, en tant que Roi Suprême de la Maladresse et des Autruches
CREDIT : SHADOW DANCER








Mano nella Borsa

Une bague au doigt ? Moi ? Si ma mère l'entendait ! Elle en pleurerait de joie en nous serrant tous les deux contre elle, comblée que ce jour soit enfin arrivé. Je souris, visionnant la scène puis secoue la tête. Absurde, mais assez drôle. Surtout si la mariée porte un Beretta à la jarretière ! Le moins qu'on puisse dire c'est qu'elle sait s'en servir. Pas besoin de la démo pour m'en convaincre, j'ai suffisamment cerné le personnage pour comprendre que lorsqu'elle avance des compétences, elles sont véridiques. J'en ai d'ailleurs moi-même vérifier certaines quelques minutes plus tôt. Je ne retiens pas le rire qui me gagne quand elle m'identifie à cet homme presque parfait. Presque !

" Je serais tout à fait capable de trouver quelque chose, rien que pour le plaisir de me faire malmener par toi...t'en as conscience, pas vrai ? ", demandai-je avant de boire une gorgée de vin.

Là voilà qui s'apprête à m'avancer un nouveau marché. Un stratagème supplémentaire pour venir dîner à l'œil peut être ? Non ? Satisfaire une autre faim ? Je hausse les sourcils, plutôt surpris par son franc parler et sa manière d'être aussi à l'aise avec le sujet. Je ne veux pas jouer les pudiques, ni foncer tête baissée dans un autre de ses traquenards. Elle donne un peu plus de légèreté à son propos en évoquant à nouveau cette histoire matrimoniale. Je suis sur le point de répondre quand son attention se porte sur la bouteille de vin. Elle lit le nom qui y est inscrit et ce que j'allais formuler se dissipe. S'évanouit, quelque part, je ne sais où.

" Je ne suis pas fait pour le mariage, mais je n'ai rien contre du divertissement...maintenant que je sais
ce que je risque de perdre. "


Mais le plus important, c'est ce que j'y gagne. Plus qu'un plan cul, c'est une façon de me raccrocher à l'homme que je suis. L'homme que j'étais. Celui que j'ai cru voir disparaître à cause d'une nuit. Je n'ai pas pu m'y résoudre et je me congratule chaque jour de ne pas l'avoir fait. Et ce soir, avec elle, j'en suis d'autant plus assuré : j'ai fait le bon choix. Elle ne se doute pas des signes que me renvoie son attitude, du choix du vin au nom roumain sur sa langue. De ce qu'ils représentent pour moi. De ce qu'ils représentaient... De la façon dont je les interprète. Je sais que ça a l'air dingue, mais cela ne peut pas être le fruit du hasard. Elle est mon antidote et s'il faut, pour me démunir complètement des pensées qui m'assaillent parfois, raviver des souvenirs, je m'y habituerai.

" Je n'ai qu'une condition : que ça fonctionne dans les deux sens. Même si ton emploi du temps est... disons...plus aléatoire, je pense que tu réussiras à me trouver un créneau, ne serait-ce que pour une pipe ? ", énonçai-je tout sourire, saisissant un énième morceau de viande entre mes dents.

Pas de fioritures, ni de dentelles ou juste pour les sous-vêtements, j'avais compris. Si elle avait besoin de moi pour décompresser en vidant son sac -mes bourses ?-, l'inverse était aussi vraie. Me sentir vivant, fort, désiré. Promesse d'une relation simple et appréciable pour les deux parties, sans conséquence aucune. Je signe.





Revenir en haut Aller en bas
Mano nella borsa | Micaela Orsini [+18] - Lun 9 Oct 2017 - 22:24
avatar
hybrides
hybrides


EFFIGIE : Penelope Cruz
BAFOUILLES : 4009
PACTE : 15/02/2017


OSSATURE : 42 ans, petit gabarit musclé et plein de ressources
CONTRAT : Célibataire
BESOGNE : Pas le temps de faire autre chose que chasser pour l'Opus Dei
FABLE : Des vilains pas beaux qu'il faut buter et je crois que je suis douée.
ÉCHINE : Un truc bâtard qui s'ignore, j'aurais du sang de loup dans les veines.
CREDIT : moi // Signature, Justayne


Mano nella borsa  Vittorio & Mica

– Ha oui ?! Je n’avais pas remarqué ce détail croustillant te concernant… Lançais-je en arquant un sourcil, faussement suspicieuse, avant d’ajouter, plus salace. …huuum et j’ai adoré torturer ton petit corps implorant. J’en suis encore toute trempée.
Non je ne raconte pas de conneries pour une fois. D’ailleurs je ne me souviens en avoir dit une seule fois. C’est comme ça, je suis cash. Ça peut déplaire et ça déplait, surtout au niveau de mon taf. Mais j’ai croisé peu d’hommes qui s’offusquent quand on leur dit clairement les choses au lieu de minauder comme une gourde, pour en plus, ne pas obtenir ce que l’on veut au final. Non moi je suis pour l’attaque directe. Tu baises ou tu baises pas. Y a pas plus simple. Pas de perte de temps, tout le monde est content. Pourquoi s’encombrer avec des “et si ?” ou des “oui mais...”, prises de tête inutile alors qu’il suffit de se prendre tout court.

Les dés sont jetés. Enfin le pavé dans la marre est balancé parce que je ne sais franchement pas à quoi m’attendre quand j’ai jeté ça sur la table. Adviendra que pourra. Dans le pire des cas, il sera le premier à s’offusquer et complétera la case encore libre de mon analyse sur la gente masculine. Mhm mais j’avoue qu’il reste une énigme encore pour moi. Vittorio est dans les inclassable, j’ai presque envie d’inventer une catégorie uniquement pour lui. Le titre ? Pour l’instant ça ne me vient pas…mhm bon coup ? Non c’est tellement restrictif alors qu’il est bien plus que cela. Oui bien plus. Mon regard se balade sur lui alors qu’il me donne son analyse sur le mariage. Mais regardez-moi ce corps sans déconner. Grahou.

La cigarette est depuis un moment morte et écrasée, je me rince la gorge à coup de Frascati, dévorant mon beau cuisinier des yeux.
Tiens un petit compliment sorti comme une fleur. Remarquez, il ne parle peut-être pas de notre baise.

– Ça tombe bien, moi non plus…c’est pas en adéquation avec ma façon de vivre de toute manière. Puis devoir rendre des comptes parce que je n’ai pas d’horaires….non merci. Je pense que tu seras d’accord au moins sur ce point. Non le sexe sans le mariage moi ça me va à deux cents pourcent.

Je secoue mentalement la tête pour virer toutes ces idées d’une Mica mariée, deux chiards qui s’agripperaient à ses jambes quand elle rentre du taf. PITIEEEEEE c’est pas pour moi ce truc. Que le Planqué dans le ciel ne fasse pas un coup pareil ou je me fais débaptisée.

Cette fois, je manque de m’étouffer en avalant du vin. Mon poing vient frapper contre ma poitrine, je crachouille un peu, me ventile le visage parce que j’ai chaud tout à coup. Non que je sois prude mais je ne m’attendais à cette condition. Juste condition, ma foi. La réciprocité ne me dérange pas mais alors pas du tout, c’est le timing qui me fait dire que ça sera plus difficile dans un sens que dans l’autre. Mais pourquoi pas.

Le truc con auquel toute nana se doit de penser :
* Merde va falloir que je m’épile tout le temps….fais chier. * Okay ce n’est qu’un détail mais il a son importance tout de même.

Puis je m’imagine la scène en pleine chasse, le portable qui sonne ou vibre tout dépend de la chasse. Un sms : “SOS queue en détresse, besoin d’évacuer son stress…”, vous voyez le truc au moment où je plombe un enfoiré. Des bouts de chairs collées sur mes fringues ou que j’exsangue une sangsue…Là, tu te dis “merde” et t’hésite à textoter : “ une petite branlette ça peut pas le faire ?”…

- ….heu…tu laisseras prendre une douche avant quand même ? Parce que je veux bien te sucer mais pas certaine que tu bandes si je débarque sans passer par la case douche…je te rassure mes journées ne sont pas toujours “rock and roll” mais je préfère que tu sois au courant.  Je pousse mon assiette jusqu’à lui pour qu’elle voisine la sienne et prend place sur ses cuisses en travers. Un bras autour de ses épaules, je pioche de l’autre un bout de viande. …je signe oùùùù notre accord ? Je n’ai pas de stylo sur moi ….remarque on peut faire moins officiel…je suis certaine que tu as de quoi fournir pour me dédicacer un petit quelque chose…enfin petit, c’est bien loin de l’idée que je me fais de toi, Vittorio. Et pas ce que je sens sous mes fesses non plus.


©️ Justayne

☾ ☾ ☾ ☾ ☾


Opus DeiLes batailles de la vie ne sont gagnées ni par les plus forts, ni par les plus rapides mais par ceux qui n'abandonnent jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Mano nella borsa | Micaela Orsini [+18] - Lun 16 Oct 2017 - 22:10
avatar
embryon
embryon


EFFIGIE : Luca Argentero
BAFOUILLES : 1194
PACTE : 19/05/2017
OSSATURE : 35 ans
CONTRAT : Célibataire
BESOGNE : Gérant d'un restaurant
FABLE : La vie n'est pas suffisamment compliquée comme ça, il faut maintenant qu'on nous invente des problèmes aux allures de créatures fantastiques ? Allons bon, ce ne sont que des conneries ! Du moins, c'était ce que je croyais...avant qu'elle n'entre dans ma vie et ne foute tout en l'air.
ÉCHINE : Plus humain, tu meurs.
PRESTIGE : J'ai un sens inné pour...rien en fait ! M'attirer des emmerdes ?
GANG : Je me suffis à moi tout seul, en tant que Roi Suprême de la Maladresse et des Autruches
CREDIT : SHADOW DANCER








Mano nella Borsa

Je ne peux pas m'empêcher de rire face à son attitude, ravi d'avoir fait mon petit effet ! Mes sourcils se froncent cependant, lorsqu'elle évoque ses journées et ce qui pourrait m'incommoder si elle n'avait pas le temps de se rafraîchir. Une odeur désagréable ? Un visuel dérangeant ? Je ne l'imagine pas bouchère, ni poissonnière, à se salir les mains en vidant les entrailles d'une bête. Quoique ce ne serait pas nécessairement un problème pour elle. Mademoiselle n'a pas froid aux yeux et n'est pas du genre à grimacer facilement. Un bleu de travail, de la graisse plein les pattes, elle pourrait sans aucun doute manier la clé à molette comme personne. J'étais intrigué par ses dires, mais n'osais y aller franco. Maintenir une certaine distance, c'était aussi ce que cet accord voulait dire. Plus nous en savions l'un sur l'autre, moins cette relation avait du sens. Elle ne conservait son caractère "sans prise de tête" qu'avec un flou volontaire sur notre quotidien, nos agissements, les êtres qui faisaient partie de nos vies. A l'évidence, je ne serais jamais au courant de quoique ce soit la concernant, à moins de la prendre -mhm !- devant le fait accompli.

Je la regarde se lever pour me rejoindre et s'asseoir sur mes cuisses plus que sur mes genoux. L'air innocent qu'elle se donne, ce ton mélodieux, ça ne colle pas avec ses paroles, lourdes de sous-entendus. Je relève la tête et passe une main dans son dos, frôle sa colonne vertébrale, lentement, jusqu'à atteindre sa nuque. Et tout en se faisant, je lui réponds.

" Certains actes sont plus parlants encore qu'un bout de papier... "

Je dépose un baiser sur sa clavicule, le fait s'éterniser tandis que mon autre main caresse l'une de ses cuisses, toujours aussi progressivement.

" Mais je ferais peut-être mieux d'aller nous chercher de quoi écrire ? "

Je pensais être repu de son corps, mais cette proximité réveille mes sens. Je la touche et ce que nous venons de vivre m'assaille, des images en pagaille qui me rappellent ce que je n'étais pas prêt d'oublier. Si je savais où la trouver, pas sûr que je passe ne serait-ce qu'une nuit seul, sans elle. Il y aurait toujours un prétexte, une occasion qui n'en serait plus et elle finirait par ne plus prendre goût à mes apparitions. Il valait mieux la laisser faire, la laisser décider. Jusqu'à présent, je n'avais pas eu à me plaindre de ses choix.







Revenir en haut Aller en bas
Mano nella borsa | Micaela Orsini [+18] - Jeu 26 Oct 2017 - 17:14
avatar
hybrides
hybrides


EFFIGIE : Penelope Cruz
BAFOUILLES : 4009
PACTE : 15/02/2017


OSSATURE : 42 ans, petit gabarit musclé et plein de ressources
CONTRAT : Célibataire
BESOGNE : Pas le temps de faire autre chose que chasser pour l'Opus Dei
FABLE : Des vilains pas beaux qu'il faut buter et je crois que je suis douée.
ÉCHINE : Un truc bâtard qui s'ignore, j'aurais du sang de loup dans les veines.
CREDIT : moi // Signature, Justayne


Mano nella borsa  Vittorio & Mica



☾ ☾ ☾ ☾ ☾


Opus DeiLes batailles de la vie ne sont gagnées ni par les plus forts, ni par les plus rapides mais par ceux qui n'abandonnent jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Mano nella borsa | Micaela Orsini [+18] -
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 4 :: Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Sujets similaires
-
» Mano nella borsa | Micaela Orsini [+18]
» Un angelo nella notte [Solo]
» Indicateur pression d'huile
» L'ATELIER DU SCULPTEUR
» pression d'huile

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: