The hunter and the wolf [Yavana]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Lyle Phelps
LYCANS - HOWL TO THE MOON
OSSATURE: : 31 ans CONTRAT: : célibataire BESOGNE: : Lieutenant de police
FABLE: : X ÉCORCE: : 93 ÉCHINE: : Lycan au pelage blanc frissonnant PRESTIGE: : Don de l'intuition, la capacité de saisir ce qui se cache sous l'enveloppe des inconnus. Cicactrise très vite, rapidité hors du commun et une ouïe parfaite. GANG: : Beta au sein de la meute Vinter @EFFIGIE: : Travis Fimmel BAFOUILLES: : 32 PACTE: : 14/06/2017



Message
Mer 19 Juil - 1:07

   
The hunter and the wolf
Yavana & Lyle

   
   
Ce n'est peut être qu'un rêve. Silencieusement, dans cette forêt respirant l'air primaire dans toute sa simplicité j'attendais. Je ne sais pas réellement quoi, le pourquoi de ma présence était d'une envie qui avait germée spontanément dans mon esprit. Le bruissement des feuilles, des nervures de leurs membranes apportaient les odeurs de chênes, d'érables et de conifères. À l'état sauvage, j'aspirais à n'être qu'un simple mammifère de plus errant sur cette terre. Cette tranquillité si profondément ancrée dans mes gênes et si cher à mes yeux me transportait littéralement. Je pouvais sentir les palpitations de mon cœur s'affoler à chacune de mes inspirations. Le tambourinement contre ma cage thoracique se muer en une cacophonie si lourdement armée que le sol lui même aurait pu trembler. Dans cette tranquillité j'oubliais tout, enfin presque. Nostalgique de cette période ou mes pas me menèrent sur les traces des origines du clan. Ces gorges escarpées, le vide sous mes pieds arborant mon regard sur un panorama à vous couper le souffle.

La gorge déployée, un râle s'extirpe tranquillement d'entre mes lèvres pour mieux expirer. Ce pays, ces contrées, ces origines. Tout, absolument tout est lié. Il fallait prendre une certaine forme de distance pour ne pas nier l'évidence même que nous oublions souvent à défaut de se fixer et de penser. Peu à peu je m'expose à mes propres faiblesses, des interrogations que je préférais peut être laisser de côté. Je cachais ma personne de mes propres réflexions, m'aveuglant d'une forme de complaisance naïve et bornée. Cette forme d'idiotie que je me targue d'arborer au devant des autres, des miens, de lui. Pourquoi suis-je ici ? Que me suis-je donc imposer en rebroussant chemin et cela aura t-il un jour une fin ? À l'évidence tout ceci ne faisait que commencer, ma vie était faites pour vivre et pourtant, pourtant j'étais sur le point de vouloir me perdre une nouvelle fois dans une violente traque ensanglantée.

Loin de moi, je perçois des bruits, inhabituelles pour le commun des mortels. Oui cette façon de se mouvoir, les déplacements effectués, quelque chose de similaire à la dangerosité des créatures hostiles et pour le moins étrange. Car cela n'a rien de normal ici, pas dans ce monde, pas par l'ouïe et la vision que je comprends entendre et voir à travers l'ombre. C'est un sursaut d'adrénaline, une poussée de testostérone et de curiosité qui m'indique la direction à prendre. J'amorce de grandes enjambés puis je finis par courir. Quelque chose se trame là bas, une chose que seul un monstre peut repérer. Mes yeux percent leurs silhouettes cadavériques. Répugnantes créatures de l'ombre venant prendre ce qu'ils leurs semblent un dû. C'est l'instinct, le pressentiment d'une chasse qui est en pleine partie. C'est une forme humaine qui est devenue la victime. Une proie qui faiblit et qui s'agite pour finalement s'acharner à survivre. Ses ravisseurs ne sont qu'une poignée, je les observent et ne font pas attention à ma présence ici. Absorbés par leurs propres vices, cette fois leurs pêchés ne fomenteront pas un crime. Ma peau me démange, le sang qui parcoure mes veines bouillit à en imploser d'une hémorragie interne. Mon corps s'élance, il se jette sur une première forme visqueuse qui s'éclate contre l'écorce rugueuse d'un arbre solide. Ma main s'imprègne d'une encre noire bien trop perceptible pour croire en une quelconque rêverie. C'est la réalité, sans broncher j'arrache morceau par morceau, membre par membre les extrémités d'une seconde créature. C'est la fin de cette sauterie, les prédateurs sont devenues les proies, mes propres victimes.

Aucune perte d'appétit, le dernier d'entre eux est sur le point de franchir la limite qui sépare cette être humain d'une mort atroce et complètement futile. Mon corps se jette dans la bataille, j'intercepte et cogne avec hargne sans sourcilier. Son sang gicle sous le poids des mes impacts. Mes poings s'imprègnent de cette substance noire. Je finis par m'épuiser, la force elle ne me quitte pas. Psychiquement quelque chose me rend nue au regard de cette femme. Elle me fixe, elle semble tout aussi surprise qu’apeurée par cette vision d'horreur que j'ai à lui offrir. Serait-elle entrain de perdre littéralement le contrôle ? Pense t-elle que je suis aussi sanguinaire que ces créatures malgré mon apparence humaine ? Je ne peux que me permettre de lâcher entre mes dents acérées ces quelques mots pour entrevoir la prochaine possibilité. « C'est terminé... » Je me relève spontanément dans un élan de recul. La lenteur me fait presque chavirer. Je suis comme happée par une fatigue que je ne saurais distinguer. Je passe le revers d'une main contre mon front brûlant et perlant de sueur sans broncher. Toujours cette même question au coin de ma bouche, hantant mes pas, et tenant mon esprit éveillé. Tout ceci aura t-il un jour une fin ?  
   
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Yavana Serindë
OPUS DEI - OPEN-WOUNDED
OSSATURE: : 25 ans CONTRAT: : Célibataire BESOGNE: : Ancienne chasseuse pour l'Opus Dei, proie des chasseurs et des créatures depuis qu'elle est devenu amnésique FABLE: : Parfaite connaissance du surnaturel depuis son enfance. ÉCHINE: : Simple humaine à la chair fraiche. @EFFIGIE: : Alysha Nett BAFOUILLES: : 49 PACTE: : 03/07/2017



Message
Lun 24 Juil - 12:05

   
The hunter and the wolf
Yavana & Lyle

   
   
Yavana courait dans cette vaste forêt sans savoir ou elle allait, tout ce qui comptait c'était sa survie et éviter les Vampires qui étaient en train de la poursuivre. Dague dans une main, Yavana savait qu'elle ne servirait pas à grand chose face aux gens qui étaient en train de la traquer mais c'était toujours mieux que rien. Elle entendait des rires et savait qu'ils lui laissaient juste prendre un peu d'avance et qu'ils n'aurait pas de difficulté à la rattraper mais elle espérait encore en sortir indemne. Sentant son cœur battre à toute vitesse elle s'arrêta soudain net en voyant un homme devant elle, le sourire aux lèvres et le teint trop pâle pour être humain, Yavana comprit qu'elle était encerclée.  Gardant sa dague à la main, la jeune chasseuse ne quitta pas une seule seconde du regard cet homme qui avait l'air de s'amuser de la situation. Elle était seule, ancienne chasseuse qui avait tué beaucoup de Vampires et qui se retrouvait maintenant à la rue de toute protection, comment ne pas se réjouir de ce spectacle ?

Serrant les dents, Yavana sentit l'ancienne chasseuse en elle refaire surface. Elle ne comptait pas se laisser pomper le sang aussi facilement ! Son cœur se calma petit à petit tandis que son sang chauffait de rage, ils l'avaient déjà laissé pour morte une fois ils n'avaient pas intérêt à se louper cette fois ci. Sentant les autres approcher, la jeune femme tourna doucement la tête pour les observer un par un. Ils étaient nombreux par rapport à elle mais peu lui importait elle allait quand même se battre par fierté. Laissant un cri de guerre sortir d'entre ses lèvres, Yavana fonça vers le premier qu'elle avait vu et leva la dague pour l'enfoncer vers son cœur. Comme elle s'en doutait celui ci bien trop fort pour juste une dague la retira de son corps tout en laissant un liquide noir couler avant de la frapper au thorax pour l'envoyer valser contre un rocher. Elle sentit sa tête heurter une pierre et l'odeur du sang planer dans la forêt. Essayant de se relever, elle sentit sa tête tourner mais ne voulait pas se laisser abattre aussi facilement. Se tenant à un arbre Yavana fusilla du regard l'homme avant de le voir arriver vers elle avec une rapidité étonnante. Sans attendre il lui planta la dague dans le ventre, son cœur s'accéléra tandis qu'un léger bruit sorti d'entre ses lèvres en sentant la dague ressortir de son corps. Ses jambes se dérobèrent alors qu'elle sentit ses forces s'en aller. Posant une main sur sa blessure pour arrêter le sang de couler, elle leva les yeux pour voir le vampire sortir ses crocs et se pencher vers elle. C'était donc comme ça qu'elle allait finir. Comme viande pour des vampires ?

Fermant doucement les yeux pour éviter de voir sa mort approcher, Yavana entendit soudainement un bruit sourd et des grognements. Rouvrant doucement les yeux, elle observa un homme qu'elle ne connaissait pas mettre au sol chaque vampire qui était là. Quand le dernier vampire fut tué, Yavana posa son regard sur cet homme. Pourquoi venait il donc de la sauver ? Elle sentait la peur l'envahir sachant très bien qu'il était lui aussi une créature et que si il voulait il pouvait la tuer à son tour mais la phrase qui sortit d'entre ses lèvres la surprit. Terminé ? Ce n'était que le commencement pour Yavana. Elle savait qu'elle ne serait jamais en paix mais au moins sa mort n'était pas programmée pour aujourd'hui. « Merci. » Ce mot était sorti comme un murmure d'entre ses lèvres tandis que sa tête tournait encore un peu et que le sang essayait de passer entre ses doigts. Elle voyait que lui non plus n'était pas dans un très bon état et essaya de se relever tout en se retenant à l'arbre qui était à côté d'elle. Se posant conte celui ci tout en gardant sa main sur sa blessure, Yavana l'observa. « Vous allez bien ? Ma maison n'est pas très loin si vous avez besoin de vous reposer. » Elle esquiva un léger sourire face à l'homme qui venait de lui sauver la vie avant de rajouter. « Et j'aurais besoin aussi de vous pour me recoudre si vous voulez bien. » Elle en demandait sûrement trop face à cet homme qu'elle ne connaissait pas mais vu sa tête qui tournait, Yavana n'était pas sur de réussir à le faire elle même.


   
AVENGEDINCHAINS

_________________
Yavana
. by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Lyle Phelps
LYCANS - HOWL TO THE MOON
OSSATURE: : 31 ans CONTRAT: : célibataire BESOGNE: : Lieutenant de police
FABLE: : X ÉCORCE: : 93 ÉCHINE: : Lycan au pelage blanc frissonnant PRESTIGE: : Don de l'intuition, la capacité de saisir ce qui se cache sous l'enveloppe des inconnus. Cicactrise très vite, rapidité hors du commun et une ouïe parfaite. GANG: : Beta au sein de la meute Vinter @EFFIGIE: : Travis Fimmel BAFOUILLES: : 32 PACTE: : 14/06/2017



Message
Mar 25 Juil - 0:13

   
The hunter and the wolf
Yavana & Lyle

   
   
L'instant est intemporel, perceptible par un seul champ de vision déjà trop réduit par cette violence qui imprègne mon esprit. Telle qu'un hongre, je porte des œillères me faisant sentir aussi puissant qu'effrayant. Si je n'étais pas intervenu, si je n'avais jamais parcouru cette immense forêt, si seulement j'avais l'impression d'être beaucoup plus qu'un chien fou complètement perdu. Calmer ses hardeurs, reprendre son souffle et expirer l'air pure. C'était une façon bien anodine de se retrouver, de reprendre le contrôle sur cette machine à tuer que j'étais derrière ce squelette, cette apparence faites de chair et d'os. Les contes et les légendes sur les loups n'avaient pas très bonne réputation. Dans une autre vie l'on aurait pu me prendre pour le grand méchant loup et cette fille, elle le chaperon rouge. J'écoutais sans réellement vouloir entendre, c'était instinctif, un simple merci et puis mes yeux se posèrent clairement sur cette blessure. J'expirais à grand coup, reprendre son souffle et un rythme cardiaque plus lent n'était pas chose aisée après cette mésaventure qui aurait pu nous coûter la vie. Qu'importe, l'important c'était de rafistoler cette fille avant qu'elle ne se vide comme un carton de cubi malmené. « C'est plutôt moi qui devrait vous poser cette question. » Déclarais-je en pointant cette plaie béante suintante de sang dont elle capitonnait l'ouverture de sa paume de main maladroitement.

Mon attention se portait sur la si frêle silhouette qu'elle arborait. Pourtant son regard, cette volonté de faire abstraction aux douleurs et à ses détracteurs que je venais de tuer sous ses yeux m'était impensable. Oui, c'était la chose la plus étrange qu'on puisse croire mais, cela n'avait pas prit aux tripes la jeune femme, elle n'en était pas soulagée, aucunement effrayée ou repliée sur sa propre petite personne. Que pouvait bien signifier tout ceci ? Sa voix m'interpella, elle effaça instinctivement cette réflexion de mon esprit. « Je...eee...Je vais vous aider. » Bien sûr que tu vas le faire espèce de clébard mal léché. Sans broncher, ni en dire plus je m'approchais, mes sourcils se froncèrent en ressassant les derniers instants que je venais de vivre pour sauver cette fille. Qui était-elle ? Peut être le choc, les émotions trop fortes lui avaient fait perdre la raison. Un tueur restait un tueur, sur ce coup j'étais seulement le meurtrier de ceux qui attentaient à sa vie. Avait-elle seulement à l'esprit qu'ils étaient des vampires ? Bizarre...

Je m'approchais pas à pas, plus proche d'elle que n'importe qui d'autres encore vivant par ici. Mes yeux examinent la blessure. Furtivement le peu qu'elle puisse faire avec sa paume semble retenir le contenant rouge liquide se déversant de cette entaille béante. Sans plus attendre, j'empoignais le plus doucement possible ses hanches. Dans un mouvement serein et empreint d'une habitude nonchalante je prenais conscience qu'il ne fallait pas laisser ça traîner trop longtemps. « Bougez pas. » un conseil plus qu'un ordre mais bon, l'un dans l'autre c'était du pareil au même. On porte une mariée de cette façon, c'est là le plus approprié pour pas laisser le sang s'écouler trop rapidement. Le seul moyen que je trouvais pour entrevoir le chemin vers un baraquement au milieu de nul part pour rafistoler la femme qui c'était faites plus discrète à cet instant. Un premier contact corporel reflétant sa légèreté pour des bras de géants. Un somnambule aurait pu retrouver facilement son chemin. « Alors c'est par où ? » Entamais-je naïvement avec une attente soucieuse plissant mon front déjà trop occupé à sentir si des êtres gênants étaient encore dans les parages. Je restais plus silencieux, me formalisant à suivre ce qu'elle me désignait comme le chemin à suivre jusqu'à chez elle. Comment une nana aussi fragile d’apparence pouvait bien se retrouver dans une situation aussi catastrophique ? Trop de questions se bousculaient à présent dans cet tête qui me sert à pas grand chose. Je marchais restant prudent, et si elle était juste un appât me tendant un piège pour servir quelques suceurs de sang ? Sa façon d'être était plutôt flippante. La seule explication pour une humaine, car c'était bien une femme lambda que je tenais entre mes bras de cela j'en étais certains. Un gros coup sur la tête, un choc émotionnel intense qui la rendait dans cet état léthargique et soporifique sur ce qu'elle venait de voir. Soit ça soit elle était complètement folle, cinglée et les éléments aussi surnaturels comme les vampires ou un mec paumé prêt à les buter avec une force dévastatrice n'avait rien d'inhabituel dans son quotidien. Nous approchions du lieu-dit, je la déposais lentement mais sûrement. « C'est bien là ? » Questionnais-je septique avant de sentir le parfum abrupt et pourtant similaire au sien de cet endroit.  
   
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Yavana Serindë
OPUS DEI - OPEN-WOUNDED
OSSATURE: : 25 ans CONTRAT: : Célibataire BESOGNE: : Ancienne chasseuse pour l'Opus Dei, proie des chasseurs et des créatures depuis qu'elle est devenu amnésique FABLE: : Parfaite connaissance du surnaturel depuis son enfance. ÉCHINE: : Simple humaine à la chair fraiche. @EFFIGIE: : Alysha Nett BAFOUILLES: : 49 PACTE: : 03/07/2017



Message
Mar 1 Aoû - 7:26

   
The hunter and the wolf
Yavana & Lyle

   
   
Yavana observait cet homme qui venait de la sauver d'une mort certaine. Il n'était pas humain ca c'était sur et encore moins vampire vu comment ils venaient de tuer les autres. Son regard essayait de le scruter pour comprendre pourquoi venait il de risquer sa vie pour elle ? Pourquoi était il encore là devant elle alors qu'il aurait put la laisser se vider de son sang toute seule contre son arbre ? Un léger sourire illumina son visage au moment ou il prit la parole. « C'est plutôt moi qui devrait vous poser cette question. » Baissant son regard vers la plaie qu'il venait de pointer du doigt, Yavana haussa doucement les épaules avant de répondre d'une voix douce. « J'ai vu bien pire ne vous inquiétez pas. »  Et c'était vrai vu les cicatrices qu'elle avait sur le corps mais malheureusement elle ne se souvenait de rien, d'aucune cicatrices. Au moins celle là elle pourra s'en souvenir.

Le liquide chaud coulait doucement sur son crâne jusqu'à son cou mais ce n'était pas ce qui l'inquiétait le plus. Ce qu'elle avait en tête à ce moment là était de savoir si elle pouvait faire confiance à cet homme qu'elle ne connaissait pas ? Yavana n'aimait pas montrer son chez elle aux gens, peu de personne savaient ou elle vivait mais pour arrêter le sang de couler elle était obligée de lui faire confiance. Le voyant approcher doucement vers elle, la chasseuse eu un léger réflexe de reculer d'un pas avant de sentir l'arbre coller contre son dos. Elle releva les yeux vers lui tout en esquissant un sourire assez gêné. « Désolé c 'est une mauvaise habitude. » Le laissant s'approcher sans rien dire elle le laissa faire au moment ou il déposa son bras vers ses hanches pour la soulever du sol comme l'aurait fait un marié avec son épouse. Yavana était légèrement gênée par la proximité qui venait de s'installer entre les deux inconnues mais elle releva tout de même son regard vers lui. Observant chaque détail de son visage, de ses yeux bleu perçant et de ses lèvres. Sortant de ses pensées au moment ou il reprit la parole pour demander son chemin, Yavana tendit sa main vers la droite, là ou la forêt se faisait plus dense et ou la lumière n'arrivait pas à se faire un chemin. « C'est par là. Toujours tout droit et au rocher il faudra tourner à droite. » Voilà qu'elle laissait sa vie entre les mains d'un charmant inconnu. Elle le menait tout droit à son endroit secret, sa cabane qui la protégeait de tous les gens qui lui voulaient du mal mais avait elle le choix ? Elle ne se sentait pas capable de rentrer chez elle par ses propres moyens et savait qu'elle perdrait connaissance avant même de pouvoir essayer de se recoudre elle même.

Au bout de quelques minutes de marche qui fut très longue aux yeux de la chasseuse, ils arrivèrent enfin devant chez elle. Sentant qu'il la déposait au sol avec le plus de délicatesse possible, Yavana essaya de rester droite tout en sentant son corps fatiguer. « Oui c'est bien là. » Devant elle se trouvait une petite cabane en bois qui n'était pas bien grande mais qui suffisait largement à la chasseuse. Une petite terrasse avec deux chaises et une table rempli de fleurs qui montrait qu'une femme vivait dans cet endroit et qu'elle essayait de tout faire pour se sentir à l'aise. « Venez avec moi. » Un léger sourire s'installa sur son visage tandis qu'elle avança doucement pour arriver jusqu'à la porte de sa cabane. L'ouvrant lentement, Yavana verifia d'abord que personne n'était là à l'attendre avant de pousser entièrement la porte pour laisser entrer l'inconnu qui l'avait ramener jusque là. Refermant la porte derrière elle, Yavana ouvrit les fenêtres pour laisser entrer l'air et entendre si quelqu'un approchait de la maison. « Je suis désolé ce n'est pas bien grand et accueillant mais je n'ai pas mieux à vous offrir. » Elle avait souvent honte de sa nouvelle vie et de là ou elle habitait mais ne pouvait pas faire autrement. Comment vivre quand on est pourchassé par des bêtes et des chasseurs ?

S'avançant doucement vers sa cuisine Yavana en sorti une aiguille et un fil avant de prendre une bouteille de rhum qui trainait là depuis son arrivée. S'asseyant doucement sur le canapé elle déposa le fil et l'aiguille sur la petite table avant de faire signe à l'inconnu de venir s'asseoir. « Je m'appelle Yavana au faite. » Autant lui donner son prénom étant donné qu'il allait la charcuter dans pas longtemps. Ouvrant la bouteille, Yavana la porta à ses lèvres pour en boire un bon contenu avant de la tendre vers l'homme. « Des forces pour ce qui va se passer ? » Un grand sourire illumina son visage tandis qu'elle attrapa un vieux t'shirt pour verser de l'alcool dessus et le poser sur sa plaie. La brûlure se faisait ressentir mais Yavana serra les dents pour éviter de crier ou dire quelque chose. Tout ce qu'elle voulait c'était qu'on arrête son sang de couler comme il était en train de le faire. Reportant son attention sur son sauveur elle plongea son regard dans le sien tout en essayant de parler pour oublier la douleur qu'elle s'infligeait. « Vous n'allez pas me manger à cause de l'odeur de mon sang ? » Elle avait peur c'était vrai mais quand on connaissait le monde qui nous entourait, on avait de quoi avoir peur. « Je parierais sur Lycan vu que vous n'avez pas essayé de me sucer le sang, ni même essayé de me manger. »  Son sourire illumina son visage tandis qu'elle continua d'une voix amusée. "Et vous n'avez pas la tête d'un sorcier!"



   
AVENGEDINCHAINS

_________________
Yavana
. by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Lyle Phelps
LYCANS - HOWL TO THE MOON
OSSATURE: : 31 ans CONTRAT: : célibataire BESOGNE: : Lieutenant de police
FABLE: : X ÉCORCE: : 93 ÉCHINE: : Lycan au pelage blanc frissonnant PRESTIGE: : Don de l'intuition, la capacité de saisir ce qui se cache sous l'enveloppe des inconnus. Cicactrise très vite, rapidité hors du commun et une ouïe parfaite. GANG: : Beta au sein de la meute Vinter @EFFIGIE: : Travis Fimmel BAFOUILLES: : 32 PACTE: : 14/06/2017



Message
Dim 13 Aoû - 20:23

   
The hunter and the wolf
Yavana & Lyle

   
   
Quelle genre de personne vivrait reclus si se n'était pas pour fuir les ennuis ? Bizarrement le flottement qui s'installa entre les deux protagonistes ne semblait pas la gêner. Pas le moindre danger à l'horizon, c'était déjà assez curieux de lier cette cabane et cette femme au même endroit. On se demande forcément pourquoi, elle n'a pas l'air d'être effrayée. J'ai beau la sondée elle n'est qu'une simple humaine. L’intrigante rencontre fait peu à peu réfléchir, et si elle n'était pas qu'une simple victime des vampires ? Sa n'a aucun sens. Je la suit l'observant scrupuleusement. Elle semble bien calme, la vue du sang ne l’effraie pas et elle semble en connaître bien  plus qu'elle n'oserait en dire.
L'odeur du bois imprègne ce lieu. Pour une cabane c'est normal mon vieux. Conclusion ta pas mieux à sortir comme réflexion à sortir de ton chapeau ? Non je me dis ça comme ça histoire de pas passer pour le premier blaireau. En l’occurrence elle inspire plus confiance que les autres gugusses qui cherchaient à l’égorger comme un goret pour la vider de son sang. Toujours à chercher des réponses en sous-marin alors que tu pourrais tout simplement lui poser la question directement. Pour l'heure c'est pas vraiment le moment. Bah ouais après avoir secourue la gonzesse faudrait-il qu'elle crève pas vu le trou béant qui doit se cacher derrière ce monceau de tissu imprégné et puant le sang. Je vais la suivre sans broncher, l'aider puis repartir se sera simple, rapide, efficace. Moins tu te poses de question mieux se sera en effet. Tu parles peu, tu cogites trop à croire qu'Elijah déteins sur toi tiens. C'est pas bon du tout, pas bon pour ta gueule sa non et tu vas tirer la tronche en admettant que quelque part au fond c'est peut être pas faux tu commences à lui ressembler.

Bon en admettant que je sois entrain d'apprendre et d'assagir mon tempérament tu as pas plus urgent à régler ? Ah si alors magnes toi le cul et exécutes. T'observes sans rien dire, elle semble plutôt prudente, sa façon de s'agiter autour de toi et de scruter aux vitres sa te fais pas tilter non ? Sûrement que sa mort imminente la rend soudainement beaucoup plus parano et se croit suivit par ces foutus vampires si elle a conscience de ce qu'ils sont et j'en doutais encore durement. Ça a pas vraiment d'importance et quelque chose dans tout ce bordel semble prendre une forme dissonante à l'ouïe quand tu y penses. Soudainement tu sors de cet état un peu brumeux tu parlais plus quand tu étais sur le point de la perdre et qu'elle te claque ni une ni deux entre les bras alors fait un petit effort tu veux ? « Je comptais pas m'éterniser ici de toute façon... Vous non plus je vous le conseil. » Lançais-je en examinant un peu plus les lieux. C'est pas vraiment le grand luxe mais bon les loups ont l'habitude d vivre dans des lieux de ce genre. L'isolement et le calme propice à ne pas se faire déranger par n'importe quel péon durant nos transformations nocturnes. À croire que c'était une foutue louve tout comme nous, elle en avait le comportement mais, je savais pertinemment qu'elle en était pas une. Je reste debout déambulant et laissant ma main glisser le long des parois en bois à l'affût du moindre son étrange provenant de l'extérieure signe que ces salopards suceur de sang n'avait pas abandonnés si facilement. « Lyle... »

C'est quoi ce regard perçant ? Tu vas pas faire ton loup solitaire et faire semblant de pas voir qu'elle est pas conne comme fille à ce point non ? Bon sang c 'est toujours sur ma gueule que cela doit tomber apparemment. Ça aurait pu être pire non ? Elle est plutôt charmante si tu fais abstraction qu'elle se vide de son sang. « Vous en aurez plus besoin que moi, essayez de pas bouger. » Je finissais par prendre les devants, refusant de boire, si elle voulait faire ça propre valait mieux effectivement. Armé d'une aiguille et de fil aussi rudimentaire soit-il j'entamais le boulot. Les conditions de cette attaque étaient encore floues, à mon sens elle pouvait s'être trouvée dans le mauvais endroit au mauvais moment. Je m'appliquais à faire ça vite et bien. Son regard avait quelque chose de perturbant, d'autant plus que ses propos l'étaient encore plus. Je laissais s'échapper un rire presque offusqué d'entendre ce genre de choses venant d'une simple humaine. « Pfff c'est pas vraiment mon truc non. » Vas-y détournes l'attention, fit semblant de pas comprendre ce qui vient de se passer. Elle avait été témoin de cette force surhumaine qui t'habitais, elle ta vu les déchiqueter, les réduire en pièce et tu vas lui faire avaler que tout ça c'était qu'une fiction ? Se serait vraiment très con. Tu veux te dépatouiller pour pas foutre en l'air les apparences et puis finalement c'est elle qui brise le silence. « Tu es bien renseignée pour une simple humaine... » Déclarais-je en admettant finalement qu'elle n'avait pas tord. Qui était-elle ?
Je soupir sous les allusions accablantes qui me pointent de deux opales brillantes. Je m'appliquais en même temps à recoudre cette plaie suintante encore légèrement. J'empruntais sans réellement prendre le temps de déblatérer la politesse d'usage. « Excuses moi. » murmurais-je alors que j'approche mes yeux de son visage puis verse instinctivement l'alcool sur la blessure. Une petite distraction, quoi que détourner l'attention de cette façon il y avait peut être mieux au final. « Tu sais ce qu'ils te voulaient ces bouffeurs d’hémoglobine ? » J'arque mon sourcil l’œil droit attentif à la dernière touche de ce rafistolage auquel j'arrachais de mes dents le surplus de fil restant.
   
AVENGEDINCHAINS


Dernière édition par Lyle Phelps le Sam 7 Oct - 22:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Yavana Serindë
OPUS DEI - OPEN-WOUNDED
OSSATURE: : 25 ans CONTRAT: : Célibataire BESOGNE: : Ancienne chasseuse pour l'Opus Dei, proie des chasseurs et des créatures depuis qu'elle est devenu amnésique FABLE: : Parfaite connaissance du surnaturel depuis son enfance. ÉCHINE: : Simple humaine à la chair fraiche. @EFFIGIE: : Alysha Nett BAFOUILLES: : 49 PACTE: : 03/07/2017



Message
Lun 4 Sep - 18:50

   
The hunter and the wolf
Yavana & Lyle

   
   
C'est vrai que sa cabane n'était pas des plus accueillante et qu'au premier abord on pouvait croire qu'elle était abandonnée mais Yavana accueillait rarement du monde dans cet endroit. Et le fait qu'on puisse penser que personne ne vivait ici était quelque chose de voulu. C'était son refuge, son endroit secret et très peu de gens savaient qu'elle vivait ici. Tout ce que Yavana espérait au fond d'elle c'était qu'il n'allait pas dévoiler à quelqu'un qu'une ancienne chasseuse vivait ici. Le voyant observer les alentours comme ci il se demandait pourquoi elle venait de l'amener dans cet endroit coupe gorge, la chasseuse ne put se retenir de sourire. Un simple humain aurait surement prit peur face à cet endroit mais lui était encore là. Était il têtu ? Ou juste fou ? Ce n'était pas vraiment la question à se poser en ce moment, et encore moins au moment ou elle entendit des gouttes de sang s’aplatir sur le sol en bois. « Malheureusement je ne suis pas comme vous, je n'ai pas vraiment le choix de m’attarder ici. » Evitant son regard pour ne pas montrer la gêne qui c'était posé sur son visage en disant ça, Yavana continua à tout préparer. Entendant le prénom de l'homme qui venait de le sauver sortir d'entre ses lèvres, l'humaine se tourna doucement vers lui un léger sourire sur les lèvres. « Ravi que vous soyez tombé au bon moment Lyle. »

S'asseyant enfin Yavana ne se retenu pas une seule seconde pour boire le liquide qui se trouvait dans la bouteille. Elle savait très bien que ce qui allait suivre allait être douloureux mais il fallait qu'elle reste éveillée. Après tout elle ne connaissait rien de cet homme et ne pouvait pas lui faire confiance aussi facilement. Le voyant prendre l'aiguille et le fil, Yavana serra doucement les dents. Essayer de pas bouger ? C'était bien plus facile à dire qu'à faire malheureusement mais elle allait faire de son mieux. Toute sa vie la chasseuse avait été entraînée pour ne jamais montrer aucune faiblesse et ne pas ressentir la douleur mais tout ça était du passé. Sentant l'aiguille entrer le plus doucement possible dans sa chair, Yavana posa son regard sur Lyle qui était concentré. Au moins il avait l'air de savoir un minimum ce qu'il était en train de faire et c'était déjà rassurant. Ses ongles rentrèrent dans la chair de ses cuisses tandis que son regard restait impénétrable comme à son habitude. Elle ne montrait aucune douleur, aucune émotion alors qu'à l’intérieur son corps était en train de crier pour que tout ca se finisse le plus rapidement possible. Un rire sortit tout de même d'entre ses lèvres ou moment ou il reprit la parole. « Qui dit que je suis une simple humaine ? » Elle connaissait chaque clan, chaque race et chaque pouvoir que détenaient les créatures de ce monde. Si il la prenait pour une humaine c'était sûrement un Vinter, ces créatures qui arrivait à détecter ce qu'ils avaient en face d'eux. Malheureusement il ne pouvait pas détecter si il était une chasseuse ou une simple humaine ce qui était déjà bien aux yeux de la jeune femme. Lyle ne l'aurait sûrement pas sauvé des griffes des vampires si il savait ce qu'elle était et ce qu'elle avait fait bien avant tout ça contre les Lycans.

Cela faisait bien longtemps que personne ne c'était excusé auprès d'elle. Enfaite en y réfléchissant bien jamais personne ne lui avait demandé des excuses. Elle sentit ses joues devenir légèrement rouge tout en fixant le plafond pour éviter ce regard si perçant. « Ne vous excusez pas vous venez de me sauver la vie. » Elle sentit son visage s'approcher un peu plus du siens pour couper le fil avec ses dents. Il y a bien longtemps que quelqu'un ne c'était pas autant approché d'elle sans avoir envie de la tuer et un frisson parcouru son corps au moment ou elle sentit la respiration de cet inconnu caresser sa peau si froide. Au moment ou il se recula, la question que Yavana redoutait le plus arriva. S'allongeant doucement sur le canapé sans répondre tout de suite, la jeune femme se demandait si elle devait dire la vérité ou mentir comme elle faisait habituellement. C'était si simple de mentir, les gens n'essayaient pas de la tuer et encore moins de la vendre à l'Opus Dei. Déposant son regard sur lui, elle attendit encore un peu avant d'ouvrir enfin la bouche. « C'est.. compliqué. » Se relevant doucement pour s'asseoir elle sentit sa tête tourner à cause de la blessure à sa tête mais se rattrapa doucement au dossier du canapé. « Ils ont tués ma famille il y a longtemps, et j'ai tué beaucoup d'entre eux depuis du coup je suis devenu leur proie. » Une proie facile malheureusement et encore plus avec cette blessure. Yavana savait qu'elle ne pourrait pas se battre comme ça mais peu importe elle n'allait pas rester assise ici à attendre que la mort vienne. « Malheureusement ce ne sont pas les seuls qui sont à ma recherche. » Un sourire moqueur illumina le visage de la jolie blonde, oui sa vie était misérable, de la merde même mais il fallait qu'elle se fasse oublier pour le moment. Qu'on oublie qu'elle existe pour qu'elle puisse se créer une nouvelle identité et repartir de zéro. « Et vous alors ? J'avais bien raison ? Un loup ? » Elle n'avait jamais vu de Loup de si près, enfin vivant en tout cas et tomber sur la meute des Vinter était une chance. Se levant avec l'aide de la table, Yavana marcha jusqu'à une petite armoire et l'ouvrit sans parler. Retirant doucement son t-shirt taché de sang elle enfila un pull noir un peu trop large pour elle avant de retirer son jean. Se tournant doucement vers le Loup elle reprit la parole d'une voix douce. « Un regard et tu meurs au faite. » Yavana n'était aucunement pudique de son corps mais après tout elle ne le connaissait pas et n'avait pas encore grande confiance des Lycans. Enfilant un short en jean elle retourna auprès du jeune homme tout en passant une main dans ses cheveux son regard se posa sur lui. Tout représentait la force et le courage et elle se sentit soudainement triste d'avoir fait autant de mal à des gens comme lui. « Je... J'étais une chasseuse de l'Opus Dei. » Cette phrase était sortit toute seule d'entre ses lèvres, elle devait lui dire la vérité et le laisser faire si il voulait la frapper ou lui planter un couteau dans le bide. « J'ai tué beaucoup de créatures mais surtout des vampires avant qu'ils me laissent pour morte sur un trottoir. Depuis ce jour là j'ai une amnésie qui m'a ouvert les yeux. » Baissant son regard sur ses mains et ses jambes qui n'arrêtaient pas de trembler Yavana continua toujours d'une même voix douce. « J'ai quitté l'Opus Dei pour ne plus avoir à tuer. » Elle soupira avant de continuer. « Malheureusement on ne quitte pas l'Opus Dei tant qu'on est pas dans un cercueil. » Elle arrêta de parler n'osant pas lever les yeux vers lui.


   
AVENGEDINCHAINS

_________________
Yavana
. by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Lyle Phelps
LYCANS - HOWL TO THE MOON
OSSATURE: : 31 ans CONTRAT: : célibataire BESOGNE: : Lieutenant de police
FABLE: : X ÉCORCE: : 93 ÉCHINE: : Lycan au pelage blanc frissonnant PRESTIGE: : Don de l'intuition, la capacité de saisir ce qui se cache sous l'enveloppe des inconnus. Cicactrise très vite, rapidité hors du commun et une ouïe parfaite. GANG: : Beta au sein de la meute Vinter @EFFIGIE: : Travis Fimmel BAFOUILLES: : 32 PACTE: : 14/06/2017



Message
Dim 8 Oct - 12:17

   
The hunter and the wolf
Yavana & Lyle

   
   
Dans quelle merdier je m'étais encore fichu ? En quelle circonstance aussi fortuite et incongrue j'avais pu entrevoir que ces bouffeurs d’hémoglobine en avait après une ancienne tueuse? La réponse est aucune. Une meurtrière de monstres aussi hideuses que puissantes par la même occasion. Pire encore j'étais du même côté de la barrière que ces saletés vivant dans l'ombre reclus comme les chauves souris et les rats. Quoique' ils finissaient par ne plus avoir peur même de la lumière du jour ces derniers temps. Bref tu avais à quelques mètres de toi une l'Opus Dei en herbe et tu te faisais pas dessus ? Tu aurais perdu l'esprit mec ou bien tu n'en croisais pas assez souvent pour prendre conscience du danger qui te guettais en sa présence. Aussi bien poursuivit par les êtres surnaturels de ton genre que sa propre organisation complètement malade et vouée à anéantir tous les êtres et espèces surnaturelles. Naturellement je prend quelques distances, je m'accoude à une chaise traînant par là. Depuis quand on faisait dans le sentimentalisme ? À dire vraie elle ne m'avait rien fait enfin pas encore mais, son groupe avait pour sûr tué beaucoup d'entre nous, des centaines peut-être même des milliers alors que foutais tu encore ici ? Je ne sais pas.

Je la laissais se mouvoir dans ce lieu qu'elle semblait destinée à quitter. « Herm... Euh oui je suis un... Un loup. » Déclarais-je laissant mes doigts rugueux frotter la peau de mon visage. C'était pas vraiment une habitude de déclarer ouvertement votre vraie nature. La plupart des gens se foutraient de votre gueule ou se laisseraient à croire que vous n'êtes qu'un blagueur, un fou qui a du prendre une sacré dose de drogue, d'alcool ou les deux à la fois. À ses mots j’exécutais un léger pivot mes pieds tournant les talons observant le plafond puis le bout de mes chaussures.un léger rictus, un sourire au coin des lèvres en l'entendant parler. Je ne disais rien, l'envie irréversible de faire le contraire de ce qu'elle me demande vient perturbé mon esprit. J'observe une fraction de seconde celle-ci enlevant le tissu taché de sang avant de détourner à nouveau le regard sans qu'elle s'en aperçoive. Plutôt canon il fallait l'avouée, elle était à mon goût. Quelle drôle d'idée n'empêche dans pareille circonstance. Vraiment les hommes sont tous les mêmes qu'importe l'instant, les défis à relever cette part en nous très masculine et trop puérile pour leurs esprits nous rendaient une bien piètre image.

Son timbre de voix se faisait bien plus fébrile, douce et sensible. Ça existait encore à l'Opus Dei des êtres aussi dangereux que fragiles ? Pour une organisation secrète ils faisaient pas dans la dentelle. C'était concordant, ces vampires, son amnésie, cette chasse à l'homme dont elle était victime. Tout cela avait du sens dans mon esprit. J'avais aucune rancœur, aucune envie pressante de déchiqueter sa gorge et me repaître de sa chair à en laisser ses tripes ballantes et chaudes sur le plancher. Je n'étais pas revenu depuis longtemps, certes quelques années tout au plus mais, qu'est ce que quelques années pour un lycanthrope ? Une fraction d'heures tout au plus. Bien sûr nous avions du faire face à des attaques, des embuscades le clan s'en souviendrait assurément bien mieux que moi. Je me demandais même si Elijah n'avait pas ce sentiment lointain pour cause de ne côtoyer que trop peu de gens dans la meute. Son aversion pour l'Opus Dei devait être totale tout comme moi, cependant là c'était une toute autre affaire que j'entendais d'une oreille attentive. Elle était peut-être entrain de se foutre de moi, de me manipuler pour obtenir ce qu'elle cherchait à recevoir en échange d'une vie libre et simple ? « Tu pourrais venir avec moi. » Une fraction de seconde avait suffit pour se foutre dans la merde. Celle-ci ne dérogeait pas à la règle. Bordel de merde qu''est ce qui t'as pris de dire ça ? « Je veu... Enfin si tu n'es pas en sécurité ici tu pourrais trouver un autre endroit ou crécher. » C'était pas faux, mais bon un parfait inconnu qui propose ça sous l'impulsion d'une adrénaline encore un trop présente dans la caboche qui te sert de crâne c'est pas vraiment malin. Enfin bref respire un coup et tu verras bien ce qu'elle en pense. C'est l'affaire que de quelques jours et puis c'est pas au sein du clan lui même que tu lui proposes de s'intégrer. Oh putain heureusement que non c'était le meilleur moyen de se faire repérer.
   
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas
 
The hunter and the wolf [Yavana]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Combat 4: Annie Villeneuve vs Rachel Hunter
» Team Aura (pv : Red Wolf )
» A hunter ... a bear
» Rp avec Thunder Wolf ?
» Bienvenue aux Galeries Red Wolf

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RIGOR MORTIS ::  :: PÉRIPHÉRIE ROMAINE-
Sauter vers: