Les souvenirs du passé [Freyja]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Elijah Mewns
LYCANS - HOWL TO THE MOON
OSSATURE: : 43 ans. CONTRAT: : Veuf d'une femme de sa meute. BESOGNE: : A ses débuts Avocat mais l'appel du Véterinaire à prit le dessus.
ÉCORCE: : 129 ans ÉCHINE: : Créature pelage couleur neige, aux dents affutées et à la force surhumaine. PRESTIGE: : Don de l'intuition, la capacité de saisir ce qui se cache sous l'enveloppe des inconnus. Cicactrice très vite, rapidité hors norme et une ouie plus que parfaite. GANG: : Alpha des Vinter @EFFIGIE: : David Gandy BAFOUILLES: : 258 PACTE: : 19/05/2017



Message
Mar 8 Aoû - 8:35
Les souvenirs du passé.
Freyja & Elijah


Elijah était partit tôt ce matin là pour faire sa promenade quotidienne. Etre seul lui faisait énormément de bien et il savait qu'il n'y avait qu'à ce moment de la journée qu'il pouvait prendre le temps de rester seul. Laisser son esprit se perdre et réfléchir à toute les choses qu'il se passait la veille. Entrant dans cette vaste forêt il laissa son regard se perdre sur les arbres qu'il connaissait tant, les oiseaux qui chantaient le beau temps et le bruit d'un ruisseau non loin de là. Tout ses sens étaient en alerte. Après tout cette forêt est vaste et laisse la place à beaucoup de créatures qui ne sont pas toute gentille. Il faisait déjà chaud mais il avait prévu ça, comme il prévoyait toujours tout en enfilant un short jogging et un t'shirt noir qui comme d'habitude laissait entrevoir les muscles qui se cachaient en dessous de ce tissu. Le soleil essayait de percer les feuilles des arbres sans y arriver et le frais de la forêt l'emportait toujours. L'odeur d'humidité frétillait aux narines de l'Alpha tandis qu'il avançait en silence. Il pouvait entendre les petites bêtes s'activer pour la journée qui allait commencer et les plus grosse fuir en sentant l'odeur d'un Loup approchait, tout ce petit monde qui se cachaient dans la forêt le faisait sourire. Les humains ne se rendaient même pas compte de ce qu'il y avait autour d'eux. Ils ne faisaient pas attention préférant pourrir la nature et penser qu'à eux.

Soupirant un bon coup il essaya de ne pas penser à ca et continua d’avancer tout en sentant le Loup à l’intérieur de lui heureux face à ce qu'il se passait. Il avait envie de se transformer pour pouvoir gambader comme il voulait à quatre pattes mais c'était trop risqué quand le soleil était déjà levé et il savait qu'il aurait encore plus de mal à rentrer au bercail si il laissait sa vraie nature prendre le dessus. Une odeur le fit soudainement sortir de ses pensées, une odeur qu'il avait l'impression de connaître. Quelque chose qui était en train de lui rappeler son passé, ce passé qu'il essayait tant d'oublier. Voilà qu'il refaisait surface dans cette forêt sans pour autant se rappeler à qui était cette odeur. Laissant son odorat prendre le dessus, l'Alpha suivit l'odeur comme un Loup qui cherchait sa proie. Des tonnes de questions se bousculaient dans sa tête sans pouvoir y répondre. Cette odeur était celui d'une femme et dans sa vie Elijah n'avait eu que deux femmes qui avaient réussi à rentrer dans son cœur. X qui avait finalement décidé de partir pour un autre homme et sa Femme qui c'est donné la mort. Et il savait au fond de lui que la deuxième ne pouvait pas être dans ces bois, il avait vu son corps et l'avait enterré lui même.

Continuant à suivre l'odeur, Elijah s'arrêta soudainement, sentant une présence non loin de lui. Tournant autour d'un arbre il aperçu une longue chevelure rousse, cette chevelure qu'il avait caressé tant de fois il y a bien longtemps. L'odeur était la même, son visage d'ange ressemblait exactement à cette femme qu'il avait connu mais c'était impossible qu'elle soit là aujourd'hui toujours aussi belle et aussi jeune. C'était il y a tellement longtemps qu'elle aurait dut vieillir elle aussi. Sentant que son regard se faisait insistant il lança un sourire à la jeune femme avant de prendre la parole d'une voix légèrement perdu. « Je suis désolé je ne voulais pas vous faire peur. » Il sentit ses jambes avancer vers la jeune fille sans comprendre pourquoi. Les questions se bousculaient de plus en plus dans sa tête et s'arrêtant assez près d'elle il la dévisagea un instant. « C'est impossible. » Il le disait à lui même, ne comprenant pas ce qui était en train de se passer dans cette forêt. « Tu n'as même pas prit une ride. » Levant sa main il caressa du bout du doigt la joue de la jeune femme pour voir si il était réelle avant de laisser son bras retomber contre lui. « Comment as tu fait X ? »
Made by Neon Demon

_________________

   
   
Alpha Vinter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Freyja A. Dvořáková
LYCANS - HOWL TO THE MOON
OSSATURE: : sur son passe-port, il est écrit qu'elle a 22 ans, cette belle âme si belle et pure, en apparences. CONTRAT: : Liée à sa meute, loyale à tout jamais. Elle n'a jamais trouvé un homme assez bien pour elle, est-elle trop exigeante ? S'intéresse-t-elle à l'amour ? Peut-être princesse de la meute, elle repousse tout mâle avançant vers elle, briseuse de coeur professionnel BESOGNE: : Étudiante en littérature, anglaise en majeur et française en mineur. Elle travaille dans une chocolaterie du centre hisotirque, une boutique à la façade ancienne et où le chocolat pourrait avoir un gout amère de sang... pourtant très prisé par les touristes. Elle traduit quelques notices en tchèque aussi pour arrondir les fins de mois. http://68.media.tumblr.com/4e94fb17831767c0b5358cffe38b53af/tumblr_of6z0bdbCA1uf4uyeo3_250.gif
ÉCORCE: : Soixante deux ans... déjà... elle préfère ne plus compter les années qui passent. ÉCHINE: : Louve Jäger, pelage blond et noir, mitage entre un père jäger et vinter, son regard est glacé comme l'eau des fiords, lorsqu'elle prend sa forme bestiale, c'est l'effrayante forme bestiale qui vit en elle. Digne héritière d'une lignée de sang pure. PRESTIGE: : Louve pure, jäger de surcroît. Vitesse accélérée, sens accrues, force décuplée... odorat sur-développé...idem pour l'ouïe...et puis la lune n'a pas vraiment d'effet sur elle, elle maîtrise parfaitement sa mutation, c'est quand elle veut, ou elle veut... GANG: : Louve Béta Jäger, ce qui veut dire qu'elle donnerait sa vie pour sa meute, pour son alpha... pour survivre contre les humains @EFFIGIE: : Emma Watson by Mélopée BAFOUILLES: : 88 PACTE: : 28/07/2017



Message
Mer 9 Aoû - 11:50

   


Les souvenirs du passé
ft
Elijah

Se lever tard pour quoi faire ?  Trainer au lit lorsque le soleil est levé est une perte de temps, on gaspille la lumière, on gaspille le jour, on peut faire tellement de choses. Je me lève tôt, sûrement trop tôt pour le commun des mortels mais j’aime ça. Je file prendre une douche. Je laisse couler l’eau chaude sur ma peau trop claire. Je préfère de la chaleur de la salle de bain, je me souviens qu’à mes débuts à Rome, je ne supportais pas la chaleur italienne. La fraicheur tchèque me manquait, on n’étouffe pas dans les bois de Bohème, on y est bien. Rome peut s’avérer être une véritable fournaise et il faut s’y habituer. Les premières années, j’oubliais constamment la crème solaire et mes épaules finissaient par rougir sévèrement. Maintenant je ne me fais plus avoir. Je sors de la salle de bain une fois prête, j’ai enfilé un vieux short en jean, le genre taille haute que l’on mettait dans les années quatre-vingt, à l’université, mes fringues vintages font un tabac, les gens ignorent seulement que je les portais déjà il y a plus de trente ans. J’ai aussi enfilé un débardeur large et fin, très agréable et une chemise à carreaux trop grande pour faire gilet. Mon vieux sac en cuir sur les épaules, mes vieilles Doc Martens et je file. J’attrape deux trois chocolats au passage que je fourre dans ma bouche pendant que je descends les marches. Ma vieille voiture est garée dans la rue où je vis. Tout est calme, on entend les nettoyeurs de rue, les livreurs décharger leurs cargaisons et maintenant le doux bruit du moteur de ma vieille coccinelle. J’ai pris le temps d’ouvrir la capote pour profiter de la fraicheur du matin. Mes cheveux voleront au vent, j’ai toujours adoré cela.

Avant de quitter la ville, je m’arrête dans une supérette pour prendre un petit truc à boire et à manger. Je n’ai pas pris le temps de déjeuner ce matin, en même temps je ne suis pas sûre de trouver quoique ce soit d’intéressant dans mon frigo, il faudrait que je songe à faire des courses, c’est toujours quelque chose qui ne m’intéresse pas, qui me rebute, on y croise trop de monde et j’ai cette tendance associable.  Je grignote sur la route, je bois un café frappé à la paille. Alors que certains préfère la plage, endroit très agréable, moi je préfère me rendre dans les bois qui entourent la capitale italienne, cela me rappelle mon pays, c’est un endroit où je me sens en sécurité, personne pour vous regarder, vous traquer, je ne me sens pas épiée, je peux être moi-même, il m’arrive de partir courir sous ma forme lycan pour dégourdir mes pattes, laissez mes instincts primitifs prendre un peu le dessus. C’est l’avantage de la meute dans laquelle je me trouve, les Jäger, on contrôle nos transformations, la lune n’a pas vraiment de pouvoir sur nous.

La route n’est pas si longue, la forêt n’est pas si loin. Enfaîte le plus long c’est de sortir du centre-ville. Une fois sur le périphérique, c’est relativement rapide, il est loin d’être encombré à cette heure matinale. Je ne passe pas loin de l’aéroport, je vois quelques avions décollés, j’envie les gens qui voyagent, les touristes insouciants qui viennent à Rome sans penser au danger potentiel, toutes ses créatures qui élisent domicile ici… La ville fondatrice est le meilleur berceau pour des créatures telles que nous. Après tout, il paraît que c’est à Rome que commence le mythe du roi-loup. C’est un retour aux sources. Je comprends les vampires et les sirènes qui ne meurent jamais, ils retournent aux aussi sur les traces d’un passé collectif. Les humains nous ont tellement pris. Les humains s’approprient tout ce qu’ils peuvent. Ils ne savent pas combien ils sont inférieurs, combien ils sont vils et faibles, s’ils savaient ce qui peuple les rues, ils feraient profil bas. Ou alors tenteraient notre extermination. Nous sommes nombreux mais surement pas assez pour vaincre les humains, nous serions décimés, l’idée ne semble pas brillante, faire la guerre ouvertement aux humains n’est pas possible. C’est pour cela que cela se joue dans les ruelles sombres de la ville, entre les espèces profanes et les chasseurs de l’opus dei, ils ignorent qu’ils sont dans le faux, comment le leur faire comprendre ?

Je finis mon café, je laisse le gobelet dans la voiture, j’emporte mon sac en cuir avec moi, il est bien rempli. Je me gare à l’ombre, dans un coin à l’entrée des sous-bois. Je pars d’un pas décidé, je connais un endroit qui me plait. Je connais le chemin par cœur, il y a une vingtaine de minutes de marche mais c’est toujours agréable. J’entends tout, je sens tout. Je ne sais pas ce que c’est de ne pas avoir ces sens surdéveloppés, j’aime ça, le mouvement des plumes sur les ailes d’un oiseau, les pas discrets d’un chef qui pense passer inaperçu… Suivant la proximité on entend presque le bruit du cœur battre. J’avance, doucement, tranquillement, le ciel est d’un bleu pur, pas un seul nuage à l’horizon. L’odeur du pollen vient chatouiller mes narines, la forêt est belle à cette époque, pas aussi belle qu’à l’automne si on veut mon avis mais quand même, on ne peut pas nier que tout est simple, tout est beau. Cela n’a rien à voir avec la Bohème dans laquelle j’ai grandi mais il faut savoir se contenter de ce que l’on a.

J’arrive à l’endroit désiré. Il y a un petit ruisseau en contre bas, j’entends déjà le bruit de l’eau qui coule sur une petite cascade. C’est calme, à cette heure-là personne ne vient. Je m’installe sur une pierre et j’ouvre enfin mon cartable en cuir. J’en sors mon vieux livre de légende, le dernier présent de ma famille avant sa mort, j’aime l’avoir avec moi, le relire. Il m’aide toujours pour écrire, pour coucher des mots sur du papier. Je l’ouvre là où se trouve une vieille photo de famille, elle est en noir et blanc, on pose tous devant le grand chalet dans lequel nous vivions, il ne reste plus rien, je suis la seule survivante, même la maison a été brûlée. J’aime la voir, regarder mes parents, mes frères et sœurs. Ma tante m’a toujours dit que je ressemblais à ma mère, elles ne se connaissaient pas beaucoup, Frida était la sœur de mon père, mais elle m’a souvent dit que je lui ressemblais beaucoup. J’aimerais rencontrer une personne ayant connu ma mère, l’ayant vraiment connu j’entends. Je range la photo à la fin du vieux livre, je sors mon carnet, un beau carnet avec une reliure en cuir, quelques pages ont été gribouillées déjà. Je reprends là où mon histoire s’arrête. Mon écriture remplit le papier, je tourne plusieurs pages, le bruit de la forêt m’inspire, peut-être aussi la stimulation du café aussi.

Pourtant je vais être rapidement dérangée. Une légère brise d’air m’emmène à sentir une odeur que je ne connais pas. Je lève la tête, je regard en face de moi, rien, je cherche rapidement, rien. Un loup, il n’y a pas de doute sur l’espèce. Pourtant je ne vois personne, peut-être est-ce une simple coïncidence. Je m’apprête à me reconcentrer quand je sens à nouveau l’odeur. L’odeur est accompagnée par une sensation étrange, par l’effet d’être regardée ou épiée, moi qui fuyait cela… Je me retourne pour chercher, je suis l’odeur, rapidement je le vois, je me laisse, mes livres tombent par terre. Je fronce les sourcils, un grognement sort de ma poitrine, je veux que les choses soient claires. Je ne suis pas là pour chercher les ennuis, je ne crois pas empiéter sur le territoire d’une meute, pas à ma connaissance, je viens ici depuis des mois alors pourquoi venir m’embêter maintenant. Il n’est pas de ma meute, c’est sûr, je connais tout le monde, lui est différent.

Il finit par sortir de l’ombre, sa voix résonne entre les arbres. Ne pas me faire peur ? J’ai l’air d’avoir peur ? Je suis plutôt agacée à vrai dire. Je reste sur mes gardes, il avance vers moi et je suis prête à bondir s’il le faut. Qu’est-ce qui est impossible ? Je ne comprends rien, j’ai l’impression qu’il voit un fantôme, je suis perdue, j’aimerais qu’il m’en dise un peu plus pour que la situation ne semble pas aussi dingue. Il continue, maintenant je n’ai pas pris une ride, merci pour le compliment mais je crois que je me souviendrais si on s’était déjà rencontré, son odeur est nouvelle, totalement nouvelle ! Il est bien trop près de moi et il caresse ma joue. Je la retire vivement. Comment j’ai fait quoi ? Il connait mon prénom, Astrid a été l’une de mes identités, mon deuxième prénom. Je ne comprends pas.
« - Je ne vous connais pas, ne me touchez pas ! »
Je recule d’un pas, je fais attention à ne pas piétiner mes affaires.
« - Qui êtes-vous ? Comment vous connaissez ce prénom ? Je ne me souviens pas vous avoir déjà croisé par le passé ! »
La situation est on ne peut plus tendue, je cherche une explication, mais j’avoue que j’ai un peu de mal à réfléchir.



© Frimelda, sur une proposition de © Blork
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Elijah Mewns
LYCANS - HOWL TO THE MOON
OSSATURE: : 43 ans. CONTRAT: : Veuf d'une femme de sa meute. BESOGNE: : A ses débuts Avocat mais l'appel du Véterinaire à prit le dessus.
ÉCORCE: : 129 ans ÉCHINE: : Créature pelage couleur neige, aux dents affutées et à la force surhumaine. PRESTIGE: : Don de l'intuition, la capacité de saisir ce qui se cache sous l'enveloppe des inconnus. Cicactrice très vite, rapidité hors norme et une ouie plus que parfaite. GANG: : Alpha des Vinter @EFFIGIE: : David Gandy BAFOUILLES: : 258 PACTE: : 19/05/2017



Message
Mer 30 Aoû - 10:23
Les souvenirs du passé.
Freyja & Elijah

Le regard de l'Alpha ne quittait pas celui de cette jeune fille. Il ne pouvait pas y croire même si au fond de lui il sentait que cette jeune femme n'était pas celle qu'il avait rencontré il y a des années de ça et dont il était tombé amoureux. Pour un Loup c'était impossible de ne pas vieillir. C'était elle fait mordre par des vampires ? Non elle avait toujours la même odeur, cette odeur de Loup et de femme en même temps qui l'avait toujours fait chavirer. Mais si ce n'était pas elle comment se faisait il qu'elle ai exactement la même odeur ? Elijah avait l'impression de retourner des années en arrière. Au moment ou il était encore jeune et n'avait pas sa place en tant qu'Alpha. Ce moment aussi ou il avait été rejeté par la femme qu'il avait pourtant tant aimé sans vraiment savoir pourquoi. Un pincement se fit ressentir au moment ou il repensa à tout ça et au moment ou son cœur c'était brisé en mille morceau. Pourtant même après toute ces années il ne lui en avait jamais voulu, Elijah n'était pas le genre d'homme à hair quelqu'un pendant des années et il ne serait jamais devenu ce qu'il était si il n'avait pas eu le cœur brisé deux fois à cause de femme. Malheureusement le passé refaisait toujours surface et il n'était pas sur que tout ça allait l'aider. Encore moins quand la femme déposa enfin son regard sur lui mais qu'elle n’eut pas l'impression de le reconnaître. Qui était donc vraiment cette femme ? Pourquoi n'avait elle pas l'air de le reconnaître alors qu'ils avaient passés des années ensemble sans jamais se quitter. Pleins de questions débordaient dans sa tête et malheureusement il ne pouvait pas y répondre.

« - Je ne vous connais pas, ne me touchez pas ! »
 Il recula en silence sans pour autant la quitter du regard. Sa beauté était toujours la même et ce regard toujours aussi troublant. «  C'est moi Elijah. » Plus il passait du temps à la regarder et plus il se rendait compte que tout ça était impossible. Elle était encore bien trop jeune après tant d'années passées et il arrivait à voir cette incompréhension dans son regard. Plus il était en train d'essayer de lui faire comprendre qui il était et plus il se rendait compte qu'elle ne le connaissait vraiment pas. « - Qui êtes-vous ? Comment vous connaissez ce prénom ? Je ne me souviens pas vous avoir déjà croisé par le passé ! »  Bien sur que la vraie Astrid se serait souvenu de lui après tant d'années passé ensemble alors qui était elle vraiment ? « Je... Astrid est le prénom de la femme qui... Qui est resté longtemps à mes côtés il y a bien bien longtemps. » Il n'arrivait pas à la quitter du regard comme ci tout ça n'était pas réelle. « Je suis désolé je vous ai prit pour elle vous lui ressemblez tellement. » Trait pour trait à vraie dire et c'était troublant pour cet homme qui avait aimé les traits de cette femme pendant longtemps. La voir partir pour un autre homme avait été une déchirure mais il l'avait laissé faire ne voulant pas la priver de sa liberté, voulant qu'elle soit heureuse.

Le loup à l’intérieur de lui sentant chaque petites odeurs qui émanaient de cette jeune femme. Des frissons se faisaient ressentir sur sa peau tandis qu'il essayait de démêler tout ce qu'il était en train de se passer. « Vous avez exactement la même odeur qu'elle. » Il avait dit ça d'une voix douce comme ci il se parlait à lui même. Comme ci il essayait de réaliser ce qu'il était en train de dire tout en se demandant si il n'était juste pas en train de perdre la boule. Il fallait qu'il arrête de réfléchir autant sinon son cerveau allait exploser. Son sourire avait disparu de ses lèvres et son corps tout entier avait juste envie de disparaître, de laisser le loup apparaître pour s'enfoncer dans la forêt et ne jamais revenir vers ici. Ne plus repenser à ce qu'il venait de se passer et oublier ce visage si familier qu'il venait de croiser mais c'était impossible. Elijah n'était pas le genre d'homme à fuir fasse à son passé mais il comptait bien comprendre ce qu'il se passait. Pourquoi ne l'avait il jamais vu jusque maintenant ? Pourquoi n'avait il jamais sentit son odeur dans cette vaste forêt qu'il avait déjà explorer un million de fois. « Vous connaissez Astrid ? » Y avait il une chance qu'elle soit encore dans les parages et qu'elle soit proche de cette jeune fille ce qui expliquerait l'odeur ? Il aurait été heureux de la revoir une dernière fois, revoir ce visage dont il était tombé amoureux et qu'il n'avait jamais oublié. Même si il pouvait revoir ce visage grâce à la jeune femme qui était face à lui il sentait qu'elle avait quelque chose de différent. Son regard n'était pas le même il y avait une leurre qu'Astrid n'avait jamais eu.


Made by Neon Demon

_________________

   
   
Alpha Vinter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Freyja A. Dvořáková
LYCANS - HOWL TO THE MOON
OSSATURE: : sur son passe-port, il est écrit qu'elle a 22 ans, cette belle âme si belle et pure, en apparences. CONTRAT: : Liée à sa meute, loyale à tout jamais. Elle n'a jamais trouvé un homme assez bien pour elle, est-elle trop exigeante ? S'intéresse-t-elle à l'amour ? Peut-être princesse de la meute, elle repousse tout mâle avançant vers elle, briseuse de coeur professionnel BESOGNE: : Étudiante en littérature, anglaise en majeur et française en mineur. Elle travaille dans une chocolaterie du centre hisotirque, une boutique à la façade ancienne et où le chocolat pourrait avoir un gout amère de sang... pourtant très prisé par les touristes. Elle traduit quelques notices en tchèque aussi pour arrondir les fins de mois. http://68.media.tumblr.com/4e94fb17831767c0b5358cffe38b53af/tumblr_of6z0bdbCA1uf4uyeo3_250.gif
ÉCORCE: : Soixante deux ans... déjà... elle préfère ne plus compter les années qui passent. ÉCHINE: : Louve Jäger, pelage blond et noir, mitage entre un père jäger et vinter, son regard est glacé comme l'eau des fiords, lorsqu'elle prend sa forme bestiale, c'est l'effrayante forme bestiale qui vit en elle. Digne héritière d'une lignée de sang pure. PRESTIGE: : Louve pure, jäger de surcroît. Vitesse accélérée, sens accrues, force décuplée... odorat sur-développé...idem pour l'ouïe...et puis la lune n'a pas vraiment d'effet sur elle, elle maîtrise parfaitement sa mutation, c'est quand elle veut, ou elle veut... GANG: : Louve Béta Jäger, ce qui veut dire qu'elle donnerait sa vie pour sa meute, pour son alpha... pour survivre contre les humains @EFFIGIE: : Emma Watson by Mélopée BAFOUILLES: : 88 PACTE: : 28/07/2017



Message
Jeu 7 Sep - 17:28

   


Les souvenirs du passé
ft
Elijah


Il semblerait que les bois aux alentours de Rome ne m’appartiennent pas. J’y passe tellement de temps, seule, sans croiser la moindre âme qui vive que je l’oublie parfois. La tranquillité n’est pas toujours au rendez-vous, même quand elle est pourtant souhaitée. J’aime l’odeur des arbres, de la mousse qui grimpe un peu partout, j’aime l’odeur des champignons qui poussent à la fin de l’été, au début de l’automne, l’automne est d’ailleurs ma saison préférée, les couleurs sont sublimes. Pour le moment nous ne sommes qu’en été et je ferais avec. L’ombre des arbres offre de la fraicheur, Rome est située dans ce qu’on appelle vulgairement une cuvette et c’est parfois étouffant. Je fuis au possible cette canicule qui nous touche depuis plusieurs jours. Il n’y a pas à dire, je suis une fille de l’hiver, le froid, la fraicheur, c’est tout ce qu’il me faut. Parfois je me demande ce que je fais à Rome. Puis je me souviens que j’ai une meute qui compte sur moi. Je me rappelle que j’ai grandi dans cette ville et que l’inconnu n’a pas réussi à mes parents. Ma vie ne serait pas tant différente. Et puis c’est à Rome que mon ennemi est. C’est ici que j’anéantirais l’Opus Dei. Même si je dois y aller chasseur après chasseur. Ma vengeance sera totale et fatale, certains pourraient me prendre pour une folle, obsédée par un désir de voir les responsables de son malheur payer. Je veux juste que les injustices causées par l’Ordre des Chasseurs cessent. Il n’y a qu’un seul moyen. Tuer les chasseurs, les mordre lorsque la mort n’est pas possible, ils muteront, prendront place avec nous ou mourront des mains de leurs amis, des faux frères qui à la moindre occasion vous plante une lame en argent dans le cœur pour vous rappeler que la vie ne fait pas de cadeau, jamais. Je ne suis pas seule dans ce combat, j’ai une meute. Tous n’ont pas les mêmes motivations, mais on a tous le même but et c’est pour cela que j’accepte de faire tant de chose pour Anya.

Pourtant, il semblerait que dans ses bois, je ne sois pas la seule la seule créature à poils. Une odeur de loup me vient au nez et me déconcentre. Je me dois me redresser, veiller à ce qu’on ne m’attaque pas. Je reste méfiante, je suis bien placée pour savoir que les loups ne sont jamais vraiment fiables et puis je ne sais de qui il s’agit et si c’est un jeune mordu ? Peut-être même un de ceux que j’ai mordu, on ne sait jamais. Je préfère être sur mes gardes. Je me retourne pour faire face à mon invité, je ne suis pas chez moi mais ce coin de la forêt c’est presque pareil.

C’est un homme, il s’avance vers moi comme s’il avait vu un revenant. Je fronce les sourcils, il connait la vie privée ? L’intimidé ? Je crois que non parce qu’il s’approche relativement trop près. C’est assez étonnant. Puis il passe sa main sur ma joue, le geste aurait pu être agréable, mais pas avec moi, j’ai horreur de ce genre de chose, la proximité n’est pas faite pour moi. Je ne suis pas fan du contact, surtout pas avec les humains, vraiment pas du tout. En tout cas son geste n’est pas du tout accueilli comme il le souhaiterait. Je vire sa main de ma joue, avec force. Je lui entonne de ne pas me toucher. Je ne le connais pas et je ne souhaite pas spécialement avec un rapport bestial, là tout de suite. Je contemple son visage, il semble presque bouleversé, je crois qu’il est autant dans l’incompréhension que moi. Ce qui me marque le plus c’est qu’il prononce un prénom que je connais que trop bien. Astrid. En plus d’être mon second prénom, c’est celui de ma mère. Je sais qu’elle a eu une vie à Rome bien avant ma naissance, qu’elle a vécu dans une autre meute que celle des Jäger où était mon père. Pourtant je ne connais pas du tout le visage de l’homme qui se trouve devant moi. Je n’ai pas le temps de lui demander qui il est qu’il me donne son prénom, comme si je devais me rappeler de cette personne, pourtant il ne figure pas dans le moindre de mes souvenirs. Je fronce les sourcils, je ne donne pas mon prénom, je suis bien plus méfiante que lui. Je m’énerve un peu, ma phrase, mon interrogation est relativement froide. J’ai une réponse presque immédiate, mais je lis la déception dans ses yeux, je ne suis pas celle qu’il désire. Je crois comprendre, je ne suis pas ma mère. Ma tante m’a toujours dit que j’étais le portrait craché de ma mère, j’ai vu d’anciennes photos, des peintures même d’elle et on pourrait me prendre pour elle, je lui ressemble beaucoup. Je crois que je n’ai rien pris de mon père, tout me vient de ma mère et son côté scandinave. Le blond doré de mes cheveux, ses yeux bleus, mes expressions… tout. Je déglutis. Donc si je comprends bien, cet homme est un ex compagnon de vie de ma mère ? Elle ne m’a jamais parlé de son premier compagnon, premier amour. Elle ne m’a jamais dit qu’elle avait aimé avant mon père. En même temps je n’ai pas eu le temps de lui poser toutes les questions que j’aurais voulu, elle est morte je n’avais pas encore atteint ma première décennie. Je recule d’un pas. Je cherche le mensonge mais je ne perçois rien dans le regard de cet Elijah. Et puis apparemment j’ai en plus la même odeur que ma mère, en plus du physique. Je me sens mal à l’aise, je ne suis pas douée avec les relations amicales, avec les relations tout court à vrai dire.

Il finit par me demander si je connais Astrid. Cela ne semble donc pas encore assez évident ? Je croise les bras sur ma poitrine et je le toile, il est un peu plus grand que moi, plus imposant.
« - Astrid était ma mère, elle ne m’a jamais parlé d’un Elijah »
Je suis froide, je ne cherche pas spécialement à être blessante mais je ne veux pas être chaleureuse non plus.
« - J’ai du mal à comprendre comment vous m’avez pris pour elle… »
J’hésite. Je comprends dans un sens, mais j’étais persuadée que la nouvelle était passée, la nouvelle du meurtre de ma famille.
« - Je pensais que la plupart des loups étaient au courant… Je vais peut-être vous choquée, mais ma mère est morte… Depuis 55 ans. Massacré par l’Opus. »
La dernière phrase est dite avec tellement de haine. Je me pince les lèvres.
« - Vous faisiez partie de sa meute ? Vous êtes un Vinter n’est-ce pas ? Vous l’avez bien connu ? »
Je crois que la curiosité l’emporte, je n’ai pas la joie d’avoir des souvenirs précis de ma mère, je ne l’ai pas connu autant que j’aurais voulu, alors si je peux en apprendre un peu si elle, je crois que je n’hésiterais pas et puis je suppose qu’Elijah veut des explications sur la mort de celle qu’il semblait si ravi de retrouver.
« - Je m’appelle Freyja…au faite »
Je lui tends la main pour qu’il la sert, un geste qui m’évite la proximité de l’accolade.




© Frimelda, sur une proposition de © Blork

_________________

J'ai essayé d'être ce que je n'étais pas, et je ne peux même plus redevenir moi-même.


Je suis le monstre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Elijah Mewns
LYCANS - HOWL TO THE MOON
OSSATURE: : 43 ans. CONTRAT: : Veuf d'une femme de sa meute. BESOGNE: : A ses débuts Avocat mais l'appel du Véterinaire à prit le dessus.
ÉCORCE: : 129 ans ÉCHINE: : Créature pelage couleur neige, aux dents affutées et à la force surhumaine. PRESTIGE: : Don de l'intuition, la capacité de saisir ce qui se cache sous l'enveloppe des inconnus. Cicactrice très vite, rapidité hors norme et une ouie plus que parfaite. GANG: : Alpha des Vinter @EFFIGIE: : David Gandy BAFOUILLES: : 258 PACTE: : 19/05/2017



Message
Mar 26 Sep - 17:53
Les souvenirs du passé.
Freyja & Elijah


Elijah se sentait de plus en plus perdu, cette discussion ne menait à rien de bon et son esprit était en train de s'embrouiller totalement. Il avait juste envie de partir pour oublier cette discussion, oublier cette jeune femme et oublier tout les souvenirs douloureux qui venaient de refaire surface petit à petit. Il avait perdu chaque femme qui avait été à ses côtés et à chaque fois il avait fait en sorte d'oublier pour éviter que son cœur n'en souffre mais voilà qu'aujourd'hui le passé refaisait surface. La douleur aussi refaisait surface. Il n'avait été que deux fois amoureux dans sa vie jusque maintenant et l'amour était quelque chose de trop compliqué aux yeux d'Elijah, quelque chose que même le plus sage des hommes n'arrivait pas à expliquer alors pourquoi le destin essayait il de lui faire encore du mal ? N'avait il pas assez souffert à cause des femmes pour remettre face à lui le visage exact d'une qui lui avait brisé le cœur en allant dans une autre meute ? Son regard ne la quittait pas une seule seconde du regard comme ci il avait peur d'avoir tout imaginé. Comme ci tout ce qui était en train de se passer n'était qu'un rêve et qu'il allait bientôt se réveiller. En tout cas c'est ce qu'il espérait au fond de lui. Se réveiller.

Elle prenait enfin la parole, d'une voix légèrement froide et sèche mais Elijah n'y portait pas vraiment intérêt tant qu'elle répondait à ses questions. Il avait besoin de réponse face à tout ce qu'il venait de se passer et elle était bien la seule qui pouvait y répondre. « Votre mère ? » Sa mère ? Alors Astrid avait eu un enfant, son sourire disparut légèrement de son visage tandis qu'il continuait à répéter le mot mère dans sa tête. Lui qui avait toujours voulu avoir des enfants n'avait pas eu le temps car elle était parti trop vite, il n'avait pas eu le temps de créer un avenir avec elle et voilà qu'aujourd'hui il rencontrait sa fille. Pourquoi ne l'avait elle pas au moins prévenu de ça ? Pourquoi n'avait elle jamais donné de nouvelles d'ailleurs. Essayant de se concentrer sur la suite Elijah continua toujours d'une même voix calme. « Vous êtes le portrait craché de votre mère quand je l'ai connu. » Voyant qu'elle hésitait à continuer Elijah ne la brusqua pas et attendit en silence avant d''entendre raisonner sa phrase. Morte. Astrid était morte. Son regard quitta celui de la jeune femme pour se poser sur la vaste forêt en face de lui. Le loup en lui laissa un grognement jaillir du plus profond de ses entrailles. C'était impossible. La colère montait doucement en lui mais comme à son habitude Elijah maîtrisait ça avec un calme absolu pour ne jamais montrer ses sentiments. Ses poings c'étaient refermés mais son visage restait toujours aussi calme. « Je suis désolé de l'apprendre. » Il resta un instant silencieux avant de continuer en tournant à nouveau son regard vers la jeune femme. « Mes Bêtas évitent de m'apprendre la mort des personnes qui m'étaient proche. » Voilà pourquoi depuis tout ce temps il n'avait jamais eu de nouvelles, voilà pourquoi elle avait disparu de Rome.

Essayant de se concentrer sur la suite des questions pour oublier la mort de la femme qu'il avait aimé Elijah essaya de sourire. « Oui je suis de la meute Vinter, nous avons grandit ensemble pendant des années avant qu'elle me... qu'elle parte. » Il ne se sentait pas vraiment capable d'expliquer les raisons, c'était trop douloureux et même si c'était il y a des années Elijah n'oubliait jamais rien. Au fond de lui il savait qu'Astrid avait toujours une place dans son cœur. « Très bien connu, elle m'a aidé dans le rôle que j'avais auprès de la meute et nous nous quittions que très rarement. » C'est malheureusement pour cela qu'il avait eu encore plus de mal lors de son départ. Il avait perdu la femme de son cœur et sa meilleure alliée ce jour là. « C'était une femme bien. » Il avait dit cette phrase d'un ton doux comme ci il se parlait à lui même, comme ci il essayait de se rappeler chaque journées passés à ses côtés. Un doux sourire s'installa sur son visage en repensant à cette bonne époque. Attrapant la main qu'ellle lui tendait pour la serrer délicatement il continua. "Enchanté Freyja, je suis Elijah." Au fond de lui il était tout de même heureux qu'elle ai fait une enfant qui lui ressemblait autant. Le même regard courageux et le visage doux. « Je peux juste vous poser une question?» Une question dont il attendait bien évidement une réponse positif. « Était elle heureuse ? » Il avait toujours voulu son bonheur et espérait qu'elle l'avait eu avant sa mort, c'était la seule chose qui comptait à ses yeux.
Made by Neon Demon

_________________

   
   
Alpha Vinter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Freyja A. Dvořáková
LYCANS - HOWL TO THE MOON
OSSATURE: : sur son passe-port, il est écrit qu'elle a 22 ans, cette belle âme si belle et pure, en apparences. CONTRAT: : Liée à sa meute, loyale à tout jamais. Elle n'a jamais trouvé un homme assez bien pour elle, est-elle trop exigeante ? S'intéresse-t-elle à l'amour ? Peut-être princesse de la meute, elle repousse tout mâle avançant vers elle, briseuse de coeur professionnel BESOGNE: : Étudiante en littérature, anglaise en majeur et française en mineur. Elle travaille dans une chocolaterie du centre hisotirque, une boutique à la façade ancienne et où le chocolat pourrait avoir un gout amère de sang... pourtant très prisé par les touristes. Elle traduit quelques notices en tchèque aussi pour arrondir les fins de mois. http://68.media.tumblr.com/4e94fb17831767c0b5358cffe38b53af/tumblr_of6z0bdbCA1uf4uyeo3_250.gif
ÉCORCE: : Soixante deux ans... déjà... elle préfère ne plus compter les années qui passent. ÉCHINE: : Louve Jäger, pelage blond et noir, mitage entre un père jäger et vinter, son regard est glacé comme l'eau des fiords, lorsqu'elle prend sa forme bestiale, c'est l'effrayante forme bestiale qui vit en elle. Digne héritière d'une lignée de sang pure. PRESTIGE: : Louve pure, jäger de surcroît. Vitesse accélérée, sens accrues, force décuplée... odorat sur-développé...idem pour l'ouïe...et puis la lune n'a pas vraiment d'effet sur elle, elle maîtrise parfaitement sa mutation, c'est quand elle veut, ou elle veut... GANG: : Louve Béta Jäger, ce qui veut dire qu'elle donnerait sa vie pour sa meute, pour son alpha... pour survivre contre les humains @EFFIGIE: : Emma Watson by Mélopée BAFOUILLES: : 88 PACTE: : 28/07/2017



Message
Lun 2 Oct - 12:08

   


Les souvenirs du passé
ft
Elijah


Ce n’est pas moi que ce loup cherche, ce n’est pas moi qu’il voit. C’est un souvenir, une personne qui n’existe plus. Pourtant entendre son prénom me serre la poitrine. C’était ma mère, aussi douce et vaillante, courageuse, impétueuse, je l’admirais. J’étais jeune et immature mais je l’aimais de tout mon cœur, elle était mon étoile dans la nuit, elle me guidait, elle me regardait avec fierté. J’aimais entendre sa voix lorsqu’elle me racontait une histoire, les légendes sur nous… J’avais ce livre que je traînais partout, il racontait les légendes des surnaturels, elles étaient principalement fausses, parce que chaque pays, chaque région possèdent ses légendes. Comment savoir réellement ce qui s’est passé il y a des milliers d’années. Est-ce que quelqu’un possède la vérité ultime ? L’histoire du vrai loup ? Le premier ? Non. Mais passons, ce livre elle me le lisait tous les soirs, je ne m’en laissais pas, les dessins étaient magnifiques et les mots parfaitement choisis. Elle y mettait le parfait ton, avec mes frères et sœurs on ne bougeait plus dans nos lits, on l’écoutait. J’étais toujours la première à sombrer dans le sommeil et à rêver de ses contes. J’étais la plus jeune. Je me souviens de son parfum. Sucré, légèrement épicée. Elle se penchait sur moi, caressait mon front, dégageait mes cheveux pour embrasser mon front et me chuchoter bonne nuit. Cette odeur me revient toujours en mémoire lorsque je pense à elle, elle est là tout près, je suis sûre qu’elle veille sur moi et que parfois elle tente de me faire savoir qu’elle est là et que je ne risque rien. Je ne sais pas si elle serait fière de moi. Elle a fui l’Italie pour éviter l’affrontement avec l’Opus Dei et moi je le cherche délibérément. La situation est bien différente. Elle avait déjà des enfants, elle ne cherchait qu’à les protéger. Je n’ai plus personne l’Opus m’a tout enlevé, il est temps que je les venge et que cette organisation chute. Alors j’espère qu’elle est fière de moi, qu’elle voit que je fais cela pour elle, pour eux, ceux que j’aimais tant que et j’ai perdu. L’Opus n’a épargné personne et maintenant c’est à mon tour, je leur prouverais que les loups sont supérieurs. En attendant, je dois faire avec un fantôme de son passé. Ce loup qui semble si perturbait par ma simple présence, les hommes sont parfois un peu trop romantiques. Cet idylle qu’il me dépeint remonte à ses années, des décennies, presque un siècle, il aurait dû laisser le souvenir de ma mère de côté, ou alors tenter de la retrouver et la venger, n’est-ce pas ce que l’on fait lorsqu’on veut venger une personne ? Lorsque l’on aime ? Pourtant j’ai aimé et je n’ai pas fait cela. J’ai laissé mourir l’homme que j’aimais, je l’ai laissé mourir parce que j’ai une mission, une cause, ma meute compte avant tout sur moi et je ne pouvais pas les décevoir, la mort aurait été pour nous deux, je ne l’ai pas tué mais c’est presque pareil… Quelle idée d’aimer un humain. Plus jamais et le mieux c’est de ne plus aimer. On doit se détacher des gens, sinon ils deviennent nos faiblesses Ma mère a dû être la faiblesse de cet Elijah.

Je m’écarte un peu de lui, sa proximité me dérange, je ne suis pas fan des contacts, oui il paraît que je suis relativement froide. Je me fiche pas mal de ce que pensent les autres.
« - Oui ma mère. »
Je réponds un peu froidement là aussi, je fronce les sourcils et je croise les bras sur ma poitrine. Il m’annonce que je suis son portrait craché et ça, je le savais déjà. Ma tante, la sœur de mon père, n’a cessé de me dire combien je ressemblais à ma mère, je porte son collier en ambre ne le reconnait-il pas ?
« - J’ai beaucoup d’elle effectivement. Désolée que cela vous trouble autant »
Oh, je ne suis pas vraiment désolée, c’est plutôt une façon de parler. Je suis fière de ressembler à ma mère, que cela trouble un alpha ou pas. Je lui annonce tout de même la mort et je crains de le faire davantage souffrir, il ne faut pas croire que je prends plaisir à voir les autres souffrir, surtout qu’Elijah est un loup, un des miens d’une certaine façon. Pourtant, il doit savoir que celle qu’il a connu, n’est plus aujourd’hui. Pour l’oublier, faire son deuil.
« - Je rapporte toujours ce genre de nouvelle à Anya personnellement, je ne lui cache rien. Vous devriez revoir leur comportement… tout savoir c’est toujours mieux… »
Je mens un peu, j’ai caché une chose à Anya, il y a des années. Aujourd’hui, cela n’a plus réellement d’importance. Je lui voue une loyauté sans fin. La rage de vaincre l’Opus sans nul doute.
« - Et ne vous excusez pas… je la venge parfaitement aujourd’hui, je suis persuadée qu’elle serait fière. »
Je ne lui avoue pas que je doute, parfois oui, je doute qu’elle soit fière de sa fille. Je comprends qu’Elijah est donc l’alpha des Vinter, la meute à laquelle appartenait ma mère. Pourquoi avoir choisi un Jäger comme époux ? Je l’ignore, un alpha comme Elijah aurait sans doute pu lui offrir la sécurité. Mon père ne lui a offert que le danger, la fuite et la mort finalement, pourtant lorsqu’ils étaient ensemble, leur amour était évident, même si je ne remets pas en question l’histoire qu’elle a pu avoir avec son ex alpha. Mon père n’était qu’un béta, celui d’Anya déjà et parfois je me demande si cela a joué pour la place que j’ai. Je suis tout de même fière de reprendre le flambeau. Je reste tout de même surprise qu’il me demande si elle était heureuse…
« - La vie n’était pas parfaite, on a fui l’Opus pendant des années, on a vécu reclus… jusqu’à ce qu’ils nous retrouvent et … ils ont tué tout le monde, mon père le premier, puis ma mère… ensuite mes frères et sœurs… je suis la seule qui ait pu sortir sans avoir été trouvée. On m’a ramené en Italie… j’ai grandi dans la haine de l’Opus… elle est toujours aussi grande. »
Je marque une pause. Sa main serrant toujours la mienne.
« - Elle était heureuse, j’en suis presque sûre »
Je crois que je veux l’apaiser, il apprend la mort d’une personne importante, comment je peux rester insensible ? J’ai vécu cela moi aussi…
« - Comment était-elle ? Je veux dire avant l’histoire avec mon père ? Avec vous ? toi ? Je peux te tutoyer ? »
Je souris. Je reprends ma main et elle se replace sous mon aisselle avec mes bras croisés.
« - Pourquoi n’avez-vous pas chercher à avoir de ses nouvelles ? »
Oui parce que la question subsiste.




© Frimelda, sur une proposition de © Blork

_________________

J'ai essayé d'être ce que je n'étais pas, et je ne peux même plus redevenir moi-même.


Je suis le monstre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas
 
Les souvenirs du passé [Freyja]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Souvenirs du passé - anecdotes familiales
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Le reflet du passé [Terminé]
» QUE VAUT UN PEUPLE SANS MEMOIRE COLLECTIVE?
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RIGOR MORTIS ::  :: PÉRIPHÉRIE ROMAINE-
Sauter vers: