Je suis venu te dire que...Prends garde à toi. [PV Apollinare]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Dumitru Vulpesco
VAMPIRES - THE JAGGED JAWS
OSSATURE: : 36 ans et 492 ans au compteur vampirique CONTRAT: : Veuf BESOGNE: : Espion pour le clan Vacaresco/ accessoirement Vigneron
FABLE: : Fils de boyard autrefois, il a gardé de cette époque son éducation et l’art de gouverner. Enfant muet jusqu’à 15 ans, il se révèle à la mort de son père au moment de reprendre le domaine familial. Les Vulpesco sont vassaux du clan Vacaresco depuis plusieurs générations. Fidèle, loyal. Il épousera de toute son âme la cause de son monarque. Redonner ses lettres de sang à Dragos Vacaresco c’est son objectif. Enfant unique, il voit un frère en celui qui le fera immortel. Fraternité évoluant en sentiments bien plus profonds qu’il n’aurait imaginé malgré l’horreur et le dégoût que provoquera sa transformation. Humaniste, il se met en retrait le temps d’apprivoiser sa bête. Revient sur ses terres. Reconstruit son domaine en exploitant les Roms. Ces gens le fascinent, le redoutent. Les rumeurs circulent : c’est un démon. A force de les côtoyer, son intérêt se porte sur l’une d’entre eux. Etonnant car les femmes n’ont que peu d’intérêt pour lui. Elle suscite désir et convoitise en lui portant à son tour de l’intérêt. Il fera d’elle son infant. ÉCORCE: : 492 ans ÉCHINE: : De la race des Princes. Immortel assoifé @EFFIGIE: : Ben Whishaw - Merci à Marius BAFOUILLES: : 1307 PACTE: : 01/08/2017



Message
Sam 9 Sep - 11:09


Je suis venu te dire que...Prends garde à toi.Apollinare & Dum' C’est sous un ciel étoilé peu nuageux que je profite de la piscine. Quelques longueurs dans une eau azurée me donnant l’impression de nager sous la lumière du jour…sous un soleil que je ne peux plus sentir. La nostalgie a fini par s’estomper tout comme la colère d’être condamné aux ténèbres. Bien entendu qu’il m’arrive d’éprouver quelques regrets mais en aucun cas je renie ma condition d’immortel. Je ne pouvais pas rêver mieux pour servir mon Roi. Mes ancêtres ont toujours été de loyaux vassaux du clan Vacaresco, d’une certaine façon mon nom ne s’est pas éteint et je continue la tradition familiale à défaut de descendant.

Mon corps s’étire sous les mouvements de brasse, se délasse plus qu’il est question de l’entretenir. Entretien inutile puisque je suis figé dans le corps qui m’a vu naitre pour la seconde fois. L’eau se fait caressante sur les muscles secs qui roulent sous ma peau. Encore quelques brasses avant que je ne sorte presqu’en bondissant. La flotte ruisselle pour finir par tomber sur la pierre, qui accueille mes pas. L’éponge efface en partie les dernières traces qui témoignent de ma baignade pendant que je regagne ma chambre. Les baies vitrées restent ouvertes et le resteront tant que le jour ne s’annoncera pas ou tant que je ne décide pas de sortir pour regagner Rome. Déambulant dans ma chambre à la recherche de nouveaux vêtements, je termine sous la douche pour me rincer du chlore dont l’odeur survit sur ma peau. Je devrais peut-être revoir cette formule, qui altère mon nez. L’eau de mer aurait des vertus moins nocives en plus d’être plus naturelle. Le seul problème qui pourrait me freiner, c’est la couleur de l’eau, passant du bleu ciel au vert. Un détail certes mais un détail qui pourrait me faire renoncer.
La mousse dégringole en gros paquets à mesure que je rince mes cheveux mi-longs. Le visage tendu sous le pommeau, je garde les paupières fermées oubliant un court instant ma condition d’immortel. Mes sens sont endormis…humains. Je n’aurais peut-être pas dû mais pourquoi devrais-je me montrer méfiant ? Peu parmi les nôtres connaissent ma véritable fonction au sein du clan. Espion. Je ne fais que rapporter ce que je vois au cours de mes missions. Prendre la température des animosités passées ou en devenir entre créatures. Le dernier rapport qui m’a été commandé, concerné l’un des nôtres. Devrais-je m’inquiéter des faits que j’ai pu rapporter à notre Roi ? Je ne pense pas car la vérité aurait fini par resurgir à la morsure. Si j’avais le choix d’omettre les informations, le problème se serait retourné contre moi. Forniquer avec ça !!! N’y a-t-il donc pas assez de culs à fourrer pour tomber aussi bas et se vautrer dans la litière d’un loup !!!
Peu m’importe à présent, la mission a été exécutée et la sentence tombera.

Je finis par éteindre les robinets. C’est à ce moment-là que je sens sa présence. Impossible de l’ignorer…un frisson parcourt ma peau comme si un index glacial la sillonnait. Mes pupilles se dilatent à l’appel du sang…à son appel. L’attraction est telle, qu’elle me force à fournir un effort pour ne pas accourir en manque de son affection. Suffisamment vieux, c’est un exercice que je maitrise parfaitement, tout comme celui de masquer les émotions qui pourraient s’afficher sur mes traits. N’est-ce pas ainsi que l’on m’a éduqué ? Lui, Quintus ou même mon père biologique. Les émotions sont le reflet de l’âme…elles révèlent vos faiblesses. Il n’est pas question qu’il perçoit le trouble qu’il fait naitre par sa présence…espoir vain du fils qui ne peut rien cacher au père…à l’amant ?

Inutile de me presser, je prends le temps nécessaire de me vêtir…d’ordonner mes cheveux humides. Couleurs sombres d’une chemise marine et d’un pantalon en toile noire. Je réapparais non chaussé. Déglutissant en le voyant allongé sur mon lit, tournant lentement son visage sur moi.

– Je devrais peut-être laisser comme consigne à Umberto de réguler les entrées de la propriété…Décidemment c’est le mois des retours inattendus… Lançais-je, faisant allusion à la visite de Lasairian. ….si c’est pour lui que tu es venu, il n’est pas là. Tu ne devrais pas peiner à le trouver….quand tu veux tu sais très bien le faire. Rajoutais-je amère. Depuis combien de temps es-tu là …à rôder ? Je m’apprêtais à sortir…alors fais vite.

Il n’y a pas meilleure méthode que la rancœur pour masquer n’importe quelle vérité. Laquelle ? Les sentiments, autrefois confus pour un frère, qui ont pris corps lorsqu’il m’a retrouvé après son abandon. Me privant de lui. Me privant de l’ami…du frère…de l’être admiré et aimé qu’il fût pour moi…qu’il sera toujours. Liés à jamais.

– Que me vaut le plaisir de ta visite mon cher Sire… Ce dernier mot sonne comme une morsure venimeuse.    
© Justayne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Je suis venu te dire que...Prends garde à toi. [PV Apollinare]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» 03. Prends garde ! Spider Cochon est là.
» Je suis venu, j'ai bu, j'me souviens plus...
» Prends garde que la Forêt ne te dévore
» Je suis venu te dire que je m'en vais [Pv: Benoit]
» Je suis venu te dire que je m'en vais [pv Lindsay]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RIGOR MORTIS ::  :: PÉRIPHÉRIE ROMAINE :: → HABITATIONS-
Sauter vers: