« lost in the echo » flashback ❧ Ft. Innocenzo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Marius L. Vitale
SIRÈNES - DROWN YOUR SOUL
OSSATURE: : Trentaine apposée sur la paperasse factice, échine piégée entre deux âges. CONTRAT: : De trop nombreuses conquêtes éphémères qui se sont fanées, myocarde qui fuit l'attachement, âme jouissant de sa pleine liberté. BESOGNE: : Déposer des pierres précieuses sur les cous dénudés, joaillier alors que le jour défile, artiste de rue lorsque le feu de la soif commence à ravager les entrailles. Crapahuteur au Vatican lorsque la nuit tombe, pour tenter de mieux comprendre les hommes.
ÉCORCE: : Six-cent-quatre-vingt-sept années d'errance, observateur silencieux qui voit le monde se perdre peu à peu. Belle gueule juvénile mensongère et factice. ÉCHINE: : Fils de l'ondine dévorant les souffles. Pesce aux écailles d'un bleu nuit et aux éclats lazuli qui scintillent dans les flots à la manière d'une voûte nocturne. PRESTIGE: : Douce cristalline qui joue entre les doigts, domptée à merveille, branchies striant les flancs peu importe la forme. Doux murmure inné pour séduire les âmes par la fourberie, ainsi qu'une carne qui se referme sous les maux. GANG: : Opportuniste solitaire, grimaçant alors que celle qui se dit reine est évoquée, seul maître de mon échine, détournant le regard des bas fonds vers lesquels elle entraine son peuple. @EFFIGIE: : Brendon Urie ❉ CARNAVAGE BAFOUILLES: : 2586 PACTE: : 09/04/2017



Message
Mar 19 Sep - 0:05
 

   
« lost in the echo »

   Remous amères. L'écume saline s'embrase, affronte la roche, conquérante, vagues maussades cherchant à se frayer une issue sur la côte, continuellement rejetée. Seul son chant s'élève, murmure dans l'obsidienne nocturne, astre dominant engloutit par quelques nuages. Elle fut pourtant violente, l'obscurité alliée, bête affamée dégueulée sur le sable humide, parvis du continuent, des terres humanoïdes,  et qui cherche à fendre la carne, râle alors que l'agonie s'esquisse, écailles chéries et de la couleur de la nuit arrachées de leur trône. Quelques unes, tenaces, demeurent, refusant de se désagréger, d'abandonner la cuirasse qu'elles furent, perlant fièrement pour contraster avec un derme trop pâle qui s'ébauchait. Jambes fébriles et d'une lourdeur sans nom, membres indomptables qui prirent la place, habit illusoire enfilé. Bête voilée dont les pseudo-monstruosités furent ravalées. Elles furent observées, arpentées d'iris dédaigneuses, phalanges ébauchant leurs contours, trop peu habitué à l'odieuse métamorphose qui fut octroyée trois-cent-cinquante ans plus tôt.  

Âme errante qui fut délaissée à la frontière des mondes, mirettes paumées qui scrutent les ombres, ignore par où commencer. Les côtes furent pourtant observées depuis longtemps, bien que jamais arpentées, distance de sécurité imposée et qui n'était franchie que trop rarement, alors que la faim tiraillaient. Cette dernière brûle d'ailleurs, assèche la carne, échine terne et enlaidie qui crève de faim, n'a pas planté les tenailles affûtées dans une quelconque silhouette humaine depuis des semaines. Chasses raréfiées dans les eaux, carcasses de métal impossibles à engloutir, affres d'une modernité maudite. Ce fut un filet assassin et invisible qui fut la goûte d'eau de trop dans les étendues océaniques, chute pitoyable. Voilà que les terres immondes et dénigrées furent le nouveau refuge, grimaçant d'entrée, souvenirs d'un temps lointain où le continent fut détesté, bien que les siècles s'étaient écoulés, le laissant que la marque de quelques pratiques et coutumes qui furent certainement dépassé.

Oreille affûtée qui déniche un son étranger en approche, nasaux aux aguets appâtés par le flux d'un myocarde égaré, salivant. Pourtant l'échec fut lamentable, jambes incapables de rester stables pour prendre en chasse, tentatives de redressement ne donnant naissance qu'à un enchevêtrement de chutes pathétiques, incapable de retrouver un équilibre quelconque dans cette sensation tout bonnement atroce d'être lourd, d'avantage attiré par la gravité terrienne que porté par les eaux. Maudits membres incapables de fonctionner correctement. La silhouette délicieuse s'esquissait pourtant, transpirant le scepticisme face à un être dépourvu de vêtements échoué dans le sable. Nudité n'était qu'un maigre détail oublié et pudeur un concept tout bonnement absent. Elle crut certainement voir un individu ivre dont la soirée venait de se finir plutôt mal, bête qui eu l'air d'un humain d'une banalité sans nom si l'on ôtait les quelques écailles égarées sur les mollets ainsi que les branchies clauses entre les côtes, striant fièrement.

Naïve téméraire qui s'approchait dans une optique d'aide, samaritaine qui s'enfonçait dans la gueule d'elle-même. Elle fut à portée, attendant qu'elle se penche, présente un bras pour l'attirer fermement. Monstre des eaux affamé qui se jette sur son épaule d'albâtre, abîmant son échine pour en dévorer le flux, gorgées gourmandes de son vermeil exquis, apaisant l’assèchement qui menaçait de devenir sel, ravivant le derme fané par la soif et le manque de souffle aspiré, belle gueule mensongère et factice retrouvée. Elle se perdait, la dévorée, sombrant dans le trouble alors que son palpitant s'éteignait. Elle ne devint plus que carcasse molle entre les bras, pantin désarticulé jonchée dans le sable et enlacée par son assassin aux babines serties de carmin. Les mirettes se dressent, s'apposent sur l’étranger qui se dessinait désormais à quelques pas, visiblement apparût durant l'ivresse sanguine. Il n'eut droit qu'à un feulement aux crocs entachés, d'avantage défensif face à la faiblesse imposée en cette forme, bien incapable de tenter une quelconque offensive avec ces jambes malhabiles, bien que l'ondine salée ne fut pas loin pour servir de tombeau.
   

   

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
« lost in the echo » flashback ❧ Ft. Innocenzo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Lost in the Echo [w/ June Moone]
» Lost in the echo - Lucas
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» LOST LE RPG
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RIGOR MORTIS ::  :: PÉRIPHÉRIE ROMAINE :: → PLAGE-
Sauter vers: