alternate worlds, bursting in each other | ft. Nathaniel

 :: CLUBS
alternate worlds, bursting in each other | ft. Nathaniel - Lun 25 Sep - 19:50
avatar
lycans
lycans


EFFIGIE : Phoebe Tonkin
BAFOUILLES : 348
PACTE : 14/09/2017


OSSATURE : Les lèvres chuchotent un nombre devenu dérisoire ; carcasse traînant trois quarts de siècle, semblant frôler à peine la trentaine.
CONTRAT : Amante de ses pulsions, la chienne n'est echaînées qu'à ses désirs.
BESOGNE : Mains cruelles, beautés mortelles. De jour bolverk se terre dans son échoppe de décoctions et objets insolites. De nuit, les mains sales s'agrippent aux désirs des éphémères qu'elle séduit de ses danses.
FABLE : x
ÉCHINE : Les os se brisent, la rage se déchaîne alors que la soif d'hémoglobine et de violence fait hurler l'impie. Chien des enfers, rampant dans l'ombre des hommes pour chercher son du.
PRESTIGE : Force bestiale, la louve ne subit plus l'astre lunaire comme ses congénère. Son unité à la meute l'immunise à la perte de contrôle.
GANG : Bolverk pour les Jäger.
CREDIT : tumblr.

oh fuck no
Nathaniel & Astrid

Mine La bouteille en verre à la main, la belle avance. Déjà bien entamée, voir carrément finie. Des écouteurs enfoncés dans les oreilles, le volume de son téléphone poussé au maximum. D'un pas nonchalant, plutôt lent elle traverse la masse de jeunes gens alcoolisés, les bouscule d'un coup d'épaule puissant sans même y faire attention. Elle entend déjà la musique à travers ses écouteurs, les derniers titres à la mode chez les étudiants qui résonnent dans la rue. Fait chier. Avec les années, la louve trouvait que tout se ressemblait, plus rien n'était original. Le tord boyaux traverse sa gorge, les dernières gouttes s'évaporent sur son palais. D'un geste légèrement maladroit et un peu violent, elle fracasse le récipient vide contre un mur en brique comme si de rien n'était. L'action provocatrice suscite une légère vague de réaction autour d'elle, étirant ses lèvres en un rictus moqueur. Tornade, tsunami. La bête était d'humeur dévastatrice. Chez elle, ce n'était pas forcément synonyme de colère mais le contraire. Allégresse insouciante, euphorie. Satisfaction infantile, désir d'attention éphémère.

La louve retire ses écouteurs, les fourre d'un geste précis dans sa poche avec son téléphone portable.La masse se fait plus dense, et Astrid s'engouffre à l'intérieur de la boîte. Des enceintes de tous les côtés lui vrillent les tympans, les hurlements des adolescents alcoolisés. L'air devient suffocant, lourd ; testostérone, phéromones, alcool et cigarette. Toxique, létal, magique. Elle se fond dans la masse parfaitement, s'imprégnant du rythme saccadé que la chanson qui passait.  

Déhanché rapide, sauvage et cru. Danse qu'elle sait bien faire, tango infernal de la prédatrice en chasse. Sens brouillés, excités, en alerte et endormis à la fois. Gestes rapides, sensuels et regards séducteurs. La louve attire et s'amuse, se délecte. La lumière flashe, détruit ses pupilles dilatées par ses pulsions mises à rude épreuve. Tout lui hurle de laisser la bête s'amuser, elle aussi. Étancher ses soifs, assouvir sa faim. Violence, sexe, délicieux supplice. Mais ce soir elle préfère rester sage, laisser le monstre en cage.

En pleine prise avec un bellâtre aussi sobre qu'elle l'est, ses yeux embués tombent sur une silhouette bien particulière, agréablement familière. Sans hésitation elle s'élance, laissant le mâle en rute au milieux de la piste de danse seul avec son excitation trop proéminente. Pas rapides, un peu trop d'ailleurs elle atteint celui qu'elle voulait. Sans se soucier de si elle interrompait une discussion ou autre la belle passe un bras autours du coup de jeune homme, s'accrochant comme une jeune lycéenne pas farouche au corps de Nathaniel.

Toi ici, sacrée surprise Nath'.

Rire moqueur, elle se détache du beau brun et fait un pas de côté. Elle aurait presque honte de son approche, pitoyable. Au fond elle le savait, que la nuit allait être longue et très mouvementée vu comment elle commençait. Une moue exagérée déforme ses joues, légèrement rosées par la chaleur et l'alcool.

Tu fais une petit sortie et tu ne me préviens pas ? Je suis outrée, tu me vexerais presque tu sais.

© Nightmare sur Épicode.


☾ ☾ ☾ ☾ ☾


Ma pauvre muse, hélas! qu'as-tu donc ce matin ? Tes yeux creux sont peuplés de visions nocturnes, et je vois tour à tour réfléchis sur ton teint la folie et l'horreur, froides et taciturnes.
© Yamashita d'épicode


Revenir en haut Aller en bas
alternate worlds, bursting in each other | ft. Nathaniel - Mar 26 Sep - 22:01
avatar
Invité
Invité


pretty little liars  




De ces espoirs abandonnés au creux d'un couloir, au nom de ces motivations dont il ne restait que le nom : il ne restait que des folies de la vie, la surface des pires farces. L'envie, c'était surfait. Le brun appréciait ce qu'il avait, s'en jamais parvenir à s'en contenter. Pourquoi à chaque fois qu'il venait à claquer le casier de son vestiaire ? Boulot de merde, mais il l'avait décidé et ne pouvait pas venir s'en plaindre. Pourquoi venir perpétuellement se demander ce qu'il faisait avec autant d'armes planquer chez lui ? Il en avait besoin, pour parvenir à dormir la nuit, comme pour se persuader que cela serait un jour utile. Il y avait souvent ces questions qui découlaient de son esprit, et qui ne trouvaient jamais de réponse, alors il oubliait : demain était un autre jour, comme le disait cette pouf raciste dans Autant en emporte le vent. Le gamin ne se souciait que ce qui l'animait, et il savait pourtant qu'une fois la balle plantée dans le crane de l'assassin, il ne lui resterait rien comme raison d'exister. Cela pouvait choquer, mais il avait conscience de ce qu'il entreprenait, la fin heureuse n'existait pas : la mort, ou l'absence de raison de vivre. Ce brève moment de déprime qui le traversait, s'évaporait toujours. Un verre d'alcool et il suffisait d'un moment à admirer le vide pour y penser, et finalement l'occulter. L'esprit tordu, pour finalement se laisser aller à une soirée agréable en compagnie de ceux qui représentaient ses amies de toujours. Une photo, presque nécessaire comme à chaque fois qu'ils parvenaient à tous se réunir dans un élan de chance. Le brun admirait ces photos le lendemain, imprimait ces dernières et venait se remémorer à quel point la facilité, pouvait parfois refléter la vacuité du quotidien. Tout, il l'offrirait en échange de sa famille, mais en rien, il ne pourrait se vanter que la vie serait meilleure pour ceux dont le destin fut tragique.


Cette soirée vint à finalement s'achever dans un club, dont Nath ne saurait retenir le nom et dont il se moquait au fond. Pas assez alcoolisé pour perdre ses moyens, mais assez pour totalement s'enivrer de la situation. Il limitait sa consommation, pour ne jamais baisser sa garde, toujours préserver sa conception de la réalité. Cela était nécessaire pour ne jamais venir à frapper violemment un innocent en le prenant pour un vampire. Il y avait toujours ces moments de frénésie lorsque le brun rentrait dans un club, déposant ses affaires aux vestiaires avec ses camarades qu'il viendrait sans aucun doute égarer au cours de la soirée. Cela était devenue une habitude, ou presque. Nath était néanmoins celui qui veillait, comme un frère, comme un emmerdeur de frère cela serait plus juste. Le gamin sentit la lumière venir lui brûler fugacement la rétine, tandis que la musique offrait l'oubli et l'incapacité à réfléchir. Il ne fallut que quelques minutes à Nath pour perdre ses camarades alors qu'il était attrapé par une demoiselle, lâchant la main d'une de ses amies. Loin, elle l'était déjà et ne comptait pas s'attarder sur le brun. Cette prise par surprise, c'était Astrid. Astrid, elle avait le mérite de se faire remarquer et d'aussitôt reculer. Elle maîtrisait parfaitement son entrée.  « Astrid, j'vois que tu as un œil de lynx. » Le brun laissa échapper un sourire et un rire : il ne l'aurait jamais reconnu aussi vite, et il ne s'en cachait pas. Jouant la vexée, le brun laissa paraître un sourire en venant feindre la tristesse. «  Ah que veux tu, j'passe ma vie dehors ça passerait pour du harcèlement. » Elle semblait plus alcoolisée que lui – pas bien difficile. Le brun l'observa de haut en bas, pleine de vie et énergique. « Puis je pourrais te retourner la remarque ! Tu te fais une petite sortie en solitaire ? » Nath n'était pas de nature à se prendre la tête avec son entourage, il accordait de l'importance à ces gens qui berçaient son quotidien.




© TITANIA
Invité
Revenir en haut Aller en bas
alternate worlds, bursting in each other | ft. Nathaniel - Mer 25 Oct - 1:29
avatar
lycans
lycans


EFFIGIE : Phoebe Tonkin
BAFOUILLES : 348
PACTE : 14/09/2017


OSSATURE : Les lèvres chuchotent un nombre devenu dérisoire ; carcasse traînant trois quarts de siècle, semblant frôler à peine la trentaine.
CONTRAT : Amante de ses pulsions, la chienne n'est echaînées qu'à ses désirs.
BESOGNE : Mains cruelles, beautés mortelles. De jour bolverk se terre dans son échoppe de décoctions et objets insolites. De nuit, les mains sales s'agrippent aux désirs des éphémères qu'elle séduit de ses danses.
FABLE : x
ÉCHINE : Les os se brisent, la rage se déchaîne alors que la soif d'hémoglobine et de violence fait hurler l'impie. Chien des enfers, rampant dans l'ombre des hommes pour chercher son du.
PRESTIGE : Force bestiale, la louve ne subit plus l'astre lunaire comme ses congénère. Son unité à la meute l'immunise à la perte de contrôle.
GANG : Bolverk pour les Jäger.
CREDIT : tumblr.

oh fuck no
Nathaniel & Astrid

Mine Décadence, transe. Les corps chauds qui se pressent les uns contre les autres, volontairement ou non d'ailleurs. L'air lourd d'hormones et transpiration, odeur de cigarette et joints. Autant dire qu'un asthmatique n'aurait pas fait long feu ici.

C'est mon deuxième prénom.

Clin d’œil peu subtil, sourire trahissant sa non-sobriété si ce n'était pas déjà fait. Sa tête balance nonchalamment de droite à gauche doucement, les épaules roulent aux rythme infernal de la musique qui passe en fond de la soirée. Tempo endiablé, aguicheur des esprits bien échauffés qui ne laisse pas la bête déjà fébrile insensible. Elle laisse ses yeux traîner sur le sourire innocent de son interlocuteur, sur ses traits encore jeunes qui semblent pourtant déjà vieux. Reflet d'un monde pourri jusqu'à le moelle qui se reflétait dans les yeux de l'éphémère, c'est sûrement ça, qui attira l'attention de la louve lors de leur première rencontre. Contexte similaire, un soir parmi tant d'autres, une personne parmi tant d'autres. Soirée endiablée et alcoolisée, amants brûlants d'une nuit intense qu'ils oublieront sûrement au fil des années. Mais contre toute attente, la louve s'attacha à l'humain -pas au point de développer des sentiments amoureux, loin de là – et l'humain s'attacha à elle. Une amitié imprévue, peu conventionnelle. Les pensées divaguent dans le passé, la voix de son ami la rattache au monde réel. Sourire goguenard lui fend les lippes, elle reporte son attention sur lui.

Certes.. Mais ce n'est du harcèlement que si c'est pas consentant, non ? Une connerie du genre, la brune s’esclaffe, le bruit autour du duo l'obligeant à hausser la voix pour pouvoir se faire comprendre.

Du coin de l’œil elle aperçoit et remarque que la majorité des personnes qui les entourent ont les mains prises d'un verre, et depuis le début de leur conversation les siennes tripotent nerveusement le tissu de ses vêtements ou une mèche de ses cheveux. Manque d'adrénaline ou d'alcool, la chienne préfère se dire que simplement elle à trop d'énergie à revendre. Colère, rage, frustration canalisées dans le violence, le sexe ou la dépendance ; la plupart des temps, les trois à la fois.

Je n'avais pas envie de rester chez moi ce soir et je voulais pas te déranger, la brune fait un pas vers lui réduisant la distance entre les deux corps de quelques centimètres, suffisants pour lui éviter de s'arracher la voix, Si je devais te prévenir à chacune de mes sorties tu finirais par ne plus me supporter.

Les yeux roulent dans leurs orbites accompagnés d'un geste de tête exagéré. Les doigts tapotent nerveusement sur la cuisse sans qu'elle s'en rende compte. Le palpitant suit la musique, accélère puis décélère donnant le tournis à la brune. Faim ; faim d'excès, de luxure et de passion transformée pour le moment, pour patienter en soif. Féline, les yeux de biches aux faux airs inoffensifs se plantent dans ceux de Nathaniel alors qu'elle tend sa main pour atteindre son épaule. Se rapproche, jusqu'à pouvoir sentir son odeur enivrer ses sentir et la chaleur qui émane de son corps. Paroles, mots doux qui échappent de ses lèvres qui à l'échelle du bruit de fond paraissent chuchotements intimes.

Je te paie un verre ?

Les doigts glissent le long du bras, caresses chiennes exigeantes qui ne laissent pas place au doute, se referment comme un piège sur le poignet, alors qu'un sourire amusé fend son visage. Sans attendre de réponse – elle n'en accepterait pas d'autre qu'une positive -, la bête traîne sa prise jusqu'au bar. Le pas souple, alléger par la boisson elle zigzague entre les personnes et finit pour leur trouver une place au bout de la pièce. Moins de monde, plus calme et intime. La louve se hisse sur un tabouret et croise ses jambes dans la foulée. D'un coup d’œil rapide – et expert, elle observe les boissons en face d'elle. Lorgne sur la clientèle, observe les visages et leurs traits avant de chercher le barman des yeux. Regard insistant, celui-ci rapplique comme un chien accoure aux pieds de son maître.

Un dry martini pour moi, et je paie pour mon ami, la brune fait pivoter son tabouret d'un geste de jambe pour se retrouver face à Nathaniel, le coude appuyé sur le comptoir. Tu m'excusera auprès de tes amis de les priver de ta compagnie ; je ne t'enlève pas de force, rassure moi?, paroles lancées sur un ton de malice, la louve se moquait bien de vexer une bande d'inconnu ; mais l'avis du jeune homme comptait plus.

© Nightmare sur Épicode.


☾ ☾ ☾ ☾ ☾


Ma pauvre muse, hélas! qu'as-tu donc ce matin ? Tes yeux creux sont peuplés de visions nocturnes, et je vois tour à tour réfléchis sur ton teint la folie et l'horreur, froides et taciturnes.
© Yamashita d'épicode


Revenir en haut Aller en bas
alternate worlds, bursting in each other | ft. Nathaniel - Mer 15 Nov - 10:37
avatar
Invité
Invité


pretty little liars  




Ce merdier, se nomme la vie. Qu'importe le jour, l'heure, la saison ou même l'humeur il faut toujours s'enfuir de sa demeure, affronter la réalité et quitter le cocon qui sert de vice. Le brun se disait souvent que la vie il l'aimait pour des raisons absurdes. L'alcool, la bouffe, la chasse, le sexe et toutes ces conneries qui n'apportaient rien qu'un plaisir éphémère et qui viendrait tôt ou tard lui exploser à la gueule. Le brun était imparfait, il adorait ça, et savait pourtant que cela finirait par lui jour des tours. Un jour, il se retrouverait dans une tour d'ivoire, et ferait face à ses déboires sans parvenir à s'échapper de ce qu'il à lui même crée. Le gamin avait une vision assez défaitiste de sa propre vie, de ce qui l'attendait après ses conneries : crever, et puis basta. Il ne fallait pas espérer se réincarner ou une connerie du genre. Il n'allait pas venir hurler qu'il croyait en l'éternité de l'âme alors qu'il n'en avait rien à foutre. Sa famille était morte, et peut-être qu'une sorcière pourrait venir s'amuser à communiquer avec son esprit depuis « l'autre monde », mais à ses yeux, cela ne serait jamais la sincérité qu'il éprouvait quand sa mère déposait une main sur sa joue lorsqu'il était enfant. L'enfant, en lui, était ruiné. Désormais, il avait plus l'allure d'un gosse souriant qui ne savait pas ce qu'il voulait. Pour autant, ce soir, il avait le mérite de ne pas être seul dans la débauche et cela se confirma avec l'arrivée brutale d'Astrid sans crier garde. Son deuxième prénom ? Drôle de façon de présenter les choses. La méfiance de Nath était naturelle, et il ne parvenait pas à lutter contre. Astrid était une fille sympa, cela pouvait surprendre mais cela n'était pas dans les habitudes de Nath de se faire des nouveaux amis. Il avait tendance à se lier rapidement, des potes, des connaissances mais Astrid avait outrepassée ce statut en devenant une « amie ». Chose rare.  « Une connerie du genre, on va dire ça comme ça. » La moquerie était facile, en reprenant ses mots sans pour autant venir se jouer totalement d'elle. Un rapprochement fugace pour éviter de devoir hurler, tandis qu'elle laissait sous entendre qu'elle sortait beaucoup, peut-être trop. Méfiant, mais protecteur avant tout. Comment venir lui faire la morale sur le sujet sans passer pour un hypocrite ?  « ça dépend ce que tu fais durant tes soirées. » Le rapprochement fut poussé par la demoiselle, venant créer une proximité qui ne vint que créer une frustration chez Nath. Une main délicatement déposée sur son épaule, puis des mots assez clairs alors qu'il laissait échapper un rire moqueur et un sourire narquois. Pas le temps de lui répondre qu'il était déjà tiré vers le bar.


Traîné jusqu'au bar, se contentant de chercher fugacement ses compagnons du regard pour les prévenir et cela fut sans y parvenir une tentative ridicule. Le brun se contenta donc de suivre Astrid qui semblait déterminée à boire plus que lui. Nath avait connu bien des déboires avec l'alcool, il connaissait désormais la parfaite limite qu'était la sienne. Le chasseur n'était pas parfait, mais il savait exactement comment préserver ses capacités en cas d'incident. Il ne fallait jamais baisser sa garde, même dans la situation la plus banale comme une sortie. La nuit, tous les monstres sont de sortie – comme ne le dit pas le dicton. Venant s'installer au bar avec la demoiselle, qui avait l'habitude visiblement. Le barman rappliqua presque aussitôt tandis. A l'aise, elle l'était, lui il semblait plus observer le monde et à s'inquiéter. Toujours trop, toujours plus que nécessaire sans doute.  « Un Bloody Mary. » La vodka, la base était la base de toute chose.  « Non, ils ont l'habitude. T'inquiètes pas, c'est plus moi qui te vole plutôt à un public qui semble te trouver jolie. » Le chasseur afficha un sourire en coin tandis que les verres arrivaient face aux deux individus, venant alors remercier le barman qui vint à retourner en arrière.  « Tu sais que tu viens de tuer toutes tes chances de te faire accoster ? » Venant tendre son verre pour trinquer avec un sourire moqueur.




© TITANIA
Invité
Revenir en haut Aller en bas
alternate worlds, bursting in each other | ft. Nathaniel - Mar 26 Déc - 20:26
avatar
lycans
lycans


EFFIGIE : Phoebe Tonkin
BAFOUILLES : 348
PACTE : 14/09/2017


OSSATURE : Les lèvres chuchotent un nombre devenu dérisoire ; carcasse traînant trois quarts de siècle, semblant frôler à peine la trentaine.
CONTRAT : Amante de ses pulsions, la chienne n'est echaînées qu'à ses désirs.
BESOGNE : Mains cruelles, beautés mortelles. De jour bolverk se terre dans son échoppe de décoctions et objets insolites. De nuit, les mains sales s'agrippent aux désirs des éphémères qu'elle séduit de ses danses.
FABLE : x
ÉCHINE : Les os se brisent, la rage se déchaîne alors que la soif d'hémoglobine et de violence fait hurler l'impie. Chien des enfers, rampant dans l'ombre des hommes pour chercher son du.
PRESTIGE : Force bestiale, la louve ne subit plus l'astre lunaire comme ses congénère. Son unité à la meute l'immunise à la perte de contrôle.
GANG : Bolverk pour les Jäger.
CREDIT : tumblr.

OH FUCK NO
Nathaniel & Astrid

Mine Les néons dansent sur les visages, couleurs vives sublimant les traits des éphémères déchainés. Tantôt du rouge puis du bleu, parfois des nuances viennent arracher les rétines de la louve qui fixe son ami. Un peu trop, peut être même. Elle avait cette mauvaise habitude la brune, de fixer ses interlocuteurs avec insistance ; surtout quand quelques mauvaises idées lui trainaient dans la tête. Alléchantes, entre deux respirations elle se retrouve à se re-mémorer la nuit de leurs rencontre assez singulière.
Elle rit légèrement à la réponse de Nathaniel, alors que les verres arrivent devant eux. Avec délicatesse elle pose ses doigts sur le pied de son verre et le fait glisser jusqu'à elle, les effluves de gin venant lui chatouiller les narines. Elle hausse les épaules, ne veut pas feindre une modestie qui n'est pas sienne. Prétentieuse ? Non. Franche, plutôt.

Avoir un seul spectateur me convient parfaitement.

La brune lève son verre et l'avance vers celui de Nathaniel, trinquant avec lui en veillant à bien le regarder dans les yeux - comme si ce n'était pas déjà le cas. L'alcool arrive à ses lippe qui s'y trempent timidement d'abord, comme un avant goût pour mieux savourer le reste. Elle observe le fond de son verre en faisant rouler le petit pic en bois entre ses doigts alors que ses lèvres s'étirent pour laisser apparaître un sourire moqueur.

Et les tiennes aussi en passant.. Mais je le vis plutôt bien.

La louve prend une plus grande gorgée, l’œil malicieux. Elle n'avait absolument pas prévu de le croiser ce soir, mais ce n'était peut être pas si mal au final. Maintenant qu'elle y pense, elle pourrait très probablement compter les personnes humaines qu'elle apprécie sur une seule main. Il faut dire qu'il était sacrément mature pour un éphémère en début de vie, et attachant. Pendant qu'elle l'observe boire son bloody mary, elle se dit qu'elle est sacrément égoïste quand même la brune. Danger ambulant, fichée de l'opus. Une cible était gravée sur son dos, et elle trouvait pas mieux à faire que s'attacher à un jeune humain. Une personne apparemment pressée qui se rue au bar en la bousculant un peu au passage la tire de ces pensées noires. Elle jette à la jeune femme derrière un coup d’œil rapide sans éprouver plus d'animosité que cela envers elle, se surprenant elle même. D'habitude, et surtout en pleine manie elle n'aurait pas hésité à faire toute une scène pour moins qu'un coup de coude. Les quelques secondes passer à culpabiliser envers Nathaniel avaient du la calmer. Ouais, sûrement. La louve plonge à nouveau dans son breuvage, qu'elle diminue presque de moitié pour se redonner de la contenance avant de regarder à nouveau son ami avec un grand sourire.

J'avais jamais pensé à te demander, mais du coup qu'est-ce que tu fa..

Le sourire s'efface entre deux danses de néons quand la brune croise un regard, là bas à l'autre bout du comptoir. Insistant, intéressé. Rapidement, elle se concentre à nouveau sur Nath tout en évitant de croiser à nouveau le regard de l'inconnu.

Qu'est-ce que tu fais dans la vie ? T'as un boulot ?

La conversation continue, un frisson parcours l'échine de la louve alors que le regard se fait plus insistant. Elle écoute la réponse de Nathaniel, mais sans vraiment faire attention à ce qu'il dit. Le palpitant accélère, l'esprit s'agite et panique. Mauvais pressentiment, son sang ne fait qu'un tour lorsque l'idée que l'opus se trouve à l'autre bout du bar l'effleure. Jeux dangereux que de rester ici et flirter avec cette possibilité. Encore une fois, habituellement bolverk n'aurait pas songé deux fois à fricoter avec les lames d'argent. Danse mortelle, tango vicieux qui pourrait bien mal tourner. La brune finit son verre d'une dernière traite avant de regarder son ami avec un sourire chaleureux et descendre de son tabouret. Deux pas, elle s'approche de lui pour lui parler à l'oreille.

Je vais prendre l'air, elle pose sa main sur son épaule comme quelques minutes auparavant avant de continuer, On s'appelle ?

Baiser léger déposé sur la joue tiède de l'éphémère et clin d’œil scandaleux, la brune tourne les talons aussitôt, le regard noir ; se retourne pour vérifier que la main rouge ramasse les petites miettes qu'elle laisse trainer. Fait chier. Jeu de coude et de coordination, elle se fraye un chemin et gagne du temps. Effort final, elle finit par pousser la porte de la sortie pour se retrouver dehors. La nuit est jeune, les âmes errantes étaient toutes occupées à l'intérieur ou ailleurs, ce qui l'arrangeait. La chienne cale une cigarette entre ses dent qu'elle allume aussitôt, expirant la fumée en l'air. Rictus mauvais, le bâton de nicotine incandescent pend mollement de ses lèvres quand elle entend la porte à côté d'elle s'ouvrir à nouveau. Approche.

© Nightmare sur Épicode.


☾ ☾ ☾ ☾ ☾


Ma pauvre muse, hélas! qu'as-tu donc ce matin ? Tes yeux creux sont peuplés de visions nocturnes, et je vois tour à tour réfléchis sur ton teint la folie et l'horreur, froides et taciturnes.
© Yamashita d'épicode


Revenir en haut Aller en bas
alternate worlds, bursting in each other | ft. Nathaniel -
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sujets similaires
-
» (M) NATHANIEL BUZOLIC ≈ Mentir par amour est parfois nécessaire
» Nathaniel + Same old empty feeling in your heart
» WORLDS APART le retour
» Nathaniel Sevensson [à modérer]
» Nathaniel + You're my favorite kind of night

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: