Discuter avec la tentation, c'est être sur le point d'y céder - Antonia

 :: BARS
Discuter avec la tentation, c'est être sur le point d'y céder - Antonia - Sam 14 Oct - 12:18
avatar
humains
humains


EFFIGIE : Josh Hartnett
BAFOUILLES : 83
PACTE : 01/10/2017


OSSATURE : 39 ans
CONTRAT : Moine
BESOGNE : Sergent de L'Ordre Teutonique
FABLE : Oui, par confrontation directe qui m'a laissé une cicatrice profonde à l'épaule gauche.
ÉCHINE : Tout ce qu'il y a de plus humain ! Avec ses vices et ses péchés.
PRESTIGE : heu... mon sens de l'humour ?
GANG : L'Ordre Teutonique - Opus Deï
CREDIT : Tkv
Je me sens rougir, encore !, et j'ai une légère bouffée de chaleur aux indécents souvenirs. Elle a un don pour flatter l'ego des hommes, et mettre les moines dans l'embarras ! En même temps, je l'ai bien cherché ! C’est mon plus gros problème, issu de mon ancienne vie, avant l'Ordre. Une vie de célibat, quelques aventures pas vraiment sérieuses et l'envie, terriblement humaine, de plaire. Je le sais, ce n'est pas pour ça que je me tiens toujours sage, ni raisonnable. J'ai une nette tendance à jouer avec le feu ce que déplore mon confesseur !

L'évocation de l'Opus Dei remet fort heureusement les choses en perspective. Je trouve étrange le geste qu'elle a vers sa gorge et je l'interroge du regard. Opus Dei. Un ordre très secret puisque même moi au sein de l'Eglise, je n'avais avant aujourd'hui qu'une très vague idée de ce qu'ils faisaient, vraiment très vague. A coté de la plaque. En même temps qui irait imaginer ce qu'ils font vraiment ? Il faudrait déjà admettre certaines choses ignorées du tout public, qui même pour des croyants, restent difficile à croire. C'est amusant qu'on dise il faut le voir pour le croire, en étant soit-même croyant. Ah, cher St Thomas... Mais à l'heure des thérapies et des psychiatres, difficile d'admettre à haute voix que la magie et les mythes existent. Cependant, ici à Rome, l'atmosphère rend les choses différentes. Plus réelles. Je souris à Antonia en admettant avec sincérité "Moi non plus avant aujourd'hui ! Leur statut à part les rend particulier et je crois qu'ils aiment bien cultiver le secret !" Ce qui peut se comprendre.

J'ai un rire franc à la remarque de la jeune femme "Tu me compares à Harrison Ford ? Merci c'est flatteur ! J'ai un chapeau, La plupart du temps c'est nécessaire pour le soleil, mais pas de fouet ! Je ne crois pas être capable de toucher la moindre chose avec ça ! Je vais te décevoir mais je passe la plupart de mon temps dans les bibliothèques pour les recherches, les administrations pour les sauf-conduits et la paperasse, et très peu de temps sur le terrain au final ! Mais je ne me plains pas, c'est un boulot en or, et qui me permet de voyager." et de rencontrer de jolies jeunes femmes en Sicile. Ne nous leurrons pas. "Et toi alors ? Je ne t'imaginais pas boxeuse professionnelle" Même dans nos corps à corps. "Tu as un autre boulot à coté de celui de mettre des raclées ?"





☾ ☾ ☾ ☾ ☾



La fin justifie les moyens (...)
Mais qui justifiera la fin ?.
 

Alain Damasio
Revenir en haut Aller en bas
Discuter avec la tentation, c'est être sur le point d'y céder - Antonia - Jeu 19 Oct - 9:38
avatar
Invité
Invité
L’Opus Dei a définitivement cette capacité à se cacher aux yeux de tous. Si même un « moine-soldat » n’avait jamais entendu parler d’eux avant ce jour, pas étonnant qu’ils soient si durs de les attraper, de leur échapper. Nous sorciers avions la chance de pouvoir cacher notre nature, nous mêlant aux communs des mortels sans trop de difficultés. Contrairement aux lycans ou aux vampires, nous n’avions pas besoin de tuer pour vivre. Exception faite de certains fanatiques persuadés que la vie d’un mortel leur permettrait d’atteindre l’immortalité. C’était tellement paradoxal que ça me faisait plus marrer qu’autre chose. J’avais beau savoir que personne ici à Rome ne connaissant ma condition, je ne pouvais pas empêcher cette petite pointe de paranoïa venir me titiller.

J’ai tenté de désamorcer le truc en le comparant à Indiana Jones et ça marche. Je le vois rire et j’aime bien. Ça me rappelle la Sicile. Il était décontracté cette nuit là, rien à voir avec la retenue que je lui découvre ce soir.
Dommage, je suis sûre que tu serais super sexy avec la panoplie complète de l’aventurier… Je fais glisser une nouvelle fois mon regard sur son corps avant de boire une gorgée.

La boxe, je la garde en amateur à présent… et en clandestin devrais-je ajouter. Mais je suis mécano auto en réalité. J’ai mon propre garage en périphérie de la ville. Je lui souris, mordant ma lèvre inférieure avant de continuer. J’ai toujours aimer les gros engins… oui le sous-entendu est vulgaire, mais j’ai jamais vraiment fait dans la dentelle à dire vrai. En Sicile, nous n’avions que peu parler… Nous avions été plutôt tactiles… très tactiles. Il doit découvrir cette facette de ma personnalité. D’ailleurs, j’ai une moto garée devant, une grosse cylindrée.
Je repense alors à ce qu’il m’avait demandé un peu plus tôt, et bien que l’idée de jouer les guide touristique ne m’enchantait pas spécialement, l’idée de le chevaucher à travers la ville était un peu plus plaisante. Si tu veux, je t’emmène faire un tour de la ville… Rome by Night, chevauchant cheveux au vent… Je descends de mon tabouret et viens me coller à lui pour murmurer à son oreille. Et si l’on réveillait l’aventurier caché derrière le… moine…
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Discuter avec la tentation, c'est être sur le point d'y céder - Antonia - Sam 21 Oct - 11:35
avatar
humains
humains


EFFIGIE : Josh Hartnett
BAFOUILLES : 83
PACTE : 01/10/2017


OSSATURE : 39 ans
CONTRAT : Moine
BESOGNE : Sergent de L'Ordre Teutonique
FABLE : Oui, par confrontation directe qui m'a laissé une cicatrice profonde à l'épaule gauche.
ÉCHINE : Tout ce qu'il y a de plus humain ! Avec ses vices et ses péchés.
PRESTIGE : heu... mon sens de l'humour ?
GANG : L'Ordre Teutonique - Opus Deï
CREDIT : Tkv
"—J'y penserais pour Halloween. Si jamais on m'invite à une soirée déguisée. Indiana Jones fera un bon costume." J'essaye de ne pas relever le sous-entendu même si j'ai toujours l'impression que mon embarras - à lui plaire et ne pas être aussi indifférent que je devrait - se lit sur mon visage trop expressif.

La boxe, la mécanique, voilà qui est bigrement surprenant pour un bout de femme aussi sensuel, soit dit en toute objectivité. Ce n'est pas très courant, on l'admettra en dehors de tout machisme déplacé. Antonia a un caractère bien trempé et j'ai découvert dès notre première rencontre qu'elle savait parfaitement ce qu'elle voulait et l'obtenir. C'est quelque chose que j'aime, la franchise et ce côté "straight to the point", là mon ascendance allemande parle sans nul doute ! Mon regard glisse sur ses lèvres qu'elle se mord, ne me rappelant que trop bien la dernière fois qu'elle a fait se geste, elle était alors cambrée sous mon propre corps soudé au sien. Mon cœur s'emballe furieusement à ce souvenir et j'ai chaud. Je frotte ma nuque d'un geste machinal de gêne et me secoue intérieurement pour tenter de retrouver mon stoïcisme. J'imagine que je devrais refuser mais je n'en ai pas du tout envie et j'aime jouer avec le feu. Je termine ma bière, en bon allemand, et j'acquiesce avec un sourire sincère "—bonne idée, j'aimerais beaucoup visiter Rome sous ta houlette ! En moto en plus, qui pourrait refuser ? Tu dois faire très bon guide."

C’est le moment qu'elle choisit pour venir se coller à moi et je goûte à la chaleur de son corps contre le mien, hume son parfum d'un air coupable. Il me serait difficile de nier que j'ai envie d'elle. Je soupire et arbore un sourire mi-figue mi-raisin "—Je ne sais pas ce qu'on est en train de réveiller mais ce n'est pas très...catholique!" J'inspire et me force à m'écarter d'elle et à ajouter, à regrets "—Ecoute Antonia, tu es une très belle femme, et je ne veux pas te faire perdre ton temps, mais je ne veux pas rompre mes vœux une nouvelle fois. Mes pensées ne sont déjà que trop peu chastes. Mais je suis partant pour une simple virée en moto entre amis, si tu l'es aussi." Je ne veux pas avoir l'air de l'allumer sans rien lui offrir en retour autre que ma compagnie et mon amitié, ce ne serait pas très juste ni gentil.

☾ ☾ ☾ ☾ ☾



La fin justifie les moyens (...)
Mais qui justifiera la fin ?.
 

Alain Damasio
Revenir en haut Aller en bas
Discuter avec la tentation, c'est être sur le point d'y céder - Antonia - Lun 23 Oct - 8:52
avatar
Invité
Invité
Ses mains sur mes épaules me reculent, m’éloignent de son corps pour mieux se protéger. Je sais qu’à l’usure, il cédera, car il est déjà cuit… Il le sait, et c’est la lutte de l’agonie que je lis en lui… Il se sait perdu mais lutte encore. S’en est presque… mignon à vrai dire.
Je lui souris. Son discours m’amuse car il respire la mauvaise foi. Oh, je suis sûre qu’il essaie de se convaincre autant qu’il pense parvenir à me faire croire à son petit laïus, mais je ne suis pas dupe.

Bien sur David, je ne voyais pas les choses autrement… lui mentais-je en lui prenant la main pour l’attirer vers la sortie.
Je fais un signe de main au barman pour qu’il mette nos boissons sur mon ardoise, au cas où David n’est pas réglé, puis nous quittons l’enceinte du bar.
Ma moto n’est pas vraiment faite pour accueillir un passager, mais cela m’arrange… Il n’aura d’autre choix que d’être collé à moi. Je laisse mon casque sur la barre et m’installe, enjambant la bête sans le moindre problème malgré ma taille. Tu viens ? Je le laisse s’installer derrière moi, m’avançant légèrement pour lui laisser de la place avant de venir coller mon bassin au sien. Prêt ? je n’attends pas de réponse pour faire vrombir le moteur et démarrer dans la ruelle à droite, partant vers l’arc de Constantin et le colisée. Ce n’est qu’à quelques minutes de là où nous étions, surtout en moto…
Je slalome entre le peu de voitures que l’on rencontre à cette heure ci. A chaque feu rouge, je me cambre, jouant sur le fait que j’ai peu de place, alors qu’en réalité, je cherche à le sentir contre mes reins. ça va ? Tu tiens bien ?
Le feu repassant au vert, je redémarre, et me faufile dans un petit recoin avant de m’arrêter et de couper le moteur. Je le laisse descendre le premier, puis passe ma jambe à mon tour par-dessus l’engin et perds légèrement l’équilibre. Les reflexes de David ne peuvent me laisser tomber en arrière et je me laisse couleur dans ses bras, restant quelques secondes de trop avant de me relever et de le quitter. Oh désolée, j’ai des fourmis dans les jambes… J’ai pas l’habitude d’avoir quelqu’un derrière moi… D’être aussi… serrée. Demi mensonge… car il est vrai que j’accueille rarement des passagers.

Je t’ai emmené au Colisée, mais il y a l’arc de Constatin juste à coté… J’ai évité la chapelle Sixtine ou tout autre bâtiment religieux… Je préfère éviter, surtout vu ce que j’ai en tête ; Autant ne pas ruiner direct le peu de chances qu’il me reste…
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Discuter avec la tentation, c'est être sur le point d'y céder - Antonia - Dim 29 Oct - 20:15
avatar
humains
humains


EFFIGIE : Josh Hartnett
BAFOUILLES : 83
PACTE : 01/10/2017


OSSATURE : 39 ans
CONTRAT : Moine
BESOGNE : Sergent de L'Ordre Teutonique
FABLE : Oui, par confrontation directe qui m'a laissé une cicatrice profonde à l'épaule gauche.
ÉCHINE : Tout ce qu'il y a de plus humain ! Avec ses vices et ses péchés.
PRESTIGE : heu... mon sens de l'humour ?
GANG : L'Ordre Teutonique - Opus Deï
CREDIT : Tkv
Je ne sais pas trop si je suis rassuré ou non par l'assurance qu'elle me donne qu'il n'y a aucune ambiguïté entre nous. Je ne suis pas naïf au point de croire que son sourire n'a pas un petit quelque chose de séducteur. Mais je ne suis pas blanc comme neige non plus et tant que ça ne va pas plus loin que quelques paroles susurrées où est le mal ? En fait tu sais très bien que c'est mal, David ! Ayant décidé de donner la présomption d'innocence aux gens, je prends le parti de la croire et je l'accompagne pour monter à l'arrière de sa moto. Je m'accroche autant que possible à autre chose qu'à elle, mais c'est assez difficile vu le style de sa moto et mon gabarit. Chaque coup de frein, virage, amène mon corps contre le sien beaucoup trop...féminin ! "oui ça va !" lui assuré-je au feu rouge. Je me concentre sur la route et les paysage pour me focaliser sur autre chose que les souvenirs de sa chute de reins en d'autres circonstances.

Je suis heureux qu'on s'arrête enfin et je descends volontiers de la moto. Je rattrape Antonia qui manque de tomber, subodore la feinte mais elle s'écarte, me laissant croire que je me fais des films. "Ouai, je n'ai pas tellement l'habitude non plus et avec mon gabarit, ça ne doit pas pas être simple. Je pense que je ressemble à un crapaud sur une boite d'allumette !" Je regarde autour de moi, un sourire émerveillé aux lèvres. "C'est vraiment beau ! Impressionnant aussi !" Je lui propose en montrant la petite butte face au Colisée. "On monte là-haut ?" Je la laisse attacher sa moto et mains dans les poches, je marche près d'elle pour aller voir la vue depuis le petit monticule. A cette heure-ci, avec les lumières illuminant les bâtiments, il est aisé de s'imaginer une chaude soirée d'automne où retentirait les vivats des spectateurs acclamant les gladiateurs dans l'arène. Je souris sincèrement à Antonia. "Merci de m'avoir emmené ici."

☾ ☾ ☾ ☾ ☾



La fin justifie les moyens (...)
Mais qui justifiera la fin ?.
 

Alain Damasio
Revenir en haut Aller en bas
Discuter avec la tentation, c'est être sur le point d'y céder - Antonia - Mar 7 Nov - 14:59
avatar
Invité
Invité
Je ris doucement et sincèrement à l’image du crapaud, me retenant difficilement de jouer les princesses prêtes à l’embrasser pour le prince qui se cache en lui. J’ai décidé de la jouer plus fine… Le rentre dedans n’a pas fonctionné et à l’époque, les choses s’étaient finalement faites assez naturellement… J’ai saisi qu’il n’avait rien de mes ex amants qui m’auraient sauté dessus au moindre claquement de doigts de ma part. David a la religion tenace… et j’ai beau être sicilienne, et partager la même, nous n’avons pas la même vision des choses.
Il devient alors un challenge de taille que je souhaite relever. Certes, déjà parce que je sais que le jeu en vaut la chandelle – et quelle chandelle ! – mais aussi parce que je déteste qu’on me résiste.

Oui, Allons-y J’attache la moto puis me tourne vers lui et remarque ses mains dans ses poches. Si j’avais eu dans l’idée de lui prendre la main, il met une difficulté de plus. Je m’approche de lui, nous avançons vers le Colisée et je le vois s’émerveiller, les lumières de la ville se reflétant dans ses yeux.

Le Colisée me rappelle le Théâtre Grec de Syracuse, ou encore celui de Taormine. Tu te souviens de notre visite ? Je lui avais fait faire un petit tour des plus jolis endroits de ma ville natale à l’époque, avant que nos chemins ne se séparent. Si je n’avais pas choisi le Colisée par hasard, mais plus par localisation, les souvenirs me venaient naturellement. Je m’étonnais vraiment qu’il parvienne à enterrer ce que nous avions vécu… Certes, ce n’était qu’une histoire sans lendemain, pour lui comme pour moi, mais comment refuser que celle-ci puisse se reproduire, ne serait-ce qu’une fois ? Une fois suffirait à vrai dire, car l’engagement, je le fuyais comme la peste. Je prenais le plaisir où il était, et je savais qu’il était possible, très largement possible, entre les bras de David.

C’est vrai que c’est magnifique. On ne découvre vraiment sa ville qu’avec quelqu’un qui la découvre pour la première fois.

Le vent se mit à souffler, faisant voler quelques feuilles devant nous. Je lui pris délicatement le bras et posais ma tête contre lui. Syracuse me manque… Syracuse ou ce qui s’est passé ? J’aime Rome, j’aime la vie que je mène ici, mais les années passées là bas c’était… je marquais une pause en soupirant. Je me redresse, décolle ma tête de son bras, sans pour autant le lâcher. Te revoir me rappelle à quel point j’étais bien là bas, à quel point la vie était simple. Je ne le regarde pas, mes yeux se perdant dans le tourbillon des feuilles en contre-bas.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Discuter avec la tentation, c'est être sur le point d'y céder - Antonia - Mer 22 Nov - 22:06
avatar
humains
humains


EFFIGIE : Josh Hartnett
BAFOUILLES : 83
PACTE : 01/10/2017


OSSATURE : 39 ans
CONTRAT : Moine
BESOGNE : Sergent de L'Ordre Teutonique
FABLE : Oui, par confrontation directe qui m'a laissé une cicatrice profonde à l'épaule gauche.
ÉCHINE : Tout ce qu'il y a de plus humain ! Avec ses vices et ses péchés.
PRESTIGE : heu... mon sens de l'humour ?
GANG : L'Ordre Teutonique - Opus Deï
CREDIT : Tkv
J'apprécie la promenade, la douceur de l'air automnale de l'Italie, et la compagnie charmante d'Antonia. "Oui, je m'en souviens très bien. Ton île est vraiment magnifique, surtout en été. Et il faisait beaucoup plus chaud !" J'avais aimé les murets de pierres, les maisons aux tons ocres dont les couleurs resplendissaient sous le soleil. On s'était promené dans les ruelles escarpées, seul refuge pour avoir un peu d'ombre sous le soleil de plomb, on avait visité les lieux historiques, et on s'était baigné dans des criques aux eaux d'un bleu incroyable. Je gardais d'excellents souvenirs de ce séjour, quoiqu'un peu dérangeant du fait de ma situation et de la culpabilité que ça entraînait. J'étais encore plus mal à l'aise qu'un mari infidèle parce que ce sont mes propres convictions que j'ai mis à mal.  Je lui adresse un sourire ambigu, à la fois coupable et séducteur "J'ai de la chance de tomber à chaque fois sur une guide aussi agréable."

Je tends la main pour la poser sur sa main et la caresser dans un geste de réconfort. "Tu es nostalgique ?" C'est un sentiment qui m'est assez inconnu, peut-être bien parce que je n'ai pas vraiment de chez moi, j'ai trop bourlingué pour ça et plus jeune, j'ai été trop en révolte. J'ai connu beaucoup de gens, notamment des camarades d'armée quand nous étions au bout du monde, qui ont eu le mal du pays. Mais d'Antonia, cela m'étonne un peu, elle a l'air si forte et si indépendante. Du moins dans l'image que je me suis faite d'elle et qui correspond si bien (trop bien ?) avec son métier et ses hobbies. Et si tout ça n'était qu'une carapace ? Pourtant, Syracuse n'est pas si loin, et dans mon esprit d'Etranger, l'Italie reste l'Italie, en quoi je pourrais finir crucifié sur le bord d'une de ces jolies routes bordées d'oliviers ! "Est-ce que tu retournes de temps en temps au pays ? Tu dois bien aller voir ta famille ? " Le vent souffle et elle s'accroche à mon bras. Je le passe autour de ses épaules dans un geste trop intime et pour compenser cet excès d'audace, je me remets à marcher.

☾ ☾ ☾ ☾ ☾



La fin justifie les moyens (...)
Mais qui justifiera la fin ?.
 

Alain Damasio
Revenir en haut Aller en bas
Discuter avec la tentation, c'est être sur le point d'y céder - Antonia - Ven 1 Déc - 11:04
avatar
Invité
Invité
J’ai du mal à le suivre… Je crois que lui aussi à du mal à faire le point sur ce qu’il ressent exactement en ma présence. Dans ses sourires, je ressens autant de gêne et d’envie. Cela m’amuse en quelques sortes, mais je n’aime pas la frustration que cela me fait ressentir également. Je ne connais pas les règles de l’Opus Deï, encore moins celle de son ordre teutonique. Je ne peux m’empêcher d’imaginer certaines similitudes avec les règles des mafias, bien que l’abstinence ne fasse pas partie, fort heureusement pour moi, de leurs prérogatives.

Je garde le bras de David alors qu’il me répond, toujours avec ce sourire mi-figue mi-raisin. Je le vois se montrer tendre lorsqu’il pose sa main sur la mienne, s’inquiétait de ma nostalgie. J’avais oublié qu’il pouvait être ainsi. Mes relations avec les hommes, tout comme avec les femmes, ne sont pas tendres. Je ne prends pas le temps pour ces choses là. Je suis quelqu’un de direct, et les ronds de jambes, ça me fatigue rapidement. Face à David, je joue sur un autre air, mais je le joue parce que j’y trouve mon compte au final. Le faire céder est l’objectif et si joue la comédie, la fille plus fragile peut me permettre d’atteindre ce but, je ne vais pas m’en priver. Par contre, vous ne me verrez jamais admettre qu’une part de vérité se cache dans mes propos, même si elle s’y cache forcément.

Ma famille a quitté la Sicile il y a quelques années… J’y retourne seule généralement, peut-être par nostalgie oui.

Il n’y avait pas plus vrai. La Sicile est ma terre natale, et je l’aime, bien plus que Rome. Mes parents sont à Milan eux, et je n’y vais quasiment jamais, sauf si on m’y demande. Syracuse par contre… C’est mon plaisir, mon envie qui m’appelle à la rejoindre.

Tu n’as pas un lieu qui t’appelle, où tu as plaisir à retourner ?

Je me colle à lui alors que nous marchons, son bras autour de mes épaules. Nous marchons un instant, puis je le stoppe, venant me placer devant lui, plantant mon regard dans le sien.

David… Qu’ai-je été pour toi à Syracuse ? Oui, je mets les pieds dans le plat, je lance les hostilités diraient certains. Mais j’avoue que j’ai envie de savoir. Il a prêté serment à ce que j’ai compris, vœu de chasteté, et pourtant, ce que nous avons vécu n’avait rien de chaste… Je croyais que nous avions vécu quelque chose toi et moi… quelque chose de fort.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Discuter avec la tentation, c'est être sur le point d'y céder - Antonia - Mer 6 Déc - 21:58
avatar
humains
humains


EFFIGIE : Josh Hartnett
BAFOUILLES : 83
PACTE : 01/10/2017


OSSATURE : 39 ans
CONTRAT : Moine
BESOGNE : Sergent de L'Ordre Teutonique
FABLE : Oui, par confrontation directe qui m'a laissé une cicatrice profonde à l'épaule gauche.
ÉCHINE : Tout ce qu'il y a de plus humain ! Avec ses vices et ses péchés.
PRESTIGE : heu... mon sens de l'humour ?
GANG : L'Ordre Teutonique - Opus Deï
CREDIT : Tkv
Je secoue la tête sans tristesse. "Non, je n'ai pas de lieu comme ça. Je retrouve voir ma mère de temps en temps mais je ne m'y sens pas chez moi, à son grand dam. Et sinon, j'ai toujours vécu avec mon régiment, ou au monastère, ou à droite à gauche. Je t'envie ton attachement à un lieu aussi sympa que la Sicile. Je croyais qu'il te restait de la famille sur place mais même sans ça, je comprends que tu aimes y retourner. C'est tellement beau, et le beau temps ne gâche rien, il faut bien l'avouer non ?  " La conversation est banale mais j'essaye de reprendre pied et surtout de garder mes distances alors que j'ai mon bras autour

Je suis généralement quelqu'un de franc. Je n'aime pas mentir, pour deux raisons qui vont au delà de mes vœux. C'est trop compliqué et c'est généralement inutile. Tergiverser ne me ressemble pas mais l'ennui c'est qu'Antonia me plait beaucoup trop et que je suis quand même moine. Je suis censé respecter mon serment et l'avoir déjà rompu ne me facilite pas la tâche. Au contraire, je connais le danger d'être proche d'elle et j'en connais aussi le sel. Notre nuit est gravée dans ma mémoire et ma chair.

Sa question franche me fait revenir sur terre, me mettant face à mes contradictions. Je me sens rougir mais je ne me dérobe pas à son regard ni à mes fautes. "Je suis désolé Antonia. Je sais que je dois te paraitre étrange, et je m'excuse pour ça. La vérité c'est que tu me plaît beaucoup et que je garde un souvenir très…précis de Syracuse, trop précis et c'est aussi agréable que ça me met mal à l'aise. Après tout, je n'étais déjà pas censé brisé mon vœu" Je ne peux même pas dire que je regrette d'avoir cédé, ce n'est pas le cas. Je chéris le souvenir de nos ébats passionnés. Je regrette d'avoir rompu ma promesse ça oui, mais pas l'acte charnel en lui-même, et mon confesseur a failli me refuser l'absolution à cause de ma réticence à la repentance ! "Si tu veux savoir, j'ai fait de vœu de chasteté en entrant dans les ordres et en six ans t'es la seule femme avec qui j'ai rompu ce vœu." Oui, je pense qu'on peut dire que pour moi aussi ce qu'on avait vécu était quelque chose de fort.  Éphémère mais fort. "Mais s'il se passait à nouveau quelque chose, ce ne serait bien ni pour moi, ni pour toi."

☾ ☾ ☾ ☾ ☾



La fin justifie les moyens (...)
Mais qui justifiera la fin ?.
 

Alain Damasio
Revenir en haut Aller en bas
Discuter avec la tentation, c'est être sur le point d'y céder - Antonia - Lun 18 Déc - 10:05
avatar
Invité
Invité
Je ne suis pas vraiment surprise par sa réponse. S’il est bien ce qu’il dit, il a voué sa vie à sa cause, et si l’Opus Dei est aujourd’hui sa « maison », j’imagine qu’il ne doit pas avoir beaucoup d’attaches. Je garde son bras entouré des miens, sans le lâcher du regard que je plisse un peu malgré moi. Moine… Ce mot reste coincé et tourne dans ma tête. Je me demande bien pourquoi ils sont besoin de chasteté sérieusement… Je bosse très bien en ayant des aventures. Je crois même que je bosse bien mieux lorsque je ne ressens aucun manque. En quoi le sexe pourrait être une faiblesse ? J’ai obtenu parfois de nombreuses informations après l’orgasme… Le sexe fait parler, délie les langues. Mais ce n’est pas ce que je lui demande. Non, j’opte pour une approche plus personnelle qui m’étonne presque tant la question est venue naturellement. Quelque chose en moi a envie de savoir pourquoi j’ai été si spéciale pour lui. Je ne crois pas avoir été spéciale pour quiconque… Et personne ne m’a jamais résisté, surtout pas après m’avoir goutée. Il y a quelque chose en David qui m’intrigue, un savoureux mélange qui à présent me fait quelque peu baisser ma garde en dévoilant dans mon regard comme une pointe de regret.

Et sa réponse me désarme quelque peu. J’aurai du sourire, m’enhardir de le savoir torturé, et toujours aussi attiré par moi. Mais au lieu de ça, je me sens presque triste. J’ignore la raison, si c’est parce qu’il semble mal à l’aise, ou parce qu’en réalité notre liaison était plus importante que je ne l’imaginais, pour lui, comme finalement pour moi. Je suis fière au fond de moi d’avoir été la seule, l’unique avec qui il a brisé son vœu… Mais je suis aussi une chrétienne, et ma main se reporte à mon cou, toujours sans trouver ma croix.

Je me détache de lui, reculant légèrement, mais pourtant je ne le lâche pas des yeux.

Je ne sais pas quoi dire David… C’est bien la première fois me soufflais-je à moi-même comme pour me moquer. Je devais être flattée, mais quelque part, j’étais presque plus gênée.

En quoi cela serait mal ? Aimez-vous les uns les autres… Je ne vais pas t’apprendre la parole de Dieu n’est-ce pas ? Je prends sa main dans la mienne. Mais il est vrai que si je suis catholique, je n’ai pas prêté vœu d’abstinence moi… Je relâche sa main avant de me détourner de lui, regardant au loin dans le Colisée, vide à cette heure ci. Tellement de phrases me viennent, certaines cinglantes, d’autres presque ridicules pour celle que je suis. Je n’ai pas l’habitude qu’on me dise non, mais j’ai encore moins l’habitude que cela me touche. Pourquoi ça me touche ?! Je n’avais plus vraiment pensé à lui après ce séjour. Et là, je ne sais pas… quelque chose se passe malgré moi.

Pourquoi moi David ? Je ne suis même pas sûre qu’il puisse avoir une réponse à cette question. Pourquoi une seule fois ? Peut-être en aura-t-il pour celle-ci. Tu es un homme séduisant, tu dois le savoir, et tu ne passes pas inaperçu. Je me tourne vers lui. Je ne dois pas être la seule à avoir croiser ta route… Comment fais tu pour ne pas… ? Je ne termine pas ma phrase. Ma foi n’est sans aucun doute pas à l’échelle de la sienne. Je ne suis pas pratiquante, bien que j’ai fréquenté les bancs de l’Eglise un nombre incalculable de fois. Et j’ai péché tellement de fois sans me confesser que je sais que je ne l’emporterai pas au Paradis.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Discuter avec la tentation, c'est être sur le point d'y céder - Antonia -
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 3 :: Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Sujets similaires
-
» Discussions avec personnes sympa
» Quelqu'un veut il discuter avec moi sur msn ?
» Ras-le-bol de discuter avec mes chats !
» j'aimerais pouvoir discuter avec des assmats
» L'Île de la tentation

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: