Tu rentres pas dans la boite avec tes baskets ! [PV]

 :: supplément au voyage :: SECTEUR EST
Tu rentres pas dans la boite avec tes baskets ! [PV] - Sam 18 Nov - 15:39
avatar
lycans
lycans


EFFIGIE : Josh Duhamel
BAFOUILLES : 45
PACTE : 11/10/2017
OSSATURE : 44 ans
CONTRAT : célibataire
BESOGNE : Videur
ÉCHINE : Louloup
GANG : Jäger
J’avais du mal à déterminer si j’avais fait une petite connerie ou pas…  J’aurai peut-être dû poser des questions sur son travail, comme preuve que j’y croyais ou que ça me surprenait, peut être…, mais on, j’avais trouvé plus logique de ne rien dire… par principe ça me semblait la plus neutre et la moins impliquante des réactions possibles. Un moyen de ne pas retourner sur le sujet qui était définitivement très glissant, ou ce que des amis et moi appelions un sujet piste noire, en référence à une piste de ski…. La métaphore était parlante, n’est-ce pas ? Je restais silencieux et je n’ajoutais rien, pour ne pas enfoncer le clou dans un sens ou dans l’autre. Hors de question, je voulais qu’on évite le sujet, et au pire, je réfléchissais déjà à une réponse liée à ce genre de choses, si jamais elle revenait à la charge. Elle avait volontairement jeté une bombe. Elle ne la laisserait pas devenir un pétard mouillé. Logique.

Enfin bon, je devais juste attendre et l’écouter, histoire de répondre à une mauvaise question, et y répondre même de la manière qui m’éviterait les guêpiers. Après tout, après avoir abordé le surnaturel… et c’était aussi peut être pour tester mes réactions… enfin bref !  Je lui souris aussi et j’écoutais quand elle me parlait de sa famille, je comprenais bien sa situation un peu compliqué… et il était rare que les parents apprennent cela aux enfants sur le tard… en général, il leur apprenait à l’adolescence, pour qu’il soit plus facile d’assimiler ça… enfin, d’après ce que je savais. Mais je n’étais pas un expert. Toutefois ma réflexion filtra de mes lèvres.

« C’est étrange, ce genre de révélation aussi tard… »

Mais non, ça n’appelait pas vraiment à une réponse. Non que je ne sois pas un peu curieux, mais disons plutôt que ce n’était qu’une simple réflexion. Toutefois, je profitais de cette remarque pour expliciter ce qu’elle me demandait, ce qui était normal, et ce, même si je devais être prudent dans mes propos.

« Qu’en plus de puer, c’est mal fréquenté et c’est sale. Donc ça pue dans tous les sens du terme… enfin, dans tous les cas, je te souhaite bonne chance dans tes recherches… »

Je n’en rajoutais pas, je n’avais rien à rajouter. Je restais silencieux et j’attendais un peu avant de finalement entendre sa question pour le moins particulière… croyais-je dans le surnaturel ? Pour beaucoup, je serais moi-même une créature surnaturelle… mais bon, je ne pouvais pas dire ça… et puis, soyons logiques. J’avais, moi, que je n’étais pas surnaturel. Ce n’était pas parce que quelque chose était différent d’une norme qu’elle était surnaturelle, si ? Compliqué tout ça…. Mais on, elle voulait une réponse, car elle avait posé la question, eh bien elle allait en avoir une !

« J’ai toujours trouver ça trop facile en fait…. Le surnaturel, je veux dire… on parle de surnaturel, mais au fond, je crois, si je me souviens bien, que plus des trois quarts des gens de cette planète croient en un ou plusieurs dieux… alors on, Dieu c’est quoi à par quelque chose qui est surnaturel au juste ? Voilà ce que je crois… ça plaira sans doute pas à tout le monde hein, mais bon, si ce n’est pas surnaturel, Dieu, Allah ou Yahvé, m’en tape du nom, alors je ne vois pas ce qui peut l’être… et quand bien même… au fond, qui est-on pour juger qui est naturel et qui ne l’est pas ? Surtout avec les progrès de la science et de la génétique… »

Un vrai membre de l’Opus Dei n’apprécierait clairement pas ce genre de petites réflexions, car au final, c’était un magnifique blasphème… mais bon, je n’allais pas pousser le bouchon trop loin, car c’était un sujet délicat, par nature. Le jeu de mot était mauvais, là, par contre…

« Je veux bien croire qu’il existe des trucs qu’on ne connait pas, que le grand public ne connait pas, ou ne doit pas connaitre pour sa sécurité, ou u truc du genre… c’est comme les programmes militaires, on doit pas savoir… Mais on, je ne vois pas où ils pourraient se cacher, maintenant. On a cartographié toute la surface de la planète… ils ne pourraient pas se cacher… ce serait trop gros, non ? »

Je ne lui renvoyais pas de nouvelle question, je la laissais libre de juger ce que je disais et de me rétorquer…
Revenir en haut Aller en bas
Tu rentres pas dans la boite avec tes baskets ! [PV] - Sam 25 Nov - 18:09
avatar
hybrides
hybrides


EFFIGIE : Penelope Cruz
BAFOUILLES : 4219
PACTE : 15/02/2017


OSSATURE : 42 ans, petit gabarit musclé et plein de ressources
CONTRAT : Célibataire
BESOGNE : Pas le temps de faire autre chose que chasser pour l'Opus Dei
FABLE : Des vilains pas beaux qu'il faut buter et je crois que je suis douée.
ÉCHINE : Un truc bâtard qui s'ignore, j'aurais du sang de loup dans les veines.
CREDIT : moi // Signature, Justayne


Tu rentres pas dans la boite avec tes baskets !Klaus & Mica - Pas si étrange que cela s’il n’y a pas anguille sous roche comme un secret lourd de conséquence…c’est pour ça que je dois rendre visite à mes parents pour connaitre toute l’histoire.

Simple constat à voix haute à son propos mais il venait de soulever un point auquel je n’avais pas songé. Probablement encore sous le choc de cette révélation, l’idée ne m’avait pas effleurée que cette adoption n’était pas claire. Pourquoi avoir attendu si longtemps pour m’avouer les faits ? Et encore si cette baignade forcée n’avait pas été l’interrupteur de ces brides de souvenirs, je n’aurais probablement jamais su que j’avais été adoptée malgré ce sentiment enfoui et latent que je n’étais pas à ma place. Dieu sait pourtant que j’aime mes parents.
Mon visage s’assombrit à l’idée qu’un secret qui pèserait sur mes origines. Lequel ? Pourquoi ? Qui suis-je en réalité dans ce cas ? Sans m’en rendre compte je me gratte l’intérieur du coude par-dessus mon sweat.

La suite n’en est pas moins intéressante quand j’aborde le thème du surnaturel. A une époque j’aurais sûrement bondi en l’écoutant reléguer Dieu à un phénomène surnaturel. Aujourd’hui, ça me passe au-dessus de la tête. Plus les années passent plus je m’interroge sur son existence, c’est dire…

– Je n’irais sûrement pas me lancer dans un discours théologique avec toi parce que je suis plutôt mal placée. J’ai le cul assis entre deux chaises. J’illustre mon explication en tendant une main à plat, paume vers le ciel. Tu vois d’un côté mon employeur c’est quand même un petit peu ce Dieu super star. Personne ne le voit, tout le monde le connait…et je ne connais pas plus grand magicien. puis je tends ma seconde main comme la première. Et de l’autre…je me pose des questions qui ne plairaient pas à mes supérieurs… Je n’en dirais pas davantage sur mes états d’âme…ou prise de conscience à force de baigner trop souvent dans du sang j’overdose.

Surnaturel et progrès génétiques, quel beau mariage que voilà. J’en ricane gentiment en songeant aux vertus du sang de vampire. Une belle illustration. Pas de vamp, pas de guérison miraculeuse pour blessure grave…vous voyez pas de surnaturel pas de progrès mais je ne peux pas lui dire ça que la science progresse grâce à l’étude des monstres…cobayes désignés d’office.

– La science ne soigne pas tout même si elle progresse bien et vite. Pour moi elle n’a rien pu faire pourtant j’en ai testé de leur merde mais personne n’a trouvé ne serait-ce de quoi me calmer… Je me tourne vers lui. Tu n’avais pas l’air de me croire quand je te disais ne pas être vraiment moi-même quand la lune se fait pleine…c’est pourtant la vérité et on a essayé de me soigner pour ça…sans succès tu l’auras compris. Alors que je dois l’associer au surnaturel parce que moi j’y crois…j’en doute mais depuis peu toutes mes certitudes ont l’air de voler en éclat. Je regarde à nouveau la route devant moi. Tu as raison sur un point en tout cas, il vaut mieux ne pas tout savoir…c’est la base de mon job que le commun des mortels ne sachent pas ce qui trainent dans l’ombre.

Par contre là, j’éclate de rire, en le regardant à nouveau.

– T’es pas si naïf !? Je te rappelle que le mec que j’ai coursé hier soir, c’était un lycanthrope…Bien sûr qu’ils savent se cacher enfin je dirais plutôt se fondre parmi la population. Il y en a bien plus que tu l’imagines.

Je ne veux pas lui faire peur, même si je ne pense que ça soit le genre de type à crier de peur ou au secours, mais je change de sujet.

– C’est encore loin ton petit déj’….parce que j’ai la dalle et j’ai envie de me fumer une autre cigarette… Avec un peu plus de sérieux …t’es la première personne à qui je raconte tout ça…je ne sais pas pourquoi. Tu dois dégager des hormones rassurantes Je rigole de bon cœur… gardant pour moi ce qui a failli suivre : “en plus des sexuelles ”, ouais valait mieux que je la garde pour moi celle-là.
©️ Justayne

☾ ☾ ☾ ☾ ☾


Opus DeiLes batailles de la vie ne sont gagnées ni par les plus forts, ni par les plus rapides mais par ceux qui n'abandonnent jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Tu rentres pas dans la boite avec tes baskets ! [PV] - Dim 26 Nov - 15:20
avatar
lycans
lycans


EFFIGIE : Josh Duhamel
BAFOUILLES : 45
PACTE : 11/10/2017
OSSATURE : 44 ans
CONTRAT : célibataire
BESOGNE : Videur
ÉCHINE : Louloup
GANG : Jäger
Elle avait une vie compliquée, à ce que je comprenais… enfin, si elle disait la vérité ! Mais bon, il fallait que j’arrête de tout remettre en doute, sinon ça allait devenir compliqué ! Je restais un moment silencieux, hésitant sur cette question… c’était à méditer, bien sûr, mais pas trop non plus ! Je restais silencieux, donc alors que j’avisais. Pouvais-je me contenter de prendre pour argent comptant ses histoires ? Non. Pourtant, je n’avais pas l’impression qu’elle me mentait ; Bien au contraire, elle semblait particulièrement sincère… cruel dilemme. Enfin bon, faisons comme si je n’avais pas de raison de douter d’elle et admettons donc que tout ce qu’elle disait était vrai. Après tout, elle ne m’avait pas menti sur son travail, alors pourquoi le reste ? Alors ce devait être vrai, tout ça.

Sa position théologique me fit sourire… oui, compliqué de bien choisir la manière dont on se comportait dans cette situation. D’ailleurs, dans mes vieux souvenirs de catéchèse, n’y avait-il pas un commandement qui disposait : « tu ne tueras point » ? Oui, voilà ! La question pouvait donc se poser ! Je restais silencieux et j’attendais un peu avant de finalement lui faire mon petit commentaire sur sa situation un peu précaire. En fait, pas qu’un seul…

« Ben c’est vrai qu’il y a le « tu ne tueras point » ! Et puis, du coup, y a aussi une autre emmerde dans ton histoire : le boss, ce n’est pas Dieu ou une connerie similaire. Ton boss, c’est plutôt les mecs qui se croient être son porte-parole. Y a une énorme différence… Et j’ai envie de dire qu’à partir du moment où on joue le rôle de police sans avoir de compte à rendre à personne, c’est une aberration… mais bon, inutile de tergiverser, c’est un sujet un peu trop bancal… et je ne pense pas que je le maitrise ! Et quand bien même, je serai mal placé pour parler dans la mesure où je suis un pur athée. »

Ouep et comme ça on changerait de sujet, c’était préférable. D’autant qu’elle en avait pas fini avec toutes les histoires de surnaturel… elle abordait le sujet de sa maladie… je soupirais un peu, non pas parce que j’en avais marre de ce qu’elle disait, mais parce qu’elle restait dans le même genre de sujet sans continuer sur l’aspect religion. Donc ça me soulageait et ça me détendait. Je restais silencieux et j’attendis un peu avant de finalement la regarder un peu, quittant la route des yeux un bref instant.

« On ne connait pas encore toutes les maladies existantes et qu’il existe des cas où il s’agit de maux incurables alors qu’on ne le sait pas… pour moi, le surnaturel, ça n’existe que dans les laboratoires. Mais je comprends ton point de vue… regarde, combien de temps, les gens ont parlé de loups garous pour une maladie s’appelant la lycanthropie ? On a découvert qu’il s’agissait d’un délire schizophrène… enfin bref… »

Et là, coup de grâce, le coup de parler de mon pote qu’elle avait failli dézinguer… là, je freinais d’un coup sec, pilant presque et m’arrêtant un moment sur le côté. Je la regardais avec des yeux ronds comme des soucoupes. Fort heureusement on était presque arrivés, mais bon…. Alors je lâchais, d’une voix que j’essayais de garder calme, furieux qu’il se soit lâché sans qu’on ne le sache…

« Ce mec, je le connais assez bien, il est arrivé d’Allemagne à peu près en même temps que moi. Ses gosses connaissent les miens, à ma connaissance, il ne faisait rien de mal, et j’ai vu d’autres personnes dont la femme avait des traces de bleus à même le visage. A ma connaissance, c’était peut-être un mec un peu louche… et il était un peu sec avec ses gosses… mais ce n’était pas un tueur ni un mangeur de chair humaine… enfin à ma connaissance… Il a fait quoi pour que tu le chasse ? Juste exister ou plus ? »

La question finale était lourde de sens… quant au reste, mes propos liaient le vrai et le faux ! Oui, c’était un bon père, autrefois, mais maintenant… maintenant, je savais peu de choses… il était certes un peu radical presque comme Anya, mais il se contenait… enfin, il se contenait un peu.

Dans tous les cas, je soufflais un moment. Puis, seulement après cela je reprenais la route, mais quelle ne s’en fasse pas, nous y étions presque. Il serait peut-être un peu dur de se garer en temps normal, mais à cette heure, ça devrait le faire…

« Non, t’en fais pas, on y est presque. »

Et là, encore une tentative de coup de grâce ? Voilà qu’elle était touchante, presque trop pour que je continue à garder un embryon de méfiance…

« Arrête, tu vas me faire rougir ! »
Revenir en haut Aller en bas
Tu rentres pas dans la boite avec tes baskets ! [PV] - Jeu 30 Nov - 19:32
avatar
hybrides
hybrides


EFFIGIE : Penelope Cruz
BAFOUILLES : 4219
PACTE : 15/02/2017


OSSATURE : 42 ans, petit gabarit musclé et plein de ressources
CONTRAT : Célibataire
BESOGNE : Pas le temps de faire autre chose que chasser pour l'Opus Dei
FABLE : Des vilains pas beaux qu'il faut buter et je crois que je suis douée.
ÉCHINE : Un truc bâtard qui s'ignore, j'aurais du sang de loup dans les veines.
CREDIT : moi // Signature, Justayne


Tu rentres pas dans la boite avec tes baskets !Klaus & Mica – Mhm bancal c’est certain et j’ai pas la tête à réfléchir à ce genre de sujet. Je crois qu’on est d’accord tous les deux alors passons à autre chose.
Seulement pour le reste, je n’étais pas convaincue du tout. La lycanthropie une maladie !! Il se moque de moi là !! Je viens de lui dire que mon job c’était de chasser les monstres. Aux dernières nouvelles je ne suis pas toubib ou psychiatre mais bien chasseur. Les monstres je les tue, je ne les soigne pas. Bye bye lycans, vampires et autres saloperies du même acabit. Je sais ce que je vois et combats, ça n’a rien à voir avec de la schizophrénie. Je trouve qu’il défend un peu trop cette pseudo maladie surtout que la suite est pas mal gratinée quand il cherche des excuses au type d’hier.  Pire il m’avoue qu’il le connait !! Je ne vous raconte pas l’effet que cette déclaration déclenche. Je crois que la surprise me fait ouvrir la bouche à la façon d’un “quoi ?” muet.
* Attends attends…je n’ai pas dû tout comprendre * Pensais-je en me rembobinant le film.

“Connaitre, gosses, Allemagne” ça fait beaucoup de mots dans une seule phrase pour parler du même gars. J’ouvre un peu plus grand les yeux sans pouvoir sortir le moindre son.

– Tu fréquentes ce type !? …t’as des gosses ! Ici ? Ouais ça je trouve que c’est la cerise sur le cake…encore une déception, il est casé même bien casé. Je me sens un peu conne d’avoir songé même imaginé un lapse de secondes qu’il aurait été bon de s’envoyer en l’air avec lui. …je ne veux pas te décevoir dans ta certitude mais ce type est bien un monstre et ça n’a rien à voir avec une maladie… Je me mets bien dans le coin, le dos collé entre un bout de portière et le siège. Non ce n’est pas parce que j’ai peur mais je le vois mieux comme ça. Tu l’as donc laissé rentrer sciemment dans ta boite ? … Allemands tous les deux. Un lycan, peut-être deux…on connait l’appartenance aux jäger pour celui que je chassais. …Klaus ? …tu es jäger comme lui ? L’interrogeais-je d’une voix calme et posée.

Ça expliquerait beaucoup de chose comme son manque certain d’humour, non je plaisante là, mais je comprendrai mieux son insistance pour savoir ce que je faisais à trainer avec un badge de privé et un flingue.
Les jäger sont la meute la plus virulente avec à sa tête une alpha haineuse qui ne trouvera jamais la paix tant que notre ordre sera encore debout. Autant dire que les affrontements jäger et Opus ne cesseront jamais.

– Je ne chasse pas pour la gloire tu sais quand on en a après une créature c’est parce que les limites ont été franchies. Ton pote fait parti d’une meute d’extrémistes, il est loin d’être vierge niveau casier. Si j’ai un conseil à te donner évite de trainer avec ce genre de gars… Je marque un temps mort. t’es pas connu par nos services si j’ai bien supposé ce que tu es…jäger ou pas…reste loin d’eux, Klaus.

Je n’aurais jamais cru un jour prévenir plutôt que guérir de manière radicale. Toutes les créatures ne sont pas mauvaises, enfin allez tenter de dresser un lycan, en lui caressant sous le menton, je pense que vous changerez vite d’avis.

- …je suis sérieuse Klaus…évite les mauvaises fréquentations…peu importe ce que tu es. Tolérance rime avec Mica ! P’tain je dois couver un truc ou alors il dégage vraiment un truc qui me plait. Tu serais tout meugnon avec des jolies joues toute rouge.

Mon regard se porte devant nous. Une enseigne, enfin. Espérons que ça soit là pour le miam.

– Tu as donc des gosses…un gars, une fille ? C’est bien tu as une famille à toi….parfois ça me rend nostalgique mais la réalité me ramène vite sur terre. C’est pas compatible avec mes activités. Je me mets à rire. Les gosses c’est bien chez les autres, moi il n’y a que le papa qui m’intéresse pour jouer avec.

* Tu veux jouer avec moi, hein Klaus *

©️ Justayne

☾ ☾ ☾ ☾ ☾


Opus DeiLes batailles de la vie ne sont gagnées ni par les plus forts, ni par les plus rapides mais par ceux qui n'abandonnent jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Tu rentres pas dans la boite avec tes baskets ! [PV] - Ven 1 Déc - 11:43
avatar
lycans
lycans


EFFIGIE : Josh Duhamel
BAFOUILLES : 45
PACTE : 11/10/2017
OSSATURE : 44 ans
CONTRAT : célibataire
BESOGNE : Videur
ÉCHINE : Louloup
GANG : Jäger
Bon, après avoir parlé, j’ai compris que j’aurai peut-être dû rendre ça plus vague… car du coup je risquais d’aiguiser ses soupçons, ou du moins, de la rendre plus méfiante… ouais, j’avais sans doute merdé mais bon, je n’en avais pas assez dit pour qu’elle puisse être catégorique, c’était donc toujours ça !  Je lui souris et je me tus. Allez, il me fallait une idée, il me fallait une pirouette pour m’en sortir !  Il fallait que je réfléchisse vite et bien, pour trouver une solution, une issue de secours… je devais en trouver une !  Et d’ailleurs pendant ce temps, elle reprenait la parole. Posant des questions qui n’étaient pas stupides, mais qui, heureusement, n’était pas trop orientées. Je n’y répondais pas, car je la sentais s’agiter et je n’aimais pas cela… quand enfin, le nom tomba. Jäger… oui, j’en étais un, mais de là à l’avouer, non, certainement pas !  Je répondais d’ailleurs assez vite – mais pas trop pour pas que ça semble louche…

« Nop… je ne voulais pas être mêlé à ses histoires de gang… quand j’l’entendais parler de ce truc-là, Jäger, je me suis dit que c’était le nom de son gang… après tout, les rares fois où il en parlait, c’était avec des mecs encore plus louches que lui… et en général, ça se taisait quand j’entrais dans leur champ de vision… »

C’était la seule question d’importance. Le reste pouvait très bien attendre, puisqu’elle ne cessait pas ses remarques sur le sujet, des remarques qui me donnaient à penser que je m’étais trop ouvert. Ça m’apprendrai à vouloir être amical… je restais un peu silencieux alors qu’elle faisait ses remarques, qui, certes, étaient bien intentionnées, mais qui n’étaient pas pour autant plaisantes… elle déduisait trop, et ce, beaucoup trop vite. Je fronçais les sourcils pour jouer le jeu alors qu’elle me parlait de cette histoire de meute fanatique… oui, nous l’étions tous… ou presque, et je le regrettais foncièrement… mais bon, ce n’était pas comme si j’avais le choix. Quant à Anya… oui, c’était définitivement un problème…

« Ecoute, j’étais installé depuis quelques semaines quand il a débarqué dans le coin. C’était une bonne connaissance du barman de mon bar préféré donc il nous a présenté, pour que je l'aide à trouver un taf, tout connement. Je ne veux pas me mêler de ces histoires de Lycans, de meute, de gang, et tout, moi je veux juste une vie peinarde, et un boulot honnête. J’ai perdu femme et enfants à cause de conneries… alors t’es gentille, mais les emmerdes, j’essaye de les éviter. Seulement, je sais ce que c’est, quand on débarque quelque part où tout nous est étranger, pour ça que ce mec, j’ai sympathisé. Sa bonne femme est sympa, et ses gosses sont adorables. Je pensais juste pas qu’il était pourri à ce point. Je te rappelle que même les voisins de Charles Manson ne se doutaient de rien hein ! Mais bon, si tu tiens à l’entendre, promis je ferai gaffe ! Mais hors de question de me détourner de madame et des gosses, ce sont de braves gens et ils ne m’ont jamais donné de raison de douter d’eux. »

Alors stop les sous-entendus ! Je me garais un peu sèchement avant de finalement sortir de la voiture. Nous étions arrivés. Je me radoucissais en sortant. On pouvait déjà percevoir l’odeur du pain qui sortait du four, ou encore, l’odeur plus prenante des bouchers et charcutiers au travail… moi j’aimais bien. D’ailleurs c’est d’une voix radoucie que je répondais à sa question sur la famille, non sans plaisanter sur sa dernière remarque.

« Attention, tes hormones débordent ! Plus sérieusement, j’avais deux garçons. De braves mômes. Ils ont eu un problème. Leur mère est morte il y a des années, et eux, ils ont fait les marioles et sont morts noyés, pendant des vacances, il y a un peu plus d’un an…ne pouvant pas savoir, et avant que tu ne dises que tu es désolée, je te le dis, ce n’est pas la peine de le dire. Si tu ne sais pas tu ne peux pas vraiment merder… »

Mais du coup je changeais quand même de sujet avant de devoir trop mentir.

« Sinon, tu me disais, le nom de la meute… Jäger, c’est ça ? C’est allemand, non ? Après tout, « Jäger », ça veut dire chasseur en allemand… du coup une menace étrangère qui débarque. Vous devez être sur les dents au boulot… pourquoi ils sont fanatiques ? »
Revenir en haut Aller en bas
Tu rentres pas dans la boite avec tes baskets ! [PV] - Dim 3 Déc - 18:12
avatar
hybrides
hybrides


EFFIGIE : Penelope Cruz
BAFOUILLES : 4219
PACTE : 15/02/2017


OSSATURE : 42 ans, petit gabarit musclé et plein de ressources
CONTRAT : Célibataire
BESOGNE : Pas le temps de faire autre chose que chasser pour l'Opus Dei
FABLE : Des vilains pas beaux qu'il faut buter et je crois que je suis douée.
ÉCHINE : Un truc bâtard qui s'ignore, j'aurais du sang de loup dans les veines.
CREDIT : moi // Signature, Justayne


Tu rentres pas dans la boite avec tes baskets !Klaus & Mica Je plisse les yeux, cherchant à détecter s’il ne me baratine pas. Jäger ou pas. C’était d’un “non” dont j’ai hérité. Klaus n’a rien à voir avec eux. Je veux bien le croire, il n’a pas le profil type d’un de ces fou-furieux mais après tout n’est-ce pas la meilleure défense que de ne pas avoir l’air de ce qu’on est ? Jonchée sur des talons dans une robe classe, personne ne peut s’imaginer que je suis entrainée pour buter des monstres…alors un Klaus bien sous tout rapport comme il semble l’être, cache peut-être bien son jeu.
Mouais je conclue vite mais c’est ce qu’on apprend à faire. Si je mets trois plombes à tirer des conclusions, je peux vous assurer que je ne serais plus là depuis longtemps. Réfléchir vite ne veut pas dire pour autant, sortir son flingue et le lui coller sous le nez parce que je le soupçonne d’appartenir à cette meute. Le flingue il est toujours bien rangé et je n’ai même pas la main dessus. J’analyse juste ce qu’il me raconte et fais mes plans sur la comète mais cette façon de faire m’a souvent servi auparavant.

Limite s’il ne se gare pas au frein à main. A mon avis j’ai dû titiller sa loyauté envers ce soi-disant pote dont il a l’air de se méfier. Drôle de pote moi je dirais mais bon si c’est pour la bonne cause en restant auprès de madame et de ses marmots, c’est son affaire. Moi je l’ai prévenu que ça pouvait lui attirer des emmerdes. Et de ça, il en a au moins conscience.

-…Ouais on est pas responsable de ses voisins. Je te préviens juste. Tu fais ce que tu veux. Répondais-je aussi sèchement qu’il s’était garé.

Montrez-vous sympa, tiens…N’empêche qu’il n’est pas si clair que ça avec cette histoire de meute. Jäger ou pas, il y a bien une embrouille là-dedans. Moi je ne retiens que ça, en descendant de sa bagnole :

– Comment ça tu as perdu femme et enfants… ? Tu t’es retrouvé au milieu d’une guerre des gangs ? Je ne mentionne pas une meute quelconque. J’ai dû mal comprendre tout à l’heure…j’ai cru que ta famille fréquentait celle de ce type. Il me semble que tu as même dit que : “ ses gosses fréquentaient les tiens ”… donc tu le connaissais d’avant…

Non, non j’avais bien pigé mais c’est lui qui cherche à m’embrouiller. Peut-être par famille il entend clan justement et pas une famille qui se résume à femme et gosses.
Le trajet n’a pas été long mais je m’étire quand même avant de contourner la Rolls. Ça sent vachement bon, ma faim n’en est que plus attisée. Je vérifie que ma carte est toujours bien dans ma poche de jean.  
Je suis triste pour ses mômes mais en même temps rassurée car ils ne sont pas morts à cause d’une sale histoire de guerre de gang.

– Je dirais rien.

On avance vers les bonnes odeurs qui aiguisent nos appétits. Je connais pas ce lieu, je ne sais pas pourquoi ça me fait penser à plusieurs entrepôts de grossistes mais je me plante, en tout cas je signe ce qu’il veut tant qu’on mange un truc.

– Bah c’est toi l’allemand, non ? Yep ça semble être un conflit d’intérêt dit juste comme ça….mais c’est bien plus merdique que ça. Mais je ne vois pas pourquoi je t’en parlerai. Il est où le mec qui veut rester loin des emmerdes et vivre sa petite vie paisible… Je moque gentiment. Je gagne quoi à t’en parler….tu en sais déjà beaucoup trop sur moi. Ce n’est pas dans mes habitudes de m’ouvrir comme ça…pas le premier soir en tout cas….va falloir que tu m’invites pour un autre soir. Je ris. ….tu sais les hormones tout ça quoi…

J’aime le faire enrager gentiment enfin tenter de le faire enrager. N’étions-nous pas en train de jouer à mieux se connaitre après tout ?

– C’est un sandwiche à la viande que tu veux t’enfiler ? Je le laisse me guider parce que je n’ai aucune idée de ses intentions de bouffe. C’est une longue histoire sans fin j’en ai bien peur entre eux et nous…leur chef n’est pas prête aux pourparlers ne serait-ce même pour émettre une simple idée de paix. Et tu penses bien que du côté de ma hiérarchie ce n’est pas mieux…pourtant les autres meutes se tiennent à peu près bien mais eux autant dire les choses comme elles sont, ils veulent bouffer du chasseur…je trouve même étonnant que leur chef n’ait pas encore tenté de rallier les autres créatures pour déclarer une guerre ouverte à notre organisation.

Je dis ça bien entendu assez bas par discrétion.

– Un jour ça finira par éclater…peut-être pas eux mais les chasseurs meurent plus vite que les créatures ne se reproduisent…si tu n’appartiens à aucun camp, il te faudra choisir un jour Klaus.

J’écarquille des yeux en voyant les gros gâteaux.

©️ Justayne

☾ ☾ ☾ ☾ ☾


Opus DeiLes batailles de la vie ne sont gagnées ni par les plus forts, ni par les plus rapides mais par ceux qui n'abandonnent jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Tu rentres pas dans la boite avec tes baskets ! [PV] - Lun 18 Déc - 19:44
avatar
lycans
lycans


EFFIGIE : Josh Duhamel
BAFOUILLES : 45
PACTE : 11/10/2017
OSSATURE : 44 ans
CONTRAT : célibataire
BESOGNE : Videur
ÉCHINE : Louloup
GANG : Jäger
J’en avais trop dit, et voilà que maintenant je faisais les frais de sa suspicion.. je me demandais d’ailleurs si ce n’était pas son but affiché dès le départ, alors je ne jouais pas son jeu, j’arrêtais de répondre à ses questions et je la laissais parler dans le vide, si elle le désirait, mais moi je cessais de jouer. IL ne fallait pas déconner… je regardais la jeune femme dans les yeux alors que nous nous étions arrêtés et que nous marchions dans la rue pour atteindre mon petit restaurant à petit déjeuner préféré, un truc bien cher… mais bon, c’était le but, à l’origine, non ? Je me contentais de ne pas réagir à ses remarques, parce que c’était préférable. Je ne disais rien et elle disait qu’elle ne répondrait pas à mes questions, voilà qui allait faire du bien : du silence. Car là, j’en avais marre de son interrogatoire dissimulé… parce que c’était ainsi que tournaient les choses, même si elle ne s’en rendait pas forcément compte… déformation professionnelle, supposais-je...

Je me contentais de la guider, donc et écouter ce qu’elle avait à dire, souriant quand elle parlait du dîner et des hormones, même si, au fond de moi, je savais que c’était juste plonger une main dans des braises en supposant ne pas être brûlé que de la fréquenter de nouveau, aussi aimable qu’elle puisse sembler, je ne foulais pas me brûler pour un jeu ou une bonne compagnie… je n’étais pas fou à ce point… je lui souriais, un peu forcé, la convivialité ayant un peu baissé avec ses sermons, certes, mais bon, on ne pourrait pas dire que je n’avais pas fait un effort… mais puisqu’elle décortiquait mes paroles, normal que je bloque un peu, non ? Dans tous les cas je l’écoutais tout en sachant déjà ce qu’elle disait… mais je ne faisais pas de commentaire, ne voyant pas l’intérêt d’en faire. Je me contentais de l’écouter en fronçant les sourcils, et en connaissant assez la nature humaine pour être sur d’un seul fait : les humains ne toléreraient jamais qu’il y ait plus fort qu’eux sur cette terre. Même si Anya renonçait à sa vengeance, je savais qu’on ne cesserait pas de nous traquer.

Enfin, nous arrivions au petit bouis-bouis. Parfait. J’entrais dans les lieux et je serrais chaleureusement la main du gérant, derrière son comptoir avant de lui dire sans même me cacher de penser à gonfler la note. Choses promises, choses dues, non ? Puis, enfin, je parlais à mon interlocutrice, l’invitant à aller s’asseoir à une table vers le fond

« Je mange salé le matin. Mais t’inquiète, y a du sucré. »

Je ne précisais pas plus, car j’étais désormais réticent à donner la moindre information… je l’écoutais toujours parler des difficulté et même juste de me préciser qu’il faudrait que je choisisse un camp. Mon camp était déjà bien choisi : protéger les miens. Voilà qui me semblait être la meilleure solution, quand j’y pensais… non, pas la meilleure, la seule qui vaille, la seule qui ne me donne pas de regrets : ce jour là, je me contenterai de protéger les miens. Quitte à en mourir. Mais l’agression ne viendrait pas de moi. Jamais.

« Ce jour là, quel que soit le fameux camp qui s’approchera de chez moi, qu’il se rappelle que je manie la chevrotine avec précision… et s’il faut que je prépare des balles en argent pour ça, comme dans les films, alors soit. »

Il n’y avait rien d’autre à dire, quand j’y pensais, sur le sujet. Je ne prendrais pas parti, lui avais-je dit, et ce, sans le moindre tact. Je ne voyais pas l’intérêt de m’emmerder davantage à essayer de la convaincre. Je ne doutais pas qu’elle devait tirer, tuer, à vue. Voilà qui ne me plaisait pas. Mais bon, je ne comprenais ce besoin humain de tout différencier entre eu et tout ce qu’ils ne comprenaient pas, tout ce qu’ils ne pouvaient pas contrôler, maîtriser, apprivoiser.

« Mais bon, souhaitons qu’on en arrive pas là ! Bon, bref, tu veux quoi pour manger ? »
Revenir en haut Aller en bas
Tu rentres pas dans la boite avec tes baskets ! [PV] - Sam 13 Jan - 19:11
avatar
hybrides
hybrides


EFFIGIE : Penelope Cruz
BAFOUILLES : 4219
PACTE : 15/02/2017


OSSATURE : 42 ans, petit gabarit musclé et plein de ressources
CONTRAT : Célibataire
BESOGNE : Pas le temps de faire autre chose que chasser pour l'Opus Dei
FABLE : Des vilains pas beaux qu'il faut buter et je crois que je suis douée.
ÉCHINE : Un truc bâtard qui s'ignore, j'aurais du sang de loup dans les veines.
CREDIT : moi // Signature, Justayne


Tu rentres pas dans la boite avec tes baskets !Klaus & Mica Dans son repère, je salue d’un signe de main circulaire le proprio ou pas, j’en sais rien en fait mais c’est à lui que Klaus s’adresse. Je m’abstiens de commenter le gonflement de la note.

* Mouais c’est moi la conne qui va raquer…* Vous voyez il vaut mieux que je ne dise rien pour le coup. Ça ne m’empêche pas de sourire en songeant que si Klaus traine toutes ses rencontres féminines ici pour se faire offrir un petit déj’, son pote va finir par croire qu’il se fait entretenir tel un gigolo. Je glousse pour moi-même, de toute manière y a que moi pour rire à mes conneries surtout quand elles sont à raz les pâquerettes. Et là, je vous assure que je frise les racines de la fleur vue mon manque de sommeil.

Direction une table du fond. Il a honte de moi ma parole !?
Je choisis du sucré et du salé. Une méga assiette à la sauce américaine comme à l’époque où mes parents ont vécu là-bas. Je suis aux anges de trouver ce genre de menu dans ce coin. Peut-être que le type qui tient ça vient de là-bas…Pan cakes, myrtille, sirop d’érable en veux-tu en voilà. Des œufs brouillés avec du lard frit. Le tout accompagné d’un bon café. Je commence par le sucré, c’est ce qui me fait le plus envie.

– Je peux avoir encore des myrtilles, s’il vous plait ? Demandais-je au type qui nous a servi. C’est sympa par ici, j’avoue que je ne connaissais pas  l’endroit. Bonne découverte même si tu vas m’exploser le compteur …je parle de la carte bancaire.

J’admire sa neutralité. Souris à son choix de munition, j’ai l’impression qu’il me parle d’un tir à la carabine dans une fête foraine. Une neutralité qu’il défendra quoiqu’il lui en coûte. Ai-je ce choix ? Ne pas prendre parti…ne plus prendre parti. J’aspire à une vie de paix sans combats, sans sang sur les mains. On ne quitte pas l’OD comme ça d’un claquement de doigts. J’ai songé plusieurs fois à simuler ma mort sans pouvoir m’y résoudre. Je sais ce que l’on ressent quand on perd un être cher, infliger cela à mes parents aurait été trop dur.

- …ce n’est pas le chemin que ça semble prendre même si ce n’est pas pour demain.

Y a un tas de bruits de couloir qui courent sur une future alliance entre l’OD et un coven. P’tain j’espère que ce ne sont que des commérages de concierge. Ca ferait de nous des chasseurs bénits de Dieu avec des pouvoirs à la Harry Potter…vous imaginez le truc ! Ok j’exagère mais j’aime pas les sorciers qui retournent leur veste comme ça. Tout ça, ça ne sera pas gratuit, j’attends de voir le prix qu’il va falloir payer. Je déteste déjà l’idée de savoir que nos actions vont servir des sorciers.

Oups j’allais encore lui poser une question mais vue ses réactions abruptes, ben on va la garder dans la poche cette petite question. Faut croire que même sympa, c’est marqué sur ma gueule “chasseuse”…je ne vois pas comment je peux faire autrement pour qu’il arrive à dépasser ce stade…Même si je lui demande s’il bosse ce soir, je parie qu’il va se braquer. Du coup je me contente de manger en silence en mâtant autour de nous, le côté atypique du lieu. Je reviendrais sûrement surtout qu’ils ont l’air de servir à toutes heures, c’est mieux qu’un food-truck.

J’ai attaqué un peu les œufs brouillés puis fais une pause clope, enfin si ça dérange pas.

– Je peux ou ça va trop polluer ton atmosphère ?

©️ Justayne

☾ ☾ ☾ ☾ ☾


Opus DeiLes batailles de la vie ne sont gagnées ni par les plus forts, ni par les plus rapides mais par ceux qui n'abandonnent jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Tu rentres pas dans la boite avec tes baskets ! [PV] - Mer 24 Jan - 11:11
avatar
lycans
lycans


EFFIGIE : Josh Duhamel
BAFOUILLES : 45
PACTE : 11/10/2017
OSSATURE : 44 ans
CONTRAT : célibataire
BESOGNE : Videur
ÉCHINE : Louloup
GANG : Jäger
Comprenez-moi bien, j’aurai adoré me laisser aller avec elle, le hic c’était qu’elle était une chasseresse. Et si elle était une chasseresse, cela voulait dire que je pouvais risquer ma peau à tout instant avec elle… elle était particulièrement canon, et lui sauter dessus aurait carrément déjà été fait sans ce fameux passif. Je n’y étais pour rien si cela me bloquait plus qu’autre chose ! L’idée qu’elle me liquide parce que je lui faisais confiance ne m’avait pas échappé, et c’était cette idée qui me déplaisait le plus… Je ne voulais pas avoir besoin de surveiller mes arrières au lit. Et quand bien même, devenir accroc à cette nana – si elle se montrait douée – était bien la dernière des bonnes idées… c’était l’une des pires idées de l’histoire des mauvaises idées… enfin bref, je n’allais pas me mettre dans une telle situation, n’est-ce pas ? Je restais un moment à ne rien dire avant de finalement soupirer de soulagement en l’entendant dire que cette histoire de guerre, ce n’était pas pour demain. En effet, j’étais réellement soulagé de savoir cela, pour la simple et bonne raison que je tenais à ma famille plus qu’à tout le reste…

« Je suppose que j’attendrais avant de préparer mes balles en argent, alors… »

Oui, d’autant que je n’en avais pas besoin pour tuer quiconque s’approcherait trop de ma famille avec mes mauvaises intentions… je lui souris pour détendre un peu l’atmosphère, et quand elle me parlait de fumer, j’acquiesçais de la tête tout en rajoutant quelques mots.

« J’aime pas l’odeur, mais fais-toi plaisir, ici, tu peux, tout ce que je te demande, c’est de ne pas m’envoyer la fumée dans la figure…. A la limite, la beuh, ça va à petite dose, mais la clope pure et dure, j’ai plus de mal… »

Mais bon, ça me permettait d’être efficace dans mon boulot, les mecs et nanas trop avinés, les drogués, les drogueurs, enfin bref, vous voyez ce que ça veut dire, non ? Je sentais les odeurs qui ne devaient pas rentrer, et plus, je me souvenais, ce qui faisait que même déguiser, les virés ne rentraient plus… un bon vigile, un bon videur. Je lui faisais un petit sourire, pour essayer de détendre l’atmosphère. Avant d’attaquer ma magnifique tranche de lard, le lard ici était juste une tuerie, et je me régalais, c’était vrai que c’était super bon, mais bon, la compagnie, malgré tout ce que je pouvais dire, c’était une nana sympa, et le stress que je ressentais ne venait pas vraiment d’elle, pas de qui elle était, de ce qu’elle était, ouais, ça c’était sûr, mais en soit, j’avais été un peu sec avec elle, et peut-être que je devais m’excuser.

« Ecoute, désolé, j’ai ptetre été un peu sec, mais bon, si on regarde un peu l’histoire, les petits soldats de dieu ne sont pas connus pour leur lucidité…. Je suppose que je n’aurai pas dû prendre tes questions comme des soupçons à mon sujet…. Désolé… »

Qui ne tentait rien n’avait rien ! Ah et si, elle m’avait clairement accusé ! Mais bon, allez, j’écartais tout ça, et j’essayais de me montrer plus cool, et j’essayais de m’intéresser à elle.

« Et du coup, à part le taff, il te reste un peu de temps libre ? Tu en fais quoi, pour t’éclater ? »

Je posais un peu des questions pour renverser le truc, quoi. Il me semblait être une bonne idée que d’essayer de m’intéresser à elle, et je supposais que ce serait mieux que de parler de moi, non ? Ce serait sans doute préférable…
Revenir en haut Aller en bas
Tu rentres pas dans la boite avec tes baskets ! [PV] - Dim 28 Jan - 15:54
avatar
hybrides
hybrides


EFFIGIE : Penelope Cruz
BAFOUILLES : 4219
PACTE : 15/02/2017


OSSATURE : 42 ans, petit gabarit musclé et plein de ressources
CONTRAT : Célibataire
BESOGNE : Pas le temps de faire autre chose que chasser pour l'Opus Dei
FABLE : Des vilains pas beaux qu'il faut buter et je crois que je suis douée.
ÉCHINE : Un truc bâtard qui s'ignore, j'aurais du sang de loup dans les veines.
CREDIT : moi // Signature, Justayne


Tu rentres pas dans la boite avec tes baskets !Klaus & Mica J’aurais pu m’abstenir d’allumer ma cigarette, sachant qu’il n’aimait pas l’odeur, mais pourquoi lui faire plaisir ? C’est un sale con qui ne voit pas au-delà de l’image qu’il se fait des chasseurs. Bon je l’ai un petit peu beaucoup mis en joue avec mon flingue. Mais est-ce que j’ai tiré ? Non. J’arque un de mes sourcils en le regardant tout en tirant une taffe. La bouche en biais je balance la fumée sur le côté en direction du sol.

– Ce n’est pas dans mes habitudes d’enfumer directement quelqu’un d’aussi… charmant . Oui il y a une pointe d’ironie mais je n’ai pas pu m’empêcher de souligner son attitude de merde, de tout à l’heure, par cette petite pique. Ce n’est pas tout à fait faux puisque je le trouve tout à fait à mon goût s’il n’était pas aussi …méfiant. Quant à de la beuh… Je me penche légèrement. il me semble que ce n’est pas légal, non ? Souriais-je, en songeant qu’il devrait peut-être s’y mettre pour se détendre.

Pas ma faute, je suis un peu énervée. La fatigue n’aidant pas, heureusement que le repas est vachement bon. Ces myrtilles sont un délice alors quand le proprio me rapporte le surplus demandé, un large sourire se dessine sur mes lèvres, me procurant une sensation d’apaisement. Je me fais un poil violence en n’en mangeant pas une ou deux tout de suite, choisissant de terminer ma cigarette. Puis je ne voudrais pas me priver de répondre au sourire de ce cher Klaus, qui semble un chouia relâcher ses aprioris.

– Et bien, je ne peux pas vraiment t’en vouloir de mettre tout le monde dans le même sac…dans le feu de l’action ça peut, hélas, m’arriver. Si tu me fais d’aussi beaux sourires à chaque fois, je veux bien qu’on monte en pression comme ça…t’es quand même vachement plus canon comme ça. Et bien comme il y met un peu du sien, je prends la décision d’étendre ma cigarette alors qu’elle n’est pas tout à fait terminée, en ajoutant clin d’œil et sourire. Il est bon ce bout de lard ? Je garde le salé pour la fin…

Banalité, j’avoue mais difficile de rebondir tout de suite j’ai l’impression qu’il va encore se braquer si jamais je devais poser une question, même anodine. Quant à sa remarque sur la lucidité des soldats de Dieu…je prends sur moi après avoir tournée sept fois ma langue dans ma bouche.  J’attrape une myrtille entre mes doigts, que je tends vers sa bouche.

– Elles sont très bonnes…va s’y...goûte…je ne vais pas t’empoisonner…tss, je te signale, qu’ elles ont été  préparées par ton pote. Remarque il n’aime peut-être pas, je n’ai pas pensé à ça. Pour ajouter un peu de dérision, j’enchaine : Oups, mince ton pote va s’imaginer des trucs entre toi et moi s’il me voit te donner la becquer…ta réputation pourrait en prendre un coup, c’est ça ? Je me mets à rire et m’apprête à avaler la myrtille s’il a peur du “Qu’en dira-ton ?”

Je ne sais pas tout compte fait si je vais passer au salé, ça serait gâché mais d’une envie de morfale je passe à un appétit d’oiseau tout à coup. Peut-être parce qu’il se met à jouer au jeu des questions plus intimes. C’est légitime, je ne lui en veux pas. Mais il appuie sur un point de ma vie pas vraiment très glorieux…qu’est-ce que je fais en dehors du travail ? A vrai dire ma vie est concentrée exclusivement sur mon travail. Pas de vie de famille après des visites chez mes parents. Pas de mecs fixes. Pas de vie normale…c’est un choix qui s’est imposé à moi. Un choix que je regrette.

-…Je vais te décevoir. En fait je m’arrange pour en garder le moins possible du temps libre…sinon quand je m’en accorde, j’aime bien sortir de Rome pour aller courir, m’entrainer…quoi te dire d’autre…au ciné, ça fait un bail que je n’y ai pas trainé…mhm il m’arrive de trainer parfois en boite. Je hausse les épaules. …bof tu vois c’est pas génial quand t’es marié à ton taf d’une certaine façon. Ma vie est un désert social…même pour le reste d’ailleurs…enfin presque. Je rentre un peu la tête entre les épaules, me rends compte que mes dernières paroles j’aurais dû les garder pour moi. Tu la connais la colline du Monte Mario ? C’est un parc naturel, j’aime bien courir là-bas. Et toi tu l’occupes comment ton temps libre ? Dormir peut-être parce qu’avec des horaires comme les tien ça ne doit pas être facile… Remarque pas plus que les miens, c’est juste une question d’habitude après tout. Dis-moi…un de ces quatre ça te dit qu’on se fasse un ciné....ou courir avec moi.

©️ Justayne

☾ ☾ ☾ ☾ ☾


Opus DeiLes batailles de la vie ne sont gagnées ni par les plus forts, ni par les plus rapides mais par ceux qui n'abandonnent jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Tu rentres pas dans la boite avec tes baskets ! [PV] -
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 4 :: Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Sujets similaires
-
» moins de figs dans les boite
» Promenons-nous dans les bois. [Emeric]
» Quand on s’appelle Preston, on va pas courir dans les bois. Avec un nom pareil il va se faire casser la gueule par un écureuil ! ☆ Dixie
» Mettre une musique dans votre signature
» Un bon moment en liberté dans le camp avec Mon ami indien. Mais il falait qu'une jument arrive??!( parachute)

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: