Mise à nue de la nature [PV]

 :: supplément au voyage :: SECTEUR EST
Mise à nue de la nature [PV] - Mar 19 Déc - 17:34
avatar
lycans
lycans


EFFIGIE : Josh Duhamel
BAFOUILLES : 45
PACTE : 11/10/2017
OSSATURE : 44 ans
CONTRAT : célibataire
BESOGNE : Videur
ÉCHINE : Louloup
GANG : Jäger
Au moins, elle m’avait écouté jusqu’au bout sans m’interrompre… en soi, c’était déjà une jolie victoire, et ce, même si je me doutais que ça faisait beaucoup, probablement trop, à digérer, d’un coup. Mis au moins, j’avais dit tout ce qu’il y avait à dire là dessus, ou du moins, j’avais dit ce que je voyais comme nécessaire, tout simplement, il fallait qu’elle sache, qu’elle comprenne, tout simplement, même si je me doutais qu’elle me reposerait des questions, par la suite. Mais d’abord, je la laissais comprendre tout ce que je lui avais dit et je restais assis en tailleurs, par terre, en face de l’endroit où elle était. Mais apparemment, pour digérer, elle avait besoin de bouger sans doute ! Je ne voyais pas de raisons de ne pas la laisser réfléchir à la matière que je lui avais donné... Qu’elle aime ou qu’elle n’aime pas n’entrait, malheureusement, pas en ligne de compte !

Mais les mots qui sortirent après furent… rudes, pas tant par le sens que par le ton, une colère sourde à toute raison, avais-je l’impression, une aigreur qui me déplaisait profondément, mais que je pouvais comprendre, ou du moins, que je supposais que je comprenais, pour le reste, eh bien, elle savait très bien ce qu’elle risquait à me parler de la sorte : je pouvais très bien m’enrager et la mordre. Y avait-elle pensé au juste ? Je la regardais droit dans les yeux, alors qu’elle retirait sa serviette, se dévoilant nue à mes yeux. Bien sur, je ne us m’empêcher un petit « haut bas » avant de me relever pour lui faire vraiment face et la regarder droit dans les yeux.

« Tu aurais préféré que je te mente ? Tu aurais préféré que je t’attaque, dans la ruelle ? Oui, tu es belle, oui, tu me plais, oui, j’étais prêt à coucher avec toi, et après ? »

Je la dominais de facilement une bonne tête, la regardant droit dans les yeux, et m’approchant jusqu’à poser les deux mains sur ses épaules, et je la étais pour qu’elle ne se dégage pas avant que j’en ai fini. J’avais d’autres choses à dire puisqu’elle voulait être en colère.

« J’ai cent trente huit ans, Jade. Je sais faire la différence entre des odeurs présentes et des odeurs passées. Ensuite, quoiqu’il y ait dans ton odeur, tu restes humaine et ça te met à part, tu fais bien ce que tu veux. Et je te signale quand même que tu t’es presque offerte sur un plateau, donc ne me parle pas de ce que j’ai fait, voulu faire ou aurai pu faire. »

Je redescendais une main le long de son bras jusqu’à lui saisir la main et la soulever, la fermant pour faire un poing. Puis je posais ce poing sur ma poitrine, sans la lâcher des yeux.

« Alors si tu veux te défouler, vas-y : frappe, encore, et encore, jusqu’à ce que tu sois soulagée, je m’en fous. Si ça te fait du bien… d’autant que je ne sentirai sans doute rien ou pas loin. Alors,défoule toi, blesse moi ou essaye de le faire. Mais ne viens pas me reprocher d’avoir dit ce que j’ai dit, ou fait ce que j’ai dit. Tu as subi des malheurs, tu en subis encore les conséquences. Mes proches ont été massacrés, ma femme est morte, les enfants ont été envoyés au casse pipe pour me punir de ne pas être un vulgaire tueur sanguinaire, aujourd’hui je suis seul comme un chien, obligé d’obéir à une alpha qui n'attend qu'un bon prétexte pour me forcer à ravaler mon extrait de naissance… ma vie c’est de la merde, au moins autant que la tienne. Alors vas y cogne, cogne autant que tu veux, aussi fort que tu veux, mais arrête de m’engueuler pour de la merde. Et après, seulement après, si tu as encore motif à me gueuler dessus, okay ! »
Revenir en haut Aller en bas
Mise à nue de la nature [PV] - Jeu 21 Déc - 11:12
avatar
humains
humains


EFFIGIE : Michelle Trachtenberg
BAFOUILLES : 1525
PACTE : 16/06/2017
OSSATURE : 27 ans
CONTRAT : Célibataire - Coeur meurtri
BESOGNE : Artiste Peintre (ancienne danseuse exotique)
FABLE : Les vampires bercent ma vie dans un fleuve sanguin... Les lycans l'ont bouleversé des années auparavant... Les sirènes murmurent à mes oreilles
ÉCHINE : Petite Humaine
CREDIT : Astrid
Je ne m’attendais à aucune réaction en particulier… Il aurait pu se jeter sur moi, ou bien agir comme il le faisait, que rien m’en étonnerait. Je le fixais, plongeant mon regard dans le sien, répondant à son propre regard sombre. Il était grand, et en cet instant, je me sentais particulièrement petite, alors que je ne l’étais pas pour une femme, dépassant de dix bons centimètres la moyenne. Ma respiration était calme et profonde, mais mon cœur lui commençait à battre plus fort. Je serrai la mâchoire alors qu’il était planté devant moi, glissant sa main le long de mon bras pour finalement prendre ma main fermement, m’obligeant à fermer mon poing. Je grimace, je tente de me libérer gesticulant pour que sa main délaisse mon poignet, tandis que mon autre main le repousse. Je voudrais le frapper, mais alors que mon poing se soulève, je le repose mollement sur sa poitrine à l’écoute de ses paroles. Je tremble, je ne me rends pas forcément compte mais mon corps se met à trembler en l’écoutant, et je ne suis plus capable de le frapper. Mes yeux brillent trop à présent pour masque les larmes qui montent, mais aucune ne coulent.

Je n’avais jamais voulu réaliser que sa vie avait pu être aussi longue, encore moins qu’il ait souffert à de multiples reprises, aveuglée par ma propre histoire. Egoïste ? Peut-être bien, mais je ne serai pas la première, et encore moins la dernière qui ne verrait que sa propre histoire avant d’envisager celle des autres.

Les secondes s’écoulent dans le silence, sans que mon poing ne vienne s’abattre sur lui. Mes yeux plonger dans les siens finissent par se détourner, et d’un geste plus brusque, je libère ma main de la sienne. J’ai besoin d’air, d’espace, mais j’ai toujours cruellement besoin de chaleur humaine, d’attention. Tout se contredit et s’étire dans mon âme à m’en faire mal. Je me détourne de lui, allant me jeter sur mon lit, enserrant ce vieil oreiller trop fin contre moi. Dos à lui, je me recroqueville sur moi-même, en silence, fermant les yeux comme pour m’isoler, oublier sa présence. Je ne dis mot. Je ne sais plus ce que je veux… Qu’il parte, ou qu’il me rejoigne. Je ne veux ni l’un ni l’autre, et pourtant, je ne supporterais pas son départ et ne suis pas sûre de supporter ses mains sur mon corps. Tout me blesse… Ses paroles, cette vérité qui tourne encore dans mon esprit, me noyant de colère, de déni et de rancœur… Mais aussi ce manque cruel causé par Ezio, par son sang, par son abandon. Je respire plus fort, retenant mes larmes, mes sanglots. Je suis devenue si faible ! Je me déteste… Je les déteste tous ces hommes, ces créatures de la nuit qui ne cessent de venir me hanter, m’attirant toujours plus profondément dans les ténèbres.

Je grelotte, j’ai froid, mais d’un froid interne qui me glace. Je me resserre sur moi-même, soupirant. Je sens la présence de Klaus dans la pièce, sans savoir ce qu’il pense, sans savoir ce que je veux de lui. Il n’est qu’un inconnu croisé dans une ruelle. Non… Il est ce loup que j’ai vu redevenir homme… Ce loup que j’ai détesté à la seconde où j’ai croisé son regard… Cet homme loup que j’ai désiré alors même qu’il devrait me répugner. Mon cœur bat à tout rompre.

*Tu as une odeur de lycan*

Toutes ses phrases me reviennent en tête, comme voulant s’imprégner, s’imposer à moi pour m’offrir une réponse que je ne désire pas connaître.

*Tu es unie à un lycan…*

Je tremble, inspire en retenant un sanglot.

*les femelles non appairées se retrouvent à appartenir à la meute dans son intégralité*

Que se passera-t-il le jour où je tomberais sur l’un d’eux… Irais-je au casse-pipe moi aussi ? Ou bien, deviendrais-je la chienne qu’ils se partageront ?

Reste avec moi cette nuit s’il te plait… Il n’y avait plus de rancœur dans ma voix, juste une profonde supplication. Au moins jusqu’à ce que je m’endorme… Je ne veux pas rester seule… Etait-ce vraiment ce que je voulais ?

☾ ☾ ☾ ☾ ☾
And I find it kinda funny, I find it kinda sad
The dreams in which I'm dying are the best I've ever had
Revenir en haut Aller en bas
Mise à nue de la nature [PV] - Jeu 28 Déc - 21:48
avatar
lycans
lycans


EFFIGIE : Josh Duhamel
BAFOUILLES : 45
PACTE : 11/10/2017
OSSATURE : 44 ans
CONTRAT : célibataire
BESOGNE : Videur
ÉCHINE : Louloup
GANG : Jäger
La situation n’était pas simple, je le savais parfaitement. Mais je ne pouvais pas faire grand-chose de mieux que de continuer de la sorte… à dire la vérité et d’être là pour qu’elle expulse, entre autre, sa colère ! Si elle en &prouvait le besoin. Je savais plus facilement parler avec mes poings plutôt qu’avec mes mots parfois, et qui sait, elle apprécierait peut être de faire pareil… enfin, tant qu’elle ne m’explosait pas les valseuses, bien sur… enfin bon, elle avait les yeux embués de larme et je n’étais pas sur qu’elle pourrait exprimer sa colère en essayant de me mettre des mandales. Elle n’y arrivait pas. Et je ne l’y forçais pas. qu’elle s’appuie et pleure si elle voulait le faire. Cela ne me gênait pas plus que ça. Si c’était ce dont elle avait le plus besoin… alors qu’elle fasse.

Je sentais le temps s’égrener lentement, très lentement. Enfin, seulement, elle réagit, se libérant de la maigre emprise que j’avais sur elle. Je la laissais  faire comme elle l’entendait, je n'étais spas là pour la brider d’aucune manière… je la regardais ainsi, pitoyable, pathétique… et je n’avais qu’une envie, lui venir en aide… belle aide que je lui avais apportée jusque là… en somme, pour le coup, elle n’avait rien eu de bon de ma part, juste des vérités sans doute non désirées, et des blessures ravivées… j’aurai été bien en mal de l’aider véritablement. Mais cela ne signifiait pas que je devais l’abandonner, alors, doucement, je venais  m’appuyer contre elle – ou plutôt l’aider à s’appuyer contre moi- alors que je l’enlaçais tendrement, la calant contre moi. Elle grelottait et je comptais bien la réchauffer. Pas comme vous l’imaginez. Les lycans avaient cette faculté d’avoir le corps avec une température plus élevée que la moyenne sous forme humaine, aussi, il n’y avait de meilleur endroit pour avoir bien chaud qu’entre les bras d’un lycan, d’une certaine manière.

Sa supplication me touchait beaucoup, et je ne pouvais pas refuser cela à cette pauvre petite chose… elle aurait pu jouer la comédie, il aurait pu s’agir d’un piège, mais ses paroles comme ses réactions avaient été accents de vérité. Alors je ne voyais pas pourquoi je lui refuserait ça. ET cet endroit était tout aussi valable que ma tanière.

« Je ne te quitterai pas cette nuit, et je veillerai sur ton sommeil... »

Oui, je ne comptais pas la « toucher » de la manière dont vous pensez. J’étais bien élevé tout même. Je n’étais pas une simple bête. Je lui souris et la regardais  alors que doucement, je la soulevais de terre comme si elle avait été faite de paille et je défaisais ses draps pour l’y installer, avec délicatesse, refermant le linceul temporaire sur elle alors que je m’installais, par dessus les draps, à côté d’elle. Une séparation à valeur de promesse. Promesse que je veillerai sur elle et sur son sommeil, pas que je profiterai de la situation. Peut être que si elle m’avait davantage connu, je me serai changé en loup, pour qu’elle puisse se blottir et m’agripper, comme une peluche. Je l’aurai laissée faire, alors, mais je craignais que ce ne soit pas le bon moment.

« Dors, Jade, dors, je veille. »

Avec douceur, je me mettais à lui caresser la tête, caresser les cheveu, commençant à chanter, même si cela pouvait vous paraître dérisoire, une berneuse, très douce, que ma mère me chantait, quand j’étais louveteau, et que j’avais moi même chanté à mes propre louveteaux. Elle ne parlait ni de loup, ni de monstres, juste de la beauté de notre mère la lune, qui veillait en tout temps sur ses enfants, sous les étoiles… cela avait le don de m’apaiser et de m’aider à trouver le sommeil, comme ça avait été le cas pour mes enfants, et j’espérais que ça l’aiderai, ou, au moins, à trouver le sommeil…

Je ne m’étais pas vraiment couché, en fait, pour le moment, en fait, je privilégiais une position assise, en tailleurs, plus pratique pour chantonner, et lui caresser doucement les cheveux, jusqu’à ce que la fatigue ait raison d’elle.
Revenir en haut Aller en bas
Mise à nue de la nature [PV] -
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 3 :: Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Sujets similaires
-
» La decentralisation, mise ne oeuvre difficile
» mise a jour de la beta test
» Prochaine etape dans la mise sous tutelle d'Haiti ?
» Recensement : Mise à jour des membres L.S.D
» Répétition et Mise en scène - Morgan Ciallmhar (Rp)

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: