[18+]Party Hard - Feat Olimpia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Morgan O'Reilley
SIRÈNES - DROWN YOUR SOUL
OSSATURE: : 26 ans CONTRAT: : Veuf BESOGNE: : Soigneur Animalier Indépendant ÉCORCE: : 325 ans ÉCHINE: : Sirène (Polpo) PRESTIGE: : Sang Empoisonné @EFFIGIE: : Stephen James BAFOUILLES: : 56 PACTE: : 29/10/2017



Message
Sam 4 Nov - 14:41
Cette soirée était parfaite pour le moment et j'avais bien envie de voir sa réaction quand je sortirais nu de l'eau alors que mon corps sera luisant de l'eau qui ruissellera sur ma peau et éclairer par la lumière de la lune. Rien que de voir la réaction d'Oli, je savais qu'elle avait envie de s'amuser avec moi et c'était réciproque, je ne voulais pas que cette soirée s'arrête maintenant alors que je la vois me déshabiller du regard j'affiche un regard satisfait et je n'avais rien à cacher je suis vraiment loin d'être pudique surtout que je me sens totalement prêt à m'abandonner à elle pour le reste de la nuit et je me sens tellement bien avec elle. Pour une fois que je n'ai pas besoin d'hypnotiser quelqu'un pour l'attirer à moi et pour satisfaire mes envies, je me sens des plus désiré tout comme l'envie qu'elle éveille en moi est folle. Je ne savais pas c que je pouvais faire de plus pour lui montrer que j'ai vraiment envie d'elle. Alors qu'elle me dit qu'elle ne risque pas de refroidir, je souris en coin avant de me mordre la lèvre.

Sortant de l'eau je m'aperçois que quelque chose ne va pas et je regarde mes jambes que j'ai transformer comme si c'étais naturel en mes tentacules comme j'en avais l'habitude, le fais qu'elle porte sa main à sa bouche fait disparaître mon sourire que j'avais depuis le long de la soirée et quand elle prévient qu'elle va vomir, toute forme d'excitation en moi fini par disparaître, je me dis que je viens de saboter notre soirée qui s'annoncer des plus torride et je baisse la tête dépiter par la réaction de la jeune femme. Personne ne m'avait fait une telle offense depuis que j'ai connus les plaisirs de la chair, alors qu'une vois au loin demande si tout va bien, je cherche de mon regard une silhouette que je finis par distinguer et la voix je la reconnais c'est mon pote qui a dû se demander ce que j'étais partis faire et vu qu'il a du nous voir a moitié ivre il a dû s'inquiéter. Toujours sous le choc de la réaction de la jeune femme, j'en avais limite les larmes qui me montent aux yeux et je me demande si tout le monde réagissait comme ça quand je ne les hypnotises pas. Est-ce que tout le monde ne nous voient que comme des choses immondes ? Alors que je reprends un peu mes esprits, je me retrouve avec Oli qui me fonce dessus après s'être déshabiller pour me pousser vers l'arrière pour m'entrainer dans l'eau. Alors qu'elle me dit qu'on en reparlera plus tard et je me dis que ça allait être une conversation bien chiante et que j'allais devoir trouver un moyens de tout lui expliquer, ce qui me surprends c'est qu'elle ne soit pas si surprise que ça par mon apparence dans le sens où elle n'a pas fuit. Alors qu'elle lui hurle qu'on ne peut pas baiser tranquille je souris tout en l'entendant avant que mon sourire ne disparaisse à l'annonce des paroles de mon pote et je la regarde droit dans les yeux avant de plisser les miens ne comprenant pas trop ce qui se passe. Alors qu'elle me dit qu'il faut que j'annule mes jambes je lui murmure d'une vois douce.

- T'en fais pas c'est déjà fais depuis peu de temps...

Effectivement depuis que nous nous étions mises dans l'eau je souris en coin tout en la regardant droit dans les yeux et je dis à mon pote sans attendre parce que rien que de voir la jeune femme dans cet état commence vraiment à m'inquiéter et tout en avançant doucement je la tiens contre moi.

- T'en fais pas rentre, on va arriver et tu sais que je fais toujours attention tu devrais le savoir depuis tout ce temps non ?!

J'étais légèrement énerver, pas contre Oli ou contre mon pote, mais contre moi même pour avoir était aussi con et je garde la jeune femme contre moi alors que mon amis repars vers la maison, je la laisse descendre de mes bras et je lui tends mon débardeur pour qu'elle puisse s'essuyer avec alors que je me rhabille sans un mot. Honteux et salit par sa réaction, je me dis que la soirée va vite tournée court et je me sors une cigarette et je me l'allume pour pouvoir me détendre un peu alors que je ne sais pas où cette soirée va mais dans tout les cas je sais que pour le moment on va finir avec une conversation des plus gênantes. Et alors que je fume tranquillement je lui dis d'une voix douce.


- Du coup je pense que tu veux savoir toute l'histoire non?

Je ne ressentais pas le froid et j'espère qu'elle allait avoir un peu plus chaud au pire on allait retourner à la fête pour se trouver un endroit tranquille pour discuter tout les deux. Mais j'espère ne pas avoir trop refroidis l'ambiance et que je n'ai pas totalement tuer mes chances avec elle.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar

Olimpia Endrizzi
SORCIERS - TO KNOW IS LIKE A HUNGER
OSSATURE: : 25 ans CONTRAT: : Célibataire, elle suit le vent, elle va d'homme en femme pour trouver celui qu'elle épousera BESOGNE: : Maquilleuse en salon de beauté, mais également à domicile pour les âmes généreuses
ÉCHINE: : Sorcière wiccan PRESTIGE: : Maîtrise de la guérison des maux, plutôt pratique, sauf quand la magie vous fait ainsi défaut. Plus un échange qu'autre chose, Olimpia récupère ainsi pour elle cette douleur. GANG: : Attachée au coven Aconit à défaut de ne plus avoir assez de membres dans la famille pour développer le wicca entre eux @EFFIGIE: : Cara Delevingne, Chataigna (avatar), Beylin (signature) BAFOUILLES: : 197 PACTE: : 30/10/2017



Message
Sam 4 Nov - 15:10
Party hard
J'étais surprise de voir que, même dans un tel état, il avait été capable de reprendre le contrôle pour redevenir celui que j'avais rencontré en début de soirée. Moi, je me sentais complètement à l'ouest, je venais de vomir mon estomac sur le sable, réduisant à néant les chances d'être embrassée à nouveau ce soir. J'aurais voulu me comporter mieux, mais j'avais toujours eu du mal à voir ça. Quand j'étais petit, je me souvenais très bien de mon apprentissage à cause de cela. Mon formateur en surnaturel nous avait montré des photos de créatures pour nous expliquer ce qu'on trouvait dans la nature, mais aussi des photos des victimes. Quand j'avais vu la tête d'un loup garou, j'avais eu également la même réaction : je m'étais levée et j'étais partie rendre mon petit déjeuner aux toilettes. Je voyais bien qu'il était déçue, et moi aussi je l'étais. Dire que j'étais chaude comme la braise il y a quelques instants, et que maintenant, je culpabilisais et n'avait plus envie de rien d'autre que de me faire pardonner. Dans tous les cas, j'aurais du me rendre compte de ses jambes puisque j'étais accrochée à lui comme une sangsue, mais non. Mes propres jambes commençaient à véritablement geler. J'étais incapable de sortir une seule autre phrase. Je le laissais donc prendre les devants. Je n'étais pas convaincue à l'idée de revenir voir tout le monde en plein milieu de la fête. Avec la tête qu'on avait, on allait vite en avoir dans le collimateur. Je soupirais donc, et le laissait m'entraîner hors de l'eau. J'acceptais volontiers son débardeur pour me sécher rapidement, et je me rhabillais, juste histoire d'avoir un peu de chaleur et de rester en vie. Alors que j'enfile ma veste, sa question me fait mûrement réfléchir. D'un geste las, je balayais la conversation du revers de la main. « Je suis désolée. Je vomis facilement à la vue d'une créature... Différente. » je détourne le regard, presque gênée de devoir avoir que je connais ce monde. Puis je m'approche de lui pour le rassurer, et je lui prends la main, avant de venir vérifier que mes clés de voiture étaient toujours dans la poche de mon jean. « Viens, on va aller discuter dans la voiture. Mais ne me blâme pas si je m'endors, je suis vraiment fatiguée, ce soir. » Je lui lançais un petit sourire taquin et me mit en route sans lui lâcher la main. Je prenais la décision de contourner la maison, avant de rejoindre ma voiture, un peu à l'écart. Je l'ouvre, et je fais signe à Morgan de monter à l'arrière, oubliant momentanément le sac de provisions de plantes pour mes rituels, et les bougies achetées dans la journée après le travail. En attendant qu'il s'installe, je file dans le coffre. J'attrape une bouteille d'eau, me rince la bouche et crache l'eau par terre, avant de m'enfiler un bonbon à la menthe, à défaut de ne pas avoir de brosse à dent avec moi. J'attrape ensuite la couverture que je laisse toujours à à l'arrière, et m'engouffre également dans le véhicule, à ses côtés. Je mets le sac à l'avant, et je retire mon manteau, venant m'installer près de la sirène, posant la tête contre son épaule avant de nous enrouler dans la couverture. Je ne peux pas nier l'odeur d'encens qui règne dans ma voiture, signe que j'avais effectué un rituel pour protéger le véhicule, histoire de rassurer ma mère. Face à la réaction du tatoué, je préférais prévoir. « Oh, ça, ne soit pas étonné. Moi non plus j'avoue ne pas t'avoir tout dit. Promis, je suis une de ces gentilles sorcières qui ne feraient pas de mal à une mouche. » Disons que je n'avais pas trop le choix, puisque mes pouvoirs diminuaient peu à peu. Finalement, je décide de me redresser pour m'installer à califourchon sur ses genoux, venant caresser ses cheveux d'une main tendre, celle qui portait toujours l'améthyste en chevalière. J'étais encore frustrée que nous n'ayons pas pu passer à l'action. « Dis... Tu as encore envie de moi ? » Je lui lançais un petit sourire presque suppliant, espérant qu'il dise oui, que tout ce désir ne s'était pas envolé. « Peut-être que ton histoire de poulpe pourrait m'intéresser ou même m'exciter. Mais choisis bien tes passages ! » je me mets à rire légèrement. Heureusement, l'alcool et le joint faisaient encore effet, et même si je me sentais épuisée, j'avais encore un peu d'énergie pour lui apporter autant d'attention que nécessaire. Pour le convaincre, je laissais ma main venir glisser sur son torse, mon regard se faisant beaucoup plus doux.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

   
wild sorceress
Dans quelques années, en repensant au passé, je me souviendrai de ce jour comme de celui où je l'ai rencontré. Je me souviendrai de l'exact moment où il a fait son entrée dans ma vie. Jamais je ne pourrai l'oublier. Wicca, Cate Tiernan - PR jusqu'à mi-décembre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Morgan O'Reilley
SIRÈNES - DROWN YOUR SOUL
OSSATURE: : 26 ans CONTRAT: : Veuf BESOGNE: : Soigneur Animalier Indépendant ÉCORCE: : 325 ans ÉCHINE: : Sirène (Polpo) PRESTIGE: : Sang Empoisonné @EFFIGIE: : Stephen James BAFOUILLES: : 56 PACTE: : 29/10/2017



Message
Sam 4 Nov - 21:46
J'avais quand même bien refroidis l'ambiance avec mon apparence de poulpe qui avait totalement déstabiliser la jeune femme au point de la faire vomir m'avait totalement refroidis moi aussi. Mais dans tout les cas j'avais envie de voir où est-ce que la soirée va aller pour voir ce que je vais pouvoir voir si la jeune femme à envie de de continuer la soirée ou de partir. C'est la première femme depuis ma création que je vois quelqu'un réagir aussi violemment pour ma transformation et j'étais totalement surpris voir choquer de voir que ça peut choquer à ce point, peut être que j'aurais dû l'hypnotiser pour ne pas qu'elle panique ou pour que tout simplement elle puisse oublier ce qu'elle avait vu de la transformation mais non, je ne pouvais pas lui faire ça. Ce ne serait pas une chose des plus agréable pour la soirée et j'avais pas envie de modifier sa nature de base, si j'influençais sur sa volonté propre je me dis que le plaisir ne serait pas le même si je l'influençais et je n'ai pas envie qu'elle soit fausse dans le sens où elle n'aurait pas le contrôle de ces décisions et de ces choix. C'est pour ça que je ne fais rien alors que je me sèche tout en me rhabillant, mais dans tout les cas j'avais tellement envie de la revoir joueuse comme tout à l'heure en souriant en coin alors qu'elle me dit qu'elle est désolée et je souris tout en la regardant droit dans les yeux je lui réponds.

- J'étais la première sirène que tu vois n'est-ce pas ? J'espère que je ne t'ai pas trop choquer je ne me suis pas contrôler, je pense que l'alcool et la drogue ainsi que j'aille dans l'eau je n'ai même pas ressentis la transformation et je pense que je n'aurais pas dû.

Alors qu'elle me prend par la main ce qui me fait sourire avant de me demander si on pouvait aller dans sa voiture, je souris en coin alors qu'elle ajoute de ne pas la blâmer si elle s'endort ce qui continue de me faire rire et je lui dis tout en souriant en coin.

- T'endormir ? On verra bien si on s'endort, moi aussi je suis un peu fatiguer je dois t'avouer.

Je lui rends son sourire taquin tout en gardant ma main dans la sienne je continue de fumer ma cigarette tout en levant mon regard vers la lune en me disant que la soirée est loin d'être terminer. Nous contournons la maison avant de rejoindre la voiture d'Olimpia, légèrement à l'écart des autres, je finis par écraser ma cigarette et a aller jeter mon mégot dans la poubelle avant de rentrer dans la voiture à l'arrière. M'installant confortablement torse nu juste avec ma chemise a manche courte ouverte, j'attends qu'elle me rejoigne sur la banquette arrière tout en arborant un large sourire je pense qu'on sera plus au chaud dans la voiture plutôt que de faire face au vent. Alors que je vois à mes pieds un sac avec pas mal de choses qui m'intrigue je décide de ne pas trop m'y attarder et je la regarde arriver avec une couverture tout en souriant et je la laisse s'installer dans mes bras alors que je commence a laisser mes doigts jouer dans ces cheveux tout en la regardant et quand je l'écoute je finis par arquer un sourcil par la curiosité de ces propos, une sorcière ? Je souris tout en lui disant d'un air moqueur.

- Toi ? Une sorcière ? Je dois bien avouer que tu m'as envouter mais de là a dire que tu es une sorcière il y a un gouffre.

Alors qu'elle vient à califourchon sur moi je passe mes mains sur ces hanches pour caresser sa peau tout en souriant en coin, elle était vraiment magnifique et je finis par passer mes mains sur ces fesses tout en la regardant droit dans les yeux alors qu'elle me demande si j'avais encore envie d'elle alors qu'elle me sourit avec un petit regard de chien battus et je viens caresser sa joue avant de l'embrasser avec fougue tout en la plaquant contre moi et je viens lui murmurer sensuellement.

- Evidemment que j'ai envie de toi Olimpia ! Et je t'avoue que tu m'as laissés sur ma faim. Tu aimerais savoir quoi sur moi dit moi, j'ai 325 années que je peux te raconter. A toi de me dire ce que tu veux savoir ma belle.

Je viens déboutonner son pantalon tout en prolongeant le baiser, le faisant glisser le long de ces cuisses pour le retirer totalement alors que je constate qu'il ne reste que son body sur elle et je viens le détacher sensuellement tout en la regardant avant de lui retirer. Laissant mon regard de nouveau brulant se déposer sur le corps nue de la jeune sorcière qui avait attendus ce moment comme moi et je viens passer une main entre les cuisses tout en douceur pour venir effleurer son intimité avec mon majeur tout en venant mordre son cou avec plus de fougue et je finis par rejoindre ces lèvres tout en continuant de la caresser avec douceur et sensualité avant de lui dire d'une voix coquine .

- Je pense que ça réponds à ta question et j'ai très envie de voir si tu es fatiguée au point de dormir une fois entre mes mains !

Souriant d'un air taquin je savais que la nuit allait être longue et bien plus chaude que je n'aurais pu le penser en arrivant plus tôt dans la soirée, mais je dois avouer que j'adore ça.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar

Olimpia Endrizzi
SORCIERS - TO KNOW IS LIKE A HUNGER
OSSATURE: : 25 ans CONTRAT: : Célibataire, elle suit le vent, elle va d'homme en femme pour trouver celui qu'elle épousera BESOGNE: : Maquilleuse en salon de beauté, mais également à domicile pour les âmes généreuses
ÉCHINE: : Sorcière wiccan PRESTIGE: : Maîtrise de la guérison des maux, plutôt pratique, sauf quand la magie vous fait ainsi défaut. Plus un échange qu'autre chose, Olimpia récupère ainsi pour elle cette douleur. GANG: : Attachée au coven Aconit à défaut de ne plus avoir assez de membres dans la famille pour développer le wicca entre eux @EFFIGIE: : Cara Delevingne, Chataigna (avatar), Beylin (signature) BAFOUILLES: : 197 PACTE: : 30/10/2017



Message
Dim 5 Nov - 9:34
Party hard
« Oui, tu es bien le premier. On m'avait parlé des différentes formes qu'ils pouvaient prendre mais... Je n'avais pas imaginé ça. » dis-je tout en l'entraînant avec moi vers ma voiture, avec une grande impatience d'être enfin seuls. C'est seulement dans l'enceinte de celle-ci que je lui confie être une sorcière. Sa réaction me fait rire, même si àa me vexe un peu. S'il savait tout ce qu'on était capables de faire en fonction de nos pouvoirs. J'aurais bien voulu être une sorcière élémentaire pour contrôler l'eau, mais j'étais née de la branche des wicca, bien différente du reste. Nos pouvoirs étaient beaucoup plus basés sur la guérison et le psychique que toutes les autres. « Te fous pas de moi ! Une sorcière n'a pas ces pouvoirs là. Son seul moyen d'envoûter serait peut-être le filtre d'amour, et encore ! » Seules les alchimistes en étaient dignes, et pourtant, elles étaient parfois incapable de prédire le résultat. On pouvait soit devenir dépendant de la personne ou carrément la détester. Des croyances populaires auxquelles j'aimais rire, car je n'étais pas certaine que ça fasse tout. Mais pour le moment, je n'ai pas vraiment envie de parler sorcières. J'ai envie qu'il me prenne comme si sa vie en dépendait, et qu'on oublie par ce petit jeu l'incident qui vient de se dérouler sous nos yeux. Ni une, ni deux, son désir semble renaître et ses lèvres se font bien demandeuses des miennes. J'y cède, ravie de voir que j'avais encore de l'effet sur lui. Il semble ne pas vouloir s'arrêter là, puisqu'il me pose une autre question. Mes yeux s'arrondissent de surprise à cette anecdote. Trois cent vingt-cinq ans... Oui, j'avais entendu bien des choses sur les créatures de la mer, mais là ! Je n'en revenais pas. « Trois cent vingt cinq ? » m'écriais-je avant qu'il n'ose me couper la parole avant de venir m'embrasser. La chaleur m'envahit de nouveau, je me sens encore planer et c'est un sentiment des plus agréables. Quand il daigne enfin me regarder et me laisser parler, ce n'est pas pour très longtemps. « Tu es bien conservé, la vache. Et ça te fait combien de conquêtes à ton actif ? » Un sourire en coin étire mon visage, tandis que je me meus pour qu'il puisse ainsi me déshabiller, faisant tomber la couverture à ses pieds. Tant pis, il fallait juste prier pour que personne ne passe devant la voiture, même si je m'en foutais totalement de leurs regards indiscrets. Quand je sens sa main rester entre mes cuisses, j'agrippe un peu plus mes mains à ses épaules, sentant mon corps se cambrer pour demander plus. Ses dents contre mon cou me rendent complètement dingue, et j'en ai déjà perdu a façon dont il fallait respirer. « Continue et on verra si je m'endors... » soufflais-je, brûlante. Quand mes yeux se posent sur lui, je me redresse afin de le déshabiller lui aussi, lui intimant de ne pas s'arrêter tout de suite à cause de ce que je faisais. Je lui arrachais presque la chemise, et c'est avec une rapidité déconcertante que je fis sauter son pantalon pour frotter mon ventre contre le sien, joueuse. Je viens ensuite lui embrasser le torse de mes lèvres chaudes, que je remonte petit à petit jusqu'à ses lèvres, entre lesquelles je glisse ma langue pour l'embrasser de nouveau, cette fois beaucoup plus longuement pour laisser ma main droite se caler dans ses cheveux, et l'autre, descendre habilement le long de son torse jusqu'à son bas-ventre, m'arrêtant un instant ici pour le faire languir, mais aussi pour venir murmurer contre ses lèvres. « J'me demandais si c'était un avantage pour toi... D'être un poulpe. Est-ce que c'est aussi habile que tes tentacules ? » Mon regard devient malicieux, et tandis que je lui mords la lèvre pour l'attiser, ma main baladeuse fait exprès de glisser sur sa cuisse pour rejoindre son membre. « Oups. » lâchais-je en appuyant ma poitrine contre son torse, griffant légèrement sa nuque. Un sourire étire mes lèvres tandis que mon regard glisse pour voir si ma main fait bien son oeuvre. « Alors comme ça, je ne suis pas une sorcière ? Mais on dirait bien que j'lui ai lancé un sort, à ce petit. » Je le chauffe, je veux lui prouver que sur ses trois cent vingt-cinq ans je suis la meilleure de ses conquêtes. Moins prude que les pétasses du 18ème, j'espère.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

   
wild sorceress
Dans quelques années, en repensant au passé, je me souviendrai de ce jour comme de celui où je l'ai rencontré. Je me souviendrai de l'exact moment où il a fait son entrée dans ma vie. Jamais je ne pourrai l'oublier. Wicca, Cate Tiernan - PR jusqu'à mi-décembre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Morgan O'Reilley
SIRÈNES - DROWN YOUR SOUL
OSSATURE: : 26 ans CONTRAT: : Veuf BESOGNE: : Soigneur Animalier Indépendant ÉCORCE: : 325 ans ÉCHINE: : Sirène (Polpo) PRESTIGE: : Sang Empoisonné @EFFIGIE: : Stephen James BAFOUILLES: : 56 PACTE: : 29/10/2017



Message
Dim 5 Nov - 13:27
Alors que je regarde la jeune femme droit dans les yeux tout en souriant en coin, a ces paroles parce que je pouvais voir sa surprise dans son regard quand elle m'avait vu et franchement et je lui souris tout en souriant en coin. Alors que je la regarde droit dans les yeux tout en souriant et je vois que je l'ai vexer un peu alors que disais qu'elle était un sorcière et j'aime la voir s'énerver un peu dans ces propos et tout en la regardant droit dans les yeux en souriant je lui réponds.

- T'en fais pas je te taquine, mais je n'y connais rien en magie, puis tu as pas besoin de filtre d'amour pour pouvoir m'envouter car ce soir je suis tout à toi ma petite sorcière.

Je souris tout en lui caressant la joue, je la regarde droit dans les yeux avec un regard taquin et c'est ça qui me rend dingue, j'aime ce petit jeu que l'on a tout les deux et je compte bien la revoir suite à ça car elle est éveille ma curiosité et le fait que je n'ai pas besoin de l'hypnotiser montre que j'ai bien l'intension de lui montrer que j'aime ce coter joueur pour le reste de la soirée alors que je suis absorbé par son regard. Je laisse ma main caresser sa joue alors que j'ai envie de ces lèvres mais pas que, je la veux toute entière, je veux la sentir bouillir entre mes bras, je veux la voir devenir folle et lui montrer que cette soirée n'est pas gâcher a cause de ma transformation. Je vois sa surprise à l'énoncer de mon âge ce qui me fait rire et sourire tendrement tout en ayant le regard qui pétille d'un mélange d'excitation et de joie que cette soirée ne se soit pas écourter. Puis je lui réponds a sa question.

- Oui j'ai bien trois cent vingt cinq ans, pour mon nombre de conquête je ne pourrais pas te dire, parce que depuis les années 1600 j'en ai fais du chemin tu sais. Et toi alors, quel âge as tu ? vingt trois, vingt quatre ans ?

Je sens la chaleur de son corps revenir et se transférer contre mon corps ce qui me rend encore plus désireux d'elle, je finis par la déshabiller pour pouvoir admirer ces courbes qui me font totalement envie et qui font naitre une oppression dans mon boxer. Je la défis du regard avec des yeux brulants d'envies. Je sens ces mains agripper mes épaules plus fermement alors qu'elle se cambre pendant que ma main caresse sensuellement son intimité et a ces paroles, je me fais plus précis dans mes gestes pour la déstabiliser et la rendre encore plus folle, commençant des doux cercles sur son petit bouton de chair. Alors qu'elle se redresse pour me déshabiller, je me laisse faire et l'aide tout en continuant de la caresser avec plus de sensualité dans mon geste, je me mords la lèvre d'impatience à l'idée de m'occuper d'elle comme elle le mérite. En plus dans ces gestes je la sent aussi chaude que moi et je sais que nous allons passés un bon moment ensemble et c'est pour ça que j'aime la taquiner un peu pour la faire réagir. Alors que je sens mon pantalon me quitter, elle vient embrasser mon torse et ma main libre vient jouer dans ces cheveux alors qu'elle remonte jusqu'à mes lèvres pour lancer un long baiser et je laisse ma langue jouer avec la sienne tout en laissant mon doigt jouer habilement le long de son sexe. L'effleurant avec provocation pour la faire exploser d'envie, je sens une de ces mains passer dans mes cheveux tandis que l'autre descend le long de mon torse me faisant frissonner surtout quand elle s'aventure sur mon bas ventre. Alors que je l'écoute avec attention, mes pupilles montrent clairement à quel point je suis excité et désireux de lui montrer ce dont je suis capable. Je vais lui montrer que ces nuits de folie pendant les trois cents dernières années ne m'ont pas étaient inutiles et que je sais comment donner du plaisir à une femme, alors que je la regarde droit dans les yeux avec une envie débordante de la taquiner je lui réponds.

- Je vais te montrer tout ce dont j'ai appris depuis tout ce temps, on verra bien si ça te plait.

Je la vois se mordre la lèvre ce qui me rend encore plus envieux de lui faire l'amour sans attendre, mais j'ai envie de la faire languir un peu, j'ai envie de la torturée avec ces envies alors qu'elle laisse sa main glisser sur ma cuisse pour rejoindre mon membre dresser par l'excitation et l'envie. Mon souffle se fait lourd alors qu'elle regarde mon membre je l'écoute attentivement mon attention totalement fixer sur le sien et que mon corps brulant appel un peu plus le sien, et je lui réponds tout en me faisant encore plus désireux dans mon regard qui perce le sien.

- Je vois que je te fais pas mal d'effets non plus et j'ai pas besoin de sort pour ça, mais attends de voir la suite !

Dans une pulsion bestiale, je viens l'allonger sur la banquette et je lui vole un baiser avant de commencer ma descente le long de son corps, frôlant de mes lèvres et de ma langue sa nuque tout en caressant de mes mains ces hanches, mon souffle brulant heurtant sa peau, je parcours ces seins que je lèche et je mordille tout en la fixant de mes yeux coquins et joueurs. Parcourant son ventre, tout en laissant mes mains effleurer l'intérieur de ces cuisses et les griffant légèrement, je m'attarde sur son bas ventre joueur tout en m'installant correctement pour bien m'occuper d'elle. Laissant ma langue s'aventurer sur son intimité, je me fais gourmand dans mes gestes, envieux de lui faire du bien et de lui montrer a quel point elle me fait de l'effet, je glisses deux doigts sensuellement en elle pour accompagner ma langue sans jamais bouger mon regard du sien. Je me montre sous mon coter coquin, mon souffle se fait encore plus intense alors que ma main libre remonte le long de ces hanches pour aller jouer avec la pointe de ces seins dresser. Elle est mienne et je compte bien profiter de ce moment pour la combler, lui montrer qu'elle n'aura rien perdu de sa soirée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar

Olimpia Endrizzi
SORCIERS - TO KNOW IS LIKE A HUNGER
OSSATURE: : 25 ans CONTRAT: : Célibataire, elle suit le vent, elle va d'homme en femme pour trouver celui qu'elle épousera BESOGNE: : Maquilleuse en salon de beauté, mais également à domicile pour les âmes généreuses
ÉCHINE: : Sorcière wiccan PRESTIGE: : Maîtrise de la guérison des maux, plutôt pratique, sauf quand la magie vous fait ainsi défaut. Plus un échange qu'autre chose, Olimpia récupère ainsi pour elle cette douleur. GANG: : Attachée au coven Aconit à défaut de ne plus avoir assez de membres dans la famille pour développer le wicca entre eux @EFFIGIE: : Cara Delevingne, Chataigna (avatar), Beylin (signature) BAFOUILLES: : 197 PACTE: : 30/10/2017



Message
Lun 6 Nov - 9:41
Party hard
« Raté, vingt-cinq ans. » répondis-je temps que j'en étais encore capable. Moi, la babarde petite sorcière à qui on venait de couper littéralement le sifflet, il avait fait fort. D'habitude, j'étais une véritable pie, je ne pouvais pas m'arrêter, rajoutant toujours des tas de détails à une phrase qui n'en avait pas besoin. Là, cracher juste mon âge avant de le laisser me déshabiller, c'était un exploit. J'étais ravie qu'il ait gardé son enveloppe de jeune, car au moins, je pouvais convaincre mon cerveau qu'il n'était pas si âgé que ça. Pourtant, rien que par ses gestes, je me rendais compte de la dextérité dont il faisait preuve. Alors, même si parfois j'essayais de le dominer, j'avais bien compris que ce sera lui qui mènera la danse. Déjà, sa main m'excite, titille mon entre-jambes qui en réclame plus. Mon corps veut se plaquer contre le sien, mais sans attendre, il me prend de court et m'allonge bestialement sur la banquette. Un petit cri de surprise s'échappe de mes lèvres avant qu'un rire n'y parvienne, amusée qu'on se joue ainsi de moi. « J'adore ça. » lâchais-je dans un souffle alors qu'il se laisse glisser le long de mon corps, me mordant la lèvre avec force quand il s'approche de mes seins, descendant toujours plus. Je me sens bouillir, prête à le recevoir. J'agrippe la banquette comme je peux quand il parvient à mon ventre, et j'écarte les cuisses pour laisser son imagination faire le reste. Mais malgré mon corps qui se cambre, mes tétons qui pointent, j'ai envie de voir les regards qu'il me lance avec insistance alors que ses doigts n'hésitent plus et entrent en moi, sûrement pour ouvrir le passage à la bête, que je pouvais deviner déjà bien dressé sur ses pattes. Un petit gémissement d'excitation m'échappe, et je détourne le regard vers le plafond, profitant juste de la sensation qu'il me procure, incapable de me calmer. Je me sentais véritablement bien, véritablement sienne ce soir. Je n'avais plus envie de rien d'autre que ce moment s'éternise, même si ça me faisait vraiment peur que cela rende le jeu ennuyeux. Alors, trêve de bavardages, je sens qu'il faut que j'agisse même si mon bassin a envie de ne déjà faire qu'un avec le sien. Je me redresse comme je peux, je lui attrape le visage pour qu'il cesse ses embrassades bien qu'elles me plaisent, pour que les miennes ne viennent rejoindre les siennes fiévreusement, lui mordant la lèvre entre deux soupirs, puis je retire ses doigts qui jouent en moi d'une main, et profite de ce moment de faiblesse pour retourner la situation et que ce soit lui, qui soit allongé. Je plaque mes mains contre son torse pour qu'il reste là, je m'assois sur ses cuisses pour avoir encore un visuel sur son corps, je viens déposer un baiser sur son ventre puis sur son loup, que je prenais en main pour continuer à le chauffer lentement. Quand je l'estime prêt à passer à l'action, mais pas encore au point d'apothéose pour que le moment puisse durer, je me redresse et vient passer mon bassin contre le sien, guidant d'une main brûlante son sexe pour qu'enfin il me pénètre. Je droite pour qu'il continue de voir d'où il est mes seins l'appeler, et je ferme les yeux alors que mon bassin bouge contre le sien sensuellement, ma main caressant son bas-ventre pour l'attiser et que ses mouvements se fassent plus brutaux. Je glisse ainsi dans cette position un certain temps, avant de me pencher en avant pour embrasser ses tatouages, gémissant, soupirant, jouissant du bonheur qu'il me faisait ressentir ce soir-là. Mes yeux se plantèrent enfin dans les siens, alors que je continuais à mener la danse, lui renvoyant ainsi la balle pour qu'il ose me dominer de nouveau pendant ces derniers instants. « Oh, Morgan... » soufflais-je alors par répétition pour qu'il se rende compte de l'effet qu'il me faisait, un petit sourire au coin de mes lèvres à ce moment-là.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

   
wild sorceress
Dans quelques années, en repensant au passé, je me souviendrai de ce jour comme de celui où je l'ai rencontré. Je me souviendrai de l'exact moment où il a fait son entrée dans ma vie. Jamais je ne pourrai l'oublier. Wicca, Cate Tiernan - PR jusqu'à mi-décembre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Morgan O'Reilley
SIRÈNES - DROWN YOUR SOUL
OSSATURE: : 26 ans CONTRAT: : Veuf BESOGNE: : Soigneur Animalier Indépendant ÉCORCE: : 325 ans ÉCHINE: : Sirène (Polpo) PRESTIGE: : Sang Empoisonné @EFFIGIE: : Stephen James BAFOUILLES: : 56 PACTE: : 29/10/2017



Message
Lun 6 Nov - 15:09

Notre envie grandissait et je dois bien avouer que je désirais terriblement la voir céder sous le plaisir et qu'elle me supplie de la prendre sans attendre, alors qu'elle me donne son âge, je dois bien avouer que ce n'est pas quelque chose que je maitrise. Son corps nu à ma portée, je pense que j'étais totalement accros à ce genre de contact et ça depuis longtemps, mais elle éveiller chez moi une envie folle à la limite de la bestialité. Mon corps totalement sous son emprise je la déshabille du regard tout en souriant d'un air coquin car elle, quand je finis par la plaquer sur la banquette arrière, son petit cris me rend fou et m'excite d'autant plus mon souffle se fait plus lourd et mon regard se fait d'autant plus désireux de la faire mienne en cette nuit, je n'allais pas la laisser repartir insatisfaite de cette nuit, je compte bien lui montrer tout ce que je sais faire et alors que je détail ces mains qui agrippe la banquette, je m'attarde sur son intimité que je lèche et que je vois son corps se tortiller de plaisir et tout en glissant deux doigts en elle, je me fais plus intense tout en souriant en coin. Intensifiant l'envie que j'ai de la faire craquer et j'ai terriblement envie de la voir céder à son plaisir et de l'entendre gémir.

Quand soudain elle prend mon visage dans ces mains en se redressant, je me dis qu'elle a envie de prendre les devants et je souris tout en la regardant droit dans les yeux tout en retirant mes doigts sensuellement, avant qu'elle m'embrasse fiévreusement alors que je prolonge le baiser pour pouvoir profiter de se moment alors qu'elle m'allonge a mon tour alors que mon regard se plonge dans le sien totalement absorber par elle alors qu'elle monte sur moi tel une amazone. Elle a un corps sublime et je souris en coin avant de me mordre la lèvre alors que je la laisse bouger son bassin contre le mien tout en souriant en coin, alors que je la sens saisir mon sexe dresser par l'envie et l'excitation, je ne peux pas détacher mon regard de ces yeux et de son corps, l'admirant elle est si belle qu'elle pourrait être une sirène. d'une certaine façon je suis absorbé par son regard alors que je laisse un long gémissement m'échapper quand je me sens me glisser en elle, mes mains caressant ces hanches, je finis par sourire en coin alors que je l'accompagne dans des mouvements sensuels. Je pose sensuellement une main sur sa gorge sans lui faire de mal tout en gémissant doucement avec elle alors qu'elle prononce mon nom je lui dis d'une voix coquine et entrecouper de gémissement.


- Hum Olimpia, il faut qu'on baisse cette banquette ! Je te veux tellement !

Je la maintiens doucement par la gorge tout en cherchant la poignée de ma main tout en accompagnant les mouvements de son bassin et j'abaisse la banquette avant de la plaquer dessus avec un peu plus de bestialité. Mon regard brûlant en souriant d'un sourire coquin, c'est à mon tour de reprendre la main et de la faire mienne, soulevant ces jambes pour qu'elle me sente la posséder avec plus de ferveur, venant à la rencontre de ces lèvres que j'embrasse avec fougue et passion, me laissant gémir sans retenue contre ces lèvres. Je m'abandonne totalement à elle, je me fais doux et sensuel pour le moment question de ne pas lui montrer toute la bestialité dont je peux faire preuve quand je m'abandonne à quelqu'un laissant une de mes mains se balader sur son corps, caressant ces seins et je me mords la lèvre tout en étant dans un état d'esprit totalement absorbé par ce plaisir que nous partageons. Même si ce n'est pas l'endroit le plus romantique pour s'envoyer en l'air, au moins nous étions que tout les deux et personne pour nous dérangés. Alors que je commence à légèrement à me redresser, je la surplombe pour qu'elle puisse être libre de faire tout ce dont elle à envie et d'une voix pleine de plaisir je lui confie.

- Ah Oli, je suis tout à toi ! C'est tellement bon !

Continuant mes va et viens, je la fixe du regard tout en me mordant la lèvre, j'aurais aimer être chez moi avec elle, nous aurions eus pleins de petit accessoires pour pouvoir pimenter notre moment terriblement coquin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar

Olimpia Endrizzi
SORCIERS - TO KNOW IS LIKE A HUNGER
OSSATURE: : 25 ans CONTRAT: : Célibataire, elle suit le vent, elle va d'homme en femme pour trouver celui qu'elle épousera BESOGNE: : Maquilleuse en salon de beauté, mais également à domicile pour les âmes généreuses
ÉCHINE: : Sorcière wiccan PRESTIGE: : Maîtrise de la guérison des maux, plutôt pratique, sauf quand la magie vous fait ainsi défaut. Plus un échange qu'autre chose, Olimpia récupère ainsi pour elle cette douleur. GANG: : Attachée au coven Aconit à défaut de ne plus avoir assez de membres dans la famille pour développer le wicca entre eux @EFFIGIE: : Cara Delevingne, Chataigna (avatar), Beylin (signature) BAFOUILLES: : 197 PACTE: : 30/10/2017



Message
Lun 6 Nov - 18:42
Party hard
Je suis ravie de voir dans ses yeux cette lueur de désir augmenter quand je l'aide à rentrer en moi. « Tire la poignée. » Je parviens à articuler, commençant à sentir les forces me quitter malgré l'envie de continuer. J'essaie de lui désigner du doigt où cette fameuse poignée se trouve sans me déconcentrer des sensations de son sexe en moi. Je sens que j'ai beaucoup trop bu, et que le sommeil me gagnera bien facilement quand mon souffle aura repris son rythme normal après nos ébats mouvementés. J'avais craint que l'on soit surpris par un pauvre con passé dans le coin, mais je n'avais vu aucune silhouette se pointer autour de la voiture. J'étais trop absorbée par le charme naturel de la sirène pour me concentrer sur les détails qui nous entouraient, que ce soit un potentiel voyeur ou même les fenêtres embuées et le manque d'air devenant une priorité dans cette voiture où même le froid n'osait plus entrer. Je compte donc bien profiter de ces derniers instants et d'être à mon maximum, car il le méritait, après tout ce qu'il venait de me faire vivre. Un nouveau gémissement, plus fort cette fois, me prend quand je me retrouve de nouveau dos à la banquette, dominée. Mes mains s'enfoncent dans son dos, mes ongles le griffant tandis que ses lèvres reviennent chercher les miennes. Ses gestes sont agréables, me rendent fiévreuse. Un sourire étire mes lèvres quand il me dit me laisser le champ libre, mais mes yeux probablement rouges de fatigue lui prouveront que je suis à bout. Il m'a épuisée, vidée de mes forces. Alors, je passe mes mains autour de sa nuque et je l'embrasse avec une tendresse démesurée, qui n'aurait probablement pas sa place dans un tel moment. Je lui donne une claque sur les fesses, murmurant d'une voix rauque. « Je te veux encore, amore ! » Ce surnom me donne des frissons, j'ignore d'où je le sors, mais je n'ai pas le temps d'y penser plus longtemps. Déjà, ses gestes prennent de l'ampleur, je le sens en moi, me posséder toute entière, y aller de toutes ses forces. Mon souffle est de plus en plus saccadé, mon cœur bat trop fort contre ma poitrine, mon bassin n'en revient pas de la bestialité dont il fait preuve, mais ça me rend dingue. Mes gémissements aussi, se font toujours plus forts, plus intenses. Mes mains cherchent sa peau, le griffent bestialement pour continuer à l'exciter. « Allez, vas-y. » je grogne, prenant sa tête pour qu'elle rejoigne de nouveau mes seins, et j'ordonne presque aussitôt, pas assez fort pour qu'il comprenne tout de suite. « Mords-moi. » J'enroule mes jambes autour de de sa taille pour le bloquer ici, pour qu'il continue de me prendre comme il le faisait. Je lui relève ensuite la tête pour qu'il me regarde dans les yeux, un sourire taquin sur les lèvres. On ne pouvait pas finir ça comme ça, il fallait quelque chose de plus intense. Et s'il ne le voulait pas, je l'y inciterais. Je m'empare de ses lèvres avec les miennes, avant de me détacher de lui et de lui caresser la joue. Mes pieds reviennent se poser sur la banquette, et je me dépêche de me retourner, me mettant à quatre pattes pour qu'il ait un visuel sur mon dos. Je dégage mes cheveux sur le côté pour lui laisser libre accès à la partie de mon corps qui lui donnait le plus envie, et je venais coller mes fesses un peu plus contre son bassin pour le sentir de nouveau en moi, répétant cette fois avec plus d'entrain. « Mords-moi ! » avant que je ne change d'avis. J'ignorais quelle sensation cela pouvait bien me faire, mais j'étais au courant de cette capacité des sirènes à avaler du sang humain. Certes, le mien était probablement différent maintenant que l'alcool et la drogue y traçaient leur route, mais j'étais certaine que cela lui ferait autant de bien qu'à moi, et que la sueur de nos corps ne le dérangeraient pas pour planter ses dents en moi.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

   
wild sorceress
Dans quelques années, en repensant au passé, je me souviendrai de ce jour comme de celui où je l'ai rencontré. Je me souviendrai de l'exact moment où il a fait son entrée dans ma vie. Jamais je ne pourrai l'oublier. Wicca, Cate Tiernan - PR jusqu'à mi-décembre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Morgan O'Reilley
SIRÈNES - DROWN YOUR SOUL
OSSATURE: : 26 ans CONTRAT: : Veuf BESOGNE: : Soigneur Animalier Indépendant ÉCORCE: : 325 ans ÉCHINE: : Sirène (Polpo) PRESTIGE: : Sang Empoisonné @EFFIGIE: : Stephen James BAFOUILLES: : 56 PACTE: : 29/10/2017



Message
Lun 6 Nov - 21:16
Elle m'obsède et me possède en cette nuit que tout deux nous n'allons pas oublier d'aussitôt et pour être franc je n'ai pas envie de me retenir, j'ai vraiment envie de me lâcher et de m'amuser à lui faire découvrir le véritable plaisir, alors que je la vois perdre le contrôle sous le plaisir que je lui fais ressentir je suis bien content de voir qu'elle est déjà entrains de prendre un plaisir inimaginable. Je me sentais tellement bien, mon plaisir montant de plus en plus alors que je n'arrive pas à décrocher de son regard qui attire totalement mon attention. La buée sur les vitres et la chaleur de nos corps en action montrait notre détermination à se donner à fond l'un à l'autre, alors qu'elle me griffe sensuellement le dos et qu'elle revient chercher le chemin de mes lèvres. Et je l'embrasse avec plus de fougue et d'entrains alors que je gémis à l'unisson avec elle et c'est ce qui me rend complétement dingue, sous l'effort intense de ce rapport que je ne suis pas prêt d'oublier, même si ça fait un moment que je n'ai rien fais avec une femme, je dois bien avouer que la jeune sorcière est performante. Alors que je reçois sa fessée et qu'elle me dit qu'elle me veut encore avec un surnom qui me fait sourire, j'adore les petits surnoms, c'est toujours habituel. Alors que notre ébat se fait de plus en plus bestiale tout en s'abandonnant de plus en plus à elle sans jamais détourner mon regard du sien tout en continuant alors qu'elle saisit ma tête pour la faire rejoindre ces seins, je les lèches, les mordilles, les suces sensuellement. Mon souffle est saccadé et mes gémissements de plus en plus intense, alors qu'elle enroule ces jambes autour de ma taille pour me bloquer dans cette position, elle m'oblige ensuite à relever mon regard alors qu'elle a un sourire taquin sur ces lèvres, mon souffle était lourd et totalement excité par la bestialité de tout ça.

Alors qu'elle se met à quatre pattes devant moi je me mors la lèvre et quand elle m'ordonne à nouveau de la mordre je la relève doucement pour qu'elle se retrouve a genoux et je continue mes va et viens en allant caresser son sexe d'une de mes mains et ces seins de l'autre, venant la mordre sans attendre. Accélérant la cadence, la rendant encore plus plaisante alors que je viens y planter mes crocs dans son cou pour pouvoir prendre un peu de son sang, pas beaucoup, j'aspire doucement tout en continuant de faire des va et viens intense en atteignant le plus de plaisir jusqu'à me redresser en criant de plaisir et venant me figer en elle pour jouir en elle alors que mon corps transpirant se tiens contre le siens je viens glisser mes mains sur son ventre tout en restant en elle pour le moment . Son sang si délicieux me rendait fou et je viens lécher la peau de son cou pour y lécher les quelques gouttes de sang qui y perle. Et je viens lui dire tout en essayant de récupérer mon souffle .


- C'était tellement parfait Oli, je dois bien avouer que tu es la première humaine qui me rend aussi dingue tu sais.

Venant déposer des baisers sur son cou, je souris en coin tout en me blottissant dans son dos en laissant ma respiration essayer de me calmer alors que je suis poser contre elle, j'attrape la couette et mon paquet de cigarette avant de faire venir Oli contre moi, et je nous enroules dans la couette avant d'ouvrir la porte du coffre pour m'allumer ma cigarette tout en la regardant droit dans les yeux en souriant en coin. Alors que je savoure ma cigarette, je continue de légèrement trembler contre elle tout en scrutant son regard et tout en souriant en coin je reprends.

- Dit moi Oli, comment ça se passe pour être une sorcière Wicca ? Je t'avoue que je n'en avais jamais croiser bien que j'en ai entendus parler auparavant.

Je lui tends la cigarette pour voir si elle a envie de savourer un peu de ce poison tout en souriant en coin, on ne sait jamais si elle aime prendre une cigarette après une tel performance, je dois avouer qu'elle a de la ressource la petite, mais je voulais savoir comment elle était dans sa façon d'être en général, pas que sur son coter coquin ou fêtarde.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar

Olimpia Endrizzi
SORCIERS - TO KNOW IS LIKE A HUNGER
OSSATURE: : 25 ans CONTRAT: : Célibataire, elle suit le vent, elle va d'homme en femme pour trouver celui qu'elle épousera BESOGNE: : Maquilleuse en salon de beauté, mais également à domicile pour les âmes généreuses
ÉCHINE: : Sorcière wiccan PRESTIGE: : Maîtrise de la guérison des maux, plutôt pratique, sauf quand la magie vous fait ainsi défaut. Plus un échange qu'autre chose, Olimpia récupère ainsi pour elle cette douleur. GANG: : Attachée au coven Aconit à défaut de ne plus avoir assez de membres dans la famille pour développer le wicca entre eux @EFFIGIE: : Cara Delevingne, Chataigna (avatar), Beylin (signature) BAFOUILLES: : 197 PACTE: : 30/10/2017



Message
Mer 8 Nov - 14:25
Party hard
Je ne m'étais jamais fait mordre par un vampire ni par une sirène. Jusqu'à aujourd'hui, j'ignorais la sensation que cela pouvait procurer aux deux personnes. Cette sensation de sentir notre sang nous quitter était terrifiante, il fallait faire confiance à celui qui nous mordait pour ne pas trop boire ni nous tuer. Notre énergie aussi, nous quittait dans ces moments-là, mais au fond, le faire pendant même l'acte sexuel était grandiose. J'étais fascinée par cette capacité, mais je n'eus pas plus le temps de m'y attarder, car tout cela touchait à sa fin. J'étais épuisée, et me laissait retomber lentement sur la banquette, tentant de reprendre mon souffle. J'avais l'impression que mon cœur allait exploser tellement il battait fort, sûrement en train d'essayer de récupérer le sang qu'on venait de m'arracher, en vain. « Sorcière. » rectifiais-je en soupirant, un sourire au coin des lèvres en le sentant venir se blottir contre mon dos. Je suis un peu dérangée par le fait de ne pas voir son visage, et j'ai envie de me retourner mais je me dis qu'il ne vaut mieux pas que je bouge pour le moment. Une confusion avait fini par se glisser dans mon cerveau à sa nouvelle phrase, si bien que je restais silencieuse un moment, me mordant la lèvre pour rester calme. Même si j'ai tourné la tête pour le regarder, je suis encore choquée de sa question, qui me renvoie quelques années auparavant, dans mes souvenirs les plus lointains, les plus précieux mêmes.
Allongés au milieu de la nature en pleine nuit d'été, nous nous étions blottis l'un contre l'autre pour ne pas avoir froid, et aussi pour admirer les étoiles. On s'imaginait des tas d'histoire à la con, on s'imaginait tantôt en dieux grecs, tantôt en héros de science-fiction en pleine mission à travers l'espace. Ce soir-là, nous étions simplement nous, et je m'efforçais d'avoir l'air le plus humaine possible. Tête calée contre son torse, je me souviens avoir voulu l'embrasser mais il m'en avait empêché, m'agaçant terriblement. Finalement, ses lèvres étaient quand même revenues découvrir les miennes pour la énième fois, avant que cette question ne franchisse ses lèvres. « Amore, comment on peut devenir sorcier wiccan ? » Je lui avais alors ri au nez, lui intimant de ne même pas y penser, qu'être sorcier se révélait être un terrible défi pour quelconque humain voulait s'y lancer. Il valait mieux être né comme cela plutôt que de le devenir, lui avais-je alors intimé. Il avait été vexé de ma réponse, et avait insisté. Mais j'avais coupé court à cette conversation, incapable de l'imaginer essayer de devenir comme moi. C'était trop dangereux pour lui, j'avais estimé qu'il serait plus en sécurité en étant humain.
Alors quand Morgan me pose cette question, je préfère détourner le regard, lui tourner définitivement le dos pour qu'il ne voit pas la faille qui s'était ouverte en moi. Je refusais sa cigarette, ayant assez de drogue dans le corps pour la soirée. J'étais ravie qu'il veuille en savoir plus sur moi, et je ne pouvais pas lui en vouloir de s'intéresser à mon rang. Peu importe l'utilisation qu'il ferait de ces données, j'étais certaine de pouvoir lui faire confiance. Fixant le vide, je me décidais alors à parler. « Toute ma famille est une lignée de sorciers wiccans. » commençais-je, ne sachant pas vraiment non plus quand ça avait commencé ni pourquoi. « On m'a donc initié comme tel dès que j'étais en âge de marcher. Et puis, une autre capacité a fait son apparition à l'adolescence. » Cette fois, je me mets sur le dos pour pouvoir observer son visage, passant une main sur son torse, un air presque nostalgique sur le visage. Je ne pouvais pas lui montrer cette fameuse capacité puisqu'il semblait être en pleine forme, mais je pouvais au moins essayer de décrire la sensation que ça faisait. « Le wicca permet de faire le bien autour de nous, même s'il arrive que certains en abusent. J'ai besoin de tous ces rituels pour survivre, comme vous, les sirènes, avez besoin de sang ou je ne sais quoi. » Finalement, je lui pique sa cigarette pour tirer une latte, histoire de me détendre un peu. Je ferme les yeux un court instant, puis les rouvre pour ne pas sombrer dans le sommeil, et lui rend son bien. Une question me traversait l'esprit, alors je plongeais mon regard dans le sien, curieuse, tandis que ma main traçait tranquillement les contours de ses tatouages sur son corps. « En trois-cent ans, t'as toujours eu des nanas différentes dans ton lit ? J'veux dire, tu ne t'es jamais senti seul ou avec l'envie de fonder vraiment quelque chose de beau et durable ? » Je mettais mon indiscrétion soudaine sur l'alcool et le joint, j'espérais qu'il en ferait de même et que ma question ne viendrait pas le frustrer. Moi, je l'étais déjà par mon propre comportement, alors tant pis.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

   
wild sorceress
Dans quelques années, en repensant au passé, je me souviendrai de ce jour comme de celui où je l'ai rencontré. Je me souviendrai de l'exact moment où il a fait son entrée dans ma vie. Jamais je ne pourrai l'oublier. Wicca, Cate Tiernan - PR jusqu'à mi-décembre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas
 
[18+]Party Hard - Feat Olimpia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Sujets similaires
-
» Curtis & Ty's Happy Birthay Party feat Cutis, Joy & Alex
» We like 2 party feat. Eunbi
» {CORPSE PARTY} This is Halloween [ Feat everybody ]
» Bisounours Party | V. 2.0
» Garden Party

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RIGOR MORTIS ::  :: PÉRIPHÉRIE ROMAINE :: → PLAGE-
Sauter vers: