Broken family [ft Florian] [terminé]

 :: HABITATIONS
Broken family [ft Florian] [terminé] - Jeu 18 Jan - 19:14
avatar
Invité
Invité
Broken family
Lizbeth sourit, haussant les épaules. Voilà un détail qui lui avait échappé. Les armes, un domaine sur lequel elle était calé mais sur lequel elle devait également mentir. Elle haussa les épaules avant de reprendre d'un air amusé. « Mon père a sûrement trop regardé les James Bond. » mentit-elle, ignorant même le contenu de ce film. Il n'y avait pas à dire, elle était vraiment en retard sur tout ce qui était films et romans. Peut-être que si un jour elle goûtait à l'immortalité, elle prendrait le temps, mais aujourd'hui, elle en manquait terriblement. Le pire dans tout ça, c'était de penser que son fils vivrait beaucoup plus longtemps qu'elle et aurait la liberté de retrouver son père, et ça, elle ne le laisserait jamais faire. Elle avait trop de haine dans le cœur envers ce traître pour pouvoir lui laisser son fils entre les mains. Son talent était la traque, et uniquement la traque. Elle avait bien essayé de faire du piano, du dessin, ou peu importe, elle n'y arrivait pas. Si elle avait du choisir un autre métier que celui de chasseuse, peut-être aurait-elle voulu devenir bouchère ou cuisinière. Des métiers tout aussi durs, mais qu'elle respectait car pour pouvoir remplir leurs assiettes, il fallait bien des gens comme elle qui ôtent des vies. Certes pas des vies humaines, mais des vies tout de même. Elle sourit pourtant à sa remarque, flattée d'un tel compliment alors qu'il ne la connaissait pas. On la voyait comme la jolie fille qui savait jouer la comédie, qui savait poser aussi, mais c'était tout. On l'aurait bien vu mannequin, avec sa beauté et sa grande taille, mais elle n'avait jamais été à l'aise à l'idée de vendre son visage pour réussir. « Il est vrai que vous ne risquez pas de vous faire écraser par vos toiles. » plaisanta-t-elle, riant, avant de terminer son thé, qui avait refroidi. Elle repoussa ensuite la tasse loin d'elle pour observer Florian. Il devait être courageux pour avoir subi le poids des arts. C'était un milieu des plus difficiles, où briller devenait de plus en plus compliqué. En faire son métier était même devenu quasiment impossible, car la notoriété des artistes se méritait au prix d'un dur labeur, et parfois même d'une vie. Pourtant, ils étaient indispensables à toute communauté. Parce que les artistes libéraient l'imagination de ceux qui ne parvenaient à en avoir qu'à travers leurs lectures ou contemplations d’œuvres, sculptures ou tableaux. Ils parvenaient à purger des douleurs mais également doux sentiments que l'être humain avait lui-même du mal à comprendre. Lizbeth ne verrait pas un monde sans artistes, non, c'était certain. Et puis, encore moins sans ce Florian, parce que sans lui, son enfant ne serait probablement plus de ce monde aujourd'hui. Une pensée qui la chiffonna quelque peu, d'autant plus qu'elle ne pouvait pas prédire ce qui allait se passer dans le futur. Si seulement elle avait eu ce pouvoir, elle pourrait au moins veiller sur la sécurité de Jared. « Je n'ai pas envie de retourner étudier. » précisa-t-elle en grimaçant légèrement, se rappelant à quel point ça avait été une période bien difficile pour elle. « Disons que je suis à peu près satisfaite. » Elle haussa les épaules, détournant le regard. Elle ne serait vraiment satisfaite que lorsqu'elle aura réglé cette histoire avec l'orphelinat, qu'elle aura trouver un homme bienveillant et compréhensif pour partager sa vie, et qu'elle aura eu sa vengeance envers le lycan. Et puis de toute façon, elle ne croyait pas au bonheur permanent. Elle était persuadé que celui-ci se trouvait dans des petits moments de la vie, qu'il fallait savoir en profiter un maximum, alors c'était ce qu'elle faisait, et ce qui faisait qu'elle était vraiment heureuse quand il était nécessaire de l'être. Et puis, elle fronce les sourcils, se sent intriguée par ce qu'il est en train de dire. En même temps, elle retire ses chaussures et les pose à côté du canapé pour ramener ses jambes contre elle, un petit sourire coincé au coin des lèvres. Ce Florian était définitivement fascinant. Elle garda le silence pendant un long moment, l'écoutant et le laissant s'exprimer, complètement happée par ce qu'il pouvait dire. Il avait certainement une plus grande culture qu'elle pour oser avoir un avis si tranché, elle trouvait dommage de ne pas pouvoir en faire autant. Malheureusement, elle ne comprit pas tout ce qu'il disait et se mit à rire, plus amusée qu'autre chose d'avoir le cerveau si lent ce soir.  « Ce que tu dis sonne joliment, mais je suis incapable d'en comprendre le sens. J'ai honte que ce soit le cas. » avoua-t-elle, avant de hausser les épaules et de le couvrir d'un regard bienveillant. « Je crois que si tu veux avoir de vraies conversation philosophiques avec moi, c'est raté. Mais j'aime bien t'écouter, tu es quelqu'un de passionnant, j'en serais presque jalouse. Laisse-moi un peu de temps pour apprendre les bases, et on en reparlera, sinon, j'ai peur de t'ennuyer, ce soir ! »

Codage par Libella sur Graphiorum
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Broken family [ft Florian] [terminé] - Sam 27 Jan - 4:15
avatar
sorciers
sorciers


EFFIGIE : Douglas Booth.
BAFOUILLES : 218
PACTE : 02/01/2018


OSSATURE : Premier quart de siècle fraîchement atteint.
CONTRAT : Coeur qui n'a encore jamais battu d'amour, garçon persuadé qu'il ne le vivra jamais. Avide de regards fascinés et de caresses-louanges, Florian, trop vite las, subit son célibat.
BESOGNE : « “Sometimes I lie awake at night, and I ask, 'Where have I gone wrong'. Then a voice says to me, 'This is going to take more than one night.” » Illustrateur de bouquins pour gamins qui ne se vendent pas très bien ; vient de perdre son poste de libraire qui lui permettait de se nourrir.
ÉCHINE : Il y a dans ses veines une magie tirant sa puissance des étoiles et du temps. Les danses et les drogues hallucinogènes dominent les classiques incantations. Magie associée aux charlatans, mais celle à laquelle il se donne corps et âme. (chamanisme)
PRESTIGE : Le futur murmure à ses oreilles des fables que lui seul entend. Insidieux, il tache de ses desseins parfois troublants les carnets de l'artiste.
GANG : Coven Heracleum.
CREDIT : DΛNDELION (avatar). Astra (signa). DΛNDELION (icons).
Broken Family× ft. FLORIAN & LIZBETH
Il s’imagina écrasé sous ses toiles et l’image qu’il s’en fit lui tira un sourire un peu moqueur. Pourtant, si le rire qu’il laissa s’échapper semblait respirer de légèreté, il y avait dans ses pensées un cynisme bien plus appuyé. Être écrasé par les choses ; c’était le sentiment qu’il ressentait le plus souvent. Écrasé par le besoin de réussir, écrasé par le futur qui venait lui parler, écrasé par l’incapacité d’agir. En soi, oui, il avait été écrasé par ses toiles et il ne parvenait pas à n’y penser qu’au passé. « Moi non plus. », trancha-t-il lorsqu’elle affirma ne pas vouloir retourner à l’école. Florian disait toujours n’être sûr de rien, mais il était certain de cette affirmation. L’école lui avait enlevé plus de choses qu’elle ne lui en avait données. S’il avait aimé, dans son enfance, écouter les gens lui apprendre des choses, l’école l’avait dégoûté de cette tendance qu’avaient les enseignants et les professeurs de croire qu’ils détenaient la vérité. Il préférait désormais apprendre seul. S’il avait été un enfant confiant, on l’avait amputé de cette confiance en lui demanda, entre autres, de travailler moins vite pour ne pas déstabiliser les autres enfants. Même si les motivations de Lizbeth n’étaient forcément pas les mêmes que les siennes, il ne s’empêcher de compatir et ça se lisait dans ses yeux un peu tristes.

Il ne connaissait pas la rousse qui se tenait à ses côtés. Son salon, pièce inconnue dans laquelle on lui avait demandé de s’installer, lui semblait aussi artificielles que les bureaux de psychologues. Mais ce n’était pas un mal : c’était simplement l’impression qu’il avait lorsqu’il entrait dans un tel endroit, intime de vocation, sans le connaître. Il ne la connaissait pas, cette fille, mais il ne pouvait que s’en faire une bonne impression. Cette manière dont elle l’écoutait sans démontrer d’impatience ou de signe d’ennui, cette brève confiance qu’elle semblait lui accorder. Florian qui était arrivé ici un peu tendu et qui l’était resté,  se détendit de plus en plus au fil des mots et parvint à se convaincre que si elle avait voulu qu’il se taise, elle l’aurait probablement mis à la porte. Elle était chez elle, après tout. Cette attitude n’était pas habituelle chez Florian, de nature sociable et invasive. C’était la situation qui l’avait conduit jusqu’ici qui l’avait rendu ainsi.  Maintenant qu’il ne ressentait plus le besoin de garder ses mains immobiles à ses côtés, son agitation naturelle lorsqu’il parlait avec intérêt reprit de plus belle. Il était quelqu’un qui agitait beaucoup les mains en parlant, qui essayait vaguement de mimer ce qu’il expliquait. On lui disait souvent de se calmer, surtout lorsqu’il se trouvait dans un endroit où il risquait de briser quelque chose. Cependant, il se tut immédiatement lorsqu’elle mit à rire et il la regarda d’un air à la fois amusé et interrogatif. Il était habitué à ce genre de réaction. Souvent, elles étaient moqueuses, parfois synonymes d’ennui, mais il n’avait pas cette impression présentement. Il secoua la tête. « Y’a pas de quoi avoir honte. Ça m’arrive de pas trop me comprendre moi-même. » Il rit un peu, mais il ne plaisantait pas vraiment. Florian avait l’esprit hyperactif et, souvent, lorsqu’il s’exprimait, il pensait et remaniait ses intentions au fur à mesure qu’il parlait. Une réflexion initiale en était souvent devenue une toute autre lorsqu’il finissait de parler. « Mais vous m’ennuyez pas. », essaya-t-il de la rassurer. S’il y avait bien un sentiment que Florian ne cherchait pas à cacher, c’était l’ennui. Si elle l’avait ennuyé, il ne serait pas resté. Il serait parti et il n’aurait même pas essayé d’en camoufler la raison – même s’il ne l’avait pas dit, son visage aurait parlé pour lui. Florian n’avait pas honte de dire « tu m’ennuies » ou « t’es pas une personne vraiment intéressante ». Le jeune homme se cala contre le dossier du canapé et croisa les bras sur son torse. Il laissa son regard divaguer un peu avant de le reposer sur la rousse. « Je pense que vous êtes douée pour écouter. Ça paraît étrange dit comme ça, mais c’est bien. Peu de gens savent vraiment écouter. Je sais pas écouter. Je sais parler, mais je que c’est difficile d’écouter. Vous dites que vous suiviez pas ce que je disais, mais si vous saviez pas écouter, vous auriez fait semblant de comprendre. Si plus de gens étaient comme vous, les choses iraient beaucoup mieux. » Le jeune homme parlait comme s’il était convaincu de ce qu’il affirmait, mais le principe en lui-même restait très abstrait. Qu’était-ce qu’écouter ? Il ne savait pas vraiment, mais selon lui il s’agissait de rester attentif et d’accepter qu’on ne puisse pas tout comprendre et respecter les points de vue sans chercher à interrompre pour faire valoir son point. S’il ne se trompait pas sur le cas de Lizbeth, il supposait qu’elle ferait certainement une bonne amie. Florian se décolla un peu du dos du canapé pour récupérer son portfolio. Il le ferma et le déposa sur ses genoux. Ses doigts se mirent à pianoter sur la cuirette noire. À nouveau, il zyeuta les portraits de famille. Plus attentivement que la dernière fois. « Vous avez une sœur ? » Il pointa une des photos. C’était une question purement anodine. Il n’en avait rien à faire de sa famille, mais il jugeait qu’après avoir parlé de lui, ce serait équitable que Lizbeth puisse parler un peu d’elle si elle le souhaitait. Parfois, ce genre de questions pouvaient dériver sur des sujets plus intéressants. Furtivement, il regarda vers la fenêtre ; songeur. La batterie de son téléphone étant à plat, si Camellia repartait dans une de ces frénésies de textos qui lui demandaient où il était ou s’il était encore en vie, elle ne passerait certainement pas une chouette soirée.

code by lizzou × gifs by tumblr

☾ ☾ ☾ ☾ ☾


keep your eyes wide open
Florian☽ Closing your eyes isn't going to change anything. Nothing's going to disappear just because you can't see what's going on. In fact, things will even be worse the next time you open your eyes.
Revenir en haut Aller en bas
Broken family [ft Florian] [terminé] - Lun 5 Fév - 13:24
avatar
Invité
Invité
Broken family
Cet étranger était surprenant. Si lui-même ne parvenait pas à se comprendre, il devait avoir certainement ce petit grain de folie qui lui dictait de parler et de réfléchir ensuite. Elle était tout le contraire, pesant et sous-pesant les mots pour former des phrases qui aient le plus de sens possible. Son métier le lui avait appris à ne pas se laisser aller car quand la langue fourchait, il n'était plus possible d'effacer ce qu'on voulait dire. Et même si elle le voulait pour soulager sa peine, elle en était interdite. Elle était d'ailleurs surprise à l'idée de ne pas l'ennuyer, elle aurait juré le contraire. Elle avait peu de sujets de conversations vraiment intéressants, préférant réagir à ce que disaient les autres. D'ailleurs, heureusement que son père n'avait pas été là quand elle était arrivée, sinon, il aurait immédiatement jeté Florian à la porte et lui aurait explicitement demandé de ne plus revoir sa fille. Il était très clair sur le sujet : si quelqu'un en savait trop, il devrait s'assurer de lui régler son compte et pas de la plus gentille des manières. Contrairement à la rousse, il ne faisait pas dans la légèreté et il se moquait bien des procès visant à innocenter ou non une créature, puisque rien que par son statut de bête, elle était déjà un monstre faisant de nombreux carnages sanguinaires. Sans compte le fait que son fils était revenu... Il allait forcément crisser des dents et renforcer la protection autour de la maison, ajoutant maintes alarmes et caméras qui leur jouerait un jour un tour.  « Sans vouloir paraître modeste, je suis d'accord avec vous. » Pas que pour le fait qu'écouter était une qualité que tous ne possédaient pas. Mais s'ils étaient tous chasseurs impliqués et réfléchis, le monde ne porterait pas de telles injures en son sein. Seulement, elle était bien consciente qu'elle n'aurait jamais face à elle une utopie, c'était impossible. L'homme avait réduit le monde à presque néant et il était désormais impossible de faire marche arrière. Souriant, la belle finit par détourner le regard pour le poser sur les photos qu'il lui désignait. « En quelque sorte. » dit-elle en se levant, allant chercher un album de photos de famille de l'année passée avant de revenir s'asseoir sur le canapé. C'était elle qui avait eu l'idée de regrouper les moments forts dans un carnet photos dédié à une année entière. Elle l'ouvrit à une page sur laquelle se trouvait de nombreuses photographies de sa précédente fête d'anniversaire. On y voyait seulement elle, son père, sa belle-mère et sa demi-sœur. Elle pointa cette dernière du doigt, une brune au charme envoûtant, plus âgée qu'elle également. « Ma belle-mère et sa fille sont ma famille. Ce sont des... » elle laissa sa phrase en suspens, reprenant soudainement conscience de ce qu'elle voulait dire. Seulement, il fallait bien qu'elle la finisse, cette phrase, si elle ne voulait pas attirer les soupçons. « Des sorcières, en quelque sorte. Je n'aurais jamais cru qu mon père puisse être ensorcelé par une femme comme elle. Elles sont toujours très patientes avec nous, surtout avec moi. Quand je suis arrivée ici, j'avais du mal à canaliser mon énergie. J'étais également un peu parano. Enfin, ça, ça n'a pas changé. »  Elle se mit à rire et posa le carnet sur la table, revenant plaquer son dos contre le fond du canapé, observant Florian de ses grands yeux bleus. « Et toi, tu as des sœurs, des frères ? » demanda-t-elle finalement, jugeant bon de focaliser l'attention un peu sur lui. Elle voulait en savoir un peu plus, mais le destin, lui, en avait décidé autrement. La porte s'ouvrit brutalement, et presque aussitôt, une grimace traversa son visage inquiet. Son père ne mit que quelques secondes à apparaître dans l'encadrement de la porte, haussant la voix comme chaque fois que quelque chose de grave s'était passé, et qu'il allait réprimander tous ceux qui osaient croiser ce passage. « Liz. On a un problème. Le loup s'est échappé de sa prison. » Une alarme retentit dans la tête de la jeune femme et elle se redressa tandis que son père dévisageait l'inconnu sur son canapé. Il grimaça à son tour et jeta un regard sévère à sa progéniture. « Tu as cinq minutes pour mettre ton copain à la porte. » Sur ce, il passa une porte dans le couloir qui le menait au sous-sol, où il était probablement parti chercher son attirail. Soupirant, la jeune femme lança un regard désolé à Florian. « Je te présente mon père, le chef de la maison. Je suis désolée, il est toujours un peu nerveux en rentrant du travail. Heureusement que je n'ai pas hérité de ce trait de caractère ! » plaisanta-t-elle à nouveau, secouant vivement la tête d'un air presque désespéré.

Codage par Libella sur Graphiorum
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Broken family [ft Florian] [terminé] - Sam 10 Fév - 0:40
avatar
sorciers
sorciers


EFFIGIE : Douglas Booth.
BAFOUILLES : 218
PACTE : 02/01/2018


OSSATURE : Premier quart de siècle fraîchement atteint.
CONTRAT : Coeur qui n'a encore jamais battu d'amour, garçon persuadé qu'il ne le vivra jamais. Avide de regards fascinés et de caresses-louanges, Florian, trop vite las, subit son célibat.
BESOGNE : « “Sometimes I lie awake at night, and I ask, 'Where have I gone wrong'. Then a voice says to me, 'This is going to take more than one night.” » Illustrateur de bouquins pour gamins qui ne se vendent pas très bien ; vient de perdre son poste de libraire qui lui permettait de se nourrir.
ÉCHINE : Il y a dans ses veines une magie tirant sa puissance des étoiles et du temps. Les danses et les drogues hallucinogènes dominent les classiques incantations. Magie associée aux charlatans, mais celle à laquelle il se donne corps et âme. (chamanisme)
PRESTIGE : Le futur murmure à ses oreilles des fables que lui seul entend. Insidieux, il tache de ses desseins parfois troublants les carnets de l'artiste.
GANG : Coven Heracleum.
CREDIT : DΛNDELION (avatar). Astra (signa). DΛNDELION (icons).
Broken Family× ft. FLORIAN & LIZBETH
Des sorcières ? Voilà que ça devenait un peu plus intéressant, comme en témoignait le regard de Florian, un peu plus pétillant. Distraitement, il jeta encore un œil aux photos. La manière dont Lizbeth l’avait dit supposait qu’elle n’en était pas une – d’autant plus qu’une des femmes était sa belle-mère. Il se demanda, sans vraiment trop y penser, si beaucoup de sorciers et sorcières épousaient de banals êtres humains. Non seulement fallait-il en trouver un qui accepte la nature surnaturelle, ne la jalousant pas trop, mais encore fallait-il avoir assez d’orgueil pour risquer de donner naissance à un enfant sans magie – si c’était possible, évidemment. Florian n’était pas particulièrement prétentieux et, même s’il ne voulait pas d’enfant, ce n’était pas un risque qu’il prendrait. Issu d’un père et d’une mère descendant de lignées purement magiques, il ne bafouerait pas cet héritage. « Vous êtes bien tombés, alors. Il y a des gens qui n’ont pas cette chance. » affirma-t-il, bienveillant mais un peu triste pour ces « gens » dont il faisait brièvement mention. Il avait connu une jeune fille, il y avait une décennie, dont la belle-mère jalouse avait donné au père un ultimatum : c’est elle ou bien c’est moi. Alors, son amie avait été envoyée dans un de ces centres pour les jeunes dont plus personne ne veut. Il ne comprenait pas ces gens prêts à sacrifier la famille pour une personne qui ne resterait probablement pas pour toujours. Pour lui, la famille était sacrée et si un jour une femme lui sommait de laisser tomber ses sœurs, elle redeviendrait célibataire sur le champ. À cette pensée, il fronça subtilement les sourcils. « J’ai deux sœ – », commença-t’il avant d’être pris de surprise par la porte qui s’ouvrit en coup de vent. Comme figé, il fixa l’homme comme s’il venait d’une autre planète. « Un loup ? », marmonna-t-il presque silencieusement, les sourcils haussés. Décidément, cette famille baignait dans des affaires qui n’étaient pas trop nettes – en espérant qu’elle n’applique pas la fameuse loi du « et maintenant on va devoir te tuer » ; il était trop jeune pour crever dans de telles circonstances ! Lorsqu’elle lui jeta ce regard désolé, il agita la main comme pour dire « ce n’est rien » tout en riant un peu. « Un peu comme mon père, sauf que le mien ne parle pas vraiment de loup. », trouva-t-il bon de préciser, comme pour détendre l’atmosphère, alors qu’il rempoigna son portefolio par les poignées avant de se lever.

« C’était agréable de faire votre connaissance, Lizbeth ; le « hasard » est vraiment une belle chose. » Le sourire au visage, il redéposa son portefolio noir sur le canapé et fouina dans la poche qui se trouvait sur le dessus. Il en sortit un petit rectangle de carton épais et le tendit à la rousse. C’était une carte d’affaire plutôt colorée – on ne savait jamais quand on en aurait besoin, aussi bien toujours en avoir sur soi – sur laquelle on pouvait lire son nom complet, son numéro de téléphone, son adresse courriel professionnelle et un lien vers son portefolio en ligne. « Si jamais vous voulez, je ne sais pas, aller boire un café ou un truc du genre. » Florian adressa un clin d’œil à la jeune femme, puis tourna les talons pour prendre le chemin de la sortie. Une fois sur le pas de la porte du salon, il se retourna vivement : « J’allais oublier ! Merci pour le thé. » Et sur ces mots qui résonnaient d’amusement, Florian quitta la maison de Lizbeth et prit le chemin de son appartement. Malgré lui, il ne pouvait pas s’empêcher de s’inquiéter pour l’enfant. Il ne savait pas ce qu’il avait fait, dans une vie antérieure, pour naître aveugle et se retrouver en plus au cœur d’une telle situation ; la vie n’était pas juste pour tout le monde.

code by lizzou × gifs by tumblr

☾ ☾ ☾ ☾ ☾


keep your eyes wide open
Florian☽ Closing your eyes isn't going to change anything. Nothing's going to disappear just because you can't see what's going on. In fact, things will even be worse the next time you open your eyes.
Revenir en haut Aller en bas
Broken family [ft Florian] [terminé] -
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2 :: Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» Quels sont ces produits MAC que vous avez terminé?
» Suspicion de diabète... c'est pas terminé !
» Logan / James Howlett / Wolverine (Terminée)
» « We are broken, we can't fix it there's no cure for our condition, desperate eyes are staring at me, should be hopeless but we're happy.. »
» e n g e l xxx family is the only thing you have to care about

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: