had some drinks.

 :: BARS
had some drinks. - Mer 14 Fév - 23:06
avatar
Invité
Invité
lola & dante, (aesthetic), (playlist) ► ☾ et lentement, le temps semble lointain. (pause)
ça s’arrête, ça se bloque. tout qui déraille pour imploser en silence. silence qui résonne dans les oreilles. le souffle qui se coupe dans la gorge dès les mots prononcés par le jeune homme. le regard qui se détache, qui se perd dans le vague, dans l’invisible.
juste le temps de quelques secondes – juste le temps de.
revenir en arrière.
d’entendre à nouveau les propos si similaires aux siens. comme une ancienne ritournelle.
et ça résonne, ça saccage les pensées enfantines, si légères. (ça fait mal) ça assombrit le dessin si coloré de la gamine aux cheveux d’or. (ça fait raz-de-marée) les lèvres qui, pendant une micro seconde, retombent. elle en perd son sourire, elle en perd sa lumière. et y a le poids d’un passé lointain qu’elle essaye de ne pas regarder qui alourdit les épaules. le passé, elle essaye de ne pas le contempler le regard plein de regret, de colère. ce passé qu’elle n’oublie pas, mais le passé auquel elle ne pense pas. y penser, le rêver la nuit. ça fait mal. trop mal.
et elle déglutit lola. les paupières qui s’entrechoquent une fois toute en lenteur. les lèvres qui s’épousent dans un rictus lointain.
peut-être bien, oui.
oui. non. peut-être. en effet. jamais.
ça se bouscule à la porte de ce cœur saignant. lola, qui pendant une seconde cligne des yeux avant de se ressaisir. ricane à la phrase. ricane à la vie. (merde) ouais, c’est pas la première fois – ce sera pas la dernière non plus.
lola. c’est lola. c’est juste elle. elle est son bagage ; elle et son passé. elle et cet avenir incertain.
lola, la fille du coin – pourtant, lola, on ne sait pas grand-chose d’elle. juste l’essentiel, ce qu’elle ose donner aux trop curieux sans avoir la certitude qu’elle dit vérité. (secret, mot clé de sa vie trop banale.) relevant alors le regard, elle reprend de plus belle – enchaîne un humour un peu mal placé ; un peu plat. elle préfère se cacher derrière l’histoire d’un con plutôt que de revoir la sienne défilée devant ses prunelles – et il suit le mouvement. (presque soulagée)

poignée de main qui se veut polie, la gamine ose placer un prénom, une identité sur son visage. lola. juste lola qu’elle aurait aimé dire. et ses prunelles se perdent dans les siennes quelques secondes tandis que son prénom semble rouler à la perfection sur sa langue – et y a ce léger sourire qui la perd. un peu trop loin avant de revenir à la réalité. jon qui arrive, les verres qu’elle commande alors qu’elle tente de récupérer un peu de contenance. il est troublant.
arborant un masque de perfection – elle tente de cacher les troubles en son sein. et curieuse, un peu trop. elle demande. curiosité touchée ; elle se demande si c’est un genre ou s'il l’est réellement.
parce que lola, elle a un don pour tomber sur les mauvaises personnes – véritable aimant à problèmes. elle attire les catastrophes comme un papillon de nuit attiré par la lumière.
et lola, elle s’amuse. le coin de ses lèvres qui remontent un peu ; veut-elle vraiment le savoir ? oui, non. elle ne sait pas. elle est curieuse, mais avoir la réponse est autre chose. et y a les traits de son visage qui s’illuminent un peu. sourire presque satisfait sur le visage, le sourcil légèrement relevé alors qu’il lance un clin d’œil. « désireux d’étaler ta vérité ? ronronne-t-elle alors qu’elle croise les bras contre sa poitrine. l’attention toujours tournée vers dante.

quelque chose disparaît. quelque chose change. quelque chose apparaît. sur le visage de dante ; c’est si soudain qu’elle a presque envie de prononcer son prénom. mais il se décide à parler. et lola, elle agrippe ses propres bras avec ses mains. le regard qui se plisse alors que les mots sont lâchés. partie d’histoire révélée à l’inconnue. et lola, elle détache son regard, abaisse le visage. les pulpes pincées dans un rictus apaisé. et elle hoche doucement la tête avant de la relever. éclat de rire qui résonne alors que les mots font bordel dans l’esprit. et elle l’écoute. ne parle pas. elle n’est pas à sa place pour poser de telles questions.
relevant le regard vers l’avant, elle s’aperçoit que les verres sont présentés face à eux. deux verres de shot. avec un un, et un huit. vodka. et eau. léger sourire sur les lèvres, elle se tourne de nouveau vers lui lorsqu’il lui propose un petit jeu. et lola, elle est aux aguets. elle se redresse, soudainement plus intéressée. déposant ses bras sur le rebord du bar, elle calle son menton près de son épaule. regard perçant sur dante. et elle se mord la lèvre inférieure, le sourire joueur placardé sur le visage alors que ses prunelles scintillent. « dante. » ronronne-t-elle ; prénom qui claque contre le palais. fier, dur. « tu ne sais pas à qui tu as affaire. » (oh, toi non plus, lola.)
récupérant les verres, elle les ramène un peu plus proche d’eux. « well lâche-t-elle en lançant un regard vers les verres. l’un est de la vodka. l’autre est de l’eau. oups. qu’elle balance l’air faussement idiot. choose yours. » qu’elle invite. chanceuse qu’elle est – elle risque de tomber sur la vodka pure. « qui pose la première question ? » elle est taquine.
mais lola, elle a cet amour ; cette manie de jouer avec le feu. callant sa main en guise de support sous son menton. « franchise, ou mensonge ? » demande-t-elle – première question détournée, la jeune femme ne sait pas si elle peut faire confiance en ses propos. après tout, il peut s’inventer une vie, comme elle peut le faire aussi.
et lola, elle pourrait embellir son existence. inventer la présence de parents, d’une jolie maison. d’un entourage présent, des études brillantes – faire la bonne fille sous tout rapport.
mais c’est pas ce qu’elle est. gamine pas voulue, pas désirée ; un papa ? ça n'existe pas dans son monde. une maman ? elle est devenue rouge à cause d’elle. un entourage présent ? plaît-il. des études brillantes ? un peu vrai.
une bonne fille sous tout rapport ? mensonge. mensonge. mensonge. elle ne l’est pas, ne l’a jamais été. ne le sera jamais – destinée d’une enfant abandonnée par la vie.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
had some drinks. - Dim 18 Fév - 2:02
avatar
Invité
Invité

had some drinks

lola & dante


started
( a fire )

Dévoilant tout en gardant le mystère. La sirène connaissait le terrain et elle avait beaucoup de plans d'attaques. Pourtant, la créature avait jeté son dévolu sur celui qui était le plus dévastateur, celui qui brisait l'âme en milles morceaux, sans aucunes chances de réparation. Il était taquin, il était connu pour mais, il était rare qu'il décide de tomber dans quelque chose d'aussi sombre. L'ego avait été touché et pour si peu, la demoiselle avait gagné un rendez-vous horrifique avec sa fin. L'abomination ne pense qu'à lui, il ne voit que lui, l'arrogance, son petit plaisir, ce qu'il désir, ce qu'il souhaite. C'est le jeu du plus malin et Dante, pour le moment, avait l'avantage. Exactement tout se déroulait pour le mieux. Il n'y avait aucune raison pour que ce soit l'inverse. Lippes closes affichant cependant un rictus, le regard est défiant, invitant l'amazone à s'amuser un peu avec lui. Dans ces légendes, la demoiselle était le marin et Dante n'était autre que la sirène, accoudé gracieusement au petit bateau de fortune de cette dernière, s'échangeant des paroles, pour finalement n'attendre d'elle, qu'elle passe par dessus bord, pour se faire engouffrer par la baleine tueuse dans les profondeurs des abysses. Un repas de plus, pour celui dont beaucoup pense n'être qu'une légende.

Pourtant il est intrigué, d'une manière malsaine. Ce n'est pas la beauté de son faciès, ni le ton angélique de la demoiselle qui en est la cause. Mais bel et bien, les questions qui entouraient ses fantasmes funestes. Et c'est une mélodie pour ses petites oreilles, lorsque son prénom vient fièrement être prononcé par l'humaine. Alors il admire ces lippes, ce regard scintillant qu'elle aborde mais, qu'il déteste tant et pourtant, il adore l'haïr. Car quand elle le regarde, c'est magique, c'est malsain, c'est mauvais mais, elle ne le sait pas. La bête crie, quémande pour finalement demander son sacrifice. Ça le démange, ça le rend euphorique, l'adrénaline qui monte. Plus, toujours plus, elle le fera, il le sait. L'amazone prend les armes dans son illusion, Dante, lui, la voit plutôt, finalement, commencer à passer sa jambe au dessus de son bateau de fortune. Bientôt. Elle se noiera réellement. Bientôt, il y en aura une nouvelle. Son sourire carnassier, ce petit mouvement de tête dont seul lui en avait le secret, son geste qui est sa signature, celui qui ne voulait dire qu'une chose. Ô le monstre était satisfait, ravi même.

Il jette un oeil sur ces nouveau verres, ceux qu'elle avait il y a quelque secondes auparavant, commandée. Les deux liquides se ressemblant et pourtant, il ricane ; de l'eau. Souhaitait-elle mettre fin à cette beuverie nocturne ? Si c'était le cas, qu'il en soit ainsi, contrairement aux humains, il n'avait pas besoin d'user d'alcool pour faire parler ou agir sa cible. Il était l'alcool, la drogue, celle qui malheureusement, se voyait être fatale pour tout ceux qui s'en accommodaient après un mauvais jugement. D'un geste de son visage, il désigne l'alcool pour lui, souriant. Il allait débuter la danse à sa question mais, la demoiselle le devance et d'un regard sur le côté, il pouffe une nouvelle fois un rire, abaissant son faciès pour finalement le relever, haussant les épaules. « Les deux ? Dit-il, mimant un instant de réflexion sur son visage avant de déposes ses pupilles sur sa compagne de beuverie. Je suis obligé de choisir entre les deux ? Demande la bête, d'un ton taquin avant de passer sa langue délicatement sur ses lippes. Après tout, nous, humains, avons beaucoup de mal à ne jamais dire de mensonges, c'est dans notre nature, ne jamais faire confiance aux autres, Lola, on te l'a jamais apprit ? » Finit-il par dire accompagné d'un clin d'oeil, déviant la réponse attendue. Il n'était pas assez idiot pour dire qu'il allait être franc, personne ne l'était, même les humains avaient leurs masques et certains, étaient tout autant monstrueux que les monstres qui courraient les rues de Rome ou bien même, de la terre. La regardant, intrigué, il laisse parcourir ses yeux de haut en bas. A la recherche d'une possible question. « Tu connais un peu les religions du passé ? Curiosité, après tout, ce n'étaient plus que des légendes à l'heure actuelle et il était très rare de croiser des personnes qui avaient une connaissance dans ce domaine, à part les dieux primaires, les autres étaient oubliés. Si tu pouvais choisir, qui serait la déesse que tu voudrais être ? » A ses premiers pas sur la terre, il se souvient encore lorsqu'il devait se fondre dans la masse, apprendre la culture, l'histoire de cette terre qui l'avait accueillit mais surtout, de ces êtres qu'il méprise tellement maintenant. Il a toujours été passionné par ces supposés dieux, il avait tout apprit, nordiques, grecs ou romains, il aimait lire après tout.
RIGOR MORTIS
Invité
Revenir en haut Aller en bas
had some drinks. - Lun 19 Fév - 20:35
avatar
Invité
Invité
lola & dante, (aesthetic), (playlist) ► ☾ les pensées font désordre – elles vont, elles s’en vont. s’envolent, retombent. jamais très loin cependant. toujours attirées par sa lumière. elles sont ancrées en elle à l’encre de chine indélébile – presque gravées au rouge carmin. ça se tourne, retourne – c’est incessant. il n’y a pas de temps calme ; c’est toujours carnage, toujours entêtant. toujours. ça tourne en boucle ; remise en place incessante. gamine à l’attache difficile. qui n’appartient à rien. un grain de poussière infime dans l’univers – mais lola. elle n’a pas le droit de se plaindre ; droit retiré volontairement. parce que se plaindre ne fait rien avancer ; n’aides en rien.
le regard qui se détache de dante pour quelques secondes, c’est tout de même un sourire un peu paumé qui se dessine sur ses lèvres. les pupilles qui se perdent sur les environs, sur le bar. sur le monde – occupés, pressées. ça dégouline de stupidité, de faux-semblants. ça ment comme ça respire et lola, elle est aussi de ces gens ; mais la gamine ne s’avoue pas menteuse, elle se dit juste secrète. secrète d’un passé, d’une histoire, d’une vie qu’elle ne crie pas sous tous les toits. gamine du coin, l’insolente du garage ; c’est tout ce qu’on sait d’elle et ça lui convient très bien. alors lola, elle est gonflée d’orgueil lorsqu’elle pose sa question. qu’elle exige une réponse alors qu’elle cachera sa vérité à coup de verres et de sourires charmeurs. ne rien dire, ne rien révéler. telle est l’erreur faite une fois par le passé. unique et dernière fois. la mâchoire qui se contracte légèrement rien qu’à ce souvenir. et elle s’arrache, soupir qui s’échappe de ses lèvres – s’insultant de se perdre dans son esprit.
se tournant de nouveau vers dante, elle a les pulpes anciennement rouges qui arborent un rictus indescriptible ; qui murmure un fait comme tu le sens. et lola, elle secoue légèrement la tête, les sourcils, un peu froncés, une moue faussement outrée. « personne ne t’oblige, tu choisis ce que tu veux. » qu’elle lâche en haussant les épaules. et lola, elle reste captive de ses lèvres ; pupilles qui se dilatent instinctivement avant de se chasser des pulpes – elle se racle la gorge, l’écoute attentivement, boit ses paroles avant de sourire franchement. prise de court par les mots employés – et lola, elle se pose trop de questions. dépose de nouveau son coude sur le bar alors qu’elle appuie sa tempe contre ses doigts. muscle rosâtre qui s’amuse à passer le long de sa pulpe inférieure. et lola, elle scrute avec douceur les traits de son visage, essaye de chercher des réponses à ses questions. et la gamine, elle ouvre la bouche avant de la refermer, les mots qui semblent bloqués ; les paroles qui veulent rester silencieuses. et elle inspire doucement. « mensonge, nature, ne jamais faire confiance aux autres. qu’elle énumère doucement ; plus pour elle que pour lui. et lola, elle renifle un peu. dans quel monde as-tu vécus dante, pour voir le monde de cette façon ? » demande-t-elle dans un murmure, replongeant ses iris dans les siennes. avant de. de se rendre compte qu’elle dépasse les limites et elle se bouffe les lèvres, se redresse, détourne le visage se racle une nouvelle fois la gorge. passe une main dans ses cheveux nerveusement avant d’attraper l’élastique autour de son poignet et d’attacher ses cheveux en une queue-de-cheval haute. et elle hausse les épaules lola ; s’affaire a autre chose. lola, elle ne possède guère de regrets quant à cette période nommée l’adolescence. où elle s'est prise de nombreuses claques par la vie ; par les gens. « tout dépend du point de vue. » qu’elle laisse entendre.
parce que cacher n’est pas mentir ; faire confiance est quelque chose de difficile pour la gamine ; car, même-elle, elle ne se fait pas confiance ; elle pense une chose, en fait une autre. se dit ça, ressent ça. lola, elle se contredit sans cesse –
elle hoche la tête. religions du passé … soudainement intéressée, elle écoute. un sourire un peu idiot, un peu heureux qui se dessine sur ses lèvres et la question est étalée – quelle déesse. « oh. souffle-t-elle alors qu’elle se laisse noyée dans ses pensées, dans son savoir. lola aux mille ouvrages ; lola qui aime lire. passionnée du passionnant. hm. j’dirais. » et elle cherche, pas trop longtemps. juste le temps de.
que son regard se perde dans le vide, s’illumine d’une étincelle, que le palpitant amorce une accélération avant de prononcer le doux nom de « séléné. » parce que lola, elle rêve de regarder la lune sans la craindre ; lola, elle rêve d’admirer l’astre lunaire à son plus bel apogée sans sentir son être se déchirer de toute part – « ouais. elle. » qu’elle souffle, rêveuse. et elle relève son regard l’enfant. « et toi ? » question posée par l’innocence, le ton plus doux qu’au début.
mais très vite, l’innocence fait place au voile de la tristesse. lola, elle ne baignera jamais sous les halos de l’astre lunaire. c’est ainsi, c’est un fait. et elle ne sait pourquoi –
et elle hume doucement, cherche une question à poser – refuse de poser les banalités. « dante hm. qu’elle ronronne du bout de la langue avant de se bouffer la lèvre inférieure. que penses-tu là, maintenant ? » laisse-t-elle entendre ; le regard joueur.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
had some drinks. -
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2 :: Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: