"Les cauchemars ne sont en fait que des rêves, en plus réalistes" Dimitri Vallat

 :: HABITATIONS
"Les cauchemars ne sont en fait que des rêves, en plus réalistes" Dimitri Vallat - Dim 28 Jan - 20:06
avatar
sorciers
sorciers


EFFIGIE : Adelaide Kane
BAFOUILLES : 101
PACTE : 23/01/2018


OSSATURE : 27 ans / La cinquantaine
CONTRAT : Elle est célibataire. Autrefois dans une relation ambiguë avec un suceur de sang. Depuis deux ans, elle ne veut plus en entendre parler.
BESOGNE : Valse entre ses contrats de sorcière et ses activités d'écrivaine sous le pseudonyme de Silver Moon
ÉCHINE : Sorcière noire souillée par du sang de vampire
PRESTIGE : Elle est la façonneuse et la créatrice de vos pires cauchemars. Elle est le poison qui s'infiltre dans votre inconscient et sonde vos pensées au moment où vous êtes le plus vulnérable: dans votre sommeil.
GANG : Si autrefois, elle se vouait corps et âme à son clan et à sa famille, il en est tout autre depuis sa contamination. Aujourd'hui, ils veulent sa perte. Elle, elle veut vivre.
CREDIT : les roses noires & Pando
"Les cauchemars ne sont en fait que des rêves, en plus réalistes"

Dimitri Vallat
Némésis ft. Florian

Deux heures du matin, cachée dans une ruelle seulement éclairée que de quelques bougies, Némésis était assise sur une caisse. Le dos reposant sur une autre, elle semblait dormir quand, tout à coup, elle rouvrit les yeux.
Mission accomplie.
Sa cible du jour fera des cauchemars dignes des plus grands classiques de films d'horreur.

Elle se releva, laissant ses pieds reposer par terre, elle éteignit ses bougies chargées de l'éclairer tandis qu'elle prononçait son sort à voix haute. Son matériel rangé, elle prit le chemin de son habitation du jour.
Sortant de la ruelle dans une grande avenue éclairée comme si on était en plein jour, la sorcière des cauchemars observait la vie de Rome. Evidemment, les seuls dehors à cette heure étaient quelques créatures préférant sortir la nuit et quelques touristes rentrant d'une soirée arrosée - ou changeant d'endroit pour faire la fête jusqu'au levé du soleil!

Tandis qu'elle marchait à la recherche, éventuellement, d'un taxi; n'ayant aucune envie de déambuler par une heure aussi tardive, elle repensait à sa cible qui devait être en train de gémir de terreur dans son cauchemars. Il s'agissait d'un homme ayant trompé sa femme...Cette dernière l'ayant appris avait voulu lui faire payer d'une manière...Originale en faisant appel à quelqu'un manipulant la sorcellerie sombre. Némésis avait accompli sa mission mais elle devait bien s'accorder qu'elle trouvait cette réaction puérile au possible!  Pourquoi ne pas en parler calmement avec le fautif au lieu de gaspiller de l'argent pour une vengeance? L'homme devait être en train de passer un mauvais quart d'heure avec la version onirique de son amante.
Bref! Elle avait accompli son boulot. Elle irait retrouver sa cliente demain pour chercher le reste de la somme promise. N'y pensons plus.



Tout d'un coup, elle fut ôtée de ses pensées par une sensation désagréable. Elle avait terriblement soif...Pas la soif classique quand on a envie de boire un coup pour se détendre ou se désaltérer! Une soif...De sang. Portant sa main au cou, elle réprima un juron. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait plus eu de crises aussi violentes! Elle devait quitter le quartier des habitations avant que ses pouvoirs s'emballent et fassent cauchemarder l'ensemble des habitants!
Elle utilisa la force qui lui restait - la sorcellerie l'ayant déjà fatiguée - et se mit à marcher plus vite, bousculant quelques personnes tellement éméchées qu'elles n'y prêtèrent même pas attention. Un taxi, vite! Elle regarda sa main, précédemment sur sa gorge, qui était prise de tremblements intempestifs. Bientôt, tout son corps se mit à trembler aussi bien qu'elle ne fut plus capable de marcher et n'eu d'autre choix que de se diriger vers une ruelle déserte en attendant que la crise passe.

Heureusement, il y avait un escalier de secours et elle pu se cacher dans la cage tandis qu'il se mettait à pleuvoir. 'Tain! Il ne manquait plus qu'ça! Pensa t'elle. Tandis que la tête commençait à lui tourner et à sentir sa magie perdre pied, elle mit sa tête entre ses genoux en se marmonnant des "calme-toi, ça va aller!...Tu en as vu d'autres...Tu peux tenir...Ne l'appelle pas. Ne l'appelle pas!" et ainsi de suite pendant plusieurs minutes. La crise se calma petit-à-petit mais elle resta dans un état second aussi bien qu'elle ne prêta plus attention au monde qui l'entourait.
made by black arrow

☾ ☾ ☾ ☾ ☾
T'es mon coté cœur et mon coté corps. Tu sais me mettre à terre ou en tord... Ça ma fierté ne le conçoit pas, voilà pourquoi je te hais de tout mon chakra! Donc je te fusilles par folie, je te fusilles par amour. Cette guerre qui nous unis, je la ferais jusqu'au bout
©️Pando
Revenir en haut Aller en bas
"Les cauchemars ne sont en fait que des rêves, en plus réalistes" Dimitri Vallat - Mar 30 Jan - 4:17
avatar
sorciers
sorciers


EFFIGIE : Douglas Booth.
BAFOUILLES : 218
PACTE : 02/01/2018


OSSATURE : Premier quart de siècle fraîchement atteint.
CONTRAT : Coeur qui n'a encore jamais battu d'amour, garçon persuadé qu'il ne le vivra jamais. Avide de regards fascinés et de caresses-louanges, Florian, trop vite las, subit son célibat.
BESOGNE : « “Sometimes I lie awake at night, and I ask, 'Where have I gone wrong'. Then a voice says to me, 'This is going to take more than one night.” » Illustrateur de bouquins pour gamins qui ne se vendent pas très bien ; vient de perdre son poste de libraire qui lui permettait de se nourrir.
ÉCHINE : Il y a dans ses veines une magie tirant sa puissance des étoiles et du temps. Les danses et les drogues hallucinogènes dominent les classiques incantations. Magie associée aux charlatans, mais celle à laquelle il se donne corps et âme. (chamanisme)
PRESTIGE : Le futur murmure à ses oreilles des fables que lui seul entend. Insidieux, il tache de ses desseins parfois troublants les carnets de l'artiste.
GANG : Coven Heracleum.
CREDIT : DΛNDELION (avatar). Astra (signa). DΛNDELION (icons).


Les cauchemars ne sont en fait que des rêves, en plus réalistes.
Florian & Némésis

«I may not have gone where I intended to go, but I think I have ended up where I needed to be.»

Nous étions au centre de la ville, mais un calme étonnant régnait sur la rue. Quelques voitures percèrent parfois le silence, quelques âmes tranquilles foulèrent de temps en temps les trottoirs, traînant sur leur dos la méfiance que le crépuscule avait apportée avec lui. C’était une nuit de semaine et de gros nuages inquiétants, vers lesquels Florian jeta un regard, cachèrent la lueur de la lune. Le di Rosa grommela vaguement ; il n’avait pas apporté son parapluie. Il se décida finalement à pousser la lourde porte et, lorsqu’il sortit du bâtiment, la fatigue qui guettait dans l’ombre lui sauta dessus. Ses paupières lourdes ne demandaient que son lit et ses iris ne portèrent pas attention à la ville qui se dévoilait devant lui dans toute sa splendeur nocturne. Le jeune homme vérifia l’heure sur son portable. Une heure du matin ; il n’y avait plus de métro à cette heure-là. Le comble : il avait oublié son porte-monnaie. Retenant son exaspération, Florian conclut qu’il devrait marcher jusqu’à chez lui – il en avait à peu près pour deux heures et cela ne l’enchantait pas particulièrement. À un feu rouge, il prit le temps de dénouer ses écouteurs et de les blottir au creux de ses oreilles. La ville prit immédiatement une toute autre allure et sa promenade lui semblait moins pénible. La bulle qu’il se forgea, le rendant insensible aux gens étranges qu’il croisait parfois, lui permit de réfléchir un peu : l’envie de dessiner l’animait, mais à un point tel qu’elle en devenait insoutenable. Son pas s’accéléra et ses paumes devinrent moites. Il savait ce qui s’annonçait : une prémonition. Lorsque le futur venait chuchoter à son oreille, l’impatience et le manque le torturaient lentement. Il aurait pu s’arrêter et sortir son carnet à croquis, mais il sentait quelques petites gouttes subtiles lui tomber sur le nez. Ennuyé par les rues qui devenaient de plus en plus résidentielles, le sorcier s’enfonça dans une ruelle un peu glauque. Ainsi, il zigzagua entre les différentes allées qui s’offraient à lui, tombant parfois nez à nez avec un chat ou un sans-abri. Ce n’était pas les rencontres qu’il espérait, mais il savait s’en contenter. S’il avait été plus tôt, vers vingt-et-une heures ou vingt-deux heures, il aurait probablement continué à emprunter les rues résidentielles pour zyeuter à travers les fenêtres. Il aimait assister aux bribes des vies que menaient les autres, s’imaginer comment ils pouvaient être seulement en voyant de quoi avait l’air leur salon… C’était dérangeant, mais il s’en fichait.

Soudainement, la pluie se mit à tomber plus fort. Les grosses gouttes ressemblaient à d’épaisses cordes et Florian, malgré l’embêtement, appréciait l’odeur de l’asphalte sous la pluie. Bien qu’il aurait pu marcher plus vite, il ne le fit pas : quelques minutes après la tombée, il était déjà bien trempé ; quelques gouttes de plus ou de moins n’y changeraient pas grand-chose. Dans le pire des cas, il tomberait malade, mais il aimait être dorloté par ses sœurs. Les mains dans les poches et le regard au sol, il poursuivit son chemin, chantonnant vaguement au rythme de la musique. Sa voix s’heurtait aux murs des bâtiments, l’englobant dans sa propre solitude. Mais lorsqu’il leva les yeux, quelque chose attira son attention : sous une cage d’escaliers, il y avait une silhouette. Elle lui paraissait repliée sur elle-même et, s’il avait pu supposer qu’il s’agissait d’un sans-abri parmi tant d’autres, l’aspect fin et délicat de cette ombre l’en fit douter. Florian dériva vers la cage d’escaliers. Lorsqu’il arriva à sa hauteur, il se pencha, une main appuyée sur le métal froid. Il retira un de ses écouteurs.. « Êtes-vous okay ? », demanda-t’il en l’observant autant que la noirceur lui permit. Furtivement, il posa ses prunelles sur la rue qui se présentait à quelques pas de là. C’était une rue principale, alors même à cette heure, des gens passaient encore. Personne ne s’arrêtait ; peut-être que personne d’autre ne l’avait vue. Il soupira, laissant la rumeur des voitures se mêler à la voix qui sortait de son écouteur. Celle qui se tenait non-loin de lui paraissait assez jeune. Une vingtaine d’années, peut-être ? Il ne comprenait pas ce qu’elle pouvait bien faire là, mais elle ne semblait pas dans un état normal et il supposa qu’il devait s’agir d’une affaire de drogue ou d’une fugueuse apeurée. « C'est pas très prudent de rester ici toute seule, à cette heure. J'peux appeler quelqu’un pour vous si vous voulez.» Il lui désigna rapidement son téléphone. Il en profita pour arrêter sa musique et ranger ses écouteurs.

(c) DΛNDELION

☾ ☾ ☾ ☾ ☾


keep your eyes wide open
Florian☽ Closing your eyes isn't going to change anything. Nothing's going to disappear just because you can't see what's going on. In fact, things will even be worse the next time you open your eyes.
Revenir en haut Aller en bas
"Les cauchemars ne sont en fait que des rêves, en plus réalistes" Dimitri Vallat - Mer 31 Jan - 21:58
avatar
sorciers
sorciers


EFFIGIE : Adelaide Kane
BAFOUILLES : 101
PACTE : 23/01/2018


OSSATURE : 27 ans / La cinquantaine
CONTRAT : Elle est célibataire. Autrefois dans une relation ambiguë avec un suceur de sang. Depuis deux ans, elle ne veut plus en entendre parler.
BESOGNE : Valse entre ses contrats de sorcière et ses activités d'écrivaine sous le pseudonyme de Silver Moon
ÉCHINE : Sorcière noire souillée par du sang de vampire
PRESTIGE : Elle est la façonneuse et la créatrice de vos pires cauchemars. Elle est le poison qui s'infiltre dans votre inconscient et sonde vos pensées au moment où vous êtes le plus vulnérable: dans votre sommeil.
GANG : Si autrefois, elle se vouait corps et âme à son clan et à sa famille, il en est tout autre depuis sa contamination. Aujourd'hui, ils veulent sa perte. Elle, elle veut vivre.
CREDIT : les roses noires & Pando
"Les cauchemars ne sont en fait que des rêves, en plus réalistes"

Dimitri Vallat
Némésis ft. Florian

Plusieurs minutes ou plusieurs heures passèrent tandis que Némésis restait prostrée sous cette cage d'escaliers. Petit-à-petit sa soif diminuait mais elle ne se sentait pas encore capable de reprendre sa route. Déjà parce qu'elle ne sentait plus aucune force dans ses membres et surtout qu'elle craignait d'avoir une recrudescence de sa crise.

L'esprit embrouillé, elle ne pu l'empêcher de se replonger dans ses souvenirs... Pire que tout les cauchemars dont elle était la créatrice. Il y a deux ans, Blanche, ou - plutôt - Némésis,
avait connu un des pires jours de sa vie.
Cela devait être une mission de routine. Une de celles dont elle avait l'habitude où elle se plongeait elle-même dans un cauchemars pour effrayer encore plus sa cible... Némésis n'avait pas prévu que la proie du jour avait une "telle force mentale"...Car ce simple humain, en se défendant, avait retourné la force de Némésis contre elle et, blessée dans le cauchemars, elle l'était aussi dans la réalité. Revenue dans le monde réel, elle était en train de mourir, se vidant de son sang à cause d'une plaie recouvrant tout son torse. Pour la sauver, Aiden lui avait donné son sang. Elle avait cicatrisé plus vite que la normale mais, en faisant ça, il avait contaminé son sang de sorcière. Un sang, dont les origines étaient lointaines, était souillé. Si ce n'était que ça le problème. Mais non. Sa famille désirait sa mort car elle n'était plus une sorcière de pure race. Ce sang impur qui coulait dans ses veines grignotaient ses pouvoirs et les rendaient instables - comme présentement. Le pire? C'est qu'en corrompant ses pouvoirs, le fluide vital d'Aiden consumait sa vie comme un feu.   En résumé, il avalait son existence. Elle ne savait quand précisément mais Némésis allait mourir. Pourquoi fuyait-elle ses poursuivants alors? Elle n'en savait rien! Si ce qui vivait en elle devait la tuer...Maintenant ou plus tard, où était la différence?...Mais elle voulait vivre. Malgré tout, tout ce qu'elle avait fait subir ou subit elle-même, elle voulait vivre.

Il n'y avait qu'un moyen de la sauver: qu'elle accepte la transformation complète. Qu'elle accepte enfin de devenir un vampire.

Mais elle ne pouvait ni se résoudre à abandonner son héritage familial, ni à pardonner à Aiden ce qui lui avait fait. Elle savait qu'il voulait simplement la sauver, qu'il tenait à elle d'une certaine manière mais il l'avait privée des deux choses les plus importantes pour elle: l'amour/reconnaissance de sa famille et ses pouvoirs. Elle avait définitivement perdu le premier et le deuxième... Il s'échappait entre ses doigts. Se transformer, s'était pardonné et dire au monde ce que Aiden Ludwig lui avait fait et sa fierté de sorcière le lui interdisait. Sans compter ce que son éducation matriarcale lui avait enseigné... C'est toi qui décide.
Ne laisse jamais un homme te dicter ta conduite... Même si c'est ton père, ton frère, ton mari ou ton souverain!
Cette voix...C'était celle de sa mère! Elle l'avait guidée tout ce temps... Avant de se retrouver souillée, c'était à elle: Blanche Blackstone "Némésis" l'héritière. Elle aurait du reprendre les rennes de sa famille à la suite du décès de sa génitrice. Ce qui lui était arrivé - il y a deux ans - avait enterré ce futur radieux et, maintenant, c'était Rosemonde Blackstone, sa cadette, qui l'avait remplacée.


Dans ses pensées, elle ne remarqua même pas qu'une ombre s'était approchée d'elle. « Êtes-vous okay ? » Il lui fallu quelques secondes pour réaliser qu'on lui parlait et encore plus pour trouver l'énergie à redresser la tête. Sa vue brouillée, n'en parlons pas! Mais l'ombre semblait prendre de la couleur et elle reconnu, aidée par la voix, une forme masculine. Elle entendait la musique qui s'échappait des écouteurs mais ne reconnaissait pas le son. En revanche, elle capta de l'inquiétude dans cette voix bienveillante. Il était venu la voir là où d'autres la prenait pour une sans-abri toxicomane en manque. « C'est pas très prudent de rester ici toute seule, à cette heure. J'peux appeler quelqu’un pour vous si vous voulez.» Appeler quelqu'un? D'un geste félin et vif, elle attrapa le téléphone de l'inconnu et l'emprisonna dans sa main. Elle avait du mal à respirer! Génial! Une crise d'hyperventilation se rajoutait à ses symptômes déjà présents! Elle se força à se calmer et dit, tremblante: Non. N'appelez...personne! Pas les secours...Il n'y a personne à appeler! Super, elle devait avoir l'air d'une tarée!
made by black arrow

☾ ☾ ☾ ☾ ☾
T'es mon coté cœur et mon coté corps. Tu sais me mettre à terre ou en tord... Ça ma fierté ne le conçoit pas, voilà pourquoi je te hais de tout mon chakra! Donc je te fusilles par folie, je te fusilles par amour. Cette guerre qui nous unis, je la ferais jusqu'au bout
©️Pando
Revenir en haut Aller en bas
"Les cauchemars ne sont en fait que des rêves, en plus réalistes" Dimitri Vallat - Mer 7 Fév - 0:24
avatar
sorciers
sorciers


EFFIGIE : Douglas Booth.
BAFOUILLES : 218
PACTE : 02/01/2018


OSSATURE : Premier quart de siècle fraîchement atteint.
CONTRAT : Coeur qui n'a encore jamais battu d'amour, garçon persuadé qu'il ne le vivra jamais. Avide de regards fascinés et de caresses-louanges, Florian, trop vite las, subit son célibat.
BESOGNE : « “Sometimes I lie awake at night, and I ask, 'Where have I gone wrong'. Then a voice says to me, 'This is going to take more than one night.” » Illustrateur de bouquins pour gamins qui ne se vendent pas très bien ; vient de perdre son poste de libraire qui lui permettait de se nourrir.
ÉCHINE : Il y a dans ses veines une magie tirant sa puissance des étoiles et du temps. Les danses et les drogues hallucinogènes dominent les classiques incantations. Magie associée aux charlatans, mais celle à laquelle il se donne corps et âme. (chamanisme)
PRESTIGE : Le futur murmure à ses oreilles des fables que lui seul entend. Insidieux, il tache de ses desseins parfois troublants les carnets de l'artiste.
GANG : Coven Heracleum.
CREDIT : DΛNDELION (avatar). Astra (signa). DΛNDELION (icons).


Les cauchemars ne sont en fait que des rêves, en plus réalistes.
Florian & Némésis

«I may not have gone where I intended to go, but I think I have ended up where I needed to be.»
Plus les secondes passèrent, plus le bruit des voitures lui paraissaient lointain. Ce n’était pas bon signe ; il allait probablement devoir se taper le reste du chemin avec une migraine de tension insupportable. La pluie qui cognait sur sa tête et l’air trop frais pour la simple veste qu’il portait jouait contre lui. Mais comme il s’était embarqué dans une telle intervention, il ne pouvait pas partir tout simplement et la laisser derrière ; il n’aurait probablement pas apprécié qu’on le fasse à une de ses sœurs et considérant que le karma ne jouait pas toujours dans son camp… Les sourcils froncés et les yeux ronds comme des pièces de monnaies, Florian regarda son téléphone décamper de ses mains. Le choc le laissa immobile, incapable de se précipiter pour le récupérer. L’état dans lequel elle semblait lui avait fait croire qu’elle était incapable de bouger.  Le sorcier inspira longuement tout en regardant autour de lui. Il s’accroupit pour être à la hauteur de la jeune femme. « Je n’appellerais personne, calmez-vous. », murmura-t’il d’une voix calme et douce. Il ne savait pas réellement quoi faire, au-delà des notions théoriques qu’il avait apprises en cours (et qui n’avaient rien à voir avec l’expérience réelle), dans une telle situation, lui qui se tenait loin des crises de panique et autres manifestations du genre lorsqu’elles se produisaient chez de purs inconnus. Florian pensa fort pour essayer d’imaginer ce que sa mère aurait fait à sa place. Elle l’aurait pris dans ses bras, l’aurais probablement bercé en flattant ses cheveux comme s’il était encore un enfant. Mais ce n’était pas la manière dont on traitait une inconnue. Il osait à peine poser une main sur son épaule, puisqu’il ne savait pas comment elle réagirait. Le jeune homme se mordilla la lèvre inférieure avant de se lancer :  « Inspirez lentement et longuement puis  expirez de la même manière, d’accord ? » Il savait bien que c’était plus facile à dire qu’à faire, mais il ne pouvait simplement pas rester là, les bras croisés, à la regarder paniquer. Ce qu’il craignait, cependant, c’était qu’elle se mette à angoisser encore plus en essayant de respirer comme il le lui conseillait. En espérant détendre l’atmosphère, Florian mima, exagérément et en accéléré, la consigne qu’il lui avait donnée, ce qui lui donna l’air d’un gros poisson qu’on avait probablement sortit de son aquarium. À l’instant même, l’envie de rejoindre son lit au plus vite le gagna solidement.
(c) DΛNDELION

☾ ☾ ☾ ☾ ☾


keep your eyes wide open
Florian☽ Closing your eyes isn't going to change anything. Nothing's going to disappear just because you can't see what's going on. In fact, things will even be worse the next time you open your eyes.
Revenir en haut Aller en bas
"Les cauchemars ne sont en fait que des rêves, en plus réalistes" Dimitri Vallat - Jeu 8 Fév - 20:49
avatar
sorciers
sorciers


EFFIGIE : Adelaide Kane
BAFOUILLES : 101
PACTE : 23/01/2018


OSSATURE : 27 ans / La cinquantaine
CONTRAT : Elle est célibataire. Autrefois dans une relation ambiguë avec un suceur de sang. Depuis deux ans, elle ne veut plus en entendre parler.
BESOGNE : Valse entre ses contrats de sorcière et ses activités d'écrivaine sous le pseudonyme de Silver Moon
ÉCHINE : Sorcière noire souillée par du sang de vampire
PRESTIGE : Elle est la façonneuse et la créatrice de vos pires cauchemars. Elle est le poison qui s'infiltre dans votre inconscient et sonde vos pensées au moment où vous êtes le plus vulnérable: dans votre sommeil.
GANG : Si autrefois, elle se vouait corps et âme à son clan et à sa famille, il en est tout autre depuis sa contamination. Aujourd'hui, ils veulent sa perte. Elle, elle veut vivre.
CREDIT : les roses noires & Pando
"Les cauchemars ne sont en fait que des rêves, en plus réalistes"

Dimitri Vallat
Némésis ft. Florian

« Je n’appellerais personne, calmez-vous. » La voix masculine - lui confirmant que c'était bien un homme qui l'avait trouvée dans ce bien piètre état; avoir le sens de la vue brouillé n'aidant pas - n'était ni agressive ni autoritaire. Elle était plutôt calme et douce comme celle d'un grand frère à son cadet. A cette pensée, Némésis pensa à Rem son frère aîné ayant fuit le domicile familial dès que son âge ne fut plus un obstacle. A cette pensée, elle eu un pincement au cœur. Elle savait pourquoi son frère était parti...A vrai dire, tout le monde le savait mais la simple mention du nom de Rem Blackstone était devenue tabou, le jeune homme étant un traître et un être inférieur aux yeux de leur système matriarcal.
Il avait fui parce qu'on lui avait refusé l'apprentissage de la sorcellerie. Où était-il désormais? Si il était encore en vie, il devait avoir 55 ans... Ou pas loin! Les mathématiques, c'étaient pas son truc...

Le jeune homme en face d'elle garda le silence tandis qu'elle forçait ses doigts à se défaire autour du téléphone de cet inconnu, rassurée du fait qu'il n’appellerait personne. Si il l'avait fait, il aurait appelé une ambulance et sa famille aurait tôt fait de retrouver sa trace. Une jeune femme brune faisant une crise proche de celle de manque, cela ne passait guère inaperçu même dans une grande ville comme la Cité Éternelle qu'était Rome. Elle n'était pas en position de se défendre....Et encore moins de refuser de l'aide.

Son interlocuteur ne risquait rien...Enfin, normalement. C'était du sang d'Aiden qu'elle était en manque pas du premier venu! A la pensée de son ancien ami et amant, elle crispa la mâchoire, les yeux révulsés. Il avait gâché sa vie! De sorcière crainte et respectée vu comme une des meilleures, elle était passé de paria, rebut de la société des sorciers, qui fallait chasser pour "le bien commun". Si il l'avait laissée mourir...On aurait dit qu'elle était morte en faisant son devoir...Un bien triste devoir mais une tâche qu'elle voyait comme "noble". « Inspirez lentement et longuement puis  expirez de la même manière, d’accord ? » Au ton de sa voix, elle devina qu'il ne savait pas où se mettre. Elle sentait ses doigts autour de ses bras et ses épaules comme si il n'osait pas la toucher par peur de se brûler...Elle ricana en pensant qu'heureusement ce n'était pas le feu qu'elle manipulait. Vu son mal, Némésis aurait réduit le quartier en cendre avant l'aube! Une nouvelle sensation de soif lui enserra la gorge et elle plaqua sa main libre sous celle-ci. Puis, sans savoir pourquoi, entre deux sursauts respiratoires, elle lâcha: Je m'appelle Némésis... puis elle s'évanoui, le front le premier sur le torse de l'inconnu...
made by black arrow

☾ ☾ ☾ ☾ ☾
T'es mon coté cœur et mon coté corps. Tu sais me mettre à terre ou en tord... Ça ma fierté ne le conçoit pas, voilà pourquoi je te hais de tout mon chakra! Donc je te fusilles par folie, je te fusilles par amour. Cette guerre qui nous unis, je la ferais jusqu'au bout
©️Pando
Revenir en haut Aller en bas
"Les cauchemars ne sont en fait que des rêves, en plus réalistes" Dimitri Vallat - Mer 28 Fév - 15:18
avatar
sorciers
sorciers


EFFIGIE : Douglas Booth.
BAFOUILLES : 218
PACTE : 02/01/2018


OSSATURE : Premier quart de siècle fraîchement atteint.
CONTRAT : Coeur qui n'a encore jamais battu d'amour, garçon persuadé qu'il ne le vivra jamais. Avide de regards fascinés et de caresses-louanges, Florian, trop vite las, subit son célibat.
BESOGNE : « “Sometimes I lie awake at night, and I ask, 'Where have I gone wrong'. Then a voice says to me, 'This is going to take more than one night.” » Illustrateur de bouquins pour gamins qui ne se vendent pas très bien ; vient de perdre son poste de libraire qui lui permettait de se nourrir.
ÉCHINE : Il y a dans ses veines une magie tirant sa puissance des étoiles et du temps. Les danses et les drogues hallucinogènes dominent les classiques incantations. Magie associée aux charlatans, mais celle à laquelle il se donne corps et âme. (chamanisme)
PRESTIGE : Le futur murmure à ses oreilles des fables que lui seul entend. Insidieux, il tache de ses desseins parfois troublants les carnets de l'artiste.
GANG : Coven Heracleum.
CREDIT : DΛNDELION (avatar). Astra (signa). DΛNDELION (icons).


Les cauchemars ne sont en fait que des rêves, en plus réalistes.
Florian & Némésis

«I may not have gone where I intended to go, but I think I have ended up where I needed to be.»
Sincèrement, il espérait qu’il ne s’agissait que d’une petite crise d’angoisse qui finirait par cesser aussi vite qu’elle avait débutée, mais il perdit tout espoir lorsque Nemesis serra sa propre gorge. Il ne comprenait absolument pas ce qu’il se passait, mais c’était à ce moment là que la réalité le happa encore et qu’il constata dans quelle merde il s’était embarqué, surtout en lui promettant de n’appeler personne. L’inquiétude, soudainement, fit place à une seule et unique envie : celle de rentrer chez lui au plus vite et de se blottir dans ses draps. Lui-même s’étonnait de la rapidité avec laquelle ses émotions s’étaient mutées en quelque chose de tout de suite plus égoïste. Ses veines pulsaient contre ses tempes et un sifflement persistant s’installa dans ses oreilles, noyant le bruit de la pluie et des voitures. C’était la première fois qu’il regrettait réellement son besoin d’aider les gens autant que possible lorsque c’était nécessaire, mais il n’y pouvait vraiment rien : tout n’était qu’un cocktail bâtard de mauvaises circonstances. L’heure tardive, la marche qui l’attendait pour rentrer chez lui, la pluie qui tombait encore à grosses gouttes tièdes… Même s’il avait promis de n’appeler personne, il regarda son téléphone et, après un moment d’hésitation, il commença subtilement à composer le numéro des urgences. Mais au moment où son doigt pressa le dernier numéro il sentit son corps lourd s’effondrer sur le sien qui, accroupit, chuta à son tour. Comme un réflexe indésirable, sa main lâcha son téléphone qui se noya dans une flaque d’eau.

Les yeux grands ouverts, Florian observa la femme inerte et balaya rapidement du regard les alentours. Il ne semblait y avoir aucun témoin. Comme il valait mieux prévenir que guérir, il posa deux doigts sur le cou de la jeune femme pour constater que son cœur battait encore ; il n’aurait pas à ajouter « cacher un corps » sur sa to-do list de la soirée. Mais, en vérité, maintenant qu’il savait qu’elle vivait toujours, il ne savait pourtant pas plus ce qu’il devait faire. Il commença d’abord par étendre Nemesis sur l’asphalte avant de lui tapoter la joue. « Mademoiselle ? » Peut-être ne l’entendait-elle pas ? Il ramassa son téléphone avec l’intention de finalement appeler les secours, mais il avait beau appuyer sur l’appareil trempé, plus rien ne réagissait. Un long et douloureux soupir s’échappa du plus profond de ses entrailles : c’était le troisième en deux mois !

Agenouillé au côté de l’inerte, il jeta le cadavre électronique dans son sac avant d’y fourrer sa main. Il sortit une bouteille d’eau qu’il déboucha, mais son geste se figea subitement. Il fixa le sol.  Nemesis, avait-elle dit ? Ce nom, à première ouïe, ne lui présentait rien de familier, mais il en avait entendu brièvement parler. C’était sa sœur qui avait encore craché quelques ragots en parlant d’une sorcière corrompue par du sang de vampire. Et elle avait un nom très semblable même si Camellia l’avait forcément un peu déformé. Il se demanda alors si le sang de vampire était addictif. Il observa calmement le corps étendu, l’air de réfléchir. Si c’était bien le cas, il ne pourrait rien faire pour l’aider. Du sang de vampire, on ne trouvait pas ça à l’épicerie ! S’il son téléphone n’avait pas rendu l’âme, il aurait pu appeler Ginevra et lui demander si elle pouvait l’aider, même s’il s’attendait à une réponse négative. Alors, il retira finalement le bouchon de la bouteille et vida le contenu sur le visage blême en espérant que ça la ramène à elle.
(c) DΛNDELION

☾ ☾ ☾ ☾ ☾


keep your eyes wide open
Florian☽ Closing your eyes isn't going to change anything. Nothing's going to disappear just because you can't see what's going on. In fact, things will even be worse the next time you open your eyes.
Revenir en haut Aller en bas
"Les cauchemars ne sont en fait que des rêves, en plus réalistes" Dimitri Vallat - Ven 2 Mar - 22:21
avatar
sorciers
sorciers


EFFIGIE : Adelaide Kane
BAFOUILLES : 101
PACTE : 23/01/2018


OSSATURE : 27 ans / La cinquantaine
CONTRAT : Elle est célibataire. Autrefois dans une relation ambiguë avec un suceur de sang. Depuis deux ans, elle ne veut plus en entendre parler.
BESOGNE : Valse entre ses contrats de sorcière et ses activités d'écrivaine sous le pseudonyme de Silver Moon
ÉCHINE : Sorcière noire souillée par du sang de vampire
PRESTIGE : Elle est la façonneuse et la créatrice de vos pires cauchemars. Elle est le poison qui s'infiltre dans votre inconscient et sonde vos pensées au moment où vous êtes le plus vulnérable: dans votre sommeil.
GANG : Si autrefois, elle se vouait corps et âme à son clan et à sa famille, il en est tout autre depuis sa contamination. Aujourd'hui, ils veulent sa perte. Elle, elle veut vivre.
CREDIT : les roses noires & Pando
"Les cauchemars ne sont en fait que des rêves, en plus réalistes"

Dimitri Vallat
Némésis ft. Florian

Elle venait de s'évanouir dans les bras d'un inconnu. Enfin, sur son torse si on veut pinailler. Heureusement qu'elle n'était pas en mesure de la réaliser sinon elle se serait auto-maudite en se traitant de tous les noms d'oiseaux possibles.  Elle detestait se voir aussi faible et ne pu s'empêcher d'en vouloir encore plus au vampire responsable de son état... Sans hésitation, dans le moment présent, elle aurait préféré être morte qu'avoir vécu ses deux années de souffrance où elle avait vu sa santé physique et mental - en accord avec ses pouvoirs - diminuée comme elle l'avait faite. Et si ce n'était que ce genre de problème... Très vite, elle avait vu sa réputation, durement acquise, être mise à mal. Pour tous, elle n'était plus "Némésis, la sorcière noire des cauchemars".
En colère, révoltée contre le monde... Elle se sentait comme une adolescente incomprise. Ado incomprise doublée d'une cible pour la communauté des sorciers. On la considérait comme le prix d'une chasse, un mal à éradiquer. Mais qu'avait-elle demandé? Rien.


Cependant, elle l'avait certainement méritée... Dans un sens. Elle était trempée dans la sorcellerie noire jusqu'à la moelle. Elle avait peut-être 18 ans quand elle a décidé de suivre cette voix...Mais elle sentait l'appel des ténèbres depuis toute jeune. Enfant déjà, elle sentait qu'elle deviendrait une sorcière noire. Il faut dire qu'avec une mère sorcière noire et un père descendant d'une sorcellerie alchimique, cela ne pouvait être qu'un ou l'autre. Rosemonde, elle, c'est l'alchimie qui l'avait appelée...Dans son inconscience, elle revoyait sa cadette s'entraîner à sa magie métamorphe. Elle la voyait tour à tout prendre l'apparence de leur mère, la sienne, celle de leur père puis de leur frère. De la joie apparut dans son âme quand elle se souvint de la bêtise de Rosemonde.
Il y avait, au village, une vieille femme acariâtre qui faisait office de doyenne. Tout le monde faisait mine de la respecter mais elle était d'un désagréable que ce respect n'était que fin. Un jour, lors d'une soirée de spectacle, Rosemonde avait souhaité faire une petite scénette et elle avait...Joué le rôle de cette femme. Sœur Berte, qu'elle s'appelait. Le village était passé par toute la palette d'émotions qui existait dans le monde. La surprise. L'indignation. La peur. Puis le rire...Et ainsi de suite. Bien sur, sa sœur avait reçu un savon mais le village n'oublia jamais à quel point elle avait si bien imiter Sœur Berte. Rosemonde avait la métamorphose et l'imitation dans le sang. Une des rares fois où Némésis avait envié sa cadette.

...Qu'est ce qu'elle aimerait retourner à ces temps d'insouciance. Mais tout ça était fini aujourd'hui. Parce qu'elle avait imprudente. Parce qu'elle avait trop cru à ses forces. Fais trop confiance à ses acquis. Parce qu'elle s'était faite corrompre.


Elle revint brutalement à la réalité par l'entremise d'une sensation humide et glacée. Némésis passa de la position allongée à celle assise en une fraction de seconde, elle eu un vertige. Elle gémit douloureusement. Aïe! Ma tête. Pensa-t'elle, se recroquevillant; ses mains sur son crâne. Elle reprit son souffle et se redressa. Les émotions lui firent oubliées qu'un passant était venu l'aider (en lui collant une claque et en l'arrosant d'eau, mais aider quand même!) et elle constata, avec un plaisir non dissimulé, que sa soif était partie. YOUPI! Merci les esprits de Walpurgis!
...Bien que cela ne lui faisait pas oublier pour la cause que c'était LA P**** DE TROISIÈME FOIS EN UNE SEMAINE QU'ELLE AVAIT UNE CRISE!!! Pas besoin d'être un sorcier - très drôle! Ha! Ha! - pour deviner ce que cela signifiait.

Bref!...Ayant oublié son "sauveur" - comment peut-on oublier quelqu'un qui se trouve à même pas un mètre? Bo! - Némésis essaya de se lever en s'aidant de la cage d'escalier et frissonna au contact froid et humide du métal. Poussant un peu sur les jambes et sur les bras, elle se retrouva déséquilibrer et manqua de refaire un petit coucou à son copain le sol.
made by black arrow

☾ ☾ ☾ ☾ ☾
T'es mon coté cœur et mon coté corps. Tu sais me mettre à terre ou en tord... Ça ma fierté ne le conçoit pas, voilà pourquoi je te hais de tout mon chakra! Donc je te fusilles par folie, je te fusilles par amour. Cette guerre qui nous unis, je la ferais jusqu'au bout
©️Pando
Revenir en haut Aller en bas
"Les cauchemars ne sont en fait que des rêves, en plus réalistes" Dimitri Vallat - Jeu 8 Mar - 1:08
avatar
sorciers
sorciers


EFFIGIE : Douglas Booth.
BAFOUILLES : 218
PACTE : 02/01/2018


OSSATURE : Premier quart de siècle fraîchement atteint.
CONTRAT : Coeur qui n'a encore jamais battu d'amour, garçon persuadé qu'il ne le vivra jamais. Avide de regards fascinés et de caresses-louanges, Florian, trop vite las, subit son célibat.
BESOGNE : « “Sometimes I lie awake at night, and I ask, 'Where have I gone wrong'. Then a voice says to me, 'This is going to take more than one night.” » Illustrateur de bouquins pour gamins qui ne se vendent pas très bien ; vient de perdre son poste de libraire qui lui permettait de se nourrir.
ÉCHINE : Il y a dans ses veines une magie tirant sa puissance des étoiles et du temps. Les danses et les drogues hallucinogènes dominent les classiques incantations. Magie associée aux charlatans, mais celle à laquelle il se donne corps et âme. (chamanisme)
PRESTIGE : Le futur murmure à ses oreilles des fables que lui seul entend. Insidieux, il tache de ses desseins parfois troublants les carnets de l'artiste.
GANG : Coven Heracleum.
CREDIT : DΛNDELION (avatar). Astra (signa). DΛNDELION (icons).


Les cauchemars ne sont en fait que des rêves, en plus réalistes.
Florian & Némésis

«I may not have gone where I intended to go, but I think I have ended up where I needed to be.»
Lentement, la pluie cessa et les gros nuages qui cachaient le ciel s’écartèrent, libérant la lueur de la lune. Ça parvint à rassurer Florian qui sentait maintenant tout le poids de ses vêtements trempés, mais le temps qui s’écoula avant que Nemesis ne revienne à ses esprits commençait à l’angoisser plus sérieusement. Et si elle était sur le point de mourir ? Il n’avait pas envie d’avoir une mort sur la conscience, bon Dieu… Il enfouit son visage au creux de ses mains, l’instant de réfléchir à une solution. Demander à un des rares passants d’emprunter un téléphone ne lui semblait pas complètement idiot, mais il ne pouvait pas laisser le corps seul alors qu’il se trouvait dans un état si vulnérable. Quand elle reprit ses esprits, le cœur du jeune homme se mit à frapper contre sa poitrine et son souffle se relâcha. Un long frisson glacé secoua son corps ; l’angoisse était tombée. Comme il n’avait pas réussi à l’empêcher de se redresser, il examina au moins la tête pour voir s’il n’y avait pas un quelconque signe de blessure externe – elle lui était certes tombée dessus, mais c’était un réflexe. Lorsqu’elle essaya de se relever, il voulut l’empêcher plus fermement de le faire, mais il constata qu’il risquait de causer bien plus de problème qu’autre chose. Malgré tout, ça ne lui paraissait pas être une très, très bonne idée, et il sut qu’il avait raison quand il dut la retenir pour ne pas qu’elle s’éclate à nouveau la gueule sur le ciment. « Vous auriez dû rester assise ! », lui reprocha-t-il d’une voix dont la bienveillance camoufla une certaine irritation. Honnêtement, il n’en pouvait plus. C’était probablement une bonne chose, vu son inaptitude à gérer l’accumulation des mauvaises circonstances, qu’il n’ait jamais finit son cursus en neurosciences. « Je sais que vous ne voulez téléphoner à personne et vous avez vos raisons qui vous appartiennent entièrement, mais dans votre état vous ne devriez pas prendre de risques et peut-être vous rendre à l’hôpital. »

Florian se releva à son tour. Il se mit face à la jeune femme et posa ses mains sur ses épaules comme pour la retenir. « Écoutez, il y a un fast-food pas trop loin. Je n’ai pas d’argent avec moi, mais vous pourrez au moins vous asseoir et boire un peu d’eau. Je crains que trempée comme vous l’êtes, vous risquez d’attraper un rhume. » Bien que ça puisse sonner comme une proposition, ce n’en était pas vraiment une. Considérant son état actuel, il ne comptait pas la laisser seule dans cette ruelle à l’écart : elle semblait vulnérable et il craignait qu’elle ne retombe à nouveau dans les vapes ; avec tant de flaques d’eau autour, il ne suffisait qu’une chute du mauvais côté pour qu’elle ne décède non pas du choc, mais d’une stupide noyade dans un petit trou d’eau. Avant de quitter la ruelle, le sorcier tendit son bras à l’inconnue. « Tenez-vous. Je ne ferais pas confiance à mes jambes, si j’étais vous. ». Évidemment, il faisait référence au membre d’équilibre flagrant dont elle semblait présentement victime. Malgré la bienveillance de ses propos – qui laissait anormalement une pointe d’amertume au creux de sa gorge –, la fatigue tachait sa voix et ses traits qui paraissaient désormais las. Au moins, s’ils se rendaient à ce fameux fast-food, il pourrait en profiter lui aussi ; enfouir son visage contre son sac et dormir un peu le temps que la jeune femme se remette sur pieds ou, encore mieux, trouver un téléphone public et utiliser les quelques sous qu’il lui restait pour appeler sa grande-sœur et la supplier de venir le chercher en voiture.

(c) DΛNDELION

☾ ☾ ☾ ☾ ☾


keep your eyes wide open
Florian☽ Closing your eyes isn't going to change anything. Nothing's going to disappear just because you can't see what's going on. In fact, things will even be worse the next time you open your eyes.
Revenir en haut Aller en bas
"Les cauchemars ne sont en fait que des rêves, en plus réalistes" Dimitri Vallat - Ven 30 Mar - 19:16
avatar
sorciers
sorciers


EFFIGIE : Adelaide Kane
BAFOUILLES : 101
PACTE : 23/01/2018


OSSATURE : 27 ans / La cinquantaine
CONTRAT : Elle est célibataire. Autrefois dans une relation ambiguë avec un suceur de sang. Depuis deux ans, elle ne veut plus en entendre parler.
BESOGNE : Valse entre ses contrats de sorcière et ses activités d'écrivaine sous le pseudonyme de Silver Moon
ÉCHINE : Sorcière noire souillée par du sang de vampire
PRESTIGE : Elle est la façonneuse et la créatrice de vos pires cauchemars. Elle est le poison qui s'infiltre dans votre inconscient et sonde vos pensées au moment où vous êtes le plus vulnérable: dans votre sommeil.
GANG : Si autrefois, elle se vouait corps et âme à son clan et à sa famille, il en est tout autre depuis sa contamination. Aujourd'hui, ils veulent sa perte. Elle, elle veut vivre.
CREDIT : les roses noires & Pando
"Les cauchemars ne sont en fait que des rêves, en plus réalistes"

Dimitri Vallat
Némésis ft. Florian

Revenue à elle, Némésis avait carrément oublié l'homme qui l'avait aidé bon grès mal grès. Le point positif c'est que la pluie avait cessé et ne trempait plus ses vêtements déjà noirs d'eau.

Elle essaya de se lever mais ses jambes ne supportèrent pas son poids et elle manqua d'aller embrasser passionnément le sol. Heureusement, son sauveur se rappela à son bon souvenir en amortissant sa chute d'un: « Vous auriez dû rester assise ! » Plus agressif qu'inquiet. Le bon point c'est que ce ton avait fini par ramener sa conscience à point d'origine. Hein? Quoi? Ouais, bon! Très parlant comme phrase à dire quand on prétend être revenu à soi!  « Je sais que vous ne voulez téléphoner à personne et vous avez vos raisons qui vous appartiennent entièrement, mais dans votre état vous ne devriez pas prendre de risques et peut-être vous rendre à l’hôpital. » L'hôpital? Heerk! L'odeur typique de ces lieux dédiés aux soins ne l'avait jamais réussie. Et...Elle avait dit qu'elle ne voulait qu'on appelle personne? Ha ben ouais! Pour éviter qu'on ne retrouve sa trace...Si on savait qu'une sorcière ayant perdu la tête se trouvait à l'hôpital, sa famille aurait pu deviner que c'était elle et ça: non merci! Aucune envie de repartir en vadrouille après deux ans!
Deux secondes plus tard, elle se retrouva avec son sauveur pile devant son visage: « Écoutez, il y a un fast-food pas trop loin. Je n’ai pas d’argent avec moi, mais vous pourrez au moins vous asseoir et boire un peu d’eau. Je crains que trempée comme vous l’êtes, vous risquez d’attraper un rhume. » Heuuu, oui...Bonne idée. Merci. Puis il l'aida à marcher jusqu'au fast-food en la retenant d'un: « Tenez-vous. Je ne ferais pas confiance à mes jambes, si j’étais vous. » j'ai l'habitude, ne vous inquiétez pas dit elle mais ne refusant pas un petit coup de pouce.


Un peu plus tard, elle était assise, sirotant un verre d'eau, à une table et au chaud. Némésis croisa le regard de son sauveur. Je m'appelle Némésis et vous? Elle soupira et sorti son porte-feuille: j'ai souvenir d'avoir noyé votre téléphone involontairement elle sorti un petit papier et un bic: Pouvez-vous me donner vos coordonnées? Je vous rembourserais dès que possible et, en attendant elle sorti son propre téléphone: Vous avez l'air de ne pas avoir de moyen de déplacement. Empruntez donc mon téléphone et appelez quelqu'un.
made by black arrow

☾ ☾ ☾ ☾ ☾
T'es mon coté cœur et mon coté corps. Tu sais me mettre à terre ou en tord... Ça ma fierté ne le conçoit pas, voilà pourquoi je te hais de tout mon chakra! Donc je te fusilles par folie, je te fusilles par amour. Cette guerre qui nous unis, je la ferais jusqu'au bout
©️Pando
Revenir en haut Aller en bas
"Les cauchemars ne sont en fait que des rêves, en plus réalistes" Dimitri Vallat -
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sujets similaires
-
» Mon fils de 15 ans et son ami se sont fait agresser près de la maison...
» Les interdits sont fait pour être bravés | Mike &Beth |
» Vos poêles, elles sont en quoi?
» Le CSA fait campagne pour Sarkozy
» On fait le bilan !

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: