Nouveau départ [Max]

 :: CABARET
Nouveau départ [Max] - Sam 24 Fév - 16:58
avatar
Invité
Invité


Nouveau départMax & Masha

Ce soir, le thème du spectacle, c’est le tango, tango que Masha danse sur scène avec son partenaire dans des gestes parfaitement maîtrisés. Elle alterne ronds de jambes, se mêlant à celles du danseur dans une stupéfiante synchronisation, et gestes plus lents, beaucoup plus sensuels, comme son regard sur son partenaire, sa main accrochée à sa nuque, tandis que lui soulève sa cuisse qui se dénude contre son flanc, la faisant glisser sur le plancher de la scène, l’attirant un peu plus contre lui, avant de la libérer d’une saccade pour la faire virevolter à nouveau dans une flamboyante robe rouge, toujours au rythme du tango, cette musique qui sait si bien allier énergie et passion. La passion qui transpire du couple qui enchaîne encore d’autres mouvements, plus rapides, plus lent, les corps qui se plaquent, s’éloignent pour mieux se retrouver, jusqu’au pas final sous le faisceau unique d’un spot qui éclaire la scène tandis que la musique s’éteint.

S’élèvent alors les premiers applaudissements et les compliments appréciateurs, manifestations d’un public ravi. Masha s’écarte de son partenaire le remercie d’un léger signe de tête et salue le public d’une révérence avant de retourner à sa loge, cédant la scène pour ce soir aux autres danseuses.

Elle bénéficie désormais d’une loge privée, celle qui était occupée avant par Night. L’endroit est très chic et glamour, typiquement féminin avec tout ce maquillage et ces flacons étalés sur la coiffeuse, les boas accrochés sur le paravent derrière où elle peut se changer. Le mannequin avec un costume tout en plume pour un des spectacles, le porteur avec ses cintres garnis de ses tenues de scène favorite, le fauteuil délicatement rembourré en cuir rouge et ornés de clous dorés, rappelant l’architecture rococo, comme la forme arrondie et richement ornée du miroir entouré d’ampoules lumineuses, les murs peints en un rouge sombre, et les tapis orientaux sur le sol. Night tout comme ce que Masha a découverte dans son appartement, ne s’est jamais rien refusée et là-haut dans l’attique de l’immeuble, le décor ressemble beaucoup à celui-ci, tout en décorations chic, strass, et rococo, lampes, chandeliers, lourds tapis épais, moulures dorées, et bref, Masha n’y a rien changé hormis quelques petites touches personnelles qu’elle a ajoutée.

Perdue dans le reflet que lui renvoie le miroir, elle pense à tout ce qui s’est passé ces dernières semaines. A commencer par Max… Max qui hante chacune de ses pensées, jour comme nuit, Max qui a prit beaucoup trop de place dans sa vie et dont elle n’a pas su le chasser…..Max, Max et encore Max. son nom se rappelle à elle à chaque instant. Même si ça fait bien deux semaines que brusquement il ne lui a plus donné de nouvelles. De quoi la mettre sur des charbons ardents ! Elle qui cherchait le moyen de se débarrasser de lui, sans jamais trouver de solution satisfaisante ou, plutôt avouons-le, sans jamais trouver le courage pour le faire, se retrouve désormais dans le doute le plus complet, à guetter le moindre de ses signes, appels, textos. N’importe quoi du moment qu’elle puisse espérer encore le revoir. Oui voilà où elle en est…il lui manque, c’est aussi simple que ça, même si elle se refuse à se l’avouer. Si bien qu’elle s’est plongée à corps perdu dans sa nouvelle entreprise pour tâcher de ne plus y penser.

Et ce n’est pas le travail qui a manqué avec le brusque départ de Night. Les autres ont posé des questions naturellement ! Voir Masha prendre la place de la patronne et pas seulement ne s’est pas fait sans difficulté. Elle est devenue l’unique propriétaire du Cabaret. Avec quel argent ? Un héritage d’après ses dires qu’elle gardait précieusement de côté en attendant l’occasion d’investir…..

La réalité est toute autre, mais Masha a désormais ses propres secrets. Ainsi après avoir découvert que Night cherchait à vendre le plus rapidement possible le cabaret, elle s’est renseignée sur sa valeur et….elle a alors eu cette idée, insensée, pas vraiment digne d’elle, mais sa situation était prête à basculer dans le néant, l’inconnu d’un nouvel employeur qui peut-être n’aurait pas hésité à la virer elle et les autres filles. Alors elle a fait la seule chose qui était dans ses moyens….faire appel à son sire…Et depuis, sa vie s’est vue transformée, plus encore qu’elle ne l’aurait imaginé….A vrai dire les choses ne se sont pas passées exactement comme elle l’avait prévu mais elle préfère ne plus y penser. Il lui faut désormais, se concentrer sur son nouveau rôle, celui de la nouvelle propriétaire du Boudoir……

Masha soupire et retire la fausse rose rouge accrochée à son chignon quand soudain on frappe à la porte. Après avoir invité son ou sa visiteuse à entrer, elle découvre le visage souriant de Sylvia, sémillante brune aux yeux bleus qui vient lui annoncer qu’il y a un client très spécial dans la salle qui doit sans doute espérer rencontrer la nouvelle patronne. Masha ne se méfie pas un seul instant de cette lueur malicieuse qui brille dans les yeux de Sylvia, c’est donc toujours habillée de sa robe rouge et des escarpins noirs, qu’elle retourne dans la salle, ignorant que Sylvia a reconnu le très séduisant prétendant de son amie et patronne désormais.

Aussi quand son regard très vite, se pose sur Max, Masha sent son cœur s’emballer. Elle hésite un bref instant, puis s’avance pour franchir le reste du chemin qui la sépare encore de la table à laquelle il est installé.

- Max, souffle-t-elle sans savoir qu’ajouter….

Elle reste un instant, debout, trop crispée, avant de prendre place sur la banquette aux côtés de Max sans attendre qu’il l’y invite. Puis elle se penche vers lui pour embrasser sa joue, baiser presque timide, mais qui n’étouffe qu’à peine tout ce qu’elle ressent, trop, beaucoup trop d’émotion. C’est ridicule ! Ce n’est qu’alors qu’elle remarque qu’il ne semble pas vraiment ravi de la voir,….qu’il n’arbore pas ce sourire de vaurien qui a si bien su la séduire. Masha lui lance un regard inquiet.

- Je me demandais si j’allais te revoir un jour…..Et bien… te voilà.

Elle sourit, nerveuse face à cette retenue qu’elle sent chez Max, ou est-ce autre chose ? De la froideur ? Non ? Masha essaie de ne pas se laisser troubler par son parfum, et ferme un instant les yeux pour reprendre avec plus d’assurance et prenant son rôle d’hôtesse à coeur.

- Est-ce que je peux te faire servir quelque chose ? C’est moi qui régale ce soir, dit-elle non sans fierté.


©️ Justayne
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau départ [Max] - Mer 28 Fév - 17:38
avatar
Invité
Invité


 Nouveau départMasha et Max De l’eau a coulé sous les ponts depuis que j’ai quitté le studio de Soya…pardon MASHA. Je ne sais pas si ce qui me gonfle le plus c’est qu’elle ne m’ait pas donné son véritable nom ou si c’est de savoir que son connard de sire est logé dans la même ville qu’elle. Je suis plus porté sur la seconde option avec une pointe de la première. Ouais ça m’a bien fait chier d’apprendre que la belle Soya entretient probablement toujours un lien avec son créateur. Rien que d’imaginer quelle sorte de lien, j’en crispe les mâchoires. Peu importe que le Vulpesco s’enfile Sedara mais que de savoir qu’il existe quelque chose entre elle et lui, ça ne m’est pas supportable. P’tain. Est-ce que je traine derrière mon propre créateur, moi ! Non, j’en suis sevré. Je ne sais même pas dans quel coin du monde il se trouve actuellement. Je suppose qu’il est toujours en vie sinon je l’aurais ressenti…enfin je crois.

Quand je l’ai quittée, la nuit s’annonçait bien chargée pour moi. D’abord passer au QG pour prendre mes ordres sur ce contrat. Le contrat du fameux Sedara, si j’avais su … Puis j’avais rencard avec Ivo dans le vieil hôpital psychiatrique. Une habitude que nous avions prise pour qu’il m’aide à garder le contrôle en me poussant à l’extrême.  Ma nuit était réglée comme du papier à musique et je la finirais très certainement à nouveau dans le lit de Soya.

Au QG j’apprends qu’un gringalet nouvellement recruté pour faire des petites courses, avait cru pouvoir garder pour lui le bénéfice de ces courses jusqu’à disparaitre totalement. Tiziano Sedara avait un frère domicilié à Rome, restaurateur de profession. Qui d’autre qu’un frangin pouvait savoir où se trouver son propre frère ? Récupérer la tune volée et faire un exemple c’est le contrat qu’on attendait de moi. Près de 200 000 euros partis sans que personne ne s’en rende compte avant !! Perso je trouve que ce n’est pas clair mais je ne suis pas trésorier… Histoire de repérer un peu les lieux avant de rejoindre Ivo, je suis passé par la rue du restau de Sedara, Al Forno. Quartier touristique, il faudra jouer avec discrétion.

La température prise j’ai donc pris la direction du vieil hôpital. Moi qui pensait ensuite finir chez Soya après de fight avec Ivo, j’étais bien optimiste. Je pense qu’elle ne m’en aura pas voulu mais vu l’état pitoyable dans lequel j’étais, le repos s’imposait de lui-même et la bouffe aussi pour cicatriser au plus vite. Les jours suivants, je n’étais guère disponible mais je n’ai jamais manqué de l’appeler ou de lui envoyer quelques messages sur son portable. Bien sûr que j’ai pu me libérer une fois que j’ai commencé à mettre la pression à Vittorio Sedara, je me suis rendu chez elle. Est-ce que c’est là que Vulpesco m’a grillé ? Très certainement sinon pourquoi aurait-il évoqué Soya…Masha.

Même si sur le moment, je n’ai rien montré de l’amertume engendré par ce coup de pute, j’ai senti le sol s’effondrait sous mes pieds. Nous nous sommes entendus pour effacer la dette Sedara, Vulpesco payait, c’était le plus important en plus du fait que Sedara appartenait à cet enfoiré et qu’il était membre du clan Vacaresco. Autant dire que des représailles entre gang et clan, c’était pas le but dans mon ascension vers le grade de capitaine. De cette nuit, je n’ai pas pu revoir Soya. Trop en colère. Trop déçu par ma propre naïveté de la croire libre. Je pensais qu’en oubliant de lui donner des nouvelles, j’allais l’oublier tout court. Ouais, et bien vous repasserez. Sans l’avoir goûtée, cette nana je l’allais déjà dans la peau à mon grand désespoir. Mais p’tain ce n’est pas faute de lui avoir tendu la main pour qu’elle se confie…c’est bien ce que sont censés faire les gens qui se rencontrent, non ? De se raconter un peu leur vie… bon peut-être bien que je ne lui aurais pas tout appris sur moi…sur ma vie d’avant mais ce n’était pas une raison pour qu’elle ne me parle pas au moins de Vulpesco.

J’ai donc volontairement laissé pourrir l’affaire en ne l’appelant pas ou en ne donnant pas suite à ce dernier message reçu quelques jours avant que je ne me décide à bouger. Pauvre Ivo, il aura encaissé ma mauvaise humeur mais il ne m’a pas épargné non plus surtout cette fois. Si j’étais de mauvaise foi, je dirais que son message me demandant de passer que je lui manquais, que ça faisait longtemps qu’elle ne m’avait pas vu etc etc, je l’avais oublié. Impossible, ça n’arrêtait pas de tourner en boucle dans ma tête même durant notre rencontre avec Ivo. Je crois que c’est pour ça que j’ai bien pris. Oh ça cicatrisera mais ça reste un poil sensible au niveau de mes côtes et cette vilaine entaille sur le haut de ma joue. Un coup de griffe ou de crocs, j’en sais rien, ça m’a sonné.

J’étais donc décidé à en découdre avec elle ce soir, en réponse à son message. Parait que les femmes aiment les surprises alors je me suis pointé comme une fleur, sans fleurs – faut pas déconner non plus – au boudoir. Je savais que Night Ambrose avait eu quelques déboires avec la Sacra à cause d’une dette mais pas plus que ça, ce n’est pas qui était chargé de cette affaire. Comment ça s’est réglé ? Aucune idée.

Le lieu a été légèrement modifié mais le personnel n’a pas changé du moins pour ceux que j’avais pu croiser. Pas de Soya dans la salle mais je reconnais très bien cette robe rouge qui virevolte sur scène. Un tango…avec un partenaire. Je sais c’est son boulot mais j’aime pas ce type qui la sert contre lui-même pour juste du boulot. De toute manière je dois bien me faire une raison, elle n’est pas à moi donc bon…

Installé à une table, j’ai beau me convaincre du contraire, je ne parviens pas à détacher les yeux de la scène…de ses jambes…de la grâce qu’elle met dans sa prestation. Sans que je demande, une des serveuses m’annonce que l’exhibition de Soya est bientôt fini et qu’elle sera ravie de me voir. Ha ouais vraiment, pensais-je.
Je fume peu mais là, c’est de circonstance, il me faut tirer sur une tige.

– Qui d’autre ? Tu en attendais un autre peut-être ? Répondais-je un peu sèchement, en envoyant sur le côté ma fumée recrachée. Un sourire aux lèvres un brin provocateur j’ajoute quand elle vient prendre place sur la banquette. …et bien tu vois, j’ai fini par satisfaire ta demande… Je lui désigne mon portable pour faire allusion à son dernier message. Ma langue claque en prononçant la suite.   Masha. Pourquoi tourner autour du pot, c’est pas mon genre. J’arque un sourcil quand elle me dit qu’elle offre sans en comprendre vraiment le sens réel. Tu pourrais oui mais je pense pas que tu aies ce dont j’ai vraiment besoin….va pour une bière, ça devrait suffire….je ne te demande pas un open bar, visiblement le bar semble open régulièrement… Bien sûr que je pense à Vulpesco en train de poser ses mans sur elle en invoquant son lien du sang. P’tain, je peux pas garder ça pour moi. Tu le vois souvent Vulpesco ?

La question tombe comme une gifle et j’espère bien qu’elle en ressent l’effet.



©️ Justayne
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau départ [Max] - Ven 2 Mar - 1:31
avatar
Invité
Invité


Nouveau départMax & Masha


Dès qu’elle l’a vu, elle s’est approchée de sa table, ignorant qu’en fait sa présence n’est pas due à la seule volonté de Max mais à un coup monté de Sylvia. Mais pour le moment elle est loin de se soucier de ce détail, ses yeux posés sur lui, un fin sourire étirant ses lèvres et le regard qui brille un peu plus. Heureuse de le revoir ? Elle aurait du mal à le nier s’il le lui demandait, mais il ne le lui demande pas…. Pas plus qu’il ne l’invite à s’assoir, pas plus qu’il ne réagit à son timide baiser, baiser qui se perd un instant dans un léger ralenti, sentant sa barbe doucement lui chatouiller la joue, une mèche de ses cheveux tandis qu’il la regarde. Elle s’abstient donc de plus pour le moment, retenant ses mains sagement de son côté.

Fin du ralenti, Masha s’écarte, sourit toujours, se dit qu’elle a rarement vu des yeux aussi bleus et combien elle pourrait s’y perdre, se dit dans le même temps qu’elle est en train de perdre la boule ou le cœur, face à cette canaille dont le regard la mitraille. Il lui en veut pour une obscure raison mais il semblerait vouloir éclaircir très vite la situation. Son regard le quitte un instant pour se poser sur cette cigarette que ses doigts nerveux triturent. Masha devine un problème avant même qu’il n’en parle…. S’inquiète, problème qui expliquerait donc cette longue absence ? Cherche la réponse dans ces yeux, avant de l’entendre prononcer son prénom, le vrai, cette fois, pas son nom de scène.

Alors elle sourit aussitôt, un joli sourire qui éclaire son visage. Quelqu’un a vendu le morceau même si le morceau n’était pas un secret jalousement gardé. Il est vrai qu’elle a omit de lui donner son vrai prénom, tout autant qu’il est vrai que dans sa bouche, Soya sonnait si joliment que ça lui plaisait qu’il l’appelle ainsi. De toute évidence de n’est pas le cas de Max.

- Je vois que tu as découvert mon véritable prénom…. Il te manque encore le nom… Stoian…les gens ne savaient pas le dire, je devais le leur répéter chaque fois. C’est clair que ça ne sonne pas très italien… Alors ils ont renoncé et moi aussi et Soya est resté, petit compromis entre les deux.

Le ton est léger, pour elle ça ne semble pas très important. Mais Max n’en a pas terminé, visiblement ce n’est pas juste le fait d’avoir ignoré son vrai prénom qui l’ennuie, étrangement…. Il y a autre chose. Masha ne comprend pas tout de suite où il veut en venir. Est-il en manque ? Le sang peut rendre un vampire de très mauvaise humeur. Dans ce cas, elle va l’emmener là-haut dans ses nouveaux appartements. Là elle a tout ce qu’il faut et plus encore pour calmer ce manque. L’idée la fait sourire mais le sourire disparait brusquement. D’une part parce qu’il vient de lui balancer un bien méchant sous-entendu et d’autre part, parce qu’elle commence à entrevoir la raison…. Et cette raison c’est Dumitru !

Elle en oublie du coup la requête pour la bière, et fixe Max sans savoir que dire dans un premier temps, ses pensées se précipitant dans son esprit. Comment sait-il ? Qui lui a parlé de Dumitru ? C’est donc lui qui lui a dit pour son nom ? Pourquoi est-il si fâché ? Et surtout pourquoi cette allusion ? Si Masha aurai pu, sans doute aurait-elle rougi, de culpabilité. Mais….au lieu de quoi elle se rebiffe.

- Pas aussi régulièrement que tu le laisses entendre, réplique-t-elle aussi sèchement que lui.

Masha se tient soudain beaucoup plus droite et crispée, jetant un regard autour d’elle, elle croise celui de Sylvia qui d’abord contente pour son amie a deviné à leurs expressions que tout ne se passe pas exactement comme elle l’avait prévu. Masha essaie de se concentrer, mais elle est désormais sur la défensive. Ils ne devraient pas en parler ici, ne pas attirer l’attention des autres, mais en même temps, elle se sent incapable de bouger. Alors elle avoue, parce qu’une part d’elle rejette le reproche à peine dissimulé dans la voix de Max.

- Je l’ai vu dernièrement. J’avais une demande à lui faire au sujet du cabaret. Pourquoi ? Que t’a-t-il dit ? Oh attend, laisse-moi deviner. Il t’a dit qu’on avait couché ensemble ? C’est ça ?? Elle a alors un rire jaune, son visage déformé par la colère qu’elle ressent pour Dumitru. Et bien oui ! Si tu veux tout savoir ! Mais ça a été la seule et unique fois et je peux te dire que ça sera la dernière !

Et Masha se lève et file rapide comme l’éclair, pour quitter le cabaret, empruntant la seconde sortie, de service, pour se retrouver dans la cour, le cœur battant trop vite. La fuite a toujours été sa spécialité ! Elle fait les cent pas, aux abois, comme si un piège allait se refermer sur elle. Ce n’est pas ce qu’elle voulait, ce n’est pas ainsi qu’elle imaginait leur histoire. Mais bien sûr que croyait-elle ? Qu’elle allait pouvoir vivre son histoire avec Max ? Sans que Dum n’essaie une fois de plus de la détruire ? Comme s’il n’avait pas fait déjà assez de mal ? Il l’a utilisée pour se consoler et à présent………..Masha cache son visage dans ses deux mains, laissant s’échapper un gémissement désespéré. Pourquoi l’histoire doit-elle chaque fois se répéter ?  Pourquoi ne peut-elle pas simplement profiter de ce qui semblait être enfin l’occasion d’enterrer définitivement tous les vieux démons de son passé ?

Elle secoue la tête, voûtée sur elle-même, tout en ressentant à nouveau des envies de meurtre. Dumitru ! Tout ça est de sa faute ! Elle n’aurait jamais dû céder à la tentation mais en même temps, elle avait besoin de se prouver qu’il n’y avait rien de sérieux entre elle et Max… qu’il ne comptait pas ! Non seulement, elle a  lamentablement échoué, mais le pire c’est qu’à présent qu’elle a compris qu’une page de sa vie s’est enfin tournée, qu’elle a enfin pu mettre le point final à son histoire avec Dumitru, elle a tout gâché avec Max.

Masha finit par se laisser tomber, s’asseyant sur l’unique marche qui sépare le terrain de la cour de l’entrée du bâtiment, et serre ses bras autour de ses épaules nues, la tête plongée entre eux.


©️ Justayne
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau départ [Max] - Dim 4 Mar - 20:32
avatar
Invité
Invité


 Nouveau départMasha et Max Mouais je ne suis pas allé par quatre chemins. C’est la ligne directe pour pas perdre mon temps même si j’en ai à revendre. Autant savoir si je dois passer à autre chose et l’oublier définitivement. Je ne suis pas vraiment partageur et ma tolérance a des limites. Alors ouais j’ai découvert son vrai prénom mais que. La première salve la fait sourire. Cette découverte.

– Stoian…ce n’est pas si compliqué mais tu sais que ce n’est pas ça qui m’a fait le plus chier. Ho que oui elle l’a deviné ou du moins déduit que c’est bien plus la présence de Vulpesco proche d’elle qui m’a bien plus contrarié que son identité dissimulée. Ça je peux le comprendre histoire qu’elle ne se fasse harceler par des mecs trop collants, qui chercheraient à la trouver en dehors du cabaret. Ça m’aurait même fait rire plus tard quand elle se serait décidée à me révéler son vrai nom. Bien que pour moi elle restera toujours Soya. MA Soya…ma reine, mais pour l’instant j’ai du mal à l’envisager sous cet optique. La cigarette et bien mal menée entre mes doigts et je tire dessus de longues lattes pour calmer mon envie de faire voler tout ce qui pourrait se trouver sur la table.

Ça y est nous y voilà. Elle a saisi, je la sens se raidir. Je parierais même qu’elle n’a qu’une envie en cet instant c’est de se barrer comme elle l’a déjà fait quand on est trouvé là avec Ivo et qu’elle m’a joué la scène de : “je t’ignore”.

pas aussi régulièrement ça sonne comme un regret. Même si le ton qu’elle emploie est aussi sec que le mien. Je n’entends que ce que je veux entendre. J’écrase brutalement la cigarette dans le cendrier. La suite ne manque pas d’intérêt mais pas franchement je ne m’y attendais pas du tout. Quoi pour le cabaret ? Je pige pas ce qu’elle me raconte et ne vois pas ce que Vulpesco aurait à voir dans cette histoire, du moins pas pour l’instant parce qu’elle enchaine les questions. Puis là. C’est moi qui me prend une gifle. Je tombe des nues, en reste même la bouche entrouverte tellement je ne m’attendais pas à celle-là. Puis je m’assombris, crispe la mâchoire alors qu’elle rit nerveusement. D’une voix monocorde en la fixant bien en face, je lui balance. Non. Rien de tout ça…mais je suis ravi d’apprendre que tu as su occuper ton temps libre. La langue claque toujours sans cesser de la regarder. Lui et moi avions une affaire en commun…vu le plaisir qu’il a eu à me jeter à la gueule le lien que te liait à lui, je pense qu’il ne se serait pas privé de se vanter qu’il t’avait sautée…cela m’amène à penser que tu l’as vu après ma rencontre avec lui. Je l’attrape par le bras pour la rapprocher. Dis-moi, Masha…t’as tenu combien de temps pour lui ouvrir tes cuisses quand je ne t’ai plus donné de nouvelles ? Je la relâche presqu’en la poussant loin de moi. Aussitôt elle se lève pour se barrer. Qu’est-ce que je disais ? La fuite encore.

Je me sens trahi…sali même.  Elle m’a pris pour un con depuis le début sinon comment aurait-elle pu coucher avec cet enfoiré arrogant. Puis je ne sais pas pourquoi, tout en suivant sa silhouette du regard qui part se terrer je ne sais où, je repense au cabaret, à la dette et à ce qu’elle m’a sorti tout à l’heure. Elle avait besoin de voir Vulpesco à propos du cabaret ! Mon regard s’élargit comprenant sans vouloir justement le croire. A mon tour je me lève quelques minutes après elle, chope par les épaules cette serveuse qui n’arrêtait pas d’observer notre table.

– Le cabaret…qui l’a repris ?
– Soya, ne vous l’a pas dit ? …Le cabaret lui appartient maintenant et c’est bien mieux…. Je n’écoute plus ce qu’elle me dit, l’ai lâché pour emprunter la direction prise par Soya.

Je finis dans cette cour comme la dernière fois. Elle est prostrée le cul sur une marche. Je la relève par un bras sans délicatesse.

-…tu as couché avec lui pour du fric ? …pour ce cabaret … c’est ça ? C’EST ÇA ? Je la relâche, écœuré. Je crois que je pouvais passer sur le reste…mais ça…p’tain…ça ! Comment veux-tu que je réagisse ? Que je te prenne dans mes bras en te disant ce n’est pas grave ?! Soya regarde-moi…dis-moi que tu n’as pas fait ça pour payer le cabaret….pas toi… Ma main vient s’écraser violemment sur le mur derrière elle, juste à hauteur de sa tête. Dis-moi que tu avais une putain de bonne raison Soya…parce que ça ne va pas être possible si tu cours chez Vulpesco dès que tu as besoin de frics en échange d’une baise Mais ça je ne lui dis pas. Pourquoi tu ne m’en as pas parlé ?...Pour le cabaret peut-être que je pouvais t’aider…Putain, Soya pourquoi tu as fait ça ?

Je laisse tomber mon bras tendu encore plaqué contre le mur. Dépité…



©️ Justayne
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau départ [Max] - Lun 5 Mar - 9:30
avatar
Invité
Invité


Nouveau départMax & Masha

Masha fait la moue. Il se braque, interprète ses paroles, tandis que la conversation prend très vite un virage à cent quatre vint degrés, depuis que le nom de Vulpesco a été évoqué. Voilà ce qui énerve tant Max, un peu à la surprise de Masha. Elle ne s’attendait pas à une telle réaction. Est-ce que c’est pour ça qu’il ne lui a plus envoyé de message, et qu’il n’est plus venu la voir depuis tout ce temps ? Oui deux semaines, ça peut paraître très long quand on songe à la même personne à chaque instant. Et oui….elle espérait des retrouvailles toutes autres que celles-ci.

Mais tout ça passe à la trappe à cause d’un nom, à cause d’une mystérieuse affaire qui les lie tous les deux, lui et Dumitru. Le pourquoi du comment, elle n’est même pas sûre de vouloir le savoir. Pour le moment elle est trop énervée pour y songer. Enervée d’apprendre que Dumitru s’est encore mêlé de ses affaires, mais aussi inquiète de savoir ce que Dumitru a bien pu lui raconter, sachant, se rappelant ce qui est arrivé à Goran par le passé. Un souvenir qu’elle ne peut pas avoir oublié, ça non. Et surtout qu’elle ne veut pas voir se reproduire. Dumitru a assassiné Goran parce qu’il estimait qu’il n’était pas assez bien pour elle, alors Max ? Masha encaisse la nouvelle tant bien que mal. Enfin plutôt mal que bien puisque sa langue se délie et que, dans un accès de colère elle lui balance tout ce qu’elle croit que Dumitru lui aura dit …. Alors qu’il n’en est rien.

Elle encaisse à nouveau….Tout ce qu’il sait en fait, c’est que Dumitru est son sire, et que Masha est son véritable nom. Elle se sent comme assommée… stupide, mais en même temps, c’est mieux qu’il le sache… même si elle ne voulait pas le blesser, même si….. elle ne pensait pas que ça le toucherait autant. Ou alors il est simplement vexé parce qu’elle a couché avec un autre homme que lui….normal….c’était une belle connerie, c’est certain. C’était une belle connerie et pourtant c’était nécessaire.

Alors les paroles de Max font d’autant plus mal parce qu’elle comprend que lui ne pourra jamais comprendre ce qui s’est passé. Voilà tout ce qu’il voit, c’est ça…..une fille qui couche avec le premier venu à la première occasion. Ça fait mal, mais elle encaisse encore…. Sans rien dire, avant de s’enfuir, parce qu’il n’y a pas de discussion possible, tant qu’il la verra ainsi. C’est tout ce qu’elle est désormais à ses yeux !

Masha file à l’extérieur, ayant besoin d’un gros bol d’air, mais l’air pourtant glacé de la nuit ne soulage en rien cette sensation d’étouffement, ce sentiment qu’on doit ressentir quand on plonge dans des sables mouvants et qu’on a beau lutter, on ne fait que s’enfoncer plus encore….

Sauf que ce semblant de répit ne dure pas. La porte se referme dans son dos, elle entend les pas et au moment où elle se tourne, elle voit Max lui agripper le bras et l’obliger à se relever sans la moindre douceur. Et les accusations, insultes tombent sur elle comme des coups de massue, lui font plus mal encore que sa main qui serre son bras beaucoup trop fort. Masha lutte pour refouler la peur, ces vieux fantômes qui ont le visage de Vareck, le mari et traître dont la violence marquait autrefois son corps de bleus trop nombreux. Elle se dégage d’un geste brusque, se frotte le poignet et recule devant la colère de Max. Il ne va quand même pas la frapper ? Elle le met au défi de le faire d’un regard farouche, animal blessé qui pourtant se défend comme il peut.

Mais le dégoût qu’elle lit dans son regard l’achève mieux que n’importe quel coup qu’il aurait pu lui porter. Masha secoue la tête, ouvre la bouche, veut protester, mais sa voix se brise. Et aucun son ne sort. Elle sursaute au poing qui vient frapper le mur à côté d’elle, change d’expression pour tenter encore de parler, recule jusque contre le mur, secoue à nouveau la tête, puis explose brusquement dans une colère soudaine et dévastatrice. La meilleure défense c’est l’attaque ! Elle le pousse, de toutes ses forces.

- Je t’interdis ! Je t’interdis de me dire ça ! Je t’interdis de me juger. Tu n’sais rien ! Tu ne sais rien du tout de ce que j’ai enduré !

Elle semble reprendre son souffle après avoir laissé passer la première salve. Mais elle ne va pas s’arrêter en si bon chemin. Elle en a assez qu’il la prenne pour une moins que rien. Assez que tous la jugent pour ce qu’elle n’est plus, pour ce qu’elle a été malgré elle, par obligation et jamais par choix. Elle ne veut plus jamais qu’ils la traitent comme si elle n’était qu’une putain. Elle redresse le menton, fièrement et lui lance :

- Tu veux savoir pourquoi j’ai couché avec lui hein ? Parce qu’il le fallait ! Mais ça n’a rien à avoir avec le Cabaret. Je….. je croyais que j’allais me retrouver à la rue, j’avais peur de ce qui nous attendrait si Night revendait ça au premier type venu. Je ne voulais pas tu comprends ? Je ne voulais pas devoir tout recommencer à zéro, encore  !!!! J’avais vendu tout ce que j’avais pour me payer le voyage de Vegas jusqu’à Rome, pour retrouver Dumitru ! Je n’avais plus que ce travail pour vivre. Il n’était pas question que je le perde ! Je te l’ai déjà dit…..il est important pour moi !



Sa voix devient un murmure….. Masha reprend son souffle, essaie de ne pas s’effondrer. Elle n’en a pas fini.

- Tu veux connaître toute l’histoire…. Soit ! ….Dumitru, ça fait presque deux siècles que je le connais, ça fait depuis que je suis gamine….il était alors le boyard de ma famille. On travaillait dans ses champs, nous les gens du voyage. A la belle saison, nous établissions notre campement sur ses propriétés….. j’ai grandi sous sa protection, j’ai été mariée comme l’exige la tradition quand j’avais tout juste quatorze ans. Mon mari était un homme brutal qui l’est devenu plus encore quand il a compris que je ne pourrai pas avoir d’enfant… alors….je me suis mise à rêver de cet homme, le mystérieux boyard…..des rêves de jeune fille qui s’amourache du prince charmant. Mais il ne l’était pas…..

Masha lui raconte encore, comment son mari l’a trahie en la livrant à une créature de légende pour se débarrasser d’elle et toute la suite de l’histoire. Comment Dumitru l’a transformée, comment elle s’est enfuie ensuite, prise de panique, comment plus tard il a retrouvé sa trace et tué Goran son sire d’adoption qui avait fait d’elle une fille de joie et une voleuse pour mieux dépouiller ses clients, choisissant toujours les plus riches. Comment Masha a toujours rêvé de se venger de Dumitru pour la vie à laquelle il l’avait condamnée mais aussi parce qu’il avait tué Goran et qu’à cause de lui, elle se retrouvait une fois de plus à la rue et pourchassée par ceux qui l’accusèrent alors d’être la meurtrière de Goran. Une vie de misère qu’elle ne souhaite à personne. Recommencer encore, jusqu’à trouver sa place à Vegas en tant que danseuse, jusqu’à entendre parler de Dumitru installé ici à Rome.

- Alors j’ai vendu le peu que je possédais pour venir ici. J’ai trouvé ce boulot au boudoir, et j’ai retrouvé Dumitru. Je voulais… je voulais me débarrasser définitivement de lui, mais c’était oublier tout ce que j’avais ressenti pour lui pendant toutes ces années.


Elle lui explique avoir donc découvert la vérité sur sa transformation. Qu’il l’avait fait pour la sauver. Sauf qu’au moment où l’histoire aurait enfin pu se transformer en celle qu’elle avait imaginée si longtemps, après avoir attendu tant d’année de le retrouver, quand le rêve aurait pu devenir réalité …. Au lieu de quoi, Dumitru lui a annoncé qu’il aimait quelqu’un d’autre. Qu’elle arrivait trop tard…..Masha secoue la tête. Un rêve brisé en quelques minutes, la fin de tout un espoir…Il n’y a pas de mot pour lui expliquer. Il ne comprendrait pas la douleur ressentie, et sans doute ne le veut-il pas….

- Tout était terminé…..avant même d’avoir commencé. Il n’y a jamais rien eu entre nous au fond que des rêves, des rêves d’une jeune femme trop naïve…..Oh Dumitru a bien proposé de me dédommager pour toutes ces années où j’ai dû me débrouiller seule. Il voulait m’offrir une rente que bien entendu j’ai refusé !! Il croyait sans doute pouvoir acheter sa tranquillité d’esprit ! Masha lâche un rire cynique. Je n’aurai jamais accepté. Ce serait bien mal me connaître !
Pourtant…..


Elle inspire profondément avant de poursuivre.

- Quand j’ai appris que Night allait vendre le cabaret et qu’elle était pressée de s’en aller, je n’ai eu que peu de temps pour trouver une solution. Alors j’ai repensé à son offre. Je me suis dit qu’il me devait bien ça, non ?

Masha regarde Max et soupire…..

- Je suis allée le trouver. Il a accepté …..sauf qu’ensuite, monsieur m’a avoué s’être disputé avec son amant….alors moi…. et bien …..j’avais besoin de prendre ma revanche sur cet homme qui a pris ma place, me venger de Dumitru pour m’avoir plaquée de la sorte alors que je n’ai toujours aimé que lui, pendant toutes ces années ! Je voulais qu’il réalise ce qu’il perdait en me laissant tomber comme il l’ai fait, me jeter comme si je n’avais jamais compté……

Elle se tait un instant, ayant du mal à trouver les mots, du mal à le regarder, et à lui expliquer tout ce qu’elle ressent, ce qu’elle n’a fait que mettre en évidence en couchant avec Dumitru.

- C’était nécessaire aussi parce qu’il y avait toi, toi qui prends un peu trop de place dans ma vie, et que ça me fait peur…

Elle lève enfin les yeux pour les plonger dans les siens, et poursuit.

- j’ai réalisé trop tard que c’était une erreur, ce qui s’est passé avec Dumitru, même si ça m’a permis ainsi de tourner définitivement la page avec lui…..de comprendre qu’il n’y a plus rien entre nous, et je ne sais pas au fond, s’il y a jamais eu quelque chose… je regrette Max, mais je ne peux pas effacer ce qui s’est passé, je ne peux pas effacer mon histoire. Je peux seulement avancer….et espérer que tu comprendras…


©️ Justayne
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau départ [Max] - Mer 7 Mar - 11:49
avatar
Invité
Invité


 Nouveau départMasha et Max Je ne sais plus quoi penser. Des images de son corps enchevêtré dans celui de Vulpesco me donnent envie de gerber. Moi-même je ne comprends pas pourquoi ça me mets dans un tel état…ou probablement que je le comprends trop bien justement le pourquoi. Ça fait longtemps que je n’ai pas éprouvé autant d’attirance pour une femme, retrouver cette envie de partager un avenir…Tout a été balayé en quelques minutes quand elle m’a appris s’être donnée…pour quoi ? Un Cabaret ! Pour tourner une page ! Et elle voudrait que je fasse quoi maintenant sachant tout ça ? Que tout redevienne comme avant !
Le cœur dans ma poitrine me donne l’impression d’imploser. J’ai mal de voir que je n’ai pas compté pour elle. Mal de n’avoir été qu’une queue à exploiter. Alors je lui balance toute ma rancœur et mon dégoût pour ce qu’elle a brisé. Je ne sais comment je réussis à ne pas exploser davantage…je dois sans doute… l’aimer plus que je ne l’imagine.

En retour et pour toute réponse jusqu’à cet instant, elle se rebiffe en me repoussant de toute ses forces. J’en perds presque l’équilibre et s’il n’y avait pas eu mon agilité d’immortel, je serais sans doute vautré le cul par terre.

Enfin les mots franchissent ses lèvres. Mes bras se croisent sur mon torse un instant, certains psy diraient que je me ferme à la conversation, ça n’a rien à voir, en me poussant elle a appuyé sur une côte en mode cicatrisation. La vache, rappelez-moi de lui tenir les mains la prochaine fois…s’il y a prochaine fois. Le fait de croiser mes bras soulage ma côte. Je fouille dans mes poches à la recherche d’une cigarette. Je me répète mais je n’ai jamais autant fumé depuis que je la connais.

– Ouais je veux TOUT savoir… Rétorquais-je mauvais, en plus ce n’était pas faute d’avoir voulu en apprendre sur elle.

J’écoute, stoïque en apparence, tirant de temps à autre sur ma clope, allant m’appuyer sur le mur en face d’elle. Je savais pour la danse que c’est toute sa vie, même quand on a baisé la dernière fois, elle n’était pas restée couchée à coté de moi préférant s’entrainer. Faut croire que je passe après…ou juste avant histoire de la faire jouir pour la détendre.

Night…un sourire ironique s’éveille au coin de ma bouche. Je ne connais pas toute l’histoire mais la belle Night n’honorait pas toujours ses engagements, les dettes se sont accumulées bien plus qu’il ne le fallait. Est-ce qu’elle avait trouvé le moyen de faire reculer les échéances ? Un arrangement ? Mouais j’imagine bien l’arrangement, ça semble être une habitude ici. On écarte les cuisses et on gagne du temps ou de …l’argent, n’est-ce pas ? J’en crispe les mâchoires car ça réveille en moi les images du corps de Soya qui ondule sur l’autre connard.

Puis elle me raconte son histoire avant lui puis après lui…sa vie même d’immortelle n’a été faite que d’embuches. Toujours là a mauvais moment. Je me sens mal à mesure qu’elle me débite son parcours…malheureux en tout. Une vie faite de trahisons et de non-dits. Un Sire qu’elle fuit. Un Sire qui semblait vouloir l’aider…ça ne m’empêchera pas de penser que c’est un sale connard si elle était si précieuse, il n’avait qu’à tout mettre en œuvre pour la retrouver, non ? De toute manière c’est bien terminé, Vulpesco préfère le cul ferme de Sedara que les courbes de son infante, c’est bien ce qui m’a fait croiser sa route et passer un accord avec lui. Vulpesco a payé la dette de son mec, tout comme il a proposé de verser une prime de dédommagement à Soya pour son manque de présence …mhm ok, ce qu’elle a refusée pour ensuite revenir dessus avec la vente rapide du Boudoir. La suite devient intéressante…Vulpesco a donc perdu sur tous les plans : son mec, son fric ! ha ha ha je me marre, un peu moins pour la suite quand elle ‘apprend que c’est là qu’elle a couché avec lui. Par compassion ? Non pour se venger de Sedara et de Vulpesco en même temps…

Mais ce n’était pas tout. Elle se tait un instant, baisse la tête, perdue. Puis me fait comprendre que ce qu’elle avait fait, c’est à cause de moi…de mon “importance” pour elle…P’tain et elle me dit ça que maintenant ! Je soupire, passe une main dans mes tiffes en levant les yeux vers le ciel deux secondes pour tenter de digérer mais je n’y arrive pas même en croisant son regard de femme blessée….je ne peux pas.

– C’est certain…on ne peut pas faire marche arrière…j’aimerais te dire que je comprends, Soya. J’avance jusqu’à elle, balance la deuxième ou troisième clopes par terre. Je ne sais pas comment m’y prendre. La tenir dans mes bras ? Non je ne peux pas, pourtant j’aimerais…je pose juste ma main sur sa joue, la caresse de mon pouce en lui relevant le visage pour lui expliquer à mon tour. …oui j’aimerais…crois-moi…mais laisse du temps pour absorber tout ça…digérer… J’aurais préféré que tu viennes me voir pour le Boudoir plutôt que d’aller le voir, lui… Pas de colère dans ma voix. On a tous un passé Soya ça je l’entends…je voulais être ton avenir simplement…ma Reine. Un sourire fugace apparait sur ma bouche puis mon visage se ferme. J’ai besoin de temps pour y voir plus clair…savoir si ….je ne sais pas…c’est trop tôt pour je puisse effacer ça…tu comprends ? Ma main abandonne son visage. Tu sais où me trouver si tu as besoin.

Je me détourne d’elle pour prendre la direction de la sortie. Le pas hésitant...


©️ Justayne
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau départ [Max] - Ven 9 Mar - 0:04
avatar
Invité
Invité


Nouveau départMax & Masha



Il a écouté, sans bouger, sans rien dire, tout le long de son récit. Il a écouté son histoire, sans qu’elle ne prenne le temps de s’arrêter, de crainte sans doute de le voir partir, trop vite et sans avoir écouté jusqu’au bout mais non…. Il est resté jusqu’à sa conclusion.

Alors elle étudie le moindre de ses gestes, guette sa réaction, la craint, anticipe son départ, et souffre déjà sachant le vide qu’il laissera, sachant combien elle s’est déjà dangereusement attachée à lui. Car oui, il est dangereux de s’attacher, parce qu’on court le risque de souffrir encore, d’endurer ce qu’elle ne saurait plus supporter malgré l’éternité qui s’annonce devant elle, comme un tapis déroulé par le destin qui moqueur lui sourit. Parce que ce tapis, elle a réussi à se prendre les pieds dedans. Envers et contre tous ses efforts, ce qu’elle voulait éviter est en train d’arriver, ici et maintenant. Max encaisse, se détourne un instant, souffre, par sa faute…

Et il parle, prémices d’un pardon qu’il ne saurait lui accorder, ou de cette seconde chance qu’elle n’ose même pas réclamer. Il vaut mieux qu’il s’en aille, s’insurge-t-elle, c’est mieux ainsi ! qu’il parte donc ! Loin très loin………..mais, mieux pour qui ? La réponse s’impose d’elle-même….pour Personne, c’est trop tard …. Trop tard ! Elle veut qu’il reste, reconnaissant enfin ce qu’elle ne sait plus nier. Elle veut qu’il reste ! Cependant elle ne fait pas un geste, si ce n’est… retenir sa main contre son visage, fermer un bref instant les yeux à ce contact, à cette douce caresse, la seule qu’il lui accordera encore….

Alors c’est à son tour d’écouter, et d’espérer. Cette seconde chance qu’elle n’osait lui réclamer, il la lui offre en quelques sortes, ne réclamant que le temps d’encaisser, de digérer tout ce qu’elle vient de lui apprendre, une longue histoire certes, et parfaitement indigeste, elle en est tellement consciente ! Masha en reste muette, la gorge serrée d’émotion, de trop, beaucoup trop d’émotions, elle a pourtant encore à dire. Il faudrait qu’elle le retienne ou pas…. Elle doit le laisse partir, mais ce n’est que pour mieux revenir ? L’espoir revient, oui… Tout n’est pas encore définitivement gâché. Et son aveu est un coup en plus dans son cœur aussi efficace que son sourire si bref soit-il.

Elle veut être son avenir comme lui souhaitait être le sien. Il n’est peut-être pas trop tard. Elle veut le lui dire, mais il s’esquive, s’écarte, s’éloigne, laissant la nuit glacée l’envelopper plus étroitement. Finalement, elle n’a su qu’hocher la tête, acquiesçant à sa question. Oui elle comprend, et plus encore elle espère…comme jamais auparavant, même si ça fait mal…

Masha reste seule désormais dans la cour arrière du cabaret. Max est reparti en lui laissant ce dernier message « tu sais où me trouver ». Masha qui du coup prend son téléphone s’assurant ne sait-on jamais qu’elle a toujours son numéro…oui il est là, dans ses contacts, il lui suffira de quelques mots pour qu’il sache qu’elle attendra elle aussi….

….


Premier jour d’une vie qu’elle observe désormais d’un regard différent, détaché, comme si tout ça ne lui appartenait pas vraiment, comme si ce n’était pas sa vie mais celle d’une autre. Elle est à présent, la patronne de ce cabaret, même si aujourd’hui tout ça lui semble vide de sens. Et dire que la veille, elle se réjouissait de l’apprendre à Max, Max et encore Max. Il l’a laissée hier, mais il est toujours avec elle en pensée, en image, en parfum qui a imprégné tout son corps la poursuivant sans qu’elle ne cherche cette fois à l’ignorer. Max dont le nom s’affiche régulièrement sur son écran de téléphone sans qu’elle ne trouve les mots qu’il faudrait pour combler le vide.

Nouveau message….. l’écran reste vide. Masha renonce,… se sent désespérément maladroite et stupide, malgré toute son expérience, elle n’est pas fichue d’écrire trois mots sur un clavier, d’écrire noir sur blanc ce qu’elle ressent.

Enième tentative face à un écran toujours vide….. Elle a écrit dix fois, Max,  avant de renoncer. Elle finit par cesser de tergiverser en écrivant un simple :

Je pense à toi….

Avant d’effacer.

A la fin de son entraînement, elle finit par reprendre l’appareil d’un geste rageur, frustrée par son incapacité à transcrire ce manque qu’elle ressent plus vivement à chaque heure qui passe.

Max… je suis désolée….


Et elle envoie finalement ce message, soudain de fort mauvaise humeur et absolument pas satisfaite de ce qu’elle a écrit. Plus tard, elle lui enverra un second, juste avant le lever du jour.

Fais attention à toi….Soya…

Parce que pour lui, elle restera Soya…..sa Soya. Elle aurait peut-être dû écrire « Ta Soya » ?...Le doute, les regrets, le manque et la frustration ne font pas bon ménage. Masha aura bien du mal à laisser son corps prendre un peu de repos pour cette seconde journée sans lui, sans ses bras qu’elle aurait tellement voulu retrouver…..

©️ Justayne
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau départ [Max] - Sam 10 Mar - 16:51
avatar
Invité
Invité


 Nouveau départMasha et Max Tourner une page pour oublier ? Non je ne voyais pas ça comme ça mais c’était franchement pas possible pour moi de tout gommer comme ça, en claquant des doigts, parce qu’elle crachait enfin des explications. Je suis pas un mec compliqué mais j’aime pas avoir l’impression qu’on me la mettait profond. Bien sûr que j’exagère mais j’ai jamais revendiqué faire partie des gars qui savaient manier les mots avec la classe des plumeux,traduisez personne ayant une belle plume . Je sais bien que ce n’était pas l’intention de Soya mais la trahison est bien ce que je ressens malgré le fait que nous n’en soyons qu’aux premiers balbutiements d’une idylle.
Je n’ai pas fermé complétement la porte mais ne la laisse pas pour autant grande ouverte. Il me faut du temps et ne m’en cache pas. Elle le sait, c’est sur cette dernière note que je la quitte, non sans un pincement au cœur.

Pas à prendre sans pincettes le Max, je crois que tout ceux qui s’y sont frottés en auront eu pour leur frais…même les sœurs Carmineti, c’est dire. Quant à Ivo, bah il n’y a pas échappé mais ça nous a servi pour nos entrainements.

Difficile de sortir Soya de ma tête, même l’apparition d’une robe rouge portée par une cliente du casino me ramène toujours à elle. Alors pour ne pas avoir trop y penser parce qu’Ivo a raison là-dessus, ça pourrit la concentration les gonzesses. Leur petit cul…leur petit sein…ses seins p’tain. J’ai sollicité l’un de nos capitaines, Christiano Capuccini  pour m’occuper l’esprit et les mains. Je ne suis pas mécontent de devoir quitter Rome quelques jours. Ho presque rien, trois jours à vrai dire. Trois jours pour mettre la main sur un mauvais payeur et livrer le paquet à Capuccini.

Occupé dans les préparatifs de mon départ, je n’avais vu tout de suite que j’avais deux messages en attente. Deux sms envoyés par Soya, que je lis en rentrant chez moi pour la journée. Mon sac avec tout l’attirail du parfait kidnappeur : rilsan, adhésif, cagoule sans oublier flingue et munitions. Le temps de le mettre dans un coin et d’aller chercher un truc à bouffer, version poche de sang, dans mon frigo, je me laisse tomber dans un bon vieux canapé en cuir usé par le temps.

Mon portable entre les mains, j’évite de lui demander : “comment vas-tu ?” Question con à la réponse évidente enfin j’imagine. Perso, vaut mieux pas qu’elle me la pose parce que ma réponse risque d’être cinglante à l’image d’un : “d’après toi ? ”. Tout comme je vais éviter de répondre à son premier message. Elle est désolée…pas autant que moi, c’est certain.

* …toi aussi Soya, prends soin de toi. * C’est d’une platitude sans nom mais que vouliez-vous que je réponde ? Tu me manques ! J’ai envie de toi ! …ça me ressemble vachement.

J’abandonne mon portable sur le chevet en allant rejoindre ma salle de bain totalement ouverte sur la chambre. Ouais j’ai encore pas mal de travaux à faire chez moi. Tout est quand même sécurisé et la partie pseudo cuisine/séjour est bien distincte de ma chambre. Je n’ai encore jamais ramené chez moi qui que se soit, même Ivo. Je ne sais pas pourquoi, c’est mon chez moi. La bulle qui me ressource.

Lorsque la nuit a repris la main, je m’étire tranquillement dans mon lit, ramenant l’oreiller sous ma tête pour mieux m’y blottir encore un peu dedans. Puis direction salle de bain avant un retour vers ma chambre où mes yeux sont attirés vers mon portable. Est-ce qu’elle m’aura répondu avant que je ne l’éteigne ?


©️ Justayne
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau départ [Max] - Dim 11 Mar - 15:06
avatar
Invité
Invité


Nouveau départMax & Masha

Les heures passent, lentes, et les jours aussi finalement, sans que cela n’arrange l’humeur d’une Masha de plus en plus fébrile, irritable, impatiente, et nerveuse, sursautant au moindre « signe » de son portable. Ou comment devenir accro à cette petite chose technologique alors que jusque là, elle s’en contrefoutait…..

Il ne doit pas imaginer un seul instant l’enfer qu’il lui fait vivre en la laissant attendre ainsi sans lui donner des nouvelles, ni celui que par sa faute elle fait subir aux autres. Aucun enchaînement n’est jamais assez bien, aucune choré, aucun costume, idée, travail, rien, tout est à refaire, cent fois s’il le faut ! Masha devient exigeante, plus encore parce qu’elle a de nouvelles lourdes responsabilités. Mais au fond…..tout ce travail la sauve de cette attente insupportable.

Sans oublier de revenir trop souvent à son téléphone, en passant par toutes les humeurs possibles, en passant de l’espoir, à la déception, colère de se voir ainsi mise de côté, regrets encore et toujours, et cette frustration qui ne fait que montrer crescendo. Elle tourne, tel un lion en cage, jurant qu’elle lui fera payer pour la laisser mariner ainsi, puis l’instant d’après se promet de savoir se faire pardonner. Voudra-t-il seulement ? Puis elle passe encore à la colère, frustration.

Et puis zut ! Elle ne lui doit rien ! Rien du tout ! Après tout, ils n’ont couché ensemble que quelques fois, il ne lui a jamais suggéré qu’ils se devaient fidélité l’un à l’autre, il ne lui a pas non plus lui-même promis de ne lui appartenir qu’à elle. Oui tiens ! Cette idée, sa jalousie fait germer bien trop vite d’autres suppositions. Peut-être s’est-il déjà consolé dans les bras d’une autre, le séduisant Max ! Peut-être qu’au fond, il s’est bien moqué d’elle et qu’il est en ce moment même occupé à baiser une de ces pétasses auxquelles elle préfère aussitôt ne plus songer. Ces idées l’énervent encore davantage.

Puis soudain la sonnerie retentit…un nouveau message. Masha abandonne séance tenante ce qu’elle faisait pour se précipiter sur son téléphone, sentant son cœur cogner beaucoup trop fort. Cette attente va la rendre dingue et quand elle découvre l’auteur du message, son cœur saute, rate un coup ou deux, tandis que déjà elle l’ouvre pour lire, un simple « toi aussi, Soya, prends soin de toi »….

Elle passe par tout un kaléidoscope de sentiments, d’émotions. De la joie, ou du soulagement, ou les deux ! Il lui a enfin répondu ! …..un rire aussi qu’elle laisse échapper, telle une midinette flattée par un compliment. Il l’a appelée Soya. Petit numéro qui n’échappe nullement aux autres filles qui se préparent et qui échangent des regards entendus. Mais aussitôt, la déception, ou la frustration… c’est tout ? Rien d’autre ? Non, le message consiste en cette seule phrase. PFFf…..Est-ce que ça veut dire qu’il va revenir ? …non, oui, elle ne sait plus, doute et s’emporte contre son propre comportement.

Plus tard, muée par une inspiration soudaine, sans doute due au manque qu’il a laissé, elle lui envoie un message, juste avant le lever du soleil, avant de se reposer elle-même.

« je vais essayer, mais je ne le fais pas aussi bien que toi ! »… :amourlicorne: .

Et paff, qu’il essaie de se reposer après ça ! Il pourra imaginer ce qu’il veut !


…..

Une journée de plus dans l’attente. A ce rythme elle va finir par faire un massacre. Ou peut-être doit-elle l’oublier. Masha décide de prendre un bain pour essayer de se détendre. Bizarrement le téléphone est devenu son plus fidèle compagnon. Et tandis qu’elle barbote dans l’eau, elle se sent soudain prise d’une nouvelle inspiration. Allez un petit selfie… avec un texte.

Spoiler:
 


"Ce bain aurait été meilleur à deux….dommage ! Je vais devoir me laver toute seule et en profiter seule …… oué "


Le sourire de Masha s’étire, et voilà que sa frustration se voit adoucie par le doux parfum de vengeance. Il subira lui aussi cette attente qu’il lui fait endurer !




©️ Justayne
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau départ [Max] - Sam 17 Mar - 18:08
avatar
Invité
Invité


 Nouveau départMasha et Max Evidemment j’avais loupé sa réponse à mon dernier message. Réponse que je découvre lorsque je rallume mon portable tout en me préparant à partir. Elle fait naitre un sourire sur mes lèvres. Hé bieeeen je ne sais pas si c’est moi qui est les idées mal tournées ou si elle pense vraiment à la même chose que moi…mes doigts caressent ma barbe le temps que les images non-censurées passent avec trop de rapidité dans ma tête.

* Désolé, je ne découvre que maintenant ton message…Est-ce que tu as su quand même prendre soin de toi sans moi ?  :petitange:  *

Je range dans ma poche arrière le portable, prends mon sac, mes clés de voiture. J’ai deux bonnes heures de route avant d’atteindre Pescara, ce n’est pas énorme mais plus vite je serais arrivé, plus vite je pourrais repérer les lieux, kidnapper le colis et rentrer.
Bien sûr que ça ne se fait pas d’envoyer des sms en conduisant surtout sans posséder les nouvelles technologies Bluetooth etc. Enfin ça serait con de ne pas tirer un avantage d’être un immortel pour faire plusieurs choses en même temps comme conduire et smser.

* Qu’est-ce que tu portes…  * Celui-là est parti sans réfléchir à l’impacte que ça sous-entendait. Peut-être que je commence à digérer, me rendant compte de l’importance qu’elle a pris en peu de temps dans ma vie.

Juste avant de déposer mon portable pas très loin du levier de vitesse, je lui envoie une courte vidéo mais sûrement pas celle qu’elle pourrait s’attendre à recevoir après mon sms précédent. Ça me fait marrer parce que je ne sais pas si elle pensera à un truc sur le même thème. Faut bien que je la charrie un peu aussi avec ses allusions qu’elle semble me faire. Mais ça se trouve je me tape un film et que c’est complétement innocent pour les “soins” en question. Arf je ne crois pas puis ça m’évite de me dire que je possède une bite à la place du cerveau. Charité bien ordonnée commence par soi-même, non ? Alors mes pensées seront chastes et pures….mouhahaha, ouais moi non plus je n’y crois pas du tout.

….

J’avais fait mes repérages, il ne me restait plus qu’à trouver une chambre d’hôtel pour y passer la journée. Soya m’avait répondu…visiblement elle ne portait plus rien et barboter dans son bain…j’ai dû tirer sur mon encolure en reposant la portable le temps de remplir la fiche à la réception de l’hôtel. Chambre 69, ça ne s’invente pas, bref je ne me fais pas prier pour prendre possession de la chambre.

* …je suis curieux de savoir comment tu en as profité… * J’envoie puis j’en ajoute un autre : * très belle photo en tout cas…je suis à Pescara…ma baignoire est plus grande que la tienne…*

A toi jolie Soya de gamberger, moi je vais sortir un peu avant le couvre-feu. Non je n’y vais pas pour draguer et encore moins pour me nourrir, juste pour le plaisir de découvrir une ville que je ne connais pas avant d’aller prélever mon colis demain soir.
Je lui envoie quelques photos  au fil de mes déambulations : une rue bombée de noctambules,  le verre que je me suis commandé même si plus pour la forme que par plaisir, je lui envoie même l’affiche d’un spectacle de cabaret ou un peep-show j’avoue que ça prête à confusion en légende de cette photo je lui précise. Enfin pour finir, je lui prends une vue de la plage avec le reflet de la lune sur la flotte.

* …un bain de minuit ? Toi et moi…peut-être.*

Je rentre ensuite à l’hôtel. Dans le Hall, je me prends un selfie puis lui ajoute :
* …grande baignoire….grand lit…juste moi…et ma main… *

©️ Justayne
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau départ [Max] -
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2 :: Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Nouveau départ capillaire !
» Nouveau départ [Pv Caitlyn et Enora]
» Nathan un nouveau départ
» Sara, un nouveau départ!
» Le nouveau préfet n'aime pas le mot "basse".

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: