Impossible n'est pas Jiji

 :: HABITATIONS
Impossible n'est pas Jiji - Dim 25 Fév - 23:58
avatar
sorciers
sorciers


EFFIGIE : Olga Kurylenko
BAFOUILLES : 465
PACTE : 11/07/2017


OSSATURE : 32 ans
CONTRAT : Divorcée - En couple (avec l'ex-mari...)
BESOGNE : Chasseuse de tête (dans le recrutement) - Informatrice du Vatican
ÉCHINE : Sorcière Wicca
PRESTIGE : Pouvoir de détection des mensonges
GANG : Membre du coven Aconit
CREDIT : Shadow Dancer

 
Jillian & Anastasia // Impossible n'est pas Jiji

 
Cela fait maintenant deux jours que l’ancienne cheffe de Jacopo est morte. Que nous l’avons tuée, plus précisément. Nous voulions notre vengeance, nous l’avons eu. Lui pour venger Luigi, moi pour venger mes parents. Et nous l’avons fait ensemble, pour venger ce mariage qui n’avait rien demandé. Mais l’euphorie de la soirée est passée, et je me rends compte de ce que j’ai fais. J’ai tué une femme… J’ai beau me dire qu’elle l’avait mérité, qu’elle tuait des innocents de sang froid, qu’elle avait fait souffrir mes parents, les laissant peut-être agoniser par terre… Je me demande si je n’ai pas eu tord. J’ai tué une femme, merde. Je m’attendais à me sentir soulagée, rassurée, contente d’avoir enfin réussi à venger mes parents, après des mois de recherche… Mais non. La vengeance n’amène rien, je le comprends maintenant. Je me sens sale, ça ne me ressemble pas. Je n’avais jamais tué. Je ne savais pas ce que ça faisait. Je ne sais pas comment fait Jacopo. Et j’ai peur de lui en parler, j’ai peur qu’il ne comprenne pas. Je ne lui mens pas, j’ai bien décidé qu’il n’y aurait plus de mensonges entre nous. Mais étant donné que nous évitons le sujet… Je ne veux pas en parler. Nous sommes bien ensemble, je ne veux pas tout gâcher. En parler à Maisie ? Je… Je ne suis pas sûre qu’elle me comprendrait, et je n’ai pas envie qu’on me fasse la morale… J’ai surtout besoin de réussir à dédramatiser, même si ça me semble impossible. Impossible… Je pense tout de suite à une blonde, avec qui je me suis liée d’amitié pendant cette enquête. Impossible est un mot inexistant pour elle, je le sais. Impossible n’est pas Jiji. Je sais que elle saura me rassurer, il faut que j’aille la voir avant de mourir d’angoisse dans cet appartement…

J’attrape mon sac à main, mon portable et me dirige vers le logement de mon amie. Je frappe énergiquement à sa porte. Je dois sembler fatiguée et inquiète. J’attends qu’elle ouvre, pour prendre rapidement la parole, sans même la saluer, ni lui laisser le temps d’ouvrir la bouche.

« Jiji j’ai besoin de toi ! Il faut que je te parle absolument ! Ce… C’est fait… »

Je ne sais pas si elle va comprendre directement, mais normalement ça devrait faire tilt dans son esprit. Elle sait ce que je rêvais de faire. Ce rêve me parait si stupide maintenant. Et si j’avais fais la pire erreur de ma vie ? Et si quelqu’un nous avait vu ?
⇜ code by bat'phanie ⇝

☾ ☾ ☾ ☾ ☾
Revenir en haut Aller en bas
Impossible n'est pas Jiji - Lun 26 Fév - 13:59
avatar
Invité
Invité


impossible n'est pas jiji  





 « Jamais de la vie. Tu m'entends ? » Son père, qui venait répéter encore ce même refrain, absolument imbuvable. Elle ne savait pas comment lui dire délicatement les choses, alors elle se retrouvait dans la position de la sale gosse.   « Je refuse de perdre du poids pour tester un nouveau traitement, merde. J'suis pas un lapin, je bouffe de la pizza et j'vais continuer, merci et j'ai des trucs à faire bisous. » Se contentant de raccrocher sans la moindre trace de colère, mais simplement une certaine lassitude que la sorcière ne pouvait pas cacher… et qui dura 30 secondes. Jillian avait une relation particulière avec son père, trop ancré dans un pessimisme morose et ennuyant. Jiji avait une capacité à relativiser pour tout, mais en effet devoir manger « plus sereinement » n'était pas dans ses projets. Elle était condamnée, alors autant être condamnée en profitant de la vie parce que clairement devenir une tortue adepte de la salade ne semblait pas l'emballer plus que cela. Laissant tomber son téléphone pour à nouveau se pencher sur ses cours : dernière ligne droite, le diplôme était à sa portée, encore quelques mois et la demoiselle serait enfin indépendante. Elle ne pouvait pas le nier : vivre dans cette grande maison était agréable, avec son joli jardin, sa jolie piscine intérieure et bien évidemment une cave qui lui permettait d'user de sa magie sans mettre en danger autrui. Pourtant, Jillian trouvait cette maison beaucoup trop vide, et elle dépendait toujours de ses parents qui pouvaient débarquer n'importe quand. La liberté serait relative, mais elle s'en foutait putain elle comptait l'embrasser sans sourciller. La sorcière vint bien vite à se saisir de guimauve tandis qu'elle secouait frénétiquement la tête en fredonnant un air de Britney Spears en totale contradiction avec le silence de la pièce qui dénonçait une ambiance de travail. L'heure tournait, l'horloge poursuivait sa route désespérée vers demain. Ce processus fut brisé alors que quelqu'un se décida à venir la sauver des griffes des révisions. Se précipitant vers la porte avec cet immense qui la caractérisait, et il fallait bien avouer qu'elle s'attendait toujours à recevoir n'importe qui donc elle n'était jamais surprise : Anastasia. Ce n'était pas la personne qui surprenait, mais la manière de se présenter.  La blonde avait un immense sourire, qui se transforma lentement en écarquillement d'yeux tandis qu'elle réalisait l'ampleur de la phrase. Hochant la tête en se pinçant les lèvres en tendant le paquet de Guimauve en direction de son invitée.   « Si tu veux tu peux manger de la guimauve le temps que je prépare les cocktails. » Laissant échapper un sourire en coin tandis qu'elle vint à lui faire signe de rentrer dans la maison.

Jiji vint alors à refermer la porte, observant vaguement le monde extérieur. La sorcière n'était pas paranoïaque, elle n'allait donc pas imaginer le pire : elle était suivie, traquée par la police et bientôt un coven allait débarquer dans cette maison pour vaudouer la pauvre Ana. La blonde n'avait rien à faire dans cette histoire, elle était un membre rajouté : Jiji, c'était cette pièce de Lego que personne n'avait réclamé, mais qui était toujours là sans véritable raison autre que le hasard et la curiosité. Jiji avait fait la connaissance d'Ana, puis de son détective privé. Enfin non, le détective avait trouvé Jillian. Longue histoire.   « Je suppose que quand tu dis que c'est fait, tu ne me parles pas d'un don de rein ou d'un prêt immobilier sur 20 ans ? Enfin j'espère, car j'ai pas de champagne. » Humour un peu merdique, mais bon, cela serait mal la connaître d'imaginer autre chose.





© TITANIA
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Impossible n'est pas Jiji - Mer 28 Fév - 20:41
avatar
sorciers
sorciers


EFFIGIE : Olga Kurylenko
BAFOUILLES : 465
PACTE : 11/07/2017


OSSATURE : 32 ans
CONTRAT : Divorcée - En couple (avec l'ex-mari...)
BESOGNE : Chasseuse de tête (dans le recrutement) - Informatrice du Vatican
ÉCHINE : Sorcière Wicca
PRESTIGE : Pouvoir de détection des mensonges
GANG : Membre du coven Aconit
CREDIT : Shadow Dancer

 
Jillian & Anastasia // Impossible n'est pas Jiji

 
Nous l’avons fait. J’avais tellement attendu ce jour que je ne m’étais pas vraiment rendu compte de ce que cela allait engendrer. Je voulais venger mes parents, à tout prix. Mes parents, sauvagement assassinés par une sirène. Vidés de leur sang. Les a-t-elle laissé agoniser, avec les dernières gouttes de sang qu’il restait en eux, ou les a-t-elle tués sur le coup ? Je ne le sais pas, et je ne le saurai jamais. Mais je voulais les venger. Une vie contre trois, je me disais que ce n’était pas cher payé. Contre quatre même. Je n’oublie pas Luigi. Mais maintenant que ce moment est passé, maintenant que j’ai tué une personne pour la première fois de ma vie, même s’il s’agit d’un monstre sanguinaire… Je ne suis plus sûre que ça valait le coup. Aurais-je vraiment du ? Je ne ressens même pas cette satisfaction tant attendue. Je ne suis plus sûre que mes parents auraient cautionné ce geste. Je suis même pratiquement sûre qu’ils ne l’auraient pas voulu. Je m’en foutais avant, je voulais juste les venger. Mais maintenant… Le doute m’assaille, la peur aussi. Et si quelqu’un nous avait vu ?

Mais il est trop tard maintenant. Je le sais, je ne peux pas revenir sur mes actes. Alors il faut que j’apprenne à vivre avec cette décision, il faut que je l’accepte. Mais toute seule, je ne peux pas. Il faut que j’en parle, et je ne veux pas embêter Jacopo avec ça pour l’instant. Plus tard peut-être. Il me faut la bonne humeur de Jillian. Alors je me dépêche d’aller chez elle à l’improviste, en espérant qu’elle y soit, et qu’elle ne soit pas occupée. Je frappe, elle ouvre. Ouf, elle est bien ici. Sans même lui laisser le temps de parler, et sans même la saluer comme il se doit je l’informe que j’ai besoin de lui parler que… Que c’est fait… Je devine à son changement d’expression qu’elle a bien compris de quoi je parle. Elle me tend un paquet de guimauves, qu’elle tenait dans sa main, m’indiquant que je peux en manger le temps qu’elle prépare les cocktails, tout en m’invitant à entrer chez elle. Je prends le paquet de guimauve, et ne me fais pas prier pour entrer.

« Bien fort le cocktail… J’ai besoin d’oublier… »

Je prends une guimauve dans le paquet, et la mange. Voilà exactement pourquoi j’avais besoin de Jillian en ce moment même. Pour se changer les idées, et dédramatiser, il n’y a pas mieux. Je m’assois sur le canapé en attendant, et ses paroles ont le mérite de m’arracher un sourire. Je repose le paquet de guimauve sur la table, et passe une main dans mes cheveux, nerveuse.

« J’aurai préféré… Largement… Bien que le prêt aurait été inutile… Mais non, je te parle bien de ma vengeance… Il y a deux jours, Jacopo est venu me trouver à mon appartement, en m’apprenant qu’il l’avait trouvée. La sirène qui a tué mes parents. Son ancienne cheffe, à la police. Une histoire de mafia, elle avait aussi tué son meilleur ami. Bref, autant te dire qu’il souhaitait la voir morte autant que moi… Alors on y est allé ensemble, au lieu de rendez-vous… Et… » Je regarde mes mains. J’ai l’impression d’avoir encore son sang dessus. « On l’a fait… On l’a tuée, Jiji… Mais nous n’aurions pas du, je ressens plus de regrets que de satisfaction ! J’ai pris la vie de quelqu’un, et personne ne mérite ça, quel qu’il soit ! »

Je parle vite, elle doit se rendre compte de la panique qui m’envahit à chaque fois que j’y repense. J’ai pris une vie. Qui suis-je pour avoir fait ça ? Je n’en avais aucun droit…
⇜ code by bat'phanie ⇝

☾ ☾ ☾ ☾ ☾
Revenir en haut Aller en bas
Impossible n'est pas Jiji - Mer 28 Fév - 22:07
avatar
Invité
Invité


impossible n'est pas jiji  






Il y avait deux vérités, faciles à retenir et à balancer sur Jiji. La première, était plus proche de l'insulte que du compliment, mais de manière assez grossière et pour résumer l'esprit masculin qui croisait le regard de Jillian : elle était « bonne ». Elle  n'était pas « jolie », mais « bonne ». Rien de glorieux, mais en effet, Jiji était une demoiselle qui savait se mettre en avant quand cela était nécessaire. Elle n'était pas narcissique et l'idée d'être matée n'était pas nécessairement plaisant dans certaines circonstances, mais en effet elle ne rentrait pas dans la catégorie des « thons enragés » - catégorie fortement désagréable comprenant notamment Lindsay Lohan. Une vérité difficile à contester lorsque la sorcière faisait des efforts sur son physique. L'autre vérité, absolue était la suivante : le coeur de Jiji était un puits sans fond. Un amour inépuisable, avec cet immense sourire qui venait bercer les pires maux. La blonde, avait cette qualité inestimable de toujours relativiser et donc d'avoir un regard autre sur le pire et le meilleur. Il fallait toujours avoir du recul pour avoir un bon coeur : la sincérité était la clé du coeur de la sorcière. Voilà une qualité qu'elle pourrait revendiquer sur son épitaphe en précisant qu'elle avait le mérite d'être « bonne » selon de nombreux primitifs. Donc oui, lorsqu'Ana ouvrait la porte, l'air déphasé laissant supposer qu'elle venait de commettre un crime : lui offrir de la guimauve, n'avait rien de choquant pour la sorcière. Cette maison était un temple des confidences, des secrets et des remontrances nécessaires. Ne jamais laisser un être dans le besoin à sa porte. La porte à nouveau fermée, cet endroit serait un refuge, mais nullement un simulacre de prison ou d'échappatoire. Gentille, assurément. Menteuse ? En aucun cas, la vérité sonnerait tambour battant. L'étudiante afficha donc un immense sourire face à la réponse d'Anastasia : oublier ? Impossible, il fallait avancer, mais vivre avec.   « Tu sais que le sexe c'est mieux que l'alcool pour oublier ? J'trouve que ça détend vachement. Non c'est pas une proposition, je te rassure. » La sorcière laissa échapper un rictus en coin pour finalement prendre direction de la cuisine. Venant se saisir de deux verres à vins – car cela donnerait un effet dramatique comme dans les films – pour prendre la direction du canapé tandis qu'Ana venait à répondre à sa vague plaisanterie sur le don de rein. Déposant les verres sur la table basse en venant se saisir à son tour d'une guimauve en écoutant l'histoire avec attention. Il était donc question d'un meurtre… et ça, c'était la partie facile. Donc, une histoire de mafia, de vengeance et de justice arbitraire. Jiji observa les mains d'Ana en même temps que cette dernière. Du sang sur ses mains, cela ne partirait jamais et la panique dans la voix de la jeune femme laissait paraître son désarroi. «  Bien super, tu as des remords j'ai le plaisir de t'annoncer que tu n'es pas une psychopathe. C'est déjà un super bon point, pour moi surtout. »

La demoiselle tira une mèche de cheveux à Ana tandis qu'elle reprenait la direction de la cuisine pour récupérer l'alcool.   « Si tu continues de regarder tes mains, tu vas finir avec des moufles et c'est pas pratique les moufles pour boire dans un verre à vin. Au cas où, il doit me rester un verre Batman que mon frère a laissé.  » Jillian n'avait pas besoin de joindre l'humour, cela était naturel et Ana se doutait sans doute d'une réaction assez calme. Jiji était contre le principe même de vengeance, donc il allait falloir soutenir, mais également jouer la conscience morale sans devenir un poids. Venant se saisir des seules bouteilles qui traînaient dans son frigo : un coca, un jus de fruit et de la vodka.  Revenant tout de suite vers Ana en l'observant avec un air faussement dramatique, digne de Marion cotillard lors de sa victoire aux oscars. « Sache avant toute chose que je suis touchée, d'être officiellement ta complice. J'tiens à remercier mon chat, de m'avoir toujours soutenu dans les pires situations.  » Déposant les bouteilles sur la table basse en venant s'installer sur le canapé à côté d'Ana. Lui faisant signe de se servir. Jillian, elle, allait surtout essayer de comprendre plus qu'elle n'allait boire.    « Tu dois te poser des questions. La première de toute : était-ce préméditée ? La seconde, est de savoir si c'était une vraie rousse.  » Laissant échapper cette phrase sur un air faussement autoritaire avec un petit geste dédaigneux de la main.   « Tu en as parlé avec Jacopo ? N'essaye pas de l'exclure, surtout que j'peux lui envoyer un sms et lui dire de ramener de l'alcool au besoin. Promis, j'fais des tarifs de groupe. »







© TITANIA
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Impossible n'est pas Jiji - Mer 7 Mar - 14:16
avatar
sorciers
sorciers


EFFIGIE : Olga Kurylenko
BAFOUILLES : 465
PACTE : 11/07/2017


OSSATURE : 32 ans
CONTRAT : Divorcée - En couple (avec l'ex-mari...)
BESOGNE : Chasseuse de tête (dans le recrutement) - Informatrice du Vatican
ÉCHINE : Sorcière Wicca
PRESTIGE : Pouvoir de détection des mensonges
GANG : Membre du coven Aconit
CREDIT : Shadow Dancer

 
Jillian & Anastasia // Impossible n'est pas Jiji

 
J’ai besoin des conseils de Jillian pour m’aider à dédramatiser, m’aider à accepter le fait d’avoir tué quelqu’un, aussi garce cette victime soit-elle. Alors lorsqu’elle ouvre la porte, m’invitant à rentrer à l’intérieur, tout en me tendant un paquet de guimauve, je me sens déjà bien mieux. Il faut que je lui explique, que je parle avec elle. Elle prépare des cocktails ? Parfait, j’ai besoin d’oublier. Je lui fais part d’ailleurs de ma pensée, et sa réponse parvient à me tirer un sourire.

« J’ai déjà essayé ! Et ça ne fonctionne que sur le moment… Alors peut-être qu’une bonne gueule de bois aura des effets plus longs sur la perte de mémoire qu’un orgasme ! »

Je m’assois sur le canapé en attendant qu’elle ne revienne avec les cocktails, tout en mangeant des guimauves. Je fais une pause dans ma dégustation pour pouvoir lui raconter ce qu’il s’est passé. En reparler me fais à nouveau paniquer. Lorsque je regarde mes mains, j’ai encore l’impression d’y voir le sang de la sirène dessus. Je confie à Jillian mes regrets. Je n’aurai pas du, la vengeance n’apporte rien, et je le sais à présent. Mon amie vient poser les deux verres à vin sur la table, tout en piquant une guimauve au passage. Elle m’informe qu’au moins, les regrets prouvent que je ne suis pas une psychopathe… Effectivement, je peux l’assurer ça. Je ne souhaite vraiment pas tuer à nouveau. Vraiment pas… Je suis tellement obsédée par mes mains que je sens à peine Jillian tirer une de mes mèches de cheveux. Juste le son de sa voix me ramène dans l’instant. Je souris. Elle a raison, ça ne changera rien de toute façon.

« Batman c’est bien. Mieux que Superman en tout cas. »

Je la suis du regard alors qu’elle va récupérer les bouteilles dans son frigo, et qu’elle revient vers moi, avec cet faussement dramatique, tout en faisant un discours de remerciement. Sans oublier le chat. Je souris, et ça fait du bien.

« Les chats sont les meilleurs complices. Et désolé de t’impliquer là dedans… Je ne voyais que toi pour m’aider, en fait… »

Elle dépose les bouteilles sur la table basse et s’installe à mes côtés. Je lui rends son paquet de guimauve, le liquide transparent étant bien plus attirant maintenant. Elle me fait signe de me servir, je ne me fais pas prier. Je me sers un verre de vodka-orange dosé assez fortement, et lui demande si elle veut que je la serve aussi. Mais elle reprend la parole au sujet du meurtre. Elle me demande si c’était prémédité. Et si c’était une vraie rousse. Prenant mon verre dans ma main, je bois une bonne gorgée avant de lui répondre.

« C’était prémédité… Je voulais venger mes parents, j’attendais ce moment depuis mai. Nous avons élaboré un plan… Et non, elle n’était même pas rousse. Elle avait même laissé de faux indices… Elle était blonde. » Je bois une nouvelle gorgée, alors qu’elle se met à me parler de Jacopo. Je la regarde. « Je ne lui en ai pas parlé. Je ne veux pas l’embêter avec ça. Je préfère mille fois t’embêter toi ! » Je lui sors mon plus grand sourire, tout en espérant qu’elle ne l’appelle pas. Je ne sais pas comment il réagirait, surtout que je ne pense pas rester sobre, et que je ne voudrais pas dire des choses qu’il ne faudrait pas…
⇜ code by bat'phanie ⇝

☾ ☾ ☾ ☾ ☾
Revenir en haut Aller en bas
Impossible n'est pas Jiji - Jeu 8 Mar - 21:52
avatar
Invité
Invité


impossible n'est pas jiji  





« Ouais non un orgasme ça s'oublie vite. Faut dire, ça arrive pas souvent, pardon j'suis célibataire hein. » Elle était jolie. Ce n'était pas « difficile » de trouver quelqu'un, mais il était « difficile » de faire fondre le coeur de la demoiselle sentimentalement parlant. Il était facile de plaire à Jillian, il suffisait de la faire rire et cela n'était clairement pas difficile. Tout le monde pouvait tomber dans les bonnes grâces de la blonde, mais sans surprise : il était fort aisé de sombrer dans les abysses de l'oublie. Jiji était gentille, mais sans doute que son plus gros défaut socialement parlant était sa rancune. Il était impossible ou presque de s'embrouiller avec la sorcière, mais la marche arrière n'existait pas. Cela était rarement arrivé, mais assez pour devenir une règle absolue. Sans doute que le défaut absolue d'Ana, serait son impulsivité étant donné la situation et le contexte. Jillian s'était toujours demandée si elle était douée pour cerner les gens, ou si à chaque fois, elle se fourvoyait. Ana, semblait une fille saine, mais qui nourrissait une colère insatiable. Le meurtre, était le reflet d'une souffrance et Jiji ne croyait pas en l'idée qu'on naissait avec la nature de monstre, mais qu'on le devenait à force d'endurer des épreuves. Voilà ce qui expliquait pourquoi Ana était assise sur son canapé et non pas mise à terre entre des flammes le temps que la police débarque pour l'arrêter. Ana allait certainement culpabiliser, Jillian pouvait simplement l'aider à s'en sortir et être une amie digne de ce nom sans pourtant être indigne envers ses principes.  «  J'aime pas les super-héros, donc bon j'vais pas trop juger. Parce que clairement moi aussi j'peux enfiler un pyjama et taper des gens.  » En réalité, elle avait un réel problème avec les valeurs véhiculées

La phrase d'Ana décocha un rictus en coin sur le visage de la blonde. La seule à qui elle pouvait se confier ? Cela était aussi bien synonyme de compliment que d'insulte selon les individus : la seule conne à fermer sa gueule car trop gentille, ou l'amie géniale prête à tout pour protéger les siens. La question du point de vue, tout simplement. La demoiselle ne répondit pas de suite, venant s'installer en récupérant la bouffe et en laissant Ana se servir, lui indiquant poliment de lui servir la même chose. Jillian allait l'accompagner pour le premier verre, mais nullement pour les suivants. « J'suis comme le fond de la boite de pandore : toujours là. Ouais j'ai décidé de m'associer à l'espoir, j'suis modeste comme fille.  » Il valait mieux en rire, de cette position. Jillian se moquait du « pourquoi », à partir du moment où elle était assez présente pour éviter une récidive. Donc, bien que les questions se voulaient simples, elles étaient toutes nécessaires. La blonde l'écouta avec attention en portant le verre à ses lèvres. Trinquer ? Non, certainement pas. Jillian ne tenta pas, puisqu'un meurtre ne se fêtait pas. Ce fut sans surprise que la demoiselle fut choquée : elle était blonde. Écarquillant les yeux en venant porter les lèvres au bord de son verre avec un petit regard suspicieux. Une fausse rousse ? Pire qu'une vraie rousse. Pour autant, la suite de la conversation mettait Jillian face à une position confuse : Jacopo n'était au courant de rien ? Vraiment ? Il était devenu un ami, à sa manière, mais elle ne lui mentirait pas.  « Une fausse rousse ? Une traître à son sang : les blondes. Cela n'avait rien d'innocent donc, elle savait exactement ce qu'elle faisait, son acte à elle était donc prémédité au même titre que le vôtre. Cela ne justifie rien, évidemment.  » La sorcière déposa son verre sur la table basse, sachant qu'elle ne serait pas celle qui allait boire énormément ce soir.  « Si je te disais, qu'il est déjà venu me voir ou si demain il venait me voir en promulgant la même demande : j'crois que tu aimerais le savoir si les rôles étaient inversés.  » Jiji devait aussi se montrer « réaliste » et pas seulement être la bonne copine dans l'histoire.  « Néanmoins, promis je vais attendre de t'avoir couché dans la chambre d'amies pour ensuite l'appeler et le prévenir. Comme ça tu seras déjà en rendez-vous avec Morphée.  » Laissant échapper un rire moqueur en penchant légèrement la tête en observant Ana.  « Je ne ferais rien, parce que tu vas le faire. Parce que tu peux m'embêter autant que tu veux, mais j'veux que vous avanciez main dans la main, pas en vous tournant le dos. »









© TITANIA
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Impossible n'est pas Jiji - Lun 12 Mar - 21:56
avatar
sorciers
sorciers


EFFIGIE : Olga Kurylenko
BAFOUILLES : 465
PACTE : 11/07/2017


OSSATURE : 32 ans
CONTRAT : Divorcée - En couple (avec l'ex-mari...)
BESOGNE : Chasseuse de tête (dans le recrutement) - Informatrice du Vatican
ÉCHINE : Sorcière Wicca
PRESTIGE : Pouvoir de détection des mensonges
GANG : Membre du coven Aconit
CREDIT : Shadow Dancer

 
Jillian & Anastasia // Impossible n'est pas Jiji

 
Je nous sers deux verres de vodka orange, en ayant la main un peu lourde sur le liquide alcoolisé certainement. Parce que ce soir, j’ai envie de tout oublier, j’ai envie de boire. Je prends d’ailleurs une grosse gorgée de ce mélange, avant de m’excuser auprès de Jillian pour la situation dans laquelle je la mets malgré elle. Je lui avoue que je ne pouvais que compter sur elle, parce que je sais qu’elle saura me remonter le moral, sans pour autant aller me balancer à je ne sais pas qui. Parce qu’elle est devenue une véritable amie au fur et à mesure des mois passés à se voir. Sa comparaison avec la boite de Pandore me fait sourire mais je ne rétorque rien. Elle me demande aussi si le geste était prémédité, et si c’était vraiment une rousse. Je lui confirme que c’était prémédité. Je rêvais de tuer la sirène qui s’était repue de mes parents en les laissant agoniser seuls, depuis des mois. Alors oui, le geste était prémédité, à tel point que j’avais déjà les balles à la caulerpa et l’extrait de caulerpa. Et à tel point que j’ai même planifié mon plan à moi, laissant Jacopo sur la touche sans qu’il ne s’y attende. Et non… Elle n’était pas rousse, mais blonde. Elle avait laissé un cheveu roux sur place pour nous mener vers de fausses pistes. La garce. Jillian n’a pas tort. Son geste aussi était prémédité. En même temps quand j’y pense… Quand je pense à tout ce qu’elle nous a fait subir, à Jacopo et à moi… Je me dis qu’elle n’a eu que ce qu’elle mérite mais… Je n’arrive pas à m’enlever cette culpabilité qui me ronge.

Mon amie pose son verre sur la table, alors que je finis déjà le mien, tout en me demandant si Jacopo est au courant. Non… Je lui avoue que je ne veux pas l’embêter avec ça, que je préfère l’embêter elle, tout en lui souriant. Sa réaction n’est pas celle que je voulais entendre mais… Elle a raison sur un point. Si Jacopo était à ma place, dans ce canapé… Je voudrais être au courant à coup sûr. Je baisse les yeux, me resservant un nouveau verre du même mélange que tout à l’heure. Je l’écoute continuer, m’annonçant qu’elle allait attendre que je sois couchée ivre morte pour l’appeler. J’esquisse enfin un sourire en coin, jusqu’à ce qu’elle m’annonce qu’en fait, elle n’en fera rien car c’est à moi de l’appeler. Je soupire.

« On ne se tourne pas le dos, je ne veux pas lui mentir mais… J’ai peur qu’il s’en veuille. Moi, je sais qu’il n’y est pour rien, mais je le connais, il s’en voudra forcément… Et… J’ai peur que ça nous détruise à nouveau, comme autrefois… Et en même temps, je sais que s’il apprend que je lui ai menti, ça n’ira pas non plus… » Je bois encore. L’alcool commence déjà à me monter à la tête, je le sens. J’ai l’habitude de boire, mais jamais autant en si peu de temps. Et plutôt du vin en général, c’est moins fort… « Je ne sais pas quoi faire… » Je rêve où elle a réussi à me faire changer de sujet ? Je venais pour essayer de dédramatiser un meurtre, et on en est à parler de Jacopo…

HJ:
 
⇜ code by bat'phanie ⇝

☾ ☾ ☾ ☾ ☾
Revenir en haut Aller en bas
Impossible n'est pas Jiji -
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sujets similaires
-
» [résolu]impossible de publier un fichier .ged
» Transaction impossible sur ebay
» Sauvegardes impossible avec "Services +"
» Impossible de poster sous Google Chrome
» Décès de Peter Graves, héros de la série Mission Impossible

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: