Dansons au milieu de la piste [PV Lizbeth]

 :: VIA DEL CORSO :: Hotel Pacifico
Dansons au milieu de la piste [PV Lizbeth] - Jeu 15 Mar - 14:57
Alexander F. Hedvig
vampires
vampires


EFFIGIE : Eddie Redmayne
BAFOUILLES : 24
PACTE : 04/01/2018
OSSATURE : 36 ans physiquement, 1307 réellement.
CONTRAT : Célibataire depuis plusieurs dizaines d'années et veuf d'une époque lointaine.
BESOGNE : Propriétaire d'un hôtel neutre.
ÉCHINE : Nourrit d'un breuvage carmin pour prolonger sa vie.
PRESTIGE : Auspex - Les pensées ressemblent a un fleuve dont on peut ou non interrompre le fil afin de connaître un moment distinct et y verser quelques unes des siennes pour le détourner.
GANG : Clan Molnar
CREDIT : Avatar et signa : Alex - Images : Un peu partout

Alexander continuait de gérer son hôtel comme à son habitude, mais il sortait aussi de temps en temps maintenant. Allant à la recherche d'un élément particulier d'une tenue déjà presque trouvée. Une robe remise un peu au goût du jour qu'il avait apporté chez un couturier. Celle ci glissée dans une grande boite avec gants et une tiare. Il n'était pas certain qu'elle accepterait de la porter, mais il lui offrirait tout de même. Longue, arrivant jusqu'aux chevilles et dans un tissu léger afin qu'il ne soit pas trop gênant de marcher ou danser avec. Un col en dentelle et où quelques pierres brillaient délicatement, le tout dans une couleur bleue nuit irisée. Les accessoires dans les même tons, il ne trouvait pourtant pas la paire d'escarpins qui lui plaisait. Avant ce soir là, juste la veille du bal. Des talons ni trop fin ni trop haut, un morceau de dentelle remontant sur le dessus du pieds qui était ouvert normalement.

Une fois le colis prêt, il l'avait fait porter chez la demoiselle en se demandant si elle accepterait ce cadeau. Un petit mot à l'intérieur :

"Chère Lizbeth,
Je me doute que tu n'aimes pas particulièrement les cadeaux d'une créature jugée comme un ennemi de ta caste, pourtant j'aimerai que tu l'acceptes venant d'un homme sans pensées de te faire de mal.
Bien entendu, je ne m'offusquerais pas de ne pas te voir dedans.
Alexander"


Ils ne s'étaient pas recontacté depuis la semaine passée, après leur rencontre dans son atelier. Le tableau était terminé, pourtant il ne l'avait pas invité à venir le voir. Ce simple rappel qu'ils étaient éloignés par un fossé de clan entre eux, l'avait assez marqué. Bien entendu, il n'en laissait rien paraitre.

Le soir du bal, il était en tenue, portant un complet noir avec chemise bleu nuit en prévoyance de la robe de Lizbeth. Ni cravate ni noeud papillon à son col, restant bien habillé sans en faire trop. L'homme attendait à l'entrée de la salle de bal, accueillant les personnes invitées. Hommes, femmes et de toutes races qu'ils soient. Personnes logeant dans l'hôtel ou invités de l'extérieur. Il se tenait là, une rose à sa boutonnière qu'il comptait détacher pour l'offrir à la demoiselle qu'il attendait.

☾ ☾ ☾ ☾ ☾

Je parle en 33cc00
Revenir en haut Aller en bas
Dansons au milieu de la piste [PV Lizbeth] - Lun 19 Mar - 19:08
Anonymous
Invité
Invité
Dansons au milieu de la piste
Elle comptait les jours, depuis qu’on l’avait invitée. C’était la première fois qu’elle allait à un bal, peu habituée aux soirées. Les seules soirées qu’elle connaissait étaient les soirées chasse ou cinéma. Son amie lui avait d’ailleurs demandé de l’accompagner ce soir, mais elle avait prétexté devoir s’occuper de papiers importants pour fuir sa surveillance. Elle n’avait parlé de cet homme à personne, et pourtant, tous ses gestes semblaient la trahir. Elle avait décidé d’adopter officiellement Jared et pour ça, elle devait expliquer la situation devant un tribunal, mais elle ne serait pas présente. Elle avait choisi son avocate pour la représenter, histoire d’avoir du temps pour elle. Ainsi, il arriverait d’ici un mois, et elle cesserait tout activité ludique pour s’occuper de lui en dehors de ses horaires de travail. Pour l’instant, elle pouvait en profiter et comptait bien le faire. Seulement, elle devrait pour cela de se contenter de la compagnie d’un vampire, qu’elle aurait souhaité haïr pour lui éviter bien des problèmes. Elle ne connaissait pas grand-chose de lui, si ce n’est qu’il avait déjà eu une femme et qu’elle lui ressemblait. Soupirant, elle s’emparait de la boîte qui lui avait été livrée dans l’après-midi, ne s’attendant pas à ce que ce soit un cadeau de sa part à lui. Dire qu’elle avait même rêvé il y a quelques nuits, de sa présence à ses côtés. Dès qu’elle repensait à ce drôle de rêve où ils semblaient partager bien plus que des rapports amicaux, elle avait presque honte. Parce qu’elle se rappelait qu’elle n’était pas immunisée contre la télépathie de quelques créatures, et qu’en mission, elle était de moins en moins prudente malgré les avertissements. On avait d’ailleurs essayé de comprendre ce qui pouvait bien arriver à une Lizbeth qui jusque là était imperturbable, mais personne n’avait compris le nœud du problème, heureusement pour elle.
Soufflant une dernière fois en abandonnant le fil de ses pensées, ses doigts se mirent à parcourir la boîte afin d’en retirer le nœud qui le scellait. Elle se doutait déjà que le cadeau n’allait pas franchement lui plaire, mais elle souhaitait au moins le découvrir avant de confirmer ce drôle de sentiment. Elle souleva alors enfin le couvercle, et une grimace parcourut alors son visage en découvrant un tissu bleu qui devait avoir coûté une fortune. Elle commença d’abord par lire le mot qui y était glissé, y voyant là presque un défi de ne pas venir avec ce fameux cadeau. Elle laissa alors ce mot plein de bonnes intentions à côté sur le lit, et s’empara brusquement de la robe pour la sortir de son écrin. Un juron traversa ses lèvres quand elle l’étala sur le matelas pour mieux l’observer, bouche bée. Il ne s’était visiblement pas foutu d’elle. Il y avait même glissé une tiare et une paire de gants, soucieux du détail. La rousse s’attarda d’ailleurs sur ceux-ci, les trouvant de trop, surtout la tiare, qu’elle décida de ne pas porter. En revanche, elle ne pouvait pas refuser de porter une telle robe. Elle était magnifique, digne d’une princesse. Et bien qu’elle aime plus que tout ses pantalons et ses longs manteaux, se glisser dans une tenue aussi luxueuse la tentait bien. Tant pis si elle avait l’air d’une quiche à ne pas savoir marcher avec. Elle ne pouvait pas refuser, son instinct le lui ordonnait. D’ailleurs, le tissu était si épais qu’elle pourrait facilement glisser un revolver à sa cuisse sans qu’il ne se doute de rien… Décidée, elle finit par laisser la robe sur le matelas pour aller se doucher avant cette soirée. Elle profita ensuite du calme de la maison pour enfiler la tenue complète, non sans mal. Mais une fois qu’elle fut dedans, elle ne put nier qu’elle lui allait comme un gant. Se contemplant dans le miroir, elle se surprit même à apprécier d’être ainsi vêtue. Le décolleté soulignait parfaitement sa poitrine, sa taille était merveilleusement mise en valeur grâce à la jupe si volumineuse, et les gants n’étaient pas de trop. Il lui semblait que cette robe fut créée rien que pour elle. Poussant un long soupir, elle finit par se saisir de sa trousse de maquillage pour essayer d’être en phase avec cette ambiance si luxueuse. Elle opta pour quelque chose de léger, soulignant seulement ses yeux d’un trait de liner et de mascara, tartinant ses lèvres de gloss. Quant à ses cheveux, elle se décida à les laisser retomber sur ses épaules après leur avoir fait subir un petit brushing. Dehors, le taxi klaxonnait déjà pour annoncer sa présence. Impossible de reculer, cette fois, elle n’avait plus le choix. Enfilant ses gants, elle enfila le premier manteau venu et s’empara de son sac avant d’aller se glisser silencieusement dans l’habitacle du véhicule, donnant par papier sa destination au chauffeur. Le trajet fut quelque peu long, mais elle finit par arriver devant l’hôtel. Elle paya le taxi et le quitta pour gagner l’air frais de Rome. A peine eut-elle posé le pied par-terre qu’on la regardait déjà. Histoire de ne pas plus se sentir embarrassée, la jeune femme s’engouffra sans attendre dans le hall de l’hôtel, plus nerveuse que jamais. Le lieu avait été décoré avec soin, et tous portaient des tenues extravagantes, donnant l’impression à Lizbeth d’avoir fait un voyage dans le temps. Mais une personne la ramena à la réalité : Alexander. Il était là, saluant ses invités. Lentement, la jeune femme s’approcha, tentant de maîtriser les mouvements indomptables de sa robe. « Je suis au bon endroit ? » demanda-t-elle finalement, un léger sourire timide aux lèvres.

Codage par Libella sur Graphiorum
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Dansons au milieu de la piste [PV Lizbeth] - Sam 24 Mar - 19:21
Alexander F. Hedvig
vampires
vampires


EFFIGIE : Eddie Redmayne
BAFOUILLES : 24
PACTE : 04/01/2018
OSSATURE : 36 ans physiquement, 1307 réellement.
CONTRAT : Célibataire depuis plusieurs dizaines d'années et veuf d'une époque lointaine.
BESOGNE : Propriétaire d'un hôtel neutre.
ÉCHINE : Nourrit d'un breuvage carmin pour prolonger sa vie.
PRESTIGE : Auspex - Les pensées ressemblent a un fleuve dont on peut ou non interrompre le fil afin de connaître un moment distinct et y verser quelques unes des siennes pour le détourner.
GANG : Clan Molnar
CREDIT : Avatar et signa : Alex - Images : Un peu partout

Alexander n'avait pas eut besoin d'attendre que sa voix parvienne à ses oreilles pour savoir qu'elle était là. Son odeur avait soudainement emplit l'espace les séparant et un sourire un peu plus tendre avait étiré ses lèvres, finissant de saluer un couple. Avant de se tourner vers elle, une lueur de convoitise passant dans son regard en la voyant ainsi parée. Seigneur, pardonnez lui de la désirer soudainement.

-En effet, tu es au bon endroit.

Sa main vient chercher celle gantée de la demoiselle et il dépose un léger baiser sur le dos de celle ci, avant de se redresser. S'écartant d'un pas afin de mieux la détailler. Cette robe lui allait à la perfection, il avait donc fait le bon choix. Décrochant la rose à sa boutonnière, il vint l'attacher sur la robe de Lizbeth. Soufflant d'une voix basse, mais assez audible pour elle.

-J'étais impatient de te revoir et je suis ravi que tu ai accepté de la porter. Elle te va à ravir.

Ayant donc son invitée principale, il lui tend son bras pour qu'elle y glisse le sien et ainsi la mener dans la salle de bal. Immense pièce avec des lustres de cristal pour bien l'éclairer. De lourds rideaux pendaient aux hautes fenêtres et une estrade était posée au bout pour tenir un groupe de musiciens dessus. Le violon résonnait déjà avec douceur, laissant place à une ambiance presque romantique. Deux longues tables se tenaient contre un mur et des serveurs passaient entres les clients pour offrir boisson ou petits fours.

Certains venaient échanger quelques mots avec le vampire, le félicitant pour la préparation de la soirée. Et une jeune femme eut même l'audace de lui demander qui était celle à son bras. L'empêchant de fuir si jamais l'envie lui prenait, il avait passé une main sur sa taille et bien que ce geste en disait assez de lui même, il avait tenu à la présenter comme une bonne amie. Ne voulant pas la mettre plus dans l'embarras.

Lorsqu'un plateau passa, il attrapa deux coupes, se devant alors de la lâcher et lui en tendit une. Venant trinquer doucement, pas de risques de poison ici puisque tous buvaient de ce même champagne.

-A cette soirée de saint Valentin.

L'homme ne se fit pas prier de son côté pour venir en prendre une première gorgée. Observant un instant l'assemblée, avant de reposer les yeux sur la rousse. Si belle et semblant si peu à l'aise aussi. Il s'en voudrait presque de lui faire subir ce genre de soirée. Presque oui, parce que s'il ne l'avait pas invité, alors il n'aurait pas pu profiter d'elle dans cette magnifique robe..

☾ ☾ ☾ ☾ ☾

Je parle en 33cc00
Revenir en haut Aller en bas
Dansons au milieu de la piste [PV Lizbeth] - Lun 26 Mar - 17:49
Anonymous
Invité
Invité
Dansons au milieu de la piste
Sourire aux lèvres, la belle observe le vampire qui la salue, le souffle coupé. Aussi surprenant soit-il, elle le trouvait beau dans le costume qu’il arborait. Il avait choisi une coupe parfaite, et avait accordé ses couleurs avec les siennes. Ainsi côte à côte, ils attiraient facilement l’attention. Et pour une fois, Lizbeth ne ressentait pas une seule once d’animosité envers lui. Bien qu’elle fut nerveuse en arrivant à destination, elle se sentait déjà mieux aux côtés du jeune homme. Elle savait que c’était l’effet de l’ambiance de cette salle, finement décorée. L’hôtel ressemblait désormais beaucoup plus à un palace qu’à un simple hôtel, et on en oublierait presque à quel point une guerre éclatait à l’extérieur, les créatures s’entre-déchirant afin de gagner le pouvoir absolu sur cette ville particulière. Elle se sentait véritablement comme une princesse, ce soir, oubliant tout ce qui avait pu la tourmenter cette même journée. « Je te remercie. Je dois dire que tu as bon goût en matière de mode. » répond-elle à son compliment, espérant qu’il comprendrait qu’elle parlait également de lui, donc l’élégance était certaine. Elle prend alors son bras et se met à le suivre dans la pièce, repérant les individus qu’elle estimerait devoir fuir ce soir. Il devait forcément y avoir tout un mélange de races autour d’elle, et le danger rôdait probablement dans un coin de la pièce. Elle avait bien fait de s’armer secrètement, bien qu’elle espérait ne pas s’en servir ce soir. Elle voulait vraiment profiter de l’instant et de ne pas penser à son travail. La rousse était d’ailleurs plutôt ravie d’être présentée à d’importants invités, et s’efforçait d’être le plus polie possible malgré les soupçons qu’elle portait sur chacun d’entre eux, comme toujours. Alexander mettait également les formes dans ces présentations, assurait qu’ils étaient de bons amis, mais chaque fois qu’il prononçait ces mots elle haussait un sourcil surpris et lui jetait un coup d’œil, s’étant attendue à une certaine mascarade de sa part. Elle pouvait voir à quel point il faisait attention à chaque détail, qu’il prenait soin d’elle, mais elle ne pouvait pas non plus nier qu’il y avait certaines plus d’intentions que ça derrière chacun de ses gestes. Elle ne voulait juste pas trop y penser, de peur de gâcher l’ambiance, si douce et agréable à ses yeux. Il y avait quelque chose de très européen à une telle soirée, presque anglais, qui lui rappelait son pays natal et Buckingham Palace. Il y avait aussi quelque chose d’un peu nostalgique dans son regard, l’impression d’avoir raté sa jeunesse anglaise, où elle aurait du avoir des tas d’amis et faire la fête sans se soucier de ses résultats scolaires. Parfois, elle aurait voulu prendre des cours à domicile pour changer sa vision du monde, mais ce serait une perte de temps pour elle et pour sa famille. Elle devait faire une croix dessus, et continuer à vivre comme elle le faisait en restant dans l’ombre, à chasser les personnages les plus machiavéliques. « Je ne bois pas... » plaide-t-elle finalement quand ses pensées décident de se focaliser sur le verre de champagne que lui tend Alex. Elle le prend, évidemment, et trinque, mais son esprit est ailleurs, son regard s’assombrit aussi soudainement qu’un orage peut éclater au milieu de l’océan. « A cette soirée de Saint-Valentin ? » Sur le moment, elle pense que c’est une blague qu’il lui fait, que ce n’est pas le jour auquel elle croit. Elle n’est pas du genre à faire attention aux dates, et cette fois, elle regrette de ne pas avoir juste jeté un œil à son calendrier. Il l’avait invitée à un bal lors d’une soirée de Saint-Valentin, sans même avoir pointé ce détail qui avait pourtant toute son importance. Poussant un long soupir désespéré et agacée, la jeune femme fait un effort surhumain pour ne pas lancer un regard noir à son hôte. A quoi s’attendait-elle, à ce que ce bal soit un simple moyen de parler, encore ? Il était certain qu’elle ne serait pas venue, si elle avait su ce qu’impliquait tout ça. « Pourquoi tu ne m’as pas dit que c’était pour la Saint-Valentin ? » La soirée venait à peine de commencer et la chasseuse perdait déjà ses moyens. Croisant les bras sur sa poitrine, elle jette un coup d’œil alentour, juge les couples autour d’eux, se rend compte de la bêtise commise, comprend pourquoi son père et sa belle-mère l’avaient regardé avec étonnement lorsqu’elle avait avoué sortir ce soir. Ils devaient s’imaginer toutes sortes de chose, et elle ne serait pas même étonnée de voir son père débarquer pour l’empêcher de faire une nouvelle connerie. Mais au fond, un autre sentiment l’habitait, en plus de cet agacement à l’idée qu’il ait omis une telle chose. Elle n’avait pas envie de gâcher la soirée, et de rentrer chez elle rouge de colère. Après tout, elle pouvait peut-être essayer de profiter un peu, et elle subirait les conséquences plus tard. Il n’avait pas choisi cette soirée, par hasard, c’était impossible. Il devait forcément avoir une idée derrière la tête. Oui, ce bal était un signe qu’il lui envoyait. Elle lui plaisait, c’était son genre de femme. Rien que le portrait qu’il lui avait montré la dernière fois le prouvait. Mais ne lui plaisait-il pas, lui aussi ? Elle avait fait l’effort de porter une robe qu’il avait dû payer une fortune, parce qu’elle voulait se sentir belle ce soir. Sans réfléchir, elle plongea alors son nez dans la coupe de champagne pour en savourer une longue gorgée, et tant pis s’il elle n’avait jamais touché une goutte d’alcool de sa vie. Si elle n’était pas en état de rentrer, elle emprunterait une chambre de l’hôtel, et ne partirait que dès le lendemain matin. Observant son hôte, la rousse se décida finalement à lui sourire légèrement, et à lui adresser la parole un peu plus doucement que précédemment. Elle était enfin résolue à faire des efforts. « Tu voulais me présenter d’autres personnes importantes ? »

Codage par Libella sur Graphiorum
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Dansons au milieu de la piste [PV Lizbeth] - Lun 2 Avr - 0:53
Alexander F. Hedvig
vampires
vampires


EFFIGIE : Eddie Redmayne
BAFOUILLES : 24
PACTE : 04/01/2018
OSSATURE : 36 ans physiquement, 1307 réellement.
CONTRAT : Célibataire depuis plusieurs dizaines d'années et veuf d'une époque lointaine.
BESOGNE : Propriétaire d'un hôtel neutre.
ÉCHINE : Nourrit d'un breuvage carmin pour prolonger sa vie.
PRESTIGE : Auspex - Les pensées ressemblent a un fleuve dont on peut ou non interrompre le fil afin de connaître un moment distinct et y verser quelques unes des siennes pour le détourner.
GANG : Clan Molnar
CREDIT : Avatar et signa : Alex - Images : Un peu partout

Le compliment lui fit plaisir, plus encore qu'il ne pouvait le laisser paraitre. Cela prouvait un peu qu'elle n'était peut être pas si insensible que cela à ses attentions. Il l'emmena doucement dans la salle de bal et alors que certains s'approchaient pour le saluer ou le complimenter, il n'hésitait pas à présenter Lizbeth. Remarquant bien ses petits regards surprit lorsqu'il disait qu'elle était une bonne amie. Attendant un instant qu'il se retrouve seuls pour alors lui faire face et ainsi lui poser une question qui lui brulait un peu les lèvres.

-J'ai l'impression que tu ne prend pas au sérieux ma présentation de ta personne ou alors, tu n'aimes pas l'être en tant qu'amie ? Peut être aurais tu voulu être plus ou moins que cela ?

Il ne franchissait pas les limites de leur proximité pour ne pas s'insérer dans sa bulle et ainsi ne pas la brusquer. Lui laissant entendre, qu'il pourrait parler d'elle comme la jeune femme le souhaitait ce soir. Alexander serait à ses soins et lui montrerait qu'il peut être bien autre chose qu'un vampire invitant de jolies demoiselles dans son atelier.

Elle refusa poliment de boire sa coupe de champagne, ce qu'il pouvait très bien comprendre. Mais sembla soudainement surprise du fait que ce soit un bal pour la Saint Valentin. N'avait elle plus souvenir qu'il l'avait précisé dans sa demande ? Un petit éclat de surprise passe dans le regard d'Alexander, l'étant un peu plus alors qu'il la voit finalement prendre une longue gorgée d'alcool.

-Lizbeth.. Je t'ai bien signifié pourtant lorsque je t'ai demandé de m'accompagner. Mais, bien que tu me plaises, je ne peux le nier, je ne veux pas que tu te sentes obligée de quoi que ce soit. C'est pour cela que je t'ai invité en toute amitié.

L'homme prendrait son temps pour la courtiser et si cela devait prendre des mois, alors que ce soit le cas ! Parce qu'il avait tout le temps devant lui. Liz peut être un peu moins, mais ce ne serait pas toujours le cas.. Un frisson le traversa. Non. Il n'avait pas pu penser cela sérieusement. Pas après si peu de temps et surtout pas après son passif. Secouant légèrement la tête comme pour s'en sortir les idées étranges qui venaient de pointer le bout de leur nez, il sourit à nouveau à la belle rousse.

-J'aimerai danser avec toi.

Reprenant la coupe de la belle, il la reposa avec la sienne sur un plateau qui passait par là. Attrapant délicatement sa main pour la mener au centre de la piste, la jeune femme ne passant assurément pas inaperçue. La robe froissant doucement à chaque pas, la lumière donnant de doux reflets et sa chevelure de feu tranchant sur le bleu. Alexander plaça sa seconde main sur la taille de Lizbeth, se tenant bien droit et à une distance raisonnable de sa partenaire. Il l'entraina alors en pas mesurés dans une valse lente. Ne suivant pas tout à fait la musique, un petit temps de retard. Mais, il ignorait si la demoiselle savait danser. Alors, il préférait la laisser prendre le pas avant de venir à un rythme plus rapide. Son regard se plongeant dans le sien, déviant l'espace d'une seconde sur ses lèvres, avant d'y revenir.

-J'espère que cette soirée ne sera pas la dernière que je passerais en ta compagnie. J'aimerai pouvoir te faire danser plus d'une fois et que tu fasses plus que quelques passages rapides dans ma vie.  

Si cela pouvait sonner comme une déclaration d'amour, c'était surtout une envie qu'il avait eut envie de partager avec elle. Et même si ce n'était qu'en tant que présence amicale et agréable, alors il s'en contenterait.

☾ ☾ ☾ ☾ ☾

Je parle en 33cc00
Revenir en haut Aller en bas
Dansons au milieu de la piste [PV Lizbeth] - Mar 3 Avr - 19:01
Anonymous
Invité
Invité
Dansons au milieu de la piste
Bouche béé, Lizbeth ne sut que dire à la question d'Alexander. Poussant un soupir résigné, elle détourna le regard et haussa les épaules. Elle pensait pouvoir bien cacher ce qu'elle pensait mais visiblement, elle s'était trompée. La seule chose qu'elle savait faire c'était garder son calme, et fort heureusement. Elle n'aurait pas voulu être présentée comme moins qu'une amie ou plus que ça, elle avait juste l'impression que ça n'allait pas avec ce qu'ils étaient. Au final, n'était-il pas un patron d'hôtel qui flirtait ouvertement avec elle, alors que cela même était prohibé par l'opus ? Si elle croisait l'un d'entre eux, ou une sorcière attachée à ses valeurs, la rousse risquait bien de finir virée et humiliée. Seulement, elle ne voulait pas le faire parvenir au vampire. Au fond, bien qu'elle sache qu'elle était probablement en train de perdre son métier, elle n'avait pas envie de faire une croix sur ses loisirs. C'est finalement par volonté de ne pas avouer cette amère vérité qu'elle lui répond, mentant ouvertement. « Si, ça me va. J'ai juste l'habitude qu'on me présente comme "Lizbeth Ashmore", la chasseuse. » Souriant faiblement, elle le suit jusque dans la salle de bal, sans ajouter aucun mot. Une fois-là, elle pose une nouvelle question qui semble la blesser plus qu'elle ne le laisse paraître. Il venait d'avouer qu'elle lui plaisait, sans passer par quatre chemins, contrairement aux autres fois. Et également contrairement aux autres fois, Liz ne fait pas la sourde oreille et ne réplique pas. Il avait sûrement rajouter "en toute amitié" pour lui faire plaisir, elle en avait conscience, mais cela provoque d'étranges sentiments au fond d'elle. Elle avait l'impression que peu importe ce qu'il se passait, elle trouvait toujours le moyen de tout retarder, et de tout gâcher. Vidant sa coupe de champagne, sauvée par l'invitation de danser que lui lançait Alexander. Prenant sa main, elle accepta, et se mit en place. Ce fut seulement lorsqu'ils furent au milieu de la foule que la jeune femme parvient à lâcher prise grâce à la musique. Elle se laissa aller à ces quelques pas de danse, suivant les mouvements du jeune homme, bien qu'elle soit assez maladroite dans ses gestes. Un léger sourire sur les lèvres, elle observait son partenaire dans le plus grand des calmes, enivrée par l'ambiance qui régnait dans la pièce autant que par la coupe de champagne qu'elle venait d'ingurgiter alors qu'elle ne buvait jamais une seule goutte d'alcool. C'était véritablement la première danse de toute sa vie. Certains y avaient le droit lors du bal de promo, après leurs études, mais n'en ayant jamais fait, elle n'avait jamais eu cette occasion. Elle s'était toujours interdit toute sorte de divertissement dans sa vie, car elle avait compris par le biais de ses parents que l'amour était parfois dangereux. Ils avaient failli se perdre l'un l'autre des milliers de fois, à chaque coup de fusil ou à chaque créature rencontrée. Elle aussi, avait subi ce genre de choses à Lancaster avant de quitter l'Italie. En vérité, c'était la seule chose qui l'empêchait de laisser libre cours à son cœur et à son intuition. Pourtant, quand les mots traversèrent les lèvres d'Alexander, elle hésita, et ria même. Alors, elle fit ce qu'elle se pensait incapable de faire. Elle leva la main et la posa sur la joue du vampire, prenant une longue respiration avant d'avouer finalement. « Je l'espère aussi. » Après un court silence, elle laissa son bras retomber le long de son corps et posa alors une nouvelle question. « Est-ce que... Je peux te demander de lire dans mes pensées, quelques minutes ? » Elle continuait à faire quelques pas de danse mais elle avait déjà ralenti le rythme malgré elle. C'était risqué de lui demander ça, mais c'était toujours mieux que d'avouer toutes ces choses à voix haute au milieu d'une foule toujours aux aguets, prête à faire payer la moindre information importante. Le regardant dans les yeux, Lizbeth laissa alors affluer le visage du petit garçon roux qui avait déjà traversé son esprit plus d'une fois en la compagnie d'Alex. Jared, mon fils, pensa-t-elle alors, fière de pouvoir enfin le lui présenter d'une manière ou d'une autre. Pour l'instant, elle ne pouvait pas vraiment s'en occuper mais cela viendrait, une fois qu'elle aurait signé les papiers et qu'il serait enfin reconnu comme son fils, malgré l'abandon subit. Après tout, elle n'avait jamais voulu de lui parce qu'il était pour elle le fruit d'un monstre. Un loup, pour être exact. Et ce petit en avait subi les conséquences, incapable de se transformer, incapable de voir le monde qui l'entoure. Bizarrement, c'était tellement plus simple de faire ces concessions dans sa tête, bien que les larmes lui montaient quand même aux yeux en y repensant. Elle avait laissé la vie de famille de côté pour se consacrer à la chasse, le seul loisir qui lui faisait oublier les malheurs de la vie. Alors oui, l'idée de s'éprendre d'un vampire l'effrayait terriblement, parce que la loi de l'opus le prohibait. Bien que cet hôtel soit un lieu de paix, elle ne serait pas étonné de les voir débarquer et éliminer le vampire pour récupérer la chasseuse, ou alors attendraient-ils qu'elle soit dehors pour lui annoncer clairement qu'elle n'avait plus sa place parmi eux. Elle savait aussi qu'elle tenterait de mentir, de les convaincre qu'elle avait fait ça pour avoir plus de contacts, mais aussi parce qu'elle était aveuglée par la mort qu'elle souhaitait tant repousser. Quand viendrait le moment où elle en aurait trop peur, elle serait prête à tout pour devenir autre chose, mais à ce moment-là, elle aurait assez vécu chez l'opus pour pouvoir le faire. « Tu me plais aussi, Alexander. » murmure-t-elle finalement, la voix tremblante d'un milliers d'émotions différentes. Elle espérait que lui avoir fait accéder à toutes ces choses lui permettrait enfin de comprendre pourquoi elle agissait ainsi avec lui, tantôt proche, tantôt le repoussant comme s'il était un monstre alors qu'elle avait finit par se convaincre qu'il n'avait rien d'un monstre, bien au contraire.

Codage par Libella sur Graphiorum
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Dansons au milieu de la piste [PV Lizbeth] -
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sujets similaires
-
» Cours de secourisme en milieu de travail
» LA PISTE
» Garderie en milieu familial de nuit
» La grosseur détectée lors d'un scanner était, en fait, une compresse oubliée au milieu de son ventre depuis 12 ans.
» Ôtez le méchant du milieu de vous. — 1 Cor. 5:13.

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: