Silenced by the night | ft. Nemesis

 :: HABITATIONS
Silenced by the night | ft. Nemesis - Lun 26 Fév - 17:58
avatar
vampires
vampires


EFFIGIE : Karen Gillan.
BAFOUILLES : 106
PACTE : 22/01/2018


OSSATURE : Trois siècles et cinquante et une années ont tissé la femme qu'elle est aujourd'hui, mais son corps n'a pas vieilli et ses joues toujours rebondies ne portent les traces que de vingt-six années.
CONTRAT : Célibataire endurcie par les décennies passées seule ; friande des relations qui engendrent des calices qu'elle se plaît, malgré elle, à regarder dépérir.
BESOGNE : L'humain est la plus fascinante des bêtes et ses comportements obsèdent la socio-anthropologue. À ses heures perdues, elle manie des mots qu'elle crache sur les scènes des soirées poétiques.
ÉCHINE : Ancienne sorcière condamnée. Noire était la magie qui coulait dans ses veines, mais dont la morsure euphorisante tua la racine. Ses crocs percent les chaires tendres d'hommes et de femmes qui s'offrent à elle, laissant leur sang tiède lui redonner force et vigueur.
PRESTIGE : Sans être invitée, elle s'infiltre dans les têtes et s'empare de parcelles de mémoire ; des moins comme des plus précieuses. Elle les garde jalousement ; ils ne les retrouveront jamais, cachés au creux de sa tête rousse.
GANG : Solitaire.
CREDIT : ava (c) masayume | signa (c) astra | icons (c) vocivus


Silenced by the night
Willa & Nemesis

« As much money and life as you could want! The two things most human beings would choose above all - the trouble is, humans do have a knack of choosing precisely those things that are worst for them. »
Seuls les rayons de lune illuminaient la grande pièce. Les plantes et les bibelots n’étaient que des ombres difformes.  Même l’écran habituellement si coloré de la télévision ne donnait aucun signe de vie. Il n’y avait, pour éclairer le visage de Willa, que la lumière bleue de son téléphone sur lequel elle était penchée, voyant défiler la vie des autres ponctuée par quelques vidéos idiotes, et qui rendait grotesque les traits de son visage. Willa paraissait ennuyée. C’était rare ; habituellement, elle avait toujours quelque chose à faire. Surtout la nuit. C’était maintenant la vingtième fois en une heure qu’elle rafraichit son fil d’actualité. Rien de nouveau. Ce soir, elle attendait quelqu’un. Ce n’était pas bien important, elle aurait pu lui poser un lapin sans se sentir mal, mais elle avait besoin de compagnie. L’éternité, c’était aussi quelques moments de lucidité durant lesquels on réalisait à quel point nous étions seuls. La vampire ramena ses genoux contre elle et posa son menton sur ceux-ci, grommelant. Son canapé était si confortable que se lever ne lui paraissait pas envisageable. Sur la porte, elle avait collé une feuille blanche sur laquelle elle avait inscrit « entre, c’est ouvert » pour que son invitée ne la dérange pas avec le bruit de la sonnette ; si elle le faisait, c’était tant pis : la rousse ne se lèverait pas pour aller ouvrir la porte.

Les lèvres pincées, elle laissa tomber son téléphone à côté d’elle et s’étira pour prendre un gros livre qui traînait sur sa table de salon. À côté, il y avait aussi quelques artefacts douteux et qui paraissaient vieux de plusieurs centaines d’années. Désintéressée, elle feuilleta les pages qui avaient eu de la chance de survivre aussi longtemps. Elle se rappelait de quelques petits trucs par-ci et par-là qu’elle avait parfois récité lorsqu’elle était encore une sorcière. Une marionnettiste, comme ils le disaient si bien. Lorsque ça lui chantait, elle pouvait contrôler gens et objets. Parfois, ça lui manquait et les efforts qu’elle avait fait pour développer son don comme elle l’avait fait lui paraissaient avoir été jetés par la fenêtre. Mais ce livre qu’elle tenait entre ses mains et qu’elle regardait la gorge serrée, c’était avec amertume qu’elle le considérait. Ce n’était pas elle qui l’avait gardé. Tout comme pour les breloques. C’était Mary. Et elle ne l’avait pas su avant la semaine dernière en ouvrant un drôle de paquet qu’on avait déposé sur le pas de sa porte. Si Willa n’était pas retournée voir Mary cent ans après son départ avec Victor comme elle l’avait promis, c’était parce qu’elle avait ses raisons. Elle avait, pour montrer sa bonne foi, tenté de la recontacter en retournant aux USA, mais sans trop se forcer. Au fil du temps, elle avait découvert des choses, comme l’implication de la belle dans son arrestation : si elle n’avait pas été condamnée, Willa n’aurait jamais abandonné sa mortalité. C’est ce qui l’avait poussée à partir, en 1800.  Il n’y avait pas de nom sur la boîte, mais elle reconnaîtrait cette écriture parmi mille autres. Mais elle avait pris peur en voyant l’adresse : Mary était en Autriche. Ce n’était pas loin, l’Autriche. Pourquoi était-elle là-bas et comment connaissait-elle son adresse ? Un frisson d’angoisse parcouru son échine lorsqu’elle y pensa.

Ce livre qui désormais la répugnait, elle comptait bien l’offrir à quelqu’un qui en ferait un bien meilleur usage. Il s’agissait d’anciens rituels et autres incantations puissantes qui s’étaient perdus lorsque sa famille s’était éteinte. Elle pourrait le jeter, l’offrir à une boutique spécialisée en sorcellerie ou à un quelconque musée louche et underground, mais elle ne souhaitait pas le voir tomber entre de mauvaises mains. Et si l’offrir à Nemesis pouvait faire en sorte qu’elle ne songe peut-être jamais à devenir vampire, elle était prête à prendre le risque. L’éternité c’était long, trop long. Et la soif de sang était probablement plus insoutenable que la faim humaine. Ce n’était pas quelque chose qu’elle souhaitait à qui que ce soit. Elle remit la brique poussiéreuse sur la table et redescendit ses jambes avant de se caler contre le dossier de cuir marron, se mordilla les lèvres et sombra dans des rêveries dont elle fut tirée assez rapidement en entendant la porte s’ouvrir et se refermer. Elle ne se retourna pourtant pas pour savoir qui était entré. Tant pis s’il s’agissait d’un quelconque chasseur qui voulait sa tête – elle ne savait jamais si ses calices étaient des proches de tels gens, mais cela finirait bien par arriver un jour ou l’autre et elle s’en moquait – ; c’était une de ces soirées où la vie éternelle lui paraissait être un fardeau.

(c) DΛNDELION

☾ ☾ ☾ ☾ ☾


Mad girl's love song
Willa ☽ The stars go waltzing out in blue and red, and arbitrary blackness gallops in: I shut my eyes and all the world drops dead. I dreamed that you bewitched me into bed and sung me moon-struck, kissed me quite insane. (I think I made you up inside my head.)
Revenir en haut Aller en bas
Silenced by the night | ft. Nemesis - Jeu 1 Mar - 16:33
avatar
sorciers
sorciers


EFFIGIE : Adelaide Kane
BAFOUILLES : 101
PACTE : 23/01/2018


OSSATURE : 27 ans / La cinquantaine
CONTRAT : Elle est célibataire. Autrefois dans une relation ambiguë avec un suceur de sang. Depuis deux ans, elle ne veut plus en entendre parler.
BESOGNE : Valse entre ses contrats de sorcière et ses activités d'écrivaine sous le pseudonyme de Silver Moon
ÉCHINE : Sorcière noire souillée par du sang de vampire
PRESTIGE : Elle est la façonneuse et la créatrice de vos pires cauchemars. Elle est le poison qui s'infiltre dans votre inconscient et sonde vos pensées au moment où vous êtes le plus vulnérable: dans votre sommeil.
GANG : Si autrefois, elle se vouait corps et âme à son clan et à sa famille, il en est tout autre depuis sa contamination. Aujourd'hui, ils veulent sa perte. Elle, elle veut vivre.
CREDIT : les roses noires & Pando


Silenced by the night

Hello darkness, my old friend. I've come to talk with you again because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping and the vision that was planted in my brain, still remains within the sound of silence
Marchant d'un pas rapide, s'accrochant à son sac en bandoulière comme à une bouée de sauvetage, Némésis se faufilait telle une ombre au travers les différentes rues et allées de la Cité Éternelle. Elle atterrit bien vite dans le quartier est de la ville...Celui de la jeunesse où l'université, les bars, les clubs et autres choses faisant référence "aux plus belles années de la vie".

Némésis avait quelqu'un à voir ici. Intérieurement, elle trouvait ça risible...Après ce qui lui était passé, on aurait pu croire qu'elle arrêterait de "les" fréquenter... Mais autant sa rancune était puissante, elle ne souhaitait pas la diriger vers les mauvaises personnes.
Qui sont "les"? Et bien, ces créatures de la nuit que l'on appelle "vampires"!

Alors qu'elle était une sorcière puissante et respectée, elle s'était autrement fait connaitre que par sa maîtrise du monde des cauchemars. Elle fréquentait d'autres races... Et, plus précisément, les vampires. C'est d'ailleurs comme ça qu'elle avait rencontré son ex-amant. Cela surpenait beaucoup car, étant venue au monde et éduquée dans un village perdu "en pleine cambrousse", on l'imaginait plutôt renfermée. De plus, son affiliation à la magie noire, héritée de sa mère, la faisait passer pour quelqu'un de pas forcément sympathique...Quoique, c'était pas faux!
Après cette nuit funeste d'il y a deux ans, on aurait pu croire qu'en arrêtant de fréquenter le responsable de son état, elle stopperait ses relations avec les autres. Mais ils n'étaient pas responsables de son état, il n'y en avait qu'un qui l'avait corrompue! Et puis, elle devait avouer que fréquenter les autres vampires tout en interdisant Aiden de l'approcher avait ce on-ne-sait-quoi de drôle et de vengeresse.

Entrant dans un immeuble et montant rapidement les escaliers, elle s'arrêta devant une porte où elle s'apprêta à sonner; avant de suspendre son geste à mi-chemin de la sonnette. Son attention avait été attiré par une page blanche A4 où était inscrit "Entre, c'est ouvert". Oulah! J'en connais une qui a le bourdon! Pensa la sorcière.

Ne se faisant pas prier, elle ouvrit la porte, entra vite et la ferma. Son avis premier se renforça quand Némésis remarqua l'ambiance obscure et silencieuse des lieux. Ok! L'habitante était un vampire mais là, c'était un peu trop cliché à son goût! Némésis remarqua vite la chevelure rousse de l'occupante et contourna le sofa tout en lançant un Bonsoir, Willa! C'est moi... Puis elle poursuivit, déposant son sac sur la table basse Pas très prudent de garder ta porte ouverte. Cela aurait pu être un chasseur. Malgré sa remarque, elle préféra ne pas s'y attarder voyant l'état de la vampire. Elle fouilla dans son sac et en sorti du vin. J'ai apporté une bonne bouteille, ça te dit?

☾ ☾ ☾ ☾ ☾
T'es mon coté cœur et mon coté corps. Tu sais me mettre à terre ou en tord... Ça ma fierté ne le conçoit pas, voilà pourquoi je te hais de tout mon chakra! Donc je te fusilles par folie, je te fusilles par amour. Cette guerre qui nous unis, je la ferais jusqu'au bout
©️Pando
Revenir en haut Aller en bas
Silenced by the night | ft. Nemesis - Sam 3 Mar - 21:05
avatar
vampires
vampires


EFFIGIE : Karen Gillan.
BAFOUILLES : 106
PACTE : 22/01/2018


OSSATURE : Trois siècles et cinquante et une années ont tissé la femme qu'elle est aujourd'hui, mais son corps n'a pas vieilli et ses joues toujours rebondies ne portent les traces que de vingt-six années.
CONTRAT : Célibataire endurcie par les décennies passées seule ; friande des relations qui engendrent des calices qu'elle se plaît, malgré elle, à regarder dépérir.
BESOGNE : L'humain est la plus fascinante des bêtes et ses comportements obsèdent la socio-anthropologue. À ses heures perdues, elle manie des mots qu'elle crache sur les scènes des soirées poétiques.
ÉCHINE : Ancienne sorcière condamnée. Noire était la magie qui coulait dans ses veines, mais dont la morsure euphorisante tua la racine. Ses crocs percent les chaires tendres d'hommes et de femmes qui s'offrent à elle, laissant leur sang tiède lui redonner force et vigueur.
PRESTIGE : Sans être invitée, elle s'infiltre dans les têtes et s'empare de parcelles de mémoire ; des moins comme des plus précieuses. Elle les garde jalousement ; ils ne les retrouveront jamais, cachés au creux de sa tête rousse.
GANG : Solitaire.
CREDIT : ava (c) masayume | signa (c) astra | icons (c) vocivus


Silenced by the night
Willa & Nemesis

« As much money and life as you could want! The two things most human beings would choose above all - the trouble is, humans do have a knack of choosing precisely those things that are worst for them. »
Willa ferma les yeux et pinça les lèvres, mais aucun canon ne vint se poser contre sa tempe. Déception. Elle s’était laissée aller à son imagination, s’était visualisée propulsée par le choc à la manière caricaturale d’un comic. Un vampire de moins dans cet atroce monde. Un vampire de moins, alors que des psychopathes purement humains et parfois plus cruels courraient encore dans les rues, passant tout-à-fait inaperçus. On aurait ramené son corps en guise de trophée. Des sacs à main seraient nés de sa peau pâle et on aurait fait de ses cheveux les cordes de violon les plus prisées du marché ! Quel rêve pour une femme aussi ambivalente que de se retrouver dispersée de droite à gauche ! La remarque de Nemesis parvint à lui arracher un rictus, un peu sincère un peu jaune, qu’elle regretta. « Un chasseur qui se respecte ne baisserait les armes devant une porte. On est dans la vraie vie, pas dans les Sims. ». Bien qu’elle doutât cependant du quotient intellectuel de ces gens, pour avoir assisté au délire des puritains de Salem.  D’un habile mouvement de fesses, Willa se décala vers la droite pour que Nemesis puisse s’asseoir sans envahir sa bulle. Elle tapota la place à côté d’elle. « Tu sais que je ne dis jamais non à un peu d’alcool, sweetheart. »  Sa voix était moins amère, plus calme; elle savait bien qu’elle ne pourrait pas passer la soirée sous le signe du mal d’éternité. Les prunelles rivées sur la bouteille, elle plissa soudainement les yeux et tira un sourire en coin alors qu’elle bondit du canapé : « On boira quand même pas à la bouteille ! On est des jeunes femmes civilisées, oui ou non ? », clama-t-elle en tapotant la joue de son invitée. « Tiens, je vais te montrer un petit tour de magie. » Elle tendit son téléphone en direction de la lampe du salon et pressa sur l’écran. La pièce se retrouva aussitôt baignée dans une douce lueur blanche. Ce n’était rien de vraiment fantastique, mais le WiFi faisait vraiment le bonheur des paresseux. La joie soudainement revenue dans son coeur la fit gambader jusqu’à la cuisine où elle s’empara de deux coupes à vin et d’un ouvre bouteille. « J’ai rien dans mes armoires parce que manger c’est trop mainstream, mais si t’as faim j’peux te commander un truc ! », cria-t-elle en provenance de l’autre pièce.

La démarche de Willa avait cette toute petite particularité de ne jamais être la même en fonction de son humeur. Lorsqu’elle déprimait, elle traînait des pieds comme si elle était entrée en fusion avec le sol, alors qu’en moments de grande joie, elle gambadait ou accélérait inutilement le pas. Mais comme ce soir elle tentait de se redonner de la vigueur et de ne pas rester trop longtemps dans cette déprime qui la regagnerait de toute manière quand Nemesis partirait, elle roula des hanches d’une manière excessivement caricaturale, appuyant chacun de ses pas bien bruyamment sur le sol. Elle déposa les deux verres sur la table et prit la bouteille que la sorcière avait apportée, la déboucha et en versa un peu du contenu dans chacun des verres. Elle en tendit un à la femme et alla s’asseoir en tenant l’autre entre ses doigts. « Donc, donc, donc… » Willa replia ses jambes sous ses fesses. « Je t’ai pas fait venir ici pour rien. », commença-t-elle en désignant d’un coup de menton le grimoire qui reposait sur la table. « Es-tu capable de me dire combien d’années a ce livre ? » Son ton de voix, légèrement calqué sur celui des animateurs de jeux télévisés, laissait comprendre qu’elle ne l’avait pas invitée simplement pour jouer à l’historienne. Mais elle jugeait qu’avant de léguer un tel objet, il fallait le mettre en contexte. Il avait du vécu, ce livre. Un vécu qui remontait plus loin que la génération de ses grands-parents. Ce n’était pas un simple livre de sorcellerie noire, c’était celui de sa famille. Sans lâcher Nemesis des yeux, la vampire porta le verre à ses lèvres et bu un peu du liquide bourgogne. À sa grande surprise, comme le laissait comprendre le haussement de ses sourcils, c’était un des meilleurs vins qu’elle avait goûté depuis un moment.

(c) DΛNDELION

☾ ☾ ☾ ☾ ☾


Mad girl's love song
Willa ☽ The stars go waltzing out in blue and red, and arbitrary blackness gallops in: I shut my eyes and all the world drops dead. I dreamed that you bewitched me into bed and sung me moon-struck, kissed me quite insane. (I think I made you up inside my head.)
Revenir en haut Aller en bas
Silenced by the night | ft. Nemesis - Lun 5 Mar - 19:16
avatar
sorciers
sorciers


EFFIGIE : Adelaide Kane
BAFOUILLES : 101
PACTE : 23/01/2018


OSSATURE : 27 ans / La cinquantaine
CONTRAT : Elle est célibataire. Autrefois dans une relation ambiguë avec un suceur de sang. Depuis deux ans, elle ne veut plus en entendre parler.
BESOGNE : Valse entre ses contrats de sorcière et ses activités d'écrivaine sous le pseudonyme de Silver Moon
ÉCHINE : Sorcière noire souillée par du sang de vampire
PRESTIGE : Elle est la façonneuse et la créatrice de vos pires cauchemars. Elle est le poison qui s'infiltre dans votre inconscient et sonde vos pensées au moment où vous êtes le plus vulnérable: dans votre sommeil.
GANG : Si autrefois, elle se vouait corps et âme à son clan et à sa famille, il en est tout autre depuis sa contamination. Aujourd'hui, ils veulent sa perte. Elle, elle veut vivre.
CREDIT : les roses noires & Pando


Silenced by the night

Hello darkness, my old friend. I've come to talk with you again because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping and the vision that was planted in my brain, still remains within the sound of silence
La pièce plongée dans le silence et l'obscurité l'avait surprise. Némésis savait Willa capable de mélancolie mais elle n'avait jamais eu souvenir d'être entrée chez la rousse sans que la télé ne soit allumée.
Elle commença à s'interroger sur la santé mentale de la vampire quand, après être rentrée, ne pas l'avoir vue bouger. Bien évidemment, elle s'annonça en rajoutant de l'imprudence de la réaction de Willa en enchérissant que cela aurait pu être un chasseur. Surtout que, comme par hasard, Rome en regorgeait. La proximité du Vatican, très certainement.
D'ailleurs, ironiquement, elle supposait que c'était la raison pour laquelle il y avait autant de créatures au sein de la Cité Éternelle... Il n'y avait meilleure cachette que près de ses ennemis, disait-on? Et bien, dans le cas présent, on ne pouvait qu'être d'accord.

Se cachant, Némésis ne s'était jamais réellement renseignée mais elle ne serait guère étonnée d'apprendre qu'il y avait plus paranormal que de normal dans cette ville. D'ailleurs, c'était quoi "normal"? Pour Némésis, il ne s'agissait que le nom d'un programme sur un sèche-linge! « Un chasseur qui se respecte ne baisserait les armes devant une porte. On est dans la vraie vie, pas dans les Sims. ». Lui répondit Willa, avec son tact habituel. La sorcière pouffa. Ce n'est pas faux... Bien qu'elle n'aie jamais aux Sims de sa vie. "Pas de son âge" pourrait-elle répondre mais Willa étant de plusieurs années plus âgée qu'elle...Bonjour l'excuse pas crédible pour un sou! Enfin, qui sait? Les livres d'Histoire sont remplis d'exemples parfaites de la connerie des gens! fit-elle en ayant plusieurs exemples en tête. Particulièrement, celui qui avait transformé la rouquine en vampire. Ceci dit, bien que la plupart des condamné(e)s étaient des innocentes victimes de petites pestes voulant tromper l'ennui en racontant des mensonges... Fort est de constater qu'avec Willa, ils ne s'étaient pas trompés! Puisque, avant de devenir vampire, Willa était une sorcière noire, comme elle. Pas avec les mêmes pouvoirs mais le même type de magie coulait dans leurs veines.

Acceptant l'invitation à savoir, Némésis sorti - dans le même mouvement - la bouteille de Bourgogne de son sac.  « Tu sais que je ne dis jamais non à un peu d’alcool, sweetheart. » Vu dans le monde dans lequel on vit, tu connais quelqu'un qui dirait non à du Bourgogne? A peine eut-elle fini sa phrase qu'une sonnerie de bipbip se fit entendre. Némésis porta sa montre à ses yeux. Excuse, c'est l'heure de prendre ma potion elle éteignit sa montre en sortant une fiole de sa poche.   «On boira quand même pas à la bouteille ! On est des jeunes femmes civilisées, oui ou non ? »  Super! Elle en profitera pour mélanger sa mixture à son verre de vin. Le goût passe mieux comme ça. Femmes civilisées: oui. Jeunes? C'est pas si sur! Dit-elle, d'un ton taquin faisant référence à leurs âges véritables.  « Tiens, je vais te montrer un petit tour de magie. » Lui dit son amie en tendant son téléphone portable vers la lampe du salon. Aussitôt un bouton poussé, une ambiance plus tamisée remplaça l'obscurité. La magie du Wifi, oui! Lança t'elle à la cantonade quand Willa s'éclipsa dans sa cuisine à la recherche, sans doute, de coupes de vin et d'un tire-bouchon. « J’ai rien dans mes armoires parce que manger c’est trop mainstream, mais si t’as faim j’peux te commander un truc ! » C'est surtout que t'en as pas besoin! Pensa la sorcière. Depuis le temps qu'elle fréquentait des vampires, elle avait remarqué que, contrairement aux autres races peuplant leur planète, la nourriture n'était qu'un petit divertissement et non pas un moyen de survie. Les 3/4 des vampires qu'elle avait fréquenté étaient, aussi, de ceux qui voulaient conserver les habitudes qu'ils avaient de leurs vivants; pour conserver leurs santés mentales. Je prendrais bien des sushis! Lâcha t'elle, devinant que la rouquine ne dirait pas non à l'appel du sushi.


Voir Willa de nouveau en forme avait ce on-ne-sait-quoi de réjouissant. Sans hésitation, Némésis préférait voir la vampire avec une humeur aussi pétillante que ses cheveux que la voir traîner des pieds comme si elle avait un boulet attaché à sa cheville. L'ancienne sorcière revint pour servir les verres et elle se retrouva vite avec une coupe juste devant le nez. « Donc, donc, donc… » elle prit le verre, le déposa sur la table basse, dé bouchonna la fiole contenant ce qui contenait "son secret de jeunesse" et en versa une bonne rasade dedans avant de mélanger en bougeant le verre dans le creux de sa main. Donc? dit-elle en buvant son verre. . « Je t’ai pas fait venir ici pour rien. » Le jour où tu fais ça, je m'interroge sur ta santé mentale! dit-elle du tac-au-tac. Pas très élégant, mais cela faisait partie de son sens de l'humour douteux. Elle suivi le regard de Willa pointant sur un livre - antiquité - qui trônait sur la table basse.  « Es-tu capable de me dire combien d’années a ce livre ? » Elle prit l'ouvrage du bout des doigts - s'attendant presque à le voir tomber en poussière - et l'examina légèrement avant de dire: Plus vieux que nous, non? elle réfléchit: Minute papillon...C'est ton héritage familial?

☾ ☾ ☾ ☾ ☾
T'es mon coté cœur et mon coté corps. Tu sais me mettre à terre ou en tord... Ça ma fierté ne le conçoit pas, voilà pourquoi je te hais de tout mon chakra! Donc je te fusilles par folie, je te fusilles par amour. Cette guerre qui nous unis, je la ferais jusqu'au bout
©️Pando
Revenir en haut Aller en bas
Silenced by the night | ft. Nemesis - Ven 23 Mar - 4:21
avatar
vampires
vampires


EFFIGIE : Karen Gillan.
BAFOUILLES : 106
PACTE : 22/01/2018


OSSATURE : Trois siècles et cinquante et une années ont tissé la femme qu'elle est aujourd'hui, mais son corps n'a pas vieilli et ses joues toujours rebondies ne portent les traces que de vingt-six années.
CONTRAT : Célibataire endurcie par les décennies passées seule ; friande des relations qui engendrent des calices qu'elle se plaît, malgré elle, à regarder dépérir.
BESOGNE : L'humain est la plus fascinante des bêtes et ses comportements obsèdent la socio-anthropologue. À ses heures perdues, elle manie des mots qu'elle crache sur les scènes des soirées poétiques.
ÉCHINE : Ancienne sorcière condamnée. Noire était la magie qui coulait dans ses veines, mais dont la morsure euphorisante tua la racine. Ses crocs percent les chaires tendres d'hommes et de femmes qui s'offrent à elle, laissant leur sang tiède lui redonner force et vigueur.
PRESTIGE : Sans être invitée, elle s'infiltre dans les têtes et s'empare de parcelles de mémoire ; des moins comme des plus précieuses. Elle les garde jalousement ; ils ne les retrouveront jamais, cachés au creux de sa tête rousse.
GANG : Solitaire.
CREDIT : ava (c) masayume | signa (c) astra | icons (c) vocivus


Silenced by the night
Willa & Nemesis

« As much money and life as you could want! The two things most human beings would choose above all - the trouble is, humans do have a knack of choosing precisely those things that are worst for them. »
« Actually… Ça fait un moment que t’aurais dû commencer à douter de ma santé mentale… » Le ricanement trompeur ; elle ne savait pas elle-même où se trouvait la limite entre la vérité et la spéculation. À vrai dire, elle savait que quelque chose ne clochait plus depuis qu’on l’avait enfermée dans cette cellule à Salem. Quelque chose s’était brisé, fendu en mille morceaux, mais elle ne saurait dire quoi. Sa foi en la race humaine ? Espèce souillée par ce désir de se sentir supérieur. Pourrie jusqu’à la moelle des os. Willa adorait les observer et tenter de chercher à comprendre, mais ce n’était pas parce qu’on était fasciné par une chose qu’il fallait absolument la porter dans son cœur. Willa pinça les lèvres, se mura quelques secondes dans un silence aux allures de prison. Le verre monta à nouveau à sa bouche, mais la gorgée ne lui apporta pas la même satisfaction que la précédente, lui rappelant plutôt son envie de sang. Le poids des jours passés – durée anormale pour la gourmande – sans se nourrir commençait à peser sur ses épaules, criait à travers son teint plus terne qu’à l’habitude. Les prunelles relevées par-dessus la coupe, elle observait la sorcière qui paraissait réfléchir. Sa réaction lorsqu’elle comprit la nature du bouquin parvint à arracher un nouveau sourire à la femme, fit brièvement pétiller son regard.

Sa réaction lorsqu’elle comprit la nature du bouquin parvint à arracher un nouveau sourire à la femme, fit brièvement pétiller son regard. Willa avait des choses à dire, aujourd’hui. Un sac à vider. Des confidences qu’elle avait gardées bien au fond d’elle depuis longtemps, maintenant. Éviter le sujet ne faisait que le rendre plus vicieux. « Plus vieux, oui. Beaucoup. Il doit bien avoir six cents ans si ce n’est pas un peu plus. Il se passait de mère en fille – la plus aînée normalement –, mais comme tu peux le constater, je n’ai pas de fille et il ne me sert plus à grand-chose vu que, bah… Voilà. » Conclut-elle en haussant les épaules. « Alors, t’avais dit poisson cru, hein ? », demanda-t-elle soudainement. Sans même attendre la réponse de l’amie, elle s’empara de son téléphone et commanda les sushis en ligne. Mission accomplie, elle jeta l’appareil à côté d’elle, sur le canapé, et retourna son attention, l’air grave, sur Nemesis. Elle prit une longue inspiration, replaça une mèche derrière son oreille. « Il y a des choses que je n’aj amais dites, ni à toi ni à personne, sauf peut-être à Mary et un peu à Victor, mais pas beaucoup, il ne voulait rien savoir de ces choses-là. Mais je pense que c’est important que je le fasse avant de laisser un livre qui m’est aussi cher passer entre les mains de quelqu’un d’autre. C’est important pour moi, parce que ma famille n’existe plus et je souhaite quand même faire passer l’héritage. Si tu acceptes ce cadeau, je vais n’exiger qu’une seule chose : si tu décides de cesser la magie pour une raison qui ne regarde que toi, fais-le passer à une autre sorcière. » Willa, ne lâchant pas la sorcière du regard, avait tenté de ne pas parler trop vite, même si les situations stressantes tendaient à rendre sa bouche hyperactive. Elle ne savait même pas si l’autre avait réellement envie de l’écouter – mais elle s’en fichait, à vrai dire – , donc elle se devait de faire tout ce qui était en son pouvoir pour ne pas lui donner envie de fuir. Ses longs doigts glissèrent sur la couverture en cuir du livre qu’elle venait de prendre et de déposer sur ses genoux. Malgré l’envie d’engloutir d’une traite le liquide bourgogne qui remplissait encore la moitié de sn verre, elle le déposa sur la table. « Tu sais que j’étais une sorcière avant de devenir Dracula, je n’ai jamais essayé de le cacher, mais je ne t’ai jamais vraiment raconté ma backstory. Je suppose que tu sais ce à quoi je fais référence si je te dis seulement « Salem » ? » Le regard un peu inquiet, une main triturant le pan de sa jupe, elle espérait sincèrement que Nemesis n’avait pas uniquement en tête toutes les légendes et les mythes embellis par les médias au sujet de cette période plus sombre qu’on la supposait. À vrai dire, elle préférait qu’elle soit le plus ignorante possible : il était plus simple de raconter quelque chose lorsqu’on n’avait à démolir en même temps les présupposés.
(c) DΛNDELION

☾ ☾ ☾ ☾ ☾


Mad girl's love song
Willa ☽ The stars go waltzing out in blue and red, and arbitrary blackness gallops in: I shut my eyes and all the world drops dead. I dreamed that you bewitched me into bed and sung me moon-struck, kissed me quite insane. (I think I made you up inside my head.)
Revenir en haut Aller en bas
Silenced by the night | ft. Nemesis - Mar 3 Avr - 12:32
avatar
sorciers
sorciers


EFFIGIE : Adelaide Kane
BAFOUILLES : 101
PACTE : 23/01/2018


OSSATURE : 27 ans / La cinquantaine
CONTRAT : Elle est célibataire. Autrefois dans une relation ambiguë avec un suceur de sang. Depuis deux ans, elle ne veut plus en entendre parler.
BESOGNE : Valse entre ses contrats de sorcière et ses activités d'écrivaine sous le pseudonyme de Silver Moon
ÉCHINE : Sorcière noire souillée par du sang de vampire
PRESTIGE : Elle est la façonneuse et la créatrice de vos pires cauchemars. Elle est le poison qui s'infiltre dans votre inconscient et sonde vos pensées au moment où vous êtes le plus vulnérable: dans votre sommeil.
GANG : Si autrefois, elle se vouait corps et âme à son clan et à sa famille, il en est tout autre depuis sa contamination. Aujourd'hui, ils veulent sa perte. Elle, elle veut vivre.
CREDIT : les roses noires & Pando


Silenced by the night

Hello darkness, my old friend. I've come to talk with you again because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping and the vision that was planted in my brain, still remains within the sound of silence
Elle rit aux mots de son amie vampire « Actually… Ça fait un moment que t’aurais dû commencer à douter de ma santé mentale… » Leurs conversations pouvaient passer de très sérieuses à complètement détendues. C'était peut-être ça qu'elle aimait chez la vampire aux cheveux écarlates.

Cette dernière continua quand Willa lui demanda combien d'années le livre présent sur la table avait. C'était un vieux livre, le genre que l'on pourrait trouver dans des archives protégées à l'Université ou dans les caves de la Bibliothèque Nationale et qu'on accordait plus à l'emprunt à cause de sa fragilité. D'ailleurs, c'est avec toutes les précautions du monde que Némésis l'ouvrit du bout des doigts ne voulant pas déchirer le bien de son amie. Tandis qu'elle faisait ça, elle regardait Willa et lâcha: Tu as bu du sang dernièrement? Elle soupira: J'ai vécu des années avec un vampire, je sais ce que le manque peut faire. Encore plus depuis qu'elle en a des symptômes vampiriques sans être une elle-même. petit à petit, elle sent ses forces la quitter et ses pouvoirs faiblir. Oh, ce n'était pas radical mais par doucement, progressivement. Des fois, elle avait des crises - preuves que les passes changeaient - qui la clouaient littéralement sur place, lui donnant envie de boire une pinte de sang. Mais Némésis savait qu'elle ne pouvait pas se résoudre à le faire. Si elle le faisait, la perte de ses pouvoirs et la course vers la mort s'accéléraient.

Cependant, elle laissa ce sujet fâcheux de côté et lâcha que le livre avait l'air plus vieux qu'elles puis, réalisant, lui demanda si il était son héritage familiale. . « Plus vieux, oui. Beaucoup. Il doit bien avoir six cents ans si ce n’est pas un peu plus. Il se passait de mère en fille – la plus aînée normalement –, mais comme tu peux le constater, je n’ai pas de fille et il ne me sert plus à grand-chose vu que, bah… Voilà. » Némésis resta sans voix tandis que, sans lui laisser le temps de répondre, Willa enchaîna avec « Alors, t’avais dit poisson cru, hein ? » Revenue à elle, la sorcière noire acquiesça puis dit, pendant que Willa passait commande sur le site du Sushi Shop de Rome via son smartphone: Tu veux me le donner?! Mais... Tu viens de me dire: il fait partie de ta famille depuis six cents ans! Tu veux le confier à une sorcière corrompue?! Némésis n'avait aucune gêne de parler à la rousse de son petit problème de presque malédiction. D'ailleurs, pourquoi aurait-elle peur de de quelque chose du côté de Willa? Elle ne faisait plus partie de la communauté des sorciers depuis des années. Si elle devait craindre quelque chose de quelqu'un, ça serait plutôt Florian. Mais là n'est pas le sujet. Cela "choquait" Némésis de savoir que la vampire voulait se séparer de la dernière chose qui la rattachait à ses souvenirs. Heureusement, Willa ne la laissa pas dans le flou plus longtemps: « Il y a des choses que je n’ai jamais dites, ni à toi ni à personne, sauf peut-être à Mary et un peu à Victor, mais pas beaucoup, il ne voulait rien savoir de ces choses-là. Mais je pense que c’est important que je le fasse avant de laisser un livre qui m’est aussi cher passer entre les mains de quelqu’un d’autre. C’est important pour moi, parce que ma famille n’existe plus et je souhaite quand même faire passer l’héritage. Si tu acceptes ce cadeau, je vais n’exiger qu’une seule chose : si tu décides de cesser la magie pour une raison qui ne regarde que toi, fais-le passer à une autre sorcière. » Mais tu sais bien que mes contacts avec les autres sorciers sont... Puis voyant le regard de la rousse, soupira et lâcha, vaincue D'accord, je te le promets. Enfin... Je ne connais pas beaucoup de sorcières Malheureusement malgré les apparences. Ma mère est morte depuis plusieurs décennies, je suis en froid polaire avec ma cadette (qui cherche à me tuer, en passant), je ne fréquente plus mon village - d'ailleurs, je ne sais même pas si il est encore debout - et la seule personne pratiquant la magie que je connaisse, je ne l'ai fait que le croiser et c'est un homme. Cependant, j'ai cru comprendre qu'il n'était pas fils unique. Elle poursuivit Comprends que ce grimoire a l'air d'être d'une tel valeur et un de ces héritages, je n'ai pas envie de le confier à n'importe qui. Le livre lui échappa des mains pour finir sur les genoux de son actuelle propriétaire qui déposa sa coupe de vin sur la table basse.
« Tu sais que j’étais une sorcière avant de devenir Dracula, je n’ai jamais essayé de le cacher, mais je ne t’ai jamais vraiment raconté ma backstory. Je suppose que tu sais ce à quoi je fais référence si je te dis seulement « Salem » ? »

Elle savait que Willa avait une sorcière - d'ailleurs, si elle avait un doute, la présence de ce livre le dissipait comme neige au soleil - comme elle n'avait jamais caché à cette dernière qu'un vampire avait souillé ses fluides vitaux. D'ailleurs, sur ce point, Willa était un soutient indélébile pour la sorcière. En entendant le mot "Salem", Némésis se braqua. Pour les sorciers, cette histoire était le pan le plus noir de l'histoire de la sorcellerie du Massachusetts de l'année 1692 pendant la période coloniale. Et, pour cause, de nombreuses personnes innocentes...Et...Sorcières y avaient perdus la vie exécutés par un procès et accusés par des femmes soit-disant possédées mais qui, en fait, simulaient le mal.
Cette histoire bien sombre avait stimulé les sorciers à vivre dans l'ombre. Regardant Willa, elle se mit à réciter des noms: Bridget Bishop.  George Burroughs. Sarah Brenet. Martha Carrier. Martha Corey. Giles Corey. Mary Easty. Sarah Good. Elizabeth Howe. George Jacobs, Sr. Susannah Martin. Rebecca Nurse. Alice Parker. Mary Parker. John Proctor. Ann Pudeator. Wilmott Redd. Margaret Scott. Samuel Wardwell. Sarah Wildes. John Willard. Elisabeth Gilbert.Entre autres. Sans citer ceux accusés ou morts en prison. Ce qu'elle venait de réciter, c'était ceux qui sont montés à l'échafaud. Les exécutés. Morts car accusés de sorcellerie. Certains étaient innocents. D'autres étaient peut-être vraiment coupables. Mais c'est le manque d'égalité lors des procès qui avaient donnés des hauts le cœur à la communauté des sorciers du monde entier. Némésis se souvenait d'une phrase de ses parents "Une fois arrêté, vous pouviez être sûrs que la prochaine fois que vous reverriez le soleil, cela sera pour le jour de votre exécution" qui résumait donc très bien ce qui se passait. Ceux arrêtés étaient traités comme "coupables par défaut", le procès étant une formalité. L'avantage d'être née dans un village formés de sorcières et de sympathisants de la communauté! lâcha t'elle pour détendre l'atmosphère. Et donc? Intérieurement, Némésis devina où Willa voulait en venir.


Salem:
 

☾ ☾ ☾ ☾ ☾
T'es mon coté cœur et mon coté corps. Tu sais me mettre à terre ou en tord... Ça ma fierté ne le conçoit pas, voilà pourquoi je te hais de tout mon chakra! Donc je te fusilles par folie, je te fusilles par amour. Cette guerre qui nous unis, je la ferais jusqu'au bout
©️Pando
Revenir en haut Aller en bas
Silenced by the night | ft. Nemesis -
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sujets similaires
-
» Le pigment Moonlight Night
» couches Sweet-Night
» One night stand
» sweet night
» Déception fard Nars "Silent night"

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: