Searching for someone |Jacopo|

 :: CITÉ DU VATICAN
Searching for someone |Jacopo| - Mer 13 Sep - 22:38
avatar
sorciers
sorciers


EFFIGIE : Emily Browning
BAFOUILLES : 519
PACTE : 30/12/2016


OSSATURE : 26 ans
CONTRAT : Célibataire, puisque la trahison et l'hypocrisie font partie intégrante d'elle..
BESOGNE : Assistante de Sixte (Vatican) / diplomée en chirurgie
FABLE : Totale. Son métier est d'étudier ces créatures, ce surnaturel. Elle a aussi accès à des connaissances plus poussées avec les ouvrages et les relations de sa famille.
ÉCHINE : Humaine, issue d'une famille de sorciers, mais la magie qui coule aussi dans les veines, réprimandée par une volonté trop forte. Désormais, celle-ci se réveille, prend son envol.
PRESTIGE : Hémokinésie. La petite est capable de jouer avec votre sang, de le manipuler à sa guise. En quelques minutes, votre vie pourra s'éteindre sous sa volonté.
GANG : Membre de la Mano Rossa / Par sa famille, elle est liée au coven Hellébore.
CREDIT : Swan
Searching for someone
Jacopo & Mia

Le dossier était arrivé sur son bureau quelques jours après son retour en tant qu’assistante d’un des chercheurs du Vatican. Et elle ne se serait jamais attendue à cela. Certes, elle avait un certain temps libre durant sa journée, notamment puisque Sixte semblait avoir disparu de la circulation depuis son passage à l’hôpital. Pour venir la voir elle, après sa tentative de suicide. Et aussi parce qu’il avait appris qu’elle était issue d’une famille de sorciers, alors qu’elle avait toujours répété n’être qu’une simple humaine, sans attache dans le monde surnaturel. Un mensonge qui avait duré plus d’un an. Et qui aurait dû continuer. Par ailleurs, il y avait désormais bien plus important que cela. En réalité, Mia n’était pas seulement la fille d’un couple de sorciers, mais une sorcière elle-même. Un pouvoir soudain, apparu du jour au lendemain. Ce qui n’était pas très logique au vu de son environnement mais soit, elle allait faire avec, et commencer un réel entraînement… Dix ou quinze ans en retard. Alors, venir travailler ici, au coeur-même du centre de recherche contre les créatures, était certainement l’une des pires idées qu’elle n’avait jamais eues. Enfin, elle ne pouvait plus faire marche arrière.

Dans un soupir, elle se glissa dans un bureau à l’écart des scientifiques, pour se plonger dans une nouvelle lecture. Et plus les mots se dessinaient devant ses yeux, plus elle découvrait l’horreur de la mission qui lui était attribuée. Elle allait devenir intermédiaire pour un détective privé. Ce genre de personnes qui cherchaient une cible pour le compte d’un autre être. Et ici, il s’agissait de créatures pour le Vatican. Mia connaissait les méthodes abjectes utilisées par ceux qui l’employaient pour attirer les surnaturels. Ca pouvait être une jolie fille, ou alors un humain sans rapport avec l’institution. Il était plus facile pour lui de s’approcher, et de poser des questions qu’un membre du Vatican, souvent fiché chez les créatures.

Donc… Ce Jacopo faisait partie de ces « chasseurs de tête », qui n’avaient pas de sang sur les mains, mais qui n’en étaient pas moins responsables de la torture, suivie de mort, de nombres d’autres créatures. Etait-ce plus facile à vivre, de provoquer la mort, au lieu de la donner ? C’était une question qu’elle s’était souvent posée, dans son cas. Entre son boulot à la Mano et ce qu’elle faisait dans les sous-sols du Vatican… Elle était plutôt bien placée pour trouver une réponse. Et finalement, à ses yeux, cela déclenchait la même chose. C’était horrible, de participer d’une manière ou d’une autre à la mort d’un autre. C’était horrible, et en même temps, après tant d’années, elle s’y était habituée, ne ressentait plus rien face à cette réalité. Finalement, le monstre dans l’histoire, c’était bien le Vatican, et les scientifiques qui y évoluaient.

Les papiers furent reposés, triés dans les dossiers correspondants. Car Mia aimait bien les petites cases, que tout soit à sa place, c’était toujours plus facile pour s’y retrouver par la suite. Avec un soupir, elle quitta sa chaise, alla se chercher un café. La cloche de la basilique venait à peine de sonner les sept heures, et son rendez-vous avec ce détective était prévu d’ici une petite heure. Et elle était déjà épuisée. Bordel que ça allait être long comme journée…

On toqua à la porte. Deux coups secs, alors qu’elle se levait de son fauteuil pour aller ouvrir au nouveau venu. La photo correspondait à celle qu’on lui avait transmise, ce qui lui permit de se détendre légèrement, et de tendre une main dans sa direction :

« Je suis Mia, je serai votre… Intermédiaire avec le Vatican à partir de maintenant. »

S’y attendait-il ? Elle n’en avait strictement aucune idée à vrai dire. L’italienne récupérait le dossier en cours de route, et il n’y était pas inscrit que son interlocuteur était au courant du changement d’intermédiaire. Enfin. Elle s’en sortirait très bien malgré tout. Juste, on refilait le boulot à l’assistante, pour pouvoir prendre plus de bon temps de son côté…

« Vous pouvez vous asseoir, ce sera plus confortable pour discuter. »

Un sourire, pour engager une relation plutôt positivement, et un ton avenant. Mia était plutôt douée pour bien présenter après tout, elle était quand même membre d’une des familles les plus influentes de la capitale.

☾ ☾ ☾ ☾ ☾
+ In the ruins of Madness +
There was once a girl, she wasn't well known, she fell down a rabbit hole. She tried to get up but she couldn't break free, as she was locked in the chains of Insanity.

Revenir en haut Aller en bas
Searching for someone |Jacopo| - Jeu 21 Sep - 18:29
avatar
hybrides
hybrides


EFFIGIE : Charlie Cox
BAFOUILLES : 941
PACTE : 05/08/2017


OSSATURE : 37 ans
CONTRAT : Célibataire. Enfin... Divorcé. Evitons ce sujet, per favore.
BESOGNE : Détective privé. Ex-inspecteur de police qui s'est fait virer quelques mois après son divorce, ayant complètement déraillé. La véritable raison : sa cheffe corrompue, qui trempait dans la Mafia depuis des années, démon déguisé en ange. Suivant des pistes, Jacopo et son meilleur ami Luigi, lui aussi inspecteur, avaient mené leur enquête pendant des mois, réunissant des preuves contre leur supérieure. Ils se croyaient capables de la faire tomber. Sauf que non ; Luigi fut tué par la Mafia à la demande de sa ténébreuse cheffe, tandis que Scaglione devint l'amant de sa supérieure, dans une tentative désespérée de la coincer enfin. En vain, parce qu'elle était parfaitemnent au courant pour son enquête secrète. Il ne devint que son jouet, pendant des mois. Puis un jour, tout fut mis au clair : soit il oubliait cette histoire, soit il subissait le même sort que son ami. Alors Jacopo fit son choix. Il préférait s'éloigner, d'elle, de la Police, de toute cette corruption, complètement brisé et dégoûté.
FABLE : Au courant pour le surnaturel depuis pas mal de temps déjà. En tant qu'ancien inspecteur, Jacopo a eu affaire à bien des créatures lors de ses enquêtes, il est tombé sur des massacres sans nom. Il ne pouvait donc que finir par découvrir la vérité. Néanmoins, il garde le secret sur ce qu'il sait, il fait semblant que les monstres n'existent pas. Pas envie de passer pour un cinglé, tout simplement. Mais, secrètement, le brun travaille régulièrement pour le Vatican, qui ne le prend pas pour un fou : en effet, il est souvent chargé de retrouver des créatures sur lesquelles le Vatican veut mettre la main.
ÉCHINE : Humain, vous dirait-il. En réalité, Jacopo est une demi-sirène qui s'ignore.
PRESTIGE : Retenir sous souffle sous l'eau pendant cinq minutes, comme si de rien n'était. Mais ce n'est pas un super-pouvoir, ça ? Si ?!
GANG : Il n'appartient officiellement à aucun groupe, mais il bosse souvent pour le Vatican, ce que presque tout le monde ignore. Ils payent bien, alors pourquoi refuserait-il leurs missions ? Et puis, pas sûr que ce soit une bonne idée de leur dire non, voilà tout.
CREDIT : Shadow Dancer (avatar), Tumblr (gifs) & Astra (signa)


❝Searching for someone❞
Mia & Jacopo
Un long soupir s'échappe d'entre mes lèvres. Matinal, je ne l'ai jamais vraiment été ; et je ne le suis toujours pas aujourd'hui. Si vous voulez me voir de mauvaise humeur, obligez-moi à me lever tôt et vous aurez droit à ma version Jacopo "Hulk" Scaglione. Ceci dit, je n'avais pas le choix aujourd'hui : il fallait que je me lève encore plus tôt que d'habitude. Rendez-vous avec mon intermédiaire au Vatican, sans doute une nouvelle enquête qu'ils veulent me filer. En acceptant leur proposition, quelques mois auparavant, je savais déjà que j'aurais à me plier à certaines règles, y compris me pointer à ces rendez-vous que l'on m'imposait gentiment. Ne pas le faire, eh bien... je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée. Si je crains le Vatican ? Eh bien, pas vous ? Leur pouvoir, leur influence n'a pas d'égal, aujourd'hui encore. Surtout dans notre belle ville de Rome. J'aurais pu refuser leur proposition, me tenir loin de l'Eglise et de leurs magouilles, rester un détective privé indépendant... Mais cela faisait seulement un peu plus d'un an que j'étais devenu un détective indépendant, et ce n'est pas si facile que ça que de lancer sa propre agence. Oh, j'avais le talent et la détermination pour réussir, mais c'est vrai qu'avec cet argent extra venant du Vatican ne pouvait que m'aider. Qui n'a pas besoin d'argent, hein ? Roh allez, ne soyons pas hypocrites ! Même toi, tu l'aurais probablement accepté si tu t'étais retrouvé(e) à ma place, non ? Bon... peut-être pas, qui sait. Moi, en tout cas, j'ai dit oui. Alors désormais, autant faire un effort pour sortir de mon lit et me préparer pour ce rendez-vous qui m'attend, pas vrai ? Non sans râler, cela va sans dire, mais ça ira mieux une fois que la caféine aura atteint mon cerveau, comme d'habitude. C'est important d'être bien réveillé, histoire que j'assimile réellement ce qu'ils me diront tout à l'heure.

Je consulte une dernière fois ma boîte mail, relisant celui que l'on m'a envoyé la veille. Pas très long, ils sont toujours aussi avares en paroles, mais bon, du moment qu'il y a l'adresse et l'heure du rendez-vous, ça ira. Je sors enfin de mon appartement, pressé, avant de monter dans ma voiture et de me diriger vers le quartier du Vatican. Le voyage n'est pas particulièrement long, puisque j'habite dans le quartier de Trastevere, dans la partie Ouest de la ville. Une fois arrivé sur place, difficile de ne pas se sentir tout petit face à la puissance du Vatican. Bon, la toute première fois que je suis venu ici, voire même les suivantes, je devais me faire violence pour ne pas regarder tout autour de moi d'un air ébahi, mais aujourd'hui, j'arrive tout de même à garder un air froid, imperturbable. Normal, en tant qu'ancien flic, je sais comment faire, masquer l'angoisse ou la peur. M'engouffrant dans un couloir, descendant quelques escaliers d'un pas décidé, je finis par arriver à destination, traversant une petite partie d'un labyrinthe qui risque d'être bien plus grand que je ne pourrais l'imaginer. Mais je ne suis pas là visiter des coins cachés au public ou pour poser des questions et déterrer leurs secrets. Non, je suis là pour que l'on me confie une nouvelle enquête, que je compte bien réussir, tout simplement. Je passe une main dans mes cheveux, puis toque à la porte. Porte qui s'ouvre quelques secondes plus tard, mais cette fois-ci, il ne s'agit pas de l'homme qui d'habitude me présente les cas dont je dois m'occuper. Je ne peux m'empêcher de hausser légèrement un sourcil, avant d'étirer un sourire poli et de serrer la main de la belle brune.

« Jacopo Scaglione. Enchanté. »

Oui, la dénommée Mia est décidément plus belle que l'autre type - qui, soit dit au passage, n'était pas la personne la plus sympa que j'aie jamais connu. Apparence plus agréable, voix plus agréable aussi, je ne regrette pas vraiment le changement. Bon, j'avoue que d'un côté, je m'étais déjà habitué à l'ancien intermédiaire, j'avais eu le temps de l'observer, d'étudier ses gestes et ses paroles. Mais cette Mia représente une nouveauté inattendue, et c'est rafraichissant, quelque part. Je la remercie, avant de m'asseoir, puis je croise les jambes. Je lui rends son sourire, et je la regarde, je l'observe. Mon regard est rieur, presque joueur.

« Alors, ce bon vieux Marconi est parti à la retraite et ne m'a même pas dit au revoir ? Je ne me plains pas du changement, mais quand même ! »

Sourire amusé, évocation de l'ancien intermédiaire, qui n'était pas si vieux que ça au final, mais qui semblait effectivement avoir l'enthousiasme d'un vieux âgé de 75 ans. Et encore, certaines personnes de cet âge sembleraient plus vivantes que lui, hein.

« Bon, vous avez une nouvelle enquête pour moi, je suppose ? De quoi, ou qui, s'agit-il cette fois-ci ? »

Curiosité. L'une de mes plus grandes qualités. Ou défauts, tout dépend du point de vue. Mais quand on exerce un métier comme le mien, il vaut mieux être curieux, oui. J'espère au moins que cette enquête ne sera pas trop farfelue cette fois-ci... Mais j'ai comme l'impression que ce ne sera pas si simple que ça. Pas marrant sinon.



©️ Pando

☾ ☾ ☾ ☾ ☾
❝Where does love go?❞ Where does love go when it dies? Where do tears go when they're cried? And who are you if you're not mine? Where does love go when it dies? The last song before light's on, They say there's no getting back what is gone. Small talk, long walk, And your hope will carry you home. Cause I loved you so, And I'll never know Just why I let you go. I'll never know. (c) Astra
Revenir en haut Aller en bas
Searching for someone |Jacopo| - Mer 18 Oct - 21:43
avatar
sorciers
sorciers


EFFIGIE : Emily Browning
BAFOUILLES : 519
PACTE : 30/12/2016


OSSATURE : 26 ans
CONTRAT : Célibataire, puisque la trahison et l'hypocrisie font partie intégrante d'elle..
BESOGNE : Assistante de Sixte (Vatican) / diplomée en chirurgie
FABLE : Totale. Son métier est d'étudier ces créatures, ce surnaturel. Elle a aussi accès à des connaissances plus poussées avec les ouvrages et les relations de sa famille.
ÉCHINE : Humaine, issue d'une famille de sorciers, mais la magie qui coule aussi dans les veines, réprimandée par une volonté trop forte. Désormais, celle-ci se réveille, prend son envol.
PRESTIGE : Hémokinésie. La petite est capable de jouer avec votre sang, de le manipuler à sa guise. En quelques minutes, votre vie pourra s'éteindre sous sa volonté.
GANG : Membre de la Mano Rossa / Par sa famille, elle est liée au coven Hellébore.
CREDIT : Swan
Searching for someone
Jacopo & Mia

Les manches longues pour cacher ses bras, le sourire aimable plaqué sur son visage, pour accueillir le visiteur. Mia n’aimait pas avoir ce genre de contact avec une personne extérieure, d’un côté pour des raisons éthiques, de l’autre parce que l’homme pouvait très bien finir par traquer sa famille, son coven. Et l’italienne ne le souhaitait pas. En fait, elle était du genre à tuer pour protéger les siens, alors même qu’elle ne ressentait rien à leur encontre. Oh, il y avait bien de l’amour pour ses parents, une relation fusionnelle avec son aîné, mais pour le reste… Ils n’étaient que des silhouettes lointaines, qui la laissaient indifférentes. Néanmoins, aux yeux de ses géniteurs, ils étaient importants, et elle devait se servir de sa position pour défendre leurs intérêts, leur vie. Même si cela menait à la mort d’un humain. Ce ne serait qu’un peu plus de sang sur ses doigts déjà recouverts du liquide carmin…

Un nom fut décliné, semblable à celui qu’on lui avait transmis. C’était déjà ça, puisqu’il fallait souligner que le Vatican n’employait les hommes les plus à l’aise avec les nouveaux outils, et Mia s’était retrouvée plus d’une fois comme une conne, avec un mauvais dossier entre les mains, et donc des informations erronées sur un sujet. Enfin, elle était désormais habituée, et parvenait à  déjouer les pièges laissées par hasard sur son chemin.

Son regard s’accrocha sur la silhouette de Jacopo. Quelques secondes, le temps de repérer de possibles blessures, malformations, qui pourraient lui permettre de mieux le reconnaître si elle venait à le recroiser. Et aussi pour trouver des points faibles si elle devait venir à l’assassiner. Le pire dans cette histoire, c’était à quel point elle assumait chacune de ses pensées. La gamine de vingt-cinq ans, déjà forgée par les pires horreurs, déjà brisée, déjà formatée, le tout étant caché sous son sourire, son visage de porcelaine.

Lui semblait bien plus détendu, bien plus rieur qu’elle. Tant mieux d’un côté, la jeune femme préférait laisser les blagues et l’humour aux autres. Son sérieux était sa principale qualité, celle qui lui permettait de se frayer un chemin dans ce monde exclusivement masculin, et surtout de s’y faire reconnaître. Quant à l’évocation de l’autre… Seules ses épaules se haussèrent, preuve de son désintérêt, mais les mots finirent tout de même par se former sur ses lèvres :

« Je ne sais pas trop, j’ai juste reçu comme ordre de devenir votre intermédiaire. Enfin, il est vrai que je n’ai plus de nouvelles de lui depuis plusieurs jours sinon... » Il pouvait être mort, oui. Une possibilité qui la laissait complètement de marbre. Après tout, elle n’était pas proche de Marconi, ils ne faisaient même pas partie de la même branche du Vatican… « En revanche, ce n’est pas mon domaine habituel. Je passe plutôt mon temps à découper des corps normalement. » Elle devait être la personne idéale avec qui discuter à un dîner mondain… Cette pensée lui arracha un léger sourire, alors que l’autre enchaînait, récupérant un ton professionnel. Bien, ils allaient pouvoir rentrer dans le coeur du sujet…

Son bras alla chercher un dossier, fin, posé sur le bureau, et le tendit en direction de Jacopo. Le sourire avait disparu de son visage, remplacé par un sérieux total.

« Je n’ai la réponse à aucune de vos questions. En réalité, nous n’avons que des scènes de crime. Tout porte à croire qu’il s’agit d’une créature ancienne, capable de faire des massacres sans laisser de traces… Nous n’avons que des hypothèses pour l’instant, un regard neuf et plus expérimenté des situations de traque ne pourra qu’être bénéfique pour nous rapporter un nom. »

C’était son boulot après tout, non ?

☾ ☾ ☾ ☾ ☾
+ In the ruins of Madness +
There was once a girl, she wasn't well known, she fell down a rabbit hole. She tried to get up but she couldn't break free, as she was locked in the chains of Insanity.

Revenir en haut Aller en bas
Searching for someone |Jacopo| - Mar 24 Oct - 11:53
avatar
hybrides
hybrides


EFFIGIE : Charlie Cox
BAFOUILLES : 941
PACTE : 05/08/2017


OSSATURE : 37 ans
CONTRAT : Célibataire. Enfin... Divorcé. Evitons ce sujet, per favore.
BESOGNE : Détective privé. Ex-inspecteur de police qui s'est fait virer quelques mois après son divorce, ayant complètement déraillé. La véritable raison : sa cheffe corrompue, qui trempait dans la Mafia depuis des années, démon déguisé en ange. Suivant des pistes, Jacopo et son meilleur ami Luigi, lui aussi inspecteur, avaient mené leur enquête pendant des mois, réunissant des preuves contre leur supérieure. Ils se croyaient capables de la faire tomber. Sauf que non ; Luigi fut tué par la Mafia à la demande de sa ténébreuse cheffe, tandis que Scaglione devint l'amant de sa supérieure, dans une tentative désespérée de la coincer enfin. En vain, parce qu'elle était parfaitemnent au courant pour son enquête secrète. Il ne devint que son jouet, pendant des mois. Puis un jour, tout fut mis au clair : soit il oubliait cette histoire, soit il subissait le même sort que son ami. Alors Jacopo fit son choix. Il préférait s'éloigner, d'elle, de la Police, de toute cette corruption, complètement brisé et dégoûté.
FABLE : Au courant pour le surnaturel depuis pas mal de temps déjà. En tant qu'ancien inspecteur, Jacopo a eu affaire à bien des créatures lors de ses enquêtes, il est tombé sur des massacres sans nom. Il ne pouvait donc que finir par découvrir la vérité. Néanmoins, il garde le secret sur ce qu'il sait, il fait semblant que les monstres n'existent pas. Pas envie de passer pour un cinglé, tout simplement. Mais, secrètement, le brun travaille régulièrement pour le Vatican, qui ne le prend pas pour un fou : en effet, il est souvent chargé de retrouver des créatures sur lesquelles le Vatican veut mettre la main.
ÉCHINE : Humain, vous dirait-il. En réalité, Jacopo est une demi-sirène qui s'ignore.
PRESTIGE : Retenir sous souffle sous l'eau pendant cinq minutes, comme si de rien n'était. Mais ce n'est pas un super-pouvoir, ça ? Si ?!
GANG : Il n'appartient officiellement à aucun groupe, mais il bosse souvent pour le Vatican, ce que presque tout le monde ignore. Ils payent bien, alors pourquoi refuserait-il leurs missions ? Et puis, pas sûr que ce soit une bonne idée de leur dire non, voilà tout.
CREDIT : Shadow Dancer (avatar), Tumblr (gifs) & Astra (signa)


❝Searching for someone❞
Mia & Jacopo
Le changement ne me déplaît pas. Non, vraiment, ça change des rencontres ennuyeuses avec Marconi, qui n'avaient que pour seul intérêt de me présenter une nouvelle enquête, quelqu'un à retrouver pour ensuite recevoir ma récompense. Mettre mes compétences au service du Vatican, en toute discrétion et avec efficacité surtout. Bon, le changement d'intermédiaire n'y change pas grand-chose pour moi, à vrai dire. Je dois faire mon travail, quoi qu'il arrive. Et je le ferai. Mais enfin, si je peux avoir une intermédiaire plus sympa et plus jolie que Marconi, je ne vais pas non plus m'en plaindre, hein. Tiens, puisqu'on parle de lui, ce bon vieux Marconi... Pourquoi n'a-t-il même pas pris le temps de me dire au revoir ? Bon, en réalité, je blague surtout, je m'en fous royalement... Ce n’est pas comme s’il allait me manquer. Mais bon, je ne peux m'empêcher de me poser la question à voix haute. A moi-même et à Mia aussi, finalement. Peut-être qu'elle en sait quelque chose, après tout ?

La jeune femme hausse les épaules, puis me répond qu’elle ne sait pas trop, qu’elle a tout simplement reçu l’ordre de devenir mon intermédiaire. Mais la brune m’avoue également qu’elle n’a pas eu de nouvelles de l’autre homme depuis quelques jours déjà. Serait-il mort ? Roh, le pauvre... Bon, dans le fond, ça me fait rien. Et puis, peut-être que, bien au contraire, il est bel et bien vivant, en train de bronzer au soleil dans une île paradisiaque grâce à l’argent que le Vatican lui a versé. Qu’est-ce qu’on en sait, au final ? Je hoche la tête, d’un air pensif, avant d’oublier ce sujet, puisque ce n’est pas pour cela que je suis venu ici ce matin. La brune reprend alors, m’expliquant que ce n’est pas son domaine habituel, qu’elle... passe plutôt son temps à découper des cadavres. Je bloque complètement, je la regarde d’un air surpris, abasourdi, comme si elle venait de me dire "yo, ici Lady Di, j’ai possédé le corps de cette pauvre fille". Bon... réfléchissons... Peut-être qu’elle veut simplement dire qu’elle est médecin légiste ? Ce n’est pas ce qu’ils font, en fin de comptes ? Découper des cadavres, faire des autopsies... C'est peut-être ça, non ? Un boulot fascinant, hein... Un super sujet, surtout quand t’as l’estomac vide. Le problème, c’est que je n’ai pas l’estomac vide, là. Mais bon, je ne vais pas vomir non plus, rassurez-vous. A moins qu'elle ne commence à se vider de son sang tout à coup.

« Ah ? Intéressant... »

Dis-je après quelques secondes de silence, tout en me pinçant les lèvres et en lui lançant un regard mi-admiratif, mi-méfiant. Bon, on va dire qu'elle est médecin légiste. Quoi d'autre, après tout ? Faut pas pousser mémé dans les orties quand même. Cette jeune femme ne peut pas être une cinglé qui torture et fait des expériences sur des gens. Si ? Ça t'étonnerait, Scaglione ? Je me gratte le menton, pensif, tandis qu'un léger rictus prend place sur mes lèvres. Peut-être que ça ne m'étonnerait pas tant que cela, à vrai dire. Pas après tout ce que j'ai vu tout au long de ces dernières années. Et je ne parle pas que du surnaturel, non. Les humains - soi-disant - pouvaient être plus cruels et plus dangereux que certaines créatures que l'on pourrait qualifier comme tel. Un discret soupir s'échappe d'entre mes lèvres, tandis que j'essaie de penser à autre chose. Déjà, qu'est-ce que je fous là si tôt le matin ? Ah ouais, on m'a demandé de venir ici. Et maintenant que j'ai ramené mes fesses après un long combat contre le sommeil et la fin abrupte de ma relation idyllique avec mon lit, qu'est-ce qu'on me veut ? Voilà la question que je pose à la dénommée Mia, histoire de ne pas m'égarer dans mes pensées, ou même dans mes propos. Dieu sait à quel point je peux être bavard et surtout, poser des question qui ne m'attirent que des emmerdes. Alors bon, let's not.

Je prends le fin dossier que l'Italienne me tend, l'ouvrant pour y jeter un œil. Me concentrer sur l'essentiel, autrement dit, mon boulot et non pas celui des autres. Je lis rapidement les informations que contiennent ces quelques feuilles, sans relever mon regard vers mon interlocutrice, qui me dit qu'elle n'a la réponse à aucune de mes questions. Roh allez, bien sûr que non, ils n'allaient quand même pas me faciliter la vie, qu'est-ce que vous croyiez ? Néanmoins, elle souligne un point important : les scènes de crime. Une créature ancienne, capable de faire des massacres sans laisser de traces... Oh génial, vraiment. C'était pile ce que je voulais entendre alors que je peux entendre mon lit hurler mon nom à des kilomètres de distance. Surtout que c'est une phrase tellement encourageante ! Je fronce les sourcils, tout en affichant une moue vaguement contrariée. Bon, difficile ne veut pas forcément dire impossible. Et ce n'est pas non plus la première fois que j'enquête sur une créature ayant commis des massacres. Je détourne mon regard de ces photos. Autant je sais que c'est justement que des simples photos, j'ai déjà envie de vomir. Tiens bon, estomac, faut que je digère mon café d'abord.

« Très bien. »

Dit comme ça, on pourrait presque croire que je suis vraiment persuadé de pouvoir trouver l'assassin comme si c'était un simple jeu d'enfants. Ce n'est pas vraiment le cas, pourtant. Mais pas question de leur avouer que ça va être compliqué. Après tout, j'ai encore des contacts dans la police, et pas que. Ce n'est pas impossible. Pas encore, pas tant que je n'ai pas épuisé toutes les options, toutes les hypothèses. Je relève mes yeux vers Mia, sérieux. Putain de curiosité qui résonne sans cesse dans ma tête.

« Vous avez dit corps. Pas cadavres. Dois-je en déduire qu'ils sont toujours vivants quand vous les charcutez ? »

Dis-je en arquant un sourcil, mes yeux curieux fixant ses prunelles. Cependant, je lève rapidement les mains en signe de reddition.

« Non, attendez... je ne suis pas sûr de vouloir entendre la réponse. Je compte bien vivre quelques décennies de plus. Mais vous êtes plutôt jeune pour un... médecin légiste. C'est eux qui vous ont contactée, comme ils l'ont fait avec moi, ou vous avez postulé ? »

Un sourire joueur s'étire sur mes lèvres. Je sens que je joue avec le feu. Aussi dangereux qu'excitant. Et je ne parle pas que de Mia. Rien que le fait d'avoir accepté de bosser pour eux... Je sais pertinemment que c'est risqué, que l'on cache bien des secrets entre ces murs et dans les sous-sols. Et il ne s'agit pas que de la simple connaissance du surnaturel, non... Mais mieux vaut faire semblant que je n'en sais rien. Ou que je m'en fous. Quelque part, c'est bien le cas, à vrai dire.

[HJ : Je ne sais faire que des pavés en ce moment, sorry XD]


©️ Pando

☾ ☾ ☾ ☾ ☾
❝Where does love go?❞ Where does love go when it dies? Where do tears go when they're cried? And who are you if you're not mine? Where does love go when it dies? The last song before light's on, They say there's no getting back what is gone. Small talk, long walk, And your hope will carry you home. Cause I loved you so, And I'll never know Just why I let you go. I'll never know. (c) Astra
Revenir en haut Aller en bas
Searching for someone |Jacopo| - Mar 13 Fév - 16:51
avatar
sorciers
sorciers


EFFIGIE : Emily Browning
BAFOUILLES : 519
PACTE : 30/12/2016


OSSATURE : 26 ans
CONTRAT : Célibataire, puisque la trahison et l'hypocrisie font partie intégrante d'elle..
BESOGNE : Assistante de Sixte (Vatican) / diplomée en chirurgie
FABLE : Totale. Son métier est d'étudier ces créatures, ce surnaturel. Elle a aussi accès à des connaissances plus poussées avec les ouvrages et les relations de sa famille.
ÉCHINE : Humaine, issue d'une famille de sorciers, mais la magie qui coule aussi dans les veines, réprimandée par une volonté trop forte. Désormais, celle-ci se réveille, prend son envol.
PRESTIGE : Hémokinésie. La petite est capable de jouer avec votre sang, de le manipuler à sa guise. En quelques minutes, votre vie pourra s'éteindre sous sa volonté.
GANG : Membre de la Mano Rossa / Par sa famille, elle est liée au coven Hellébore.
CREDIT : Swan
Searching for someone
Jacopo & Mia

Comment pouvait-elle apparaître comme détaché, elle qui était encore humaine, elle qui connaissait la valeur de la vie pour l’avoir si souvent arraché ? C’était peut-être pour cela finalement, qu’elle se foutait de tout, que la mort d’un collègue ne l’affecterait pas. C’était un jeu de survie au Vatican, et les plus faibles se faisaient dévorer. C’était la loi. La loi du plus fort. Et même elle s’y soumettait, puisqu’il le fallait… Ses yeux s’accrochaient à ceux de Jacopo, alors qu’elle déblatérait sur ce qui l’avait poussé à venir ici. D’ailleurs, il eut l’air abasourdi, surpris quand elle évoqua son travail ici. Une jeune femme ne pouvait-elle pas être médecin légiste ? Ou plutôt découpeuse de cadavres, de bêtes capables de lui arracher la tête d’un simple geste… Mais elle avait l’habitude Mia, elle avait plongé dedans quand elle n’était encore qu’une gamine, une enfant, à cause de ses parents. Des alliances qui les obligeaient à se rapprocher des loups, vampires, et autres créatures, en emmenant leurs enfants. Surtout Hermès, qui était le digne héritier encore à leurs yeux à l’époque…

Un soupir quitta ses lèvres, alors qu’elle se reconcentrait sur la conversation actuelle. Ne pas lâcher, pour éviter de faire des erreurs. L’étonnement et le dégoût que son statut produisait chez les autres la faisaient toujours rire. Evidemment, personne ne s’attendait à ce que ce petit corps, ce visage de poupon, ne représentent l’horreur du Vatican. Le sang coulait sur ses doigts, tout comme les entrailles sur ses bras. Une tueuse institutionnalisée en réalité. Et qui pouvait sourire, vivre normalement. La mort dans les veines.

« Intéressant oui. Vous ne devez pas en voir souvent, ai-je tort ? » Les doigts effleurèrent ses lèvres, sourire en coin amusé. « J’ai fait des études de médecine, avant de finir ici. Et c’est plutôt agréable, d’ouvrir des corps et de jouer avec. » Elle se foutait de sa gueule, clairement. Mais d’un côté, on l’obligeait à reprendre un rôle qui l’emmerdait, si elle ne pouvait pas s’amuser non plus… Pourtant, il y avait ses entrailles, serrées, qui prouvaient à quel point elle abhorrait la situation. D’ailleurs, le stress était visible, dans ses mains légèrement tremblantes, dans ses jambes qui sursautaient par moment. Elle détailla les traits de son interlocuteur, plutôt bel homme, alors que son bras tendait le dossier et les photos du crime. Puis elle lui laissa le silence pour réflexion. Il devait en avoir besoin. D’ailleurs, elle ne remarqua pas le dégoût et la moue de Jacopo, la nausée qui se dégageait de son être. Pourtant, ses sens de sorcière, son contrôle du sang, la prévenaient. Chaque pulsation était trop rapide, trop décalée. Mais elle n’avait pas encore assez l’habitude d’y faire attention. Plus tard peut-être. Un autre jour.

Un « très bien » pour conclure le sujet. Mia ne savait pas réellement si lui faire confiance était une bonne chose, mais au vu de son propre passif… Mieux valait se taire. Si le Vatican avait décidé de faire confiance à cet homme, elle courberait l’échine. « Si vous ne voulez pas savoir, pourquoi poser la question dans un premier temps ? » La curiosité mal placée, ça allait deux minutes, mais si on ne l’assumait pas… Son regard s’assombrit, preuve de nombreux meurtres et dépeçages à son actif. Jamais elle n’avait reculé, jamais elle ne s’était posée de questions. Elle n’était qu’une tueuse, sous l’optique de faire le bien. « Et pour répondre, oui, ils peuvent être examinés vivants. Tout dépend de ce qu’on recherche. La fin justifie les moyens pour le Vatican. Toutes les réponses, même sous la torture. » Et elle s’en moquait désormais. Plongée dans l’horreur, même la vie finissait par devenir fade, quand on savait ce qui se tramait dans les sous-sols de Saint-Pierre. Et c’était certainement pire quand la probabilité de s’y retrouver un jour en tant que victime était forte… Tic tac, ce n’était qu’une question de temps, avant que la douleur ne la fauche.

« L’avantage d’être en avance de plusieurs années sur son cursus scolaire. A la fin de mes études de chirurgie, ils m’ont contactée pour faire partie de leurs équipes et assister quelqu’un. C’était une opportunité de pouvoir étudier les créatures, non ? » Léger sourire. Elle avait passé sous silence les pots-de-vin de ses parents concernant ses études, la seule raison pour laquelle elle avait pu entrer si tôt à l’université. Après, elle en avait sué, mais suffisamment d’intelligence et de travail lui avait permis de s’en sortir honorablement. Ce n’était pas à avouer à un inconnu, pour qui le piston apparaîtrait comme indéniable. « Et vous, pourquoi avoir mis vos talents de détective à leurs services ? Contrairement à moi, vous ne bénéficiez pas de la protection des murs du Vatican. » C’était encore plus suicidaire que son choix à elle…

☾ ☾ ☾ ☾ ☾
+ In the ruins of Madness +
There was once a girl, she wasn't well known, she fell down a rabbit hole. She tried to get up but she couldn't break free, as she was locked in the chains of Insanity.

Revenir en haut Aller en bas
Searching for someone |Jacopo| - Jeu 15 Fév - 12:37
avatar
hybrides
hybrides


EFFIGIE : Charlie Cox
BAFOUILLES : 941
PACTE : 05/08/2017


OSSATURE : 37 ans
CONTRAT : Célibataire. Enfin... Divorcé. Evitons ce sujet, per favore.
BESOGNE : Détective privé. Ex-inspecteur de police qui s'est fait virer quelques mois après son divorce, ayant complètement déraillé. La véritable raison : sa cheffe corrompue, qui trempait dans la Mafia depuis des années, démon déguisé en ange. Suivant des pistes, Jacopo et son meilleur ami Luigi, lui aussi inspecteur, avaient mené leur enquête pendant des mois, réunissant des preuves contre leur supérieure. Ils se croyaient capables de la faire tomber. Sauf que non ; Luigi fut tué par la Mafia à la demande de sa ténébreuse cheffe, tandis que Scaglione devint l'amant de sa supérieure, dans une tentative désespérée de la coincer enfin. En vain, parce qu'elle était parfaitemnent au courant pour son enquête secrète. Il ne devint que son jouet, pendant des mois. Puis un jour, tout fut mis au clair : soit il oubliait cette histoire, soit il subissait le même sort que son ami. Alors Jacopo fit son choix. Il préférait s'éloigner, d'elle, de la Police, de toute cette corruption, complètement brisé et dégoûté.
FABLE : Au courant pour le surnaturel depuis pas mal de temps déjà. En tant qu'ancien inspecteur, Jacopo a eu affaire à bien des créatures lors de ses enquêtes, il est tombé sur des massacres sans nom. Il ne pouvait donc que finir par découvrir la vérité. Néanmoins, il garde le secret sur ce qu'il sait, il fait semblant que les monstres n'existent pas. Pas envie de passer pour un cinglé, tout simplement. Mais, secrètement, le brun travaille régulièrement pour le Vatican, qui ne le prend pas pour un fou : en effet, il est souvent chargé de retrouver des créatures sur lesquelles le Vatican veut mettre la main.
ÉCHINE : Humain, vous dirait-il. En réalité, Jacopo est une demi-sirène qui s'ignore.
PRESTIGE : Retenir sous souffle sous l'eau pendant cinq minutes, comme si de rien n'était. Mais ce n'est pas un super-pouvoir, ça ? Si ?!
GANG : Il n'appartient officiellement à aucun groupe, mais il bosse souvent pour le Vatican, ce que presque tout le monde ignore. Ils payent bien, alors pourquoi refuserait-il leurs missions ? Et puis, pas sûr que ce soit une bonne idée de leur dire non, voilà tout.
CREDIT : Shadow Dancer (avatar), Tumblr (gifs) & Astra (signa)
Searching for someone
Mia & Jacopo


J'étire un sourire forcé suite à sa question. J'en ai vu assez, mais je ne m'y ferai probablement jamais. Mais bon, tant que les cadavres ne sont pas trop ensanglantés, je peux supporter. Et même s'ils le sont... Je peux faire un effort. A force de pratiquer, j'ai appris à contrôler un tant soit peu ma foutue phobie, qui m'a valu bien des moqueries quand j'étais plus jeune. Mais quoi, j'ai une putain de phobie, oui, et alors ?! Ça ne m'a jamais empêché de bien faire mon boulot, hein. Non, ce n'est pas ça qui m'a fait perdre mon poste d'inspecteur et obligé de m'éloigner de la police, mais bien la corruption qui ronge notre pays, nos forces de l'ordre. Essayant de garder un air calme et imperturbable, pour un résultat mitigé au final, je regarde la brunette, qui m'explique qu'elle a fait des études de médecine, avant de finir au Vatican.

Et que c’est plutôt agréable, d’ouvrir des corps et de jouer avec.

Non, mais tu rigoles ?! Pourquoi je ne fais que tomber sur des tarés, hein, dîtes-moi ?! Un sourire narquois se dessine sur mes lèvres, teinté d'un petit soupçon de grimace de dégoût aussi.

« J'imagine. »

Chacun ses passions, hein... Mais celle-ci est bien propre aux cinglés quand même. Ou aux psychopathes aussi. Ou... aux médecins, ouais. Mais bon, à mes yeux, il faut être un peu taré pour faire des études de médecine et ouvrir des corps et voir du sang, et... Nope, j'arrête, vraiment. Si ça se trouve elle ne fait que rigoler, tenter de m'impressionner, de me faire passer pour un idiot hypersensible, dominé par sa phobie. Le Vatican doit être au courant, allez savoir. Et pourtant, alors que j'en étais presque certain, qu'elle ne faisait que rigoler, mon regard se pose brièvement sur ses mains, tremblantes par moment. Je relève mon regard, comme si de rien n'était. Allez savoir ce que ces mains ont fait, si elle dit vrai.

Bref, changeons de sujet, il vaut mieux. Parlons enquête, histoire que sache ce qui m'attend. On ne m'a pas appelé pour parler de la pluie et du beau temps, et encore moins pour parler des histoires louches du Vatican et des gens qui bossent pour l'Eglise, loin de tous les regards. Je laisse mon regard vaguer sur les photos que contient ce dossier, des photos de cadavres ensanglantés, évidemment. Ceci dit, j'arrive parfaitement à garder contenance et à répondre d'un simple « très bien ». L'affaire est louche, comme pratiquement toutes celles que le Vatican me refile, mais je n'avoue pas à voix haute que je risque d'avoir du mal à la résoudre. Non, ce n'est pas une bonne idée d'avouer mon hésitation devant ce manque de pistes. Autant bien étudier ce cas d'abord, suivre les pistes, tenter de trouver des réponses. Et après, on verra.

Néanmoins, une question continue de résonner dans ma tête depuis tout à l'heure. Ou plutôt, plusieurs. Eh oui, ma curiosité est incontrôlable, c'est comme ça. Bien entendu, ce n'est pas toujours un avantage pour moi, bien au contraire. C'est pourquoi j'ai aussitôt souligné que, eh bah, finalement je ne veux pas vraiment savoir. Parce que le fait de trop savoir, surtout lorsque ça touche le Vatican, ça peut représenter un danger pour quelqu'un comme moi. Après, certes, je bosse pour le Vatican moi aussi, secrètement, mais bon. Justement pour ça, ce serait impossible de relier ma mort à eux. Arrête, Scaglione. Ouais, je vais arrêter. Je n'ai rien fait de mal, après tout. Et ce n'est pas non plus comme si c'était si facile que ça de me tuer, méfiant comme je suis, portant toujours mon arme sur moi, et vérifiant régulièrement s'il y a des micros chez moi. J'ai été flic pendant plus de douze ans, je vous rappelle. Mais... Voilà. Chassez le naturel...

« Bah, ça fait partie de mon boulot... Poser des questions. Parfois même un peu trop, j'avoue. »

Dis-je en haussant les épaules, d'un air faussement innocent, pour faire semblant que je n'ai pas remarqué son regard sombre, presque menaçant. Mia décide de répondre à ma question sans plus attendre. Une réponse franche, qui prouve ce dont je me doutais déjà depuis longtemps. Reprenant mon air sérieux, je reste de marbre, arrêtant de faire le rigolo. C'est un sujet sérieux, et la vérité est que je joue avec le feu en voulant en savoir plus. Alors oui, vaut mieux rester sérieux. Je hoche la tête, tout en arquant légèrement un sourcil, presque malgré moi. Je la laisse poursuivre, m'expliquant la façon dont elle est arrivée ici. Je ne sais pas quoi en penser. Je ne connais pas bien cette jeune femme, je ne connais pas son passé, la famille dont elle est issue. Si ça se trouve, c'était une fille bien qui, en débarquant ici, s'est retrouvée avec les mains littéralement teintées de sang, alors qu'elle aurait pu avoir une autre vie, loin de ces pratiques lugubres. Ou bien était-ce sa véritable vocation et elle s'éclate un max dans ce nouveau poste, qu'est-ce que j'en sais ?

« En effet... »

Une opportunité d'étudier les créatures... et de les torturer, les charcuter. Vivantes. Bon sang, ce n'est pas que j'aime les créatures, mais bon... Je repose mon regard noisette sur l'Italienne alors qu'elle me retourne la question. Je me fais violence pour chasser ces pensées désagréables de la tête.

« Bah... Le Vatican m'a contacté il y a quelques mois, me proposant de travailler pour eux. Ils savaient que j'étais parfaitement au courant pour les créatures, que j'avais pas mal d'expérience, en tant que flic, puis ensuite en tant que détective privé... Ils se sont donc probablement dit que pouvais être un atout utile pour eux. Moi, j'avais besoin d'argent, parce que je venais de lancer ma propre agence et que ce n'était pas facile. Donc voilà, je n'ai pas hésité bien longtemps. Pour ce qui est de leur protection, j'suis un grand garçon, je sais me défendre tout seul. »

Je suis peut-être devenu détective, mais je continue de raisonner comme un flic. Dans le fond, j'en suis toujours un. Et c'est probablement pour ça que parfois je me demande si j'ai vraiment fait le bon choix. Mais bon, c'était soit travailler pour le Vatican, soit continuer à galérer pour ne serait-ce que payer mon loyer.

made by black arrow

☾ ☾ ☾ ☾ ☾
❝Where does love go?❞ Where does love go when it dies? Where do tears go when they're cried? And who are you if you're not mine? Where does love go when it dies? The last song before light's on, They say there's no getting back what is gone. Small talk, long walk, And your hope will carry you home. Cause I loved you so, And I'll never know Just why I let you go. I'll never know. (c) Astra
Revenir en haut Aller en bas
Searching for someone |Jacopo| - Mar 20 Fév - 15:42
avatar
sorciers
sorciers


EFFIGIE : Emily Browning
BAFOUILLES : 519
PACTE : 30/12/2016


OSSATURE : 26 ans
CONTRAT : Célibataire, puisque la trahison et l'hypocrisie font partie intégrante d'elle..
BESOGNE : Assistante de Sixte (Vatican) / diplomée en chirurgie
FABLE : Totale. Son métier est d'étudier ces créatures, ce surnaturel. Elle a aussi accès à des connaissances plus poussées avec les ouvrages et les relations de sa famille.
ÉCHINE : Humaine, issue d'une famille de sorciers, mais la magie qui coule aussi dans les veines, réprimandée par une volonté trop forte. Désormais, celle-ci se réveille, prend son envol.
PRESTIGE : Hémokinésie. La petite est capable de jouer avec votre sang, de le manipuler à sa guise. En quelques minutes, votre vie pourra s'éteindre sous sa volonté.
GANG : Membre de la Mano Rossa / Par sa famille, elle est liée au coven Hellébore.
CREDIT : Swan
Searching for someone
Jacopo & Mia

Y’avait comme un flottement suite à ses mots, alors que son regard ne quittait pas Jacopo. Elle cherchait ses failles la gamine, parce qu’un jour, il pourrait être son ennemi, surtout avec les pouvoirs qu’elle devait apprendre à maîtriser. Si bientôt, elle perdait le contrôle et tuer à son tour, il serait certainement mis sur l’affaire. Jusqu’à ce que ses parents l’étouffent, s’ils ne le font pas dès le début. La police en elle-même ne l’importunerait pas, pas avec l’immunité diplomatique qu’elle pouvait avoir. Mais le Vatican et ses enquêteurs… L’homme deviendrait rapidement un problème. Un instant, elle pensa à l’éliminer, ou le faire suivre par un membre du coven. Ce n’était pas la première fois qu’elle utiliserait les relations de ses parents au sein de celui-ci pour son propre profit, non. Elle ne relâcha pas une seule seconde le sourire qui avait pris position sur ses lèvres, alors qu’elle percevait le dégoût derrière celui de son interlocuteur. Aurait-il peur d’elle ? Ou purement et simplement le dégoût d’être face à une psychopathe ? Elle s’interrogeait. Que ce soit sur cette nature psychopathe ou sur ce que ressentait l’autre. Rien ne lui paraissait logique, ou possible.

La réaction qui se voulait détacher, rapidement passée de mode quand ils évoquèrent l’affaire. Quelques minutes pour voir des images de cadavres en sang, toutes entrailles dehors. Pour Mia, c’était le quotidien, c’était l’habitude. En tant que chirurgienne et interne, elle s’y était habituée, et désormais, c’était des morceaux de créatures à la place d’humains. Elle tuait, au lieu de soigner. Et son salaire était des moindres au Vatican. C’était la raison qui la poussait à mener de front deux travails, tout aussi illégaux et dangereux l’un que l’autre. Elle était loin, la gamine surdouée qui aurait pu finir chirurgienne de renommée internationale. Là, elle était aux crochets de ses parents, et de ses supérieurs. Finalement, elle était dans une position bien précaire, aux portes de la mort, sur le fil de la vie…

« A force de poser des questions, ça finira par mal se finir pour vous. » Ou ça s’est déjà mal fini. Ce n’était pas vraiment une menace, plus une constatation. En fouinant et posant des questions, vous attirez l’attention sur vous. Et si vous vous rapprochez de la vérité, on finira par vous le faire payer. Aucune interrogation, et vos arrières sont assurées. Mia avait toujours vécu sur ça, et c’était ce qui lui avait permis de survivre à la mafia, au Vatican, mais aussi à toutes les créatures croisées dans les couloirs du manoir de ses parents. Rester silencieuse, juste faire ce qu’on lui demandait. Être une bonne petite suiveuse. Aujourd’hui, on sentait l’influence de son aîné, la rébellion qui la poussait petit à petit. Se brisera-t-elle à cause de cela ?

Mais elle avait donné sa réponse, sans mentir, juste en omettant quelques détails que certains auraient trouvé importants. Face à un fouineur, mieux valait éviter de trop en dévoiler, de lui laisser des miettes à grignoter. Il pourrait retrouver sa famille, enquêter sur elle. Et étrangement, elle avait un assez mauvais souvenir d’un homme qui avait déjà voulu s’en prendre à eux… Elle ne savait pas trop comment il avait fini, mais ne s’en inquiétait pas non plus. Elle écouta la tirade, un sourire en coin sur le bord des lèvres. Il avait été recruté comme nombre d’autres finalement. Rien de bien différent… Mais quelque chose clochait. L’instinct qui le hurlait, les entrailles qui se tordaient. Aucune preuve en retour. « Si vous pensez que vous pouvez vous défendre. Et vous devez être doué dans votre domaine, pour avoir attiré leur attention. Espérons que vous y surviviez. » Pessimisme poussé à l’extrême, ou réalisme dans une situation tendue ? Il faut dire que ceux travaillant pour l’Eglise n’étaient guère bien vus par la population surnaturelle. Ce qui était logique.

Son téléphone sonna brièvement, attestant de la réception d’un nouveau message. Elle y jeta un coup d’œil, rapidement, haussa un sourcil. Puis, revenant sur Jacopo, elle s’excusa : « Je suis désolée, je vais devoir vous laisser, on m’appelle pour superviser l’arrivée d’un spécimen. Je ne peux que vous souhaiter bonne chance pour votre enquête, et je reste à votre disposition prochainement en cas de questions. » Un dernier sourire, une main tendue pour serrer celle de son interlocuteur, et elle disparut à nouveau dans les couloirs du Vatican… .

☾ ☾ ☾ ☾ ☾
+ In the ruins of Madness +
There was once a girl, she wasn't well known, she fell down a rabbit hole. She tried to get up but she couldn't break free, as she was locked in the chains of Insanity.

Revenir en haut Aller en bas
Searching for someone |Jacopo| - Mer 21 Fév - 13:02
avatar
hybrides
hybrides


EFFIGIE : Charlie Cox
BAFOUILLES : 941
PACTE : 05/08/2017


OSSATURE : 37 ans
CONTRAT : Célibataire. Enfin... Divorcé. Evitons ce sujet, per favore.
BESOGNE : Détective privé. Ex-inspecteur de police qui s'est fait virer quelques mois après son divorce, ayant complètement déraillé. La véritable raison : sa cheffe corrompue, qui trempait dans la Mafia depuis des années, démon déguisé en ange. Suivant des pistes, Jacopo et son meilleur ami Luigi, lui aussi inspecteur, avaient mené leur enquête pendant des mois, réunissant des preuves contre leur supérieure. Ils se croyaient capables de la faire tomber. Sauf que non ; Luigi fut tué par la Mafia à la demande de sa ténébreuse cheffe, tandis que Scaglione devint l'amant de sa supérieure, dans une tentative désespérée de la coincer enfin. En vain, parce qu'elle était parfaitemnent au courant pour son enquête secrète. Il ne devint que son jouet, pendant des mois. Puis un jour, tout fut mis au clair : soit il oubliait cette histoire, soit il subissait le même sort que son ami. Alors Jacopo fit son choix. Il préférait s'éloigner, d'elle, de la Police, de toute cette corruption, complètement brisé et dégoûté.
FABLE : Au courant pour le surnaturel depuis pas mal de temps déjà. En tant qu'ancien inspecteur, Jacopo a eu affaire à bien des créatures lors de ses enquêtes, il est tombé sur des massacres sans nom. Il ne pouvait donc que finir par découvrir la vérité. Néanmoins, il garde le secret sur ce qu'il sait, il fait semblant que les monstres n'existent pas. Pas envie de passer pour un cinglé, tout simplement. Mais, secrètement, le brun travaille régulièrement pour le Vatican, qui ne le prend pas pour un fou : en effet, il est souvent chargé de retrouver des créatures sur lesquelles le Vatican veut mettre la main.
ÉCHINE : Humain, vous dirait-il. En réalité, Jacopo est une demi-sirène qui s'ignore.
PRESTIGE : Retenir sous souffle sous l'eau pendant cinq minutes, comme si de rien n'était. Mais ce n'est pas un super-pouvoir, ça ? Si ?!
GANG : Il n'appartient officiellement à aucun groupe, mais il bosse souvent pour le Vatican, ce que presque tout le monde ignore. Ils payent bien, alors pourquoi refuserait-il leurs missions ? Et puis, pas sûr que ce soit une bonne idée de leur dire non, voilà tout.
CREDIT : Shadow Dancer (avatar), Tumblr (gifs) & Astra (signa)
Searching for someone
Mia & Jacopo


Je garde mon sourire poli aux lèvres. Cependant, au fond de moi, je ne souris absolument pas. A force de poser des questions, ça finira par mal se finir pour vous. J'sais pas vous, mais moi... Ça sonne comme une menace à peine voilée. Et je n'aime pas des masses qu'on me menace, directe ou indirectement. A moins qu'elle ne fasse qu'énoncer un fait. Mais vous avez quoi, je m'en fous. Ça ne m'a jamais empêché de fouiner, de franchir des limites, de briser des règles. Un détective qui a peur d'oser, franchement, il n'arrive nulle part. Si je voulais rester dans mon coin en toute sécurité, dans un quotidien banal, j'aurais choisi un autre métier, non ? Je lui réponds alors que j'suis un grand garçon, que je sais parfaitement me défendre. Bien entendu, la brune n'affiche pas un air particulièrement convaincu. Ce qui ne m'étonne pas des masses, parce qu'elle doit se sentir bien plus puissante que moi, elle qui charcute des créatures vivantes et qui trouve ça plutôt agréable.

« Ça fait quinze ans qu'on me répète que je vais pas m'en sortir et pourtant... j'suis toujours là. J'suis comme les mauvaises herbes, vous voyez. »

D'abord, on me disait que j'avais pas le caractère nécessaire pour être un bon flic, que je manquais de self-control. Que ma phobie était beaucoup trop handicapante, que ça m'empêcherait de faire ce métier pendant très longtemps. Puis ensuite, on me disait qu'en me mariant avec Anastasia, je stagnerai dans mon poste, plutôt que de monter en grade. Puis, encore plus tard, c'était Laura Mastronardi, mon ancienne cheffe corrompue jusqu'à la moelle, qui me disait que je ne la ferais jamais tomber. Bon, en effet, je ne l'ai toujours pas fait... Mais la vérité est que je n'ai jamais essayé non plus. Non, je prends mon temps. D'abord, je reconstruis ma vie, lance ma nouvelle carrière, après que ma précédente ait été réduite en cendres, par la Mastronardi, justement. Si elle me croyait voué à l'échec, eh bien, elle se trompait. J'suis comme ça. Je tombe, mais je me relève. On essaie de me détruite, et pourtant, je deviens encore plus fort. Je ne suis pas du genre à me laisser intimider comme ça, loin de là.

Le téléphone de Mia sonne alors, interrompant notre conversation. Franchement, même si ça a été intéressant d'avoir la confirmation de ce dont je me doutais déjà depuis un moment, je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée de continuer à parler de ce genre de sujets sensibles. Peut-être que, en fin de comptes, la jeune femme a bien raison. Que je dois être plus prudent, contrôler ma curiosité lorsque celle-ci décide de s'aventurer dans de territoires dangereux. Oh tiens, on l'appelle pour superviser l'arrivée d'un spécimen. J'ai envie de lui demander si elle travaille pour le zoo aussi, mais j'arrive à me taire. Il faut que je reste impassible, indifférent... et que je fasse ce pour quoi on me paye, voilà tout.

« Pas de souci. Bon courage pour apprivoiser le... nouveau spécimen. Et ne vous inquiétez pas, je n'hésiterai pas en cas de question. »

Je serre la main tendue, fermement, un sourire de façade aux lèvres. L'espace d'un instant, je me demande ce que je fous ici, en train d'aider le Vatican à faire ça à des êtres... je ne dirais pas tout à fait humains, mais vivants, en tout cas. Je n'ai jamais vraiment été du genre écolo, défenseur des animaux et de la Nature, mais... Suis-je vraiment quelqu'un de bien en collaborant avec le Vatican ? Lui retournant le dos après l'avoir saluée, je pousse un soupir fatigué, tout en parcourant ce véritable labyrinthe afin de me diriger vers la sortie. Il faut que j'arrête de me poser des questions et d'y penser. Ma vie est déjà bien assez compliquée comme ça, hein.

made by black arrow

☾ ☾ ☾ ☾ ☾
❝Where does love go?❞ Where does love go when it dies? Where do tears go when they're cried? And who are you if you're not mine? Where does love go when it dies? The last song before light's on, They say there's no getting back what is gone. Small talk, long walk, And your hope will carry you home. Cause I loved you so, And I'll never know Just why I let you go. I'll never know. (c) Astra
Revenir en haut Aller en bas
Searching for someone |Jacopo| - Mer 21 Fév - 13:03
avatar
hybrides
hybrides


EFFIGIE : Charlie Cox
BAFOUILLES : 941
PACTE : 05/08/2017


OSSATURE : 37 ans
CONTRAT : Célibataire. Enfin... Divorcé. Evitons ce sujet, per favore.
BESOGNE : Détective privé. Ex-inspecteur de police qui s'est fait virer quelques mois après son divorce, ayant complètement déraillé. La véritable raison : sa cheffe corrompue, qui trempait dans la Mafia depuis des années, démon déguisé en ange. Suivant des pistes, Jacopo et son meilleur ami Luigi, lui aussi inspecteur, avaient mené leur enquête pendant des mois, réunissant des preuves contre leur supérieure. Ils se croyaient capables de la faire tomber. Sauf que non ; Luigi fut tué par la Mafia à la demande de sa ténébreuse cheffe, tandis que Scaglione devint l'amant de sa supérieure, dans une tentative désespérée de la coincer enfin. En vain, parce qu'elle était parfaitemnent au courant pour son enquête secrète. Il ne devint que son jouet, pendant des mois. Puis un jour, tout fut mis au clair : soit il oubliait cette histoire, soit il subissait le même sort que son ami. Alors Jacopo fit son choix. Il préférait s'éloigner, d'elle, de la Police, de toute cette corruption, complètement brisé et dégoûté.
FABLE : Au courant pour le surnaturel depuis pas mal de temps déjà. En tant qu'ancien inspecteur, Jacopo a eu affaire à bien des créatures lors de ses enquêtes, il est tombé sur des massacres sans nom. Il ne pouvait donc que finir par découvrir la vérité. Néanmoins, il garde le secret sur ce qu'il sait, il fait semblant que les monstres n'existent pas. Pas envie de passer pour un cinglé, tout simplement. Mais, secrètement, le brun travaille régulièrement pour le Vatican, qui ne le prend pas pour un fou : en effet, il est souvent chargé de retrouver des créatures sur lesquelles le Vatican veut mettre la main.
ÉCHINE : Humain, vous dirait-il. En réalité, Jacopo est une demi-sirène qui s'ignore.
PRESTIGE : Retenir sous souffle sous l'eau pendant cinq minutes, comme si de rien n'était. Mais ce n'est pas un super-pouvoir, ça ? Si ?!
GANG : Il n'appartient officiellement à aucun groupe, mais il bosse souvent pour le Vatican, ce que presque tout le monde ignore. Ils payent bien, alors pourquoi refuserait-il leurs missions ? Et puis, pas sûr que ce soit une bonne idée de leur dire non, voilà tout.
CREDIT : Shadow Dancer (avatar), Tumblr (gifs) & Astra (signa)
RP TERMINÉ !

☾ ☾ ☾ ☾ ☾
❝Where does love go?❞ Where does love go when it dies? Where do tears go when they're cried? And who are you if you're not mine? Where does love go when it dies? The last song before light's on, They say there's no getting back what is gone. Small talk, long walk, And your hope will carry you home. Cause I loved you so, And I'll never know Just why I let you go. I'll never know. (c) Astra
Revenir en haut Aller en bas
Searching for someone |Jacopo| -
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sujets similaires
-
» keep me searching for a heart of gold (selwyn)
» Oski ✘ I'm just searching for the sky I've lost ; END

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: