Ouvre-moi la porte, toi qui as la clef [Max] - terminé

 :: CABARET
Ouvre-moi la porte, toi qui as la clef [Max] - terminé - Mer 7 Fév - 20:51
avatar
Invité
Invité


Ouvre-moi la porte,
toi qui as la clef
Max & Masha


Sérieusement ?
Elle se demande encore comment elle a pu en arriver là. Elle essaie de se souvenir de comment ça a commencé, les façons sans gêne de Max, comment il a osé l’accuser de l’avoir volé pour lui forcer la main, comment ensuite tout ça est passé à la trappe après un agréable moment passé en sa compagnie dans les salles du casino, et comment finalement, il a tout gâché par cette sorte de proposition fumeuse qu’il lui a faite qui n’était en fait qu’une arnaque de première à laquelle elle n’aurait jamais pu céder. C’est que monsieur a des exigences ! Et ce soir elle en a eu très désagréable démonstration.

Non vraiment, elle n’en revient pas, malgré le temps passé sous la douche, après avoir laissé sa tenue dans la loge du cabaret et pris congé sans même attendre l’assentiment de Night. Il n’aurait plus manqué que cela, qu’elle exigeât d’elle de rester encore. Elle n’était même pas sensée bosser ce soir ! Nom de Dieu ! C’est clair, elle a du mal à digérer cette soirée et la façon dont Max l’a plantée là en lui donnant des ordres par-dessus le marché, avant de la traiter de voleuse. Mais qu’est-ce qu’il croit ??

Soudain Masha sursaute, et vérifie pour la troisième fois d’avoir bien verrouillé sa porte ! elle loge dans un des quatre studios du troisième. Au dessus, il y a l’attique où Night a ses propres appartements qu’elle occupe seule. Que cette dernière aille en enfer !!  Masha n’a pas oublié la façon dont elle se frottait contre Max. Sale petite garce ! Et tout à coup elle repense à cette conversation qu’elle a surprise…Il faut qu’elle prenne une décision ! Elle risque son job avec cette histoire ! Ou peut-être pas.

Sauf que bon, elle a vraiment du mal à rester concentrée sur le problème, un visage venant systématiquement s’interposer. Un visage au sourire diaboliquement séduisant. MERDE ! Masha se redresse pour la quatrième fois, et va cette fois se servir d’un verre de vodka qu’elle garde au frais. C’est de toute façon tout ce que contient le réfrigérateur de cette cuisine miniature, mis à part quelques fioles de verre opaque dont le contenu impossible à identifier au premier regard, lui coûte la peau des fesses.

Elle referme la porte du réfrigérateur, s’empare d’un verre et s’en va s’affaler avec un soupir énervé dans le canapé noir en cuir usé qui a vu des jours meilleurs et qu’elle a recouvert pour la peine d’un plaid aux motifs fleuris et colorés, comme l’est le reste de ce petit studio. Des copies de tableaux ornent les murs, des paysages colorés et lumineux pour la plupart, comme si Masha essayait de combler le vide laissé par la vie nocturne dans laquelle elle est plongée depuis si longtemps. Au dessus du canapé, trône en particulier le portrait d’une danseuse de flamenco, vue de dos, à moitié dénudée et qui rappelle un peu trop Masha.

Le regard de cette dernière se pose sur l’horloge digitale de la cuisinière face à elle, la quasi seule utilité de cet appareil. Il est déjà très tard. Elle doute qu’il ne se risque à sortir alors que l’aube approche. Enfin au cas où, elle s’est quand même enfermée à double tour, pas du tout disposée à recevoir SA visite cette nuit, ni cette nuit, ni une autre du reste !  Comment peut-il croire qu’elle en ait seulement envie après l’avoir traitée comme si elle n’était rien d’autre qu’un chien sensé obéir au premier claquement de doigt ? Ses dernières paroles résonnent encore dans sa tête. Il lui a reproché d’avoir flirté avec Ivo. Sur ce point il n’avait pas tord. Elle voulait seulement lui faire regretter d’avoir cru pouvoir la manipuler. Et puis quoi ? Elle ne lui doit aucun compte ! Il n’avait pas besoin de se fâcher autant avec elle….bien que quelque part, c’était plutôt appréciable de voir à quel point ça l’a énervé. Sauf qu’ensuite il a été trop loin.

Distraite, Masha joue du bout des doigts avec un pan du peignoir rouge qu’elle a enfilé par-dessus un tee-shirt bien trop grand et qui baille sur son épaule. Ses longes jambes habillées de bas en laine moelleuse et épaisse qui retombent sur ses chevilles sont croisées sous elle. Elle ferait  mieux d’aller se coucher, mais elle est bien trop énervée pour trouver le sommeil……Maudit Max !


©️ Justayne
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Ouvre-moi la porte, toi qui as la clef [Max] - terminé - Jeu 8 Fév - 22:55
avatar
Invité
Invité


Ouvre-moi la porte, toi qui a la clef Masha & Max C’est le pied lourd sur l’accélérateur que je repars, une fois Ivo déposé. Les pneus ont très certainement laissé de la gomme sur le bitume. Je ne sais pas comment je parviens à respecter les feux rouges qui me séparent du Boudoir. Ouais c’est là-bas que je retourne. Je suis très con quand je veux, et là, je veux savoir ce qui lui a pris. Mais peut-être que je fantasme en m’imaginant que son unique volonté était de me faire bouillir. Ben, on peut dire qu’elle y est bien arrivée. Ma main s’en prend au volant, en frappant dessus avant de le saisir, les doigts crispés. Faudrait peut-être que je me calme si je ne tiens pas à l’arracher mais…p’tain, je n’y arrive pas. Pour cette première fois, je crois qu’Ivo va s’en souvenir. Remarquez, on ne peut pas dire que pour lui ça s’est mal passé. Si on fait les comptes, ce vieux grincheux a pu profiter de la compagnie de deux belles nanas. Je donne un nouveau coup sur mon volant. P’tain mais pourquoi tout ce cinéma. Je ne sais pas ce qui m’emmerde le plus. Qu’elle ait fait du gringue à Ivo ou qu’elle m’ait complétement ignoré ?

Un coup d’œil à ma montre, plus par habitude, car je sais que l’aube ne mettra pas trois plombes à se lever. Je me gare non loin du Boudoir, les places ne sont pas évidentes à trouver. Est-ce qu’elle sera chez elle ? Je n’en ai aucune certitude mais tente ma chance…ou malchance vue la tournure de cette soirée. Mais je veux savoir. Je dois savoir.
J’ai su qu’elle habitait au-dessus du Boudoir par connaissance, il ne me reste plus qu’à trouver l’entrée et son numéro de porte. C’est tout le problème quand je suis face à l’interphone, je ne vois aucun nom, en tout cas pas celui de Soya. J’allais appuyer sur tous les boutons quand la porte du hall s’ouvre pour laisser sortir une jeune femme.

– Excusez-moi…je suis étourdi…j’ai zappé à quel étage Soya m’a dit de grimper. Je voulais lui faire la surprise et pas me griller en l’appelant…sinon je n’ai pas fini d’en entendre parler. Je dégaine mon plus beau sourire penaud, en passant la main sur ma nuque histoire d’ajouter une touche de naïveté. Je me fais scanner de la tête aux pieds.
– Soya ? Elle sourit. …elle se trouve au troisième, deuxième porte à droite.
Je lui rends son sourire, accompagné d’un merci. Inutile de vous dire que les trois étages sont grimpés en deux secondes. Le plat de ma main s’écrase contre sa porte. Une fois.
– Soya, ouvre-moi… Ma main frappe deux fois encore. Soya…ouvre sans déconner…SOYA, je sais que tu es là. OUVRE. Tu sais que ta porte ne peut pas m’empêcher d’entrer…OUVRE… La main se transforme en poing. Je cogne plusieurs fois. Bouge la poignée. …Soya…comme tu voudras…je te préviens je rentre.

La poignée ne fait pas long feu, je déverrouille sa porte, l’ouvre normalement sans gestes brusques avant d’entrer. Bien qu’énervé, je reste méfiant. On ne sait jamais, elle pourrait me tenir en respect avec un flingue. Ça fait un mal de chien une balle, même si elle ressort avec la cicatrisation. Je repousse la porte pour la fermer.

Plus posé mais toujours énervé :
– Soya ? … Mon regard balaie la pièce. Petite. Colorée. Pas de Soya. Je crois qu’on a passé l’âge de jouer à cache-cache…Sors…
Par réflexe ou instinct, je me retourne à temps pour la saisir par les poignets et lui faire lâcher un couteau de cuisine. Je ne peux pas retenir un sourire en coin avant d’assombrir mon regard.
…quel accueil…maintenant tu vas m’expliquer… Je ne suis pas délicat et lui fais heurter le mur dans son dos. Mains au-dessus de sa tête que je le lui laisse libres avant de la coincer entre le mur et moi, mes bras tendus au-dessus de ses épaules. Je l’empêche de bouger et surtout de me coller un coup de genou inapproprié là où ça fait bien mal. Elle est bien plus petite que moi. Quand elle tente de se dégager, j’use de la force allouée par notre nature. Le jeu dure plusieurs minutes.

– Réponds… Le ton est sec. A quoi t’as voulu jouer…C’était quoi le plan ? Te taper mon pote pour me faire chier ? …Tout ça parce que je t’ai dit non l’autre fois...c’est ça ? T’as pas compris que je ne voulais pas d’un plan cul… ce n’est pas ce qui m’intéresse. Mais je peux comprendre que tu n’en aies rien à foutre, c’est pour ça que je n’ai pas insisté. Mais ce que je ne pige pas, c’est pourquoi tu t’es barrée. Tu faisais l’hôtesse avec Ivo…fallait continuer alors pourquoi Soya tu t’es barrée, hein ? …à cause de l’effeuilleuse ?...De Night ?

Je relâche du leste mais la coince toujours.

– Night, je n’y suis pour rien…l’effeuilleuse j’avoue, c’était voulu…Ne me dis pas que c’est pour ça ! Je la regarde en cherchant les réponses dans ses yeux. Un sourire se dessine sur mes lèvres quand je tombe sur ses chaussettes de laine. …jolis bas…

Je redeviens plus sérieux, la soulève et enroule ses jambes autour de ma taille. La décolle du mur, fais un demi-tour avec elle dans mes bras. Le plumard est trop loin. Ça sera la table sur laquelle je pose ses fesses. Ses jambes sont mises à nues. Les bas de laine finissent au sol. Mes mains rampent sur le dessus de ses cuisses jusqu’à la naissance de son bassin d’où j’harponne ses hanches pour la ramener contre moi. Un paquet d’émotions pour ne pas dire de tensions s’installe. Nous écrase. Si mes mains étaient lentes sur ses cuisses, elles s’empressent de lui enlever peignoir et tee-shirt puis c’est mon blouson et mon tee-shirt qui sont virés aussitôt. Je retiens mon élan, guettant ses réactions…avant de m’emparer de sa bouche, lécher sa gorge, crispant les paupières en revenant sur sa bouche pendant que mes mains parcourent sa peau. Je remonte sous sa poitrine, que je possède à pleine paume.

- …c’est toi que je veux.



©️ Justayne
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Ouvre-moi la porte, toi qui as la clef [Max] - terminé - Ven 9 Fév - 13:54
avatar
Invité
Invité


Ouvre-moi la porte,
toi qui as la clef
Max & Masha


Le premier coup la fait sursauter, et décharge dans ses veines une belle dose d’adrénaline. La peur ne dort jamais très profondément quand on a trop souvent du fuir pour survivre. Mais Masha se reprend presque aussitôt, surtout quand elle reconnait la voix de Max. A cet instant un étrange mélange d’émotions s’empare d’elle : la colère, sa vieille amie, un reste de surprise, il a donc tenu parole….un peu de crainte aussi au vu de la rage qu’elle peut ressentir dans la voix qui gronde de l’autre côté, sentiment exacerbé par les coups qui s’enchaînent contre cette pauvre porte. Mais il y a aussi du soulagement… et de la satisfaction qu’elle ne saurait cependant reconnaitre.

C’est peut-être pour ça, dans un déni buté qu’elle refuse d’aller lui ouvrir, peut-être aussi parce qu’elle en est à son troisième verre et que ses réflexes sont ralentis. Non, excuse non recevable pour la créature qu’elle est. Ou alors pour le simple plaisir de le faire mariner ? Hm oui, il doit y avoir de ça. Après tout elle est chez elle !

Sauf qu’au moment où elle allait céder, surtout parce qu’à force de faire tout ce raffut il va finir par rameuter toutes les autres danseuses de l’étage, Max lui fait comprendre qu’il n’a pas besoin de son autorisation pour ouvrir la porte. Il est sérieux ? Quand elle l’entend pousser la porte, elle a tout juste le temps de s’emparer d’un couteau de cuisine, pour ne pas être sans défense face à cette brute qui déboule chez elle sans son autorisation ! Il y a bien le MP9 smith&wesson qu’elle garde planquée dans un coin pour les cas d’urgence, mais non seulement il est hors de portée à cet instant, mais en plus elle ne va quand même pas lui tirer dessus !  Le couteau devrait le dissuader de tenter quelque chose contre elle, …..quoiqu’il puisse avoir à l’esprit.

Le cœur battant, Masha s’est callée contre le mur derrière la porte, pour le prendre de court mais Max la repère avant même qu’elle n’ait fait un geste, et bloque son poignet sans lui laisser le temps d’agir. Une voix dans sa tête, aux accents de Goran lui souffle non sans ironie qu’elle manque d’entraînement. Et c’est sûrement vrai, sinon elle ne se serait pas laissée surprendre. A présent il est trop tard pour y songer. Masha ressent sa colère, et plus encore la menace de son geste tandis qu’il la plaque brutalement contre le mur derrière elle, son poignet toujours prisonnier. Elle lutte bien sûr pour lui échapper, mais il ne semble pas vouloir lâcher prise. La colère devient alors son alliée, repoussant la peur qu’il provoque ainsi à l’acculer, sans plus de défense. Elle tente un coup de pied, puis de mordre sa main mais il résiste avec une belle efficacité, ce qui ne fait que la rendre plus sauvage encore.
Alors puisqu’elle n’est pas de taille à lutter physiquement, elle crache sa colère, son regard le foudroyant.

- Tu croyais peut-être que j’allais t’attendre les cuisses ouvertes ? Et je n’ai aucun compte à te rendre !


Mais il insiste, il veut qu’elle lui explique, qu’elle lui dise à quoi elle a joué, reprenant les reproches qu’il lui a adressé tout à l’heure. Elle sourit alors mais d’un air mauvais, le regard toujours étincelant de colère, provocante:

- Ouais c’est ça, t’as tout compris. J’allais me taper ton ami juste pour t’emmerder !

Sa prise se ressert sur elle. Il n'a visiblement pas apprécié sa réponse, et Masha tente de lui résister, mais rien à faire. Il ne la lâchera pas.

- Ce qui t’intéresse ?
Elle éclate d’un rire sarcastique : Et moi, t’y as pensé ?  t’en as à faire quelque chose de ce qui m’intéresse ? Non, monsieur impose ses choix, décide de quand il va me baiser et à la première occasion s’en va s’amuser avec la première nana qui passe. Tu croyais que j’allais gentiment rester là à vous regarder vous tripoter tous les deux ? Tout ce baratin pff, tu vaux pas mieux que les autres. A la moindre fille qui vous fait de l’oeil, vous en oubliez tous vos beaux principes. Reine des abeilles, mon cul ! Et pour ton ami, tu pourras lui dire que je regrette de l’avoir mêlé à ça. De toute façon je n’avais pas l’intention de coucher avec lui, si tu veux tout savoir, finit-elle par avouer d’un ton las.

Elle plonge ses yeux dans les siens et secoue la tête, avant de soupirer.

- Night, ou une autre ? Qu’est-ce que ça change ?

Le ton baisse, les ressentiments retombent à la remarque de Max sur ses bas. C’est sûr il devait espérer la trouver en petite tenue affriolante et sans culotte ! Raté ! L’ambiance change brusquement, la tension et la colère fondent comme neige au soleil remplacés par tout autre chose. Masha se laisse noyer dans ce regard qui la déshabille, belle erreur. Elle ne fait même pas mine de résister quand il la soulève pour se déplacer dans la pièce, ses mains venant se souder sur sa nuque. A vrai dire, elle devine déjà la suite et désormais, n’aspire plus qu’à devenir une abeille de plus dans l’essaim de ce séducteur.

Son cœur s’emballe dans sa poitrine et ses sens prennent les commandes, rangeant tout le reste dans un tiroir….. elle n’est pas de taille à lutter contre lui, ni contre cette folle attirance qu’elle a ressentie au premier regard échangé. Elle le veut autant que lui et ne fera rien pour l’empêcher d’obtenir ce qu’il désire…..Son regard accroche le sien tandis que les mains de Max pour la seconde fois depuis qu’elle le connait, explorent son corps, cette fois avec son accord pour poursuivre, en lui laissant désormais les rênes de ce petit jeu qu’ils ont entamé. La respiration se fait plus profonde soulevant sa poitrine quand il retire soudain ses vêtements, et son regard cherche encore le sien, bouche entrouverte, invitant à l’exploration, sans plus se soucier de sa nudité, mais profitant du spectacle de la sienne, superbe…..il peut bien jouer les séducteurs de service avec un tel corps.

Masha se sait désormais perdue, victime volontaire de cet homme, lui rend son baiser, brûlant, laisse échapper une plainte quand il s’égare dans son cou, arque son corps contre ses mains sur ses seins, les yeux mi-clos, dans une volonté de marquer son accord plutôt que de subir, remonte ses propres mains pour les appuyer sur les siennes, et rive à nouveau son regard au sien à sa déclaration. Elle ne dit rien, mais ses mains remontent désormais, sur le torse puissant, sensuelles, jusqu’à se glisser derrière sa nuque pour l’attirer vers elle et reprendre ce qui lui appartient, au moins pour cette nuit. Sa bouche s’écrase sur ses lèvres avec fièvre, exigeante, sa langue se mêle à la sienne et exacerbe délicieusement leurs envies.  Il n’y a désormais plus besoin d’explication…


©️ Justayne
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Ouvre-moi la porte, toi qui as la clef [Max] - terminé - Dim 11 Fév - 0:03
avatar
Invité
Invité


Ouvre-moi la porte, toi qui a la clef Masha & Max La tigresse. Elle a essayé de me mordre, hérite d’un grognement en guise d’avertissement avant de lui répondre :
– En voilà une bonne idée…au moins l’accueil aurait été moins tranchant. C’est bien une arme de gonzesse ça, mais par expérience je me méfie toujours même d’une simple lame. Pendant que son couteau rebondit sur son sol, elle me dégaine son arme favorite : la provocation. Hélas pas celle que j’attends, elle me vomit pratiquement sa perfidie. De colère je lui fais heurter le mur une seconde fois.   En fait tu n’es qu’une allumeuse. Pire tu t’imagines que je n’attends que des plans culs…t’as vu ça où que c’est ce que je voulais. Je te l’ai dit et te l’ai prouvé en te disant non….et tu me le reproches maintenant ! Tu ne veux pas de moi, okay je m’incline mais ne me balance pas que je suis pareil que tous ces connards qui t’ont fait du plat. Je la secoue sans vraiment le vouloir, c’est plus l’énervement qui me fait agir T’as joué l’indifférence, tout comme moi, mais toi et moi savons ce qu’il en est vraiment…p’tain je t’assure…je finis par ne plus suivre. Night ou une autre…je n’en ai rien à foutre. J’en rirais presque si la situation n’était pas aussi tendue entre nous.

Le meilleur moyen, de lui faire comprendre que les autres je ne les vois même pas, c’est de lui prouver. Je ne sais pas si je me trompe en lui donnant ce qu’elle attendait de moi. J’en suis à un point où je ne réfléchis plus mais suis l’instinct qui me commande. La porte aurait pu être ouvert, que je ne m’en balançais. Il n’y avait qu’elle.

©️ Justayne
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Ouvre-moi la porte, toi qui as la clef [Max] - terminé - Dim 11 Fév - 15:14
avatar
Invité
Invité


Ouvre-moi la porte,
toi qui as la clef
Max & Masha

Bon, elle a droit à de nouvelles insultes. Une allumeuse elle ! Ok, pour cet Ivo, elle n’aurait pas dû, mais c’est de sa faute à lui, à Max, c’est à cause de lui et de personne d’autre. Il ne peut s’en prendre qu’à lui-même à vouloir lui imposer ses règles de jeu, alors que Masha déteste qu’on lui impose quoique ce soit. Elle le voulait, elle le veut toujours du reste, mais il a préféré lui dire non. C’est bien là qu’est le problème.

- Tu parles d’une preuve ! Me dire non à moi pour me prouver quoi ? Que les autres par contre, tu fais bien moins de manière comme la danseuse de toute à l’heure ?

Pour le reste, elle ne dit plus rien, affichant l’air de celle qui ne se soumettra jamais. Elle ne va pas lui faire le plaisir de lui dire qu’elle est très loin d’en avoir rien à foutre de lui. Si c’est ce qu’il veut croire et bien, tant mieux ! Ca l’arrange, parce que c’est préférable pour elle. Masha n’est pas disposée à se lancer dans une nouvelle relation. Quoiqu’il n’y a même jamais eu d’ancienne, il n’y a jamais rien eu d’autre que des illusions.

Pendant des années, elle n’a aimé qu’un seul homme, un seul, sans jamais avoir de retour, jamais, jusqu’à leurs retrouvailles, tout ça pour s’entendre dire après tout ce temps qu’il en aime une autre, non… un autre ! Alors c’est sûr… ce que Max attend d’elle, ce qu’il lui demande, elle l’a très bien compris, mais elle n’est pas prête pour ça. Pour une relation qui engage à bien plus qu’à du sexe. C’est trop tôt malgré l’envie profonde de lui qu’elle ressent, c’est beaucoup trop tôt.

Et ce qu’il lui déclare enfin, l’ébranle bien plus qu’elle ne voudrait le reconnaître, il touche dans le mille. Elle cille à ses paroles Oui, elle a voulu jouer les indifférentes, parce que c’est plus facile, parce qu’elle a besoin de cette armure pour se protéger….ne pas retomber dans ce stupide piège qui l’a gardée si longtemps dévouée à un seul homme qui lui, n’en a jamais rien eu à faire d’elle.  Mais Max n’est pas si fou, il a très bien compris son jeu au grand Dam de Masha qui désormais ne peut plus reculer, ne trouve même plus la volonté de le faire, de lui résister, son armure se fissurant à chacun des regards qu’ils échangent, à chaque battement de cœur, chaque contact…..

Masha ne dit plus rien tandis qu’il approche sa main, son visage pour l’embrasser, tandis qu’il la déshabille. Elle n’est même plus capable de résister ….Et en quelques instants, son apparente passivité vole elle aussi en éclat. Toutes ses barrières cèdent et Masha se jette à corps perdu dans cette étreinte qui va bien au-delà d’une attirance sexuelle.



Après cette fougueuse étreinte, Masha glisse doucement quelques doigts dans les cheveux de son amant, dégageant son visage. Il est beaucoup trop beau pour ne lui appartenir qu’à elle….. il ne faut pas qu’elle l’oublie jamais. Mais cette nuit, allez, elle peut bien s’accorder une trêve et laisser ses armes de côté. Son sourire se fait un peu plus mutin quand enfin elle rompt le silence entrecoupé de leurs seules respirations.

- Hmm… à présent que j’ai obtenu ce que je voulais, je devrais sans doute te chasser.

Elle le défie, son sourire s’étirant un peu plus, provocante, sachant parfaitement qu’il n’appréciera pas, avant de se tendre vers lui, pour déposer un baiser sensuel sur ses lèvres.

- Ou je peux te garder encore un peu…..

Son regard pétille, elle le taquine et se décide enfin à l’entraîner vers sa chambre, l’unique autre pièce du studio mis à part la petite salle de bain. Indifférente à sa propre nudité, elle glisse sa main dans la sienne et l’attire vers sa chambre, pour s’allonger sur le lit dans une pose alanguie, toujours tout en provocation, son regard lui, glissant sur la silhouette superbe de cet homme qui sait parfaitement se servir de ses atouts lui aussi. Elle soupire, lui tend la main pour qu’il la rejoigne.


©️ Justayne
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Ouvre-moi la porte, toi qui as la clef [Max] - terminé - Mar 13 Fév - 22:50
avatar
Invité
Invité


Ouvre-moi la porte, toi qui a la clef Masha & Max Au diable les autres. C’est elle que je veux. Pourtant elle persiste à ne pas croire que pour moi c’était bel et bien une preuve ce “non”, ça veut dire que ce n’était pas qu’après son cul que j’en avais, même si au début, j’avoue que c’est une des premières choses qui m’a fait gamberger. Autant dire les choses crument, j’avais bien l’intention de me la mettre au bout de la queue puis de passer à l’abeille suivante sans avoir d’états d’âme. Puis il y a eu ce quelque chose qui m’a attiré en elle. Sa résistance dans un premier temps m’a et me plait, toujours énormément. Elle n’est pas de celles qui ouvrent toute suite leurs cuisses…quoique à présent je peux mettre en bas de la liste ce critère, qui ma foi est loin, même très loin de me déplaire. Huhu p’tain que c’était bon. Dans un second temps, elle et moi partageons une certaine mélancolie. Sans doute moins apparente chez moi car il est tellement plus facile de passer pour un déconneur que pour une éternelle âme en peine. Âme devant vivre à jamais avec le souvenir d’une famille disparue. Oui c’est tellement plus simple de jouer les têtes brûlées sur un champ de bataille pour y mourir plus vite parce que c’est ce que je voulais. Mais même ça je n’ai pas pu le choisir. Immortel coincé dans sa culpabilité avant de pouvoir en apprécier peu à peu les avantages. D’humain suicidaire, je me suis perdu différemment par la suite. J’ai ressenti chez Soya cette forme de fragilité qu’elle s’obstine à planquer sous plusieurs masques : indifférence et provocations, sont ses favoris. Inutile de dire que je préfère celui de la provocation qui la rend si ardente et désirable. Ben ce qui ne devait pas arriver, arriva à force de me défier, je l’ai désirée davantage jusqu’à ne plus pouvoir me raisonner. Remarquez, je n’ai jamais été réellement raisonnable.

Et maintenant que je n’ai pas su garder ma queue dans mon jean ? Qu’est-ce qui va arriver…

J’appuie ma joue dans sa main, fermant les yeux pour en apprécier un peu plus la caresse. Ma main vient renforcer par-dessus la sienne, sa douceur avant de la porter à mes lèvres pour l’embrasser au creux de sa paume. J’en fais autant avec ses cheveux, la gardant contre moi, sans me résigner à la quitter des yeux. Peut-être que je cherche des réponses dont je n’ai pas encore les questions. Peut-être que je les connais déjà si j’écoute ce que me souffle mon instinct. Peut-être…

Mon sourire se fait complice. Je ne me prive pas de lui reluquer les seins, gourmand, ni de pétrir ses fesses à pleine main avant qu’elle ne se dégage de mes bras.

– Quoi !? Tu plaisantes ! Je plisse un peu le front. P’tain j’ai été si mauvais que ça ?! Mais elle sourit et moi je joue son jeu, un sourire qui traine au coin de ma bouche. Tu veux balayer un tas de cendres quand tu sortiras ce soir ? C’est pas très sympa… Je n’ai même pas le droit à un bout de ton canapé… Continuais-je. En la ramenant contre moi. T’es sûre…tu ne veux pas que je reste… Je la balance légèrement, bassin contre bassin, prêt à la soulever à nouveau.
…T’es comme ça, toi ? Tu consommes puis tu jettes… J’ai envie de rire mais garde mon sérieux autant que possible. En gros tu m’as pris pour un homme objet… Je dégage ses cheveux sur un côté pour me pencher à son oreille et lui chuchoter comme si nous n’étions pas seuls. …ton sex-toy ?

Je n’ai pas le temps de la soulever, qu’elle se hisse sur ses pointes de pieds pour ne plus me faire douter. Nos langues s’emmêlent lentement, passionnément, gourmandes.

-…seulement un peu ? Si je n’étais pas déjà à poil, tu me donnes l’impression d’être une marguerite qu’on effeuille : un peu, beaucoup, passionnément…pas du tout. Nan oublie le “pas du tout” et le “un peu” je valide le beau cul et à fond passionnément. Max ferme un peu ta bouche, la dame c’est pas que tu lui causes qu’elle veut. D’ailleurs je crois pas qu’elle m’invite à jouer aux cartes, là. Wahou, nom de Dieu, mais mâtez-moi ce cul. Ça serait un crime de la laisser alanguie sans la rejoindre.

©️ Justayne
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Ouvre-moi la porte, toi qui as la clef [Max] - terminé - Jeu 15 Fév - 22:25
avatar
Invité
Invité


Ouvre-moi la porte,
toi qui as la clef
Max & Masha

Sa réaction est celle qu’elle espérait et Masha a du mal à cacher son sourire. Bien sûr, même s’ils n’avaient rien fait, même s’il avait continué à se comporter de manière aussi invasive, aussi sûr de lui, elle ne l’aurait jamais mis à la porte alors que le jour ne va pas tarder. Toutefois elle a voulu le laisser y croire, au moins quelques secondes. Sauf qu’au moment où il évoque le tas de cendre, Masha perd tout son sérieux et étouffe un rire à l’image évoquée.

- Non en effet, ce ne serait pas très sympa, concède-t-elle en adoptant un air indécis, rendu très peu crédible par le sourire qu’elle arbore ensuite.

Toujours prise au piège de ses bras, elle lève les yeux vers lui et son regard brille de malice aux suggestions qu’il lui fait, jusqu’à celle qu’il lui murmure à l’oreille et qui lui fait se mordre la lèvre d’envie. Il a vraiment des idées très attrayantes !

- Méfie-toi, je pourrai te prendre au mot, chuchote-t-elle avant de sceller ses lèvres des siennes dans un baiser très gourmand qui prend vite une ampleur appelant à d’autres caresses.

Décidément, cet homme lui fait un effet fou, sachant parfaitement jouer avec ses envies toujours à fleur de peau après ce premier round qu’ils viennent pourtant à peine de terminer. Oui, ok, elle est bien obligée de le reconnaître, elle est complètement sous le charme pour le moment mais nul doute qu’elle reviendra à des pensées plus sages, plus tard. Oui beaucoup plus tard !

Quand elle s’écarte et l’entraîne vers la chambre, elle lui lance un regard par-dessus son épaule, se retenant encore de rire à cette métaphore qu’il lui fait sur les marguerites et ce jeu de mot douteux qu’il y ajoute et qui pourtant l'amuse.

- Une marguerite ? Vraiment ?

Ok, elle cède finalement et lâche un léger rire qui s’éteint dès qu’ils parviennent dans sa chambre face à son lit. Ce dernier n’est pas immense, mais il sera amplement assez grand pour eux deux. Après s’y être allongée, et attendant qu’il l’y rejoigne, Masha profite largement du spectacle de ce vampire qui se tient complètement nu sous ses yeux, en se disant qu’assurément leurs jeux seront encore très passionnés !



©️ Justayne
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Ouvre-moi la porte, toi qui as la clef [Max] - terminé - Dim 18 Fév - 18:12
avatar
Invité
Invité


Ouvre-moi la porte, toi qui a la clef Masha & Max
©️ Justayne
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Ouvre-moi la porte, toi qui as la clef [Max] - terminé - Mar 20 Fév - 14:19
avatar
Invité
Invité


Ouvre-moi la porte,
toi qui as la clef
Max & Masha




Son regard le dévore tandis qu’il tente de récupérer, après cette nouvelle envolée, sentant son cœur battre encore tellement fort, ressentant bien plus que du plaisir, une sensibilité accrue par un échange aussi intense, sublimée par ce lien qui s’est tissé à son insu….Il n’y a plus de barrière, le corps est dévoilé, nu bien au-delà des vêtements éparpillés sur le sol du studio. Seigneur…..elle va devoir se reprendre, sentant sa volonté faiblir rien qu’à l’admirer ainsi abandonné. Il est absolument magnifique comme l’a été leurs étreintes.

Elle résiste à cette envie formidable de s’allonger tout contre lui, de se lover dans ses bras si solides, contre ce torse qui ne demande qu’à l’accueillir. Elle résiste à l’envie d’un peu de douceur après autant de passion. La trêve s’achèvera bientôt, comme le jour qui va se lever. Masha roule dans un mouvement souple et félin sur le côté, se mettant à son tour sur le dos, pour fixer le plafond, l’air absent. Elle laisse le silence s’installer avant de fermer les yeux, manifestant une fatigue qui est loin d’être aussi irrésistible qu’elle ne le montre. Masha finit par tirer la couette sur elle, et murmure dans un soupire.

- Tu peux rester,…. Jusqu’à ce soir, si tu veux. Je dois me lever tout à l’heure pour les entraînements.

A son grand avantage, le cabaret ne dispose d’aucune fenêtre, ce qui fait qu’elle peut tout à fait disposer de la scène pour s’entraîner pour les prochains spectacles, sans avoir besoin d’attendre que le soleil se couche. Et elle compte bien tout à l’heure s’entraîner plus durement que d’habitude. Tout comme elle doit réfléchir à ce qu’elle va faire au sujet de la conversation surprise avec Night et ce mystérieux inconnu. Oui plus tard….. Pour le moment elle peut tenter de récupérer un peu, sans s’approcher de ce diable de séducteur à ses côtés, même si toutes ses pensées sont envahies du souvenir beaucoup trop présent de leurs corps emmêlés, de regards échangés, de baisers et de caresses…..De quoi devenir complètement et absolument accro à cet homme. Mais sa raison chasse cette pensée inopportune et Masha tourne son visage de l’autre côté, les yeux toujours résolument clos.



©️ Justayne
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Ouvre-moi la porte, toi qui as la clef [Max] - terminé - Ven 23 Fév - 17:43
avatar
Invité
Invité


Ouvre-moi la porte, toi qui a la clef Masha & Max Je suis aux anges rhaaaa que c’était bon. Cette bouche. Ce cul. Je viens de goûter à nouveau au paradis. Pourvu que je n’aie pas cet air con de plénitude sur la tronche comme si je n’avais pas tiré depuis des mois. Non je ne crois pas mais je ne lui cache rien du plaisir qu’elle m’a donné, il suffit de voir la satisfaction, qui se dessine sur ses lèvres pour m’avoir conquis.

Par contre, y a un truc qui me dérange. Je sais pas…mais d’habitude les nanas viennent se coller sur moi après coup. Là, à part ses longs regards qu’elle a plongés en moi, ben rien. Pas de corps alangui encore tiède de l’étreinte. Elle migre sur l’autre côté du lit sans même me toucher. Décidemment elle a le don de semer le doute chez moi. Je suis une brèle au lit ? La carte frigide marche pas, ho ça non, elle est loin de l’être. P’tain c’est vrai je suis bel et bien qu’un homme objet. Une chance qu’elle ne me balance pas un : Merci Monsieur.

- …merci. Lançais-je en réponse pour son hébergement. Je reste un peu sur le dos, hésite à aller la chercher pour qu’on s’endorme l’un contre l’autre. Ouais vaut mieux que je m’abstienne pour éviter de passer pour un con romantique ou je ne sais quelle connerie. Visiblement ses entrainements sont plus importants alors je la laisse s’endormir et profite de sa salle de bain pour prendre une douche. Je ne vais pas me recoucher tout de suite. Navigue sur mon portable, histoire de voir si le boulot ne m’a pas appelé ou Ianchello. Je la regarde dormir, non la contemple, un sourire en coin, me disant que je m’en fous qu’elle se serve de moi. Je ne vais pas me plaindre après tout ce n’est pas si désagréable.

Je finis par me recoucher auprès d’elle…contre elle, un bras passant par-dessus ses hanches. Je parviens à dormir, comment ? J’en sais rien.

Lorsque la nuit se lève enfin, elle n’est plus là. Quel dommage, je lui aurais bien renouveler ma gratitude. J’enfile mon jean et les fringues que j’ai ramassées un peu partout. Je lui laisse mon numéro de portable avec ces quelques lignes : J’espère à très vite. Appelle-moi. Max Un truc que jamais je n’aurais cru écrire à une nana. Me rappeler !! Et si elle ne le fait pas ?

Je referme derrière moi. Mon répondeur indique que j’ai deux messages. Le boulot et Ianchello pour un rencard en terre connue pour un tête à tête. Le boulot est un contrat sur un dénommé Vittorio Sedara.

©️ Justayne
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Ouvre-moi la porte, toi qui as la clef [Max] - terminé -
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sujets similaires
-
» Porte-hélicoptères R97 Jeanne d’Arc
» LE PORTE-AVIONS "GRAF ZEPPELIN"
» cherche porte câlin d'occas'
» 2eme porte avion
» Nouveau porte-bébé

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: